Israël – 29 mars 2017

https://i2.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/03/chenille.jpg_____________________________________________________

Attention, ces chenilles qui font leur apparition au printemps, sont très dangereuses !!

Ces chenilles processionnaires du pin (Thaumetopea Pityocampa) semblent mignonnes et inoffensives mais ce n’est qu’en apparence car il ne faut surtout pas y toucher. Elles ont fait leur apparition dans le centre d’Israël, prévenez vos enfants, elles transportent un poison dangereux….

Les chenilles processionnaires, connues pour leur mode de déplacement en file indienne, se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pins, de cèdre, provoquant un affaiblissement important des arbres, sans mortalité mais en ralentissant leur croissance. Ces chenilles projettent dans l’air de minuscules poils très urticants qui peuvent provoquer d’importantes réactions allergiques cutanées importantes, boutons, démangeaisons, lésions oculaires et respiratoires. Les atteintes de l’œil peuvent avoir des conséquences graves si les poils ne sont pas rapidement retirés.

Ces chenilles des pins font leur apparition au printemps, elles sortent de leur chrysalides. Leur poison devient alors puissant et peut causer de très graves dommages irréversibles comme la cécité. Dans les cas extrêmes, ce poison peut causer des dommages irréversibles s’il entre en contact avec les yeux. Il peut aussi causer des vomissements et des difficultés respiratoires.

Que devez-vous faire si vous ou votre enfant est piqué ?

Lavez la zone touchée avec beaucoup d’eau et enlever les poils de la chenille du corps et des vêtements. Utilisez ensuite des médicaments anti-allergiques, si vous en avez et allez directement aux urgences.

Si vous voyez une chenille des pins, faites attention, rester loin d’elle et prévenez immédiatement la municipalité.

Attention, ces chenilles qui font leur apparition au printemps, sont très dangereuses!!

(Source : Tel-Avivre)

-==-

https://i2.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/03/karnit.jpg     Le gouverneur de la Banque d’Israël, Karnit Flug, lors de la conférence de presse annonçant le rapport de la Banque d’Israël 2016, à Jérusalem, le 29 mars 2017. Photo de Hadas Parush / Flash90 _____________________________________________________

2016 saluée comme la meilleure année pour l’économie israélienne depuis 4 ans

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Karnit Flug, a présenté ce mercredi son rapport au Premier ministre Benjamin Netanyahou, au Ministre des Finances, Moshé Kahlon et au président Reuven Rivlin. Les conclusions sont sans appel, l’économie israélienne se porte mieux que jamais. Elle a progressé de 4% en 2016, surpassant les Etats-Unis et les autres pays de l’OCDE. L’année 2016 marque la meilleure performance économique du pays depuis 2012.  D’autre part, la politique fiscale du gouvernement a contribué à la baisse du coût élevé de la vie dit le rapport. « Israël a une économie forte et nous allons faire en sorte qu’elle soit encore plus forte» a déclaré le premier ministre Netanyahou….

En résumé, le rapport de la Banque d’Israël indique que le PIB a atteint un record de 337 milliards de dollars. Le pays a atteint un record de 12,4 milliards de dollars d’excédent de sa balance des paiements. Le chômage est tombé à 4,8% en 2016. La dette publique a chuté à un niveau jamais atteint avec 62,8% du PIB. Le pays a atteint le plein emploi avec 3,74 millions d’israéliens qui travaillent. Le PIB par habitant a atteint un sommet historique de 36.800 dollars et enfin la consommation privée a augmenté de 6% et le niveau de vie des Israéliens a augmenté de 5%. Voila un bilan qui pourrait faire envie à tous les présidents français qui se succèdent depuis plus de 25 ans.

Avec un taux de 4% croissance économique, Israël a fait deux fois plus que la croissance économique américaine, 2,3 fois plus que la croissance moyenne des pays de l’OCDE et 2,5 fois plus que la moyenne des pays de la zone-euro. Selon les données de la Banque d’Israël, depuis 2011, l’économie israélienne a connu une croissance cumulée de 21,6%, dépassant tous les Etats membres de l’OCDE. Le rapport note également  que la croissance par habitant a augmenté de 14,2% depuis 2011,  que la consommation privée a elle aussi augmenté de 25,2% et que le niveau de vie a augmenté de 17,8% depuis 2011.

traduit et adapté de Israël Hayom

2016 saluée comme la meilleure année pour l’économie israélienne depuis 4 ans

(Source : Tel-Avivre)

-==-

https://i0.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/03/0000requins.jpgPhoto by Yossi Zamir/Flash90

Du requin vendu clandestinement dans la vieille ville de Jérusalem !!

Une équipe de la police israélienne et des agents de la police des frontières ont découvert mardi soir dans la vieille ville de Jérusalem des marchandises suspectes dans le quartier musulman après avoir repéré une queue de poisson qui sortait d’une boîte….

Le chariot appartenant à un résident de la vieille ville était remplie de cartons et une queue étrange ressemblant à celle d’un requin en sortait. Les policiers  ont arrêté le propriétaire et lui ont demandé de retirer les cartons couvrant l’aileron suspecte. À leur grande surprise, les policiers ont découvert quatre requins, apparemment prêts à être livrés au marché. Les requins sont une espèce en voie de disparition et protégée en Israël et il est interdit de les tuer. Un requin qui est pris dans le filet de pêcheur doit être immédiatement  relaché. Les policiers ont interrogé le suspect et convoqué les autorités pour ouvrir une enquête qui doit déterminer la provenance des requins.

Du requin vendu clandestinement dans la vieille ville de Jérusalem!!

(Source : Tel-Avivre)

-==-

https://i1.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/03/000menora.png

____________________________________________________

Pourquoi un nouveau site d’actualité Menora.info Interview de Shmuel Trigano

Menora.info est un site internet d’analyse de l’actualité en langue française qui vise à sensibiliser, ouvrir et intéresser le monde francophone à l’actualité et aux grands débats sociaux, culturels et politiques d’Israël, ainsi que du monde juif. Un format inédit, des articles de fond, des analyses d’experts… Menora.info est le cadre inédit pour comprendre les défis d’Israël et du monde juif aujourd’hui !

Menora.info est un site internet d’analyse de l’actualité en langue française qui vise à sensibiliser, ouvrir et intéresser le monde francophone à l’actualité et aux grands débats sociaux, culturels et politiques d’Israël, ainsi que du monde juif. Un format inédit, des articles de fond, des analyses d’experts… Menora.info est le cadre inédit pour comprendre les défis d’Israël et du monde juif aujourd’hui !

Privilégiant l’analyse en profondeur des questions de fond qui font l’actualité quotidienne d’Israël, le site s’adresse aux trois cercles du judaïsme francophone, les originaires de France en Israël, le judaïsme français et le monde francophone au sens large. Il vise aussi à remplir le rôle d’une revue intellectuelle de culture, d’opinion et d’information. Le premier dossier du mois sera consacré à l’affaire Elor Azaria, au cœur d’une controverse nationale.

.

Menora.info est un projet de Dialogia, sous la direction du Prof. Shmuel Trigano.

Pourquoi un nouveau site d’actualité Menora.info Interview de Shmuel Trigano

(Source : Tel-Avivre)

-==-

Résultat de recherche d'images pour "photos de l'emblème de Tsahal"
______________________________________________

L’éthique de Tsahal, un enracinement dans la tradition biblique hébraïque et l’histoire juive combattante

Contrairement à ce que les spécialistes médiatiques de l’« Israel bashing »  n’ont cessé de hurler jusqu’à aujourd’hui, les trois opérations militaires menées en 2008,  2012 puis en 2014 par Tsahal à Gaza étaient parfaitement justifiées parce que l’Etat d’Israël se trouvait chaque fois en situation de légitime défense face à un agresseur terroriste voulant frapper ses populations civiles. Ce furent aussi des « guerres justes » au plan des méthodes de combat israéliennes : alors que le Hamas se servait des civils palestiniens comme de « boucliers humains » pour défendre ses stocks de roquettes et ses arsenaux, l’armée israélienne a respecté les standards moraux de son Code éthique tout comme les dispositions du Droit international et du Droit de la guerre, en tentant – avant ses attaques toujours très ciblées – d’éloigner les civils palestiniens et de les séparer des miliciens se dissimulant parmi eux. Mais  l’héritage moral issu de la tradition biblique hébraïque et les leçons de l’histoire juive combattante façonnent aussi sur le terrain le comportement des responsables et des soldats de Tsahal (*) ?

Comme c’est le cas pour bien des Etats de la scène internationale, il ne fait aucun doute que l’ensemble des appréciations stratégiques, des plans et des choix moraux  arrêtés lors des différents engagements militaires menés par Tsahal sur ordre du pouvoir exécutif israélien sont aussi liés de près à un contexte historique et culturel d’autant plus prégnant, au sein de la nation  d’Israël, que l’histoire longue et mouvementée du peuple juif l’a mis sans cesse à rude et cruelle école pour tout ce qui a trait aux manifestations et conséquences de la violence et de la guerre.

La manière de mener la guerre: l’héritage éthique de la Bible du du Talmud

Au-delà des dispositions parfois lénifiantes de l’actuel Code éthique de Tsahal, nul doute que les « balises socio-culturelles » et les fondements spirituels du comportement militaire israélien d’aujourd’hui sont inspirés, sur le fond, par l’immense apport des sources bibliques et talmudiques qui ont façonné l’héritage éthique du peuple d’Israël et de sa mémoire collective, dès les premiers temps de son histoire en tant que nation vivant sur sa terre et disposant d’une armée engagée concrètement dans différents  conflits.

 

Ces préceptes sont énoncés dans les cinq Livres du Pentateuque (la Bible hébraïque ou Torah écrite) autour de plusieurs  ordonnances et commandements très précis édictés soit pour « encadrer » certains instincts naturels de la plupart des soldats qui peuvent se  transformer, dans la situation-limite que constitue toute guerre, en penchants destructeurs, les pulsions de domination  et de possession abusive  connaissant alors moins de retenue ; soit encore pour renforcer la motivation – et donc la cohésion et la sécurité interne individuelle comme collective – des troupes combattantes ; soit enfin pour protéger les populations civiles non-combattantes présentes sur les différents théâtres d’opérations militaires.

Ensuite, considérablement précisées, développées, affinées et commentées dans différents traités du Talmud (la Loi orale, à savoir par la Michna et la Guémara, puis par les commentateurs classiques – comme Maïmonide qui a écrit un traité entier sur les Lois de la guerre – Hil’hot Mela’him  – et modernes), ces prescriptions et références sont avant tout regroupées dans diverses parties de la Bible hébraïque :

* D’abord au chapitre IX du Livre de la Genèse, où en partant du  verset 6 (« Celui qui verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé ;  car l’homme a été fait à l’image de Dieu »),  le Talmud (Traité Shvouot, page 35) en déduit le nombre-limite de victimes militaires auquel le pouvoir exécutif (à l’époque biblique : le roi) avait droit au sein de l’armée hébreue à l’occasion d’un type précis de conflits ouverts appelé  « guerre obligatoire de défense » (mil’hémet mitsva).

*Puis, dans le Livre des Nombres, le verset 3 définit l’âge précis de la conscription au sein de l’armée des Hébreux : « Depuis l’âge de vingt ans et au-delà, tous les fils d’Israël aptes au service [militaire], vous les classerez selon leurs légions (…) ». Un verset fondamental puisqu’à partir de là, le Talmud (Traité Sanhédrin, page 20) énonce une différenciation essentielle entre deux catégories de guerres : la  « guerre obligatoire et vitale de défense » (mil’hémet mitsva) – pour laquelle même les femmes sont censées être mobilisées et que l’instance judiciaire d’alors (le tribunal « constitutionnel » du grand Sanhédrin) autorisait chaque fois automatiquement ; et d’autre part,  la « guerre pour motifs territoriaux et/ou économiques (mil’hémet réchout) que le Grand Sanhédrin pouvait parfaitement empêcher en contestant la validité de ses motifs et pour laquelle les autorisations de mobilisation et de conscription étaient bien moins larges (autant de thèmes que Maïmonide développe en détail dans le traité précité des Lois de la guerre).

*C’est surtout dans le Deutéronome que les chapitres XX (versets 1 à 9) et XXI (versets 10 à 12, puis 19-20) énoncent les grands principes d’un véritable « droit hébraïque de la guerre » : dispenses de mobilisation de certaines personnes (voire même un « droit d’objection de conscience »)  pour les guerres de type  mil’hémet réchout (à  l’inverse, pour les guerres urgentes et « existentielles » de type  mil’hémet mitsva, le Talmud précise que, même en pleine cérémonie de mariage, le jeune époux et sa jeune épouse  sont tous deux sommés de partir immédiatement au combat  – voir Traité Sota, page 44 ) ;  processus et règles  des négociations préalables de paix avec l’ennemi avant tout engagement militaire ou siège des villes hostiles ; limites et obligations drastiques  imposée par la Torah à l’armée des Hébreux  lors des sièges et combats eu égard aux populations civiles ; droits spécifiques  de la « femme captive », etc.

Pour mieux comprendre de ce dont il s’agit, analysons plus en détails trois de ces dispositions.

L’ « appel de motivation » du Cohen

Avant toute campagne militaire de mil’hémet réchout, le prêtre  « préposé aux armées » doit s’adresser aux troupes rassemblées avant le combat pour lancer un étonnant « appel de motivation » destiné  à exempter du service militaire – en les faisant sortir des rangs des gens mobilisées pour la guerre- tous les soldats nouvellement fiancés ou mariés, tous ceux qui viennent de faire construire leur maison ou de planter leur vigne, ainsi que tous ceux qui éprouvent déjà une peur irrépressible avant même que ne commencent les combats, une consigne ensuite appliquée par les officiers : « Lorsque tu iras à la guerre contre tes ennemis, et que tu verras des chevaux et des chars, et un peuple plus nombreux que toi, tu ne les craindras point ; car l’Éternel, ton Dieu, qui t’a fait monter du pays d’Égypte, est avec toi. /  A l’approche du combat, le prêtre  s’avancera et parlera au peuple./Il leur dira : ‘Écoute, Israël ! Vous allez aujourd’hui livrer bataille à vos ennemis. Que votre cœur ne se trouble point ; soyez sans crainte, ne vous effrayez pas, ne vous épouvantez pas devant eux. / Car l’Éternel, votre Dieu, marche avec vous, pour combattre vos ennemis, pour vous sauver. / Les officiers parleront ensuite au peuple et diront   : ‘Qui est-ce qui a bâti une maison neuve, et ne s’y est point encore établi ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre ne s’y établisse. / Qui est-ce qui a planté une vigne, et n’en a point encore joui ?  Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre n’en jouisse. / Qui a fiancé une femme et ne l’a point encore prise ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre ne la prenne. / Les officiers continueront à parler au peuple, et diront: ‘Qui est-ce qui a peur et manque de courage ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, afin que ses frères ne se découragent pas comme lui. / Quand les officiers auront achevé de parler au peuple, ils placeront les chefs des troupes à la tête du peuple », (Deutéronome XX,  1-9).

-Des obligations protégeant les civils ennemis lors des sièges des villes

Voici les recommandations et interdictions énoncées par la Torah écrite sur l’approche dument négociée devant nécessairement  précéder tout siège des villes ennemies : « Quand tu t’approcheras d’une ville pour l’attaquer, tu lui offriras la paix. / Si elle accepte la paix et t’ouvre ses portes, tout le peuple qui s’y trouvera te sera tributaire et asservi. / Si elle n’accepte pas la paix avec toi et qu’elle veuille te faire la guerre, alors tu l’assiégeras », (Deutéronome XX, 10 à 12)

Et les versets de préciser plus loin, cette fois sur la manière même de mener et de gérer ce type de guerre : « Si tu fais un long siège pour t’emparer d’une ville avec laquelle tu es en guerre, tu ne détruiras point les arbres en y portant la hache, tu t’en nourriras et tu ne les abattras point ; car l’arbre des champs est-il un homme pour être assiégé par toi ? /Mais tu pourras détruire et abattre les arbres que tu sauras ne pas être des arbres servant à la nourriture, et en construire des retranchements contre la ville qui te fait la guerre, jusqu’à ce qu’elle succombe », (Deutéronome XX, 19-20).

Une interdiction qui n’est pas tant – comme on pourrait le croire de prime abord – « écologique » que, bien plus largement, protectrice des civils ennemis. Ainsi, les obligations que déduit le Talmud de ces versets puis celles énoncées par de nombreux anciens décisionnaires (tel Maïmonide dans son « Code des Lois » – Séfer ha-Mitsvot), tout comme par certains commentateurs plus modernes (comme le rabbin Shlomo Goren qui fut grand aumônier de Tsahal de 1973 à 1983,  ou bien encore le rabbin professeur Shimon Padrevouche, qui a publié en 1973 un ouvrage de référence intitulé Le droit afférent à la souveraineté – Michpat Hamelou’ha résumant avec des concepts modernes et de manière claire autant que concise les différentes règles du droit hébraïque de la guerre) prohibent-elles à l’armée juive de mener une « guerre totale » en appliquant la tactique de la « terre brûlée » :  l’armée des Hébreux en campagne doit ainsi se retenir de porter atteinte aux infrastructures-clés et vitales rendant possible la vie quotidienne des civils du camp ennemi (industries alimentaires, eau, infrastructures de base, etc.).

De plus, à  propos de la manière de mener un siège contre une ville,  l’ouvrage toraïque classique de référence décisionnelle qu’est le « Code des Lois » (Séfer ha-Mitsvot) de Maïmonide datant du XIIième  siècle de l’ère commune énonce : « Les sages érudits en Torah remarquent que, parmi leurs ancêtres, quand on assiégeait une ville [donc à l’époque biblique antique], on ne l’investissait pas de tous les côtés , mais on laissait un endroit ouvert, afin que ceux qui voudraient se retirer puissent sortir, et qu’ainsi le siège soit moins sanglant ». Une obligation que le rabbin Padrevouche élargit dans l’un des chapitres de son livre intitulé « La conduite de la guerre et les problèmes moraux » en disant que cette obligation de laisser « ouvert » un côté de tout siège militaire concerne de nos jours la nécessité, pour l’armée juive, de tout faire pour éloigner la population civile ennemie des lieux des combats. Ce que Tsahal a fait systématiquement en 2008, en 2012 et 2014 à Gaza en prévenant par des tracts largués du ciel, par des appels téléphoniques et par des messages « textos » – les habitants des quartiers palestiniens qui allaient être attaqués.

-La protection légale et morale de la « femme captive de belle apparence »

« Lorsque  tu partiras en guerre contre tes ennemis, que Yahvé ton Dieu les aura livrés en ton pouvoir et que tu les auras fait prisonniers, si tu vois parmi eux une femme bien faite, et que tu t’en éprennes, tu pourras la prendre pour femme et l’amener en ta maison (…), et elle (…) pleurera tout un mois son père et sa mère. Ensuite, tu pourras t’approcher d’elle, agir en mari, et elle sera ta femme. Et s’il arrive qu’elle cesse de te plaire, tu la laisseras partir à son gré, sans la vendre à prix d’argent : tu ne dois pas en tirer profit puisque tu as usé d’elle »,  (Deutéronome, XXI, 10-14).

Comme l’explique ensuite longuement le Talmud (Traité Kidouchin p. 37), ces versets viennent « légaliser » voire encadrer à l’aide de préceptes légaux (en énumérant donc leurs droits, mais aussi leurs obligations très structurées, tout comme les droits de la femme captive), les cas-limites – mais assez fréquents dans toutes les sortes de guerres – des soldats livrés à de fortes « pulsions de mort » au gré des combats où ils risquent sans cesse leur vie, et donc aussi, par contrecoup, à de violentes pulsions sexuelles qui pourraient entraîner de nombreux abus (comme on l’a vu de manière horrible dans les années 1990 lors de la guerre en Bosnie).

Fait intéressant : ce « cas d’exception » du mariage rendu possible entre un soldat hébreu et une femme captive « de  belle apparence » dont il est épris atteste de l’esprit non-rigide et non-schématique de la Torah écrite comme du Talmud qui édictent donc ici une « autorisation légale » à la limite de la moralité. Et ce, tout simplement parce que les Sages d’Israël  ont su tenir compte, de façon très réaliste,  de l’évidence incontournable voulant que lors des conflits armés, la morale civile et la morale de la guerre se télescopent souvent, et qu’un homme – au demeurant équilibré dans sa vie quotidienne – peut très vite céder à ses penchants de possession sexuelle en temps de guerre…  D’ailleurs, le traité talmudique Kidouchin déduit de là une autre prescription non-dogmatique fondamentale : l’autorisation voire l’obligation qu’ont les soldat-combattants de manger de la nourriture non-casher (et même du porc),  y compris le chabbat si c’est la seule dont ils disposent pour survivre.

Ce que disent les sages contemporains sur le « droit de la guerre »

De manière complémentaire, les rabbins Goren et Padrevouche – mais ils ne sont pas les seuls, tant cette littérature réglementaire (hil’hatique ) abonde depuis  cinq décennies en Israël – ont longuement abordé dans leurs livres les divers aspects légaux de la guerre et les nombreuses limites incombant à toute armée hébraïque.

En voici une brève énumération, pour ne citer ici que certaines « têtes de chapitres »  : processus et conditions de la mobilisation générale en temps de guerre ; réquisitions diverses et impôts spéciaux exigés et/ou permis par le pouvoir exécutif (comme ce fut le cas lors de la 1ère Guerre du Liban) ; indemnités à verser aux soldats ayant quitté leurs emplois pour défendre le pays ; prescriptions sur la déclaration de guerre ; la conduite des conflits et leurs problèmes moraux face aux combattants et civils ennemis ; la « moralité » en temps de guerre et ses implications dans la suppression de nombreuses obligations thoraïques, notamment pendant le chabbat (protection prioritaire des personnes et des biens, transports autorisés des armes personnelles, réquisitions permises des lieux publics, etc.) ; la protection des vaincus  (militaires et civils prisonniers auxquels il est interdit de porter atteinte aux plans moral et physique) ; interdiction pour le peuple d’Israël dans son ensemble de se comporter avec cruauté ou une attitude humiliante envers les vaincus ; règles concernant l’annexion de territoires (en rapport avec les lois sur les différents tracés bibliques des frontières de la terre d’Israël) ;  prescriptions sur les alliances et traités internationaux ; problèmes liés aux pays neutres et assistance aux populations attaquées (indemnités de guerre dues aux populations ennemies pour dommages non-justifiés) ; règles strictes du blocus ; limites imposées au réarmement de l’armée ennemi vaincue, etc. .

La problématique de la violence et de la guerre dans la longue histoire juive

Dès le début de son histoire en tant que peuple guidé par Moïse – qui fut le « leader libérateur » de l’exil esclavagiste égyptien – Israël dut affronter d’emblée en plein désert une première guerre ouverte contre la peuplade idéologiquement la plus hostile qui soit : Amalek (Exode, XVII, 8-16).

De même, à l’époque ultérieure de Josué, successeur de Moïse et chef spirituel ainsi que militaire de la conquête armée de la terre de Canaan (un terme utilisé par la Bible hébraïque pour désigner la terre d’Israël, car celle-ci était alors occupée par diverses peuplades cananéennes), le pays connut au moins sept années d’affrontements militaires liés à l’installation des Hébreux sur la « terre de la promesse ».

Puis, l’histoire de la présence d’Israël sur sa terre fut jalonnée par de nombreuses guerres et conflits  – de nature souvent différente, y compris internes comme lors des guerres civiles très sanglantes survenues à différents moments du fait des sicaires puis des zélotes  –  à l’époque des Juges comme à celle de ses rois successifs.

De surcroît, ce peuple a encore connu au moins trois exils majeurs sous de puissants empires totalitaires (Babylonie, Perse et Rome-Occident), hors de sa terre (sur laquelle il a en tout résidé près d’un millier d’années à l’ère biblique antique lorsque l’on additionne les diverses époques séparées de sa présence en Eretz Israël), et aussi deux destructions du symbole national et religieux que constituait le Temple de Jérusalem… Sans parler des massacres, croisades,  persécutions, pogromes, conversions forcées et expulsions violentes qui se sont succédés – essentiellement dans les pays de l’Occident européen – depuis le deuxième horban (la seconde destruction du Temple de Jérusalem par le général-empereur romain Titus) qui provoqua le troisième exil des Juifs hors de leur terre. Et ce, jusqu’au paroxysme de la destruction génocidaire de masse que fut la Shoha, perpétrée contre plus d’un tiers du peuple juif par le régime nazi et ses complices.

L’identité morale d’Israël et « l’unité des valeurs »

L’un des fondements de l’enseignement de Léon Ashkénazi, qui fut à la fois, professeur de philosophie et de Lettres en Algérie, éducateur et rabbin en France, puis enseignant et dirigeant spirituel  en Israël, touche de près à notre réflexion  : « Il existe une morale juive, (…) et c’est celle de ‘l’unité des valeurs’. Dans les autres civilisations, on choisit un idéal moral qu’on privilégie par rapport aux autres ; une valeur particulière est mise en avant : dans l’Occident chrétien, par exemple, c’est la charité, et on renvoie à l’idée de justice dans le futur, alors que, dans le monde socialiste, c’était la valeur de justice collective qui était érigée en absolu et on renvoyait à la vie privée l’idéal de charité personnelle. La conscience juive, à l’opposé, c’est ‘l’unité absolue des valeurs’ », (La Parole et l’écrit, Tome 2, p. 150).

Le rabbin Ashkénazi explique ainsi : « (…) La solution de la Torah est la suivante : chacun reconnait l’autre comme supérieur et personne n’est inférieur. C’est le principe de ‘réciprocité’ (…) qui vient restituer la justice [attribut du patriarche Isaac, fils d’Abraham-Ndlr] dans la valeur de charité. (…) Comment se fait-il que toutes les grandes traditions religieuses ont, à l’origine, un fondateur, alors que la tradition juive a trois fondateurs : Abraham, Isaac et Jacob ? (…) Il fallait d’abord que l’homme qui représente la vertu de ‘charité’ (Abraham), puis celui qui représente la vertu de ‘rigueur’ (Isaac), pour qu’arrive enfin l’homme qui représente la vertu de ‘vérité’ ou d’unité des valeurs (Jacob, ou Israël). (…) Abraham, Isaac et Jacob représentent trois approches de la conscience morale », (ibid. pp. 151-152).

Les implications contemporaines -de cette « échelle de la conscience morale » sont les suivantes : « Dans l’histoire des patriarches telle que la raconte la Bible, on peut trouver le paradigme de la relation triangulaire entre la chrétienté d’un côté, l’islam de l’autre, et Israël. On assiste en effet à deux grands heurts [entre deux groupes de frères] : le conflit Ismaël-Isaac, et le conflit Esaü-Jacob. Le conflit Ismaël-Isaac porte sur l’‘héritage terrestre’ d’Abraham, c’est-à-dire aujourd’hui la terre d’Israël ou Palestine (comme l’avait nommée les Romains). Alors que le conflit entre Esaü (les sociétés chrétiennes) et Jacob ne porte pas du tout sur la terre, mais sur le ciel, c’est-à-dire ce que j’appellerai l’identité d’Israël : qui est ‘vraiment’ Israël, Jacob ou Esaü ? Historiquement, le christianisme est apparu avant l’islam, et l’antijudaïsme de l’islam a en fait des racines très profondes dans les Evangiles, dans ce que l’islam a reçu et intégré de la tradition chrétienne. En d’autres termes, le conflit judéo-arabe est second par rapport au conflit entre la chrétienté et Israël. Ce sont les chrétiens qui détiennent la clé du conflit entre Israël et l’islam ». (…) On ne peut donc avoir une idée claire de ce qui se passe au Moyen-Orient qu’au niveau d’une vision métaphysique : le problème est celui du conflit  d’identité autour de l’identité d’Israël. Des trois lignées d’Abraham, laquelle est l’héritière de l‘identité et des prérogatives d’Israël ? Dans le temps où nous vivons, deux événements fondamentaux sont apparus. D’une part, la chrétienté découvre que c’est peut-être le peuple juif qui est Israël, et elle est sur la voie de régler son problème avec lui. Mais l’islam refuse encore la légitimité du retour de la diaspora juive en tant que nation hébraïque. (…) Pour notre conscience morale juive, s’il y a un jour une vraie paix au Moyen-Orient, ce ne pourra être qu’une paix fondée sur la réciprocité. C’est-à-dire que la nation arabe, l’ensemble de la nation arabe, et l’islam derrière elle, reconnaissent à Israël le droit  à exister sur sa terre. Sinon, il ne peut y avoir que des compromis du genre armistices (…) Il ne peut y avoir de vraie paix que globale, avec toute la nation arabe. Après, bien sûr, il y aura une négociation politique entre les responsables des Etats sur la délimitation des frontières. Mais il faut d’abord éliminer l’asymétrie dans la reconnaissance de l’autre, car aujourd’hui, il y a un tel déséquilibre que, tant que ce problème de réciprocité n’est pas résolu, il ne pourra y avoir qu’une illusion de paix, des compromis pragmatiques au jour le jour. Mas si, un jour, il y a une paix réelle, la paix des cœurs  entre musulmans et juifs, entre Arabes et Israéliens, le monde entier sera stupéfait de voir à quel point il y a proximité des civilisations, et, à ce moment-là, les couleurs des drapeaux ou les limites des cantons ne seront que des questions secondaires », (ibid. pp. 153-154).

« (…) J’ai été soldat juif dans l’armée française, raconte aussi Léon Ashkénazi (dans le tome II de La Parole et l’Ecrit (pp. 160-161) où est reproduite une interview menée par Ilan Greilsammer publiée en septembre 1993 dans le numéro 70 de la revue Autrement portant le titre Repenser Israël – Morale et politique dans l’Etat juif traitant de la moralité du soldat juif israélien si souvent décrié, par pur antisémitisme-antisionisme, dans de nombreux médias et cercles intellectuels européens, en décodant ensuite avec une clé singulière et subtile de compréhension le vécu juif militaire de l’Israël : « (…)  J’ai passé la guerre dans deux corps de métier, d’abord la Légion, où étaient mobilisés les Juifs algériens parce qu’ils étaient privés de la nationalité française, ensuite dans la Coloniale, où j’étais aumônier. Et j’ai pu voir à quel point l’état de guerre est naturel de certains hommes. Non seulement l’état de guerre est naturel pour certains, mais ils effectuent leurs actes de violence avec jouissance. Eh bien non, les Juifs ne sont pas comme cela. Je me suis parfois battu avec des officiers français pour empêcher des massacres de prisonniers allemands. Et ils n’arrivaient pas à comprendre comment moi, Juif, je réagissais ainsi, et c’estle fond même de la question ». 

Richard Darmon

Richard Darmon est expert en géopolitique et journaliste international. Editorialiste, analyste des réalités moyen-orientales et spécialiste du décryptage des manipulations médiatiques, Richard Darmon a participé à la rédaction de plusieurs grands journaux et médias francophones.Il a été le fondateur le rédacteur en chef, sept années durant, de l’édition française du “Jerusalem Post” en français. Il donne des conférences dans toute l’Europe sur les grands dossiers géopolitiques et les conflits du Moyen-orient, sur la scène socio-politique israélienne, ainsi que sur les grands défis du monde juif. Ce texte est extrait de la recherche effectuée par Richard Darmon intitulée « Les dilemmes éthiques de l’armée israélienne dans les conflits asymétriques en zones urbaines à Gaza ».

L’éthique de Tsahal, un enracinement dans la tradition biblique hébraïque et l’histoire juive combattante

(Source : Menora.info)

-==-

https://i2.wp.com/menora.info/wp-content/uploads/2017/03/Photo-Elor-Azaria.jpg
______________________________________________

L’affaire Elor Azaria

Le 24 mars 2016 le sergent Elor Azaria, infirmier combattant, a tiré sur un terroriste blessé et l’a tué. Cela s’est passé à 8 heures et demi du matin: deux terroristes palestiniens venaient d’attaquer au couteau deux soldats en faction au barrage de Hébron. Des soldats présents à ce moment-là avaient tiré sur les assaillants, tuant l’un d’entre eux et blessant l’autre, qui était allongé par terre.

Les faits et les discours

Le sergent Azaria a tiré sur le terroriste à quelques mètres  de distance, ainsi que le montre le film du cameraman de « Betselem », qui s’était positionné non loin de là. Dans le verdict rendu la 4 janvier 2017, il est écrit que le tir a été effectué de près. Mais c’est là une définition vague; Azaria n’a pas achevé le terroriste en lui tirant dans la tête à bout portant mais en se tenant à une certaine distance de sécurité.

Bien qu’il fût dès l’abord clair qu’il faudrait enquêter sur cet homicide dans un cadre militaire, il s’est passé dès le début de la soirée quelque chose qui a transformé ce tir en une crise au niveau politique national. Les images du soldat tirant à Hébron furent diffusées au même moment sur toutes les chaînes de télévision et sur la toile. La projection des images eut un effet stratégique  qu’aucun attentat, aussi grave fut-il, perpétré pendant l’Intifada des couteaux, n’aurait pu avoir. Le ministre de la défense, Moshé Yaalon, s’empressa de réagir: « C’est un événement extrêmement grave et absolument contraire aux valeurs de Tsahal et à ses normes de combat. Nous ne pouvons pas permettre, même au moment où le sang ne fait qu’un tour, une telle perte de contrôle de soi. Cet événement sera traité avec toute la gravité qui se doit […]. Malheur à nous si nous agissons contrairement à nos normes morales et à notre conscience. »

Le premier ministre se joignit dans un premier temps à ceux qui avaient réagi et déclara que « ce qui s’est passé à Hébron ne représente pas les valeurs de Tsahal. Tsahal attend de ses soldats qu’ils agissent avec sang-froid et conformément aux instructions qui leur sont données pour ouvrir le feu ». Le porte-parole de l’armée précisa que « l’événement est très grave et il est contraire à l’esprit de Tsahal ». Bien évidemment, la police militaire entra en action et le soldat fut suspendu.

Que va dire le monde?

Il semblait toutefois que ceux qui avaient perdu leur sang-froid, à la suite de la diffusion des images, étaient les dirigeants, au sommet de l’Etat, et en particulier le ministre de la défense. Israël a déjà acquis une longue expérience avec les caméras utilisées comme arme psychologique et politique contre les forces de sécurité. Rien n’empêchait le ministre et l’armée d’annoncer, en réaction au film de « Betselem », qu’Israël ne règle pas son action sur les images d’organisations politiques et que les autorités font confiance aux commandants en poste et aux organismes d’enquête de Tsahal pour mener à bien la recherche de la vérité concernant cet événement. On peut difficilement passer outre le sentiment que les dirigeants du pays avaient subi un choc, de crainte de ce que pourrait dire le monde quand il verrait un soldat israélien tirant sur un terroriste arabe blessé allongé sur le sol, apparemment sans défense. Il ne sert à rien de considérer les arguments d’Azaria et de ceux qui le soutiennent, selon lesquels le soldat a peut-être craint que le terroriste blessé porte sur lui une charge explosive; ce qui importe c’est le sentiment qu’un événement filmé de ce genre entraînerait des condamnations venues des échelons internationaux les plus élevés – à commencer par l’Union européenne, via le secrétaire général de l’ONU, pour finir par la Maison blanche et le département d’Etat. Aucun de ces « ambassadeurs de l’hypocrisie », comme Moshe Dayan a dénommé il y a longtemps les diplomates, n’aurait changé quoi que ce soit de sa routine si pendant la même semaine avaient été assassinés des centaines et des milliers de personnes dans les pays arabes ou dans un des pays d’Europe; mais un soldat israélien ayant tiré sur un terroriste blessé – c’est plus que ce que l’opinion et la conscience ne pourraient supporter, raison pour laquelle les leaders d’Israël ont réagi comme en état de choc.

Un attentat en chaîne

Mais la réussite de cette organisation anti-israélienne pour les droits de l’homme devint un attentat en chaîne. Au-delà du cas individuel du soldat Elor Azaria, un fossé commença à se creuser entre le pouvoir et l’armée. Certaines parties du public n’étaient pas prêtes à accepter la réaction exagérée du ministre de la défense et de Tsahal et estimèrent que le soldat était victime d’une injustice, même s’il devait être mis en examen et puni dans le cadre de l’armée. Au lendemain de l’événement de Hébron furent publiées, sur toutes les chaînes, les photos du sergent Azaria conduit en cellule menottes aux poignets; le parquet militaire fit savoir qu’il envisageait de le poursuivre pour assassinat. Bien que cette déclaration, telle qu’elle fut diffusée par la presse, ait été inexacte, elle révolta nombre de gens.

Le premier ministre Netanyahu comprit que la réaction des autorités militaires et les déclarations extrêmes du ministre de la défense dépassaient les limites et jugea bon de téléphoner au père du sergent pour s’entretenir avec lui. Cela servit bien entendu de matière première à la presse de gauche pour présenter Netanyahu comme s’identifiant aux actes du « soldat assassin », bien que cette allégation soit dépourvue de fondement. Il était clair que si Tsahal agit de manière aussi dure envers un jeune soldat, âgé de 19 ans, qui fait son service dans des zones dangereuses et est susceptible de commettre l’erreur que commit Azaria – cette manière de le traiter constitue un danger pour tous les soldats. Le premier ministre agit donc justement en faisant preuve d’empathie envers les parents du soldat; il était clair que comme Charlie Azaria, le père, de nombreux parents craignaient les retombées de l’événement sur le sort de leurs enfants.

La politique du ministre de la défense

Une semaine plus tard, le ministre de la défense persista dans son attitude antagoniste; il se révéla défaillant tout au long en recourant à des termes chargés et provocateurs. Au cours d’une session de la Knesset, il continua à attaquer le soldat: « C’est un soldat qui s’est fourvoyé et non un héros ». Puis il continua: « Que voulez-vous, une armée qui se bestialise? » Il s’ensuivit une confrontation publique et politique. Seule une petite partie de cette confrontation concerna véritablement l’aspect éthique du tir d’Elor Azaria; car nombre de ceux qui récusaient l’approche du ministre de la défense pensaient eux aussi que le tir était un acte grave. Mais ils le voyaient dans le contexte de l’activité de Tsahal dans une zone sensible et prenaient en considération la possibilité que le soldat s’était gravement trompé dans son jugement, raison pour laquelle il devait être puni, mais il n’était pas un criminel de droit commun. Le ministre Naftali Bennett conduisit cette ligne: « Quelle est la chance d’une véritable enquête? Après que tout le pays ait établi que le soldat a commis un crime? »

Yaalon ne lâcha pas prise et tenta de se différencier du premier ministre et des ministres de droite. Après la remise de l’acte d’accusation, peu avant Pessah, il attaqua de nouveau: « Nous ne sommes pas Daesh […]. Ceux qui se sont jetés sur la Cour sont des chefs de bandes ».

La crise nationale

Deux semaines plus tard, au cours de la cérémonie précédant la journée commémorative de la Shoah à l’institut Massuah du kibboutz Tel Yitzhak, il s’avéra qu’il y avait une crise ouverte entre la haute autorité militaire, le pouvoir et d’importantes parties du public. L’adjoint au chef d’Etat-major, le général Yaïr Golan, compara les processus qui se déroulèrent dans l’Allemagne des années 1930 et des signes témoignant de processus semblables dans notre société. « Rien n’est plus simple que haïr l’étranger, qu’attiser les craintes, rien n’est plus simple que la bestialisation, l’avilissement, l’hypocrisie », déclara-t-il. « La Shoah doit nous conduire à de nombreuses réflexions sur la manière dont nous nous conduisons ici et maintenant. » Même des gens opposés au pouvoir en Israël pensèrent que le général s’était gravement trompé dans ses propos, propos tenus dans le cadre du discours qu’il prononça alors qu’il revêtait la tenue militaire, pendant une des deux journées les plus sacrées du calendrier national. La déception fut grande, non dans le domaine de la conscience morale mais plutôt dans le domaine intellectuel: comment Yaïr Golan, officier doué d’une intelligence aigue et d’une capacité de réflexion indépendante, avait-il put tomber dans ce piège théorique? Qui plus est, nombre de personnes de droite le considéraient comme un candidat valable au poste de futur chef d’Etat-major. Mais on eut le sentiment qu’il avait montré une faille et s’était peut-être lui-même mis hors course. Il était clair qu’il avait parlé en pensant à l’affaire Azaria, dans l’esprit de l’offensive génératrice de panique morale menée ces dernières années par le quotidien Haaretz. Avant de se tourner vers un dénigrement systématique du premier ministre, en le chargeant d’affaires de corruption, Haaretz, expression de la gauche israélienne, s’était voué à assombrir l’image de l’Etat d’Israël. Des intellectuels de premier plan, tels les professeurs Eva Illouz, Daniel Blatman et Zeev Sternhell,  avaient commencé à mesurer Israël à l’aune du fascisme. Certains, comme l’éditeur Amos Shoken, se contentèrent de dire « apartheid », d’autres dirent simplement « Etat du Mal ».

La crise politique

Mais il semble que le point de non-retour, dans l’attentat en chaîne du film de « Betselem », fut le 18 mai, quand le premier ministre décida d’opérer un remaniement rapide et drastique de son gouvernement. Il aboutit à un accord avec Avigdor Lieberman, leader du parti de droite « Israël Beïtenou » (« Israël notre demeure »), pour qu’il se joigne à la coalition en tant que ministre de la défense, et obligea Moshe Yaalon à démissionner de son poste. Il lui proposa toutefois de rester au gouvernement comme ministre des affaires étrangères.

Haaretz décrivit les changements ministériels et l’entrée de Lieberman au ministère de la défense comme « un couteau planté dans le dos du ministre en poste ». Les commentateurs virent dans cet acte « une nomination visant à contrecarrer Tsahal ». Lieberman prêta serment à la Knesset le 30 mai et fut défini par la gauche comme « ministre fasciste classique ». Le lendemain, l’ancien directeur du Mossad, Ephraïm Halévy, donna un entretien à la chaîne Al Djézirah et annonça qu’avait commencé le compte à rebours du pouvoir de Netanyahu. En quelques semaines, les institutions de défense éprouvèrent un sentiment d’ébranlement. D’anciens hauts fonctionnaires de la défense furent incapables d’accepter l’entrée d’un politicien comme Lieberman dans le saint des saints de la sécurité d’Israël, en déplaçant Yaalon, ancien chef d’état-major, général en chef, au passé militaire glorieux. Ces mêmes anciens hauts fonctionnaires considérèrent sa nomination comme mue par des motifs politiques, et donc illégitime.

Mais le besoin stratégique de Netanyahu était de résister aux pressions accrues et ininterrompues du président Obama au cours de la dernière année de son mandat. Le renforcement du gouvernement, qui reposait, jusqu’à l’entrée de Lieberman, sur une majorité de seulement 61 députés, était une nécessité politique et stratégique, et l’entrée de Lieberman, même s’il avait fallu lui remettre le ministère de la défense, était un moindre mal. Entretemps, plus d’un an après son entrée en fonction, il s’avère qu’il contrôle la situation et remplit au mieux son rôle, encore une fois contrairement aux prévisions des commentateurs et des hauts-fonctionnaires de la défense.

Le tribunal militaire

Le 4 janvier 2017 le tribunal militaire condamna le sergent pour homicide. L’argument principal était contenu dans la déclaration des juges selon laquelle « il n’a pas tiré parce qu’il se sentait en danger », mais parce qu’il « pensait que le terroriste devait mourir ». En fait, ce qui surprit tous ceux qui avaient suivi le déroulement du procès au cours de l’année écoulée fut le fait que le tribunal avait rejeté en bloc tous les arguments de la défense; on eut également le sentiment que les avocats d’Azaria n’avaient pas fait de leur mieux pour servir les intérêts du soldat. Quoi qu’il en soit, le rejet total, de la part des juges, des circonstances dans lesquelles le tir avait été effectué, en attribuant à un soldat combattant des intentions criminelles, était révoltant. Il semblait de plus en plus que le tribunal s’était aligné sur la tendance qu’avait fixée la haute autorité militaire dès après le tir. Le jugement n’apaisa pas les complications sociales qui avaient suivi l’affaire du tir de Hébron. Il apparut de plus en plus qu’il était basé sur des valeurs, bien plus que sur la loi et sur la situation militaire concrète dans des zones d’actes terroristes. Tout au long de l’année on eut le sentiment qu’Azaria n’était pas un cas individuel mais un simple soldat, dont l’origine orientale[1] et les idées de droite représentaient un certain échantillon social. On peut difficilement passer outre le sentiment qu’il avait été laminé par un système que contrôlait ce que l’on appelle en Israël « les anciennes élites ». Tout le monde s’accorde à penser qu’un soldat servant dans des zones de combat ne peut se déplacer avec un avocat qui le suive partout ou un sac à dos rempli de livres de droit, alors qu’il est impliqué dans des situations limites et sensibles. La jonction de l’organisation « Betselem », de la haute autorité militaire, de la presse de gauche et du système juridique avait créé le sentiment que le verdict avait fait d’Elor Azaria une victime.

Un paradigme

Ce sentiment de malaise fut justement exprimé par la professeur Ruth Gavison, une des juristes les plus estimées d’Israël. Un mois après la publication du verdict elle réagit avec force: « Le jugement  me semble constituer une étape dans un processus qui n’a pas abouti et n’est peut-être pas sur le point d’aboutir. Il pouvait être un moment d’apaisement. Cependant, il semble produire l’effet contraire, justement parce qu’il est aussi clair et sans appel. Le soldat, sa famille, et surtout ceux qui le soutiennent, ont essuyé un rejet massif, systématique et constant de tout ce qu’ils ont avancé et de tout ce qu’ils espéraient […]. Il semble que le jugement soit encore plus révoltant […]. En effet, cette affaire ébranle, et il est de l’intérêt de la société et de l’Etat de la clore rapidement pour s’y confronter  dans le calme. Mais à mon avis, il serait injuste qu’elle se termine par un soutien sans réserve aux instances en place – et par la focalisation du procès sur la condamnation du soldat Elor Azaria pour l’homicide vengeur et de sang-froid d’un terroriste ne présentant aucun danger. » Gavison insiste sur le fait qu’a été brisé l’équilibre entre « l’insistance sur la responsabilité personnelle des combattants et l’acceptation d’une responsabilité globale envers les conditions dans lesquelles ils agissent et la nature de la démarche juridique engagée quand ils commettent des erreurs. »

Les O.N.G. provocatrices

Il ne fait pas de doute qu’un système tout entier a entraîné Tsahal dans une surenchère juridique. Il s’agit d’organisations comme « Betselem », « Shovrim shtika » (« Brisons le silence ») tout autant que de l’université, de la presse et du système juridique lui-même. Le résultat est clair: Tsahal se confronte au terrorisme tandis que la crainte du combat juridique donne justement l’avantage aux organisations terroristes islamistes. L’affaire Elor Azaria est le produit de ces développements au sein de la société israélienne, en permanence sur le front du terrorisme islamique.

[1] « Sépharade », ndlr.

Amnon Lord

Journaliste (journal Makor Rishon et Site Mida, auteur de « La génération perdue », sur la guerre de Kippour, (Hador Haavoud), Yediot Sefarim 2013

(Source : Menora.info)

-==-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s