Mariage homosexuel : une manipulation de l’identité humaine, par Shmuel Trigano

_______________________________________________________

On peut se demander quelle urgence a fait que le gouvernement ait, au cœur d’une profonde crise économique, lancé le projet d’une loi qui inscrit le mariage homosexuel dans la normalité de l’état civil. Serait-ce que le besoin de « réformer » et d’agir se rabatte sur les mœurs et la condition humaine plus faciles à bouleverser, à défaut de maitriser la vie économique ?

Car il ne s’agit rien de moins que cela. C’est un grave tournant qui risque d’être pris qui ne peut qu’ajouter à l’égarement du monde contemporain.

L’enjeu n’a rien à voir avec « l’égalité des droits » comme il est avancé. C’est un leurre démagogique qui cache les véritables conséquences qui ont à voir avec l’identité humaine. Le PACS suffisait déjà comme disposition juridique destinée à apporter une solution pratique aux couples homosexuels. Mais avec cette loi, on passe un cran au dessus. L’inscription dans la Loi, dans l’univers des symboles, de la normalité d’une famille reposant sur le couple homosexuel représente, en effet, un enjeu qui engage la façon de comprendre l’humain. C’est une manipulation anthropologique. C’est d’abord sur ce plan fondamental que la question se pose bien avant les plans moral, philosophique ou religieux.

La doctrine des genres, qui est son fondement idéologique, n’est en rien une science mais une utopie fumeuse de la toute-puissance qui laisse aux sujets le choix du « genre », masculin ou féminin, avec la sexualité qui va avec, dans le cadre d’une disparition des « hommes » et des « femmes » en tant que tels. Je publie, le 22 octobre, un essai critique de cette idéologie, La nouvelle idéologie dominante, le postmodernisme (Editions Hermann) qui ambitionne de créer un « homme nouveau ». La distinction homme-femme ne relève pas comme le disent ses défenseurs d’un naturalisme biologique réactionnaire et borné. Notre compréhension, héritée du Livre de la Genèse, fonde au contraire l’être humain sur un principe d’altérité qui fait que Haadam est un homme et une femme. La référence est ici symbolique. C’est ce principe qui est au fondement de la diversité, de la différence et de la multiplicité humaines, mais aussi du système des valeurs, c’est à dire de la distinction du bien et du mal. Il dissocie l’être humain de lui même, de son narcissisme originaire, pour frayer la place de l’autre, « à côté ».

La famille est fondée sur un couple composé des deux sexes, de sorte que l’un est père, l’autre, mère. Tout le psychisme humain, et pas seulement la société, est fondé sur cette double dimension.

Avec cette loi, tous les dérapages deviennent possibles. Il existe déjà aux Etats Unis ce que l’on appelle la multiparentalité, des couples composés de plusieurs adultes, hommes et femmes, vivant dans la promiscuité sexuelle et élevant ensemble leurs enfants qui ont ainsi plusieurs pères et mères. Et combien d’autres dévoiements sont possibles, tout à fait prévisibles…

Une telle éventualité ne peut pas, ne doit pas être inscrite dans la Loi car ce serait la fin de la Loi comme principe supérieur d’obligation, comme « principe de réalité », à savoir la conscience que le monde existe en dehors de soi et du désir. Une société qui renonce à ce principe est en avenir de décomposition. La liberté humaine en société est en jeu.

C’est une violence infinie qui serait faite si les socialistes ne soumettaient pas cette loi à un referendum, comme ils semblent en prendre le chemin. Il faut que la société française se prononce clairement et assume ses responsabilités sur l’avenir. Elle peut choisir la décomposition.

© Shmuel Trigano à partir d’une chronique sur Radio J (28 septembre 2012 ) et d’un article dans Actu-J (4 octobre 2012)

(Source : dreuz.info)

4 réponses à “Mariage homosexuel : une manipulation de l’identité humaine, par Shmuel Trigano

  1. Pingback: Le Magazine Littéraire « enquête  sur les études de genre « Genre!

  2. Vous délirez. Il y a des êtres humains, sur cette Terre, qui ne se basent pas sur les symboles de la Genèse. Moi même j’ai été élevée hors de toute religion, mes références sont laïques.
    Les homosexuels ne sont pas plus idiots que les autres, ils sont tout aussi capables de comprendre les enjeux de la parentalité. Ils ne vont pas élever leurs enfants avec le chien comme père de substitution, qu’est-ce que c’est que ce délire.
    C’est pour ça qu’on vit dans un pays séculier, càd qui vit dans le siècle. Le mariage civil n’enlève rien au mariage religieux et l’inverse devrait être vrai. Vous n’avez pas plus de réponse que le reste de l’humanité sur ce que fait notre identité. Vous pouvez affirmer que le mariage homosexuel ne rentre pas dans les critères des religions monothéistes, et à raison.
    Mais de là à affirmer que l’homosexualité, l’union de deux hommes ou deux femmes, l’homoparentalité sont des abominations de l’humanité car 1) vous n’en avez strictement aucune idée, vous n’avez pas été éduqué par des parents homosexuels 2) la sexualité des parents ne regarde absolument pas les enfants, l’inverse est vrai aussi 3) il y a toujours plusieurs réponses à une question, et parfois, une question en guise de réponse, et sur l’identité humaine, vous n’en avez qu’une vision biaisée, c’est à dire la vôtre.

    Le mariage homosexuel va peut être à l’encontre de vos dogmes, mais certainement pas à l’encontre de l’humanité. C’est absolument ignoble et extrêmement dangereux de tenir des propos pareils.

  3. Cher Carboni,

    L’homme est fait pour copuler avec une femme et vice-versa. L’homosexualité est une perversion de l’amour. Maintenir une certaine éthique est la condition sine qua non pour la survie d’une humanité saine et pérenne. Aujourd’hui le monde se jette sur tout ce qui est malsain : sexe débridé n’importe où, n’importe comment, avec n’importe qui, totale immoralité. Or, tout ce qui va à l’encontre de la moralité et du bon sens est mauvais, mortel même pour l’humanité.

    Le mariage homosexuel sonne le glas de la famille, une chose si importante pour le bon développement d’un enfant. Un enfant sans père manque de repaires, un enfant sans mère aussi, mais un enfant avec deux pères et deux mères, n’en parlons même pas. D’autre part, l’homosexualité ouvre toute grande la porte à toutes les dérives, y compris la zoophile, et pourquoi pas, la nécrophilie, etc… D’ici quelques générations, ce que font déjà les homosexuels, on achètera un bébé comme une vulgaire marchandise, que ce soit par l’intermédiaire d’une mère porteuse ou par tout autre moyen à la « pointe de la technologie », mais en rétropédalage total par rapport au progrès civilisationnel.

    Un homme et une femme sont à même non seulement de mettre au monde un enfant, mais de lui assurer une vie sereine entouré de ses parents biologiques, avec des frères et soeurs biologiques, des grands parents qui ont élevés leurs parents, qui entretiennent l’amour entre les générations et en dispensent par conséquent autant à l’enfant. Dans le cas de parents non biologiques, le passé médical lié aux possibles maladies héréditaires resteront inconnues. De plus, pour s’épanouir, un enfant a besoin de connaître l’histoire de sa famille, de regarder les photos de famille, de savoir où s’y situer. Comme une plante, pour bien « pousser », il a besoin de racines : pour savoir où il va, il a besoin de savoir d’où il vient. Or, que lui raconter lorsqu’on l’a acheté à une mère porteuse qu’il ne connaîtra jamais, sans compter les histoires à n’en plus finir lorsqu’une mère porteuse refusera de céder son bébé après 9 mois de grossesse, de symbiose avec cet enfant en devenir, de souffrances physiques et parfois psychiques pour, au bout du compte, se retrouver sans son bébé. Au bout de 3 ou 4 générations, les enfants issus chaque fois d’inconnues ou d’éprouvettes donneront sans doute des générations de zombies. Triste perspective d’avenir pour l’humanité !

    On voit ce que donnent les couples homosexuels : beaucoup d’entre eux divorcent au bout d’un temps souvent assez court. Que deviennent alors ces pauvres enfants issus ni de l’un ni de l’autre de ses parents adoptifs hommes ou femmes ? Sans doute des délinquants mal dans leur peau et désorientés, dont un certain nombre finiront malheureusement à la DASS et plus tard en prison ou à l’asile, sans compter ceux qui se font agresser sexuellement par ces parents adoptifs pervertis.

    Est-ce cela vers quoi l’humanité doit tendre ? Je ne le pense vraiment pas. Bien sûr, chacun est libre d’avoir la vie sexuelle qu’il veut, mais ne doit pas se vanter d’être homosexuel. La sexualité faisant partie de la sphère personnelle et non publique, les homosexuels n’ont pas le droit de se poser en modèles à suivre – à ce propos les « gay-prides » sont une monstruosité des plus vulgaires et des plus agressives – et par-dessus tout, ne pas y mêler les enfants, des êtres innocents qui apprennent ainsi la perversité dès leur plus jeune âge ; nous le répétons, l’homosexualité est bien une perversion contre-nature. Quel avenir serein peut bien avoir un enfant qui ne connaît pas le passé de sa famille biologique, qui vit dans la perversion et n’a sous les yeux, quotidiennement, que faits contre-nature, eux-mêmes issus d’un fait contre-nature ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s