Khaldoumi, l’aumônier suspecté de proxénétisme, ose porter plainte contre moi !

L’inénarrable Mohamed Khaldouni en compagnie de la Consule Générale du Royaume du Maroc devant la maison d’arrêt de Dijon (Crédit Le Bien Public) Non contents de profiter des bienfaits que nous leur prodiguons gratuitement, les vicieuses nuisances de la secte islam sont des plus indésirables en France, et les Français qui expriment ce qu’ils pensent souhaitent plus que tout les voir retourner illico presto dans leur pays d’origine ! D’ailleurs, un jour que nous appelons de nos voeux, lorsque les choses seront rentrées dans l’ordre après un combat qui s’annonce déjà, ils seront bien contraints d’y retourner, avec un grand coup de pied au fesses et sans ménagement de notre part à tous, les véritables français – louyehi  ________________________________________________

Un article publié sur Riposte Laïque en date du 3 juillet 2016, relayant une information dévoilée par Europe 1 la veille, a suscité le courroux de Mohamed Khaldouni, cet aumônier professant auprès des détenus musulmans de Dijon, lequel avait été mis en examen pour proxénétisme aggravé.

Cet individu, dont nous avons été les premiers à révéler l’identité, contrairement à la presse traditionnelle qui pourtant était en mesure de le faire, avait été encensé comme citoyen modèle, pour ne pas dire l’un des apôtres du « pas d’amalgame », ce qui rendait sa situation judiciaire encore plus ubuesque.

Il s’est cru autorisé à déposer plainte pour « diffamation envers une personne privée » à mon encontre, provoquant ainsi l’ouverture d’une information judiciaire, et ma convocation en vue de ma mise en examen prévue le 7 juillet 2017.

Que ce proxénète présumé sache que je ne suis pas intimidé par les procéduriers qui à l’évidence ont à leur disposition les milliers d’euros nécessaires pour tenter de me nuire par la voie judiciaire (sans doute les économies réalisées suite au dur labeur de toute une vie).

Que ce « musulman modèle » mis en examen pour être propriétaire d’appartements servant d’hôtel de passe où sa propre fille aurait exercé ses talents sache que ni nos Lois, ni son argent, ni ses relations ne sont susceptibles de le mettre à l’abri de la nécessité d’informer l’opinion qui nous anime. Il est vrai que pour ma part, je n’ai ni Porsche Cayenne, ni des dizaines de milliers d’euros en liquide, mais je détiens une richesse bien plus grande : mon intégrité.

Que Mohamed Khaldouni, qui bénéficie manifestement du soutien de sa communauté (même lorsqu’ils sont mis en cause dans les plus sordides affaires, les membres de la « oumma » se serrent les coudes), comprenne à quel point nous ne sommes pas un simple organe de presse, mais un réseau militant, qui s’offusque à juste titre des comportements dont il est devenu un symbole.

Qu’il sache que nous dénonçons ici ce que d’autres taisent, justement parce qu’ils le taisent, et que nommer un justiciable quel que soit son profil n’est pas suffisant à constituer une diffamation, dès lors que les faits relatés sont exacts et que nous ne faisons que les relayer, tout en donnant notre sentiment.

Cette liberté, que ce franco-marocain nous conteste, n’est certainement pas en vigueur dans son pays d’origine, mais il doit se faire à l’idée qu’elle est l’un des piliers de toute démocratie occidentale.

N’est-ce pas lui qui s’est mis en avant dans la presse locale pour vanter sa réussite personnelle et familiale ? N’a-t-il pas été l’un de ceux que se sont illustrés médiatiquement au lendemain des attentats de Charlie Hebdo pour distiller un message politique en vantant son intégration ? Ne s’est-il pas ainsi exposé à un juste retour de bâton, dès lors qu’il est clairement impliqué dans un réseau de proxénétisme ?

Que les journalistes qui ont révélé l’affaire n’aient pas eu le courage de le désigner nominativement est une chose, mais jamais, à Riposte Laïque, nous ne tremblerons devant les menaces, quelles qu’elles soient, ni n’hésiterons à nommer ceux dont le comportement a motivé l’ouverture d’une enquête pénale, en particulier lorsqu’ils sont mis en examen. Car il s’agit bien de sa mise en examen dont nous avons parlé, laquelle n’est pas contestable.

Avec ce genre de raisonnement, il faudrait taire les noms de l’ensemble des terroristes islamistes tués lors des assauts des forces de l’ordre, au motif que, n’ayant pas été définitivement condamnés par des juridictions de jugement du fait que leur décès a entraîné l’extinction de l’action publique, ils restent présumés innocents.

En d’autres termes, nous n’avons fait ici que mettre un nom et un visage sur des faits relatés par ailleurs, lesquels ont été vérifiés, sans préjuger à un moment ou à un autre de la culpabilité de l’intéressé, tout en soulignant son profil et le caractère particulièrement favorable du traitement judiciaire dont il a été l’objet.

Il faut toutefois bien admettre que lorsqu’un justiciable mis en examen pour proxénétisme aggravé nous reproche d’être « langue de pute », il y a de quoi sourire un peu…

Sébastien Jallamion

L’aumônier suspecté de proxénitisme Khaldouni ose déposer plainte contre moi!

(Source : Résistance Républicaine)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s