LA GUERRE MUSULMANE FAITE A L’OCCIDENT ET LES CONSEQUENCES DES GRANDES INVASIONS BARBARES DU XXIe SIECLE – 1er et 2 juin 2017

Les notes de service spécial ramadan en entreprise se multiplient… sans prononcer le mot ramadan !!!

L’islam n’est pas une religion mais une secte qui agit en monstrueux despote qui aspire à régner sur le monde et est en passe de réussir. Il n’est donc non seulement pas respectable, mais devrait être purement et simplement interdit dans nos pays. louyehi _____________________________________________________

Les notes de service « spécial ramadan » en entreprise se multiplient… sans citer le mot « RAMADAN » !!!

Nous recevons des témoignages, des notes de service spécial ramadan…

Voici l’essentiel de ce qu’on lit ici ou là. J’en ai fait une synthèse, je ne veux pas exposer nos contacts à des mesures de rétorsion si des documents confidentiels apparaissent sur notre site.

Les entreprises se sont-elles donné le mot ou bien des notes ou conseils d’experts gouvernementaux ont-elles abouti à ces tentatives de faire entrer le ramadan dans l’entreprise par la petite porte mais de façon durable ?

Nulle part le mot ramadan, nulle part le mot islam. On parle de religions et de jeûne… La technique de l’amalgame, dans ce sens, ça ne leur fait pas peur. Et cela prouve que plus l’islam avance dans notre pays et dans l’entreprise plus il suscite questions, répulsion, contestations… qu’ »ils  » essaient d’étouffer en évitant les mots qui fâchent…

L’essentiel du message tient en 3 points :

1 ) Rappel simple :le jeûne peut produire des défaillances, des malaises… ce qui perturberait le bon fonctionnement de l’entreprise, sans gros inconvénients pour la dite entreprise.

On note le relativisme fou… L’entreprise prend son parti des retards, malaises éventuels…Et ceci est aussi une façon de dire à tous, musulmans et non musulmans que l’islam fait partie de l’entreprise, qu’on prend en compte des petites perturbations mais qu’on les relativise. C’est un message destiné à la fois à rassurer les musulmans et à les conforter dans leur rôle et leurs demandes et à avertir les non musulmans : silence et bouche cousue à propos du ramadan, il faut faire avec.

 

2 ) Néanmoins quand ceux sont  chauffeurs poids-lourd, conducteur de voiture, chauffeur de bus, conducteur d’engins de chantier…  ils courraient des risques et en feraient courir à autrui ainsi qu’à l’entreprise.

A ce titre, un régime dérogatoire est donc réservé aux jeûneurs qui peuvent ne pas prendre leur pause déjeuner et partir plus tôt que les autres en compensation.

Et ce régime n’est pas du tout du favoritisme religieux, les non jeûneurs doivent arrêter de contester, l’entreprise fait au mieux pour éviter les conséquences éventuelles du jeûne dans le cadre de toutes les religions.  C’est un problème de santé de TOUS les salariés.

Des sophistes sont passés par là… Et c’est très grave. Le problème n’est pas le ramadan, le problème n’est pas l’islam mais les conséquences du jeûne dans le cadre d’une religion quelle qu’elle soit !

On apprend donc incidemment que ça grogne dans les entreprises… Et effectivement on sait que lorsque le ramadan tombe pendant les vacances scolaires et que les musulmans sont prioritaires pour prendre leurs vacances, aux dépens des salariés qui ont des conjoints et des enfants et qui ne peuvent prendre leurs vacances avec eux.

 

3 ) Naturellement cela pourrait bien continuer à grogner dans les entreprises concernées, alors, cette année, ici ou là on change le fonctionnement : ce ne sont plus TOUS LES MUSULMANS pratiquant le ramadan comme les années précédentes qui peuvent partir une plus tôt en sautant la pause repas, mais seulement ceux qui occupent des postes à risque et qui jeûnent…

Cela signifie que l’on cherche en haut lieu à tuer dans l’oeuf la contestation qui monte, qui monte… en limitant, malgré tout, les avantages des « jeûneurs ».

Bigre, et si c’était cette fois les musulmans qui grognaient, habitués un peu partout à avoir des avantages et priorités substantiels en temps de ramadan ?

Alors il y a la parade..

Néanmoins il est spécifié que l’entreprise facilitera dans la mesure du possible les demandes de congé, de repos, de modifications d’horaires, de quotité de temps de travail…  de ceux qui pratiquent le jeûne ( le mot ramadan n’apparaît pas, naturellement ).

Bref, les musulmans n’ont pas de droits spéciaux… mais ils auront tout ce qu’ils demanderont dans la mesure du possible.

Beau numéro d’équilibre…

Il appartient aux Français-Français ( depuis aujourd’hui, on sait qu’il y a les Français-Français et les Français-musulmans )  de ne pas se laisser faire en exigeant eux aussi en période de ramadan des congés, des horaires aménagés… Pied à pied, grignotons leurs avantages, tenons bon.

No Pasaran.

Christine Tasin

Les notes de service spécial ramadan en entreprise se multiplient… sans prononcer le mot ramadan !!!

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

Prostitution et ramadan font très bon ménage…____________________________________________________

Prostitution et ramadan font très bon ménage

L’année dernière, la cour de cassation a condamné à 30 ans de prison et interdiction définitive de territoire français un meurtrier étranger, Ali X., qui avait tué pendant le ramadan une femme :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000033108844&fastReqId=1673622357&fastPos=1
https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000033108844&fastReqId=1673622357&fastPos=1

J’ai retrouvé dans la presse des traces de cette affaire :
http://www.midilibre.fr/2013/05/29/30-ans-de-reclusion-requis,706237.php
La victime était une prostituée qui avait augmenté ses tarifs, suscitant la colère d’Ali, qui avait pour habitude d’avoir un grand couteau de cuisine dans sa voiture.
21 coups de couteau sur le thorax, jupe relevée : « Elle a passé ses tarifs de 30 à 200 euros, alors je lui ai dit tchao » a déclaré Ali X. devant ses juges…

En complément, un article qui met en évidence les liens entre ramadan et prostitution :

http://www.maghress.com/fr/marochebdo/35405
« Pendant ce temps, la drague fait rage. Les jeunes tirent sur tout ce qui bouge. Chacun y va de sa technique. C’est à croire que les instincts maîtrisés tout au long de la journée, se vengent dès les premières cuillerées de harira.

Une électricité inaccoutumée flotte dans l’air. On s’observe, se nargue, se guette.  »Prédateurs » et  »proies » savent à quoi s’en tenir. Le reste n’est qu’un rituel répété. Chaque soir. Inlassablement. »

« Pour cette faune nocturne, le ramadan est une aubaine. La poigne des parents se fait moins sévère. On veut bien fermer les yeux sur certaines règles. L’heure du couvre feu est exceptionnellement retardée. Parfois au delà de minuit. C’est la seule période de l’année au cours de laquelle il est possible de rencontrer des filles tard le soir. Le rêve.
Tolérance nocturne ».
Cela explique peut-être pourquoi la prostituée avait plus que triplé son tarif en période de ramadan.

Maxime

Prostitution et ramadan font très bon ménage…

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

Draguignan : une « bande de jeunes » arrache les yeux d’un chat et le torture à mort

Nouvel acte lâche et répugnant de la part des barbares musulmans : « une bande de jeunes » arrache les yeux d’un chat et le torture à mort !!!

Encore un coup de novlangue :

» une bande de jeunes ……  » :

Vous avez besoin de la traduction de  » bande de jeunes  » ?

Var : ils arrachent les yeux d’un chat et le torturent à mort, en pleine nuit

Une personne ayant assisté à la scène hésiterait à témoigner auprès de la police, par « peur des représailles ».

Les faits sont insoutenables. Dans la nuit du mardi 30 au mercredi 31 mai, un chat a été tué après avoir été torturé, dans le centre de Draguignan (Var). Selon

 Var-Matin qui révèle l’information, une bande de jeunes aurait torturé l’animal à l’aide de tessons de bouteille, l’aurait frappé, avant de lui arracher les yeux. Les faits se seraient produits entre 1h30 et 5 heures du matin

C’est l’association des Amis des chats de Draguignan qui a retrouvé le cadavre du chat, le matin. Une adhérente parle de « supplice » et d’une « scène macabre » sur Facebook, indique 20minutes.fr. « Quelques personnes ont vu et entendu le supplice de chat et au matin, la scène était macabre », explique-t-elle. L’association de son côté envisage de déposer plainte contre les auteurs des faits.

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/var-ils-arrachent-les-yeux-d-un-chat-et-le-torturent-a-mort-en-pleine-nuit-7788791391

Ckaude t.a.l

Draguignan : une « bande de jeunes » arrache les yeux d’un chat et le torture à mort

(Source : Résistance Républicaine)

Un autre cas similaire, mais sur un homme, qui remonte à fin 2016 à lire aussi :

Un suspect arrêté après avoir arraché les yeux d’un homme à Ixelles

-==-

Femmes agressées par des musulmans ? Schiappa s’en prend à la religion catholique…       Les imbéciles heureux de la politique de l’autruche dans toute leur splendeur ! louyehi ____________________________________________________

Femmes agressées par des musulmans ? La collabo Schiappa s’en prend à la religion catholique…

http://resistancerepublicaine.eu/2017/06/01/les-feministes-de-la-rue-pajol-coincees-entre-reel-et-islamophilie/

On remarque qu’elle attaque surtout la religion catholique…

Encore un mensonge quand elle affirme que cette religion considère la femme comme inférieure, et qu’il y a une séparation hommes/femmes en société, où a-t-elle vu ça en France ? Certainement chez les musulmans et elle le transfère dans le catholicisme !

Jamais à l’église, on n’a vu hommes et femmes devant se regrouper par sexe, les gens qui arrivent en famille restent ensemble, alors que chez les musulmans, seuls les hommes ont droit à la grande salle, et les femmes sont reléguées dans une petite pièce, au cas où quelques unes voudraient venir prier, il leur est strictement interdit de pénétrer dans la salle.

Jamais dans les repas de famille, les hommes ne mangent dans la salle à manger, pendant que les femmes servent et mangent à la cuisine, comme ça se pratique en islam !

Je la mets au défit de trouver une seule phrase dans les évangiles où il est dit que la femme est un être inférieur et doit être traitée comme telle.

C’est étrange, cette manie que les gauchos  ont de transférer les attributs d’une religion à l’autre, c’est comme quand ils affirment que l’islam est une religion de paix et d’amour, ils reportent la définition du catholicisme sur l’islam.

En fait, une fois de plus, ils prennent leurs désirs pour la réalité, ils mélangent tout et crée la confusion, cette confusion qui règne dans leur tête.

Encore un bel exemple, cette Schiappa, des ravages causés par le lavage de cerveau gauchiste.

Frejusien

Femmes agressées par des musulmans ? Schiappa s’en prend à la religion catholique…

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

https://i1.wp.com/www.dreuz.info/wp-content/uploads/2017/05/DIA-fella-Meslem-Df.jpg___________________________________________________

Confidentiel : candidate aux législatives pour l’Algérie en mai, puis pour la France en juin !!

Décidément les binationaux algériens ont une conception assez particulière de la politique.

Après le cas Rachid Nekkaz qui s’est présenté aux élections en France puis a tenté sa chance comme candidat à la Présidentielle en Algérie, voilà un nouveau cas de dédoublement politique, qui a été révélé par les réseaux sociaux et qui a été grillé par certaines télévisions privées.

En effet, Mme Fella Meslem qui s’est présentée comme candidate du parti Taj d’Amar Ghoul aux législatives du 4 mai 2017 dans la région Europe et qui a échoué dans sa mission, s’est une nouvelle fois présentée aux législatives, mais cette fois en tant candidate ….pour l’Assemblée française.

Cette dernière est candidate dans la liste du mouvement En marche créé par le nouveau président français élu Emmanuel Macron. Fella Meslem est en effet en lice pour les élections législatives françaises à Evry-Corbeil comme colistière de Jean-Luc Raymond. C’est ce qu’on appelle de l’opportunisme politique sans frontières.

https://i0.wp.com/www.dreuz.info/wp-content/uploads/2017/05/DIA-Fella-meslem-768x450.jpg

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Dia-algerie.com

Confidentiel : candidate aux législatives pour l’Algérie en mai puis pour la France en juin

-==-

https://i2.wp.com/www.dreuz.info/wp-content/uploads/2017/06/unnamed-1.jpgL’équipe des collaborateurs, à droite le directeur Hansjörg Schmid ____________________________________________________

Islamisation discrète de la Suisse : le Centre islam de Fribourg en pleine phase de conquête

Le Centre islam de Fribourg étend son influence avec un succès fulgurant sur la sphère islamique et sur la société profane. En mêlant allègrement science, prosélytisme et croyance.

Pour éviter de s’égarer, voyons d’abord comment le Centre suisse islam et société (CSIS), contre lequel j’avais déjà mis en garde ici et ici, se présente:

«Son objectif est d’apporter, au travers de ses activités, une contribution au vivre-ensemble dans notre société plurielle, en soulevant les questions centrales de l’auto-interprétation religieuse des musulmans et en développant des solutions pour répondre aux défis sociétaux. D’une part, le CSIS encourage l’articulation scientifique de l’islam dans la société suisse. D’autre part, tenant compte des savoirs islamiques, il favorise la discussion académique d’une perspective musulmane sur les questions sociétales.»

Cette éclairante entrée en matière étant faite, voyons comment elle s’illustre dans le rapport annuel 2016 du centre. Il témoigne d’une activité débordante qui enthousiasme médias et autorités, et attire de plus en plus d’imams et d’acteurs des associations islamiques (qui gèrent les mosquées et leurs diverses activités). Le CSIS possède deux atouts maîtres pour séduire ces derniers: l’assurance d’un financement croissant de leurs activités par le contribuable, et une maîtrise parfaite du discours qu’apprécient médias et autorités, une maîtrise de la communication que les prosélytes de l’islam désirent tous ardemment posséder.

Les experts du CSIS ont commencé des coopérations avec les universités et les Hautes écoles, noué des liens avec tous les organismes qui s’occupent d’islam en Suisse, organisé des cours, conférences et colloques. Et proposé des ateliers de formation continue «de Lugano à Bâle et de Genève à Saint-Gall». Quelque 450 participants ont goûté à ces prestations gratuitement offertes aux musulmans (ce n’est pas précisé, mais c’était une demande du centre auquel les autorités ne peuvent rien refuser).

Les ateliers traitent notamment des «associations comme acteurs sociaux», de la sexualité et de la santé, de la prévention de la radicalisation (qui ne concerne bien entendu pas seulement l’islam), des jeunes. Et un thème récurrent: les aumôneries dans les hôpitaux et les prisons… qui représentent un bassin d’emplois très prometteur. Surtout qu’il va s’étendre: le CSIS évalue un projet-pilote d’aumônerie musulmane dans les centres fédéraux pour requérants d’asile. Il examinera la possibilité d’introduire cette aumônerie «à grande échelle». Soit une mine d’or pour le futur si l’on pense à tous les foyers susceptibles d’utiliser ces services, puisque les musulmans y logent en grand nombre et que les flux issus de sociétés déliquescentes, à la démographie insensée et aux conflits religieux millénaires ne sont pas près de tarir.

Injecte-t-on autant d’argent pour expliquer les attraits laïques de notre société? Le réfugié marocain Kacem Ghazzali qui a fait le parcours de l’intégration à Zurich n’en a rien vu.

Le contribuable finance sa propre islamisation

https://i1.wp.com/www.dreuz.info/wp-content/uploads/2017/06/unnamed.png

Le CSIS étend son pouvoir sur les 250 à 300 centres islamiques de Suisse, qu’ils soient wahhabites, turcs ou albanais, de même que sur la formation des professionnels en contact avec les musulmans: policiers, travailleurs sociaux, soignants, enseignants, personnel des prisons, collaborateurs des services de population et d’intégration, etc. Tous apprennent les bienfaits de l’islam sauce CSIS. Et les musulmans qui y participent s’initient aux moyens d’ouvrir des espaces religieux dans les domaines où travaillent tous ces publics.

L’on ne demande pas au contribuable s’il est d’accord de financer ces prosélytes afin qu’ils deviennent les rois de la communication tout en s’abstenant soigneusement de dire ce qu’ils enseignent de ces versets et hadiths qui indignent et inquiètent tant d’entre nous. La lutte contre l’islamophobie fait partie du kit proposé, mais pas, bien sûr, les raisons légitimes de cette hostilité. Le prosélytisme par le foulard et la dissimulation du corps est partout.

Esma Isis, diplômée et doctorante en «sciences islamiques» et collaboratrice du centre, illustre parfaitement que le fait de porter le foulard islamique va bien au-delà d’un simple signe d’identité religieuse. Elle témoigne aussi de son impossibilité d’être croyante et de faire preuve d’objectivité. Selon elle, par exemple, on ne trouve nulle part dans le Coran, une discrimination ou une hiérarchie entre les sexes! Il s’agirait là de normes et de valeurs culturelles.

https://i2.wp.com/www.dreuz.info/wp-content/uploads/2017/06/unnamed.jpg

Minona, dans son site Brisons le Mythe, donne une liste des versets sexistes du Coran, de même que les  nombreuses paroles de Mahomet  qui les renforcent. Ils montrent l’inanité de cette obsession de musulmans modernistes non pas de rejeter ce que le Coran contient d’inacceptable, mais de lui faire dire ce qu’il ne dit pas et qu’ils aimeraient tant qu’il dise! On imagine qu’Esma Isis ne trouve pas non plus dans sa vision du Coran le moindre verset qui condamne au feu éternel tous les non-musulmans.

Notre croyante peut donc imprégner de sa vision des musulmanes un forum d’entrepreneurs, une paroisse réformée, ou introduire l’islam à des élève d’un cycle bernois. Et faire en sorte que son public se demande pourquoi il avait tant de préjugés à l’endroit de cette religion si méconnue.

Par ailleurs, les chrétiens sont très utiles à ces activistes pour laisser croire qu’islam et christianisme, c’est du pareil au même. Quelques thèmes de l’année glanés ici ou là:

«Pour ou contre la croix dans les écoles? Pour ou contre la burqa?» «Quel rôle la religion doit-elle jouer dans l’espace public? «Critique, contradiction, blasphème: questions au christianisme et à l’islam»…

Islamisation du radicalisme ?

Entre la thèse de Gilles Kepel et celle d’Olivier Roy, le CSIS a choisi: Roy soutient que la radicalité des candidats au djihad préexiste à l’islam, c’est «l’islamisation de la radicalité». Une analyse qui exonère cette religion de sa violence intrinsèque. Roy a été l’un des invités du CSIS en 2016.

Gilles Kepel défend la thèse inverse: il faut partir de l’islam, de l’hégémonie du discours salafiste pour comprendre les terroristes. Pour lui, le terme «radicalisation» comme celui d’«islamophobie» empêchent de mener le débat sur cette religion dont il rappelle par ailleurs que depuis le Xe siècle chez les sunnites, «la porte de l’interprétation du Coran est fermée, et les salafistes s’en emparent pour tenter d’imposer leur interprétation aux autres musulmans.» Kepel ne connait pas encore le CSIS qui à lui tout seul a secrètement rouvert la porte de l’interprétation du livre saint et essaie subrepticement d’en faire passer le seuil à son public.

Les bâtisseurs de pont ont besoin de passeurs

Selon le centre, les imams sont des «bâtisseurs de ponts», des médiateurs, des passeurs culturels. Il reste cependant à ces religieux quelques passerelles à franchir. Presque tous ont appris l’islam orthodoxe et ne parlent pas une des langues du pays. Les bâtisseurs de ponts ont donc un fort besoin d’intégration. Voilà encore une lourde tâche dont se charge le CSIS qui par ailleurs ne verrait pas d’un mauvais œil qu’on lui confie une formation d’imams.

Le centre est un institut interfacultaire : théologie, droit et lettres, dédié «à la formation de la relève scientifique et à la formation continue dans le domaine islam et société». Les doctorants sont des croyants musulmans. Ils acquièrent «des connaissances dans le canon classique des disciplines scientifiques islamiques». Ce doux mélange de croyances et de science est permanent. Et vu qu’il y a partout des néophytes à éclairer et des musulmans à intégrer, former, rendre conscients de leurs capacités, le savoir de ces experts prosélytes sera très apprécié. Pour eux, l’avenir professionnel est radieux. Le programme souligne ces opportunités.

Commentaire

Les dirigeants du CSIS ont une approche plutôt novatrice l’islam. De quoi donc nous plaignons-nous? A vrai dire de pas mal de choses.

De ce centre «interfacultaire» de niveau universitaire, on attendrait quelques recherches réellement scientifiques: sur la nature de l’islam, la fabrication du Coran, la production de ses hadiths, l’empire croissant de la littéralité des textes dans le monde musulman et en Europe et ses dramatiques conséquences, la fidélité des exégètes depuis un millénaire à cet islam fossilisé et intolérant.

La présentation du centre citée en tête de cet article montre à quel point ses responsables entretiennent la confusion entre sciences et religion. Dans un premier article, le directeur Hansjörg Schmid m’expliquait la signification de l’expression «sciences islamiques»: «Il s’agit de l’exégèse du Coran, des Hadiths, du droit islamique, de la mystique et de la théologie systématique, donc une pluralité de disciplines, comme dans les théologies chrétiennes.» Soit aucun fondement scientifique. Et, si l’on passe le récit musulman au filtre de l’histoire, de l’archéologie, de l’épigraphie ou de la linguistique, il ne reste pas grand-chose de ces «sciences».

Autre étrange expression: «l’auto-interprétation scientifique islamique». «C’est l’idée de la modernité, me précisait le directeur,  de la réflexion critique que des penseurs musulmans pourront mener dans notre centre.» Je maintiens ma remarque à ce propos : «Alors que les Occidentaux réfléchissent, critiquent et interprètent, les musulmans évolués «autoréfléchissent» et «autointerprètent»… Pour ne pas donner l’impression qu’ils remettent en cause l’orthodoxie de leur religion?»

Selon la vision du centre, la Suisse doit engager des moyens financiers extraordinairement élevés pour renforcer une religion déjà en pleine phase de conquête et d’occupation de l’espace public, et pour rendre plus efficaces ses zélateurs.

Les chrétiens (auxquels on n’a jamais appris gratuitement à mieux communiquer et à rendre leurs actions plus efficaces) se laissent instrumentaliser dans cette opération-suicide avec une complaisance qui laisse pantois.

Le CSIS, qui veut amadouer ses cibles, fait comme si les centres islamiques étaient préservés du radicalisme et du littéralisme, alors que les deux y sont présents en force (cf. mon livre, « Le radicalisme dans les mosquées suisses »). Ils le sont aussi dans son «Conseil consultatif».

Le CSIS détruit doucement mais sûrement le caractère séculier de notre société. Sous couvert d’intégration, il forme des travailleurs sociaux «musulmans», des animatrices «musulmanes», des éducateurs «musulmans», des chercheurs «musulmans». Nous souhaitons nous, dans tous les domaines, des professionnels profanes, comme c’était le cas jusqu’à l’arrivée de cette immigration. Et ne pas verser un kopek pour rendre plus efficace le bourrage de crâne que pratiquent les mosquées et en partie le CSIS lui-même.

L’implicite de ce vaste dispositif que met en place le centre, c’est que contrairement à ce que pourraient laisser penser les atrocités et les sociétés liberticides qu’il produit, l’islam n’est que peace and love. Nous sommes en pleine ère de l’imposture.

Le pire, c’est que toutes les autorités étant entraînées dans ce mouvement, on ne peut compter sur personne pour surveiller les activités de ce centre. Jusqu’à maintenant, pas le moindre contre-pouvoir, pas de vision contraire, pas d’examen critique. La Suisse s’islamise discrètement, dans l’enthousiasme des politiques et l’ignorance des populations.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour

Dreuz.info

Islamisation discrète de la Suisse : le Centre islam de Fribourg en pleine phase de conquête

-==-

Résultat de recherche d'images pour "photos d'illustration : attaque à l'arme blanche"

Paris : attaque à l’arme blanche devant un Monoprix du 13e

Mardi soir, un homme a sorti un long couteau à l’entrée d’un supermarché et a agressé un client avant de prendre la fuite.

Le client du Monoprix a dû avoir la frayeur de sa vie. Ce mardi soir vers 21 heures, alors qu’il sortait tranquillement d’un supermarché du 13e arrondissement de Paris, un pack de bière à la main, un homme a été agressé par un individu armé d’un très long couteau, caché sous sa djellaba. La victime a eu le réflexe de se protéger avec son avant-bras pendant qu’un de ses amis prenait l’assaillant à la gorge, le forçant ainsi à reculer de plusieurs mètres.

Sur la vidéo de l’attaque, que Le Point.fr s’est procurée, on voit l’agresseur rester immobile quelques secondes avant de prendre la fuite. Très véhément, l’individu, né en décembre 1996 à Paris, selon une source proche du dossier, n’a pas porté de coup fatal et n’a blessé que légèrement à l’oreille la victime, comme s’il avait retenu son geste.

Rapidement identifié, le suspect n’a pas été interpellé à son domicile, mais chez un de ses proches, ce mercredi matin, dans le nord de la capitale. Les deux hommes ont été placés en garde à vue et leurs appartements ont été perquisitionnés. Selon nos informations, ils ne sont pas fichés S ni même connus pour une quelconque radicalisation. Le parquet antiterroriste ne s’est, à ce stade, pas saisi de l’affaire. Les investigations, menées par le 3e district de police judiciaire (DPJ), vont devoir déterminer le mobile de cette agression, et si oui ou non l’assaillant connaissait la victime.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Lepoint.fr

Agression au couteau devant un supermarché… by LePoint

-==-

https://i2.wp.com/www.dreuz.info/wp-content/uploads/2017/05/Femme-voile%CC%81e-Dreuz.jpg____________________________________________________

Une musulmane qui se présente sous le nom Soumya Boukhadra nous a écrit un message fort intéressant, auquel nous voulons répondre.

« bonjour, j’ai lu un de vos article qui ma fort déplu un article nommé Manchester s’est soumis : l’islam a fait sauter leurs enfants, et ils réagissent avec Peace and Love publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 mai 2017.

Le problème ici, est le fait que vous dites  » l’islam » c’est quand que vous aller arrêter de tous mélanger les terroristes N’ONT PAS DE RELIGION.

LES TERRORISTES NE SONT PAS MUSULMANS !!! c’est une vrai insulte pour l’humain, il faut arrêter de mélanger l’islam a toute ces barbaries.

Je vous demande de modifier cette article. Une vrai propagande contre l’islam.

Quand est-ce que vous est vos journaliste auront un minimum de respect pour les musulman et l’islam. Aimeriez vous qu’on vous qu’on vous pointe du doigt en temps que terroristes alors que vous ne l’êtes pas du tout. MONTREZ DU RESPECT! »

Madame, je vous remercie de votre intéressant courrier qui met le doigt sur un sujet récurrent.

Vos propos sont pleins de bon sens. JPG, dans son article, et comme vous, fait la différence entre l’islam et les musulmans.

Vous dites que « les terroristes n’ont pas de religion ». Dans ce cas, pourquoi êtes-vous dérangée lorsque JPG dénonce les terroristes ?

Vous dites que « les terroristes ne sont pas musulmans », dans ce cas, lorsque JPG manque de respect envers l’islam, cela ne doit pas vous gêner : il ne manque pas de respect aux musulmans.

Voyez-vous, en faisant la distinction, vous êtes d’accord avec JPG.

JPG écrit contre l’islam, c’est exact. Ses publications montrent qu’il n’aime pas cette religion.

Je suis sûr que vous êtes comme lui. Je suis sûr que vous n’aimez pas le shintoïsme et l’hindouisme, deux religions polythéistes.

Et comme JPG qui n’a jamais insulté les musulmans, je suis sûr que vous n’avez rien contre le milliard d’hindouistes répartis dans 84 pays du monde, et qui représentent la troisième religion la plus pratiquée au monde.

Voyez-vous, le respect dû aux musulmans est le même que celui dû au milliard d’hindouistes sur une base morale, mais non légale.

J’ai le droit de mépriser les Japonais ou les Islandais, ou le milliard d’hindouistes, même si moralement ce mépris est discutable.

Moralement, je n’ai aucune obligation de respecter ni l’islam, ni n’importe quelle idéologie, croyance, foi, théorie ou religion. J’ai le droit d’aimer ou de ne pas aimer la démocratie, vous aussi. J’ai le droit d’aimer ou de ne pas aimer le sionisme, vous aussi.

En définitive, nous nous rejoignons sur ces points : insulter l’islam n’est pas manquer de respect aux musulmans, puisqu’il existe des musulmans athées qui rejettent l’islam. Dénoncer les terroristes n’est pas dénoncer les musulmans, puisqu’il existe des centaines de millions de musulmans non terroristes.

Et dénoncer le terrorisme prôné par l’islam n’est pas si mal, le président égyptien al Sissi l’a fait avant nous, et a demandé à l’Université al Azhar du Caire de réformer l’islam pour lui arracher son poison mortel.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour Dreuz.info

Une musulmane écrit à Dreuz info

-==-

https://i2.wp.com/s1.lprs1.fr/images/2017/05/30/6999996_d47552ea-455e-11e7-b982-773bd9081ab8-1_1000x625.jpg_____________________________________________________

Evry : violée parce qu’elle est Française

En première instance, l’accusé âgé de 17 ans au moment des faits, avait écopé de 30 ans de réclusion. En 2014, avec trois complices, ce meneur avait violé, torturé et humilié une femme sortant de la gare d’Evry-Courcouronnes (Essonne). Le procès en appel s’ouvre ce mercredi.

« Cette affaire est tellement horrible qu’elle m’a fait pleurer pour la première fois en 23 ans d’exercice. » Sandra Kayem, avocate au barreau d’Evry, s’apprête à défendre à nouveau une jeune femme qui avait été victime d’un viol collectif, de tortures, d’actes de barbarie et de racisme anti-blanc le 30 mars 2014, à la sortie de la gare d’Evry-Courcouronnes (Essonne). « Ce n’est pas professionnel, mais mes larmes coulaient toutes seules lorsqu’elle m’a raconté le calvaire qu’elle a vécu », avoue l’avocate.

À partir de ce mercredi et jusqu’à vendredi, l’un des auteurs des faits est jugé en appel au tribunal de Melun (Seine-et-Marne). Âgé de 17 ans au moment de cette attaque, l’excuse de minorité lui avait été retirée par la cour d’assises de l’Essonne. En récidive et chef de la bande, il avait été condamné à trente ans de prison en 2015. Ses trois complices, âgés de 13 ans à 15 ans, avaient écopé de cinq à sept ans de prison devant le tribunal. Parmi eux figure le frère du meneur. Ils seront cités en tant que témoins au procès en appel du principal accusé.

La victime, elle, est « encore dévastée », soupire Sandra Kayem. « Et revoir ses quatre agresseurs sera à nouveau extrêmement éprouvant », devine l’avocate. Sa famille est suivie par des psychiatres et a déménagé pour fuir ces lieux                     « maudits.»

Car le calvaire que la victime a subi cette nuit-là est insoutenable. Il est 1 heure du matin et la jeune femme rentre d’une soirée à Paris en RER. Elle arrive à la station Evry-Courcouronnes. En sortant de la gare, quatre jeunes l’encerclent. Le meneur lui demande son téléphone portable. Les trois autres ont une bombe lacrymogène, un tournevis et un brise-vitre. Le chef la fouille, lui dérobe des bijoux et commence ses attouchements sexuels.

Puis ils entraînent la jeune femme derrière un talus, la déshabillent tout en la frappant et la violent. Une personne approche, alors l’accusé rhabille la jeune femme et l’emmène dans le parc des Coquibus. Là, ils abusent à nouveau d’elle, à tour de rôle et à plusieurs reprises chacun, tout en lui donnant des coups de bâton et en écrasant leurs cigarettes sur elle. Les tortures, les humiliations et les actes indicibles des quatre hommes, ne font alors que commencer. Ils ne la relâchent qu’aux environs de 5 heures du matin en la menaçant de mort si elle les dénonce. Deux automobilistes découvrent la victime errant dans la rue, le visage tuméfié.

Grâce à la vidéosurveillance installée à la gare, les quatre bourreaux sont identifiés et interpellés. Face aux enquêteurs, cette bande avait avancé des motivations racistes « anti-français », en admettant avoir demandé à la victime ses origines. À l’époque, le procureur d’Evry avait choisi de dire que ces éléments étaient « faux », car la famille souhaitait « éviter toute récupération politique ». Mais le meneur avait notamment indiqué en garde à vue : « Quand je sortirai je niquerai la France. » Un complice, avait pour sa part reconnu s’en être pris à cette jeune fille    « parce qu’elle est française et qu’il n’aime pas les Françaises ».

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Leparisien.fr

Evry : violée parce qu’elle est Française

-==-

Résultat de recherche d'images pour "photos de piscines municipales"

_____________________________________________________

Des parents musulmans définitivement déboutés

  • Des parents s’étaient opposés à ce que leurs filles suivent des cours de natation mixte dans le cadre scolaire. Ils ont définitivement perdu leur procès.

    Opposés aux cours de natation mixte prévus à l’école, des parents musulmans domiciliés à Bâle ont définitivement perdu leur procès à Strasbourg. L’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, qui leur est défavorable, ne sera pas réexaminé.

    La haute instance a indiqué mardi avoir rejeté une ultime requête des parents. Ceux-ci auraient voulu que la cause soit soumise à la Grande Chambre de la Cour européenne.

    Dans son arrêt, rendu en janvier dernier, les juges européens avaient appuyé la décision des autorités bâloises, qui avaient refusé d’exempter les deux filles du couple des cours de natation mixte. Le Tribunal administratif bâlois avait considéré qu’il existe un intérêt important à ce que tous les enfants suivent ces cours.

    Intégration prioritaire

    Selon le verdict rendu par les juges européens, la marge d’appréciation laissée aux autorités bâloises leur permettait de faire «primer l’obligation pour les enfants de suivre intégralement la scolarité et la réussite de leur intégration sur l’intérêt privé des parents de voir leurs filles dispensées des cours de natation mixte pour des raisons religieuses».

    En mars 2012, dans cette même affaire, le Tribunal fédéral (TF) avait jugé que l’obligation de participer aux cours de natation mixtes ne constituait pas, pour les enfants musulmans, une atteinte inadmissible à la liberté religieuse.

    Une vingtaine d’années auparavant, en 1993, le TF avait rendu une décision inverse, qui avait fait grand bruit à l’époque. Il avait admis le recours d’un père de famille opposé à ce que sa fille se montre en costume de bain à ses camarades de sexe masculin.

    © Gaïa pour www.Dreuz.info

    Source : 20min.ch

    Des parents musulmans définitivement déboutés

    -==-

A lire aussi : Femmes agressées par des musulmans ? Schiappa s’en prend à la religion catholique…

L’Etat a fermé la mosquée salafiste ? Macron autorise les prières sur un terrain communal !

Oui, le ramadan rend four les musulmans, oui, il faut l’interdire chez nous 

Samedi le stade a sifflé Macron… Ce n’est pas fini, les Français ne lui pardonneront jamais ses trahisons

-==-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s