Sécurité sociale : ces milliards que l’Algérie doit à la France et qu’elle ne remboursera probablement jamais, étant donné l’immoralité de ces gens-là ! !

Sécurité sociale : ces milliards que l’Algérie doit à la France_____________________________________________________

Il y a quelques jours, nous avons publié un article sur la prétention de Bout’flika exigeant des excuses de la France pour les « souffrances » que le peuple algérien aurait subies pendant la colonisation.

http://ripostelaique.com/que-bouteflika-et-les-algeriens-se-debrouillent-entre-eux-et-nous-foutent-la-paix.html

Vos nombreux commentaires liés à cet article font état, à juste titre, des frais d’hospitalisation de ce président qui est maintenu en vie grâce aux bons soins des médecins français, chez nous, en France.

Aujourd’hui, 10 juillet, à l’Assemblée nationale, ont été distribués des documents relatifs au projet de loi n° 13, présenté par M. le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères : « autorisant l’approbation du protocole annexe à la convention générale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire sur la Sécurité sociale du 1er octobre 1980 relatif aux soins de santé programmés dispensés en France aux ressortissants algériens assurés sociaux et démunis non assurés sociaux résidant en Algérie (renvoyé à la commission des affaires étrangères). »

Ce protocole annexe a été signé, à Alger, le 10 avril 2016, entre les Ministres des Affaires sociales et de la Santé algérien et français.
La ministre française, signataire de ce protocole, est madame Marisol Touraine. Il « réactualise» la Convention générale France-Algérie sur la sécurité sociale du 1er octobre 1980, promulguée par le Décret n°82-166 du 10 février 1982, signé par F. Mitterrand.

Cette version initiale (1982), à laquelle s’est ajouté le protocole annexe de Touraine (2016), a été validée ce 16 mai 2017, donc, par l’équipe du président Macron.

Nous savons que tout cela est très rébarbatif à lire mais vous trouverez, en fin d’article, les liens qui vous renvoient aux textes officiels.

Cependant, nous nous demandons pourquoi revient, ce jour à l’Assemblée, un protocole qui a été validé par l’équipe macronique, il y a à peine deux mois. Qu’est-ce que cela peut bien cacher, encore ?

Parce qu’avec les couilles molles qui nous dirigent, on peut s’attendre à tout !

Ce qui nous gêne aux entournures, c’est de savoir, de source sure, que l’Algérie n’a jamais respecté les accords de cette convention – comme d’habitude ! – dans ses articles 8 – 9 et 10, relatifs au Tarif et remboursement des prestations.

Car, dans ces articles, l’Algérie s’engageait à rembourser à la Sécurité Sociale française, les frais engagés pour les soins prodigués aux Algériens. Ce qu’elle rechigne à faire mais cela ne nous étonne pas de leur part. Pire encore, quand l’Administration française lui réclame quelque 37 millions d’euros d’arriérés non payés, Bouteflika s’insurge : l’Algérie ne doit rien !

Ben voyons !

Eternel recommencement. A quelque niveau que ce soit, quand il s’agit des Algériens, la France DOIT PAYER.

Dans un premier temps, en 2012, lorsque le lézard s’est dévoilé dans la presse, il était question de « 600 millions € dus par l’Algérie à la France dont 37 millions au titre des remboursements par sa sécurité sociale »  (L’énorme dette de la Sécu algérienne – Europe1).

En 2014, Le Point titre : « La grosse ardoise de l’Algérie à la sécu » « Touraine hausse le ton sur les arriérés médicaux des patients algériens. »

En 2015, La Dépêche publie : « Ces riches étrangers qui ne règlent pas leur note aux hôpitaux français ».
« […] Mais pour ces clients résidents à l’étranger (ndlr : il s’agissait du roi séoudien) et qui n’ont pas réglé leur note, l’hôpital a fait ses comptes : il manque 118,6 millions d’euro dans ses caisses ! […] Parmi les pays les plus redevables, l’Algérie arrive largement en tête. »

Et ce n’est pas tout !

Quand vous aurez lu ce qui suit, vous ferez comme nous ! Vous vous mettrez très en colère contre ces dirigeants français (depuis 1962) qui sont incapables de taper du poing sur la table pour remettre d’équerre ces algériens.

Parce que, en attendant, les Français sont de moins en moins remboursés au prétexte qu’il faut « combler le trou de la sécu ». Les retraités et les petits salaires qui ne bénéficient pas de la CMU (bien évidemment) et ne peuvent pas se payer une mutuelle, se privent des soins les plus élémentaires quand tous ces gens d’Algérie viennent chez nous se faire soigner gratis.

Donc, pour en revenir à nos chers ministres de la Santé successifs, nous savons, depuis 2012, que la France galère pour se faire payer par la sécu algérienne.

Mais… Depuis quand elle ne paye pas ?

Voici un court extrait de l’entretien de Touraine au micro de JJ Bourdin, le 15 janvier 2014.

[…]

JJB : J’ai compris. Qui paie le séjour de monsieur Bout’flika ?
MT : Écoutez, l’Algérie règlera les frais.
JJB : Elle règle à chaque fois à la Sécurité sociale, par exemple ?
MT : Nous avons sur le cas algérien, je crois qu’il faut distinguer deux choses, ce qui se passe aujourd’hui, c’est à dire aujourd’hui, nous avons rétabli des procédures qui permettent à l’Algérie de payer pour les hôpitaux quand ils sont utilisés par des Algériens. Nous avons un contentieux qui continue, c’est celui de la dette et nous poursuivons les discussions, j’ai eu…
(JJB coupe la parole, comme il le fait souvent dans cette interview) :
JJB : Combien l’Algérie doit-elle à la France ?
MT : Nous avons une discussion à avoir avec l’Algérie, ça fait partie de la négociation
JJB : Combien doit-elle ?
MT : Les sommes sont significatives
JJB : pourquoi ne pas me donner la somme, Marisol Touraine, je ne comprends pas ce manque de transparence
MT : Ce n’est pas un manque de transparence, un des débats est de savoir… Nous ne sommes pas certains de pouvoir retracer l’ensemble des séjours qui ont eu lieu. Nous allons essayer de toper, passez-moi l’expression, sur un montant forfaitaire, les discussions sont en cours, je souhaite qu’elles puissent aboutir
JJB : Vous vous mettez d’accord sur un montant forfaitaire ?
MT : Exactement. J’espère que nous allons aboutir.
JJB : Cela fait combien de temps ?
MT : Cela fait des années que la discussion a lieu, bien avant l’arrivée aux responsabilités de ce gouvernement, la discussion a été accélérée, je souhaite qu’elle puisse aboutir, car c’est un point qui me semble nécessaire pour – comment dire – pour la transparence des relations entre nos deux pays. Mais je sais que l’Algérie est sensible à l’appréciation française.
JJB ; Donc, je n’aurai pas de chiffre?
MT : Je souhaite vous en annoncer prochainement.
(Fin de citation)
Elle dit : « Cela fait des années que la discussion a lieu ! » Non mais, on croit cauchemarder !

Vous avez donc compris, comme nous, que l’Algérie ne rembourse pas à la France ce qu’elle lui doit en matière de Sécurité sociale et ce, depuis des décennies.

Et rien ne dit, rien ne prouve qu’ils soient arrivés à un consensus, aujourd’hui, connaissant les zigs avec qui la France discute. Ce qui revient à dire que la France va s’asseoir sur les dettes de santé de l’Algérie mais que tous ferment leurs gueules pour ne pas « stigmatiser » ces pauvres discriminés.

Et nous, Français de France, qui sommes si désireux de conserver notre régime d’Assurance maladie, nous payons pour chaque Algérien qui reçoit des soins chez nous, n’est-ce pas ?

Alors, nous aimerions comprendre pourquoi, après ces aveux de Touraine, elle a eu besoin de « créer » une annexe au protocole ?

Eh bien, dans ces nouvelles dispositions, en plus de soigner les assurés sociaux au régime algérien et leurs familles, nous nous engageons à soigner ceux des Algériens qui ne sont pas affiliés à l’assurance maladie algérienne ni à aucun autre régime.

Ils appellent ça : les démunis non assurés sociaux résidant en Algérie.

Elle est pas belle la vie ?

Autrement dit, TOUS les Algériens, qu’ils travaillent ou pas, qu’ils cotisent ou non, bénéficient des soins en France. Soins qui devraient être « théoriquement » remboursés à la France, par l’Algérie.
Et nous savons, aujourd’hui, que ça n’a jamais été le cas.

Après ce qu’on vient de lire, nous pouvons être sûrs que nous sommes en train de soigner, GRATOS, tous les ressortissants algériens depuis 55 ans et que ça va continuer !

Et ce n’est pas le gouvernement actuel – qui a déjà entériné ce protocole annexe, comme on l’a vu plus haut – qui exigera de l’Algérie qu’elle mette la main à la poche pour rembourser ses dettes à NOTRE sécu.

Au contraire ! L’augmentation de la CSG (Contribution sociale généralisée), cet impôt destiné à participer au financement de la protection sociale (sic), nous fera, tous, systématiquement, participer à combler les dettes de la sécu à cause du défaut de paiement des Algériens.

Le Macron ne vaut pas mieux que les autres présidents.

Il se couche devant l’Algérie comme il se couche devant les Séoud et certainement les autres, Qatar compris. Sauf que ces derniers ne sont pas 40 millions à pomper sur nos finances et ils ne viennent que de temps à autre même si, relativement nombreux, l’ardoise hospitalière qu’ils nous laissent reste salée.

Par contre, voilà 55 ans que ces Algériens, ennemis de la France, gueulent comme des veaux que nous leur devons repentance, excuses et salamalecs, alors qu’ils sont en train de traire la vache à lait France avec des pompes aspirantes.

Et, aucun de nos hommes d’état (en minuscule) n’a eu et n’a suffisamment de c… pour les renvoyer dans les cordes.

Aussi, quand, après tous ce que l’on entend, que l’on lit, que l’on subit de la part de ces ennemis de la France qui continuent de rentrer chez nous comme dans un moulin, nous disons qu’on ne peut plus les voir, pas même en peinture, est-ce que cela choquera quelqu’un ?

Non. On les vomit et on a des raisons de les vomir. Ils n’ont aucun honneur, aucune fierté mais… nos dirigeants valent-ils mieux qu’eux ?

Danièle Lopez

NB :

Convention générale entre la France et l’Algérie, Sécurité sociale
http://www.legislation.cnav.fr/Pages/texte.aspx?Nom=CV_GEN_01101980

Protocole annexe signé par Marisol Touraine, en 2016 :
http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/projets/pl4432-ai.pdf

Décret n°82-166 du 10 février 1982 – portant sur la même convention, à laquelle est ajouté le protocole annexe de Touraine, le tout signé par Mitterrand et Mauroy en 1982 mais, dont la version a été consolidée au 16 mai 2017 – donc, par Macron président :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=E4529540FA694A3C1ADB445A4AAE4387.tpdila17v_1?cidTexte=JORFTEXT000000516516&dateTexte=20170516

Danièle Lopez

Sécurité sociale : ces milliards que l’Algérie doit à la France

(Source : Riposte laïque)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s