Davantage d’information sur le changement de régime en Syrie, par Daniel Pipes

  Plusieurs remarques étaient trop volumineuses pour trouver place dans le corps principal de mon article d’aujourd’hui, « Fin de régime en Syrie? » donc je les inclus ici:

(1) Mon titre volontairement se fait l’écho d’un titre dans une revue Foreign Policy de l’été 1980, « Dateline Syria. Fin de régime » . Oui, je sais: Stanley F. Reed III a avancé les choses de (au moins) 31 ans, mais cela ne me dissuade pas de répéter sa quasi-prédiction sur la fin d’Assad.

(2) Les conseils contradictoires de l’Iran et de la Turquie donnés à Assad laissent prévoir dans le futur des différences encore plus grandes entre les deux puissances islamistes. Tandis que les Iraniens ont conseillé à Assad de réprimer violemment les manifestants et en fait l’ont aidé à le faire, Recep Tayyip Erdogan a donné le conseil à Assad que «répondre favorablement aux demandes du peuple qui durent depuis des années, en ayant une approche réformiste, aiderait la Syrie à surmonter les problèmes plus facilement. » Il est même entré dans les détails: un reportage indique qu’il a dit aux Syriens « d’accroître l’efficacité des services publics, d’assurer une économie plus transparente et un processus public d’appel d’offres et de contenir les forces de sécurité. » (Ce ne sont pas exactement les priorités que je soulignerais.) Les tactiques contradictoires iranienne et turque indiquent les tensions menaçantes entre les régimes islamistes 1.0 et 2.0.

(3) Le gouvernement d’Assad insiste sur le fait que les manifestants de la rue sont Salafistes ou islamistes violents, et qu’il protège le pays contre eux. Comme un politicien pro-gouvernemental l’a dit, le régime ne peut pas permettre que « certaines personnes annoncent un émirat salafiste à Dara’a. Ce n’est pas l’Afghanistan. » Les Salafistes et d’autres islamistes sont en effet un grand danger au Moyen-Orient, mais, comme en Libye, ils sont loin d’être le pilier de l’opposition.

(4) Le magazine Vogue est impénitent, même provocant, à propos de sa misérable histoire de la femme de Bachar al-Assad, Asma. Dans une interview, le rédacteur en chef de Vogue Chris Knutsen justifie le côté glamour de la tyrannie, en expliquant,

Nous avons pensé que nous pourrions ouvrir ce monde très fermé un tout petit peu. .Cet article n’a jamais cherché en aucune façon à être un référendum sur le régime de al-Assad. C’était le portrait de la première dame. … Pour nos lecteurs, c’est une façon d’ouvrir une fenêtre sur ce monde un tout petit peu.

(5) Un membre éminent du lobby de Syrie de l’Occident, Patrick Seale, apparemment , a sorti d’affaire le régime. Il est marié à une Syrienne, Rana Kabbani, qui a publié un article cinglant, « des Turcs à Assad:à nous Syriens, tout est un colonialisme brutal», qui sûrement a mis fin aux relations de Seale avec Damas. Un extrait de son analyse caustique:

Le régime bien établi d’Assad est considéré par énormément de Syriens comme un colonialisme interne qui, tout comme le colonialisme externe du passé, les a spoliés,bombardés et empêchés de rejoindre les peuples libres du monde.

http://fr.danielpipes.org/blog/2011/05/changement-de-regime-en-syrie

Version originale anglaise: More on Regime Change in Syria
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s