CONSEQUENCES DES GRANDES INVASIONS BARBARES DU XXIe SIECLE – 3 mars 2017

https://i0.wp.com/static.resistancerepublicaine.eu/wp-content/uploads/2015/02/apostasie.jpg

-J’ai décidé de me convertir au christianisme.

-Alors, tu dois t’agenouiller… et prier. __________________________________________________

Dans les faits la réponse est non. On peut le supposer quand on se réfère à la tradition islamique qui relate comment Mahomet en personne considérait la critique. Abu Afak était un poète qui avait plus de cent ans, quand il se moqua de Mahomet dans ses poèmes. Ce dernier demanda au Sahaba [NDT : compagnons du prophète] : « Lequel me vengera de ce scélérat ? ». Un des suiveurs de Mahomet assassina Abu Afak dans son sommeil. La poétesse Asma bint Marwan, qui également tournait Mahomet en dérision, connut un sort identique. Umayr ibn Adi, un autre des disciples de Mahomet, se rendit chez elle la nuit où il la trouva endormie à côté de ses enfants. Elle tenait dans ses bras le plus jeune, un nourrisson. Ce qui ne dissuada pas Umayr de l’assassiner elle et son bébé. Mahomet félicita Umayr : « Vous avez rendu un grand service à Allah et à Son Messager, Umayr ! » (Ibn Ishaq, 674-676) [NDT : l’authenticité de ces deux exemples n’est pas confirmée (1) (2), mais se « moquer » de Mahomet et de l’islam est inacceptable pour les religieux musulmans].

On peut également mentionner Ka’b bin Al-Ashraf. En cette autre occasion Mahomet demanda à ses compagnons : « Lequel d’entre vous est-il prêt à tuer Ka’b bin Al-Achraf qui a blessé Allah et Son Apôtre ?« . Un des Sahaba, Mohammed bin Maslama répondit : « O Apôtre d’Allah ! Désirez-vous que je le tue ?« . Quand Mahomet eut acquiescé, Mohammed bin Maslama s’exprima en ces termes : »Alors permettez-moi de dire une chose (fausse) (c’est-à-dire de tromper Kab) ». Mahomet répondit : « Vous pouvez le dire » Mohammed bin Maslama a dûment menti à Ka’b, l’attirant dans un piège, et l’assassina. (Bukhari 5.59.369)

Cependant, « un membre de la mosquée a déclaré à Sandra qu’elle était libre de choisir sa foi [NDT: Sandra Solomon s’est convertie au christianisme] en précisant qu’elle n’avait pas de problèmes avec l’islam mais avec le régime saoudien ».

C’est faux. En réalité, la peine de mort pour apostasie fait partie de la loi islamique. Cette sentence trouve son origine dans le coran : « Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur«  (Coran 4:89).

Un hadith relate ces propos de Mahomet : « Celui qui quitte l’islam, tuez le » (Boukhari 9.84.57). Toutes les écoles de jurisprudence islamique s’accordent sur le fait que l’apostasie doit être punie de mort.

Cette sentence est toujours d’actualité dans les écoles de jurisprudence islamique sunnites et chiites. Le cheikh Yusuf al-Qaradawi, le plus célèbre et éminent religieux du monde musulman a déclaré: « Les juristes musulmans sont unanimes quant au fait que les apostats doivent être sanctionnés, mais ils diffèrent sur le type de punition à leur infliger. La plupart d’entre eux qui ont été formés dans les quatre principales écoles sunnites de jurisprudence (Hanafi, Maliki, Shafi’i et Hanbali) ou chiites (Az-Zaidiyyah, Al-Ithna-‘ashriyyah, Al-Ja’fariyyah, et Az-Zaheriyyah) préconisent la mort pour les apostats ».

Qaradawi a également prononcé cette phrase célèbre : « Si la punition pour apostasie avait été proscrite, l’islam n’existerait plus aujourd’hui ». 

« Puis-je critiquer l’islam sans craindre pour ma vie ? » CIJ News 26 février 2017.

Une semaine après avoir protesté contre l’islamisation du Canada devant la mosquée Masjid de Toronto, Sandra Solomon, ex-musulmane et militante des droits de l’homme, a saisi l’occasion de la journée portes ouvertes à la mosquée samedi 25 février 2017, pour adresser directement un message à l’imam Ahmed Shihab ainsi qu’à la communauté musulmane.

La police enquête sur de possibles crimes haineux commis par des manifestants, qui ont appelé à l’interdiction de l’islam et au bannissement d’un imam d’une mosquée où a été tenu un discours visant l’anéantissement des ennemis de l’islam et, la purification de la mosquée al-Aqsa de la « souillure juive ».

Ci-dessous le message que Sandra Solomon a lu dans la mosquée Masjid de Toronto (le 25 février 2017) :

Je m’appelle Sandra Solomon. Je suis une ex-musulmane qui a vécu dans la société saoudienne laquelle est régie à 100% par la charia. 

J’ai beaucoup souffert de l’islam en Arabie Saoudite du fait du manque de droits pour les femmes.

J’ai été méprisée, ignorée et interdite d’échanger mes opinions avec d’autres sur l’islam jusqu’à être menacée de mort par application du crime d’honneur par mon frère, lequel a tenté de m’assassiner parce que je refusais de porter le hijab [foulard].

J’ai été mariée contre ma volonté. Le mariage islamique forcé n’est rien d’autre qu’un viol institutionnalisé. Ne croyez pas que ce soit autre chose.

Je me suis enfuie d’Arabie Saoudite avec mon enfant parce que l’éminence d’une menace d’exécution pour non respect de la charia [loi islamique] ne faisait plus aucun doute et, je suis venue au Canada pour être libre. 

Je suis venue au Canada pour vivre dans un pays laïque sous démocratie constitutionnelle. Un système juridique qui me garantit la liberté en tant qu’être humain et qui me donne le droit de vivre, de penser et de critiquer n’importe qui et n’importe quoi sans craindre pour ma vie et celle de mon enfant. Voilà pourquoi je vis au Canada. Je dois rendre des comptes à la loi canadienne, pas à la charia [loi islamique]. 

Je suis une victime de l’islam et il est de mon devoir d’avertir autrui de la vraie nature de cette idéologie. Mais malheureusement je continue à être harcelée par la charia. J’ai été stupéfaite de constater sa présence ici au Canada. Trois imams canadiens sur le territoire canadien réclament mon exécution. Ahmad Abdul, Qader Kandil [qui dit que les ennemis de l’islam doivent être tués, crucifiés ou avoir leurs membres coupés] et Saed Rageah [qui déclare que la personne qui insulte Mahomet encourt la peine de mort dans un état islamique]. Tous les trois au Canada demandent ouvertement ma mort. Ils se basent uniquement sur le coran, les hadith-s, ainsi que sur un livre intitulé « Droits de l’Homme dans l’Islam », lequel est distribué sur la place Dundas à Toronto [« La loi islamique décrète l’exécution de l’apostat »]. [Pour plus d’informations sur «Les imams du Québec de l’Ontario qui déclarent que les apostats doivent être exécutés par l’État islamique», cliquez ICI].

Mesdames et Messieurs, la critique d’une idéologie et d’une autorité politique est d’une importance capitale dans une démocratie libre. Et c’est parce que je m’exprime sans contrainte que les imams ont décidé ma mort. Ils invoquent des raisons religieuses parce que je dis des vérités sur l’islam, sur son fondateur Mahomet et, que je n’accepte plus cette idéologie. Tout cela est un crime passible de la peine de mort dans la loi islamique alors que des états musulmans comme l’Iran, l’Arabie saoudite, l’EI, l’Afghanistan, le Pakistan et des dizaines d’autres pays condamnent et exécutent les personnes comme moi [qui critiquent l’islam]. Nous en avons un exemple ici au Canada quand des musulmanes refusent de porter le hijab comme les filles Shafia

Je suis ici aujourd’hui dans votre mosquée, je vous demande de faire preuve de la même tolérance que celle que vous réclamez de la part de tous les citoyens canadiens. Je demande à ce que vous m’acceptiez telle que je suis, ainsi que la liberté de mes choix quant à être une personne qui n’est pas musulmane. Mon Dieu, est un Dieu d’amour et de miséricorde et c’est ce que je vous offre et vous demande la même chose en retour. Je critique l’islam sur le plan [sic] idéologique, ses enseignements et ses écrits. Je ne critique pas les musulmans en tant que personnes. Remettre en question une idéologie n’est pas que légal au Canada; c’est le pivot de la démocratie. Peu importe que cela soit une autorité religieuse ou politique, une personne, un livre ou une idée, rien ne peut se soustraire à la critique et à examen minutieux.

Je m’inquiète pour ma vie et j’aimerais que des musulmans répondent à mes questions : Vais-je être assassinée ou mon enfant va t’il être tué ou blessé par quelque moyen que ce soit, du fait que j’ai critiqué ouvertement l’islam ? Je désire être rassurée sur le sort qui m’attend. 

Un membre de la mosquée a dit à Sandra qu’elle est libre de choisir sa foi en précisant que son problème n’est pas avec l’islam mais avec le régime saoudien [NDT : si ce n’est pas magnifiquement botter en touche …].

Traduit de l’anglais par Lavéritétriomphera.

Source : https://www.jihadwatch.org/2017/02/can-i-criticize-islam-without-fearing-for-my-life

Lavéritétriomphera

Puis-je critiquer l’islam sans craindre pour ma vie ?

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

https://i2.wp.com/static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/Cheikh-Al-Aqsa-600x408.png__________________________________________________

Islam assassin : un cheikh saoudien donne raison à Christine Tasin !

Pendant que notre justice orwellienne traine à nouveau Christine Tasin devant la 17e Chambre pour avoir osé crier la vérité mortifère de l’islam, pour avoir eu l’outrecuidance de dénoncer encore et encore l’ignominie du dogme islamique ;

pendant que des  magistrats confits en vivre-ensemble paraissent aux ordres d’officines prétendues anti-racistes dont le slogan pourrait être  « Big Tubiana is watching you !» ;

pendant que le parquet de Nanterre voit ses vœux exaucés par le parlement Européen qui lève l’immunité parlementaire de Marine Le Pen (1), sa grande faute ayant consisté à montrer les atrocités islamiques commises au nom de Daech ;

pendant  que des patriotes anonymes sont stigmatisés, vilipendés, condamnés à des peines iniques pour avoir eu le malheur de dire leur amour de la France et leur crainte argumentée devant la progression de l’islam ;

pendant  que chaque jour la racaille islamique met en coupe réglée les quelques 700 zones de non droit de notre pays (dites « zones urbaines sensibles » en novlangue), trafiquant, volant, violant, tabassant le kouffar-vache à lait, juste bon à payer la pharaonique rénovation de ces quartiers perdus ;

pendant  que ces mêmes racailles islamisées nous vomissent dans d’infâmes clips de rap (2) qui n’intéressent pas la 17e Chambre mais passionnent les médias esbaudis des histrions qui font l’opinion ;

et bien pendant ce temps  chaque mosquée, chaque école coranique, chaque association musulmane, croissant et multipliant à l’envi, déverse jour après jour son dogme dont l’insondable stupidité n’a d’égal que l’effroyable violence, tout en déployant des trésors de taqyia, semblant hypnotiser les niais, les lâches et les traîtres. Cependant saluons les technologies modernes que les pétro-chameliers ont su si bien acclimater et qui leur permettent d’inonder le monde de leur grand « savoir » coranique. Le Parquet, la Licra et la LDH pourraient-ils mettre en exergue le délicieux  « vivre-ensemble » qui émane de cette vidéo  dans laquelle un cheikh  saoudien  nous dit: « Le terrorisme est voulu par Allah et le prophète Mahomet » ?

https://www.youtube.com/watch?v=lMCdHL7-g_Q&feature=share

Autre illustration de la tolérance servie par un cheikh d’Al Aqsa, en Palestine, appelant de ses vœux le califat qui aurait selon lui le mérite de réduire Marine Le Pen au statut de dhimmi, la forçant à s’humilier et à payer la jizya. Merci à Joachim Véliocas et à Memri TV d’avoir relayé le prêche enflammé de ce « savant » respecté.  Vous noterez  son  avantageux  double cal au front, preuve de son acharnement à parachever la destruction de ses neurones coranisés :

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV

Quelques extraits remarquables :

« Le prédicateur palestinien cheikh Abou Moussab Al-Hadra a déclaré, dans un sermon prononcé à la mosquée Al-Aqsa le 24 février 2017, que s’il restait des hommes comme le souverain médiéval Abdul Rahman Al Ghafiqi aujourd’hui, Marine Le Pen « n’aurait pas osé prononcer un seul mot offensant l’islam », car la conséquence aurait été « la conquête de son pays, de l’Europe et du monde dans son ensemble ». Il a précisé : « Les gens comme Marine… paieraient l’impôt de la jizya aux musulmans ou vivraient sous domination des musulmans. » La vidéo a été mise en ligne sur une chaîne YouTube consacrée aux sermons de la mosquée Al-Aqsa. Extraits :

Abou Moussab Al-Hadra : Marine Le Pen sait que [le souverain médiéval] Abdul Rahman Al Ghafiqi était un grand homme. [Si Al Ghafiqi était encore parmi nous], elle n’aurait pas osé prononcer un seul mot offensant l’islam, car elle aurait su que cela se serait soldé par la conquête de son pays, la conquête de l’Europe et du monde entier. Elle ne raillerait pas l’islam et musulmans, s’il y avait des hommes comme Abdul Rahman Al Ghafiqi parmi nous. En effet, ô musulmans, c’est peut-être grâce à la sagesse divine que les conquêtes islamiques se sont arrêtées à la distance d’un simple jet de pierre de Paris, lors de la Bataille de Tours (en 732). Ainsi, Allah a pu amener les nations, les unes après les autres, à élever la bannière de l’islam, se servant d’elles pour faire régner Sa parole sur le monde entier. Les gens comme Marine – cette candidate anti-musulmane – auraient payé l’impôt de la jizya aux musulmans,  ou vécu en dhimmis sous la domination des musulmans. Ce n’est pas difficile pour Allah. »

 http://islamisation.fr/2017/03/01/un-cheikh-dal-aqsa-palestine-les-gens-comme-marine-le-pen-auraient-paye-limpot-de-la-jizya-ou-vecu-en-dhimmis-sous-domination-musulmane/

Ces deux prêcheurs, parmi des milliers, ont au moins le mérite de ne pas pratiquer la taqyia et d’énoncer clairement la réalité des injonctions de l’islam, celle que nous n’avons de cesse de dénoncer ici, celle qui nous conduit au tribunal…

Combien d’infâmes et dangereux illuminés comme ceux-ci sévissent-ils en Europe à travers les paraboles accrochées aux balcons des « quartiers populaires », à travers internet et les DVD vendus dans les commerces halal et prêtés dans les mosquées, combien, prêts à détruire notre  monde ?

Mais il semblerait que cela, certaines gens de robe refusent de le voir…

Danielle Moulins

(1) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/03/02/01016-20170302ARTFIG00144-diffusion-de-photos-de-daech-le-parlement-europeen-leve-l-immunite-de-marine-le-pen.php :

« Le parquet de Nanterre avait ouvert quelques jours plus tard une information judiciaire à l’encontre de Marine Le Pen pour «diffusion d’images violentes». Et il avait, dans ce cadre, demandé la levée de l’immunité parlementaire liée à son mandat de députée européenne »

(2) http://www.fdesouche.com/828181-grand-remplacement-et-crasseuses-de-souche-dans-le-nouveau-clip-de-rap-de-medine

Danielle Moulins

Islam assassin : un cheikh saoudien donne raison à Christine Tasin !

(Source : Riposte Laïque)

-==-

 

Affaire Théo – Sans surprise : l’IGPN estime que « le viole n’est pas établi »

Après avoir visionné l’ensemble des vidéos, municipales comme amateurs, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a conclu que « l’élément intentionnel pouvant caractériser le viol n’est pas établi » lors de l’interpellation de Théo L., le 2 février à la cité des 3 000 à Aulnay-sous-Bois. Le Point.fr explique pourquoi.

Le 4 février, soit deux jours après les faits, la police des polices a confronté les images de vidéoprotection au témoignage du gardien de la paix mis en cause par Théo L., 21 ans, comme son « violeur ». Selon le rapport de la police des polices, à sa troisième audition et à la vue des séquences, le policier« admet avoir porté un violent coup de matraque en forme d’estocade et reconnaît que ce coup a certainement occasionné la blessure à l’anus. Il précise que la finalité et les conséquences de ce geste n’étaient pas intentionnelles, car il visait la cuisse pour faire plier la jambe de l’intéressé ». Il nie en revanche avoir baissé le caleçon de l’individu. Selon ses dires, « le trou figurant dans ce vêtement atteste que la victime le portait au moment des faits. Il maintient qu’à aucun moment la victime n’avait crié de douleur, et que, par la suite, elle ne s’est jamais plainte de sa blessure à l’anus ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La version du policier de la BST est corroborée par les images visionnées par les enquêteurs de l’IGPN qui ont pu non seulement récupérer les images des caméras installées par la commune d’Aulnay-sous-Bois, mais également des films amateurs réalisés par des riverains. Selon les « bœufs-carottes », « le gardien de la paix était vu faisant un mouvement horizontal avec son bras droit porteur de la matraque, en direction et à hauteur du bas du dos de [Théo L.]. Consécutivement à ce geste, celui-ci se retournait brutalement, recevait une gifle à la tête puis se laissait tomber au sol. Un visionnage plus précis de cette scène permettait de constater, qu’au moment de la rotation de Théodore L. un mouvement du tissu de son caleçon était perceptible et laissait apparaître une marque sombre pouvant correspondre au trou constaté sur ce vêtement. Dans le même temps, un trait blanc, pouvant correspondre au corps d’une matraque, apparaissait furtivement au niveau de la fesse gauche de l’interpellé, trait blanc réapparaissant ensuite dans la main du gardien de la paix. Une fois l’individu au sol, le policier de la BST lui assénait une estocade à l’aide de sa matraque, sans qu’il ne soit possible de déterminer la portée de ce coup. Les policiers parvenaient à menotter l’interpellé avec difficulté, et le laissaient assis le long du muret. Puis ils le transportaient sur le côté du bâtiment hors champ des caméras. Trois minutes plus tard, il était visible, menotté dans le dos ».

« Aucune violence illégitime »

Sur les vidéos filmées par des riverains, la police des polices décrit une personne qui repousse un policier, « lequel sortait sa matraque sans en faire usage, plusieurs individus en profitaient alors pour échapper au contrôle ». « L’interpellé était mis au sol par les trois fonctionnaires. Aucune violence illégitime n’était visible. L’autre vidéo montrait les policiers le faisant entrer dans le véhicule sérigraphié. Aucun incident n’était relevé », continue le rapport. Ces enregistrements montrent également la constitution de groupes hostiles aux fonctionnaires de police, selon « les bœufs-carottes » qui décrivent les images : « Des renforts arrivaient sur place, et faisaient usage de grenades lacrymogènes ou de désencerclement pour disperser les individus virulents. »

Le responsable de sécurité du centre culturel Le Nouveau Cap – les faits se sont déroulés à l’extérieur immédiat de la salle municipale – a également été entendu. Témoin oculaire très critique à l’égard du comportement des forces de l’ordre, il affirme « ne pas avoir vu les policiers baisser le pantalon ni les avoir vu pratiquer sur [Théo L.] une agression à connotation sexuelle. » En revanche, « ils lui ont donné des coups de pied, alors qu’un autre lui projetait du gaz lacrymogène. Il était jeté au sol ». Voyant que le jeune homme saignait de la bouche, pleurait et commençait à suffoquer, il le faisait remarquer aux policiers qui le repoussaient.

Large plaie sur 10 centimètres de profondeur

De son côté, Théo L., interrogé à deux reprises, évalue la douleur de la pénétration à 10 sur une échelle de 10. Pour cette raison, explique-t-il, « il s’est trouvé dans un état second, au point de ne plus ressentir les autres coups ». Selon ses déclarations, il hurlait de douleur et disait aux policiers d’arrêter. Malgré cela, selon lui, les policiers continuaient à le frapper et à l’asperger de gaz lacrymogène. Au moment d’embarquer dans le véhicule, un fonctionnaire de police, qu’il n’a pu identifier, aurait dit : « Il saigne du fion. » Il déclare avoir reçu des coups dans le véhicule, sur le trajet jusqu’au commissariat, essentiellement au niveau de la tête.

Lors de son hospitalisation, un second certificat médical décrit les hématomes et contusions déjà relevées au niveau du visage. Par ailleurs, il mentionne une large plaie sur 10 centimètres de profondeur sur le trajet de la lésion sphinctérienne. « L’ITT était réévaluée à 60 jours », selon le rapport de l’IGPN.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Lepoint

Affaire Théo : l’IGPN estime que « le viol n’est pas établi »

-==-

__________________________________________________

La diversité ne déçoit jamais. Après les mises en examen de membres de la famille de Théo Luhaka pour détournement de fonds publics, c’est le grand retour en force de l’affaire Adama Traoré dans les dossiers des juges d’instruction. Adama, souvenez-vous, c’est ce jeune délinquant mort pour s’être lui-même essoufflé dans sa tentative d’échapper à un contrôle policier, en juillet dernier. Les merdias et le PAF avaient déroulé le tapis rouge au déferlement d’amour ayant suivi l’affaire (attaque de commissariat au bus bélier, tirs de mortier et de fusil, incendies de voitures…).

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/ce-que-l-on-sait-de-la-mort-d-un-homme-de-24-ans-lors-de-son-interpellation-a-beaumont-sur-oise_1555761.html

Un décryptage un peu plus poussé révèle cette histoire sous un autre jour.

http://www.valeursactuelles.com/societe/exclusif-lautre-verite-sur-laffaire-adama-traore-59738

Au cœur de la nouvelle enquête judiciaire visant la famille Traoré : le grand frère Bagui. Déjà en cellule pour outrages et violences à l’égard de policiers municipaux, voilà qu’il se trouve en première ligne dans l’enquête concernant les tentatives d’assassinat sur les forces de l’ordre lors des émeutes.

http://www.20minutes.fr/paris/2022075-20170228-adama-traore-frere-garde-vue-soupconne-avoir-tire-gendarmes

Une crème, ce Bagui. Entre autres affaires judiciaires dans lesquelles il a traîné : extorsion, vol avec effraction, port d’une arme de sixième catégorie… Un parfait « grand frère » pour Adama qui affiche, lui, pas moins de dix-sept procédures à son compteur. On ignore si les Traoré sont forts en maths, mais ils ont déjà donné du fil à retordre aux statisticiens du commissariat de Beaumont-sur-Oise.

Pour en revenir aux émeutes, la poussière déborde sérieusement du tapis et Le Parisien ne peut que constater les dégâts :

« Douze gendarmes et un policier avaient été blessés par des tirs qui visaient le plus souvent les visages selon les éléments de l’enquête. Ils avaient été touchés malgré le port des gilets pare-balles et des casques. Signe de la violence des affrontements, un fourgon de gendarmerie, parmi ceux visés par les tirs, présentait environ 400 impacts de plombs. Trente-huit gendarmes ont déposé plainte pour tentative d’homicide. »

Quatre suspects ont déjà été mis en examen et incarcérés. Bien qu’activiste central dans ces débordements, Bagui n’est qu’un nom de plus sur la liste, probablement non exhaustive.

Les merdias semblent avoir du mal à prendre en considération toutes les données de l’affaire. Il faut avouer que, comme avec Théo, elle prend une tournure pas très « vivre-ensemble ». Plus de tribune accordée à Assa Traoré dans Médiapart, quelle tristesse !

Pourtant, la jeune femme a des choses à dire. Elle accuse la Justice de vouloir « étouffer l’affaire » et dénonce un « acharnement » à l’endroit de sa famille.

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/02/28/un-frere-d-adama-traore-en-garde-a-vue-soupconne-d-avoir-tire-sur-des-gendarmes_5087100_1653578.html

Il est vrai que ses amis de Beaumont se sont limités, grands sages, à un demi-millier de coups de feu contre les forces de l’ordre.

Le comité de soutien de la famille a annoncé de nouveaux débordements, pardon une nouvelle mobilisation samedi. Gageons que cette fois encore, les « djeun’s » sauront faire montre de leur profonde humanité… en toute parcimonie.

Lou Mantély

Comme Théo, Adama et ses frères sont de vrais délinquants…

(Source : Riposte laïque)

-==-

https://i1.wp.com/www.dreuz.info/wp-content/uploads/2017/03/unnamed-1.jpg             Il aurait tout simplement fallu ne pas en arriver là et désobéir aux diktats de l’Union Européenne en refusant d’accepter des immigrés sans aucune mesure. N’est-il pas déjà trop tard pour inverser la vapeur avec une méthode, peut-être un peu trop « douce » et probablement inadaptée aux sauvages qui nous ont envahis et qui ne comprennent que les coups ? louyehi   __________________________________________________

Ce 4 mars, de 9h à 16h30 au Palais des Congrès à Béziers,

nous établirons les bases de la désislamisation en dépit de la désinformation pratiquée par les gourous médiatiques.

Leurs gesticulations renforcent ceux qu’ils visent. On les embrasserait presque.

Désinformation première, l’attribution à Robert Ménard de l’organisation du forum Désislamiser l’Europe. Clairement, les organisateurs sont le Collectif Saint-Michel Archange et l’UDCC, pas lui. Nous l’avons invité à prononcer le mot de clôture de nos travaux, et nous sommes honorés qu’il l’ait accepté.

Combien de maires auraient osé assumer la liberté d’expression ?

Désinformation encore, la présentation du forum Désislamiser l’Europe comme un rassemblement d’identitaires. C’est faux !

Ni les organisateurs, ni les orateurs n’appartiennent à la mouvance identitaire. Il y aura la présence du Général Piquemal. Parmi les orateurs, l’on comptera notamment le Général Martinez. Il n’y a aucun identitaire à ce niveau de l’Armée française.

Chaque intervention sera assumée sereinement par un spécialiste du sujet traité comme, par exemple, Alain de Peretti, Président de Vigilance Halal, et Alain Wagner à qui Alain Juppé doit l’échec de son projet de grande mosquée (v. liste complète : www.desislamisation.eu).

La liberté de culte ne peut servir de prétexte à la propagation de la charia. (Cette charia concernant uniquement pour nous occidentaux, et qu’on le veuille ou non, le domaine de la politique et non celui de la foi ! louyehi),  La désislamisation a pour fondement la Convention européenne des Droits de l’Homme qui prohibe l’islamisation en ce qu’elle se traduit par l’instauration de prescrits théocratiques.

Les velléités de censure de la bobosphère renvoient vers nous le citoyen exaspéré

L’islam est actuellement le principal vecteur de l’antisémitisme.

L’islamo-gauchisme jette les bases du pire, de complaisances en complaisances, jusqu’à la prochaine rafle du Vél’d’Hiv.

L’on entend à nouveau dans les rues d’Europe : « Mort aux Juifs ! » Or, l’islam n’en est pas à son premier génocide : de l’Hindi Kouch (quatre-vingt millions d’Hindous soit plus de treize fois les horreurs de la Shoah) jusqu’aux Yazidis massacrés en vue de leur élimination, sans oublier le sort des chrétiens d’Orient en perspective analogue ou la traite arabo-musulmane des esclaves dont l’historien sénégalais Tidiane N’Diayé (auteur de l’étude intitulée Le génocide voilé: Enquête historique*, éd. Gallimard), a brillamment démontré la dimension génocidaire.

La désislamisation est tout aussi légitime que la dénazification.

Le premier des droits de l’Homme, ce n’est pas la liberté de culte mais le droit à la vie. Même François Fillon s’est résolu à reconnaître que c’est l’islam qui pose problème, pas les autres religions. (tout simplement parce que l’islam n’est pas une véritable religion, mais une secte politique voulant se faire passer pour telle à des fins inavouables. louyehi). Le vent tourne, et l’hystérie de la bobosphère n’y changera rien ; au contraire, ses velléités de censure renvoient vers nous le citoyen exaspéré.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Philippe Chansay Wilmotte pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Désislamiser l’Europe : retour aux valeurs

-==-

https://i1.wp.com/cdn.c.photoshelter.com/img-get/I0000N1dPRIHnR3Y/s/1000/650/MARSEILLE-IMMIGRATION-20-LAF250656.jpgMarseille, Rue du Bon Pasteur, 1989 __________________________________________________

Yusuf, premier adolescent jugé pour terrorisme en France pour l’agres- sion d’un enseignant juif à Marseille, (16 ans au moment des faits)

Pour avoir agressé un enseignant juif à la machette, en janvier 2016, Yusuf, jeune ado Turc d’origine kurde, comparaît ce mercredi devant un tribunal pour enfant.

Première attaque à caractère djihadiste commise ces dernières années sur le sol français à être jugée et première fois qu’un tribunal pour enfants juge en matière criminelle terroriste: l’affaire est inédite à plus d’un titre. Yusuf, un lycéen radicalisé comparaît ce mercredi 1er mars et jeudi 2 à Paris pour avoir tenté d’assassiner un enseignant juif en janvier 2016 à Marseille.

Les faits remontent au 11 janvier 2016. Benjamin Amsellem, professeur dans une école confessionnelle juive, avait été agressé en pleine rue le 11 janvier 2016 par le jeune Yusuf, armé d’une machette. Il avait réussi à se défendre en parant les coups avec la Torah qu’il tenait à la main, et n’a souffert que de blessures légères.

L’adolescent, en classe de seconde, avait été interpellé quelques minutes après l’agression. Dans sa fuite, il avait abandonné sa machette et son sac de classe. A la ceinture, il cachait une deuxième lame: un couteau qu’il comptait utiliser pour tuer les policiers qui allaient finalement l’interpeller.

Le profil du jeune homme avait particulièrement surpris les enquêteurs. Lors de sa garde à vue, il s’était réclamé de l’Etat islamique et avait affirmé avoir agi seul et sans instruction. Turc d’origine kurde, une communauté qui lutte avec acharnement contre l’organisation terroriste en Syrie et en Irak, il ne présentait pas de signes de radicalisation. Elève aux bons résultats scolaires et délégué de classe, Yusuf était apprécié de ses professeurs et de son entourage.

Âgé de moins de 16 ans, à une semaine près, au moment des faits, Yusuf bénéficie de l’excuse de minorité, et la peine maximale encourue est ainsi réduite à vingt ans de prison.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Francesoir

Yusuf, premier « enfant » jugé pour terrorisme en France pour l’agression d’un enseignant juif à marseille

-==-

https://i1.wp.com/static.europe-israel.org/wp-content/uploads/2017/02/MigrantsCalais_0.jpg__________________________________________________

La maire de Calais prend un arrêté municipal pour refuser les distributions de repas aux migrants

Ce jeudi, la ville de Calais a pris un arrêté municipal pour empêcher les associations de distribuer des repas aux migrants. Les bénévoles sont « stupéfaits » par cette initiative.

Elle a même pris un arrêté municipal, pour encadrer sa décision. Ce jeudi, la maire LR de Calais, Natacha Bouchart, a de nouveau clamé son opposition aux distributions humanitaires de repas aux migrants dans sa ville.

La veille, le Premier ministre Bruno Le Roux a assuré, lors d’une visite dans la ville qui a accueilli le camp de la « Jungle », qu’il ferait son possible pour empêcher l’installation d’un « nouveau campement », mais qu’il n’agirait pas « contre la distribution de repas ».

Le ministre, qui avait fait le déplacement après une augmentation progressive des arrivées de migrants dans le département, a aussi annoncé qu’une hausse du nombre de policiers sur place était envisagée.

Source

https://i2.wp.com/static.europe-israel.org/wp-content/uploads/2017/03/Imam-Mosque%CC%81e-de-Winterthur.jpg__________________________________________________

Suisse – A la mosquée An’Nour de Winterthur, en Suisse, l’imam appelle à la mort des… chrétiens et des non musulmans

Christian Hofer: Enregistrement où l’on découvre que ce ne sont pas seulement les musulmans non pratiquants qui sont visés mais bien les non musulmans comme on le soupçonnait!

Nos médias romands nous ont donné une toute autre version en évitant soigneusement de traduire les prêches! Et à l’heure actuelle, aucune rectification n’a été faite!

Sur combien de sujets nous ment-on encore ?

Interview du président de la mosquée An’Nour :

– Le présentateur : Y a-t-il des discours de haine dans votre mosquée ?

– Non, je suis convaincu que ce n’est pas le cas. Et l’imam dont on parle, est en réalité la personne la plus adorable.

– Il crie beaucoup parfois.

– Pardon?

– Il crie beaucoup parfois.

– Eh bien c’est juste sa manière de parler. Mais cela ne signifie pas parce que juste quelqu’un est bruyant que…

– Mais ce n’est pas un prêcheur de haine?

– Non!

– Ici nous l’avons enregistré dans votre mosquée

https://vid.me/e/6TnD?stats=1

(Enregistrement de la mosquée An’Nour)

« Toi qui es notre maître, s’il te plait donne-nous la victoire contre les mécréants. Oh Allah, honore l’islam et les musulmans et humilie les polythéistes et les idolâtres (Nd Schwarze Rose: Les chrétiens sont considérés comme étant polythéistes dans l’islam en raison de la Trinité) et détruis les ennemis de la religion. Et soutiens tes jihadistes qui prient, et soutiens tes jihadistes qui prient partout. O Dieu de tous les mondes.

– Ok. Alors ce qu’il dit c’est détruire les incroyants et les ennemis de la religion et soutenir les jhadistes; ce n’est pas un discours de haine?

– Non, et ceci n’est en réalité pas le Sheik Mohammed.

– Ok, c’est un autre.

– Oui c’était un autre, un jeune.

– Mais il était en train de prêcher dans votre mosquée.

– Oui, il était dans notre mosquée mais en réalité il est l’un de ces prêcheurs que vous pouvez trouver dans chaque mosquée, ce n’est pas seulement dans la mosquée d’An’Nour. Et en réalité, lorsqu’il est question des mécréants, ça ne veut pas dire tout le monde. Ce que nous voulons. Nous vivons avec nos gens ici en Suisse, il ne s’est jamais passé quelque chose. (Nd Christian Hofer: Je vous laisse deviner ce qui se passe en cas de rapport de force inversé, dans le cas où ils deviendraient majoritaires). Cela ne veut pas dire que ce que vous avez entendu (il montre l’écran en faisant allusion à la vidéo) qu’ils sont tous… que l’ensemble des gens dans l’islam.pensent la même chose (Nd Schwarze Rose: Ses paroles sont hésitantes et coupées, il est mal à l’aise).

– J’imagine qu’il y a des endroits multiples dans le Coran, selon ce que l’on choisit et ceci est maintenant davantage une sorte de vision salafiste ?

– Ce n’est pas salafiste. Je dis seulement que c’est simplement un doa (Nd Schwarze Rose: « une invocation ») qu’on utilise à la fin. Ce sont des choses que nous nous souhaitons, à chaque prière. Toujours à la fin de chaque prière durant des journées saintes, lors des 10 derniers jours. Et la seule chose que l’on dit, lorsqu’on parle des « mécréants », ça ne parle pas seulement des gens, seulement dans la religion (il entrecoupe la phrase et commence avec une autre, c’est incompréhensible), ces gens qui ne sont pas sur le droit chemin maintenant, qui ne sont pas démocrates. Ce n’est pas qu’on voudrait qu’ils soient tués ou assassinés (?). Nous souhaitons que ça ira, qu’on trouvera une solution.

Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s