Ce 24 mai 2017 est le 50ème anniversaire de la réunification de Jérusalem… et le moment ou jamais de rappeler à tous à qui appartient réellement Jérusalem

Résultat de recherche d'images pour "photos illustrant Yom Yerushalayim"

Aujourd’hui, Israël fête les 50 ans de la réunification de Jérusalem  après une interruption de 19 ans, lorsque la Jordanie occupait la ville et l’avait scindée.

C’est le 50<sup>ème</sup> anniversaire de la réunification de Jérusalem !
 ______________________________________________
Résultat de recherche d'images pour "photos du Kotel avant la guerre des 6 jours"

Le Kotel à Jérusalem dans les années 1880, à l’époque depuis l’année 1517 sous domination ottomane. On remarquera l’étroitesse de ce couloir laissé aux Juifs pour prier, des constructions arabes ayant été construites à proximité immédiate du Kotel. Cette année-là, la population de la capitale juive que fut toujours Jérusalem comptait 30 000 individus, dont environ 15 000 Juifs, donc la moitié de la population. (Source : Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste : chapitre « La Palestine d’autrefois » 1999 par Benny Morris)

Résultat de recherche d'images pour "photos du Kotel"Photo du Kotel au XXIe siècle

Résultat de recherche d'images pour "photos du Kotel"Lors des fêtes juives, le Kotel est noir de monde – louyehi _____________________________________________________

Difficile à croire que 50 ans se sont déjà écoulés depuis que les Juifs et Jérusalem ont été enfin réunis. Il a fallu à Dieu en tout et pour tout six jours pour créer le monde ; il a fallu à l’État moderne d’Israël un laps de temps aussi bref pour libérer la ville la plus sainte du monde des mains de ceux qui n’ont jamais compris, ni accepté son véritable caractère sacré.

La guerre des Six Jours  fut, aux dires de tous, un miracle des temps modernes. Les ennemis d’Israël n’avaient pas caché leurs sombres intentions. Ce n’était pas tant la terre dont ils désiraient s’emparer que les vies des Juifs. Les Arabes avaient promis au monde qu’ils achèveraient la funeste tâche qu’Hitler avait entamée. La Shoah avait fauché la vie de six millions de Juifs innocents. Les dirigeants arabes qui entouraient la minuscule patrie juive fanfaronnèrent que cette fois, tout ce qui restait des Juifs après les camps de concentration et les fours crématoires nazis serait enfin totalement décimé.

Les analystes militaires sont encore sidérés lorsqu’ils étudient ce qui s’est réellement produit au cours de cette guerre éclair. Des généraux issus de la prestigieuse académie militaire américaine de West Point ont d’ailleurs affirmé que la victoire d’Israël ne peut en aucun cas s’expliquer d’un point de vue stratégique dans l’histoire de la guerre. Un officier, qui a naturellement choisi de s’exprimer sous couvert d’anonymat, est allé jusqu’à affirmer : « Nous ne pouvons en aucun cas enseigner la raison de la victoire d’Israël parce qu’il est évident qu’Israël a été aidé principalement par Dieu – or nous n’avons pas le droit d’enseigner Dieu à West Point. »

Cinquante ans plus tard, les miracles de ce glorieux moment de notre histoire sont restés intacts dans les mémoires. Ce fut à l’issue de la guerre des Six Jours que nous avons reconquis le site sur lequel le roi Salomon avait édifié le Premier Temple et sur lequel, après une brève période d’exil, nous sommes revenus et avons bâti le Deuxième Temple.

Le message de la 50ème année, appelée dans la Torah le jubilé, est de nous rappeler à tous une vérité capitale : la terre d’Israël appartient à Dieu.

50 ans après 1967, nous devons nous pencher tout particulièrement sur la signification biblique du nombre 50 en ce qui concerne la terre d’Israël. Le message de la 50ème année, appelée dans la Torah Jubilé, est de nous rappeler à tous une vérité capitale : la terre d’Israël ne nous appartient pas ; elle appartient à Dieu. « La terre est à Moi », nous dit Dieu dans la Torah (Lévitique, 25, 23)

Quand les douze tribus arrivèrent pour la première fois en Israël, la terre fut divisée entre eux. Chaque individu jouit de manière équitable du bénéfice économique du terrain qui lui fut alloué. Mais personne n’eut la permission de considérer à titre permanent la terre comme sienne. Nos ancêtres furent libres d’acquérir davantage de terrains ou de vendre leurs terrains si telle était leur volonté. Mais à la 50ème année, année du Jubilé, toutes les parcelles de terre retournaient à leurs propriétaires originaux. L’année du Jubilé était là pour rappeler à tous que c’est Dieu – et Dieu seul – qui, en tant que Créateur du Ciel et de la Terre, est le propriétaire suprême de toute la terre sur laquelle nous vivons, et de toutes les maisons dans lesquelles nous habitons.

Chaque enfant juif qui commence à étudier la Torah par le verset « Au commencement Dieu créa le Ciel et la Terre » en connait le célèbre commentaire de Rachi, le plus grand commentateur rabbinique de la Bible : Pourquoi la Torah, qui constitue essentiellement un code de lois, ne commence-t-elle pas plutôt par le tout premier commandement prescrit à Israël ? Afin que si jamais les nations du monde remettent en question notre droit légitime sur la terre d’Israël, nous pourrons leur répondre que Dieu, en tant que créateur et maître de l’univers, peut la donner à qui bon lui semble. C’est par Sa volonté qu’Il l’a donnée à ces peuples, et c’est par Sa volonté qu’Il la leur a reprise et qu’Il nous l’a donnée ! (Yalqout Chim’oni Bo 187)

Quelques années avant la création de l’État d’Israël, le rabbin Abraham Isaac Kook, premier grand rabbin ashkénaze de Palestine, fit une extraordinaire prédiction. Se basant sur le nombre biblique de Juifs ayant quitté l’Égypte, le rabbin Kook suggéra que quand la population juive en Palestine atteindrait, elle aussi, la barre des 600 000 ce serait le signe que notre rédemption nationale allait bientôt commencer.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce fut seulement en 1948 que le nombre de Juifs égala le nombre biblique de 600 000 – l’année précise où le monde assista au miracle contemporain de la création de l’État d’Israël.

Mais ce n’est pas tout. Il se trouve que si vous multipliez le nombre 600 000 par dix, vous obtenez un nombre qui évoque le souvenir d’une tragédie des temps modernes sans comparaison. Il s’agit du nombre 6 000 000, le nombre de victimes de la Shoah, le nombre de ceux qui furent assassinés par un régime qui planifiait la « solution finale » pour les Juifs.

C’est la raison pour laquelle il est si important de marquer chaque nouveau jalon de l’État moderne d’Israël – un jalon que nous allons pouvoir fêter en grandes pompes, cette année, à l’occasion de la 50ème célébration de Yom Yéroushalaïm.

Aujourd’hui, la population juive en Israël  dépasse de loin le nombre tristement associé à la tragédie que fut la Shoah. Il y a actuellement bien plus que six millions de juifs qui vivent en Israël. En ce jubilé de la réunification de Jérusalem, bien plus que six millions d’âmes juives en Israël proclament avec joie la pertinence du message biblique de la 50ème année : la terre appartient à Dieu et notre génération a eu le mérite d’être témoin de la décision divine de nous réunir avec Jérusalem.

C’est le 50ème anniversaire de la réunification de Jérusalem !

Pour ceux qui sont intéressés, ci-dessous le lien en direct du Kotel.

[EN LIVE] Yom Yeroushalaïm au Kotel

(Source : Aish.fr)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s