Un soldat israélien poignardé au cours d’une opération à Hébron

Soldats déployés à Hebron

Soldats déployés à Hebron ______________________________________________________

Selon les premiers éléments de l’enquête, un soldat a été poignardé aujourd’hui (8 mars) dans l’après-midi par deux Palestiniens alors qu’il effectuait une opération à Hebron.

Le soldat s’est défendu en ouvrant le feu ses agresseurs, tuant l’un des assaillants.

Le soldat poignardé a été évacué vers le Centre médical Hadassah de Jérusalem.

Une enquête est en cours. (Source : Armée de Défense d’Israël)

__________________________________________________

Sofia en uniforme dans le sud d'Israël

Sofia en uniforme dans le sud d’Israël

_______________________________________________________

Le courage, la force, la détermination  et la beauté d’âme des combattants  Juifs tient en une phrase  : ILS SE BATTENT POUR LEUR IDEAL, LEUR PATRIE, LA TERRE RETROUVEE DE LEURS ANCÊTRES, ISRAËL !

De Paris à la frontière égyptienne: dans la peau de Sofia, combattante dans l’armée israélienne

Une fois n’est pas coutume, l’interview aura donc lieu en français. Entre deux gardes et à quelques kilomètres de la frontière égyptienne, Sofia Haccoun-Zakabloukowa, combattante dans le Bataillon Karakal récemment arrivée de France, ôte une partie de son équipement et fait une pause pour répondre à nos questions.

Revenons quelques mois en arrière. Sofia qui est étudiante en deuxième année dans une école de commerce parisienne annonce à sa famille qu’elle part s’engager dans Tsahal comme combattante. Son attrait pour le monde militaire et son goût marqué pour le sport depuis son plus jeune âge n’y feront rien : cette annonce fait l’effet d’une bombe. Cette fois-ci, c’est la réalité.

Changement d’adresse

A 21 ans, Sofia s’engage dans Tsahal en avril dernier. Elle passe d’abord trois mois dans la base de Mihvé Alon dans le nord du pays, spécialisée dans l’accueil des nouveaux immigrants à l’armée. Une manière de faciliter le passage de la société civile à la sphère militaire pour ces recrues venues de l’étranger.

Sofia et les autres se trouvent projetés dans un microcosme fascinant où sont mélangés des futurs combattants venus du monde entier : Éthiopie, Russie, États-Unis, Amérique du Sud, France, etc…

« Je ne parlais pas un mot d’hébreu en arrivant à l’armée, pas un seul ! Mes premiers temps à l’armée ont été cruciaux : je n’avais pas d’autre choix que d’apprendre, d’écouter, en immersion totale », se souvient-elle.

Sofia intègre donc le Bataillon d’Infanterie Karakal dont la mission est de sécuriser la frontière israélo-égyptienne contre les infiltrés clandestins, les terroristes et les contrebandiers en août 2011. Les entraînements ont lieu dans le nord du pays, mais le reste du bataillon est déployé dans le sud. Quelques jours après le début de leur formation, la nouvelle de la triple attaque terroriste, qui tue 8 Israéliens et plonge le sud du pays dans la terreur, leur parvient et ne les laisse pas indifférents. Dans quelques semaines, Sofia et ses camarades savent qu’ils seront eux aussi chargés de défendre cette zone.

Hommes et femmes sont mélangés au sein du Bataillon Karakal

Hommes et femmes sont mélangés au sein du Bataillon Karakal

« Quand j’ai annoncé à mes parents que je voulais m’engager dans Tsahal, ils ne m’ont pas cru. Jusqu’à la dernière minute, mon père pensait que je ne monterais pas dans l’avion. Quand il a compris que je ne changerais pas d’avis, il s’est mis à pleurer. C’est la première fois que je voyais mon père pleurer. »

Le bataillon Karakal a été créé en réponse à une volonté croissante des femmes d’intégrer des unités combattantes et a comme particularité d’être le seul bataillon d’infanterie à intégrer à la fois des soldats et des soldates dans des rôles de combattants. Avant l’Indépendance de l’État, les femmes servaient déjà comme combattantes dans les groupes armés qui deviendront plus tard l’Armée de Défense d’Israël, puis pendant la Guerre de Kippour, en 1973, elles sont de nouveau appelées sur le terrain, en réponse au besoin urgent d’augmenter la capacité des forces terrestres. Finalement, en janvier 2000, une décision de la Cour Suprême Israélienne ouvre la possibilité aux femmes qui le désirent de servir en tant que soldates combattantes dans Tsahal.

« Chez nous, il n’y a aucune différence entre les filles et les garçons. Nous sommes astreints à la même discipline et exposés de la même façon au danger. »

Pour Sofia et les autres, ce n’est que le début. Les entraînements s’enchaînent. Pour les garçons comme pour les filles, il s’agit d’apprendre à utiliser différents types d’armes, maîtriser la pratique du camouflage et développer sa capacité physique.

« Je ne me doutais pas que ce serait si intense»

Les gardes et les entraînements remplissent les journées de Sofia.

Mais sa détermination surprend même ses commandants. « Lors de notre première grande marche, je boitais en raison d’une blessure antérieure. C’était la nuit et des torches de feu avaient été placées le long de notre chemin pour nous diriger. Les derniers kilomètres, nous nous mettons à courir et je trébuche. L’une de mes chaussures s’enflamme sans que je m’en rende compte. Au lieu de ça, j’encourage mes camarades qui se sont regroupés autour de moi à continuer leur course. » Sofia reçoit la casquette de sa commandante, une coutume dans Tsahal qui permet de féliciter un soldat méritant.

Sofia et son commandant, à la cérémonie du béret

Sofia et son commandant, à la cérémonie du béret

Au sujet de l’ouverture progressive de toutes les possibilités aux femmes de Tsahal, nous demandons à Sofia si les combattantes apportent quelque chose sur le terrain, ou s’il n’est question que d’égalité des sexes.

« Les soldats ont plus de force, mais nous sommes souvent plus rapides. Nous n’avons pas la même façon de voir le terrain et d’appréhender le terrain. Nous ne remarquons pas les mêmes détails et percevons les choses différemment. En fait, cette combinaison fonctionne bien. »

« Je voulais me prouver que j’en étais capable»

Il reste encore quelques mois de service à Sofia, et à vrai dire, le pire reste à venir. Bientôt, son bataillon sera déployé le long de la frontière israélo-égyptienne.

« Les entraînements vont à nouveau s’intensifier afin que nous ne perdions pas les réflexes acquis. »

Pour Sofia, la plus grande difficulté n’est pas son niveau d’hébreu, le terrain, la fatigue, mais l’éloignement de sa famille.

Sofia ne réalise pas totalement qu’elle a changé de vie.

"Je suis fière de ce que je fais ici"

« Je suis fière de ce que je fais ici »

« Je ne réalise pas toujours que j’habite désormais à quelques kilomètres de l’Égypte et que je suis combattante », explique-t-elle,        « Je suis en contact avec ma famille chaque jour. Ils sont venus plusieurs fois me rendre visite, mais mon frère et mes parents me manquent terriblement

J’en retire beaucoup de force, de maturité et de fierté, et ces apprentissages m’accompagneront pour la suite “,conclue Sofia avant de refermer cet entretien. (Source Armée de Défense d’Israël)

______________________________________________________

La journée de la femme

Des soldates du Bataillon « Herev »

______________________________________________________

Soldats et soldates : l’union de deux visions distinctes fait la force de Tsahal

A l’occasion de la Journée Internationale de la femme, une série de conférences et activités ludiques ont été organisées pour les soldates du Bataillon “Herev“. Nous avons rejoint ces soldates dans le nord du pays, notre manière à nous de marquer la Journée Internationale de la Femme.

Le Bataillon Herev a la particularité d’être constitué exclusivement de soldats originaires de la communauté druze. Mais des soldates, de toutes origines, servent à leurs côtés : leur rôle est d’accompagner les combattants dans les difficultés du quotidien tout au long de leur service.

Des activités portant sur la place de la femme dans l’armée et dans la société israélienne ont permis de faire prendre conscience à ces jeunes filles non seulement de l’importance de leur présence dans l’armée, mais aussi des multitudes de possibilités auxquelles elles ont désormais accès dans Tsahal et dans la société en général.

La journée commence par une présentation d’Omer Beja, une instructrice du Bataillon, qui a mis en avant l’amélioration considérable de la condition féminine à l’armée et dans la société. “Mais ce processus est loin d’être terminé“, précise-t-elle. Beaucoup de changement restent à faire pour garantir une parité homme-femme complète. “Il ne faut pas se reposer sur nos acquis“, continue-t-elle.

Presque toutes les barrières qui empêchaient les femmes d’accéder à telle ou telle position ont été levées, mais tout ceci ne s’est pas fait tout seul.

L’instructrice a poursuivi son activité en parlant aux soldates de femmes  comme Alice Miller, Orna Barbivai, ou encore Golda Meir qui ont marqué l’histoire d’Israël et de Tsahal. Des femmes qui ont ouvert la voie de l’égalité tant dans le domaine militaire que politique.

Au fil de la présentation, c’est bien sûr le nom de Simone de Beauvoir qui se fait entendre dans la salle. L’institutrice cite la pionnière du féminisme français et attire particulièrement l’attention d’Amit Faradj, assistante sociale dans le Bataillon. Amit a effectué une année de pré-service que l’on peut qualifier de « service civil ». Une partie de la jeunesse israélienne choisit ce type de programme pour se porter volontaire dans des quartiers défavorisés, dans des villes en développement, dans des kibboutzim et dans des centres où vivent des enfants et adolescents qui nécessitent une éducation et une attention particulières

J’ai fait une année de pré-service militaire avant de m’engager à l’armée. Pendant cette année, j’ai notamment suivi des cours de philosophie et j’ai entendu parler de Simone de Beauvoir pour la première fois. Son parcours m’a énormément intéressée. Elle a toujours affirmé que la femme n’était pas obligée d’être telle qu’elle est conditionnée. L’important, c’est qu’elle fasse ses propres choix”.

Lorsque je demande à Amit si elle comprend pourquoi les femmes, au même titre que les hommes, doivent s’engager dans l’armée, elle s’empresse de répondre qu’il n’y a rien de plus normal.

Les femmes peuvent apporter beaucoup de choses à l’armée. Elles ont une vision différente de celle des hommes et c’est cette union entre deux visions distinctes qui fait la force de Tsahal

Après cette présentation, c’est au tour de Raphi Milo, Commandent de la Brigade, de s’exprimer.

Tous les soldats doivent donner le meilleur d’eux-mêmes, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes“, avant d’ajouter sur un plan plus personnel, “Ma femme est un héros à mes yeux. Je pense qu’il est plus difficile d’être une mère que d’exercer mon métier. Quand je suis à la base toute la semaine, elle accomplie la tâche ardue d’élever des enfants“.

Par la suite, le rabbin de la brigade Eitan Shahrour fait le lien entre la Journée Internationale de la Femme et la célébration de Pourim qui ont débuté hier soir, et a rappelé l’histoire de la reine Esther qui a sauvé le peuple juif de la mort.

Esther est une femme qui a cru au peuple juif et qui par cette croyance a accompli des miracles. Toutes les femmes sont capables d’accomplir des miracles

La journée de la femme

Un soldate du Bataillon « Herev »

Pour terminer la journée sur une touche originale, les soldates ont suivi une séance de thérapie par le rire pour affronter les difficultés du quotidien, nombreuses pour ces soldates, par le rire.

La journée s’achève pour ces soldates, qui ont eu l’opportunité de mettre momentanément leurs responsabilités de côté.

Toute cette semaine, dans de nombreuses bases du pays, des journées éducatives et des évènements de ce type sont organisés pour rappeler que les femmes de Tsahal sont des soldats comme les autres. (Source Armée de Défense d’Israël)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s