Attentat d’Alexandrie, ce que les médias ne disent pas : les forces de sécurité égyptiennes se sont retirées 1h avant l’explosion


Carte de localisation de l’attentat qui a visé une église copted’Alexandrie et fait 21 morts © AFP

L’explosion d’une voiture qui a explosé en face de l’Église orthodoxe des Saints Coptes à Alexandrie a tué 21 personnes et blessé 96 paroissiens qui participaient à une messe de Saint-Sylvestre. D’après les autorités ecclésiastiques et des témoins oculaires, il y a beaucoup plus de victimes qui sont encore non identifiées et dont les morceaux de corps étaient éparpillées partout dans la rue devant l’église. Les morceaux de cadavres ont été recouverts de journaux jusqu’à ce qu’ils soient amenés à l’intérieur de l’église parce que des musulmans commençaient à leur marcher dessus en chantant des chants djihadistes (il existe une vidéo montrant des cadavres et des membres recouverts de journaux dans la rue).

Les Coptes, la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient, représentent 6 à 10% des 80 millions d’Egyptiens. Peu représentés au Parlement, ils s’estiment tenus à l’écart de nombreux postes de la justice, des universités ou encore de la police.

En 2006, un homme avait attaqué des fidèles dans trois églises d’Alexandrie, tuant une personne et en blessant d’autres. Et le 6 janvier 2010, six Coptes avaient été tués par des hommes armés à la sortie d’une messe en Haute-Egypte , à la veille du Noël copte. Le verdict dans cette affaire, où trois trois Egyptiens sont accusés de meurtre, est attendu le 16 janvier.

L’attaque  intervient deux mois après des menaces proférées par la branche irakienne d’Al-Qaïda contre les Coptes d’Egypte et a été perpétré justement par un groupe extrémiste local d’al Qaeda, selon les sources du contre-terrorisme de DEBKAfile. En appelant à l’unité nationale, le Président Hosni Moubarak s’est défaussé en accusant al Qaeda, qui continue de massacrer les Chrétiens irakiens. En procédant ainsi, il a glissé sur la question du terrorisme local et désigné l’attentat comme résultant « d’une agression extérieure ».

Un groupe se réclamant d’Al-Qaïda en Irak avait revendiqué le 31 octobre l’attaque sanglante contre la cathédrale syriaque catholique de Bagdad, au cours de laquelle 46 civils (dont deux prêtres), sept membres des forces de sécurité et les cinq assaillants avaient péri.

Le groupe avait menacé de s’en prendre aux Coptes d’Egypte si leur Eglise ne libérait pas deux chrétiennes présentées comme « emprisonnées dans des monastères » pour s’être converties à l’islam. Ces deux femmes, Camilia Chehata et Wafa Constantine, sont des épouses de prêtres coptes dont la conversion supposée à l’islam a provoqué des remous en Egypte .

Des coptes ont manifesté leur colère au ministre des affaire religieuses devant la cathédrale du Caire. 7 personnes sont détenues dans le cadre de l’enquête ouverte sur l’attentat. Selon une autre source, les interrogatoires se succèdent et certains suspects ont été interpellés puis remis en liberté après interrogatoire.

La vague déferlante du terrorisme islamiste en Egypte, qui a submergé Alexandrie ce 1er janvier, prend son assise de plusieurs sources à l’intérieur-même du pays :
1. Al Qaeda a étendu ses tentacules aux villes côtières du Canal de Suez, telles qu’Islmailya, Suez et les villes et villages autour d’Alexandrie.

2. Depuis des années, les forces de sécurité égyptiennes ont tenté, mais échoué à éradiquer les cellules d’Al Qaeda et à capturer les fugitifs du Jihad islamique égyptien en cavale, qui sont retranchés dans les montagnes escarpées au cœur de la Péninsule du Sinaï. Ces bastions sont également utilisés par les membres des tribus bédouines qui développent des trafics clandestins prospères d’armement, de drogue et de trafic humain.

3. Ces voies de trafic permettent à al Qaeda de se fournir en armes, en explosifs et ainsi de se renforcer continuellement. Elles prennent leur source en Somalie, traversent l’Erythrée et le Soudan jusqu’au sud de l’Egypte, franchissent le Canal de Suez et leurs objets de contrebande atterrissent dans le Sinaï. Leurs voies d’approvisionnement bifurquent alors en une branche ouest pour les produits à destination de la Bande palestinienne de Gaza et leurs destinataires de la Bande occidentale (de Judée-Samarie), et une branche Est, qui se dirige au nord-est vers la Jordanie et traverse ses frontières vers la Syrie, le Liban et l’Irak.
Puisque personne, y compris Israël ne manifeste aucune réaction crédible pour réprimer ce commerce illégal en plein boom, l’Iran peut tranquillement enjamber chaque segment de ce réseau pour transférer clandestinement ses missiles et autres systèmes d’armement vers le Hamas palestinien et le Jihad islamique dans la Bande de Gaza.

4.  L’Egypte et Israël ont également préféré regarder de l’autre côté, alors que les cellules d’al Qaeda florissaient dans la Bande de Gaza et devenaient de plus en plus agressives. Ces cellules sont largement responsables de l’accroissement du nombre d’attaques contre les forces israéliennes patrouillant le long de la barrière de sécurité de la frontière avec Gaza, fournissant à leurs combattants une expérience étoffée en conditions de combat réel. Quelques fugitifs du Jihad Islamique égyptien ont également rejoint la Bande de Gaza et font la liaison entre les mouvements terroristes égyptiens et palestiniens.

Les Coptes ne représentent guère plus de 10 % d’une population de 80 millions d’habitants. Leur église orthodoxe copte, l’une des plus anciennes communautés de toute la Chrétienté, a été fondée au premier siècle. Après la conquête arabe au 7è siècle, l’Islam est progressivement devenue la  foi dominante dans ce pays jusqu’à ce jour. Les Coptes ont survécu à une avalanche de persécutions. Dimanche matin, des dizaines ont empli la même église des Saints attaquée un jour auparavant, alors que la police anti-émeute soutenue par des véhicules blindés était déployée à l’extérieur.

Il y a exactement un an, six Chrétiens étaient tués dans une embuscade menée à bord d’un véhicule, à l’extérieur d’une église dans le sud de l’Egypte et, en novembre, la police tuait un manifestant durant des affrontements avec les Coptes, déclenchés par l’arrêt d’une construction d’église au Caire. Des touristes non-musulmans sont souvent pris pour cibles dans des attentats terroristes islamistes locaux, tels que celui dans le souk cairote populeux de Khab el-Khalili, le 7 avril 2005, lors duquel trois touristes ont trouvé la mort, deux français et un américain. Trois mois plus tard, le 30 octobre, un autre terroriste s’est jeté d’un pont pour se faire exploser dans un terminal de bus très fréquenté, à partir duquel les touristes sont dispatchés vers les différents sites touristiques à travers le pays. Au même moment, deux femmes voilées ouvraient le feu sur un bus touristique ramenant des voyageurs de la Citadelle Saladin au Caire.

Ces attentats ont été revendiqués par les “Mujahideen égyptiens” et les « Brigades du Shahid Abdullah Azzam », un nom d’emprunt que beaucoup d’experts du terrorisme pensent être utilisé par beaucoup de filières d’al Qaeda au Moyen-Orient et dans le Golfe persique pour masquer l’identité de leurs membres.

L’attentat d’Alexandrie ponctue une période de violence islamo-copte qui mijote. En novembre, la police a tué un Copte prenant part à une manifestation déclenchée par l’arrêt des travaux de construction d’une église au Caire.

Les émeutiers musulmans ont longtemps exigé que deux femmes musulmanes mariées à des Coptes et converties au Christianisme soient « rendues ». La loi est pour eux. En Egypte, les mariages inter-religieux entre Musulmans et Coptes sont bannis comme étant illégaux.

Alors que les Chrétiens d’Irak sont victimes du terrorisme islamiste dirigé par Al Qaeda, le Hezbollah chi’ite libanais est, ironiquement, en état d’alerte à cause du même fléau, redoutant qu’il ne s’en prenne à ses propres centres religieux et militaires. Hassan Nasrallah et ses chefs de la sécurité craignent que les groupes libanais islamistes ayant des liens à al Qaeda – ou que des Jihadistes attaquant les Chrétiens et les Chi’ites en Irak – puissent s’infiltrer, de façon imminente, dans le pays à travers la Syrie et prennent pour cible ses bastions.

Une organisation terroriste islamiste serait alors oppose à une autre pour la première fois.  (DesInfos.com – Lessakele – France2.fr)

Scandaleux mensonge d’Obama sur les victimes de l’attentat d’Egypte

C’est depuis Hawaï ou il passe ses vacances que le Président américain a condamné l’attentat survenu devant l’église copte le 31 décembre au soir à Alexandrie en Egypte. Dans sa déclaration officielle, retransmise sur le site de la Maison Blanche, Obama sème délibérément la confusion sur les victimes de cet attentat qui visait les coptes. Barack Obama a affirmé que les victimes étaient chrétiennes et musulmanes : “L’attaque contre une église à Alexandrie en Egypte a fait 21 morts et des dizaines de blessés des deux communautés, chrétienne et musulmane.

Cette déclaration  officielle est ainsi formulée qu’elle laisse penser que des musulmans seraient morts dans l’attentat alors que les 21 victimes sont toutes chrétiennes. Aucun musulman n’est mort dans l’attaque suicide. Le président américain joue sur le fait que 8 musulmans se trouveraient parmi les 72 blessés (selon la police égyptienne), pour affirmer que les victimes de l’attentat sont des deux cotés.

Déjà en novembre, Obama avait bizarrement choisi de garder le silence sur le carnage dans l’église à Bagdad en Irak qui avait fait 52 morts (lire) et n’avait formulé aucune condamnation.

De son côté, le premier ministre égyptien véhicule sensiblement le même mensonge : « Tous les Égyptiens de toutes confessions étaient visés par cet acte criminel.«  (source : Radio Canada)

On peut comprendre ce que doivent ressentir les coptes. L’attentat de vendredi visait clairement cette minorité persécutée depuis longtemps par les musulmans, et c’est leur causer encore plus de préjudice que de ne pas le reconnaître. (source Bivouac-ID)

De plus, dans une vidéo sur Bivouac-ID, on peut voir la police égyptienne lancer des pierres sur des proches de victimes coptes qui manifestaient.

Une réponse à “Attentat d’Alexandrie, ce que les médias ne disent pas : les forces de sécurité égyptiennes se sont retirées 1h avant l’explosion

  1. Pingback: Venez soutenir les coptes persécutés par les islamistes, demain, vendredi 7 janvier ! « resistancerepublicaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s