Est-ce un délit d’écrire qu’il faut expulsertous les musulmans de France ?

Est-ce un délit d’écrire qu’il faut expulser tous les musulmans de France ?____________________________________________________

A l’heure où je commence cet article, je viens d’apprendre qu’un lycéen de 17 ans, lourdement armé, a tiré sur le proviseur et blessé 8 personnes, dans un lycée de Grasse. Même si le journal « Le Monde », spécialisé dans la lutte contre la « désintox », m’apprend que le tireur s’appelle Vladimir, j’aurais du mal, dans un premier temps, à ne pas penser qu’il se prénomme en réalité Souleymane, ou d’un autre nom qui évoque un disciple d’Allah. Et même quand on me fait le coup que le tireur serait le fils d’un ancien militant du FN devenu supporter de Fillon, j’ai du mal à ne pas m’interroger sur un coup tordu monté par le régime Hollande-Cazeneuve… Mais ce n’est pas le but de cet article.

Ce mercredi 22 mars, Pierre Cassen, notre fondateur, est convoqué par la 17e Chambre. Pourquoi ? Il est accusé d’avoir autorisé, comme directeur de publication, la parution de deux articles de Maxime Lépante, écrits au lendemain de l’attentat de Nice du 14 juillet 2016, et, 24 heures plus tard, de ceux qui ont frappé l’Allemagne.

Pour éviter le génocide des Français, il faut expulser les musulmans !

Attentat à la hache dans un train allemand : musulmans dehors !

Sans rentrer dans cette convocation ahurissante (Pierre n’a jamais été encore jugé pour savoir s’il est le véritable directeur de publication, on a donc du mal à comprendre pourquoi les juges le convoquent, malgré tout, alors qu’à cette date, c’était David Martin Ferguson qui était président Riposte Laïque Suisse), et de savoir si notre fondateur se rendra ou pas au tribunal, il est intéressant de se pencher sur le fond de ces deux articles.

Est-ce véritablement un délit d’écrire, en France, après la série d’attentats islamistes, qu’il faut expulser de notre pays tous les musulmans ?

Les maître-censeurs y verront, inévitablement, une incitation à la haine, voire à la discrimination, contre un groupe de personnes en raison de leur appartenance religieuse. Ils invoqueront l’article 24-8 sur la liberté de la presse.

Mais écrire qu’il faut expulser des musulmans est-il une incitation à la haine ? Ce serait une interprétation fort discutable. On peut expulser sans haïr. Dans les années 1930, en période de chômage de masse, les organisations ouvrières demandaient l’expulsion des travailleurs étrangers, pour qu’ils ne soient pas utilisés contre les Français et leurs acquis sociaux.

Dans un pays normal, on expulse toutes les personnes étrangères qui ne sont pas en règle. Et cela se fait sans haine.

En 1962, les Algériens ont expulsé massivement les Pieds-Noirs, dans des termes autrement plus menaçants : « La valise ou le cercueil », ce qui, manifestement, n’a jamais ému les autorités socialistes, qui, il est vrai, soutenaient le FLN, armaient les terroristes et portaient leurs valises.

Après la Deuxième guerre mondiale, les Allemands d’Europe de l’Est ont été massivement expulsés de plusieurs pays (Tchécoslovaquie, Pologne, Hongrie, Roumanie…), de 1945 à 1950, sans haine, mais sans ménagement, et réimplantés en Allemagne. Et il y en avait 14 millions, dont des familles présentes depuis plusieurs siècles.

Appeler à l’expulsion des musulmans est-il un appel à la discrimination ? La réponse serait oui, si les assassinats qui se répétaient en France et en Europe venaient de plusieurs religions, et que l’auteur n’en signale qu’une seule. Or, tous les assassinats de masse, commis au nom d’une religion, en France et en Europe, l’ont été au nom de l’islam. Breivik n’a pas tué des jeunes socialistes au nom du catholicisme, n’en déplaise à Mélenchon, mais au nom de la défense de sa civilisation.

Reste d’autres questions, bien évidemment. Qu’est-ce qu’un musulman ? C’est un disciple de l’islam, qui veut donc appliquer la charia. C’est ce qui explique la différence entre Tarecq Oubrou, Mehdi Meklat, Dalil Boubakeur, les racailles qui crient Allah akbar, les assassins du Bataclan, de Charlie, de Nice, et des personnes comme Pascal Hilout (né Mohamed), Zohra Nedaa Amal, Lucien Samir Oulahbib, Salem Ben Ammar, Hamdane Ammar, Hamid Zanaz ou Malika Sorel, qui, bien évidemment, ont toute leur place dans une France dont ils défendent la civilisation bec et ongles.

Poser la question de l’expulsion de tous les musulmans, c’est introduire un débat incontournable, quand on sait qu’un musulman sur deux âgé de moins de 25 ans, selon l’institut Montaigne, fait passer les règles de la Charia avant celles de la République. Et, pour l’ensemble des musulmans, le chiffre est de 30 %. Cela signifie donc que plusieurs millions de musulmans sont prêts à la guerre civile, en France, quand les imams leur en donneront l’ordre.

Ce débat oppose ceux qui, comme Valls, Cazeneuve, la clique antiracistes et tous les islamo-collabos, estiment que le meurtre des Français (Maxime parle de génocide) est une fatalité contre laquelle on ne peut rien, ou ceux qui, comme Onfray expliquent que notre civilisation va mourir, et que 2 000 ans, c’est un bel âge pour mourir…

… Et ceux qui, comme nous, refusent cette fatalité. En posant aussi brutalement cette question, et en expliquant que tout problème a ses solutions, Maxime refuse la résignation et le fatalisme de nos dirigeants.

Il explique donc qu’il y a une solution. Si nous étions dans un pays normal, on se poserait légitimement un ensemble de questions : cette solution est-elle possible, et souhaitable ? Est-ce une idiotie sans nom que de renvoyer dos-à-dos de prétendus musulmans modérés et des islamistes ? Faut-il garder les premiers, et virer seulement les deuxièmes ?

Peut-on expulser deux ou trois millions de musulmans, quatre ou cinq millions ? Est-ce possible techniquement ? Est-ce compatible avec nos valeurs démocratiques ? Est-ce souhaitable ? Apparemment, en Arabie saoudite, cela ne pose aucun problème de virer 5 millions de travailleurs-esclaves qui n’ont plus leur utilité. Après, on peut poser la question autrement : la présence de plusieurs millions de musulmans est-elle nécessaire, incontestable, et vaut-elle de payer le prix de milliers de morts par an, et d’une société de plus en plus policière, à cause des risques d’attentats qu’elle induit ? En France, aujourd’hui, on a le droit de penser que oui, comme les socialistes, et de défendre ce point de vue. Mais si on pense le contraire, on se retrouve au tribunal !

Dans un pays où l’on demanderait leur avis aux Français (comme le promet Marine Le Pen, qui évoque des recours possibles aux référendums), cette question se terminerait devant les urnes, et le peuple déciderait.

Rappelons tout de même quelques exemples cités par Maxime Lépante…

Nous ne sommes nulle part en sécurité dans notre pays, puisque des musulmans peuvent nous assassiner n’importe quand et n’importe où, comme le prouvent les attentats commis depuis 2001 : dans des stades (Paris 2015), dans des salles de concert (Paris 2015), dans des restaurants (Paris 2015), dans des trains (Thalys 2015), dans des églises (Villejuif 2015), sur des sites industriels (Isère 2015), dans des sièges de journaux (Paris 2015), dans des épiceries (Vincennes 2015), dans des expositions artistiques (Dallas 2015), dans des centres culturels (Copenhague 2015), dans les rues (Israël 2015), dans des hôtels (Bamako 2015), dans des universités (Garissa 2015), sur des plages (Sousse 2015), dans des synagogues (Copenhague 2015), dans des temples bouddhistes (Bangkok 2015), dans des hôpitaux (Nigeria 2015), dans des avions (Sinaï 2015), dans des musées (Bruxelles 2014), dans des parlements (Ottawa 2014), dans des cafés (Sydney 2014), dans des manifestations sportives (Boston 2013), sur des trottoirs (Woolwich 2013), dans des centres commerciaux (Nairobi 2013), dans des maternelles (Toulouse 2012), dans des casernes (Fort Hood 2009), dans des bus et des métros (Londres 2005), dans des gares (Madrid 2004), dans des écoles (Beslan 2004), dans des ministères (Washington 2001), dans des gratte-ciels (New York 2001), dans des mairies, dans des villages, dans des salles de théâtre, dans des ambassades, dans des parcs d’attraction, dans des bâtiments officiels, dans des crèches, dans des navires, dans des marchés, dans des commissariats, dans des salles de conférence, dans des aéroports, dans des voitures, dans des jardins publics, dans des usines, etc.

Notre directeur de publication de l’époque, David Martin Ferguson, a-t-il eu raison d’autoriser la publication de ce texte ? Rappelons qu’il est américain, et fier de l’article 1 de la constitution de son pays. Il était, d’autre part, président d’un site suisse, et aucune plainte n’a été déposée, chez nos amis helvètes, contre lui.

Il a permis, en autorisant Maxime Lépante à publier ces deux articles, au lendemain de deux crimes de masse musulmans, de lancer un véritable débat, en lanceur d’alerte qu’il est : pourra-t-il y avoir la paix, dans nos pays, avec des millions de musulmans sur notre sol ? Pourrons-nous sauver notre pays, et notre civilisation, avec une cinquième colonne aussi nombreuse ?

Le principe de précaution, si chèrement défendu dans les affaire d’OGM, entre autres, n’implique-t-il pas d’expulser de France tous ceux qui militent pour l’instauration de la charia, bref tous ceux que l’on appelle musulmans ? Écoutons ce que disait Schopenhauer :

Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence.

Encore merci Martin Ferguson, merci Maxime Lépante, d’avoir permis que ce débat s’approfondisse dans ce journal, et devant la 17e chambre.

Martin Moisan

Est-ce un délit d’écrire qu’il faut expulser tous les musulmans de France ?

(Source : Riposte laïque)

Rappelons que louyehi n’est pas un blog d’extrême-droite, mais qu’il entend tout simplement défendre le droit des Français à garder leur identité propre, à refuser l’invasion et à mettre dehors tous les indésirables qui viennent uniquement pour nous envahir, nous assassiner, nous remplacer, faire des enfants avec des Françaises et des Français pour dominer par le nombre et pour profiter de nos trop larges prestations dont eux seuls bénéficient si largement.

Les leaders de nos infâmes et méprisables institutions ont adopté une attitude d’une abjecte traîtrise à l’égard des Français, qui subissent de plein fouet non seulement une insupportable censure digne d’une véritable dictature, mais également l’incroyable violence des barbares dont ils ne supportent plus la présence sur leur sol, dont ils voudraient très logiquement se débarrasser au plus vite et ce, définitivement. CELA, MESSIEURS LES CENSEURS, CE N’EST PAS DE LA HAINE RACIALE, C’EST TOUT SIMPLEMENT DE LA LEGITIME DEFENSE !

Alors, n’en déplaise à nos lamentables chefs dhimmis et à leurs bons petits toutous, il faudra donc compter avec ceux qui refusent de devenir musulmans et qui se battront jusqu’au bout pour rester français, ! louyehi, comme de nombreux blogs et sites de ce pays, est Français et entend bien le rester !!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s