Israël

https://i1.wp.com/static.europe-israel.org/wp-content/uploads/2015/10/Mahmoud-Abbas-.jpg       ______________________________________________________

L’ONU retire un rapport accusant à tort Israël « d’apartheid », Abbas veut décorer l’auteure par une médaille prestigieuse palestinienne

Alors que l’Onu a fait retirer un rapport tendancieux accusant à tort Israël de pratiquer un ‘régime d’apartheid’ brimant les Palestiniens, le chef de l’AP Mahmoud Abbas a salué la publication de ce document et a annoncé à l’une de ses auteurs, Rima Khalaf, qu’elle serait récompensée par une médaille prestigieuse palestinienne ‘pour son courage et son soutien au peuple palestinien’.

Khalaf, ancienne ministre jordanienne et secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (CESAO), organe dépendant des Nations unies, avait rédigé ce texte avec l’ancien  rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans les ‘territoires palestiniens’ Richard Falk, qui s’est toujours montré très hostile à Israël.

Mais lorsque le rapport a été diffusé, il a suscité de nombreuses réactions indignées, venant de responsables américains et israéliens et du porte-parole du nouveau secrétaire de l’Onu Antonio Gutteres, qui a affirmé qu’il ne reflétait pas l’opinion de ce dernier et qu’il fallait le retirer immédiatement du site officiel de la CESAO. Ce qui fut fait.

Cela a entrainé la démission de Rima Khalaf qui a précisé qu’elle ‘soutenait toutes les conclusions du rapport’. L’ambassadeur israélien Danny Danon a salué ce départ, estimant que les ‘militants anti-israéliens n’avaient pas leur place à l’Onu’.

De leur côté, les officiels palestiniens ont reproché à l’Onu d’avoir exercé des pressions sur Khalaf et de l’avoir poussée à démissionner. Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’Olp, a accusé les Nations unies d’avoir ‘cédé au chantage politique’ et a estimé que l’organisation aurait dû au contraire ‘condamner les actes décrits dans le rapport et considérer qu’Israël en était responsable’.

Source

L’ONU retire un rapport accusant à tort Israël « d’apartheid », Abbas veut décorer l’auteure par une médaille prestigieuse palestinienne

(Source : Europe-Israël)

-==-

https://i0.wp.com/static.europe-israel.org/wp-content/uploads/2017/03/Gilles-Clavreul.jpg_____________________________________________________

Invité du colloque de l’UPJF, Gilles Claveul, le délégué antiraciste, s’éclipse discrètement quand il découvre que le sujet est l’antisémitisme dans l’islamisme…

Dimanche 19 mars se déroulait le Colloque de l’UPJF consacré à l’antisémitisme, l’islamisme et ses dangers. Invité à ce colloque Gilles Clavreul, le délégué antiraciste, s’est subitement levé pour fuir discrètement quand il découvre le sujet traité lors de cette journée…

Etonnant que Clavreul n’ait pas pris connaissance avant de venir du thème du Colloque de l’UPJF auquel il était invité.

Etonnant encore plus pour celui qui est chargé de traité de l’antiracisme de fuir lorsque l’on parle de l’antisémitisme chez les musulmans islamistes…

En bon socialiste, Gilles Clavreul préfère se mettre la tête dans le sable plutôt que d’aborder l’antisémitisme qui se répand chez les musulmans de plus en plus endoctrinés par l’islamisme. Mais il n’est pas le seul : les médias et les « people » ont largement couvert l’antisémitisme de Medi Meklat et quelques autres poulains issus de l’immigration.

En effet, un récent sondage Ipsos divulguait que 50 % des musulmans se disaient antisémites. Une révélation qui met bien mal à l’aise Clavreul et les aveugles partisans du « vivre ensemble ».

Ce sondage n’a d’ailleurs pas été commenté par les médias, trop gênés eux aussi de découvrir que l’antisémitisme fait partie de la culture musulmane.

Gilles Clavreul est pourtant chargé de mener des actions contre le racisme et l’antisémitisme. Mais il semble aveugle face à l’antisémitisme chez les musulmans ou chez les islamo-gauchistes.

Et malgré cela, le Parquet de Paris se fait le « bras armé » de l’organisation islamiste CCIF en faisant appel du jugement relaxant l’historien Georges Bensoussan qui avait osé affirmé que l’antisémitisme était culturel chez les musulmans maghrébins.

Sandra Wildenstein pour Europe Israël News

Ainsi la Justice, les médias et le pouvoir font cause commune pour cacher cet antisémitisme que personne ne veut voir…

Invité du colloque de l’UPJF, Gilles Clavreul, le délégué antiraciste, s’éclipse discrètement quand il découvre que le sujet est l’antisémitisme dans l’islamisme..

(Source : Europe-Israël)

-==-

https://i1.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/03/accident-grue.png_____________________________________________________

Ramat Gan : Une grue s’est effondrée en plein centre ville

Une grue s’est effondrée en plein centre ville, ce dimanche matin, dans le quartier de Neve Yehoshua de Ramat Gan, en banlieue proche de Tel Aviv. Un blessé grave et un léger sont à déplorer.

Selon les témoins présents lors de l’accident, la grue s’est effondré sur un bâtiment et une voiture. L’opérateur de la grue aurait été piégé dans l’engin, coincé sous la ferraille. Il s’agit d’un homme d’environ 38 ans, qui présente des blessures à la tête et aux membres. Il a été évacué vers l’hôpital le plus proche par les ambulanciers. Une autre personne a été très légèrement blessée mais son état ne nécessitait pas d’évacuation vers l’hôpital.  » C’est un miracle qu’il n’y ait pas eu plus de victimes, car la grue s’est effondrée sur un immeuble en plein centre ville » déclarent les témoins.

Les accidents de ce genre se multiplient ces derniers-mois à Tel Aviv alors que les chantiers se développent dans la région. Il y a environ un mois, une grue s’est effondrée sur un chantier de construction à Bat Yam. Quatre personnes ont été blessées.

Une enquête est en cours pour déterminer la cause du sinistre de ce dimanche qui s’est produit alors qu’il n’y avait pas de vent du tout. Il pourrait donc s’agir d’une erreur de manipulation.

Ramat Gan: Une grue s’est effondrée en plein centre ville

(Source : Tel-Avivre)

-==-

https://i2.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/03/00holon.png______________________________________________________

Drame à Holon : une infirmière de la Clalit brûlée vive par un patient  !

Un individu de 78 ans a brûlé vive ce matin une employée de la clinique Clalit de Holon, en banlieue de Tel Aviv parce qu’il n’était pas satisfait de ses soins…

Du liquide inflammable sur l’infirmière

Selon les premières informations policières, un homme de 78 ans  a arrosé une employée de 56 ans et le bureau dans lequel elle était assise avec une bouteille d’essence. Le feu a calciné la pauvre femme et aucune aide n’a pu la sauver. Un médecin a tenté d’éteindre les flammes avec un extincteur mais en vain. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’individu n’aurait pas été satisfait du traitement prodigué par l’infirmière de la Clalit, en l’occurrence, du vaccin contre la grippe, il est alors sorti puis est revenu avec le liquide inflammable et l’a vidé sur la femme en allumant le feu avant de s’enfuir.

Le décès a été constaté sur place par les secouristes du Magen David Adom, la victime s’appelait Tova Caro, elle avait 56 ans.

L’assassin est un Israélien de 78 ans qui, selon la police, souffrirait de troubles mentaux. Il a été arrêté après une courte une chasse à l’homme. Le directeur des services de santé de la clinique a déclaré de son côté sur la radio publique israélienne que le patient était connu pour son « passé médical », laissant entendre lui aussi qu’il souffre de problèmes mentaux.

.

Drame à Holon : une infirmière de la Clalit brûlée vive par un patient

(Source : Tel-Avivre)

-==-

https://i1.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/03/album.jpg

Découvrez le premier album israélien de Noémie Dahan, elle est en concert ce vendredi 24 à 14h30 au Théâtre Tmuna à Tel Aviv

Le premier album de Noémie Dahan est né d’une passion surprenante: le goût d’écrire dans une langue étrangère, l’hébreu. Nourrie par des influences de rock israélien et par une curiosité pour le mélange des genres, rock, klezmer, avant-garde, Qu’est-ce que c’est loin / Ma ze rahok est une question presque naïve, une nostalgie amusée et une invitation au voyage, à travers des sons et un langage étranger, une rêverie à travers un paysage sentimental et surréaliste. L’orchestration est éclectique, rhodes vintage, contre basse, clarinette basse, cors de chasse, flûte, guitares électriques, et les chœurs vous plongent dans une univers onirique.

L’album truffé de jeux entre l’hébreu et le français parle dans une langue hybride inspirée par une culture israélienne pour laquelle Noémie s’est passionnée très jeune: bercée par des artistes de variété israélienne classique tels que Yehudit Ravitz, Mati Caspi et par des textes de poètes et chansonniers israéliens: Dalia Rabikovitch, Yehuda Amihai, Hanoch Levin …

A son arrivée en Israël il y a 5 ans elle rencontre les figures qui ont marqué son apprentissage de la langue hébraïque, par la musique notamment ; Rona Kenan, icône du rock israélien des vingt dernières années a travaillé à la direction artistique d’une partie de l’album.

Ne ratez pas le 24 mars, le Concert de lancement de l’album au Théâtre TMNUA 14:30, Tel Aviv

Contact  no.dahan@gmail.com – 0542804904

.

Découvrez le premier album israélien de Noémie Dahan, elle est en concert ce vendredi 24 à 14h30 au Théâtre Tmuna à Tel Aviv

(Source : Tel-Avivre)

-==-

Sivan Yaari of Innovation: Africa at a celebration during a clean water installation at Nyanza Village, Uganda, in February 2017. _____________________________________________________

10 cas où l’expertise de l’eau d’Israël a aidé le monde©

Pour célébrer la Journée mondiale de l’eau, le 22 Mars, ISRAEL21c jette un regard sur 10 projets d’innovation procurant de l’eau propre aux communautés à travers le monde.

Israël est devenu un expert dans l’utilisation ingénieuse de l’eau afin de surmonter les problèmes de pénurie, dans un monde confronté à une crise imminente de cette ressource.

Cette année, les expositions et conférences WATEC, qui se tiendront en Septembre à Tel -Aviv, devraient attirer 10.000 intervenants provenant de 90 pays, qui recherchent les solutions israéliennes pour les questions d’eau.

Israël investit 2,2 milliards $ chaque année dans les technologies de l’eau et de l’expertise. En outre, le produit de ces recherches est partagé sur une base humanitaire à travers des cours de formation, des consultations et des projets.

Le Keren Kayemeth L’Israel- et le Jewish National Fund (KKL-JNF) accueillent souvent des délégations du monde entier – ainsi récemment, de la Californie, d’Argentine et de l’European Policy Center -qui viennent voir comment le système israélien des installations de traitement et les 230 réservoirs ont atteint le ratio le plus élevé de réutilisation des eaux usées dans le monde.

Environ 92% des eaux usées israélienne est traité et 75% est utilisé pour l’irrigation agricole. Israël prévoit de recycler 95% de ses eaux usées pour l’irrigation d’ici à la fin de 2025.

«Au cours des années 1980, le recyclage des eaux usées était un concept révolutionnaire et beaucoup de gens étaient sceptiques. Aujourd’hui, près de la moitié de l’irrigation en Israël provient des eaux usées recyclées », explique le Directeur du KKL Project Development  Yossi Schreiber.

Une délégation European Policy Center en Israël avec le directeur de projet de développement KKL-JNF Yossi Schreiber. Photo par Yoav Devir

Les grandes entreprises israéliennes de technologie de l’eau telles que Mekorot, Arad Technologies, Tahal Group, Plasson Industries et Ham-let – ainsi que de nombreuses petites entreprises israéliennes – sont sollicitées pour la planification et la construction d’infrastructures d’eau agricole et rurales dans des pays comme l’Angola, le Ghana, la Serbie, la Chine, l’Espagne et les États-Unis.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, qui est célébrée le 22 Mars, ISRAEL21c salue les organisations gouvernementales et non gouvernementales israéliennes qui partagent les technologies avancées de l’eau pour l’irrigation, la purification, le filtrage, le dessalement, la conservation, la surveillance et le recyclage.

Voici 10 exemples récents de cette expertise.

1. L’association à but non lucratif Innovation:Afrique a remporté un prix des Nations Unies pour l’amélioration de la qualité de vie dans sept pays africains qui utilisent des technologies israéliennes, telles que les systèmes d’irrigation de Netafim, permettant aux agriculteurs de cultiver davantage avec moins d’eau; et les systèmes d’énergie solaire qui pompent l’eau des aquifères, et ainsi épargnent aux villageois (principalement des femmes et des enfants) d’innombrables heures passées auparavant à rechercher de l’eau.

Lors d’une installation d’un système de pompage solaire de l’eau à Nyanza Village, l’Ouganda, l’innovation: l’Afrique de l’ingénieur et chef de projet célèbrent les flux de l’eau propre. Photo: courtoisie

2. IsraAID a lancé son projet WASH (Eau, Assainissement et Hygiène) il y a environ quatre ans pour concevoir des solutions pour les communautés des Fidji à Haïti au Myanmar.

Dans le Vanuatu, un pays insulaire du Pacifique Sud dépendant de la pluie, un cyclone de mars 2014 a contaminé les réservoirs et a détruit les systèmes de récolte de l’eau. Entre autres mesures, IsraAID a élaboré une stratégie pour l’ingénierie d’un système de gravité basse technologie, construit et entretenu par les habitants de la région, afin de ramener l’eau des montagnes dans deux villages comprenant plus de 600 personnes et une école. IsraAID travaille avec la Banque mondiale à la construction de trois autres systèmes de gravité.

Dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya et dans le canton de Gulu en Ouganda, qui luttent contre les maladies d’origine hydrique et la contamination de l’eau, IsraAID forme des chômeurs ou des sous-employés pour devenir des techniciens de l’eau. Les diplômés travaillent avec des ONG locales ou des compagnies d’eau, ou créent leur propre entreprise, pour apporter leur nouvelle expertise dans tous domaines, depuis le forage de puits et la construction de latrines jusqu’à l’enseignement
hygiène.

Expert en eau IsraAID Ben Gido, centre, ce qui démontre une unité d’ultrafiltration israélien à l’Autorité de l’eau de Fidji. Photo : courtoisie

3. Un glissement massif en septembre 2015 a endommagé un important canal d’irrigation, partiellement construit par l’ONG israélienne Tevel b’Tzedek, dans un pauvre village népalais. Le personnel de Tevel a réparé les dégâts grâce au financement de la Fondation Rochlin et de la Coalition juive pour les secours en cas de catastrophes et a travaillé avec le conseil local de l’eau pour renforcer les murs du canal et rétablir et assurer l’approvisionnement en eau de 224 ménages.

Le canal d’irrigation réparé dans les régions rurales du Népal. Photo de Tevel b’Tzedek

En outre, au Népal, Tevel lutte contre les effets des inondations – qui appauvrissent l’eau disponible pour la boisson et l’irrigation – en construisant des piscines d’irrigation et en mettant en place des systèmes d’égouttage qui permettent aux villageois de conserver l’eau à travers les méthodes israéliennes, Directeur à l’université de Ben-Gurion du Néguev. Tevel enseigne également aux agriculteurs villageois des professions moins riches en eau, comme l’apiculture.

4. Le ministère israélien des Affaires étrangères (AMF) s’est associé à G.A.L., basé à Césarée. Water Technologies (gal-water.com) pour fournir gratuitement des produits de traitement de l’eau aux nations africaines depuis plus de 20 ans. En 2016, l’AMF a fait don à G.A.L. de véhicules mobiles d’épuration, de stockage et de distribution d’eau à la Papouasie-Nouvelle-Guinée touchée par la sécheresse et aux îles Marshall du Pacifique.

5. Plus tôt ce mois-ci, le MASHAV-Agence israélienne pour la coopération internationale au développement du MAE a créé le Centre d’agriculture de résilience à la sécheresse au Kenya en Israël pour aider au renforcement des capacités grâce au savoir-faire israélien en matière d’irrigation et de gestion des ressources en eau.

Directeur MASHAV Gil Haskel et ministre kenyan de l’eau et de l’irrigation, Eugene Wamalwa, à l’annonce de la sécheresse Resilience Centre Agriculture Kenya Israël en Mars. Photo via Facebook

6. L’envoyé spécial du MASHAV pour l’eau et la sécurité alimentaire est allé au Swaziland la semaine dernière avec le directeur de la formation, des programmes et de la recherche outre-mer au Centre pour la Coopération Internationale pour le Développement Agricole (MASHAV) pour mener une enquête sur l’eau à la demande du Premier ministre du Swaziland. Les experts ont identifié des domaines possibles de coopération dans la lutte contre la sécheresse et une pénurie d’eau pour l’agriculture.

7. Après un tremblement de terre en Équateur en mai 2016, IsraAID a apporté une nouvelle technologie israélienne de purification de l’eau à NUFiltration dans plusieurs villages touchés. Au lieu d’avoir à acheter de l’eau potable en bouteille, les résidents peuvent utiliser le système NUF pour transformer l’eau de lavage en eau potable purifiée sans électricité. Le NUF a d’abord été piloté par la société au Ghana comme un projet humanitaire visant à prévenir les maladies causées par l’eau contaminée.

8. Le chapitre de l’Université de Tel-Aviv de Ingénieurs sans frontières a conçu et construit un système de collecte et de purification de l’eau de pluie dans un village tanzanien où l’eau potable contenait des quantités dangereusement élevées de fluorure. Depuis la fin du projet en 2014, elle fournit de l’eau potable à plus de 400 enfants par jour.

9. Le chapitre Ingénieurs sans frontières de Technion a conçu et mis en œuvre un réseau d’eau potable salubre desservant plus de 600 écoliers éthiopiens dans un village rural sans source fiable d’eau potable et de lavage des mains.

Les Israéliens ont enseigné aux enfants plus âgés comment entretenir le système et traiter l’eau, et continuer à fournir un soutien pour assurer un approvisionnement en eau sûr et durable.

10. En juin 2015, le Ministère israélien de l’Économie a engagé 500 000 dollars dans le cadre des Pratiques mondiales de l’eau du Groupe de la Banque mondiale pour aider les pays en développement à relever des défis complexes en matière de sécurité de l’eau. L’accord prévoit deux années de voyages d’étude et d’autres activités pour le personnel de la Banque mondiale et les fonctionnaires de divers gouvernements.

«Israël a dû gérer les services d’approvisionnement en eau tout en opérant dans des conditions de rareté extrême», a déclaré Jennifer Sara, directrice de l’eau à la Banque mondiale, lors de la signature de l’accord à Washington.

«Ses pratiques innovantes sont mondialement reconnues – tant du point de vue technologique que institutionnel – et apportera sans aucun doute des leçons à un grand nombre de clients du Groupe de la Banque mondiale confrontés à des problèmes de sécurité de l’eau».

Israel21C

Traduction JForum

10 cas où l’expertise de l’eau d’Israël a aidé le monde©

(Source : JForum)

-==-

_____________________________________________________

La confiance russe dans le Hezbollah, dilemme d’Israël

La confiance russe dans le Hezbollah est le vrai dilemme d’Israël

https://i0.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/03/Tadmor_Hermon_ENG.jpg

Israël a finalement mis la main dans le cours des événements mouvantsd qui menacent depuis la Syrie vers ses frontières Nord, en lançant de multiples raids aériens contre la principale base aérienne du Nord Syrien, connu sous le sigle « T-4 », près de Palmyre, au milieu de la nuit du vendredi 17 mars.

Ces événements sont dirigés par la conduite du Hezbollah pro-iranien pour s’emparer du Golan, dans le cadre de sa guerre soi-disant de « résistance » contre l’Etat Juif.  Cette obsession s’est transformée en préoccupation majeure, après les frappes aériennes, où le Hezbollah, par un aveu rare, a reconnu avoir perdu un Commandant important. Il se nommait Badee hamiyeh et on le décrit comme ayant été tué  » dans la région du Sud-Syrien de Quneitra, près des Hauteurs du Golan détenues par Israël.

https://i0.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/03/Badi-Hamiyeh-Hezbollah-639x500_633_422.jpg

Une semaine plus tôt, le Premier Ministre Binyamin Netanyahu et le Directeur des Renseignements militaires de Tsahal, le Général-Major Hertzl (Hartzi) Halevi ont exposé au Président russe, Vladimir Poutine, au Kremlin, des cartes décrivant divers mouvements militaires se déroulant de manière incessante en Syrie, en pointant l’accent sur un convoi blindé de plusieurs centaines de miliciens des troupes du Hezbollah, qui provenait de son bastion de Zabadani en direction du Mont Hermon. Le convoi se frayait sa voie en submergeant plus de 30 villages rebelles sur les versants du Hermon, qui permet de contrôler la ville syrienne de Quneitra et la frontière israélienne.

Cette preuve topographique démontrait que le Hezbollah développe un stratagème militaire unique visant à menacer le Hermon détenu par Israël, de contrôler le Golan central et de se préparer à la bataille en vue de restaurer la souveraineté syrienne sous le contrôle unique du Hezbollah dans la totalité de la zone du Golan.

Netanyahu avait espéré que Poutine serait d’accord sur le principe de stopper le convoi du Hezbollah et qu’il tiendrait sa promesse de ne pas laisser l’Iran ni le Hezbollah se déployer sur la frontière israélienne. Cependant, le dirigeant russe est resté insensible à cette demande minimale. Non seulement les Commandants russes en Syrie n’ont reçu aucune instruction leur demandant de restreindre les mouvements du Hezbollah, mais, au contraire, ils ont agi de façon à persuader les rebelles syriens du Mont Hermon et du Golan de se rendre aux envahisseurs chiites libanais.

Et, effectivement, la progression du Hezbollah s’est poursuivie. Son dirigeant Hassan Nasrallah a conçu une équation artificielle afin de justifier son assaut contre le Golan : « Ils nous ont emmené Daesh dans la Plaine de la Beqaa [le bastion libanais du Hezbollah avec le Sud de Beyrouth] et c’est pourquoi la « résistance » [le Hezbollah] est entrée en Syrie. Ils voulaient (les Israéliens] que ce groupe terroriste atteigne Beyrouth, et c’est de cette façon, qu’aujourd’hui, nous sommes présents sur le Golan ».

Voyant la mise en mouvement incontrôlé du Hezbollah, qui se prépare à un bras-de-fer inattendu avec Israël, Netanyahu et Tsahal ont décidé de reprendre les choses en main à leur manière. Ils ont ordonné plusieurs frappes aériennes, vendredi, contre la base aérienne stratégique T-4, relativement éloignée et proche de Palmyre, dans le Nord-Est de la Syrie et « frappé plusieurs oiseaux d’une seule pierre » (fait d’une seule pierre plusieurs coups).

Les sources des renseignements militaires de Debkafile décrivent la Base T-4 actuelle comme le principal terminal pour les avions iraniens qui atterrissent jour après jour et déchargent du matériel de guerre lourd pour leurs propres forces autant que pour l’armée syrienne et le Hezbollah. Cette base aérienne abrite également des hélicoptères d’attaque russes et des troupes des opérations spéciales (Spetsnaz), dont la présence à cet endroit a permis de gagner la confiance de Téhéran et de Nasrallah, en jouant le rôle de bouclier efficace (croyaient-ils) contre les risques d’attaques israéliennes.

Les frappes aériennes de vendredi visaient à leur prouver qu’ils commettaient une grave erreur.

Ces évolutions étaient le texte sous-jacent de la déclaration vidéo faite par Netanyahu, qui a été programmé vendredi dans la nuit par les médias israéliens : « Je peux vous assurer que notre résolution est inébranlable, comme l’attestent nos actions », a t-il dit. « C’est quelque chose que tout le monde devrait bien prendre en considération, tout le monde! ». Lorsqu’il a dit « tout le monde, il ne s’adressait pas seulement à Téhéran et Beyrouth, mais à Moscou tout autant.

Israël n’est pas en train de planifier des actions contre les forces en Syrie,mais si l’armée russe, soit délibérément soit de façon non-intentionnelle, offre à l’Iran et au Hezbollah sa protection, comme elles comptaient le faire grâce à la Base T-4, Israël n’hésiterait pas une seconde à les en dissuader (désillusionner).

Le Kremlin a reçu le message et, quelques heures après les frappes aériennes israéliennes, l’Ambassadeur israélien à Moscou, Cary Koren a été convoqué au Ministère russe des Affaires étrangères. Il n’y a pas eu de protestation officielle, mais le Vice-Ministre des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov a informé  fermement l’Ambassadeur que Moscou ne tolérerait pas d’autres actions d’attaques israéliennes sur les Bases syriennes où les forces russes sont présentes.

Au cours de ce raid, le système anti-missile avancé Arrow d’Israël a fait sa première apparition opérationnelle. Les Chefs de Tsahal redoutaient que les missiles anti-aériens syriens tirés contre les avions de combat israéliens puissent tomber sur des localités peuplées à l’intérieur du territoire israélien et ils ont ainsi décidé d’intercepter les projectiles entrants.

Les experts militaires israéliens ont déclenché une controverse interne, qui durera  probablement des années, pour savoir si cette première apparition du Hetz (ou Arrow 3), dans cette situation, était un bon ou un mauvais geste à faire d’emblée. Cependant, le boom assourdissant de cette arme que Tsahal souhaitait infliger à des millions d’oreilles israéliennes, à l’intérieur d’un rayon de puls de 150 kms, depuis la Vallée du Jourdain jusqu’à la Méditerranée, a offert un petit aperçu de la façon dont ce serait bien pire en cas de conflit d’envergure totale.

DEBKAfile Reportage Exclusif 18  Mars 2017, 10:14 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski

La confiance russe dans le Hezbollah, dilemme d’Israël©

(Source : JForum)

-==-

https://i1.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/03/al-Nujaba_Movement__Golan19_672_448.jpg_____________________________________________________

Bras-de-fer israélo-russe : le Hezbollah se voit sur le Golan

Vidéo : Une milice chiite irakienne, jumelle du Hezbollah libanais fait route vers le Mont Hermon  afin de renforcer la percée du Hezbollah sur le Golan. Israël, après deux frappes de contre-attaque, prend deux avertissements de la part de Moscou.

le Harakat Hezbollah al-Nujaba se filme dans l’arrière-pays d’Alep. Une partie de ses effectifs serait en route vers le Golan… 

 

Le drone israélien qui a pris pour cible le chef de milice syrien Yasser Sayad, hors de la ville golanie de Quneitra, dimanche 19 mars, a encore mis l’accent sur le message d’abord acheminé par le tir de Missile Arrow 3, qui a abattu un missile anti-aérien syrien SA-5 (ou S-200 en codification russe), vendredi. L’Ambassadeur israélien a été rappelé une seconde fois par le Ministère russe des Affaires étrangères.

Les deux frappes ont été auysprécises l’une que l’autre : Sayad était sur le chemin pour rejoindre les forces du Hezbollah, qui piétinent les villages rebelles syriens sur les versants du Hermon, afin faire le grand nettoyage sur leur passage vers le Golan. Et le missile SA-5 été intercepté quelques microsecondes avant de frapper des avions de combat israéliens attaquant une cargaison d’armes pour le Hezbollah à l’extérieur de la Base aérienne T-4 près de Palmyre, où un contingent russe est aussi hébergé.

A la suite de cette frappe aérienne,l’ambassadeur d’Israël à Moscou, Cary Koren a été convoqué par le Ministère russe des affaires étrangères, pour entendre l’avertissement du Vice-Ministre des Affaires étrangère Mikhaïl Bogdanov, de cesser d’interférer avec les plans russes pour la Syrie.

L’ambassadeur syrien à l’ONU Bashar Al Jaafari a reflété le sens d’un certain retour en position de force quand il a déclaré, à la suite des frappes aériennes israéliennes dans le Nord de la Syrie : « Les représailles syriennes étaient appropriées et elles changent les règles du jeu ». Il a prétendu qu’Israël se serait fait sévèrement mettre en garde par Moscou, pour qu’il arrête de mener de telles attaques et, que, par conséquent, ses dirigeants « y repenseront à deux fois avant d’entreprendre des actions similaires à l’avenir ».

Quoiqu’il en soit, deux jours plus tard, Tsahal passait à nouveau à l’action, cette fois sur le Golan syrien. A-Sayad a été tué à l’extérieur de Quneitra, comme un témoignage de la résolution d’Israël à continuer de lancer son savoir-faire guerrier contre la présence militaire de l’Iran et du Hezbollah en Syrie et contre leurs poussées agressives vers ses frontières.

Et dimanche, l’Ambassadeur Koren était rappelé par le Ministère des Affaires étrangères à Moscou pour une deuxième volée de bois vert, cette fois, indubitablement plus sévère que la première, en constatant qu’Israël faisait monter en escalade sa confrontation avec Moscou sur cette question et faisait grimper les enchères au niveau d’un éventuel affrontement de Tsahal contre les forces russes en Syrie, pour le meilleur ou pour le pire. Le gouvernement de Jérusalem a, en fait, tracé une grosse ligne rouge contre la politique russe de laisser-faire les forces hostiles du Hezbollah et des forces paramilitaires syriennes, comme les Brigades de Libération du Golan, afin de prendre le contrôle du territoire directement adjacent à Israël : depuis la chaîne du Hermon à travers Quneitra et plus à l’ouest de Deraa surplombant la frontière jordanienne également.

Les sources militaires de Debkafile révèlent que Jérusalem a été encore un peu plus alerté de découvrir qu’une milice chiite irakienne était en route, sous le Commandement du Général iranien des forces Al Quds, Qassem Soleimani, afin de renforcer l’offensive du Hezbollah contre la zone du Hermon et du Golan.  Cette milice, s’appelant le mouvement Hezbollah-Al-Nojba [dont nous avons parlé dès le 12 mars sur JForum], est constitué de 1.500 combattants irakiens chiites, et c’est le projet-fétiche du n°2 du Hezbollah, Sheikh Naieem Qassem, qui a personnellement envoyer des cadres du Hezbollah pour les entraîner.

Puisque que la milice d’Harakat Hezbollah Al-Nujaba s’est déployée dans la ville d’Alep au nord de la Syrie, son transfert vers le Sud pour combattre avec le Hezbollah n’a pas pu passer inaperçu, aux yeux des officiers russes sur le terrain. L’atterrissage de cette milice sur les versants du Mont Hermon annoncerait l’intrusion forces étrangères additionnelles parmi les forces chiites pro-iraniennes dans ces localités assiégées des marges du Golan. On peut s’attendre à une nouvelle intervention d’Israël afin de mettre terme à ce dangereux stratagème russo-irano-hezbollahi visant à exploiter les turbulences en Syrie pour permettre aux ennemis d’Israël de s’emparer de positions avancées d’assaut contre Israël depuis la Syrie.

DEBKAfile  Reportage Exclusif du 20 Mars 2017, 9:41 AM (IDT)

Bras-de-fer israélo-russe : le Hezbollah se voit sur le Golan©

(Source : JForum)

-==-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s