Pénurie d’essence à Gaza : tellement simple à résoudre… Sauf pour les pays arabes !

_____________________________________________________

La police du Hamas a Gaza a arrêté des dizaines de chauffeurs de taxi palestiniens au motif de « propager des rumeurs » sur la crise énergétique qui règne actuellement dans ce territoire côtier. Le Hamas refuse de payer de l’essence tant à l’Egypte qu’à Israël ce qui engendre un arrêt des livraisons d’essence et de gasoil.

Les détentions de ces chauffeurs de taxi, qui n’ont que ce métier pour vivre, ont débuté dimanche. « Le Hamas est préoccupé par les répercussions des rumeurs lancés par les taxis. Cela ne doit pas perdurer » explique un observateur gazaouis de la situation . Les générateurs des hôpitaux ne seront plus capable de fonctionner à partir de jeudi « Peu importe que les chauffeurs ne gagnent plus leurs vies.

Les taxis sont des vecteurs de la société. Par eux, tout se sait et toutes les informations passent. S’ils veulent dire que le Hamas coupe l’essence, tous les gazaouis le sauront. C’est pour cela que le Hamas veut « leur couper la langue. » En les arrêtant, ils empêche les informations de circuler…

Et ce malgré le fait que les palestiniens soient les arabes plus plus connectés au web de la planète. Là-bas, internet et internet mobile à un taux de pénétration de deux fois supérieur à la moyenne des pays musulmans »ajoute notre source palestinienne actuellement en voyage en Israël.

A la racine de la crise qui dure depuis 2 mois, une confrontation ouverte entre le Hamas et l’Egypte. Le carburant de contrebande venu d’Egypte passe à travers les tunnels au dessous de la frontière et de l’axe de Philadelphie. Mais aujourd’hui, le Hamas souhaite que l’Egypte livre ouvertement de l’essence à Gaza en établissant un précédent qui ouvrirait une première ligne commerciale entre Le Caire et Gaza.

De son côté, l’Egypte a peur d’un tel lien pour plusieurs raisons. La principale serait que l’Egypte deviendrait de facto le principal fournisseur de Gaza, allégeant la charge d’Israël. « Si l’Egypte ouvre cette voie commerciale, Israël n’a plus aucune responsabilité » explique notre source.

« Et non seulement l’Egypte comme le reste du monde arabe ne veut pas aider les palestiniens mais en plus, s’ils peuvent mettre des batons dans les roues des israéliens…. » Ainsi, l’Egypte veut bien vendre son pétrole à Gaza… « Mais en passant par le biais d’Israël » et en « le vendant au prix du marché international. » Le Hamas, lui, est à la recherche de subventions internationales pour acheter ce carburant… Bien qu’il est normalement déjà payé par les aides des pays donateurs.

Une fois de plus l’argent aura été utilisé à d’autres fins. En raison de la pénurie, la centrale électrique de Gaza a été hors-ligne la plupart du temps depuis le 10 février 2012. Le ministère de la Santé a déclaré que l’approvisionnement en carburant pour les générateurs des hôpitaux ne sera possible que jusqu’à jeudi.

Les heures de travail dans les cliniques ont été réduites de 60%. Les ambulances ne peuvent presque plus rouler. Mais comme « ce n’est pas la faute d’Israël, personne n’en n’a rien à faire ! »  « Si la faute été celle des juifs ou d’Israël, croyez moi, il y aurait déjà des flottilles de pétrole… » Amos Lerah (Source : Jerusalem Plus)

Les Gazaouis font la queue à la station essence, alors que le carburant manque

Gaza toujours en manque d’électricité : à qui la faute ?

Depuis deux mois, les Gazaouis sont privés d’électricité 18 heures par jour, la centrale électrique ne fonctionne pas complètement et une grande partie des activités dans la bande de Gaza est paralysée. Pourquoi cette crise et quelle est réellement l’intention du Hamas ?

Afin de répondre aux besoins des civils gazaouis, Israël a autorisé la semaine dernière un transfert de carburant vers Gaza par le biais du point de passage de Kerem Shalom. (Apaartheid ?) 10 camions-citernes sont entrés dans la bande de Gaza depuis Israël, soit près de 450 000 litres de carburant ont transité par cette porte, par laquelle transitent chaque jour les marchandises et la nourriture à destination des Gazaouis. Cette mesure va permettre la reprise du fonctionnement de la centrale électrique de la bande de Gaza qui fournit le tiers de l’électricité utilisée par les Gazaouis.

Depuis des semaines, le Hamas refuse le pétrole israélien d’une part,  mais également la proposition de l’Égypte d’acheminer du carburant vers Gaza.

Point de passage de Kerem Shalom

  Point de passage de Kerem Shalom

Pour ceux qui n’y comprennent rien ou pas grand-chose, retour sur les origines de la crise

Souvenez-vous, en janvier 2011, la Société Nationale d’électricité de Gaza, contrôlée par le Hamas, décide de ne plus utiliser le carburant fourni par Israël et de ne compter désormais que sur l’approvisionnement en carburant par le biais des tunnels de contrebande reliant Gaza à l’Égypte.

Mais l’Egypte a récemment opté pour la fermeture de ces tunnels souterrains et insiste pour que le carburant vendu et transféré à Gaza entre depuis Israël.

Israël et l’Egypte ont proposé de fournir le carburant à Gaza via le passage de Kerem Shalom, ce que l’Autorité de l’Energie dirigée par le Hamas a publiquement refusé.

C’est par Kerem Shalom que  sont transférées quotidiennement près de 5000 tonnes de biens, de médicaments et de matériaux destinés à la population de Gaza. Les camions qui entrent dans la bande de Gaza contiennent notamment du gaz de cuisine et du matériel électrique (frigidaires, lampes, micro-ondes, etc.) selon les demandes formulées par l’Autorité Palestinienne.

Chacune de ces actions nécessite le travail de plusieurs dizaines d’officiers et soldats du CLA, et une coordination avec la CAGT (Coordinateur des Activités Gouvernementales dans les Territoires) ainsi que les services de l’Autorité Palestinienne. Elles démontrent que la population civile palestinienne n’est pas l’ennemi – mais bien les terroristes qui s’en servant comme bouclier, la prennent en otage.

En refusant catégoriquement l’offre formulée par les Israéliens d’approvisionner la population civile gazaouie en pétrole, le Hamas nourrit la haine contre Israël qu’il accuse de provoquer volontairement une pénurie en énergie dans la bande de Gaza

En conséquence, les Gazaouis sont privés d’électricité 18 heures par jour et la centrale électrique de Gaza ne peut plus fonctionner.

Le Hamas fait passer ses intérêts politiques avant le bien-être de la population civile à Gaza dont il a la responsabilité. Ses décisions sont prises au détriment des besoins primaires et vitaux des Gazaouis.

Selon un article publié par l’Agence de Presse AP, un responsable du Hamas aurait déclaré que des dizaines de chauffeurs de taxi gazaouis ont été placés en garde à vue pour avoir propagé des “rumeurs” sur la prétendue “pire crise énergétique que la bande de Gaza ait connu”.  D’après l’AP toujours, l’organisation terroriste contrôlant la bande de Gaza serait de plus en plus préoccupée par les retombées politiques graves causées par la pénurie d’électricité et de carburant à Gaza. (Source : Armée de Défense d’Israël)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s