Sarah : une vie de Tsniout

Abraham devant la tente où, avec sa femme Sarah, ils offraient l’hospitalité aux étrangers de passage (ici, les 3 anges venus leur annoncer la naissance prochaine de leur fils Isaac et Sarah qui, restée dans la tente, rit de la nouvelle, elle qui était déjà âgée de 89 ans  mais qui, nous fait savoir la Bible, était restée comme une jeune fille)

____________________________________________________

Le remarquable parcours de cette matriarche Juive, figure emblématique, connue pour sa rare beauté et sa générosité, se doit d’etre relaté à toutes les Eshet ‘Hayil et les Bnot Israel. Nous pouvons inscrire dans les modèles et références des grandes figures Juives féminines : Sarah femme d’Avraham. Elle et ses suivantes (Rivka, Rah’el et Léa) doivent nous inspirer véritablement. Nous devons lire en elles une Tsniout hors du commun.

Une longévité pas comme les autres

Commençons tout d’abord par décomposer un fait tout à fait remarquable. Nous prions très souvent pour qu’Hashem nous laisse la vie longue et pleine de santé. Et bien c’est l’un des premiers points à mettre en relief dans la parasha de cette semaine, la parasha ‘Hayé Sarah (‘Houmach Bereshit) : la vie longue qui lui fut offerte. En effet, en phrase d’introduction de la Parasha, nous sommes immédiatement éclairés par une information chronologique peu habituelle. La Parasha commence en relatant l’âge de Sarah, ainsi que le nombre d’années de vie. Pourquoi ? Vayiyou ‘hayé Sarah Méa Shana Vé Essrim Shana Vé Shéva Shanim Shné ‘Hayé Sarah ». Plusieurs fois , cette coupure par une conjonction de coordination en milieu de phrase a interpellé nombre de nos Sages. En effet, en traduction littérale cela donne : « La vie de Sarah fut de cent ans et vingt ans et sept ans : les années de vie de Sarah ». Le sens commun serait plus habitué à entendre « Sarah vécue 127 ans ». Sans aucune coupure stridente en milieu de phrase. La répétition du mot « ans » a évidemment un sens. S’il est répété à trois reprises, c’est tout simplement qu’il est relatif à chaque période précise de sa vie, en l’occurrence trois périodes. Les sages expliquent : « qu’à l’âge de cent ans, Sarah était comme à vingt ans : sans péché (pure) ». L’hébreu utilise le terme « lo ‘hata » לא חטאה, le mot ‘het se traduisant par « la faute, le péché ». Le midrach (Berechit Rabba) nous explique que : « De même, qu’elle était sans péché à vingt ans (car considérée comme trop jeune pour être tenue responsable de ses actes), de même l’était-elle à cent ans ».

C’est dire la grandeur de cette Tsadéquète, qui, quel que soit l’âge et la période de sa vie avait su conserver une sagesse intacte, semblable à la candeur ou l’innocence liée à la jeunesse. Une vie longue et pleine de fautes serait dénuée de sens mais pour une lumière comme Sarah, il en était autrement. Si nous pouvions nous en inspirer et vivre, nous mesdames, (à notre niveau bien sûr), une vie de Tahara (pureté) sans péché : que ferions nous ?

Nous travaillerions notre Tsniout du langage par exemple : (et il ne s’agit pas d’ouvrir le livre du ‘hafets ‘haïm sur le chmirate halachone, de le lire et de l’enseigner seulement). Il s’agit d’apprendre un peu chaque jour, discrètement ou en comité réduit. Mais apprendre pour comprendre. Pas apprendre pour « montrer aux autres » comme certaines le font. Il faut vouloir avancer avec sa cadence. Mais toujours dans le sens de la « pureté« . De nos jours je comprend les femmes qui sont fières barou’h Hashem d’avoir appris et qui le clament tout haut, mais j’avoue que nos actes sont d’autant plus appreciables lorsqu’ils sont surtout vu par HKBH. Et je pense qu’avoir comme référence nos Imaotes est un exemple formidable pour se renforcer.

C’est par sa Tsniout que Sarah était chérie et méritante aux yeux d’Avraham. Pensons aux nombreuses vertus de cette femme lumière qui, ne pouvant pas enfanter devait subir les sarcasmes et l’arrogance d’Agar (servante puis seconde épouse d’Avraham), et vivre comme un affront la douleur de la stérilité. Pourquoi ? Parce que la pureté engendre la pureté. Elle était authentique, car elle savait la grandeur d’Hashem bh ! … (Tsniout Mag’) Lire la suite ici : Sarah : une vie de Tsniout

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s