Archives mensuelles : juin 2008

(4) INFOS JUIN / JUILLET 2008

4 juillet 2008 
 
Le 3 juillet, la grand-mère des petites victimes de Samir Kountar, le tueur sanguinaire dont la libération est probable dans le cadre de l’échange de prisonniers a adressé dans une lettre au Président Shimon Peres ses sentiments à ce sujet : "Le 22 avril 1979, le tueur a fracassé le crâne de ma petite fille Eynat, sous les yeux de son père, mon fils Dany, à qui on a tiré une salve de balles dans le dos lorsqu’il a couru vers son enfant. 29 ans se sont écoulés depuis et ces images d’horreur me poursuivent encore (…) et vous allez libérer ce monstre…"             
 ————————————————————————————————————————————————————
 
Des anciens de Tsahal et du Mossad derrière la libération d’Ingrid Bétancourt

Jeudi soir, la chaîne 10 de télévision israélienne a diffusé l’information selon laquelle plusieurs dizaines d’anciens soldats de Tsahal, ( l’armée israélienne), avaient participé à la libération d’Ingrid Bétancourt, 46 ans, l’ex-candidate écologiste à la présidence de la Colombie, otage des Farc depuis six ans. “Je voudrais que mes derniers mots soient pour le soldat Shalit et pour ses parents, nous ne l’oublions pas." a déclaré Ingrid Bétancourt lors de l’interview qui a suivi sa libération. De son côté, M. Sarkozy a d’autre part affirmé :"Nous n’oublions pas le soldat franco-israélien Guilad Shalit, détenu comme otage par le mouvement palestiniens Hamas à Gaza depuis deux ans. La France est toujours prête à se mobiliser quand quelqu’un est injustement retenu".

Les Israéliens ont en effet aidé la France et la Colombie. Depuis une dizaine d’années, ils se sont spécialisés dans le domaine de la sécurité (protection des stades et jeux olympiques, services de sécurité dans les aéroports, lutte anti-guérillas, etc… ) et ont acquis un savoir-faire apprécié dans le monde entier. Ainsi, de nombreux anciens membres du Mossad (Services secrets israéliens) vendent leur savoir-faire après être sortis de l’ombre et se reconstruisent une carrière dans le civil comme consultants spécialisés ; dans les prochains jours, les journalistes du Yedioth et Maariv vont certainement livrer des pages entières d’informations confidentielles.

En Colombie et en Amérique Latine, il existe une demande réelle. Ce n’est donc pas un hasard si en Israël beaucoup d’experts ont vu l’action essentielle des hommes du renseignement israélien dans la libération des otages en Colombie. Ainsi le journal Le Monde parle du rôle des Israéliens en ces termes : En annonçant la libération des otages, le ministre de la Défense de Colombie a fait le récit d’une opération de renseignement et d’infiltration de très haut niveau."

Toute cette opération a été réalisée avec l’appui logistique d’une organisation fictive disposant d’un hélicoptère (un appareil de l’armée colombienne), a déclaré le ministre. Les forces armées colombiennes avaient infiltré également le front n° 1 des Farc, dirigé par Gerardo Antonio Aguilar ("Cesar"), qui détenait une partie des otages. Celui-ci a été arrêté alors qu’il conduisait une partie des otages à l’aide de l’hélicoptère de l’armée vers le point choisi pour rassembler les 3 groupes et les remettre à Alfonso Cano.

Le président Uribe avait demandé un travail de renseignement d’une ampleur jusque-là inconnue qui incluait le paiement d’informations et la protection des témoins, avec l’aide de consultants israéliens. (D’après Le Monde.fr & AFP)

————————————————————————————————————

A Gaza,  des chrétiennes sont forcées de porter le voile islamique ou la burqa        

Dans les territoires palestiniens, des chrétiens palestiniens qui, autrefois, représentaient 1/5ème de la population sont aujourd’hui quotidiennement l’objet d’intimidations, de menaces, d’insultes et de crachats et parfois même de meurtres. L’Islam est la cause de l’exode de cette partie de la population, pour lequel les médias  ont bien sûr longtemps cherché à incriminer Israël, mais les faits sont là et ne peuvent être dissimulés plus longtemps.

———————————————————————————————————————————————

3 juillet 2008

 
NOUVEAU SUCCES DES SCIENTIFIQUES ISRAELIENS !
 
TECHNION Des chercheurs à la Faculté de Biotechnologie et d’Ingénierie Alimentaire au Technion ont réussi à créer une “bibliothèque” de substances similaires aux peptides, qui permettra de mettre en place un antibiotique efficace et peu onéreux contre lequel les bactéries n’ont pas développé de résistance. "Les peptides sont de minuscules protéines qui font partie du système immunitaire résidant dans tous les organismes, y compris humains", explique le professeur Amram Mor, dirigeant de la recherche. "Ils ne survivent que très brièvement dans le corps – généralement à peine quelques minutes."  
 
Pour lire la suite de l’article, cliquez sur: www.israelvalley.com/news (Avant-dernier article bas page 1)
——————————————————————————————————————————————-
 
2 juillet 2008
 

Après 6 ans détention, Ingrid Betancourt est enfin libérée avec 3 otages Américains

(Voir aussi un autre article très interessantà ce sujet, datant du 3 juillet : www.israelvalley.com/news1er article haut de la page 1)

L’armée colombienne a libéré mercredi dans le sud de la Colombie l’otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, trois Américains et 11 militaires colombiens détenus par les Farc (guérilla marxiste) lors d’une opération militaire d’infiltration soigneusement planifiée. Les otages, dont Ingrid Betancourt et les Américains Marc Gonsalves, Thomas Howes et Keith Stansell, ont été libérés lors d’une opération héliportée de l’armée, a annoncé à la surprise générale du pays le ministre colombien de la Défense, Juan Manuel Santos, au cours d’une conférence de presse improvisée. Onze militaires colombiens, principalement des officiers, ont également pu retrouver la liberté lors de cette opération, menée dans la province de Guaviare, dans le sud-est de la Colombie, selon le ministre.Selon le ministre colombien de la Défense, "les otages ont été libérés lors d’une opération de l’armée au cours de laquelle il a été possible d’infiltrer le premier cercle des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), celui qui a surveillé pendant les dernières années un important groupe d’otages".

Comme les otages séquestrés étaient divisés en trois groupes, l’armée invoquant grâce à ses agents infiltrés parmi les gardiens guérilleros un faux ordre d’Alfonso Cano, le nouveau chef des Farc, a obtenu que les otages soient réunis "soit-disant toujours sur ordre de Cano" par leurs geôliers et que leur transfert se déroule dans un lieu du sud du pays."Puis un hélicoptère, qui en réalité appartenait à l’armée nationale et avait à son bord des membres des services secrets, a libéré les otages dans le lieu de regroupement à proximité du département du Guaviare", a précisé M. Santos."César", le chef des geôliers des Farc, et ses guérilleros ont été immédiatement "neutralisés et les otages sont actuellement libres", a annoncé M. Santos. M. Santos a également affirmé "que grâce à diverses procédures, il a été possible d’infiltrer le secrétariat des Farc (organe dirigeant)".A Rome, le porte-parole du Vatican s’est félicité de la remise en liberté de l’otage franco-colombienne, évoquant "une bonne nouvelle" et "un signe positif pour la liberté de tous les otages" ainsi que pour "la réconciliation" en Colombie.

La présidence française a pour sa part confirmé mercredi à l’AFP la libération d’Ingrid Betancourt, sans donner d’autre précision dans l’immédiat."Oui, Ingrid Betancourt a été libérée", a affirmé un haut responsable à l’Elysée. Le président français Nicolas Sarkozy "vient de s’entretenir longuement avec le président (colombien) Uribe", a annoncé mercredi un responsable à la présidence française.Parmi les premières réactions des familles, Lorenzo Delloye, le fils d’Ingrid s’est exclamé en apprenant à Paris la nouvelle: "C’est une immense joie, une joie indescriptible. je n’arrive pas à y croire". "J’attends d’avoir ma mère au téléphone. Je n’arrive pas y croire", a-t-il poursuivi, affirmant attendre d’être "certain que c’est vrai".

A Madrid, le gouvernement a exprimé son "énorme satisfaction" à la suite de l’annonce de ces libérations.Ingrid Betancourt, 46 ans, ex-candidate écologiste à la présidence de la Colombie, était otage des Farc depuis plus de six ans.Les trois otages américains, des sous-traitants recrutés par la département de la Défense, se trouvaient en mission de lutte contre la drogue à bord d’un avion du "Southern Command" qui a dû se poser à la suite d’une défaillance mécanique dans une zone contrôlée par les Forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc), le 13 février 2003.

NOUS NOUS REJOUISSONS DE LA LIBERATION D’INGRID ET ATTENDONS MAINTENANT PLUS QUE JAMAIS LA LIBERATION DU JEUNE CAPORAL GUILAD SHALIT, QUI, LUI AUSSI POSSEDE UNE DOUBLE NATIONALITE : (FRANCAISE ET IRAELIENNE) QUI, LUI AUSSI, EST PRISONNIER, ET QUI CROUPIT DEPUIS DEUX ANS DANS LES GEÔLES DES TERRORISTES PALESTINIENS. 

A QUAND SA PHOTO SUR LA FACADE DE L’HÔTEL DE VILLE DE PARIS, MONSIEUR DELANOË ?

PEUT-ÊTRE UN NOUVEAU DEFI, MONSIEUR SARKOZY

——————————————————————————————————
 
Je reçois cet  e-mail et vous le transmets :
 
ATTENTAT EN PLEIN COEUR DE JERUSALEM PEU AVANT MIDI, CE MERCREDI
 
Email à transférer. Drame en direct. Il faut prier pour les blessés.Il faut lire le tehilim n°20 pour la guérison urgente de tous les blessés: http://www.tzetel.com/fr/tehilim/psaume-20.php
     (POUR LES PRIERES, VOIR AUSSI SUR CE BLOG A LA RUBRIQUE "CULTURE JUDAÏSME 2"

 

Un attentat a eu lieu dans le centre de Jérusalem peu avant midi, lorsqu’un terroriste arabe (probablement un arabe israélien) s’est attaqué, à l’aide de son tracteur, à deux autobus.Le drame a eu lieu rue Yaffo, dans le centre de la ville, provocant immédiatement l’état d’urgence.
Il semblerait que le terroriste soit, comme dans le cas de l’attentat du Mercaz Harav, un arabe de nationalité israélienne. Il serait apparemment un des ouvriers travaillant sur le chantier du futur tramway de la ville

– Lien vers la vidéo de l’attentat
– 1 bébé présent dans le bus est dans un état mauvais
– C’est un soldat de 18 ans qui a abattu l’arabe

UPDATE: on parle maintenant de trois morts, outre le terroriste.
UPDATE: Vidéo en direct ici :
http://media-vision.org/RADIOSIONTV/playerradiosion/playerradiosiontvsoirligvenews.html
UPDATE: une voiture serait bloquée sous le tracteur… Il semble que les organisations terroristes palestiniennes n’aient pas de rapport avec l’attaque. Elles déclarent que cette attaque est une "initiative personelle"…
UPDATE:la police annonce que 44 personnes ont été blessées, 42 sont dans un état léger, 2 sont dans un état grave.
UPDATE la fille du maire de Jérusalem se trouvait dans un des autobus attaqué mais n’a pas été blessée.D’un autre coté plus de détails nous parviennent sur l’attentat: après avoir été touché par un policier, le terroriste a « fait le mort » avant de reprendre sa course mortelle, et d’être définitivement abattu par un civil (à vérifier) présent sur les lieux.
UPDATE:deux bébés font partie des blessés, un serait blessé légerement, les medecins ne se prononcent pas pour le second…
UPDATE:la conductrice de la voiture bloquée sous le tracteur a malheureusement été tuée sur le coup. Un des deux bébés présent à l’arriere du vehicule a été sauvé miraculeusement en étant éjecté de la voiture. Nous ne connaissons pas encore l’état du second enfant…
UPDATE:c’est un jeune soldat de 18 ans, conscrit depuis 4 mois, qui a finalement abattu le terroriste.
Infos en direct :- Juif.org :

 
LA HAINE EST LA COLERE DES FAIBLES. (ALPHONSE DAUDET, LETTRE DE MON MOULIN)
 
J.C. (lefigaro.fr) avec AFP, AP et Haaretz
 

Un bulldozer fonce dans un bus à Jérusalem

Le chauffeur palestinien a délibérément chargé la foule, tuant au moins quatre personnes. Un groupe palestinien peu connu a revendiqué cette attaque. C’est une attaque pour le moins hors-norme qui s’est déroulée mercredi midi (11 heures à Paris) dans le centre de Jérusalem. Un Palestinien au volant d’un bulldozer a précipité son engin sur des voitures et un bus dans la rue Jaffa, la plus grande artère de la ville sainte et la plus congestionnée. «J’ai vu la pelle du tracteur se diriger vers le bus et le viser délibérément. Elle a également touché plusieurs autres véhicules», a raconté un journaliste de Radio Israël présent sur place. 
Le conducteur a été abattu quelques minutes plus tard par les policiers. «J’ai vu l’engin venir vers le bus, j’ai tiré à deux reprises contre le pare-brise de la pelleteuse et je pense l’avoir tué. Deux autres policiers ont sauté sur la pelleteuse qui continuait d’avancer», a raconté une policière, Eleanor Nachum.

Au moins quatre personnes ont été tuées et plus de quarante-cinq blessées, dont trois grièvement. L’un des blessés se trouve dans un état critique, a indiqué Danny Rotenberg, le porte-parole des services de secours, qui a ajouté qu’un bébé avait été blessé grièvement dans l’autobus. Selon les premières conclusions de l’enquête, il s’agit d’ «une certaine façon d’une attaque terroriste», a déclaré le porte-parole de la police Micky Rosenfeld. Un état d’urgence a été déclaré dans la ville.

Connu des services de police

Un interlocuteur, parlant au nom d’un groupe palestinien peu connu, «Les brigades des hommes libres de la Galilée» a revendiqué l’attaque dans un appel téléphonique à l’Agence France-Presse à Ramallah, en Cisjordanie. Mais cette revendication n’a pu être authentifiée. Selon lui, l’auteur de l’attaque s’appelle Houssam Taysir Dwayat, du village palestinien de Sour Baher à Jérusalem-est. Selon la police israélienne, il s’agit d’un homme âgé de 30 ans marié et père de deux enfants, et qui avait un casier judiciaire. Le groupe a également revendiqué l’attaque dans un communiqué. Le même groupe avait affirmé être responsable d’une attaque contre une école talmudique qui avait fait huit morts le 6 mars à Jérusalem mais cette revendication n’avait jamais été confirmée.

Cet attentat, qui était le plus meurtrier depuis quatre ans en Israël, avait suscité une large et forte réprobation dans la communauté internationale et une profonde inquiétude pour les discussions de paix entre Palestiniens et Israéliens déjà mal en point. L’attaque à la pelleteuse à Jérusalem intervient alors que le mouvement islamiste Hamas et Israël ont signé une trêve des violences dans la bande de Gaza. Le mouvement islamiste qui contrôle ce territoire a qualifié l’attaque à la pelleteuse de «réponse naturelle aux agressions israéliennes» mais a indiqué n’avoir aucune information sur ses auteurs.

Parmi les trois Israéliens tués figurent deux femmes: Bat-Sheva Unterman (33 ans) et Elisabeth Goren Friedman (54 ans). L’identité de la troisième victime, un homme, n’a en revanche pas été divulguée par la police. La radio de l’armée a indiqué mercredi soir que 23 des blessés étaient hospitalisés. Des dizaines de passants en état de choc ont reçu des premiers soins de la part des services de secours accourus très rapidement sur place, alors que la police et les pompiers dégageaient les victimes prisonnières des véhicules touchés.

Jérusalem et Israël, une fois de plus, pleurent leurs enfants et prient pour un prompt rétablissement de ses blessés. Voilà comment réagissent ceux que leurs barbares de "cousins" veulent "rayer de la carte du monde" et éliminer dans leur propre pays. A relever qu’aucun homme politique n’oppose son véto de manière claire et sans équivoque à ce qu’aucun d’eux n’accepterait sur son propre sol !

——————————————————————————————————————————————–

1er juillet 2008

PASSE-MURAILLE MADE IN ISRAËL !

La société israélienne Camero, créée en 2003 et basée à Herzliya a désormais à son actif une invention géniale : Xaver, une caméra portable de 3 kilos « qui voit à travers les murs » et que ni le ciment, ni le béton armé, ni le bois, ni les revêtements spéciaux de toutes sortes ne peuvent arrêter ! Elle est déjà capable de « voir » à travers les murs à une distance de 25 m, mais son PDG annonce une portée de 300 mètres d’ici quelques années.

En effet, grâce à des signaux infrarouges, cette caméra permet de regarder à travers des murs épais, y compris du béton armé. Elle envoie des signaux radar à très haute fréquence, ce qui permet de voir en temps réel ce qui se passe à travers un mur et tout ceci en 3D. L’appareil visionne des images 3D issues d’un radar UWB (ultrawide band ou ondes ultra longues) breveté. Le terminal portatif léger génère des informations en 3 dimensions d’objets et de formes vivantes à travers diverses formes d’obstacles solides, tels que des murs, des toitures, etc…

Destiné aux équipes d’intervention rapide (pompiers, sauvetage et secours, anti-terrorisme, sinistres, etc…) ce système de radar d’imagerie à travers les surfaces solides facilitera les opérations de secours en vue de sauvegarder des vies, notamment en allongeant la portée effective. Camero continue son implantation aux Etats-Unis et gagne de nouveaux marchés. Cette société a récemment levé 14 millions de dollars pour permettre une expansion commerciale rapide. (d’après un article de David Rosenfeld – IsraelValley)

——————————————————————————————————————————————————————-

CONTRE LA DESINFORMATION, 

DE LA PART DE L’ETAT ET DE LA SOCIETE CIVILE, QUI CONTINUE DE SEVIR EN FRANCE AU SUJET DE LA TRISTE REALITE QUOTIDIENNE A LAQUELLE EST CONFRONTEE LA COMMUNAUTE JUIVE, AINSI QUE LES FAITS CONCERNANT L’AGRESSION RECENTE DE L’UN DE SES MEMBRES : Objectif-info.com revient sur l’affaire du jeune Rudi Haddad, sauvagement lynché le jour de la fête de la musique dans le 19ème arrondissement de Paris, parce qu’il est juif et qu’il a eu la mauvaise idée de passer à cet endroit, alors qu’une bande de barbares "bêtes et méchants" s’y trouvaient déjà !

De l’article que vous pourrez lire ci-dessous, je ne citerai que la dernière phrase : "IL Y A EN FRANCE UNE PETITE MINORITE IDENTIFIEE QUI HAIT LA REPUBLIQUE ET QUI RÊVE D’EN DECOUDRE AVEC LA NATION ET SES VALEURS. ON NE L’APAISERA PAS EN LUI SACRIFIANT LES FRANCAIS JUIFS." 

                         pour lire l’article, cliquer ici : http://www.objectif-info.com/index.php?id=1012

 

MAIS NOUS SAVONS QUE L’ANTISEMITISME AIME SE DEGUISER ET QU’IL PEUT PRENDRE DES FORMES SI ANODINES QUE POUR UN PEU ON N’Y PRENDRAIT PAS GARDE !

L’ANTISEMITISME EVIDENT PEUT AINSI SE DOUBLER D’UN ANTISEMITISME CACHE, AVEC DES FORMULES EMPLOYANT UN TON "POLITIQUEMENT CORRECT" POUR SALIR ET JETER LE DOUTE EN TOUTE IMPUNITE ET AINSI FAIRE D’UNE VICTIME INNOCENTE UN "SUSPECT" ! CE GENRE DE PROPOS "FAIT MOUCHE" AUPRES D’UN PUBLIC DEJA TELLEMENT HABITUE A ENTENDRE DE TELS PROPOS DANS LA VIE QUOTIDIENNE ET MALHEUREUSEMENT MÊME QUAND, PLUS TARD, L’HONNEUR DE LA VICTIME EST RETABLIE, IL EN RESTE TOUJOURS DES TRACES !

 

——————————————————————————————-
30 juin 2008
Infolive.tv
Editorial: "Pourquoi Israël libère des vivants contre des morts"
 
"Dimanche, le gouvernement israélien a voté à une écrasante majorité en faveur de l’accord pour un échange de prisonniers contre nos deux soldats tués par le Hezbollah le 12 juillet 2006. Il s’est avéré que par un regroupement d’informations, les services de renseignements israéliens ont eu la certitude que Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser n’étaient plus en vie. Cette information dramatique, connue depuis un certain temps par le premier ministre et le cabinet de sécurité n’a pas changé le fait qu’Israël négocie une fois encore la libération de prisonniers en échange des dépouilles de ses soldats tombés au combat.
 
Pour la société israélienne, les soldats qu’on appelle "les fils" ou "les enfants d’Israël" n’ont pas de prix*. Portant l’uniforme de Tsahal, défendant le pays durant leur service militaire ou au cours des périodes de réserves, ces femmes et ces hommes deviennent d’une certaine façon sacrés. Personne n’a le droit de kidnapper ou de faire prisonnier un soldat israélien et si c’est le cas, il faut tout faire pour le libérer vivant ou mort. Pour Tsahal et pour le peuple israélien, un soldat aux mains de l’ennemi est le pire scenario envisageable. Cela remet d’abord en question la force de dissuasion, l’armée ainsi que la responsabilité de ses commandants et de ses chefs. Cela expose aussi parfois les dysfonctionnements politiques dans la prise de décision. 

Dès qu’un soldat est kidnappé et retenu prisonnier, le compte à rebours commence. Chaque seconde, chaque minute, chaque jour, chaque mois est mentionné, rappelé, mémorisé pour un Etat d’Israël qui, dans ces moments là est bien plus qu’un Etat, mais une communauté, une tribu, une famille à qui on a volé un enfant que l’on n’oublie pas. Et si nous poursuivons dans cette logique, les membres de la tribu d’Israël feront tout pour ramener mort ou vivant à la maison l’élément manquant. Il me semble difficile d’expliquer aux grandes nations de ce monde qu’au début des temps, il n’y avait pas ni pays ni Etats, mais des petits groupes devenant des tribus se transformant en peuples au fil du temps. Israël, et c’est cela qui constitue sa force, ce sont les douze tribus réunies en une seule qui ne peuvent concevoir qu’on leur vole l’un des leur. Souvenons-nous du Capitaine Nir Poraz, officier d’élite tué dans l’opération pour libérer un soldat Nahchon Vaksman, kidnappé puis tué par ses ravisseurs du Hamas.   

Aujourd’hui, Israël se réveille en sachant qu’Ehoud et Eldad sont morts, tués par le Hezbollah. Le constat est douloureux et le prix à payer est lourd. Nous acceptons en échange des corps de nos deux soldats, de libérer Samir Kountar, un terroriste qui a assassiné de sang froid en 1979 toute une famille à Naharya. Avec lui, d’autres détenus libanais et palestiniens seront eux aussi relâchés. Dans le même temps, nous attendons toujours la libération de Guilad Shalit. En Israël, il nous manque à tous comme si chacun l’avait fréquenté quotidiennement, l’avait écouté parler, l’avait invité à boire un café et l’avait vu grandir à coté de chez lui. Pour lui aussi le prix sera cher, des centaines de prisonniers, parmi lesquels des assassins, des criminels seront libérés. Mais là aussi, la tribu ne peut plus attendre ou le faire attendre, lui Guilad.

Nombreux sont ceux qui expriment en terme logique, rationnel, cartésien leurs désaccords, leurs incompréhensions par rapport au fait qu’Israël échange des prisonniers vivants contre des morts. Où même que demain Israël échange des centaines de prisonniers palestiniens contre le caporal Guilad Shalit. A cela, je pense que nous devons répondre que la force d’Israël est cette unité face à l’adversité qui la fait se transformer en tribu. Son chef dans ces moments là n’est pas tel ou tel Premier ministre, mais la tribu tout entière. Tous les israéliens, dans leur grande majorité, acceptent le prix de l’échange et sont même prêts à payer de leur propre vie s’il le faut pour récupérer l’un des leurs aux mains de l’ennemi. A ceux qui craignent de voir à l’avenir d’autres enlèvements qui, malheureusement, peuvent survenir de nouveau, ils doivent comprendre qu’Israël devra toujours payer un prix très cher. 

Chez nous, quand un manque a l’appel, c’est toute la nation qui souffre et lorsque, comme dans le cas d’Ehoud Goldwasser et d’Eldad Regev, ce ne seront que des dépouilles que nous recevons, il y aura au moins le repos de l’âme et l’apaisement de toute une nation qui peut enfin leur offrir une sépulture juive en terre d’Israël. Et ceci n’a pas de prix."Olivier Rafowicz

* (note personnelle : et les ennemis d’Israël le savent !)

Toutefois, afin de combattre toute désinformation à propos de la libération de Samir Kuntar, l’infâme assassin de la famille Haran, lisez l’article de Ilan Tsadik pour Metula News Agency sous le titre "Les marchands d’os d’Allah et leurs complices", qui rappellent les faits tels qu’ils se sont déroulés à l’époque : www.menapress.com              

 
" ‘hazak vé émats méod…" sois très fort et résolu, sans peur et sans faiblesse, car l’Eternel ton D.ieu sera avec toi dans toutes tes voies ! (Yehoshua 1,9)
 
—————————————————————————–
 
En bref… en bref… en bref..
 
La chaîne de télévision israélienne Arouts 10 diffusera ce jeudi soir (3 juillet) un documentaire sur la femme d’Ehoud Goldwasser, soldat israélien kidnappé par le Hezbollah le 12 juillet 2006. Karnit Goldwasser a été suivie dans sa vie quotidienne pendant un an depuis mars 2007. (Guysen.International.News)
 
 
MENACE SISMIQUE MAJEURE SUR ISRAËL !
Les experts le répètent depuis longtemps, Israël n’est pas suffisamment préparé pour faire face à un important tremblement de terre. Récemment, le ministère de la santé a envoyé des recommandations aux hôpitaux du nord du pays pour qu’ils se tiennent prêts, craignant que les récentes secousses enregistrées au Liban ne touchent aussi Israël.
Le gouvernement israélien n’envisage toutefois aucun renforcement de bâtiments publics, situation préoccupante pour le service public, mais bien plus encore pour les particuliers indique Guysen. Le président de la commission interministérielle chargée des préparatifs à un séisme éventuel a déclaré : "Si le public pense que le gouvernement doit renforcer les habitations privées, il se trompe. Cette tâche incombe aux civils."
 
 
SEISME SUR L’ÎLE DE BRISTOL
Un séisme de magnitude 6,7 sur l’échelle de Richter a ébranlé le sud de l’Océan Atlantique près de l’île britannique de Bristol. Pas de blessés ni de dégâts matériels. (Guysen Int. News)
 
LONDRES & MANCHESTER RENDENT HOMMAGE A ISRAËL 
Plus de 45 000 personnes ont défilé dimanche à Trafalgar square et dans les rues de Londres et de Manchester en l’honneur d’Israël et du 60ème anniversaire de son indépendance en présence du ministre israélien des Affaires sociales et de la Diaspora, Itzhak Herzog, qui était l’un des invités d’honneur de la manifestation londonnienne. (Guysen Int. News)
Publicités

L’ESPERANCE EN UN MONDE MEILLEUR JUIN / JUILLET 2008

Cette rubrique se veut résolument optimiste tout en tenant compte de la réalité, mais refuse de se laisser aller au pessimisme ni de faire une place au racisme, à l’antisémitisme, à la lâcheté, à la violence, voire, à la barbarie qui sévissent dans le monde. Plus, elle veut combattre ces fléaux. Même si mes propos peuvent paraître relever de l’utopie, voire, de la « douce folie », il est un fait que l’on ne peut nier : si beaucoup d’entre nous luttent contre cela et agissent, chacun à son niveau, on fera forcément bouger les choses, lentement mais sûrement, tous ensemble ! « Qui va piano va sano » dit le fameux dicton ! Nous voulons quand même espérer en un MONDE MEILLEUR ! Il suffit de vouloir vraiment construire par nous-même ce monde que nous aimerions habiter, ce fameux « monde meilleur » dont on parle tant mais qu’on ne voit jamais arriver, et pour cause ! Si nous attendons que d’autres le construisent pour nous, cette attente sera infiniment longue… et nous risquerons d’être très déçus !! Si nous retroussons nos manches et chacun à son niveau, si nous combattons aussi l’indifférence et l’intolérance en mettant notre intelligence à contribution, si nous essayons d’être plus sympas avec les autres, de les écouter, d’être attentifs et de garder un coeur prompt à s’émouvoir et à aider, alors cela se réalisera par chacun d’entre nous…
Vous verrez, il y a des tas de raisons de se réjouir et tout n’est pas si noir ! Alors courage à tous et HAUTS LES COEURS !
Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile Étoile
21 juillet 2008
QUELLE ARME CONTRE DES MONSTRES QUI  N’HESITENT PAS A PRENDRE LEURS PROPRES ENFANTS EN OTAGE ?

c2985 untitled enfant palestinien bird Modia

Contre des sauvages qui élèvent et entraînent dans des camps spécialisés leurs jeunes enfants depuis des années dans la haine absolue des israéliens et les envoient à la mort sans sourciller pour vaincre leurs ennemis jurés,  Israël n’aura donc pas le choix et devra, par sa seule force spirituelle ravivée, aidé par ceux des nations qui le voudront, faire éclater le « mal absolu » incarné notamment par le monde musulman prônant des idées islamistes extrémistes et le transformer en « bien absolu », en suivant les conseils de leurs rabbins en se comportant toujours selon la Torah et en observant les mitsvote qui y sont prescrites, seule arme efficace dans sa situation. Même si le combat de la civilisation contre la barbarie sera long, ne doutons pas qu’il sera payant.

« Tout celui qui hait Israël, hait Celui qui a créé le monde par le verbe » (Sifri 10,35).

9 juillet 2008
Le Canada, un  ami d’Israël : son premier ministre fait preuve d’ une attitude courageuse qui se démarque nettement des nations en se mettant aux côtés d’Israël

Déclaration récente du 1er ministre canadien Stephen Harper à Ottawa  : « Le Canada continuera à se tenir aux côtés d’Israël, et s’opposera systématiquement aux décisions internationales anti-israéliennes qui sont toujours unilatérales. Le droit d’Israël à se défendre n’est pas susceptible d’être remis en question, y compris contre les régimes qui veulent sa destruction. Il ne faut pas prendre les menaces contre Israël à la légère » Le premier ministre a également annoncé « que son pays ne participerait pas à la 2ème conférence de Durban » et a rappelé « il n’y a pas de place dans le monde pour la haine, le racisme et l’antisémitisme” et que “son pays avait été le premier à couper les relations avec le Hamas”.

Il a déclaré que « son pays n’était pas exempt de critiques ». A ce propos il a rappelé le tragique épisode de 1939, quand le « St Louis » empli de réfugiés juifs qui demandaient asile au Canada a essuyé un refus de la part de ce pays après avoir fait la même requête à Cuba, qui avait fait de même et le bateau dut retourner en Europe. Le premier ministre a ajouté : « Il faut mettre l’accent sur l’enseignement de la Shoa, non seulement pour des raisons historiques, pour que de telles choses ne ses reproduisent plus, mais pour lutter contre les formes actuelles d’antisémitisme et la volonté de certains de détruire l’Etat juif »

Nouvelle encourageante, mais y aura-t-il d’autres pays sincères et sans double langage qui oseront s’opposer fermement au plus grand nombre, qui s’unit contre ce tout petit pays qui, jusqu’il y a peu se sentait si seul contre tous ?

A PROPOS D’ISRAËL, POUR TOUS CEUX QUI ONT DECIDE DE PASSER LEURS VACANCES EN ISRAËL, POUR CEUX QUI AIMENT ISRAËL TOUT SIMPLEMENT, OU ENCORE POUR TOUS LES CURIEUX QUI AIMENT L’HISTOIRE ET VEULENT SE CULTIVER AGREABLEMENT, VOILA UN BON GUIDE QUI LEUR FERA CONNAÎTRE LA CULTURE JUIVE ET DECOUVRIR LA VILLE ETERNELLE QU’EST JERUSALEM SOUS UN ANGLE QU’ILS NE CONNAISSAIENT PAS : www.modia.org

——————————————————————————————————–

4 JUILLET 2008
921889 eb8b95b6-9dd9-11dc-8873-477b43a01fb5 847108
A l’occasion du second anniversaire de l’enlèvement de Guilad Shalit par le Hezbollah, des écoliers américains du Bronx, New York, ont lu le conte que le soldat israélien a écrit lorsqu’il était lui-même écolier. Ce conte, publié par l’ancien professeur de Guilad et déjà traduit en anglais et arabe, parle d’un requin et d’un poisson, ennemis jurés, qui deviennent pourtant amis malgré la pression de leurs parents. Une grande leçon de tolérance.

« Quand le requin et le poisson se rencontrent » (un conte écrit par Guilad Shalit lorsqu’il avait 11 ans, en classe de CM2 )

– 1 –
Un gentil petit poisson nageait au milieu d’un océan paisible. Tout à coup, il vit un requin qui voulait le dévorer. Le poisson ne mit alors à nager très vite, mais le requin fit de même. Soudain, le poisson s’arrêta et interpella le requin : « Pourquoi veux-tu me dévorer ? Nous pouvons jouer ensemble ! »
Le requin réfléchit longuement et dit : « Bon d’accord. Jouons à cache-cache ».
Le requin et le poisson jouèrent toute la journée, jusqu’au coucher du soleil. Dans la soirée, le requin rentra chez lui.

– 2 –
Sa mère lui demanda : « Comment s’est passée ta journée, mon requin chéri ? Combien d’animaux a-t-tu dévoré aujourd’hui ? » Le requin répondit : « Aujourd’hui, je n’ai dévoré aucun animal, mais j’ai joué avec une créature appelée Poisson ».
« Le poisson est un animal que nous mangeons. Ne joue pas avec lui ! », dit la mère du requin.
Dans la maison du poisson, la même chose se produisit. « Comment vas-tu, petit poisson ? Comment s’est passée ta journée dans l’océan ? » demanda la mère du poisson.
– 3 –
Le poisson répondit : « Aujourd’hui, j’ai joué avec un animal appelé Requin ».
« Le requin est l’animal qui a dévoré ton père et ton frère. Ne joue pas avec cet animal », répondit la mère.
Le lendemain, ni le requin, ni le poisson ne se montrèrent au milieu l’océan.
Ils ne se rencontrèrent pas pendant des jours, des semaines voire des mois. Puis un jour, ils tombèrent l’un sur l’autre. Chacun s’enfuit auprès de sa mère, et une fois de plus, ils ne se rencontrèrent pas pendant des jours, des semaines, des mois.
– 4 –
Au bout d’une année entière, le requin sortit faire une petite nage et le poisson fit de même. Pour la troisième fois, ils se rencontrèrent et le requin alors dit : « Tu es mon ennemi, mais peut-être pouvons-nous faire la paix ? »
Le petit poisson dit : « D’accord ».
Ils jouèrent en secret pendant des jours, des semaines, des mois. Jusqu’au jour où le requin et le poisson rendirent visite à la mère du poisson et parlèrent avec elle. La même chose se produisit avec la mère du requin. Et depuis ce jour, les requins et les poissons vivent en paix. »

928862

23 JUIN 2008

Toute nuit noire est une aube qui vient. (Edmond Fleg)
COEUR  JUIF,  ESPOIR  D’UNE  NATION
coeur vert
Dans la pénombre d’un crépuscule naissant
Se met en marche le peuple du D.ieu Un.
Mais il sent qu’au bout de son chemin
Emerge une lumière qui irradie chacun
Jusques au fond du coeur, du coeur juif.
C’est dans la nuit, la nuit sombre et profonde
Que tombent les Juifs, le peuple du D.ieu Un
Mais il le sait, tout n’est pas perdu, une lueur
Eclaire encore son horizon, bouché en apparence.
Il est sûr qu’au bout du long chemin est Hachem.
C’est dans la nuit noire, lourde chape de plomb
Que se relève, confiant, le peuple du D.ieu Un.
Un temps viendra, il le sait, où il verra, là-bas
La lumière divine au bout de son chemin.
Un jour, il en est sûr, elle illuminera son destin.
Dans la blafarde lueur du jour qui se lève
Marche courageusement le peuple du D.ieu Un.
Toujours l’espérance du retour gravée en son coeur
L’aide à supporter tous ses nombreux malheurs.
Tant il espère en son D.ieu que vraiment il y croit.
Dans la lumière d’un jour qui naît progresse à grands pas,
La tête haute, le peuple d’Israêl, le peuple du D.ieu Un.
L’espoir est vraiment là, puisqu’il est, encore !
De tous les horizons il est venu et s’est rassemblé.
Alors vers sa terre, vers Israël, vers Sion il s’avance.
Dans l’éblouissante clarté d’un jour transformé la joie éclate
Quand, le Messie à leur tête, s’avancent les princes d’Israël.
Confiante, sur sa Terre Promise, une nation entière pose ses pas.
Sion exulte, la Chekhina* enfin de retour, le Temple resplendit.
Tous les peuples viennent prier D.ieu, béni soit-il, dans la gloire.
Après des millénaires sur la terre d’Israël sont enfin réunis
Le Roi et son peuple, au milieu des nations venues pour l’occasion
Prier en son saint Temple, à présent par tous comme le leur reconnu.
Israël, jamais Tes enfants n’ont douté, alors, Hachem, Tu les as ramenés.
Pour toutes les bontés dont Tu nous as comblés, Adonaï, sois remercié !
Maryse
* Présence Divine

ÊTRE JUIF N’EST PAS UNE HONTE, C’EST UNE JOIE ET UN HONNEUR !

C’est le message que je voulais transmettre à ce peuple après les derniers événements, aussi bien en France qu’en Israël. A force d’entendre que les Juifs sont ceci ou cela, la plupart du temps décrits de façon négative par la bouche des non juifs, même parmi ceux qui disent  ne pas être antisémites, mais seulement « anti-sionistes » par exemple, cette parole banalisée est par conséquent désormais communément admise par le plus grand nombre et nombreux sont ceux qui en arrivent à s’en persuader eux-mêmes et reprennent à leur compte, fussent-ils des hommes de Torah, sans même y prendre garde, les arguments de leurs détracteurs contre eux-mêmes et leurs propres frères Juifs. C’est un fléau en ce 21ème siècle naissant, dont il faudra bien que tout un chacun prenne conscience et qui devra être combattu avec vigueur et détermination, sous peine de voir une partie toujours grandissante de la Communauté basculer dans l’assimilation totale, danger auquel fut de tout temps soumis le peuple juif, qui perdit ainsi tant de ses membres au cours des millénaires.

Habituée à  toujours exprimer le fond de ma pensée, je me permets ici de donner mon opinion, sans jugement d’aucune sorte et en toute modestie, en tant que simple mère de famille, ce qui n’engage que moi-même, tant je suis triste d’assister à ce qui se passe aujourd’hui au sein même du peuple Juif, pour lequel j’ai la plus grande tendresse. Même si beaucoup ont fait et font toujours tout pour cacher leur appartenance à ce peuple, à qui ils ont parfois « honte » d’appartenir, (et j’en connais !), sentiment tout à fait légitime et humain, car souvent poursuivi, menacé, humilié et assassiné, partout où il se trouve en diaspora dans le monde entier, même si beaucoup s’ingénient à  « gommer » du mieux qu’ils le peuvent leurs différences  pour « se fondre dans la masse » en s’assimilant à la population ambiante au sein de laquelle ils évoluent (ce qu’ils savent très bien faire, ayant l’entraînement de plusieurs millénaires de persécutions derrière eux), ce peuple qui, quoi qu’on en dise, est « spécial  par tant de côtés positifs », et quoiqu’on en dise aussi, tous les efforts qu’ils déploient dans ce sens sont vains et le resteront. (Ce n’est pas moi qui le dis, mais les faits nous le font comprendre.) Quoiqu’ils fassent, leur judéité les rattrape toujours ! Il n’est, pour s’en convaincre, que de relire l’histoire de ce peuple depuis ses origines, qui, partout se croyait protégé par les pays qu’ils servaient (et servent toujours avec fidélité), mais qui, immanquablement, s’est vu renié et rejeté partout où il se trouvait en « galoute » (exil) dans le monde, parce qu’il était Juif !

Alors, même si l’un d’entre eux est pris à partie et sauvagement battu en raison de ses origines, ce n’est pas pour autant que les Juifs ne doivent pas s’affirmer en tant que tels et étouffer en eux le sentiment d’être fiers d’être Juif ? BIEN AU CONTRAIRE ! (N’oublions jamais que c’est un honneur qui leur fut attribué par D.ieu Lui-même, qui confia à ce peuple – ne nions pas les faits et regardons les choses en face – une mission, après qu’elle eût été refusée par toutes les autres nations ), rien de moins que celle de transformer le mal du monde en bien. Ils ont commencé à combattre le paganisme en faisant connaître D.ieu dans le monde (tâche dont ce peuple a déjà commencé depuis longtemps à s’acquitter, très bien d’ailleurs, puisqu’il est à l’origine des deux autres monothéismes dérivés du judaïsme que sont le christianisme et l’Islam.) C’est Abraham, qui le premier découvrit l’existence du Créateur et enseigna cette découverte autour de lui. C’est lui qui eut le courage de briser les idoles dans le magasin de son père et qui eut encore le courage, bien que déjà âgé de 75 ans, de répondre à Son appel et à partir de chez lui pour se mettre en route vers une terre inconnue qui deviendrait un jour ISRAËL ! Même pour qui se dit « laïque », celui-là ne peut nier les bienfaits apportés au monde – ne serait-ce que les « Droits de l’Homme », inspirés des « Tables de la Loi » (les 10 Commandements) – ni les origines divines de ce peuple, né au Sinaï et « mandaté » par le Créateur Lui-même (qu’on le veuille ou non) le jour où il reçut la Torah des mains de Moïse, choisi pour parler au peuple, lequel peuple tout entier fut d’ailleurs témoin du prodige !

Bien que j’avoue n’avoir aucune formation d’aucune sorte, je m’exprime ici « avec le cœur », qui comprend bien mieux les choses, me semble-t-il, qu’un esprit uniquement mû par « l’intellect ». Ainsi, comme déjà formulé ici  il y a quelques mois, cette grande nation a de quoi être fière d’avoir apporté au monde tant de bonnes choses, dont le monde oublie bizarrement la source ! Ce peuple, si petit par sa taille et si décrié par le monde entier, est jalousé (n’ayons pas peur des mots) pour ses nombreuses aptitudes créatives dans tous les domaines et ses dons d’adaptation exceptionnels à toutes les situations. Ceci dit, je fais partie de ce peuple dit « non-juif » et j’assume mes origines. Ce n’est cependant pas pour autant que je l’approuve dans ses prises de position contre Israël ou les Juifs en général, (comme vous l’aurez bien sûr compris depuis longtemps !) Modestement encore une fois, je ne me prends pour personne d’important, bien loin de là, mais pour une simple « citoyenne du monde », comme tout un chacun, qui n’ai ouvert ce blog, à l’origine, que pour dire mon amour à ce peuple par le biais de quelques simples poèmes qui me sont venus à l’occasion de ma rencontre avec le judaïsme, que je ne connaissais absolument pas auparavant. Bien que cette démarche semblera peut-être quelque peu étrange, peut-être même « déplacée » de la part d’une non juive, qui plus est, totalement anonyme, mon appel aux Juifs du monde entier est néanmoins le suivant :

EN TOUTES CIRCONSTANCES, SOYEZ JUIFS AVANT TOUT ET FIERS DE L’ÊTRE.

N’AYEZ PAS PEUR D’AFFIRMER VOS ORIGINES, VOUS, LES PRINCES DE L’ETHIQUE,

MALGRE LES MENACES EXTERIEURES, NE VOUS LAISSEZ PAS INTIMIDER PAR LES  REPRESAILLES D’UNE POIGNEE D’ANTISEMITES BÊTES ET MECHANTS QUI TENTENT DE S’IMPOSER PAR LA FORCE ET QUE L’IMPOSSIBILITE DE S’EXPRIMER EN PAROLES LES POUSSE A UTILISER LEURS SEULES ARMES : « LA MENACE, L’INSULTE, LA FORCE ET LES COUPS », AUXQUELS VOUS VOUS DEVEZ DE REPONDRE D’ABORD DE MANIERE VERBALE ET RAISONNABLE, MAIS VOUS AVEZ AUSSI LE DROIT DE VOUS DEFENDRE PHYSIQUEMENT, C’EST MÊME UN DEVOIR ! VOUS AVEZ, VOUS AUSSI, LE DROIT D’EXISTER !

SOYEZ « FORTS ET COURAGEUX », COMME L’INDIQUENT VOS TEXTES.

RELEVEZ LA TÊTE, VOUS N’EN SEREZ QUE DAVANTAGE RESPECTES PAR LES AUTRES NATIONS.

JUIFS DU MONDE ENTIER, SOYEZ FIERS DE VOS NOBLES ORIGINES !

Et n’oubliez jamais cette petite phrase que l’on trouve dans les Tehilim, extraite du Psaume 121, 4 et qui revient si souvent, dans de nombreux textes juifs, parce qu’elle est vraie :

« IL NE DORT NI NE SOMMEILLE, LE GARDIEN D’ISRAËL ! »

Voici l’un des très beaux poèmes que j’affectionne particulièrement :

POURQUOI  JE  SUIS  JUIF,  PAR  EDMOND  FLEG (1874-1963)

« Pour moi, qui ai si longtemps cherché la preuve de l’existence de D.ieu, je l’ai trouvée dans l’existence d’Israël.

Je suis juif, parce que, né d’Israël et l’ayant perdu, je l’ai senti revivre en moi, plus vivant que moi-même.

Je suis juif, parce que, né d’Israël et l’ayant retrouvé, je veux qu’il vive après moi, plus vivant qu’en moi-même.

Je suis juif, parce que la foi d’Israël réclame de mon coeur toutes les abnégations.

Je suis juif, parce qu’en tous lieux où pleure une souffrance, le Juif pleure.

Je suis juif, parce qu’en tous temps où crie une désespérance, le Juif espère.

Je suis juif, parce que la parole d’Israël est la plus ancienne et la plus nouvelle.

Je suis juif, parce que la promesse d’Israël est la promesse universelle.

Je suis juif, parce que, pour Israël, le monde n’est pas achevé : les hommes l’achèvent.

Je suis juif, parce que, pour Israël, l’Homme n’est pas créé : les hommes le créent.

Je suis juif, parce qu’au-dessus des nations et d’Israël, Israël place l’Homme et son Unité.

Je suis juif, parce qu’au-dessus de l’Homme, image de la divine Unité, Israël place l’Unité divine et sa divinité. »

Edmond Fleg

REGARDEZ COMME EST BELLE LA JEUNESSE ISRAELIENNE : Voici la vidéo d’une chanson de Shaï Gabzo « ARIM ROSHI » (Je lèverai la tête) http://www.youtube.com/v/d353RthngRE&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed (rafaelchetrit)

ainsi que le clip original de Shaï Gabzo

http://www.youtube.com/v/j_lwSJ76p-Y&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed (michi55)

et le texte traduit de l’hébreu ci-dessous (source : Road90- Un grand merci à lui) : JE LEVERAI LA TÊTE

Je marche maintenant dans le sentier du présent. Comme un enfant en train de se perdre. Mes mains sont tendues, cherchant de l’aide pour continuer avec toi le voyage. Sur les talus, les fleurs semblent avoir perdu leur identité, et cherchent encore un rayon de lumière qui les aide. Une autre gorgée d’eau des sources de la sagesse leur apportera l’espérance.

REFRAIN : Je lèverai la tête, je lèverai les yeux vers les montagnes dans le lointain. Ma voix sonnera comme un cri, comme la prière de l’homme. Et mon coeur clamera : « D’où me viendra-t-on en aide ? »

Je marche maintenant au milieu de nouveaux paysages. Comme mes pas se font lents… « Qu’y a-t-il lào bas qui n’existe ici ? » me demande un passant. « Que recèles-tu en ton coeur ? » Un vieillard de la ville, tout son passé sur le dos, regarde alentour eet cherche ses repères. Comme le présent est si dur, je ne dirai rien. Je lèvera la tête vers demain.

REFRAIN : Je lèverai la tête, je lèverai les yeux vers les montagnes dans le lointain. Ma voix sonnera comme un cri, comme la prière de l’homme. Et mon coeur clamera : « D’où me viendra-t-on en aide ? » Mes mains sont tendues.

HONNEUR AUX JUIFS

Juif : Quel joli mot ! Et le porter, quel honneur !

Une non-Juive vous le dit avec raison,
Mais contre lui, sauf exception sont les nations.
Lui aussi aspire à la paix et au bonheur.
En tous temps fidèle, intacte est sa foi,
Malgré la diaspora et les humiliations,
Tortures, pogroms, essais d’extermination,
Depuis toujours de son D.ieu vivante est la loi.
Aux nations la « parole du Livre » par lui
Est transmise, lui le prince de l’éthique,
Morale trop dure pour la masse ethnique :
Cela, le reste du monde l’a toujours fui.
Un peuple droit, à ses traditions fidèle
Et à sa foi depuis tant de millénaires,
Cela déplaît au monde, joug tutélaire.
Mais vraiment D.ieu, que cette nation est belle !
Transformer un marécage en une forêt,
Un désert en un immense jardin fertile
Avec fruits et fleurs et leurs parfums subtiles,
Cela, courage et savoir-faire requiert.
Au monde toujours le meilleur de lui donna.
Depuis longtemps être estimé il espère.
Sans les Juifs le monde serait moins prospère.
A l’évidence on veut ignorer cela.
Car ce sont bien eux qui tant de belles choses
Au monde ont apporté, laïc comme croyant,
Les valeurs morales et les commandements.
Mais de dire cela aujourd’hui qui l’ose !
Et là, le bec aux antisémites clouons !
Tes aïeux tu honores avec constance et foi
Et toujours tes enfants pourront compter sur toi.
Alors là notre morgue de côté mettons.
Ton pays jamais de plein gré tu n’as quitté ;
Des prophètes et patriarches l’héritier,
Qui, longtemps les Hébreux ont bien su éclairer,
D’Abraham à Ezra en passant par Moché,
A Sarah, Myriam, Deborah tu fais honneur.
De ces Hommes/Femmes l’histoire est féconde
Qui ont tant marqué leur passage en ce monde
Qu’aujourd’hui beaucoup s’y réfèrent et font leurs.
Tant de grands savants au monde tu as donnés :
Compositeurs, philosophes et écrivains,
Prix Nobels, hommes politiques, comédiens…
Un jour selon ta valeur tu seras traité.
Ce peuple voudrait tant déposer les armes !
Mais l’espoir de recevoir des autres l’amour
Ne perd pas, ni son sens bien connu de l’humour.
Et cela dans la joie et malgré les drames.
Aux douleurs physiques, aux fleuves de larmes,
Aux douleurs du coeur, douleurs de l’âme, vécues,
Dites-moi quelle nation aurait survécu ?
Pour son D.ieu, pour sa terre brille sa flamme.
On ne peut à un tel peuple que s’attacher.
Belle et forte Israël, tu te bats pour ta vie.
Je le dis haut et fort, sur les toits je le crie :
Apprendre à te connaître déjà c’est t’aimer !
Non, pour ton pays tu ne luttes pas en vain,
Et même si tes voisins se font invasifs,
N’oublie pas qu’aussi Juif rime avec positif !
De la carte rayé ? Non ce n’est pas demain !
Bien que souvent en furent chassés les Hébreux,
Les Juifs aiment leur pays, ne l’ont jamais fui.
De leur sueur, de leur labeur il est le fruit.
Au Jardin d’Eden vit ce peuple courageux.
Maryse
—————————————————————————————————————————–
QUI SE SOUCIE ENCORE DES VICTIMES DE LA CHOAH QUI MEURENT DE FAIM EN ISRAËL CHAQUE JOUR PAR DIZAINES ? NOUS SOMMES TOUS COMPLICES !
MAIS GARDONS NOUS D’OUBLIER CEUX QUI ONT TANT SOUFFERT PENDANT LA CHOAH, TEMPS HONNI DE L’HISTOIRE OU, ENANTS,  ADOLESCENTS OU JEUNES ADULTES, ILS PASSERENT DES MOIS, VOIRE, DES ANNEES DANS DES GHETTOS OU DANS  DES CAMPS DE CONCENTRATION.  ILS  EN ONT MIRACULEUSEMENT RECHAPPE. ALORS, ILS ETAIENT PARTIS VERS  LEUR PAYS TOUT NEUF  POUR S’Y INSTALLER, L’ESPOIR AU COEUR ET SANS DOUTE AVEC DES IDEES PLEIN LA TÊTE D’UN  BONHEUR QU’IL SERAIT ENFIN POSSIBLE DE RECONSTRUIRE, TANT BIEN  QUE MAL…
LES VOILA QUELQUES DIZAINES D’ANNEES PLUS TARD, A L’ÂGE DE LA RETRAITE,  MOURANT DE FAIM A NOUVEAU ET D’UN MANQUE INOUÏ D’AMOUR, TOUT COMME JADIS  DANS LEUR  ENFER QUOTIDIEN QUELQUE PART DANS L’EST DE L’EUROPE, ABANDONNES PAR TOUS, ATTENDANT LA MORT AVEC RESIGNATION PARCE QUE LEUR PAYS NE VEUT PAS LES NOURRIR ET LES TRAITE EUX AUSSI COMME LE FAISAIENT  AUTREFOIS LEURS BOURREAUX  NAZIS : COMME DES BÊTES.
LEUR GOUVERNEMENT ATTEND CYNIQUEMENT QU’ILS MEURENT UN A UN,  AFIN DE POUVOIR GARDER POUR EUX L’ARGENT QUI LEUR ETAIT DESTINE. MÊME SI QUELQUES-UN EN PARLENT, PERSONNE NE DIT MOT DANS LE MONDE DE CE GIGANTESQUE SCANDALE, QUI MERITERAIT POURTANT DE FAIRE CHAQUE JOUR LA UNE DES JOURNAUX  !!!!!

thumb_Drapeau1-TItn_dscf3200vHumiliation, avant son exécution,  d'un Juif à olkusz en Polognesurv_dachautn_pensEe-pour-tous-rscn2953vieux
voici le triste sort que nous, leurs contemporains, leur réservons aujourd’hui ! http://www.youtube.com/v/T9qstxY8xnQ&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed
Jordan ‘Haviv « We will rise again »:
——————————————————————————————————————————
Voici un message tel que je l’ai trouvé sur ma boîte e-mail, parmi d’autres informations :
Un petit orphelin de 12 ans et fou amoureux d’Israël voudrait venir en vacances chez lui… Il n a pas d’argent et m’a fendu le coeur en m’annonçant qu’il a vendu sa playstation pour 35 euros et économise pour son billet d’avion. Pour l’aider, contactez Michael Liebman : 00972.2.996.08.23. g.benitah@yahoo.fr

Musique (2) A LA DECOUVERTE DE LA CHANSON ISRAELIENNE

« A LA DECOUVERTE DE LA CHANSON ISRAELIENNE (2) » 

 

RIKA ZARAÏ

Voici ce que disait Jacques Brel de Rika Zaraï lorsqu’elle a débuté : « Voici le feu, voici la force, voici la terre, une autre terre que l’habitude et qui déchire par sa tendresse et sa fierté. C’est la vie qui chante. Vive Rika ! » Née à Jérusalem le 19 février 1938, son père venait de Russie et sa mère de Pologne. Elle décroche son bac à 17 ans et obtient de faire immédiatement sa période militaire, devançant l’appel d’un an. Elle a suivi le conservatoire de musique de Jérusalem, où elle a obtenu un premier prix de piano. Au cours des 18 mois d’armée, elle est désignée productrice de musique dans un groupe de l’armée du centre. Elle produit une comédie musicale Cinq sur cinq qui aura un grand succès dans les camps militaires, comédie qui fut également montée au Grand-Théâtre d’Israël. Venue en France pour poursuivre ses études du métier de chanteuse, elle a eu des débuts très difficiles, chantant dans d’infâmes cabarets pendant deux ans et demi. Elle rencontre alors Eddy Barclay en quête de chanteuses « avec accent » Un certain 9 novembre 1969, une bourrasque de vent, du brouillard, un précipice, c’est un terrible accident de voiture. La chanteuse sombre dans le coma durant six jours et reste immobilisée pendant huit mois dans une coquille de plâtre : une calcification difficile, une impossibilité de consolider les os brisés. Les médecins lui prédisent une paralysie à vie. Sa carrière semble terminée mais elle se bat et pratique deux thérapies : l’argile et l’absorption de tisanes. Au bout de 3 ans, à force d’acharnement et de courage, elle a pu guérir et retrouver le chemin de la scène. Début juin 2008, Rika Zaraï est hospitalisée en urgence à la suite d’un accident vasculaire cérébral.

104f439dbef97bad2ee2add4b549c2e1

EYAL GOLAN

Ce jeune israélien, de son vrai nom Eyal Biton, est né à Rehovot en 1971. Il chante dans le style « mizrahi ». Il a commencé à chanter dès l’âge de seize ans et a sorti son premier album en 1993. En 1996 il sortit un second album qui incluait des chansons de Shlomo Artzi. Mais c’est son troisième album qui le propulsa sous les « sunlights » et à partir de là il connut un grand succès en Israël. « 

L’un de ses titres : « Elohaï » : http://www.youtube.com/v/gsY2ApLPMlE&rel=1

« Ben hatov vehara » Eyal Golan et Zlil Meitar : http://fr.youtube.com/watch?v=DxMdkrq09Fg

« Liknot Lakh Yahalom » http://www.youtube.com/v/HDJbmXOi4n4&rel=1

ou encore : http://www.youtube.com/v/sWQcT6dp9OM&rel=1 et http://www.youtube.com/v/6n8minzez9A&rel=1

« Avihu Medina » http://fr.youtube.com/watch?v=_p2kEqH40dw

« Dmaot Pistoleru » : http://fr.youtube.com/watch?v=uYJ7LEe22rQ http://www.youtube.com/v/uYJ7LEe22rQ&color1=0x006699&color2=0x54abd6&hl=fr

« Biladaich«  בלעדייך http://fr.youtube.com/watch?v=jIG5sBMafAg

« Lohemet » http://fr.youtube.com/watch?v=SxF5roSpQc4

« Perfekt world » (עולם מושלם) http://fr.youtube.com/watch?v=JRjR_pVRll4

« Rumors » http://fr.youtube.com/watch?v=zjpD9ayZTIM

« אייל גולן » (chanson yéménite)  http://fr.youtube.com/watch?v=Wx-CNBx-g8Y

« Tsi la Halon » http://fr.youtube.com/watch?v=RrExzGApTMc

« lhisha balayla » http://fr.youtube.com/watch?v=IcCUcXCdxZ0

« Yafa sheli » http://fr.youtube.com/watch?v=LR6BNrryBTk

NOA (Ahinoam Nini)
Son vrai nom est Achinoam Nini est née à Tel Aviv en le 23 juin 1969; Alors qu’elle n’a que 2 ans, son père et sa mère décident d’émigrer aux Etats-Unis. Ils s’installent dans le quartier du Bronx à New York.A l’âge de 17 ans, elle quitte l’école des arts de New York pour retourner en Israël, où elle fera son service militaire. Puis elle étudie à la Rimon School of Jazz& Contemorary Music, où elle rencontre le compositeur Gil Dor, avec qui elle enregistre deux albums. Puis elle rencontre le célèbre guitariste Pat Metheny, qui co-produit l’album Noa, le premier diffusé dans le monde entier. C’est le début de sa carrière internationale.Très engagée dans la lutte contre la faim, elle devient ambassadrice de l’ONU contre la faim.
Noa chante ici avec Maurane la chanson de Simon & Garfunkel « Bridge over troubled water » http://www.youtube.com/v/XZtcmDC2zm0&rel=1
אחינועם ניני-עקרה/בן לו היה לי, וכזאת אנוכי

(3) INFOS JUIN 2008

29 juin 2008                
 

EPREUVE SUPPLEMENTAIRE POUR LES PARENTS DES SOLDATS REGUEV & GOLDWASSER,

enlevés par le Hezbollah avant la guerre de l’été 2006 au Liban. Après une longue attente où des dizaines de personnes s’étaient rassemblées à Jérusalem, face au bureau du Premier Ministre en soutien aux familles des prisonniers et afin de pousser le gouvernement à voter en faveur d’un échange des prisonniers et après plusieurs heures de débat, l’échange a été accepté par les Israéliens. Mais on apprenait en même temps la mort des deux soldats, dont les dépouilles seront donc échangées contre le terroriste libanais Samir Kuntar, (responsable de la mort de 4 Israéliens, dont 1 homme et sa petite fille de 4 ans dans le massacre de Nahariya en 1979), ainsi que plusieurs autres prisonniers palestiniens, qui, eux, sont tous encore en vie ! Le premier ministre israélien Ehoud Olmert a déclaré lors d’une réunion de son gouvernement que les deux soldats étaient morts. Selon un responsable israélien qui souhaite garder l’anonymat, Olmert aurait déclaré à ses ministres "nous savons ce qui leur est arrivé". C’est la première fois que les autorités israéliennes disent clairement que les deux hommes ne sont plus en vie. .

 

RAPPEL DES FAITS

Le matin du 12 juillet 2006, Ehud et Eldad participaient à une patrouille à la frontière nord, dans le cadre de leur période de réserve. La patrouille, composée de deux véhicules, se déplaçait en territoire israélien, parallèlement à la clôture qui marque la frontière avec le Liban. Oudi occupait le siège avant droit et Eldad était assis derrière lui. Le Hezbollah lança une attaque de grande envergure dans la matinée contre les localités de la région en bombardant et attaquant à l’arme légère. (On apprit par la suite que ce n’était là qu’une opération de diversion pour permettre l’enlèvement des deux soldats)

Les véhicules de la patrouille furent soudain attaqués par des terroristes du Hezbollah. Le véhicule de tête, dans lequel se trouvaient les deux Israéliens, fut touché le premier par un missile RPG et le second, avec 3 hommes à bord, situé à une soixantaine de mètres ont pu signaler l’attaque par radio avant d’être eux aussi atteints par deux missiles anti tank et tués. Les terroristes ouvrirent le feu sur les soldats déjà blessés. L’un d’eux, le conducteur du premier véhicule réussit à s’en extraire et à traîner avec lui le soldat blessé qui était assis derrière lui. Les deux soldats furent enlevés sous un tir intense et emmenés en territoire libanais. Au total, quatre soldats furent tués au cours de ces événements, qui entraînèrent l’ouverture des hostilités dans le Nord. 

 

QUI ETAIENT CES DEUX SOLDATS

 

Ehoud-Goldwasser avait 32 ans. Il était né à Naharia et  était le  fils de Chlomo et de Miki Goldwasser. Il était marié, depuis octobre 2005 et rêvait, avec sa jeune femme, de fonder une grande famille. Ehoud était décrit comme un homme sympathique et généreux, ardent défenseur de l’environnement, qui aimait observer les animaux et les photographier.

 

Eldad, avait 27 ans et était le fils de Tsvi Reguev. Sa mère, Tova, est décédée. Très tôt, il avait décidé de servir dans une unité combattante et fut admis dans le régiment Guivati. Il avait commencé des études de droit à l’université de Bar Ilan. Très soucieux des problèmes d’autrui, Eldad était toujours prêt à apporter son aide. C’était un amateur de football, de musique et aimait beaucoup la lecture. Trois jours avant son enlèvement, il s’était rendu en permission dans sa famille pour l’anniversaire du décès de sa mère. Nous transmettons nos condoléances aux deux familles.

 

CONFIRMATION DE LA MORT DE RON ARAD

 
Toujours à propos des otages aux mains du Hezbollah, le groupe terroriste a annoncé à Israël qu’Aron Arad, le pilote de Tsahal dont on était sans nouvelle depuis sa capture en 1986 par la milice libanaise chiite n’était plus en vie dans un message transmis par le médiateur allemand Gerhard Konrad. Le Hezbollah doit remettre un rapport complet sur le sort du navigateur.
 
Il est cependant à noter que cette annonce ferait partie des accords conclus entre Israël et le Liban sur les futurs échanges de prisonniers. Parallèlement, le médiateur israélien Ofer Dekel devrait se rendre en Allemagne pour régler les accords avec le Hezbollah concernant l’échange des deux autres soldats Réguev et Goldvasser contre 5 prisonniers libanais. Cet échange devrait avoir lieu le 12 juillet prochain à la frontière entre Liban et Israël, au point de passage de Rosh Hanikra.
————————————————————————– 

 

LES ENFANTS DU DJIHAD

 

Le Département responsable de l’«éducation » islamiste au sein du gouvernement Hamas dans la bande de Gaza a diffusé un court métrage dont le site Maariv a donné des extraits révélant les méthodes d’endoctrinement des enfants palestiniens, lesquels sont initiés au maniement des armes, à la détestation d’Israël, des « Juifs et des sionistes mécréants », ainsi qu’aux principes de la « guerre sainte » par leurs propres parents. On y voit enfant portant un bandeau islamique sur le front portant la veste kaki des Moudjahidins qui jure de s’engager dans la voie de son père, le « martyr » Ashraf Moushtaha, lieutenant officier de la Force Exécutive du Hamas (mort le 12 juin dernier avec plusieurs autres membres de l’organisation, ainsi qu’un bébé), quand la bombe que le groupe terroriste destinait à Israël a explosé dans l’appartement où ils effectuaient les derniers préparatifs d’un attentat.

 

Bien que la direction du mouvement islamiste ait d’emblée reconnu que les sept «combattants d’Allah» et le bébé étaient morts «en raison d’un ennui technique», Naïm Moushtaha, douze ans, fils d’Ashraf Moushtaha «jure devant Dieu» de venger son père, qu’il souhaite retrouver au «paradis», et de «frapper» Israël…D’après un article d’Israël-Infos.net  

 
 
25 juin 2008 
DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE POUR LA LIBERATION DE L’OTAGE FRANCO-ISRAELIEN AUX MAINS DU HESBOLLAH, PLUS DE 100 000 INTERNAUTES ONT REMPLACE L’IMAGE DE LEUR PROFIL PAR CELLE DE GUILAD SHALIT 
                                      untitled guilad shalit     
Pour ce triste anniversaire, le deuxième, qui marque la capture du caporal israélien Guilad Shalit, Arc Interactive Israel a lancé une initiative sur le Net qui consiste à remplacer l’image de son profil par celle de Gilad Shalit et à indiquer sur leur profil : " moi aussi j’attends Guilad".

Les principaux réseaux sociaux concernés sont Facebbok, ICQ, et MSN Messenger. Ainsi plus de 100 000 surfers ont d’ores et déjà répondu à cette initiative.

Pour lire cet article de Mickael Finkelstein, cliquez sur  www.israelvalley.com/news/2008/06/25/18063/
 
VOUS AUSSI, CONTRIBUEZ A LA DEMANDE DE SA LIBERATION EN AFFICHANT SA PHOTO PORTANT LA MENTION "MOI AUSSI J’ATTENDS
GUILAD" SUR VOTRE SITE, VOTRE BLOG, MSN MESSENGER, ETC… 
 
Noam et Aviva Shalit, les parents de Guilat, ont décidé de présenter un recours devant la Cour suprême d’Israël afin de dénoncer les conditions de l’accord de cessez-le-feu intervenu la semaine dernière entre le Hamas et Israël. Ils ont exigé, par l’intermédiaire de leur avocat, que le cabinet reconsidère sa décision de lever le blocus économique afin de discuter à nouveau des modalités de l’accord conclu avec le Hamas.
 
En effet, la famille de l’otage franco-israélien accuse ouvertement le gouvernement d’Ehud Olmert de ne pas avoir inclus la libération de leur fils comme une condition à la trêve. Celle-ci craint en effet qu’en desserrant l’étau économique qu’Israël impose au Hamas, le gouvernement perde un moyen de pression esentiel nécessaire à la libération de ce dernier.

« Dans notre combat pour la survie de notre fils, il ne nous reste plus qu’à demander l’aide de la justice. Le premier ministre israélien Ehoud Olmert, la ministre des affaires étrangères Tzipi Livni et le ministre de la défense Ehoud Barak ont enfreint leur promesse en permettant la réouverture des points de passage alors que la libération de Guilad, qui devait être incluse dans l’accord, n’y figure pas, et cela contrairement aux engagements qu’ils avaient pris devant nous » ont expliqué les parents de Guilad. Ils veulent notamment empêcher l’application des premières mesures de l’accord, qui prévoit la réouverture des points de passages de Soufa et Karni afin d’acheminer les produits de première nécessité dans la bande de Gaza. Selon eux, cette réouverture pourrait en outre permettre au Hamas de transférer le jeune homme hors de la bande de Gaza, empêchant peut-être ainsi une issue positive.

Toutefois consciente du problème juridique que peut soulever cette requête à traiter d’un sujet relevant de la sécurité, la famille de Guilad a cependant fait valoir que ce dossier concernait également les Droits de l’Homme, précisant que "la cour suprême avait déjà statué sur des sujets sécuritaires." Dans un élan de solidarité avec la famille Shalit, celle du navigateur Ron Arad, dont on est sans nouvelle depuis 1986, s’est jointe à cette requête.

Ce matin, le parquet a fait savoir que "l’Etat d’Israël faisait tout ce qui était en son pouvoir pour parvenir à la libération de Guilad Shalit", déclaration qui ne convaincra sûrement pas les parents de l’otage de retirer leur requête.(D’après un article de Simon Green, Guysen News) 

——————————————————————————— 

En bref… en bref… en bref…

En réaction à la reprise des tirs de roquettes Quassam sur le sud du pays depuis mardi, Eli Yishaï, le leader du parti orthodoxe Shas a déclaré : "Voici bien la preuve que la trêve est virtuelle, qu’il n’y a aucune communication possible."   

———————————————————————————————————

Antisémitisme : lutte contre la haine antijuive

Le Grand Rabbin de Russie, Berl Lazare a déclaré mardi après-midi à Jérusalem que "l’antisémitisme existe bel et bien" dans son pays et qu’il se perpétuera "tant que des communautés juives y seront établies". Il a néanmoins souligné que les autorités tentent de lutter et d’opposer diverses stratégies à ce phénomène afin de permettre aux Juifs russes de ne pas se sentir "indésirables".
————————————————————————————————————
 
L’OMPI (Organisation des Moudjahiddines du peuple iranien) ne fait plus partie des "organisations terroristes"
La Grande Bretagne vient en effet de "retirer définitivement" de la liste des groupes terroristes l’OMPI, organisation également connue sous le nom de Mujaheddin-e-Khalq (MeK). Selon des responsables du mouvement, celui-ci a renoncé "depuis longtemps aux opérations militaires" contre le régime des mollahs.
 
—————————————————————————————–
 
Dans "LE P’TIT HEBDO", Avraham Azoulay revient sur l’actualité juive de cette semaine (élection du nouveau Grand Rabbin de France, la visite de Nicolas Sarkozy et de son épouse en Israël, etc…) Pour lire l’article, cliquez ici : 
                                                              www.juif.org/societe-israel/57482,tousazimuts.php  
———————————————————————————————————–
 
LA VISITE DE MONSIEUR SARKOZY EN ISRAËL ENDEUILLEE PAR LA MORT D’UN GARDE FRONTIERE DE MAGAV*
                          tn_pensEe-pour-tous-rscn2953soldats israéliens en prièretn_pensEe-pour-tous-rscn2953
 
"La cérémonie de départ, dans l’après-midi à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv du président Sarkozi a été brutalement interrompue par le suicide par balle d’un garde frontière israélien, provocant une alerte sécuritaire" a annoncé l’AFP dans un article où il mentionne la panique sur l’aéroport où M. Sarkozy devait s’envoler vers la France après une visite de  trois jours en Israël, ne s’étendant nullement sur la victime, mais exclusivement sur les paroles politiques du président.
 
Cependant, Juif.org explique et précise que "…sur le tarmac, deux femmes soldats israéliennes qui participaient à la cérémonie se sont évanouies. …Le porte-parole de la police israélienne a ajouté que les services médicaux d’urgence s’étaient immédiatement occupés du garde-frontière qui s’est suicidé à environ 200 mètres du lieu où se trouvait le président français et les dirigeants israéliens. Les responsables de la police n’ont pas précisé les raisons du suicide du militaire israélien, se bornant à indiquer qu’une enquête était en cours…" (Le soldat s’est tiré une balle dans le crâne tandis que l’orchestre jouait et personne ne semblait avoir entendu le coup de feu.)
 
                      AYONS UNE PETITE  tn_pensEe-pour-tous-rscn2953POUR CE JEUNE HOMME ET SA FAMILLE
 
* MAGAV est la branche de combat de la Police israélienne. Elle est composée d’officiers professionnels et d’appel issu de TSAHAL. (Les hommes à l’âge de 18 ans peuvent choisir de servir dans MAGAV au lieu de TSAHAL . Les 3 années effectuées en tant que MAGAV sont équivalentes aux  3 années effectuées dans TSAHAL).Tous les agents du MAGAV recoivent une formation au combat ainsi qu’une formation au Contre Terrorisme, au contrôle de la foule et au travail de policier.
Les meilleurs éléments peuvent se spécialiser et recevoir une formation spécifique pour devenir des tireurs d’elite, des conducteurs de véhicules tout terrains -buggie, des maître- chien ou appartenir à une l’unité  anti-terroriste . Grâce à  leur formation au combat, les soldats de MAGAV sont généralement employés dans les régions de tensions ou ils ont les plus grands risques d’emeutes, de violence et de terrorisme. Ils servent principalement a la campagne, dans les villes et villages arabes (avec la police en "bleue"), prés des frontiéres et dans les territoires. MAGAV est aussi responsable de la  sécurité des villages ruraux a l’intérieur d’Israél avec son SHITUR KAFRI (police Rurale) unités et officiers de la sécurité de la communauté ou RABASHIM (Coordinateurs de la Sécurité). SHITUR KAFRI sont des officiers professionnels de métier et RABASHIM sont un mélange d’officiers professionnels  et  volontaires. MAGAV comprend 4  unités.
MAGAV possède une  excellente réputation et obtient d’excellents résultats pour contrecarrer les attaques terroristes. Un des incidents les plus célèbres est la capture d’une voiture piégée contenant plus de 500 kg d’explosifs, près de Wadi Arra.
Le YAMAM, l’une des quatre unités, détient à son actif la capture d’un groupe terroriste cachée dans la ville arabe de Taibe, la liberation d’Eliyaho Goral, l’elimination du chef du Hamas de Hebron, Abbedullah Qawasameh et d’avoir fait echouer une tentative de massacre à l’école d’Yokne’am  par les terroristes palestiniens. SOURCE : israel.over-blog.net
Pour ceux qui voudraient retrouver le texte intégral du discours de Nicolas Sarkozy le 23 juin 2008 à la Knesset, vous pouvez en prendre connaissance et lire l’analyse très fine et précise qui en a été faite sur le site Modia en cliquant sur ce lien : www.modia.org

 —————————————————————————————–

POUR SE DETENDRE ET SOURIRE, VOICI UNE "BLAGUE" TROUVEE SUR LE P’TIT HEBDO DE CETTE SEMAINE "Le pharmacien au client:
– Ah non monsieur, je ne peux pas vous donner de l’arsenic comme ça, il vous faut une ordonnance!
– Et si je vous montre la photo de ma belle-mère, ça va?"
 
 
——————————————————————————————————————-
 
23 juin 2008
 
LE PARISIEN LIBERE DESINFORME ET FAIT, A MOTS COUVERTS, DES ALLUSIONS ANTISEMITES
 
Comme c’était prévisible, certains médias comme LE PARISIEN LIBERE, font preuve une fois de plus d’une évidente désinformation, et pire, d’une attitude délibérément antisémite concernant l’affaire de l’attaque du jeune Rudi, 17 ans, qui marchait tranquillement dans la rue samedi soir, et qui s’est lâchement fait attaquer par une bande d’une quinzaine de jeunes voyous, mineurs pour la plupart, qui est heureusement sorti ce soir de près de 36 heures de coma à l’hôpital Cochin et qui n’avait qu’un tort : porter la kippa.L’état du patient "s’est amélioré" mais il n’est "pas encore possible de statuer sur d’éventuelles séquelles", a précisé l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) dans un communiqué publié en accord avec la famille.
 
Bien sûr, le mépris et la haine qui tuent, banalisés, on les trouve d’abord dans les journaux sous la forme de ces petites phrases assassines qui n’ont l’air de rien. En voici un très bon exemple extrait de l’article "faits divers"de ce quotidien qui fera sans doute grincer les dents de la communauté juive :"… Selon la préfecture de police de Paris, la victime est connue des services de police et avait été interpellée lors d’une manifestation pro-israélienne", alors que le garçon est décrit dans le même article comme "un gentil garçon de constitution assez fluette" !
 
Sans autre commentaire !
 
Le président Sarkozy a déclaré que la justice punira "avec sévérité" les agresseurs du jeune homme. "J’ai été particulièrement choqué de ce qui est arrivé à un jeune Français sous prétexte qu’il portait une kippa", a affirmé M. Sarkozy lors d’un discours à Jérusalem. Cinq de ces voyous mineurs ont été déférés lundi soir au parquet de Paris. Une information judiciaire devrait être ouverte ce mardi matin.
 
Le nouveau Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim a déclaré sur RTL : "Il appartiendra à la Justice de déterminer les mobiles de cette agression et d’en déterminer l’éventuel caractère antisémite". Ce dernier s’est en effet montré prudent sur ce dernier point, jugeant "probable" mais "pas certain" que cet acte ait revêtu une connotation antisémite. Cependant, Gilles Bernheim connaît les regards et les insultes dont souffrent certains Juifs. "Avec mon chapeau et ma barbe, on m’identifie facilement" dit-il. "A plusieurs reprises, on m’a traité de sale juif". Comme le Grand Rabbin Joseph Sitruk avant lui, il conseille aux croyants d’abdiquer d’un symbole, la kippa, pour la remplacer par un couvre-chef plus anodin et de rester "exemplaires".
 
———————————————————————————————————————————-

CE N’EST PAS UN GAG : 

Les Sages du Talmud au secours de la high-tech israélienne !

(Pour lire l’article, par Catherine Dupeyron, correspondante à Jérusalem pour Les Echos) :   www.lesechos.fr/info/marches/4741403.htm  

—————————————————————————————————————————————- 

DES NOUVELLES CE MATIN  DU JEUNE DE 17 ANS AGRESSE DANS LE QUARTIER DES BUTTES CHAUMONT A PARIS
 
Le jeune homme roué de coups avec une barre de fer par un groupe d’individus samedi soir dans le 19ème arrondissement de Paris souffre de fractures au crâne et de plusieurs côtes cassées. Il est toujours hospitalisé et en réanimation, en coma artificiel à l’hôpital Cochin et son état semble stationnaire, selon les médecins, qui réservent encore leur pronostic.
 
Les sources policières, qui n’ont pas souhaité être identifiées, évoquent un scénario différent des associations confessionnelles juives, qui, elles parlent d’agression antisémite d’une personne isolée, alors que la police évoque un passage à tabac, suite à plusieurs échauffourées entre des groupes de jeunes Juifs et ceux d’origine nord-africaine. Interrogé sur RTL, le père du jeune homme, qui n’a donné que son prénom, Philippe, a déclaré à RTL en sortant de l’hôpital Cochin où est hospitalisé son fils: "On était shabbat, mon fils avait la kippa sur la tête et il rentrait à la maison. Une bande d’une quinzaine de jeunes l’auraient agressé parce qu’il avait une kippa et qu’il est juif. Je n’en sais pas plus que ça. Il est toujours dans le coma (…) Moi et ma femme, on est dans tous nos états".
 
Soyons clairs : le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Gérard Gaché, a évoqué sur France 2 le caractère antisémite de l’agression. Les ministres François Fillon et Michèle ALliot-Marie ainsi que la ministre de la Justice Rachida Dati ont tous parlé d’agression raciste. Le président Nicolas Sarkozy, arrivé dimanche soir en Israël pour une visite officielle, a fait part, dans un communiqué, de sa "profonde indignation" et assuré "la victime et sa famille de son soutien". Il a également renouvelé sa détermination à combattre toutes les formes de racisme et d’antisémitisme.

L’UEJF (l’union des étudiants juifs de France) et le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme mentionnent que dans le parc des Buttes-Chaumont se déroulent souvent des bagarres et que les jeunes de la communauté juive se font insulter régulièrement  par des jeunes d’origine africaine ou maghrébine. SOS-Racisme parle dans un communiqué de "luttes pour le contrôle du territoire" de la zone des Buttes-Chaumont qui sont devenues malheureusement monnaie courante". Le maire du 19ème, Roger Madec, confirme que la situation est alarmante : "Il y a une tension intercommunautaire très forte, ce qui m’inquiète particulièrement…" Je souhaite qu’il y ait une présence policière plus forte pour ramener un peu le calme", a-t-il confié à l’agence Reuters.

Yves Thréard écrit dans le Figaro : "Seul le hasard du calendrier fait coïncider ces deux événements (l’agression à la veille du départ du président Sarkozy pour une visite d’Etat en Israël) qu’on est pourtant bien obligés de rapprocher. Car en Terre Sainte, le président sera contraint de s’expliquer pour écarter un vieux démon qui resurgit de temps en temps dans la conscience collective israéelienne, il devra le dire, le répéter, le clamer : non, la France n’est pas antisémite, car l’ignorance, la bêtise et la haine de quelques gamins ne traduisent pas un sentiment national."

L’émotion est donc grande aujourd’hui après cette nouvelle agression. Le Parisien-Aujourd’hui en France raconte la guerre de territoires dans ce quartier du 19ème gangrené par des bandes rivales dans un climat de plus en plus tendu ,souvent sur fond ethnique ou confessionnel. Quant au Figaro, il résume ainsi  la situation : "Le week-end, c’est la guerre aux Buttes-Chaumont" !

Sources : Juif.org – France Info – AFP & RTL

22 JUIN 2008

Gilles Bernheim élu Grand rabbin de France et Joël Mergui à la tête du Consistoire central

AP | 22.06.2008 | 18:47

Gilles Bernheim a été élu dimanche après-midi Grand rabbin de France, succédant pour sept ans à Joseph Sitruk qui exerçait cette fonction depuis 1987, a-t-on appris auprès du CRIF.

A l’issue de deux tours de scrutin, M. Bernheim, 56 ans, actuellement Grand rabbin de la synagogue de la rue de la Victoire à Paris, a recueilli 184 voix contre 93 à M. Sitruk, 62 ans, qui briguait un quatrième mandat.

Le collège électoral, composé de plus de 300 grands électeurs (présidents de consistoires régionaux et d’associations juives, rabbins) a par ailleurs élu le nouveau président du Consistoire central. Succédant pour quatre ans à Jean Kahn, souffrant, Joël Mergui, président du Consistoire de Paris, a battu au second tour de scrutin Zvi Ammar, président du Consistoire de Marseille, par 166 voix contre 99. Agé de 50 ans, M. Mergui est dermatologue de formation.

Haïm Musicant, directeur général du CRIF, a félicité au nom de son organisation Gilles Bernheim et souhaité "rendre hommage au Grand rabbin Joseph Sitruk "qui a contribué au développement du judaïsme pendant ses mandats". Le CRIF espère qu’il pourra avoir "une relation cordiale" avec le nouveau Grand rabbin tout comme avec le nouveau président du Consistoire central, rendant également hommage à Jean Kahn. Il espère aussi "que ces élections contribueront à l’unité de la communauté juive" française. AP

————————————————————————————————————————-
22 juin 2008
ANTISEMITISME : NOUVEAU CAS D’AGRESSION A PARIS LA NUIT DERNIERE PENDANT LA FÊTE DE LA MUSIQUE
 

Message du CRIF :  Cinq jeunes ont été placés en garde à vue après l’agression samedi soir dans le nord-est de Paris d’un jeune juif de 17 ans, qui était toujours plongé dans le coma dimanche selon la communauté juive. "Le jeune homme de 17 ans qui a été sauvagement agressé cette nuit et qui est actuellement dans le coma portait une kippa et il n’y a aucun doute qu’il s’agit d’un acte antisémite", a déclaré Ariel Goldmann, vice-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).
 
DEPÊCHE AFP : “Selon nos informations la victime démunie de papiers d’identité en raison de l’observance du Shabbat a été transportée dans un hôpital par les services d’urgence qui l’ont trouvé gisant sur le sol”, poursuit le BNVCA, selon lequel la victime est connue “de la communauté juive du quartier” même si “personne ne connaît à cet instant son identité”. Le jeune homme a été agressé vers 23h45 à coups de barre de fer qui lui ont fracassé le crâne alors qu’il se promenait rue Petit à Paris, dans le 19e arrondissement. Selon le président de l’AFP, Sammy Ghozlan, le jeune homme ferait partie de la communauté Loubavitch.

L’association Migdal communique : L’AVENIR DES JUIFS DE FRANCE ET EN ISRAEL ?
Monsieur Sarkozy
Devant un comportement insociable il serait temps d’exclure du territoire de la république ces dangereux racistes psychopathes ainsi que leurs familles, nuisibles par leurs comportements violents. Ou ce sera une communauté entière qui devra partir. Notre securité est l’affaire de tous !! Le peuple juif se differencie par une particularite unique dans ce bas monde celui de s’adapter et d’innover. Alors demain sur qui devrez-vous compter pour relever ce pays qui est deja tres mal economiquement ? Le webmaster

…Nous demandons aux services de Police de tout mettre en œuvre pour identifier et interpeller les auteurs de ce crime qui de toute évidence porte tous les éléments d’un fait de nature antisémite.Le BNVCA reste attentif à la suite de cette affaire pour porter aide et assistance à la victime et à sa famille dès qu’elle se sera signalée. Nous rappelons que le mardi 10 JUIN 2008,des citoyens de confession juive nous ont déjà signalé qu’une bande de jeunes gens de couleur , avait déferlé dans le Parc des Buttes Chaumont à Paris 19e, dans le but d’attaquer des jeunes juifs . Depuis plusieurs jours nous notons une certaine effervescence dans cet arrondissement , et l’inquiétude palpable des membres de la communauté juive . 

—————————————————————–

EN DATE DU 8 JUIN DERNIER, LA PLUPART DES MEDIAS TITRAIENT : "RIKA ZARAÏ GRAVEMENT MALADE". AUJOURD’HUI, NOUS VOUDRIONS SOUHAITER UN BON ET PROMPT RETABLISSEMENT NON SEULEMENT A CETTE GRANDE DAME DE LA CHANSON, MAIS A UNE GRANDE DAME TOUT SIMPLEMENT.

UN HOMMAGE EN CHANSONS A RIKA ZARAÏ QUI, EN CETTE ANNEE 2008, FÊTE SES 50 ANS DE CHANSON ! BON RETABLISSEMENT RIKA ! ON VOUS AIME ! COURAGE ! CETTE FOIS ENCORE VOUS ALLEZ Y ARRIVER !
—————————————————————————————————————————————–
20 JUIN 2008

SUR LE THEME DE L’AMOUR DU PROCHAIN, VOICI UN MAIL QUI NOUS DELIVRE LE MESSAGE DU CMRP.GRIR QUE JE REPRODUIS TEL QUEL (DOMMAGE QUE N’Y SOIT PAS REPRESENTEE LA COMMUNAUTE JUIVE !) CE SERA PEUT-ÊTRE POUR UNE PROCHAINE FOIS ? 

 

"CMRP – Rovereto – Mai 2008" présente la rencontre des structures européennes de la CMRP qui s’est tenue en Italie à Rovereto du 22 au 25 mai 2008. Les échanges et ateliers sur le thème : "Quelles valeurs partagées pour changer l’Europe ?", s’inscrivaient dans le prolongement de l’enquête qui avait été réalisée à ce sujet fin 2007 et début 2008.

"La Fontaine aux Religions – Tour du Monde 2008" présente le compte rendu de l’évènement et les messages recueillis à cette occasion."

La Fontaine aux Religions

lafontaineauxreligions@orange.fr

121 rue Haxo 75019 Paris

 

La rencontre de 250 personnes venant de plus de 35 pays et représentant plus de 11 religions est en soi une réussite. Que toutes ces personnes se parlent, se rencontrent, discutent, prennent du temps ensemble est un succès. Tout le reste (travaux, échanges, engagements…) a été bonus.

Sur le fond : le thème était les « valeurs partagées de l’Europe ». En fait on a beaucoup parlé des valeurs qui nous réunissaient entre croyants (amour de Dieu, amour du prochain, justice, pardon…) mais très peu des valeurs actuelles de l’Europe. Il aurait été intéressant d’ailleurs de confronter nos analyses sur ces valeurs. Intéressant aussi, sur la base de ce diagnostic, de définir une stratégie : convergence, divergence, combat, accommodement…Autant de pistes pour poursuivre un dialogue qui, on le voit, reste toujours difficile malgré la bonne volonté de chacun, mais qui, pour chacun, est à l’évidence une ardente obligation.

 

Compte rendu du Tour du Monde 2008

 

En 2008, le Tour du monde s’est déroulé en deux étapes. Dans un premier temps, le samedi 14 juin, la Fontaine aux Religions a pris part à la fête du quartier Fontaine au Roi organisée par le Collectif inter Associatif du même nom. Elle y a disposé d’un stand situé dans le square Jules Verne. Nous y avons présenté une rétrospective des trois tours du monde précédent. Nous avons proposé aux passants de remplir un questionnaire sur leurs attentes vis-à-vis de notre activité dans le quartier. Nous leur avons proposé d’écrire des messages sur les pages d’un Grand Livre. Ces quatre pages, nous les avons ensuite brandies en participant à la Grande Parade qui a sillonné le quartier avant d’arriver devant la Maison des Métallos.

 

Le lendemain, dimanche 15 juin, nous nous sommes retrouvé à un petit groupe d’une cinquantaine de personnes. Après avoir chanté, nous nous sommes dirigés vers :

  • l’église catholique Saint Joseph des Nations, puis vers
  • la mosquée OMAR, puis vers
  • la Communauté Protestante du Picoulet.

Dans chacun de ces lieux, nous avons lu les messages écrits. Quelques mots ont été échangés avec les responsables et personnes qui nous accueillaient : lecture d’un texte de la Pentecôte à l’église, visite de la mosquée Omar par Cheikh Ahmed avec explication sur la façon de prier des musulmans, projection d’un film diffusé par FR3 sur l’activité du Picoulet. Une après-midi qui a permis de porter tous ensemble des messages de paix et de fraternité.

 

*******************************************************************************

Messages recueillis lors du TOUR DU MONDE 2008

 

POUR TOI, UN MESSAGE DE PAIX

 

Le quartier Belleville-Goncourt-Parmentier-Ménilmontant est un village que j’habite et que j’aime. Nous sommes loin de l’uniformité. Il y a une richesse des cœurs à découvrir à partir de cette diversité : interreligieuse, intellectuelle, interculturelle et laïque. Rencontrons-nous avec respect et confiance et connaissons-nous les uns les autres un peu mieux.

 

Que fleurissent les religions comme fleurissent les mille fleurs d’un même arbre au printemps.

 

Que notre quartier soit signe de fraternité.

 

Nous sommes tous égaux et que Dieu soit avec tout le monde.

 

Nous sommes heureux d’être frères et de partager.

 

Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

 

Deux cœurs valent mieux qu’un.

 

Une bonne chose sur la Terre, c’est la paix.

 

Si tu veux  la paix, prépare la paix.

 

Les square Jules Verne et Jean Aicard sont mieux que l’école. Merci

 

Au Picoulet, on y entre par hasard ou pour chercher quelque chose. On y découvre alors une maison ouverte à tous et on est accueilli, écouté et orienté, puis ses nombreuses activités,  et les gens qui les font vivre ; salariés, bénévoles, partenaires, usagers, et enfin un projet de société avec ses règles et ses valeurs. On y trouve  aussi une communauté protestante qui a toujours développé des activités au bénéfice de l’ensemble de la population, sans considération d’appartenance religieuse ou politique. Cette communauté adresse un message chaleureux à chacune des autres communautés religieuses du quartier.

 

Derrière nos différences, en fait, on cherche tous la même chose : être heureux et en harmonie avec nous-même et notre environnement (naturel et humain).

 

Une chaîne est constituée de plusieurs maillons.

 

Nos différences sont nos richesses pour un meilleur vivre de tous ensemble.

 

Ecouter, voir, comprendre, échanger tous ensemble, donne à tous les humains de la sagesse sur cette Terre.

 

Quelque soit le nom qu’on lui donne, Dieu est Amour.

 

Le bonheur pour tous (blancs, noirs…) pour toute la vie.

 

Ce que je ne souhaite pas pour moi-même, je ne l’infligerai pas à autrui. (Confucius)

 

Il faut se respecter l’un et l’autre. Et chacun doit respecter la religion de l’autre. Paix pour tout le monde.

 

A ceux qui aiment la mixité du quartier, aimez aussi la mixité des écoles.

 

Regarde, Ecoute, Agis…

 

Soyez plus fraternels, je vous en prie, la vie ne mérite pas cette injustice.

 

Soyons tous unis. Tous pour la paix. Pour un nouveau MONDE.

 

Qui que tu sois, ta vie a un sens.

 

Là où il y a la haine, que nous mettions l’Amour.

 

L’amour pour tout le monde.

« Sous l’œil de Dieu, nul n’est élevé, nul n’est abaissé » (un vers de Guru Nanak transmis par Kudrat Singh)

 

Il n’y a que l’homme qui peut faire la paix.

 

MAIS LES BELLES PAROLES ECHANGEES AU COURS DE CES ATELIERS (QUI, SI JE NE ME TROMPE, ONT LIEU TOUS LES ANS A MÊME EPOQUE) SERONT-ELLES SUIVIES D’ACTIONS REELLES SUR LE TERRAIN ? SI TEL EST LE CAS, ALORS CETTE RENCONTRE AURA ETE POSITIVE ; DANS LE CAS CONTRAIRE, ELLES  N’AURONT FAIT QUE S’ADRESSER AU VENT, QUI LES EPARPILLERA…..

 

(3) Histoire des Hébreux

 

L’histoire des Hébreux (3) (ou mieux connaître un peuple)

LA FIN DU ROYAUME D’ISRAËL

En 722 avant l’ère commune, le royaume de Samarie a été envahi et détruit par l’Assyrie, qui en a fait une de ses provinces. L’ Assyrie est un ancien empire du nord de la Mésopotamie , dont la capitale fut d’abord la ville d’ Assur , puis en 879 , Kalkhu , et en 745 , Ninive , sur le Tigre . L’Assyrie contrôlait des territoires qui s’étendent sur quatre pays actuels : Syrie , Turquie , Iran et Irak . Le royaume de Juda accepta la suzeraineté assyrienne, et ainsi survécut. Juda ne reprit une pleine indépendance que sous le règne de Josias (de -639 à -609), jusqu’à sa destruction par les Babyloniens et à la déportation de sa population en 586-587 avant l’ère commune. Les populations étrangères auraient été déplacées pour les remplacer sur leur territoire. Ces étrangers auraient créé une religion mélangeant les influences israélite et païennes, donnant ainsi naissance aux Samaritains.
 

Cedecias, roi faible et influençable occupa le trône pendant quelques années. Il envisagea une alliance avec l’Egypte pour se débarrasser du protectorat babylonien, mais en 587 avant l’ère commune, Nabuchodonosor fit sa réapparition devant Jérusalem et en fit le siège. L’approche des armées égyptiennes suspendit quelques temps les opérations. Mais l’armée babylonienne repoussa sans mal les Egyptiens et un an plus tard, le 10 Tevet 3174 (586 avant l’ère commune), le siège reprit. Le 17 Tamouz le roi Cedecias essaya de fuir et fut rattrapé à Jéricho. L’ennemi le força à  assister au massacre de sa famille et de ses courtisans, puis on lui creva les yeux et on l’envoya, enchaîné, à Babylone.Une première brèche fut pratiquée dans la muraille de Jérusalem. L’armée babylonienne, sous la conduite de Nabuzaradan, pénétra dans la Jérusalem, qu’elle mit à sac, détruisit les principaux édifices, démantela les fortifications et mit le feu au Temple, ne laissant que des cendres. C’était le 9 Av 3174 (586 avant l’ère commune).

 

 

Le royaume du sud d’Israël, appelé Juda survécut presque 134 ans à celui du nord, du fait de sa meilleure stabilité et de sa moindre corruption. A l’époque du roi Ezéchias, Jérusalem s’était déjà considérablement développée et la population s’étendait à l’ouest du Mont du Temple. Mais cette partie de la ville se trouvait sans défense, de sorte qu’Ezéchias l’entoura d’un mur. Ce roi développa aussi le réseau d’approvisionnement en eau, qui dépendait de la source de Gui’hon, en dehors de la ville pour remplir un réservoir dans Jérusalem. En 556 avant l’ère commune, l’un des plus grands empereurs d’Assyrie Sargan II acheva d’écraser les tribus de toute la partie nord d’Israël, qui cessa d’exister en tant qu’état juif. Ces hébreux exilés s’assimilèrent si bien qu’ils en oublièrent leurs origines. On les appelle « les 10 tribus perdues ». A leur place, on fit venir d’ailleurs des peuples qui mêlaient les influences juives et païennes, ce qui donna naissance aux Samaritains, appelée ainsi parce qu’ils s’établirent à Chomrone (Samarie). C’est un peuple qui eut un long passé d’animosité envers les Juifs et le « bon Samaritain » du « Nouveau Testament » n’est qu’un mythe. En – 547, les Assyriens assiégèrent la ville fortifiée de Jérusalem. Néanmoins la ville résista. Mais les Assyriens étaient sur le point d’emporter la victoire. Le chiffre impressionnant de 185 000 soldats assyriens furent décimés par une épidémie et moururent en une nuit. Mais Menaché, Amon et Josias, qui  succédèrent à  Ezéchias, firent d’importantes réformes religieuses et produisirent le déclin spirituel du peuple.

L’EMPIRE PERSE (L’IRAN D’AUJOURD’HUI)

 

 

Les Perses et les Mèdes envahirent la Babylonie et la vainquirent. Celle-ci fit désormais partie du nouvel Empire de Perse. C’est dans ce contexte qu’eut lieu l’événement qui est fêté par les Juifs du monde entier au printemps appelé POURIM (ou la fête des sorts). En 370 avant l’ère commune, le roi Cyrus promulga un décret qui permettait aux  juifs exilés de retourner dans leur pays. Mais sur environ un million de Juifs vivant alors en Babylonie, seuls 42 000 rentrèrent chez eux. Ezra (qui était Cohen – prêtre – et érudit et qui dirigeait la communauté en Perse à cette époque) se porta à leur aide. C’est lui qui a reconsruit spirituellement son peuple et rétablit la loi de la Torah dans le pays. Les Juifs commencèrent aussitôt à reconstruire Jérusalem en ruine. C’est bien évidemment le Temple qu’ils voulurent rebâtir en premier car il n’est pas de véritable vie juive sans un Temple. C’est vers cette époque qu’eut lieu le miracle de Pourim, (la fête des sorts)* (voir CULTURE JUDAÏSME POURIM (1) ou la fête des sorts et CULTURE JUDAÏSME POURIM (2)) célébrée par les Juifs le 14 Adar, au cours de laquelle on lit le livre d’Esther, qui se trouve dans les Hagiographes (3ème partie de la Bible) et qui fait partie des Ketouvim.

Qui était le roi Cyrus ? http://www.youtube.com/v/_TD76nIqfsE&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed
__________________________________________________________________________________________________________

Le dernier chapitre du T.A.N.A.K.H. (la Bible hébraïque) illustre cette période de l’histoire des Hébreux – Il est composé de 24 livres : Pentateuque, (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome), Premiers Prophètes (Josué, Juges, Samuel I & II, Rois I & II), Derniers Prophètes, (Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Osée, Joël, Amos, Obadia, Jonas, Michée, Nahoum, Abacouc, Sophonie, Agée, Zacharie, Malachie) et les Hagiographes (Les Psaumes de David, les Proverbes de Salomon, Job, le Cantique des Cantiques, Ruth, les Lamentations, l’Ecclésiaste, le livre d’Esther, Daniel, Ezra, Néhémie et les Chroniques I & II). Voici ce 36ème et dernier chapitre : « … actes de piété conformes aux prescriptions de la Loi de l’Eternel… tout cela est consigné dans le livre des rois d’Israël et de Juda. La population du pays choisit Joachaz, fils de Josias, et on le proclama roi à Jérusalem à la place de son père. Joachaz avait 23 ans en montant sur le trône et il régna 3 mois à Jérusalem. Le roi d’Egypte le destitua à Jérusalem et il imposa au pays un tribut de 100 kikkars d’argent et d’un kikkar d’or. Puis le roi d’Egypte conféra la royauté sur Juda et Jérusalem à Elyakim, frère de Joachaz et changea son nom en celui de Joakim. Quant à Joachaz, son frère Nekho l’emmena captif en Egypte.

Joachim avait 25 ans en montant sur le trône (28 ans d’après II Rois XXIX) et il régna 11 ans à Jérusalem. Il fit le mal aux yeux de l’Etetrnel, son D.ieu. Nabuchodonozor, roi de Babylone, marcha contre lui et le fit jeter dans les fers pour l’amener à Babylone, en même temps que les vases précieux du Temple de l’Eternel et il établit son frère Sédécias (l’oncle de Joachim) comme roi de Juda et de Jérusalem. Les autres faits et gestes de Joachim, les abomnations qu’il commit, tout ce qu’on peut relever contre lui, sont consignés dans le livre des rois d’Israël et de Juda. Son fils Joachim régna à sa place.

Sédécias avait 21 ans à son avènement et il régna 11 ans à Jérusalem. Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, son D.ieu, ne s’humilia point devant le prophète Jérémie, qui était l’organe de l’Eternel.De plus, il se révolta contre Nabuchodonozor, qui lui avait fait prêter serment au nom de D.ieu ; il raidit son cou et endurcit son cœur, refusant de revenir à l’Eternel, D.ieu d’Israël. De même, tous les chefs des prêtres et le peuple multiplièrent leurs félonies, en se livrant à toutes les abominations des peuples (païens) et souillèrent la maison de l’Eternel ? sanctifiée par lui à Jérusalem. L’Eternel, D.ieu de leurs pères, les avertissait bien par ses messagers sans cesse et dès la première heure, car il voulait épargner son peuple et le lieu de sa résidence. Mais ils raillaient les messagers de D.ieu, dédaignant ses paroles et tournaient en dérision ses prophètes, jusqu’à ce que le courroux du Seigneur s’accrut contre son peuple de façon irrémédiable. Il fit marcher contre eux le roi des Chaldéens, fit périr leurs jeunes gens par le glaive dans le sanctuaire et n’épargna ni l’adolescent ni la vierge, ni le vieillard ni les chevaux blancs ; tous, Il les abandonna en son pouvoir.

Celui-ci (Nabuccodonosor) transporta à Babylone tous les ustensiles, grands et petits, de la maison de D.ieu, les trésors de la maison du Seigneur, les trésors du roi et de ses seigneurs. On brûla la maison de D.ieu, on démolit le mur de Jérusalem et on en livra aux flammes tous les palais ; tous les objets de prix qu’elle renfermait furent la proie de la destruction. Le roi des Chaldéens déporta à Babylone tous ceux qui avaient échappé au glaive ; ils lui demeurèrent asservis, à lui et à ses fils, jusqu’à l’avènement du roi de Perse, afin que s’accomplit la parole de l’Eternel, annoncéd par Jérémie (à savoir, que l’exil de Babylone durerait 70 ans – Jérémie XXV, 11-12, XXIX, 10° : jusqu’à ce que la terre eût acquitté la dette de son chômage, dans toute cette période de désolation, elle chôma, pour remplir la période de 70 ans.

Dans la 1ère année de Cyrus, roi de Perse, à l’époque où devait s’accomplir la parole de l’Eternel, annoncée par Jérémie, l’Eternel éveilla le bon vouloir de Cyrus, roi de Perse ; et celui-ci fit proclamer, dans tout son royaume, par la voix (des hérauts) et aussi par des missives écrites, ce qui suit : « AINSI PARLE CYRUS, ROI DE PERSE : L’ETERNEL, D.IEU DU CIEL, M’A MIS ENTRE LES MAINS TOUS LES ROYAUMES DE LA TERRE, ET C’EST LUI QUI M’A DONNE MISSION DE LUI BÂTIR UN TEMPLE A JERUSALEM, QUI EST EN JUDEE. S’IL EST PARMI VOUS QUELQU’UN QUI APPARTIENNE A SON PEUPLE, QUE L’ETERNEL, SON D.IEU, SOIT AVEC LUI, POUR QU’IL MONTE…  »  (voir le début du livre d’Ezra)

_________________________________________________________________________________________

Les Samaritains, qui n’aimaient pas les Juifs et étaient opposés à leur retour envoyèrent un message au roi de Perse menaçant d’entrer en rebellion. La reconstruction du Temple fut donc suspendue et le chantier fut abandonné pendant 18 ans. A l’époque du 1er Temple, on pouvait percevoir clairement la présence de D.ieu dans Sa maison qu’était Son Temple ainsi que dans tout Jérusalem et 10 miracles permaments avaient lieu, aussi bien au-dedans qu’en ville :
– aucune viande ne se putréfiait pas dans le Temple (où avaient lieu les sacrifices d’animaux de boucherie destinés en dernier lieu à nourrir les prêtres)
– les mouches n’y venaient jamais
– le Grand Prêtre n’était jamais impur le jour de Yom Kippour (jour du Pardon)
– la pluie n’éteignait jamais le feu divin (foyer des sacrifices où l’on faisait cuire la viande, à l’extérieur)
– les 12 pains entreposés en permanence dans le Temple restaient toujours chauds et frais, même au bout du 7e jour, où il était renouvelé.(Ces pains représentaient les 12 tribus d’Israël et étaient offerts à D.ieu chaque semaine)
– le vent ne déviait jamais la colonne de fumée de l’autel
– bien que dans le Temple les fidèles étaient si nombreux qu’ils devaient se tenir serrés, quand il fallait se prosterner, chacun avait suffisamment de place
– à Jérusalem, aucune femme ne fit jamais de fausse couche durant cette période
– dans cette ville, aucun scorpion ni serpent n’a jamais piqué qui que ce soit et personne ne disait à son prochain : « Je n’ai pas d’endroit où loger cette nuit à Jérusalem. »

L’EMPIRE GREC ET ISRAËL
Arrivé dès l’âge de 20 ans au pouvoir en Grèce, Alexandre le Grand, le plus grand génie militaire de tous les temps fit une carrière fulgurante et conquit tout le bassin méditerranéen en quelques années. Après s’être emparé de la plus grande partie du monde connu de l’époque, il conquit la Perse en 312 avant l’ère commune et occupa également Israël. Le Talmud raconte qu’à son arrivée à Jérusalem, Alexandre, incité par les Samaritains ennemis des Juifs fut empêché de détruire le Temple grâce à une entrevue qu’il eut avec un grand Sage appelé Chim’on ha Tsadik, qui l’émut jusqu’au coeur et devant lequel il se prosterna.
Cependant, après la mort d’Alexandre le Grand, l’empire grec fut divisé en 3 parties :
– la Grèce séleucide (ou assyrienne)
– la Grèce ptoléméenne (ou égyptienne)
– la Macédoine (ou Grèce)
Israël commença par tomber sous l’autorité plutôt bienveillante des Ptolémées d’Egypte. Mais tout changea quand, en 198 avant l’ère commune, les Séleucides d’Assyrie vainquirent les Ptolémées. Antiochus Epiphane, leur nouveau roi, soumis à toutes sortes de pressions, constata que le maillon faible dans ses défenses était Israël, pays entouré par l’Egypte d’un côté et la Méditerranée de l’autre, d’où les Romains pouvaient débarquer facilement… Déconcertés par les Juifs, les Grecs se heurtèrent d’emblée à leur religion monothéiste, totalement incompréhensible pour un esprit grec de l’époque habitué à de multiples dieux et à un art de vivre totalement à l’opposé du leur. Après quelques années d’observation et de tolérance, les Grecs passèrent à l’hellénisation forcée des Juifs.
Antiochus prit le pouvoir à Jérusalem et destitua le Grand Prêtre du Temple. Il installa à sa place son propre prêtre et essaya d’abolir le calendrier juif. Il fit interdire d’observer les lois juives, y compris la circoncision et brûla publiquement les rouleaux de la Torah. Les femmes qui faisaient circoncire leurs fils étaient tuées avec leurs bébés attachés autour de leurs cous, les érudits d’Israël étaient mis à mort, des autels à Zeus et autres divinités grecques furent dressées dans les villages et les Juifs étaient forcés de participer aux cultes païens. Mais une partie du peuple avait commencé à s’helleniser et celle-ci fut  utilisée par les Grecs pour essayer de convertir les autres Juifs, restés fidèles à la Torah, à leurs dieux païens. Flavius Josèphe, dans « Contra Apion » raconte : « Les Pharisiens (qui sont considérés comme plus adroits dans l’exacte explication de leurs lois et dont l’école a une influence prépondérante) attribuent tout au destin et à D.ieu, tout en considérant que c’est surtout à l’homme qu’il revient de choisir de faire le bien et le mal. Ils disent que toutes les âmes sont immortelles, mais que celles des justes transitent par d’autres corps tandis que celles des impies sont soumises à une punition  éternelle. Les Saducéens, en revanche, excluent entièrement le destin et dconsidèrent que D.ieu n’est pas concerné par ce que nous faisons en bien ou en mal. Ils disent que faire le bien ou le mal est un choix personnel de l’homme et qu’il appartient à chacun de choisir entre l’un ou l’autre selon son bon gré. Ils excluent aussi la croyance dans l’immortalité de l’âme et les punitions et les récompenses dans l’au-delà. De plus, les Pharisiens se comportent courtoisement les uns envers les autres et ils cultivent des relations harmonieuses avec la collectivité. Le comportement des sadducéens, au contraire, est celui de rustres et leur conversation avec les membres de leur propre secte est barbare comme s’ils leur étaient des étrangers. » On voit donc ici que les Sadducéens furent influencés par la pensée grecque et nous trouvons là l’explication de la corruption des grands prêtres et du service du Temple. Ceux-ci formaient la classe supérieure et donnèrent l’exemple au peuple.
L’histoire des « Maccabées » (des Producteurs Associés, Rome) qui date de 1963 en 10 épisodes ici : (en anglais)

LA REVOLTE DES MACCABEES


Les Maccadbées étaient une famille qui ne supportaient pas de voir leur peuple persécutés par les Grecs, qui voulaient étouffer leur religion pour la supplanter par leurs croyances et imposer aux Juifs leur mode propre mode de vie. Le dirigeant de la ville, un certain Mattathias, est Cohen (prêtre) et quand les troupes grecques font irruption à Modi’in (localité à l’ouest de Jérusalem) exigent que les Juifs sacrifient un porc aux dieux grecs, il refuse. Un Juif hellenisé est prêt à le faire à sa place et Mattathias le poignarde et tue l’homme envoyé officiellement par les Grecs. Se retournant vers la foule, il annonce alors : « Suivez-moi, vous tous qui êtes pour la loi de D.ieu et êtes fidèles à l’alliance! » Mattathias avait 5 fils : Yehouda, Eleazar, Yo’hanan, Yonathan et Chim’on. Tous se cachent dans les collines avec ceux qui les avaient suivis et on organise une guérilla armée que conduit le fils aîné de Mattathias, Yehouda, surnommé « Maccabée », qui, en hébreu signifie « marteau ». Mais ce mot « makabi » (Maccabée) est également un signe qui correspond à la phrase « Qui est comme Toi parmi les forts, D.ieu), qui deviendra la cri de guerre du peuple juif.
Cette révolte, qui commença vers l’an 167 avant l’ère commune constitua un précédent dans l’histoire humaine. Ainsi quelque 12 000 hommes tiendront tête pendant des années à des régiments grecs de près de 40 000 soldats ! Les troupes grecques étaient composées de militaires professionnels très bien équipés et entraînés. Les régiments se déplaçaient à dos d’éléphants, les tanks de guerre de l’Antiquité. Quant aux Juifs, ils étaient pauvrement équipés et compensaient leur petit nombre par l’ardeur et la ferveur. Cette lutte dura 25 ans. C’est à cette période qu’eut lieu le miracle de ‘Hanouka (inauguration). Les Juifs arrivèrent, après 3 ans, à reconquérir Jérusalem. Mais ils trouvèrent le Temple souillé et transformé en sanctuaire païen. Ils voulurent nettoyer le Temple, le réhabiliter et rallumer la menorah (chandelier à 7 branches du Temple) qui, auparavant, brûlait jour et nuit sans discontinuer, mais ne trouvèrent qu’une seule fiole d’huile d’olive pure. Or cette infime quantité d’huile, qui n’était sensée ne brûler qu’un seul jour brûla miraculeusement pendant 8 jours, le temps nécessaire pour fabriquer de l’huile qui puisse être utilisée au Temple. Chaque année les Juifs commémorent ce miracle le 25 Kislev, (qui tombe généralement au mois de décembre). Ce n’est qu’en 142 avant l’ère commune que Démétrios mit fin aux hostilités par un traité de paix avec Chim’on, dernier survivants des fils de Mattathias.

LA DYNASTIE DES HASMONEENS


Le règne de Jean Hyrcan 1er, dit Hyurcanus, de 134 à 104 avant l’ère commune – second fils de Chim’on et neveu de Juda Maccabée – laisse apparaître l’influence grandissante occupée par la culture grecque : Les Hasmonéens avaient commencé à s’helléniser en grand nombre, alors que leurs ancêtres avaient sacrifié leurs vies pour rejeter cette culture. Parmi les nombreuses et graves erreurs de ce dirigeant, il convertit de force les peuples nouvellement vaincus au judaïsme et notamment les Iduméens en vue d’étendre les frontières d’Israël et cette erreur coûtera très cher aux Juifs. Jamais auparavant ni par la suite pareille chose ne se reproduira, (les Juifs ayant plutôt tendance à décourager ceux qui veulent se convertir). Il était grand-prêtre de Jérusalem et ethnarque (chef civil d’une communauté juive). Sous son règne, la Judée retrouve son indépendance et s’agrandit. Il conquiert Sichem et détruit, vers 108 avant l’ère commune, le Temple samaritain construit sur le Mt Garizim, puis la ville grecque de Samarie. Il détruisit la ville et effaça toute trace de l’existence d’une ville fortifiée sur la colline. L’une des familles iduméennes ainsi convertie de force par Jean Hyrcan a occupé plus tard une place importante dans la vie publique lorsque les Romains ont envahi le pays. (L’un de ses descendants était Hérode, qui fut couronné roi des Juifs (d’ailleurs schizophrène et qui n’avait de Juif que le nom), a fait assassiner le grand prêtre et 45 membres de la Cour Suprême juive ainsi que la plus grande partie de sa propre famille. Il avait entrepris un programme de constructions incluant la ville de Césarée, la forteresse de Massada et une réédification totale du Temple « à sa façon ».)
Le souverain suivant, fils de Jean Hyrcan s’appelait Alexandre Jannée. Il était lui aussi hellénisé, mais aussi totalement dévoyé et était lié aux Sadducéens, qui observaient uniquement la Torah écrite et se fiaient à leurs propres interprétations contre les Pharisiens, juifs du courant dominant. Parmi ceux d’entre eux qui s’opposèrent à lui, 800 furent exécutés après les avoir obligés à assister aux tortures de leur famille, pendant qu’un festin à la mode grecque était organisé. Mais les 2 derniers rois Hasmonéens hellénisés étaient frères : Hyrcan et Aristobule, ce dernier étant le père du roi Hérode.* Engagés dans une lutte fratricide ayant pour enjeu le trône royal, les deux hommes, moralement corrompus et assoiffés de pouvoir demandèrent aux autorités romaines de trancher leur litige. Le général romain Pompée répondit favorablement à cette demande et ramena ses troupes en Israël. Cela marqua la fin de second Etat d’Israël.

LA DOMINATION ROMAINE
Partis en guerre pour étendre son empire, épisode connu sous le nom de « guerres puniques », Rome avait réussi à remporter la victoire et devint la puissance dominante en Méditerranée, écrasant les Grecs qui avaient fait la même chose auparavant Mais contrairement aux Grecs, les romains étaient un peuple plus conservateur que les Grecs, travailleur et très bien organisé, il fut un grand bâtisseur. Nous connaissons tous le patrimoine romain, les nombreuses constructions qu’il a laissées (routes, aqueducs, fortifications dont de nombreux vestiges subsistent encore aujourd’hui, mais aussi leur système juridique, son aptitude à s’administrer, à lever l’impôt, etc… Mais ce peuple excellait dans l’art de la guerre. Contrairement aux Grecs, ils ne mobilisaient pas les citoyens mais formaient des militaires de carrière payés pour se battre. La fameuse stratégie romaine avec une armée formée en légions donnait aux romains une grande mobilité sur le champ de bataille, car elles pouvaient être divisées, selon les besoins, en plus petites unités appelées « cohortes », composées chacune d’une centaine d’hommes fit maintes fois ses preuves dans l’Antiquité, système guerrier jamais égalé dans l’histoire humaine. C’est ce qui leur permit d’écraser les Grecs, beaucoup moins bien organisés et surtout moins mobiles. La civilisation romaine fut une civilisation également sophistiquée, mais aussi extrêmement brutale. L’historien Flavius Josèphe, grâce auquel nous avons tant appris sur cette période de l’histoire a expliqué dans les détails ce qui se produisit ensuite et quel fut le comportement des Romains vis à vis d’Israël. « Les Romains sont arrivés, ils ont massacré beaucoup de Juifs et ont fait de Hyrcan, le plus faible des 2 frères, un souverain à leur solde ».

L’indépendance juive était arrivée à son terme. Commença alors l’une des périodes les plus sombres de son histoire. L’autorité du Sanhédrin fut abolie par un décret 6 ans après la conquête de Pompée et Israël devint la province romaine de Judée. On confisqua beaucoup de terre, qui furent distribuées aux soldats de Pompée en récompense de leur bravoure. Gaza, Jaffa, Ashdod et bien d’autres ville juives firent ainsi désormais partie de l’Empire romain. Mais malgré son titre de « roi », Hyrcan ne garda que Jérusalem et quelques faubourgs au nord et au sud de la ville. Antipater, général Iduméen constituait la véritable force derrière Hyrcan et s’ingénia à placer les membres de sa famille à des postes clés. Puis ce fut le règne de Hérode le Grand, l’un des personnages les plus importants dans l’histoire juive. Bien que pervers, il est resté un personnage qui permet de mieux comprendre cette période de domination des Juifs par les Romains. L’union du pouvoir temporel associé au culte des idoles leur permettait d’exercer un contrôle à la fois sur l’existence physique et spirituelle de leurs sujets, politique à la fois judicieuse et tolérante qui avait toutefois une contrepartie : un impôt exceptionnel : le fiscus judaïcus.

Tous les grands axes commerciaux traversaient alors la Judée, point de passage obligé pour le commerce de l’encens qui venait du Yémen via la péninsule arabique vers la Méditerranée. La Judée bénéficiait d’une des agricultures les plus fertiles du Moyen-Orient et était très réputée pour son huile d’olive, utilisée à la fois pour l’alimentation et pour l’éclairage, pour ses dattes, édulcorant de l’époque dans cette région et pour son vin. Hérode en tira un énorme profit qui finança de gigantesques constructions, que sont les forteresses de Massada, (qui possédait tout le confort avec un système d’adduction d’eau qui irriguait des jardins aménagés pour la culture de produits agricoles de première nécessité), Antonia et Hérodium, la ville portuaire de Césarée, (alors centre de négoce et capitale administrative de la Judée romaine devenue symbole du paganisme pour les Juifs), l’immense édifice sitié au-dessus de la Caverne des Patriarches à Hébron, les fortifications autour de la ville de Jérusalem, les 3 tours qui sont à l’entrée de la ville – dont les restes sont appelés « Tour de David », etc…


(à suivre…)
(sources : Wikipedia, Wikipedia judaïca et pwg.gsfc.nasa.gov, Modia, Lamed, Université de Marianpolis, Ministère des Affaires Etrangères d’Israël, Alephbeth – Rhedae magazine – T.A.N.A.K.H.)

(2)Histoire des Hébreux

(voir aussi l’histoire des planètes en images, dans la catégorie « divers »)
l’histoire des Hébreux (2) (ou mieux connaître un peuple) mis en pageset agrémentée d’ images vidéo que je me propose de vous offrir dans les semaines qui viennent. C’est une page de culture pour tous, Juifs ou non.
(Certaines vidéos peuvent être longues à charger, veuillez patienter, cela en vaut la peine !) 
« Notre terre » : http://www.youtube.com/v/P2IDtu-6YC4(beyulee)
150px-Peace_dove_svg
HISTOIRE DES HEBREUX

SITUATION GEOGRAPHIQUE ET CLIMAT DU PAYS DES HEBREUX (ISRAËL)


Israël est un pays du Proche-Orient situé sur la côte orientale de la Méditerranée. A l’ouest, Israël est bordé par la Mer Méditerranée. Au sud, il dispose d’un étroit débouché sur la Mer Rouge, dans le Golfe d’Aqaba. Il a des frontières communes avec le Liban au nord, la Syrie au nord est, la Jordanie à l’est, et l’Egypte au sud est. On distingue quatre régions naturelles : – une chaîne de montagnes calcaires qui s’étend du nord au sud, et culmine au Mont Meron (1.208 mètres), – à l’est de cette chaîne, un fossé d’effondrement, le Ghor, où coule le Jourdain et au fond duquel on trouve la Mer Morte, à 400 mètres au dessous du niveau de la mer, – à l’ouest, une zone de plaines côtières, – au sud, le désert du Néguev, qui occupe plus de la moitié du pays. Seul fleuve important de la région, le Jourdain, qui termine son cours dans la Mer Morte, a fait l’objet d’important travaux d’aménagement en vue de permettre l’irrigation des régions traversées.

La végétation est de type méditerranéen dans la moitié nord du pays, désertique dans le sud. Les Territoires palestiniens, imbriqués dans l’Etat d’Israël, se composent de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est. (La bande de Gaza, 378 km2, s’étend sur une longueur de 45 km et une largeur de 5 à 12 km, appartient entièrement à la plaine côtière méditerranéenne. Elle a une frontière commune, au sud, avec l’Egypte.) La Cisjordanie, 5879 km2, s’étage d’une altitude inférieure au niveau de la mer dans la vallée du Jourdain jusqu’à 1012 m dans les Monts de Judée, où se trouve Jérusalem. Ces monts se composent d’une mosaïque de collines rocheuses et de vallées fertiles couvertes d’oliveraies et de terrasses anciennement aménagées. Elle a une frontière commune, à l’est, avec la Jordanie.

Les conditions climatiques varient du nord au sud. Au nord, le climat est tempéré, très ensoleillé, avec deux saisons bien marquées, la période des pluies allant d’octobre à avril, le reste de l’année étant exempt de précipitations. Le climat des zones côtières est méditerranéen, (les régions de Tel Aviv et Haïfa ont un climat typiquement méditerranéen avec des hivers doux et pluvieux et des été chauds et secs).  Les sommets des régions montagneuses sont souvent enneigés l’hiver. Le sud connaît un climat subtropical aride. Quant à Jérusalem, elle peut aussi connaître des épisodes de neige certaines années.

LA LANGUE ORIGINELLE DES HEBREUX ET SES SOURCES

Le mot hébreu se dit « ivrit ». Cette langue appartient à la branche de la famille sémitique, apparentée à l’arabe et aux langues araméennes et compte plus de 8 millions de locuteurs en Israël (l’une des langues officielles) et en diaspora.

Rachi* sur la Genèse (2, 23) explique que le monde a été crée avec les lettres de la langue « sainte » : l’hébreu de la Torah. Dans la Bible « Noé (11, 1) » où le verset évoque la situation à la veille de la tour de Babel et utilise l’expression de « langue unique », Rachi écrit que la langue sainte en question était parlée sur toute la terre. Le « Torah Temima » cite le « Yeroushlami Meguila I, 9 » au sujet de l’expression de « langue unique ». Deux maîtres se sont exprimés sur ce sujet : « Rabbi Eliezer et rabbi Yoh’anan : l’un dit qu’ils employaient 70 langues, c’est à dire que chaque peuple avait sa langue unique et donc spécifique, l’autre dit qu’ils parlaient le langage de Celui qui est unique, c’est à dire la langue sainte ».

La Torah Temima explique que si les commentateurs affirment que jusqu’à la Tour de Babel, les peuples parlaient tous en hébreu, ce n’est que par la suite, lorsqu’il y a eu un bouleversement des langues, qu’ils commencèrent à pratiquer les soixante-dix langues… Il est impossible de dire que jusqu’à cette époque, la seule et unique langue était l’hébreu car il est explicitement écrit (ibid. 10, 20) : « Ceux-ci sont les enfants de Chem selon leurs familles et leurs langues. » Ils avaient donc chacun une langue spécifique. Il semble que l’explication soit que, jusqu’à la dispersion de la Tour de Babel, bien que l’hébreu fut le langage commun à toutes les populations, coexistaient néanmoins des langues spécifiques et bien fixées pour chaque peuple.

* Rachi est l’acrostiche de Salomon ben Isaac (Rabbi Chlomo ben Yts’hak). Sage et commentateur très renommé du 11e siècle doté d’une mémoire prodigieuse dès l’enfance et considéré comme un maître de la Torah à 20 ans. Originaire de la ville de Troyes, il est connu pour ses commentaire des textes de la Torah écrite (la Bible juive, qui comprend les 5 livres du Pentateuque, les livres des Prophètes et des Hagiographes et le Talmud dans la tradition orale).


LE CONCEPT HEBREU DU TEMPS

Le temps juif commence toujours à la tombée de la nuit. Quant au calendrier hébreu, institué par Hillel II, (plus connu sous le nom de Hillel, Sage du Sanhedrin – tribunal rabbinique – de l’époque biblique) il est luni-solaire. Il est composé d’années solaires, de mois lunaires et de semaines de 7 jours commençant le dimanche. Les jours n’ont pas de nom car toute la semaine se réfère au Chabbat (temps de repos absolu réservé à la prière, à l’étude de la Torah, au chant à la synagogue et à la maison autour des 3 repas.) Pour être en conformité avec la Genèse, selon laquelle les ténèbres ont précédé la venue de la lumière, le jour du Chabbat commence le vendredi soir à la tombée de la nuit et se termine le samedi à la tombée de la nuit.) A l’instar du Chabbat, tous les jours de la semaine commencent à la tombée de la nuit. On nomme dont dimanche 1er jour (après le Chabbat), le lundi étant le 2e jour (après le Chabbat), etc…

Chaque nouveau mois dépend de la rotation de la lune. Le calendrier alterne donc ses 12 mois sur 29 ou 30 jours. Une année lunaire de 12 mois fait 354,36 jours. La lune met plus de 27 jours pour tourner autour de nous, mis pendant ce temps, le soleil décale également sa position dans l’espace. il fait un tour complet en un an. Ainsi la lune a besoin d’environ 2 jours supplémentaires pour rattraper le soleil et il faut 29 jours, 12 heures, 44 minutes et une fraction de seconde d’une nouvelle lune à la suivante. Une année faisant 365,25 jours, on perd 365,25 – 354,36 = 10,89 jours par an. Il fallait donc trouver un moyen de rattraper les jours perdus. C’est pourquoi une année hébraïque peut comporter soit 12 mois, soit 13 mois (lunaisons), grâce au cycle métonique. Si l’on reste avec ce système de 29,53 jours, toutes les 19 années, on perd 7 mois. Le calendrier hébreu répartit donc ces mois sur le cycle de Gamaliel  l’Ancien en composant des années de 12 mois ou de 13 mois. L’année est dite commune quand elle compte 12 mois et embolismique quand elle en compte 13. Cette année est l’an 5768 du calendrier hébreu. Le calendrier hébreu prend pour point de départ la naissance du premier homme, Adam, le premier homme, qui est donc né à l’an I du calendrier hébraïque.

Le calendrier hébraïque, science remarquable et ancestrale, est extrêmement précis. Depuis la période de l’exode d’Egypte – depuis 3500 ans – il n’a glissé que d’environ 2 semaines !) Selon la Bible, l’exode a eu lieu à l’équinoxe du printemps, autour du 21 mars et de nos jours la Pâque juive est environ 2 semaines plus tard. Selon ce calendrier réglé sur le soleil et la lune on ne peut plus rien modifier, sauf attendre mille ans et sauter alors un mois entier ! Quant aux noms des mois du calendrier hébraïque, ils sont babyloniens, de la patrie d’Abraham. On les nomme ainsi : Adar, Nissane, Iyar, Sivane, Tamouz, Av, Eloul, Tishri, ‘Hechvane, Kislev, Tevet et Shevat.


LES HEBREUX, PIONNIERS DU MONOTHEISME

On n’insistera jamais assez sur l’importance du rôle des Hébreux dans la culture occidentale, qui ont joué un rôle essentiel. Ils ont défini un monothéisme qui deviendra l’une des principales caractéristiques de la culture occidentale. Par ce monothéisme, ils arrivèrent à définir plus avant la nature de D.ieu, ce qui n’avait pas encore été fait auparavant. Celle d’un D.ieu tout-puissant, créateur de toutes choses passées, présentes et futures, D.ieu de justice, d’amour, protecteur de son peuple et de tous ceux qui acceptent de le connaître, mais aussi capable de punir ceux qui ne se tiennent pas dans le droit chemin. Ils forgèrent ainsi la première religion monothéiste en Occident. Dès les premiers livres de la Bible, les « Enfants d’Israël » sont à la fois présentés comme un groupe religieux (pratiquant le culte du D.ieu Un) et comme un peuple, le « peuple d’Israël« , que D.ieu appelle « Mon peuple ». Le rôle des Patriarches, Matriarches et des Prophètes fut fondamental. Ils définirent les conditions d’éthique qui devaient régir les individus dans leurs relations réciproques. Deux ou trois points importants à souligner dans ce qui deviendra plus tard le judaïsme : les humains sont à l’image de D.ieu. Adorer D.ieu et offenser les humains est inconcevable. De même que D.ieu traite les humains avec justice et amour, ainsi les humains doivent-ils se traiter les uns les autres et tous, même les plus humbles, méritent considération. Justice et charité envers tous sont leurs mots d’ordre, (concepts repris par différentes religions monothéistes postérieures).

DEBUT DE L’EPOQUE BIBLIQUE

La terre d’Israël a été peuplée dès le Mésolithique et le Néolithique. Le Natoufien (la plus ancienne civilisation connue au Moyen-Orient a duré environ 4000 ans (de 12000 à 8000 avant l’ère commune. C’est dans la région de Jéricho qu’ont été découverts les plus anciens vestiges de vie urbaine. L’histoire de ce pays commence au début de l’âge de bronze (vers 3000 ans avant l’ère commune) selon les sources égyptiennes confirmées par les fouilles de l’époque moderne. Cette terre a fait l’objet de multiples invasions depuis cette date. L’idée que les Hébreux, puis les Juifs sont un peuple, le « peuple d’Israël », apparaît dès les premiers livres de la Bible et a continué à être affirmée au cours des siècles. L’idée de « royaume d’Israël », qui date de la Bible, a varié avec le temps. Lakish, importante place forte de l’ancienne Judée, fut occupée en 3200 avant l’ère commune. De Chem, (fils de Noé qui était né 10 générations après Adam) vient le mot « sémite« . Il vécut 600 ans (de 1558 à 2158 du calendrier hébraïque).

Après l’épisode du déluge, dix générations après Chem, fils de Noé, apparaît Abraham, le premier Hébreu et ancêtre des deux peuples monothéistes du judaïsme et de l’islam vécut de 2248 à 2123 du calendrier hébraïque, soit environ 2000 ans avant l’ère commune. Des documents exhumés en Mésopotamie qui datent d’environ 2000 à 1500 avant l’ère commune confirment la description de la vie de ce peuple à cette époque, que l’on retrouve dans la Bible.Sa famille, comme tout son peuple, avait été déportée avant sa naissance à Our en Chaldée (l’actuelle Irak). A cette époque Our était la capitale d’un puissant empire s’étentant du golfe Persique à l’Assyrie et des canaux d’irrigation rendaient alors la région verte et fertile. Celle-ci était recouverte de champs de blé et de palmiers chargés de fruits.Comme le dit la Genèse, Abraham, le premier Patriarche hébreu reçut, à l’âge de 75 ans,  l’injonction de D.ieu de « quitter la maison de son père et d’aller vers le pays que D.ieu lui indiquerait. » Il enseigna pendant plusieurs années, avec sa femme Sarah, la première Matriarche, à ceux qui l’avaient suivi, la connaissance du D.ieu Un.Entre les 17e et 16e siècles, la forteresse était aux mains des « Hyksos » (maîtres du pays), une armée de Sémites et de Hourrites qui domina quelques temps l’Egypte avant d’être soumise par les pharaons. Construite au 19e siècle avant l’ère commune, Haçor était une autre cité très importante. Josué se rendra maître de ces deux cités comme de Jéricho au moment de la conquête de la Terre d’Israël par les Hébreux.

Vers 1468 avant l’ère commune (d’autres sources donnent 1479) le pharaon Thoutmosis III, après s’être débarrassé des Hyksos, s’empara d’Israël grâce à la victoire qu’il remporta à Megiddo. Place forte depuis le 3ème siècle, Megiddo était un importante place stratégique et verrou sur la route qui reliait l’Afrique à l’Asie. Les pharaons firent grand cas de la conquête de Megiddo et les Egyptiens restèrent maîtres du pays pendant plus d’un siècle. Au 14e siècle avant l’ère commune il en furent chassés par les Hébreux de Mésopotamie, les Amorrites du Liban et les Hitites d’Anatolie. Les pharaons de la 19e dynastie (1304-1181) tentèrent de reconquérir le pays, mais entre -1200 et -1000, les Philistins, qui combatirent toujours les Hébreux, s’établirent dans la plaine maritime du sud du pays, (l’actuelle bande de Gaza, où les Juifs ont aujourd’hui maille à partir avec leurs remplaçants que sont les Palestiniens !) Ce nom de Palestine fut d’ailleurs donné par les Romains à cette partie d’Israël pour humilier les Hébreux et leur rappeler leurs ennemis; alors déjà disparus.

Moïse est né pendant la période qui correspond à l’an 1300 avant l’ère commune et vécut 120 ans. Il était le fils d’Amram et de Yokheved. Ils eurent un fils, Aaron, (le premier grand-prêtre « Cohen Gadol », ancêtre des Juifs  portant le nom de Cohen aujourd’hui, ordonné par D.ieu Lui-même) et une fille, Myriam – la prophétesse. Les Hébreux étaint alors esclaves des Egyptiens, ceux-ci avaient décrété la mort de tous les enfants Hébreux mâles. Le peuple hébreu était donc condamné à disparaître à court terme. C’est là que Myriam, encore une jeune enfant, intervient. Elle influence les Hébreux en réussissant à réunir à nouveau ses parents (qui, comme beaucoup, s’étaient séparés la mort dans l’âme pour ne plus avoir d’enfants), entraînant ainsi tous les Hébreux à en faire autant. C’est ainsi que naquit Moïse et que perdura le peuple hébreu. Tout le monde connaît la suite de l’histoire : Moïse fut déposé sur le Nil afin d’être sauvé et recueilli par la fille du pharaon, qui l’adopta et l’éleva. Revenu plus tard à son peuple, Moïse, guidé et aidé par D.ieu, fit sortir les Hébreux d’Egypte (épisode de la traversée du désert, les Dix Plaies d’Egypte, l’ouverture de la Mer Rouge, don de la Torah au Mont Sinaï).

Les Dix Paroles de D.ieu  (Les 10 Commandements), appelés aussi « Tables de la Loi » http://www.youtube.com/v/wGKfb4FqxVk&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed

Après que D.ieu eût proposé aux 70 nations du monde présentes sur terre à l’époque les Tables de la Loi et après que toutes sans exception les eurent rejetées, elles furent proposées aux Enfants d’Israël, qui les acceptèrent. Le 6 Sivan 2448, Moïse et les Enfants d’Israël reçurent donc les 10 Paroles de D.ieu, ( les 10 commandements), consignées sur les deux Tables de la Loi, qui sont les 613 commandements du peuple juif. Contrairement aux autres peuples qui ont d’abord occupé un territoire durant une longue période et y ont développé une langue et une cultre communes, les Juifs sont devenus un peuple juste après leur sortie de la captivité et de l’esclavage d’Egypte, au pieds du Mont Sinaï. Là, ils ont fait alliance avec D.ieu et ont accepté Son joug.

 

Le peuple fut conduit par Moïse vers la Terre d’Israël, mais il mourut avant d’y arriver. Il fut relayé par Josué qui put terminer la mission commencée par Moïse et ramener son peuple sur sa terre. La plus ancienne source documentaire sur les Hébreux est la stèle de Mérenptah, date de 1207 avant l’ère commune et trouvée en 1896 dans le sud de l’actuelle Israël. Sur cette stèle le pharaon Mérenptah proclame « Israël est détruit, sa semence même n’est plus ». Le déterminatif des hiéroglyphes signifiant Israël précise que le mot désigne une population. La stèle confirme donc l’existence assez ancienne d’un groupe humain de ce nom dans le paysage cananéen de l’époque. Au cours des 2 siècles qui suivirent, les Enfants d’Israël conquirent la majeure partie du Pays d’Israël et consolidèrent l’économie du pays. Des périodes de paix relative alternèrent alors avec des périodes de guerres. Il fallut, face aux menaces des Philistins, se doter d’un chef qui unissait toutes les tribus et qui était investi d’une autorité permanente, transmissible par héritage. C’est la » période des rois« 

Un site à la fois terrestre et céleste Jérusalem est cité 667 fois dans la Torah, mais pas une seule fois dans le Coran. A partir d’environ 1020 avant l’ère commune, les Hébreux vécurent près d’un siècle unis, sous trois rois : Saül, David et Salomon. Ils deviennent bergers et paisibles agriculteurs, cultivant olives, figues et céréales. C’est le roi David, qui était très pieux, à la fois guerrier et poète (auteur des psaumes) bien connu pour avoir tué, encore adolescent, le chef de l’armée des géants philistins Goliath avec sa fronde et qui, dès qu’il fut proclamé roi,  projeta de construire le Temple de Jérusalem. Il choisit Jérusalem comme capitale de son nouveau royaume et acheta de ses deniers un terrain situé sur une colline, le Mont Moria, ou Mont du Temple, qui appartenait au Jébusite Aravna, (achat mentionné à plusieurs reprises dans la Bible). Ainsi Jérusalem est-elle la capitale du peuple juif depuis 3 000 ans ! C’est là tout d’abord que, selon la Torah, D.ieu initia la création du monde (sur la « pierre fondamentale ») Son fils Salomon, célèbre pour sa sagesse et sa richesse, concrétisa le rêve de son père et bâtit le premier Temple. Le second Temple remplaça celui-ci après sa destruction. C’est également que se trouvait le fameux paradis terrestre etaussi qu’ Adam fut créé avec un peu d’argile et là aussi que les deux frères Caïn et Abel érigèrent le premier autel pour D.ieu avant le meurtre d’Abel. Le patriarche Abraham y offrit Isaac en sacrifice, sur la demande de D.ieu, pour éprouver sa foi avant qu’un ange n’arrête son bras. Jacob y a vu la fameuse « échelle de Jacob » (métaphore signifiant que nous devons faire des efforts pour nous élever pour qu’ ainsi D.ieu puisse descendre s’établir parmi nous) dans un rêve lui montrant que ce lieu était redoutable et  n’était autre que la maison de D.ieu et la porte des Cieux. Le Mont du Temple est donc le site le plus sacré du monde pour les Juifs.

Nom des 12 tribus d’Israël issues des 12 fils du Patriarche Yaacov (Jacob) et qui portent leurs noms (Ephraïm et Menaché étant eux-mêmes issus de son fils Joseph) : ACHER – DANE – NAFTALI -BINYAMINE – EPHRAÏM – MENACHE – YISSAKHAR – YEHOUDA –  ZEVOULONE – GAD – REOUVENE – CHIMEONE.  La Judée est un mot dérivé de la tribu de Juda. D’après (1 Samuel 17) et suivants cette tribu a engendré le roi David et a donné son nom à la Judée. Le royaume unifié de David et de son fils Salomon, regroupait les 12 tribus d’Israël dotées chacune d’un étendard à ses propres armes. Le royaume d’Israël a éclaté après la mort de Salomon en deux royaumes rivaux vers 930 avant l’ère commune (1 rois 12 et suivants). Celui du Sud est resté sous le contrôle de la dynastie davidique, issue de la tribu de Juda, et a donc pris le nom de « royaume de Juda » (1 rois 12:16-20). Les habitants du royaume de Juda, ou Judéens, n’étaient pas tous membres de la tribu de Juda, mais regroupaient tous les Hébreux vivant dans le royaume. Le Royaume d’Israël, au nord, avait pour capitale Samarie.


LE TEMPLE DE JERUSALEM

Présentation du Temple : http://www.youtube.com/v/rhhvFNEF1zU&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed

http://www.youtube.com/v/trHBfpw5PrA&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed

Second Temple, celui dit d’Hérode : http://www.youtube.com/v/B37Mp6mhs3A&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed

Extrait du discours du roi Salomon, fils de David,  pour l’inauguration du 1er Temple : (livre des Chroniques VI, 41, 42) « Oui, nous avons entendu la nouvelle à Bethléem, nous l’avons recueillie. Entrons donc dans Ses demeures, prosternons-nous dans ce sanctuaire qui est l’escabeau de Ses pieds. Lève-toi, Seigneur, pour entrer dans Ton lieu de repos, Toi et l’arche de Ta puissance ! Que Tes prêtres endossent des vêtements de triomphe et que Tes fidèles adorateurs éclatent en cris de joie ! Pour l’amour de David Ton serviteur, ne repousse point la face de ton oint. L’Eternel a fait à David un serment véridique auquel il ne manquera pas : « – Je placerai sur ton trône un fruit de tes entrailles ! Si tes fils gardent ton pacte, les lois que je leur enseignerai, leurs descendants jusqu’à l’éternité siègeront après toi sur le trône. » Car l’Eternel a fait choix de Sion, il l’a voulue pour demeure : « Ce sera là mon lieu de repos à jamais, là je demeurerai, car je l’ai voulu. Je bénirai amplement ses approvisionnements, je rassasierai ses pauvre de pain. J’habillerai ses prêtres de vêtements de triomphe et ses hommes pieux éclateront en cris de joie. Là je ferai grandir la corne de David, j’allumerai le flambeau de mon oint. Ses ennemis je les vêtirai de honte et sur sa tête brillera son diadème. »

Le Temple, centre de spiritualité universel et demeure pour toutes les nations Quand Salomon construisit le Temple il demanda à D.ieu d’accueillir la prière du non juif qui se rend au Temple (Rois 1,8 41-43). Pendant la semaine de Souccot, on faisait 70 offrandes de taureaux au Temple (correspondant aux 70 nations du monde). Le prophète Isaïe dit que le Temple est une demeure pour les nations.  Les mésopotamiens et les romains ignoraient cela quand ils détruisirent les deux Temples successifs. A l’intérieur, brûlait en permanence un chandelier d’or à 7 branches, fait d’une seule pièce et qui mesurait 1,80 m de haut,  alimenté par de l’huile d’olive pure. Derrière un immense rideau, trônait le Saint des Saint, que personne ne devait voir hormis le Grand Prêtre une fois l’an le jour de Kippour dans lequel deux plaques de pierres gravées par Moïse (quie D.ieu lui avait dictées) sur lesquelles on pouvait lire, en hébreu, les 10 paroles prononcées par D.ieu au Mont Sinaï (les 10 commandements).On y trouvait également l’autel des parfums en bois de chitim recouvert d’airain.

Description de la splendeur tu Temple par l’historien contemporain de cette époque Flavius Josèphe (La guerre des Juifs) « Le Temple était, comme je l’ai dit, bâti sur une forte éminence, et c’est à peine si, à  l’origine, le plateau qui la terminait suffit à contenir le sanctuaire et l’autel Les pentes, tout alentour, étaient escarpées. Mais quand le roi Salomon, qui d’ailleurs construisit le Temple, entoura d’un mur le côté oriental de l’édifice, il établit un portique sur le terrassement….. L’abondance des ressources et la générosité du peuple imprimaient aux projets une grandeur extraordinaire … Tous les portiques avaient une double rangée de colonnes, d’une hauteur de vingt-cinq coudées, taillées d’une seule pièce dans des blocs d’un marbre très blanc. Les lambris qui couvraient ces portiques étaient de cèdre. La richesse naturelle des lambris, l’art dont ils étaient polis et ajustés offraient un merveilleux spectacle, mais aucun travail de peinture ou de sculpture n’y ajoutait un ornement extérieur. La largeur des portiques était de trente coudées, et leur périmètre total, en y comprenant la tour Antonia, mesurait six stades ; toute la partie qui était à découvert était pavée de pierres différentes, aux couleurs variées.… Dans les autres directions, deux portes, l’une au midi, l’autre au nord, conduisaient à la cour des femmes… L’endroit était d’ailleurs ouvert également pour le culte aux femmes de la région et à leurs coreligionnaires venues du dehors. La partie occidentale n’avait pas de porte de ce côté, le mur était continu. Les portiques situés entre les portes, au dedans du mur faisant face aux salles du Trésor, étaient soutenus sur des colonnes très belles et très hautes : bien que simples et non doubles, ces portiques ne le cédaient en rien, sauf pour les dimensions, aux portiques inférieurs.

Des dix portes, neuf étaient entièrement recouvertes d’or et d’argent, comme aussi les montants et les linteaux : l’une d’elles, hors du Temple, devait à la gloire de l’airain de Corinthe sa grande supériorité sur celles qui étaient lamées d’argent et d’or. Chaque portail comprenait deux battants dont chacun avait trente coudées de hauteur et quinze de largeur. Après l’entrée, ces portails, s’élargissant à l’intérieur, embrassaient à droite et à gauche des vestibules longs et larges de trente coudées ; semblables à des tours, leur hauteur dépassait quarante coudées ; chacun était soutenu par deux colonnes, dont la circonférence mesurait douze coudées. Les dimensions des autres portes étaient les mêmes. Mais celle qui s’ouvrait au delà du portail corinthien, vers l’Orient, du côté de la salle des femmes, et en face de la porte du Temple, était plus vaste ; elle avait cinquante coudées d’élévation ; ses portes atteignaient quarante coudées, et son ornementation était plus magnifique, en raison de l’épaisseur de l’argent et de l’or qui y étaient prodigués. C’est Alexandre père de Tibère qui en avait garni les neuf autres portes. Quinze degrés conduisaient du mur des femmes au grand portail ; ils étaient moins élevés que les cinq degrés qui menaient aux autres portails… Le Temple, cet édifice sacré, était placé au centre : on y accédait par douze marches. La hauteur et la largeur de sa façade mesuraient également cent coudées.

Les métopes étaient toutes dorées : par ces ouvertures, la première partie de la nef apparaissait complètement du dehors dans sa majesté, et les côtés de la porte intérieure se montraient tout étincelants d’or aux yeux des spectateurs. Comme le Temple portait un double toit, la première partie de la nef, seule, s’ouvrait à une grande hauteur, mesurant quatre-vingt-dix coudées d’élévation, cinquante de longueur et vingt de largeur. Le portail de cette nef était tout entier, comme je l’ai déjà dit, lamé d’or ; il en était de même de toute la paroi avoisinante : les pampres qui revêtaient la surface de la porte étaient d’or également, et des grappes de la taille d’un homme y pendaient. Comme le Temple avait un double toit la perspective intérieure était plus basse que l’extérieure ; là les portes d’or avaient cinquante-cinq coudées de hauteur et seize de largeur. Devant elles se trouvait un voile de longueur égale, un peplos babylonien, brodé de laine violette, de lin, d’écarlate et de pourpre ; ce travail admirable offrait, dans sa matière, un mélange savant et comme une image de l’univers ; car il paraissait symboliser par l’écarlate le feu, par le lin la terre, par le violet l’air, par la pourpre la mer. Pour deux de ces matières, c’était la couleur qui faisait la ressemblance ; pour le lin et la pourpre, c’était leur origine, puisque l’un est fourni par la terre, l’autre par la mer. Sur le peplos était brodé tout le spectacle des cieux, les signes du zodiaque exceptés.

Quand on pénétrait à l’intérieur, c’était la partie basse du Temple qui recevait le visiteur. Elle avait soixante coudées de hauteur, une longueur égale et vingt coudées de largeur. A leur tour, ces soixante coudées étaient divisées : la première section offrait, sur une étendue de quarante coudées, trois oeuvres admirables et célèbres dans le monde entier, le chandelier, la table, l’encensoir. Les sept lampes du chandelier représentaient les planètes, car c’était bien le nombre des branches du candélabre ; les douze pains sur l’autel figuraient le cercle du zodiaque et l’année. L’encensoir, avec les treize parfums dont il était rempli, et qui provenaient de la mer et des régions habitées ou inhabitées de la terre, indiquait que tout appartient à Dieu et existe pour Dieu. La partie la plus reculée de l’enceinte mesurait vingt coudées ; un voile la séparait aussi de l’extérieur. Aucun objet ne se trouvait là ; elle était pour tous inaccessible, intangible, invisible ; on l’appelait le « Saint des Saints ». Sur les côtés du Temple inférieur étaient de nombreuses habitations sur triple étage, communiquant entre elles ; de part et d’autre des entrées spéciales y conduisaient depuis le portail. Le Temple haut, plus étroit, n’avait pas d’habitations ; il élevait à quarante coudées son propre faîtage, d’un style plus simple que le Temple inférieur. Si l’on ajoute ce nombre aux soixante coudées du Temple bas, on obtient une hauteur totale de cent coudées.

A la façade extérieure il ne manquait rien de ce qui pouvait frapper l’esprit ou les yeux. Partout revêtu de plaques d’or massif, le Temple brillait, aux premiers rayons du jour, d’un éclat si vif que les spectateurs devaient en détourner leurs regards comme des rayons du soleil. Pour les étrangers qui arrivaient à Jérusalem il ressemblait de loin à une montagne couverte de neige, car là où il n’était pas doré, il apparaissait de la plus pure blancheur. Sur son toit se dressaient des broches d’or, finement aiguisées, pour écarter les souillures des oiseaux qui seraient venus s’y poser. Quelques-unes des pierres de l’édifice avaient quarante-cinq coudées de longueur, cinq de hauteur et six de profondeur. Devant le Temple se trouvait l’autel qui mesurait quinze coudées de hauteur, et se développait également sur une longueur et une largeur d’environ cinquante coudées ; de forme carrée, il était pourvu aux angles d’appendices en forme de cornet. On y accédait du midi par une rampe en pente douce. Le fer n’avait pas été employé pour construire cet autel, et jamais le fer ne l’avait touché. Le Temple et l’autel étaient entourés d’une balustrade de pierres, belles et délicatement ouvragées, qui avait environ une coudée de hauteur;elle maintenait le peuple à distance et le séparait des prêtres. »

Vieille mélodie juive interprétée sur une réplique d’ancienne lyre du Temple http://www.youtube.com/v/d69vY2rXdKU&hl=fr&rel=0&color1=0x006699&color2=0x54abd6″></param><embed


 


LE SCHISME
Lorsque Salomon disparut, Israël était encore uni, mais 10 tribus occupaient le nord et 2 autres, Juda et Benjamin, le sud. La ville de Jérusalem se situait entre les deux. Le royaume s’est effondré et s’est scindé, après la mort de Salomon, en deux royaumes rivaux vers 960 avant l’ère commune. Celui du Sud est resté sous le contrôle de la dynastie davidique, issue de la tribu de Juda, et a donc pris le nom de « royaume de Juda » (1 rois 12:16-20). Les habitants du royaume de Juda, au sud, ou Judéens, n’étaient pas tous membres de la tribu de Juda, mais regroupaient tous les Hébreux vivant dans le royaume.  Le Royaume d’Israël, au nord, avait pour capitale Samarie. Le fils de Salomon, Roboam se fit courronner à Chekhem (aujourd’hui Naplouse). Les tribus protestèrent contre les lourds impôts et les corvées qu’avait en son temps levés Salomon pour financer la contruction du Temple, de ses palais, etc.. .et demandèrent un allègement que refusa Roboam. C’est alors que les tribus du nord créèrent un nouveau royaume qu’ils appellèrent « Israël ». Le royaume de Juda survécut jusqu’en 587 avant l’ère commune, et celui d’Israël jusqu’en 722 avant l’ère commune.

Victime de sa division, le peuple hébreu, affaibli est d’abord occupé par l’Egypte. Les Assyriens occupaient alors le territoire du nord (aujourd’hui la Syrie, l’Irak et la Turquie). Le roi Tiglath-Piléssèr III fit de l’Assyrie un grand empire. Ils commencèrent à envahir les territoires de Zevoulone et de Naftali, puis ceux de Reouven, de Gad et de Menaché. Leur subtile politique de pacification consistait à déplacer les habitants des pays conquis et à en installer d’autres à leur place. Avec le temps, les exilés oubliaient leurs origines et n’étaient plus tentés de se révolter. La Judée fut alors établi en un protectorat Assyrien (sous le règne de Josias) Cette période fut une période de renaissance exceptionnelle.

Mais le pays subit successivement les invasions  babylonienne, perse, grecque et romaine… Puis les Babyloniens balayèrent les Assyriens et établirent à leur tour leur protectorat sur la Judée. Les rois se succédèrent, nommés et déposés par le souverain Babylonien qui réprime les révoltes et finit par déporter une partie de la population, après avoir pillé le Temple de Jérusalem, en 597 avant l’ère commune. Entre-temps l’empire assyrien fut détruit par les Babyloniens, qui envahirent également le pays. Mal conseillé et pensant pouvoir compter sur l’aide égyptienne, le roi Sédécias va entrer en révolte contre les Babyloniens. Ces derniers seront impitoyables : Jérusalem sera prise une seconde fois en 587. Sédécias est exécuté. Voulant faire du royaume de Juda un état vassal, les Babyloniens  emmenèrent captifs 10 000 Juifs parmi l’élite intellectuelle et spirituelle. Le roi Nabuchodonosor assiégea Jérusalem pendant 2 ans.

LA DESTRUCTION DU TEMPLE DE JERUSALEM

C’est pendant ce siège que le prophète Jérémie, qui se trouvait alors dans la ville, écrivit le Livre des Lamentations, qui prédisait la destruction du Temple. De fait, le 7 Av, les Babyloniens ouvrirent une brèche dans les murs de la ville et l’envahirent, se livrant à un immense masacre. Le Temple, déjà pillé en 597, est cette fois détruit, le 9 Av 422 avant l’ère commune. Il fut complètement rasé ainsi que les murailles de la ville. Juda devient une province babylonienne, avec à sa tête, un gouverneur. Chaque année à cette date, les Juifs lisent cet ouvrage le jour de la destruction du 1er Temple, (par les Babyloniens), du second Temple (par les Romains) et commémorent également, en ce jour funeste, leur expulsion d’Espagne par l’Inquisition, ainsi que d’autres calamités qui s’abattirent sur le peuple ce jour-là au fil des siècles. Le jeune roi de l’époque, qui n’était âgé que de 18 ans, Joakhim, sortit de la ville assiégée et se présenta au quartier général de Nabuchodonosor pour se rendre. Il se livra lui-même, avec la reine-mère et toute la maison royale, à la condition que Jérusalem ne fût pas touchée et il fut envoyé triomphalement à Babylone avec des milliers de Judéens de la noblesse, accompagnés des trésors du Temple et du palais royal. Sur le chemin de l’exil, il ne restait plus rien aux Juifs en captivité à quoi se raccrocher ? Si :  leur foi indestructible dans le D.ieu Un,  l’observation de Ses lois, Ses prières et surtout le souvenir du Temple, qu’ils avaient toujours gardé dans leur coeur avec l’espoir de pouvoir le reconstruire un jour. Les exilés de Judée rejoignirent plus tard ceux d’Israël à Babylone, sous la direction du prophète Ezéchiel. Ainsi Israël pouvait-elle maintenir son identité religieuse en exil. Les prières remplacèrent les sacrifices au Temple et les scribes commencèrent à rassembler les traditions d’Israël dans des compilations à l’origine de la Bible. Les Babyloniens avaient une attitude plutôt clémente envers les exilés et la vie finit par devenir plutôt confortable. Les autorités du pays nommèrent un dirigeant de la communauté pour la représenter auprès d’elles et le premier de ces porte-paroles fut le roi Joïachin avec le titre de « Rèch galoutha » (nom araméen). Celui qui portait ce titre était un descendant direct de la Maison de David et reconnu par tous comme représentant officiel au cours des 1 500 ans que devait durer cet exil.
(voir suite 3)
Sources : Wikipedia, Wikipedia judaïca et pwg.gsfc.nasa.gov, Modia, Lamed, Université de Marianpolis, Ministère des Affaires Etrangères d’Israël, Alephbeth – Rhedae magazine

 

FOOTBALLMENT VÔTRE

https://i2.wp.com/tristefootball.t.r.pic.centerblog.net/9drd2gd6.jpg
FOOTBALL  DU  SOIR
Les vapeurs de mercure ont d’abord sautillé
Avant de scintiller
Et d’innonder bientôt le Parc de lumière,
Nous révélant alors le somptueux décor
De cette enceinte princière.
Dans ce décor grandiose, un public record
Est venu pour le sport
Est venu pour la fête, fête du soir
Fête des yeux.
Ils sont plus de quarante mille
Venus en métro ou en automobile
Mordus et curieux
Mais tous curieux de voir
Si le duel attendu aura bien lieu
Ce soir.
Les lueurs des projecteurs
Brillent dans le ciel d’Auteuil
Et balayant le stade mettent en valeur
Le vert de la pelouse – théâtre verdoyant –
Et le rouge, le bleu, le jaune des fauteuils
Ainsi que les vêtements des spectateurs,
Taches de multiples couleurs
Qui dansent devant nos yeux,
Comme de longs rubans ondoyants.
Et puis tout à l’heure
Les joueurs vont au milieu des clameurs
Vivre une belle aventure
Sur cette scène de verdure.
Le spectacle est bon et les applaudissements
Naissent de chaque point du stade
Pour se confondre bientôt avant de disparaître.
Que le public n’apprécie pas et il le fait savoir.
Insultes, sifflets témoignent alors
De la colère populaire.
Le goal fait une parade qui fait vibrer le stade.
C’est une fête pour les yeux, c’est une fête pour les sens
Car le vent nous rappelle que nous sommes en plein air.
La captivante incertitude du sport,
La passion, l’enthousiasme,
L’injustice, la colère, la démesure
Font que ces grandes rencontres
Offrent le spectacle et le divertissement.
JH