Ce soir commence le 9 av, par le rav Dufour / Avec Chiourim.com, le Kotel en direct / Lecture de la Meguilat Eikha du Cantor Rabinovicz / « A Auschwitz je mettais ces téphilines »

http://blufiles.storage.live.com/y1poE207f3mppVeqeYSP60D5FERW1CCx_J3lklcN6-fS_zamD4qtMqw5Z_lBW9Fc8m952EGgJ5t-zk lundi 15 juillet 2013

Le 9 Av et la destruction du Temple de Jérusalem est à ce titre considéré comme le début des deux exils. ______________________________________________________________

Voici les prescriptions les plus concrètes mais voyez l’ensemble de l’article :

http://www.modia.org/infos/calendrier/av.php

qui vous en donne le sens et surtout l’intériorité de ce grand jour de Tichea bé Ab (le 9 Av) qui devrait ramener tout Israel au meilleur de soi et de son destin. Et cela dans un monde de plus en plus fou.

Prescriptions pour le 9 Av

– le jeûne total commence au coucher du soleil jusqu’au coucher du soleil du lendemain à l’apparition des étoiles; ceux qui en sont dispensés et mangent feront bien entendu les bénédictions du repas et d’après le repas,
– pas de relations conjugales,
– pas de chaussures en cuir, ni parfums, ni toilette (hormis quand on s’est sali, ainsi que pour les jeunes enfants et les malades, ou pour la jeune mariée dans ses 30 jours qui peut aussi nettoyer son visage),
– le soir et le matin jusqu’à midi, à la synagogue comme à la maison, on s’assoit sur le sol ou sur des sièges très bas mais pas sur les chaises habituelles et hautes,
– beaucoup dorment sur le sol sans oreiller moelleux, ou, s’ils dorment dans leur lit, ils veillent à ne pas avoir le confort habituel,
– le matin, nétilate sur les doigts seulement,
– on ne salue pas ceux que l’on rencontre, mais on peut répondre si quelqu’un qui ignore ces usages vous salue,
– pas de conversation légère ni de plaisanteries, beaucoup évitent en tous cas de parler jusqu’à midi parce que lorsqu’on commence à parler on oublie automatiquement le sens de la journée et les sentiments de tristesse et de retour,
– on ne travaille pas jusqu’à midi pour les mêmes motifs (usage) ; le traité Taânite30 b dit que celui qui travaille ce jour-là ne tirera rien de bien de ce travail.
– la synagogue est presque dans l’obscurité, le rideau (parokhète) de l’armoire aux rouleaux de Torah (arone haqqodéche) est changé ou supprimé jusqu’à midi, les participants assis par terre ou sur des sièges différents, le ton grave et monotone, on lit les Lamentations Eikha et des récits plaintifs, les kinotes (chants de lamentations écrits souvent après l’un de ces désastres), variables suivant les traditions. Beaucoup lisent aussi le Livre de Jov (Yov) et celui de Jérémie mais en passant les passages de réconfort.
– la plupart des communautés (sauf les Juifs d’Alger qui ne suivaient pas le Choulkhane Aroukh) ne mettent ni téfillines ni tallite le matin, mais seulement à min’hah. Les grands caballistes les mettent le matin mais chez eux, discrètement, et vont ensuite à la synagogue sans, comme tout le monde. Mais ceux qui sont conscients de ne pas avoir ce niveau ne peuvent pas prendre cette pratique.
– les habitants de Jérusalem ont coutume de se rendre au mur occidental (le kotél) ce jour-là et d’y réciter les textes nommés ci-dessus sur un ton de tristesse déchirante. Beaucoup vont aussi au Kotel lire le Tiqoune ‘hatsote et le texte des 3 veilles de la nuit.
– les femmes de certaines communautés, comme les Yéménites, utilisent des parfums en liaison avec les textes qui parlent de l’avenir de fête et de la naissance du Machia’h ben David qui se produira ce jour-là.

Curieux: certains disent aux autres comme souhait ce jour-là « tsom kal » (jeûne facile, léger) comme si on disait : « prends cela à la légère ».

Rav Yehoshua Rahamim Dufour

http://www.modia.org

_________________________________________________________

Pour voir le Kotel en direct, cliquez ici :

Le Kotel en direct

La Meguilat Eikha du Cantor Rabinovicz :

La Meguilat Eikha du Cantor Rabinovicz | Chiourim.com

Le rav Ron Chaya, du site Leava, nous offre ici un document bouleversant : le témoignage d’un rescapé de la Choah qui était âgé de 16 ans à l’époque :

À Auschwitz je mettais ces téphilines

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s