C’est l’histoire d’un pauv’gars qui s’appelait Léon

Afficher l'image d'origine

___________________________________________________

C’était un pauv’gars qu’on appelait Léon, qu’avait pas grand-chose, mais qu’avait une si belle nappe que tout le monde parlait de la nappe au Léon, de style empire, bien sûr !

Et ce Léon-là avait aussi un bon appart  situé près de la station Pyramides, bien sûr. Il rencontra sa femme Joséphine gare d’Austerlitz, mais elle le quitta à Trafalgar Square. Entre-temps, il gagna au loto. Fini le pauv’gars. Il était content. Il se cuisina son plat préféré, le veau Marengo, et il écouta sa musique de prédilection, l’Empereur, de Beethoven, bien sûr. Tout allait bien pour lui. Le soleil brillait sur sa vie et sur la gare d’Austerlitz. Mais il fit des emprunts toxiques, les remboursements devinrent Blücher et ce fut un Waterloo financier. Plus de belle nappe, plus de bon appart ! La bérézina, quoi ! Il en vint à se droguer ; on l’appela le camé Léon. Et pour finir il s’exila et passa sa retraite en Russie, où ce ne fut pas Arcole, mais plutôt la picole. Il y mourut d’un cancer du foie d’avoir bu trop de vodka. Pauvre gars, pauvre Léon.

Moralité : quand on s’appelle Léon, de nappe on n’ a pas !

JH

Afficher l'image d'origine

Peinture retouchée de l »oeuvre inachevée de David

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s