6 millions d’euros : la facture de la sauterie de la SNCF a du mal à passer !

Résultat de recherche d'images pour "Sigle SNCF et photos de gares parisiennes"
______________________________________________

Même les ministres invités n’ont pas goûté aux fastes de l’inauguration de deux nouvelles lignes TGV samedi 1er juillet. C’est dire.

C’était jour de fête, samedi 1er juillet pour la SNCF. L’entreprise publique inaugurait deux nouvelle lignes à grande vitesse : Le Mans-Rennes et Tours-Bordeaux. Et elle n’a pas lésiné sur les moyens pour accueillir les VIP – dont Emmanuel Macron – à l’intérieur du train et à la gare Montparnasse, point de départ du trajet inaugural Paris-Bordeaux.

Coût de la sauterie : 6 millions d’euros, selon la lettre professionnelle mobilettre. Seulement 3,6 millions rétorque la SNCF qui qualifie le budget de « raisonnable », note Franceinfo.

Grimaces des invités

Un faste qui aurait agacé jusqu’aux ministres invités, notent « Le Canard enchaîné » et « Capital ». Le barnum a coûté l’équivalent de 60.000 trajets Paris-Bordeaux en TGV.

Le caviar et les grands vins bordelais ont eu également du mal à passer. « Je ne voudrais pas contribuer à creuser la dette de la SNCF », aurait lâché Nicolas Hulot. La ministre chargée des Transports, Elisabeth Borne, aurait cherché à obtenir des explications sur le coût des festivités. Même lassitude du côté d’Alain Juppé face aux buffets somptuaires mis sur pied par Guillaume Pepy et les huiles de la SNCF :

Et pourtant, il n’y a plus d’argent »…

Mais les petits fours de ce week-end sont peut-être les derniers. Lors de son discours, Emmanuel Macron a fait allusion à un changement de régime à venir évoquant « le plaisir coupable des inaugurations, qui est le pire des pièges », indique le « Canard ». Et d’ajouter, note « Capital » :

« En venant inaugurer ce grand projet ce soir, et ceux de la journée, je suis en train de vous dire : le rêve des cinq prochaines années ne doit pas être un nouveau grand projet comme celui-là, ou plus exactement, si c’est cela que je vous promettais ce soir, quelque part je vous mentirais. Et nous avons vécu dans le secteur sur beaucoup de mensonges. Ces dettes accumulées, un jour quelqu’un les paiera. »

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Nouvelobs.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s