LE SCANDALE DE L’AFFAIRE JALLAMION : c’est la délatrice musulmane OUARDA LAAREG, une ennemie de la France, qui aurait dû être renvoyée de la police !

Afficher l'image d'origine

https://i2.wp.com/static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/07/LaMoucharde.jpg______________________________________________________

LA COLERE MONTE ET COMMENCE A GRONDER AU SEIN DU PEUPLE FRANCAIS DE TANT D’INJUSTICE !

DES GENS COMME CETTE MUSULMANE SONT DE VERITABLES DANGERS PUBLICS INDIGNES DE SE TROUVER DANS LES RANGS DE LA POLICE OU DE L’ARMEE FRANCAISE !

Le problème est bien que REPRESENTANT UN DANGER NATIONAL, AUCUN MUSULMAN NI AUCUNE MUSULMANE NE DEVRAIT ÊTRE AUTORISE(E) A ENTRER DANS LA POLICE OU DANS L’ARMEE FRANCAISE, puisque nous savons depuis déjà plusieurs années d’expérience, que trop de MUSULMANS sont notamment non seulement des délateurs, mais aussi de fieffés menteurs QUI SE DISENT FRANCAIS MAIS NE LE SONT PAS : ILS SONT NOS ENNEMIS ! LE MUSULMAN EST AVANT TOUT FIDELE A LA CHARIA ET AU CORAN. DES LORS IL NE PEUT ÊTRE CONSIDERE COMME FRANCAIS OU ALLEMAND OU ITALIEN, ANGLAIS, etc…. A PART ENTIERE ! ALORS QUE FONT CES INFILTRES DANS NOTRE POLICE ET DANS NOTRE ARMEE ? ILS METTENT EN DANGER NOTRE PATRIE ET NOTRE PEUPLE ! SEULS DE VERITABLES FRANCAIS (y compris tout réfugié de n’importe quel pays, sauf ceux qui font partie de l’islam !) SONT CAPABLES DE DEFENDRE CE PAYS ET SURTOUT PAS NOS PIRES ENNEMIS DU MOMENT, LES INFILTRES DJIHADISTES QUI NOUS CRACHENT AU VISAGE ET N’ATTENDENT QUE LE MOMENT DE NOUS SAUTER DESSUS POUR NOUS TRUCIDER ! louyehi _____________________________________________________

A lire aussi :  J’ai écrit à Macron, sur les « chasses à l’homme » pour lui parler de Jallamion

_____________________________________________________

Ainsi donc, près de trois ans après l’assassinat d’Hervé Gourdel, et la fameuse page facebook à l’origine de tout, notre ami Sébastien a-t-il dû se réfugier en Suisse pour éviter les prisons françaises.

http://ripostelaique.com/sebastien-jallamion-jai-quitte-la-france-pour-ne-pas-me-retrouver-en-prison.html

Dans un article où elle exprimait toute sa colère et son indignation, Josiane Filio accusait  » tous les salauds qui ont mis en danger de mort Sébastien Jallamion ».

http://ripostelaique.com/jaccuse-tous-les-salauds-qui-ont-mis-en-danger-de-mort-sebastien-jallamion.html

Il est toujours difficile de hiérarchiser, dans la veulerie, la lâcheté, la crapulerie, la saloperie, la bassesse, la pourriture, entre les sous-fifres et la haute hiérarchie, qu’elle soit policière ou judiciaire, pour savoir quelle est la pire ordure.

Mais il est une chose certaine :

dans toutes les affaires sordides, il y a toujours une personne qui déclenche les hostilités.

Il y a toujours le minable délateur de service, souvent du même niveau que la personne qu’il va faire tomber, qui, par son acte lâche, met en place une mécanique infernale, et permet à tous les couards et à tous les salauds de petites chefs qui ouvrent le parapluie de transformer en affaire d’Etat ce qui n’aurait jamais dû sortir d’un service.

Concernant Sébastien Jallamion, cette personne s’appelle Ouarda Laareg,

même si Sébastien n’a cité que son prénom dans son livre « A mort le flic ».

http://ripostelaique.com/denonciatrice-de-jallamion-ouarda-laareg-a-t-amis-police.html

Il parle, dans cet ouvrage qui marche fort bien pour le moment (27e sur Amazon, toutes catégories confondues, et déjà plus de 350 livres commandés à Riposte Laïque), de la confrontation qu’il a eue avec sa jeune collègue musulmane, à qui il a eu tort de faire confiance, ce qu’il doit se reprocher matin, midi et soir, mais prouve, par la même occasion, que lui, Sébastien Jallamion, n’est en rien raciste.

« Les motivations de cette personne qui avait trahi ma confiance en s’adressant à notre hiérarchie sans prendre la peine de venir m’en parler furent clairement expliquées, et j’en fus stupéfait.
Je l’entendis me reprocher d’avoir blasphémé, que ses parents étaient des musulmans pratiquants qui faisaient régulièrement le pèlerinage à La Mecque, et qu’elle s’était sentie visée, que je n’étais qu’un « raciste » se « cachant derrière son uniforme », et qu’elle était a contrario très ouverte puisque mariée à « un Français ».

Que nous prouve cet entretien que relate Sébastien ? D’abord, au-delà de sa délation scandaleuse (elle aurait pu en parler entre quatre yeux à son collègue au lieu d’aller baver), qu’elle n’a rien de Français, et n’aurait jamais dû rentrer dans la police.

Si elle avait été Française de cœur, et pas de papier, elle aurait accepté qu’un de ses collègues de travail critique la religion de ses parents, ou plutôt le comportement d’assassins parlant au nom de cette religion.

Si elle était une vraie Française, elle ne qualifierait pas de raciste un homme qui l’a acceptée sur ses listes, et lui a fait confiance. Elle ne mélangerait pas la critique d’un dogme avec du racisme.

Si elle était une vraie Française, elle ne dirait pas qu’elle est mariée avec un « Français » (preuve qu’elle se sent davantage musulmane que française), mais elle emploierait le mot de « non-musulman ».

Si elle était vraiment Française de cœur, elle aurait honte de ce que sa mouchardise a engendré : la suspension de Sébastien pour deux ans, puis sa radiation définitive, ses procès et ses lourdes amendes, son agression (qui a probablement un rapport avec son affaire), et enfin, ce 4 juillet, sa mise en prison, pour ne pas avoir acquitté ses 5.000 euros… Détention qu’il a évitée en allant en Suisse, pour éviter un dangereux emprisonnement.

https://i2.wp.com/static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/07/Jallamionjoursamendes.jpg

La musulmane qu’est la policière doit être convaincue d’avoir rempli son rôle de bonne croyante : elle a dénoncé, comme le demandent les lois d’Allah, un infidèle, un mécréant et un blasphémateur, à sa hiérarchie. Dans les pays musulmans, on les dénonce aux autorités religieuses, qui souvent les font mettre à mort. En France, à la place des imams, il y a les balances de la hiérarchie policière, et le résultat peut être le même.

Si elle était vraiment Française de cœur, amoureuse de Voltaire et de la parole libre, Ouarda Laareg aurait honte de son attitude et des conséquences qu’elle a entraînées. Elle aurait contacté Sébastien, lui aurait présenté ses excuses, lui aurait proposé de témoigner en sa faveur, pour limiter les dégâts de sa faute originelle.

Elle n’a rien fait de tout cela, et ne paraît éprouver le moindre remord. Dans son esprit, elle a fait punir un dangereux « islamophobe », tandis qu’elle se réfère à la foi de ses parents pour justifier sa délation.

Mais il y a un autre scandale,

dans cet entretien que révèle Sébastien Jallamion.

Toute la hiérarchie policière (souvent franc-maçonne) est autour de la table, et entend parfaitement les propos de la musulmane Ouarda Laareg. Nous sommes dans un service régalien de l’Etat, où la laïcité s’impose à tous les fonctionnaires, comme dans l’armée ou la justice. Or,

les chefs de Sébastien Jallamion entendent parfaitement une policière de la République française considérer que le blasphème est un délit, et réclamer une sanction contre son collègue, pour cette raison. Ils ne peuvent ignorer que cette femme relaie toute la propagande, venue de l’étranger, de l’OCI, du CCIF ou de l’UOIF, voulant interdire toute critique de l’islam, en l’amalgamant à du racisme.

Imaginons une policière catholique venir se plaindre d’un dessin de type Charlie Hebdo d’un de ses collègues, sur une page facebook, tous ces franc-maçons de la hiérarchie policière auraient éclaté de rire, et l’auraient envoyée se faire foutre ! Tout le monde sait cela.

Si nous étions encore dans un pays où la laïcité s’applique partout, et surtout dans la police, Ouarda Laareg aurait dû être sommée de se taire, et c’est contre elle qu’une procédure administrative aurait dû être entamée.

Comment faire confiance à une telle policière, lorsqu’il s’agira de contrôler une musulmane intégralement voilée, ou d’empêcher des prières de rue illégales de se mettre en place, quand on sait qu’elle met en avant les principes de la charia, dont l’interdiction de toute critique de l’islam, appelée un blasphème ?

Est-on certain, quand on l’écoute et qu’on la voit agir, qu’elle condamne l’assassinat des dessinateurs de Charlie Hebdo, justifié par les assassins pour délit de blasphème ? Et comment peut-on condamner un assassinat justifié par le blasphème, quand on fait condamner un confrère pour cette même raison ?

Ce n’est donc pas Sébastien Jallamion qui aurait dû être sanctionné, dans cette affaire, mais Ouarda Laareg.

La vraie question que pose l’attitude de cette policière n’est-elle pas qu’elle ait pu rentrer dans la police, avec beaucoup trop de ses coreligionnaires, sans avoir intégré les lois de la République, et en étant davantage formatée par la charia, qui interdit le blasphème, que par les principes laïques, qui autorisent la critique de toute religion, même de l’islam ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s