Témoignage : Simone Veil, sa vie jusqu’à la guerre, puis déportée à Birkenau, Bobrek et Bergen … (vidéo)

https://www.ina.fr/images_v2/620x349/CAF88025220.jpeg
_______________________________________________
_____________________________________________

Simone Veil enfant (à gauche) avec son frère, ses deux soeurs et sa maman à Nice

Image associée
Image associée

L’épouse

Résultat de recherche d'images pour "photos de l'enfance de Simone Veil"

La mère

Image associée

La grand-mère

Image associée

La femme politique

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQGG55eIzdo-1Zn5qUX7uV9fhf0EAznS-4iV9wqGfu84nG1CPC2

_______________________________________________________

Témoignage recueilli en mars 1997 pour la « Survivors of the Shoah Visual History Foundation », Los Angeles.

Biographie :

Simone Veil, née Jacob, garde le souvenir d’une enfance « exceptionnellement heureuse » à Nice, où son père, architecte, s’était installé peu avant sa naissance, en 1927. L’entrée en guerre puis l’occupation italienne affecte relativement peu cette quiétude.

Mais la vie de la famille Jacob bascule en 1943, avec l’arrivée des Allemands à Nice. Simone doit quitter le lycée. Elle vit cachée (chez un professeur), comme le reste de sa famille. En mars 1944, un contrôle d’identité inopiné mène à son arrestation, puis à celles de sa mère, sa sœur et son frère. Transportée avec eux à Drancy, elle est déportée à Birkenau, puis à Bobrek, camp satellite d’Auschwitz, où elle travaille à l’usine Siemens. Les civils polonais alentour « ne pouvaient pas ne pas savoir », dit-elle.

L’avancée des Soviétiques pousse les SS à faire évacuer le camp. Simone survit avec sa mère et sa sœur à la marche de la mort, qui les mène jusqu’à Monowitz, dans d’horribles conditions. Elles sont ensuite transférées à Bergen-Belsen, où sa mère meurt du typhus, en mars 1945. Son frère et son père ont également péri dans les camps. Sa sœur aînée, entrée en résistance et déportée à Ravensbrück, a survécu.

Après son retour à Paris, Simone Jacob épouse Antoine Veil, futur inspecteur des finances. Elle entreprend des études de droit et de sciences politiques, puis commence, dans la magistrature, une brillante carrière. Nommée ministre de la santé par Valéry Giscard d’Estaing en 1974, elle fait adopter l’année suivante une loi sur l’avortement. Elle devient, en 1979, la première présidente du Parlement européen. Depuis 1998, elle est membre du Conseil constitutionnel, dont elle s’est mise provisoirement en congé pour faire campagne en faveur de la Constitution européenne. Elle est aussi présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, fidèle à son engagement « contre toutes les intolérances ».

Voir la vidéo : Témoignage : Simone Veil, déportée à Birkenau, Bobrek et Bergen

 

Résultat de recherche d'images pour "photos de l'enfance de Simone Veil"
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s