La carte de « Palestine » tolérée par la France suppose la destruction de l’Etat d’Israël, par Véronique Chemla

Dessin

La paix dans le monde ne pourra avoir lieu que lorsque l’islam politique et séctaire sera éradiqué et que les chrétiens, ou ce qu’il en reste… auront compris que l’envie et la jalousie vis à vis d’Israël et des Juifs, vecteurs de haine antisémite, le mépris de l’autre, la méchanceté ou tout simplement la bêtise (mais cela, c’est déjà beaucoup plus difficile à soigner !!), ne doivent plus diriger leur vie. Alors, ils ouvriront les yeux sur la réalité, verront qu’ISRAËL VEUT VRAIMENT LA PAIX ET EST BENEFIQUE AUX NATIONS, et tous conviendront du fait que c’est ISRAËL QUI VEUT VRAIMENT LA PAIX ET NON LES ARABES ! ALORS LA PAIX REGNERA VRAIMENT DANS LE MONDE, mais pas avant.  (Tu ne convoiteras pas… dit la Bible !) _____________________________________________________

En septembre 2010, une carte de la Palestine supprimant l’Etat d’Israël a été avalisée publiquement de hautes autorités politiques françaises. Et dans le silence étonnant de diplomates et fonctionnaires israéliens et de dirigeants de la communauté française Juive.

Le 31 octobre 2011, la « Palestine » a été admise à l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture), grâce notamment au vote inattendu de la France du Président Nicolas Sarkozy, « ami d’Israël ».

De quelle « Palestine » s’agit-il ? Le Fatahland ? Le Hamastan ? Ou la Palestine de la Méditerranée à la Jordanie ?

Un projet soutenu par les ministres de l’Education israélien, Gidéon Saar, et palestinien, Lamis Al Alami, avec le parrainage du président Shimon Peres et de Mahmoud Abbas, permet de répondre à cette question.

Placé sous le haut patronage de Luc Chatel, alors ministre français de l’Education nationale et porte-parole du gouvernement, et Bernard Kouchner, alors ministre français des Affaires étrangères, ce projet a été porté par Valérie Hoffenberg, une Française Juive.

En 2009, alors directrice de l’American Jewish Committee (AJC, cette organisation américaine Juive est dirigée par David Harris-France, Valérie Hoffenberg, est nommée, par le Président Nicolas Sarkozy, Représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient.

Premier évènement majeur de son action : Construire la paix, les jeunes Israéliens et Palestiniens s’engagent (19-23 septembre 2010). Agés de 15 à 18 ans, encadrés par l’organisation Kids Creating Peace, 22 Israéliens et Arabes palestiniens, venant d’Israël et des territoires disputés, ont présenté à Paris leur vague « plan de paix » en présence d’invités politiques, diplomatiques et communautaires célèbres et dans des lieux prestigieux : Assemblée nationale - le député Jean-François Copé (UMP) a assisté brièvement à la séance -, Ministère de l’Education nationale, Ministère des Affaires étrangères, UNESCO, mairie du XVIe arrondissement de Paris dont le maire est Claude Goasguen, lycée Janson de Sailly, etc.

Une série de rencontres verbeuses déclinant en modèle pour Israéliens et Palestiniens la paix entre la France et l’Allemagne depuis 1945.

L’occasion aussi pour ces adolescents d’être comblés de cadeaux, dont une médaille où étaient gravés l’étoile de David, la croix et le croissant, et de dessiner la paix selon leurs vœux.

« Dessine-moi la Palestine … »

Réunis en un « patchwork » qualifié de « chef d’œuvre » par Mme Hoffenberg, les dessins de ces jeunes ont été exposés le 21 septembre 2010, 9e Journée internationale de la paix, lors d’une cérémonie au siège du ministère français des Affaires étrangères.

Mme Hoffenberg y a salué les VIP présents : Les ambassadeurs d’Israël – Daniel Shek – et d’Egypte, le représentant de l’Autorité palestinienne à Paris Hael Al Fahoum, des diplomates français et des responsables du ministère israélien de l’Education. Assistaient aussi à cette cérémonie la fine fleur de la communauté Juive française institutionnalisée, dont un des partenaires de l’évènement l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants).

L’un de ces dessins était particulièrement éloquent : La « Peace » (Paix) était illustrée par une carte d’Israël aux couleurs du drapeau palestinien et surplombée par le drapeau français.

C’est la Palestine souhaitée par Mahmoud Abbas (Abou Mazen), par l’OLP (Organisation de libération de la Palestine) et par le Hamas.

Celle qui apparaît dans le logo figurant sur les sites Internet de la délégation de la Palestine àaux Nations unies ou de la mission de Palestine en France – ce titre « mission » correspond au rehaussement de cette représentation diplomatique voulu par la France.

Le 16 janvier 2004, Zvi Mazel, ambassadeur d’Israël en Suède, a assisté à une exposition à Stockholm. Choqué par l’œuvre Blanche-neige et la folie de la vérité qui glorifiait l’islamikaze Hanadi Jaradat – un bateau dont la voile était la photographie de la terroriste voguait sur l’eau rougie d’une piscine -, il a jeté un spot lumineux dans ce bassin d’eau rouge.

O Tempora, o Mores ! (Ô temps, ô mœurs ! Autre temps, autre mœurs !) – (Cicéron).

Nul n’a manifesté alors la moindre surprise ou indignation devant ce dessin d’un « ambassadeur de paix ». Indifférence dédaigneuse à l’égard de dessins de jeunes ? Approbation tacite de cette « Peace », si conforme à la « politique arabe » de la France  ?

Myopie ?

Naïveté ?

Incompétence ?

Indulgence ?

Cynisme ?

Souhait de ne pas s’aliéner la Représentante nommée par le Président Sarkozy ?

Cécité par fascination du mot « paix » ?

Mme Hoffenberg a annoncé qu’elle allait présenter ces « jeunes ambassadeurs de la Paix » au président Shimon Peres et à Mahmoud Abbas (Abou Mazen).

Leur a-t-elle montré ce « chef d’œuvre » ?

Curieusement, Dalila Kerchouche et Viviane Chocas, journalistes auteurs de l’article Les ados font la paix publié par Le Figaro Madame ne mentionnent pas ce dessin, alors que le reportage photo illustrant leur article montre ces jeunes en train de dessiner et peindre leur oeuvres.

Une comm’ politique ?

Le 24 septembre 2010, j’ai interrogé l’Elysée, les ministères de l’Education nationale et des Affaires étrangères sur ce dessin. Les deux premiers n’ont pas réagi.

Le Quai d’Orsay a transmis mes questions à Mme Hoffenberg qui y a répondu en mettant en copie divers responsables du Quai d’Orsay : François Courant, chargé de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, Romain Nadal, sous-directeur du Porte-parolat et de la presse, Jean-Pascal Codine, et Julie Delcroix

Mme Hoffenberg a écrit :

« Même si je ne peux cautionner le dessin que vous mentionnez, j’ai souhaité laisser ces jeunes s’exprimer librement, dans une démarche de totale honnêteté afin de préserver l’authenticité et la spontanéité de leur message. Ce dessin est la preuve qu’il reste encore du chemin à parcourir en matière d’éducation à la paix …

Notre ambition vise à construire des ponts entre Israéliens et Palestiniens […] et à promouvoir l’adhésion des populations au processus de paix afin de pousser les dirigeants à conclure un accord politique. Cet objectif ne pourra être atteint que par un travail de long terme, sur le terrain, au plus près des acteurs locaux, et, surtout, en multipliant les rencontres entre Israéliens et Palestiniens ».

La réponse de Mme Hoffenberg est éclairante à maints égards :

-           Elle révèle sa volonté de s’immiscer dans le domaine politique exclu de sa compétence. La diplomatie française se décide à l’Elysée ;

-           Elle montre son ambigüité : le soutien à l’Etat d’Israël ne peut se concilier avec ce dessin et le silence qui l’a accompagné ;

-           Elle exprime sa conception du rôle des adultes. Or, ne lui incombait-il pas de rappeler à l’auteur palestinien de ce dessin le sens du mot « paix » et que sa paix était inadmissible ?

On peine à saisir l’intérêt de cet évènement bref et sans suivi apparent.

De la comm’ au service principalement de Mme Hoffenberg dont le bilan s’avère léger ?

Une comm’ qui s’est substituée à des actions efficaces ?

Mme Hoffenberg évoque souvent son rôle dans la zone de développement franco-palestinienne, mais l’essor de cette zone est inversement proportionnel à celui de l’économie palestinienne qui enregistre des taux de croissance à faire pâlir d’envie la France, voire l’Union européenne ou les Etats-Unis.

Afin d’éradiquer la culture palestinienne de la haine génocidaire des Juifs et des « Croisés » – un objectif-prélude indispensable à la paix -, ne serait-il pas plus efficace de conditionner l’aide financière de la France à la fin des messages de haine promus par l’Autorité palestinienne via ses manuels scolaires, ses médias, etc. ?

Si le parallèle entre la « guerre israélo-palestinienne » et les conflits entre la France et l’Allemagne est pertinent, alors l’Etat d’Israël représente la France et l’Autorité palestinienne l’Allemagne nazifiée entre 1933 et 1945. Or, d’une part, seule la capitulation du IIIe Reich exigée par les Alliés a mis fin à la Seconde Guerre mondiale et, d’autre part, la France victorieuse n’a pas cédé à l’Allemagne vaincue l’Alsace et la Moselle annexés par le IIIe Reich (1940-1945). Dès lors, une attitude aussi ferme s’avère nécessaire à l’égard de la partie palestinienne.

Ce projet de Mme Hoffenberg se révèle problématique aussi pour une raison juridique. Le 13 octobre 2010, Mohamed Ulad, réalisateur, et Sophie Nordmann, philosophe m’ont indiqué avoir présenté, le 5 juin 2009, à Mme Hoffenberg un projet similaire, mais dans le cadre d’un documentaire télévisuel, Les accords de Marseille, qu’elle s’était engagée selon eux à soutenir. Ce qu’a nié Mme Hoffenberg.

En juillet 2011, Mme Hoffenberg a mis fin à sa fonction car elle se présentait aux élections législatives de 2012 dans la 8e circonscription qui inclut l’Etat d’Israël.

Dès mars 2011, le député Claude Goasguen, président (UMP) du groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale, l’avait jugée « trop pro-palestinienne » …

Blog Véronique Chemla

(Source : Europe-Israël)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s