Eh bien si, madame Le Pen, ce sont des Français qui ont déporté les Juifs – collabos du peuple (des voisins, des concierges) et des policiers, sous la houlette de Pétain, des Français, donc la France – et certains faisaient même du zèle dans ce sale boulot !

   Des familles juives à Drancy lors de la rafle du Vel d’Hiv en 1942 AFP/Archives La déclaration de Marine Le Pen n’augure rien de bon pour les Juifs dans le cas où elle accéderait à la présidence, mais rien d’étonnant à cela, n’est-ce pas !  louyehi ____________________________________________________

Marine Le Pen, candidate du FN à l’élection présidentielle, a jugé dimanche dernier que la France n’était « pas responsable » de la rafle du Vel d’Hiv en 1942 à Paris, au cours de laquelle plus de 13.000 juifs avaient été arrêtés.

« Je pense que la France n’est pas responsable du Vel d’Hiv », a répondu au « Grand Jury » RTL-LCI-Le Figaro la présidente du FN, interrogée sur cette rafle.

« Je pense que de manière générale, plus généralement d’ailleurs, s’il y a des responsables, c’est ceux qui étaient au pouvoir à l’époque, ce n’est pas LA France. Ce n’est pas LA France », a déclaré Mme Le Pen.

Les déclarations controversées de Mme Le Pen, en cette veille de premier tour de l’élection présidentielle, ont suscité une vague de réactions et d’indignation notamment d’associations juives, candidats à la présidentielle et autorité israélienne.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a condamné lundi les propos de Marine Le Pen jugeant qu’ils sont « contraires à la vérité historique, comme en témoignent les déclarations des présidents de France, qui ont reconnu la responsabilité de l’État pour le sort des juifs français qui ont péri durant la Shoah »

En France, le candidat d’En Marche!, Emmanuel Macron, a déclaré que « d’aucuns avaient oublié que Marine Le Pen est la fille de Jean-Marie Le Pen » qualifiant par ailleurs ses propos de « faute grave ».

De son côté, le candidat socialiste, Benoit Hamon a estimé lundi au micro de RTL France que Marine Le Pen « n’avait pas raison » et qu’elle « aimait » arranger l’histoire déclarant en outre que « si on doutait que Marine Le Pen est d’extrême-droite, on ne peut plus en douter ».

Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a lui affirmé sur CNEWS que « Marine Le Pen a fait toute son éducation politique dans l’ombre de son père, principal émetteur du discours antisémite en France », jugeant qu’elle n’a « jamais été sensible à cette question »

Christian Estrosi, président LR de la région Paca, a également tenu a condamner les propos de Le Pen jugeant qu’ »en niant la responsabilité de l’État français sur le Vel d’Hiv, Marine Le Pen rejoint son père sur le banc de l’indignité et du négationnisme », ajoutant qu’il rendait « hommage à Jacques Chirac, qui, le premier, avait eu le courage de reconnaître que l’État français avait, ce jour-là, commis l’irréparable ».

La députée des Républicains en Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet, en combat acharné contre la politique du FN, a estimé sur Twitter que « Marine Le Pen dit comme son père » ajoutant que « Mauvais sang ne saurait mentir ».

Le Crif et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont également réagi, dans des communiqués séparés, dénonçant « des propos révisionnistes ». Pour l »UEJF, « cette déclaration de Marine Le Pen s’inscrit dans la lignée révisionniste du Front national ».

« Ses déclarations sont une insulte à la France, qui s’est honorée en 1995 à reconnaître sa responsabilité dans la déportation des juifs de France et faire face à son histoire, sans mémoire sélective », a fustigé le Crif.

Le porte-parole du Conseil, Yonathan Arfi, a par ailleurs estimé ce matin au micro d’Europe1 que « ce sont des propos révisionnistes et que le FN est un parti politique qui flirte avec l’antisémitisme ».

Ajoutant que le propos de Marine Le Pen sont « une manière d’inscrire le Front National dans sa tradition vichyste et collaborationniste ».

Bernard-Henri Levi a jugé sur Twitter qu’il n’y avait aucune différence entre Jean-Marie Le Pen et sa fille déclarant que « le FN reste le FN ».

Le philosophe n’a pas manqué d’humour publiant quelques instants plus tard une photo retweetée par l’ancien Premier ministre Valls avec l’intitulé  » Quand Marine Le Pen sent qu’elle décroche… Se réfugier dans le logiciel matriciel du père? »

Pour sa défense, Marine Le Pen a publié un communiqué stipulant que « comme Charles de Gaulle, François Mitterrand, ou encore de nos jours Henri Guaino, Jean-Pierre Chevènement, ou Nicolas Dupont-Aignan, je considère que la France et la République étaient à Londres pendant l’occupation, et que le régime de Vichy n’était pas la France » jugeant que sa prise de position « n’exonère en rien la responsabilité effective et personnelle des Français qui ont participé à l’ignoble rafle du Vél’d’Hiv et à toutes les atrocités commises pendant cette période ».

La présidente du Front National a par ailleurs estimé que « l’instrumentalisation politique à laquelle se livrent aujourd’hui quelques personnalités politiques est indigne ».

Le président Jacques Chirac avait reconnu, lors d’un discours prononcé le 16 juillet 1995, la responsabilité de la France, rompant avec tous ses prédécesseurs.

« La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux », avait déploré Jacques Chirac au square des Martyrs du Vel d’Hiv à Paris, présidant les cérémonies du 53e anniversaire de la rafle.

« Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français », avait-il ajouté.

Il se démarquait clairement de son prédécesseur François Mitterrand qui s’y était toujours refusé, ou encore de Charles de Gaulle. « Je ne ferai pas d’excuses au nom de la France. La République n’a rien à voir avec ça. J’estime que la France n’est pas responsable », avait affirmé l’ancien président socialiste en 1994.

Se plaçant résolument dans les pas de Jacques Chirac, le président François Hollande a reconnu à son tour en 2012 que le crime commis à l’encontre des juifs, lors de la grande rafle du Vel d’Hiv, l’avait été « par la France ».

Source : I24News

(Source : JForum)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s