Eudes Baufreton : « Du 1er janvier au 24 juillet, le Français travaille pour l’État… »

Résultat de recherche d'images pour "photos d'une médaille d'or"
______________________________________________

Avant même les Jeux olympiques, la France a déjà gagné une médaille d’or : celle des dépenses publiques.

Eudes Beaufreton célèbre le 24 juillet, date de la libération fiscale : ce que gagne le Français est enfin pour lui !

On parle, depuis quelques jours, des Jeux olympiques à Paris. Emmanuel Macron a annoncé un milliard d’euros d’argent de l’État pour financer ces Jeux olympiques. La France semble avoir déjà gagné une médaille d’or que Contribuables associés lui a remise. De laquelle s’agit-il ?

Celle de la dépense publique.

On sait bien que dépenser de l’argent plus qu’on en gagne est un sport national en France.
Le taux de dépense publique est aujourd’hui de 56 % du PIB. Cela veut dire que les Français travaillent 205 jours par an pour l’État, c’est-à-dire jusqu’au 24 juillet.

On rit jaune quand on découvre cela, mais on est effectivement déjà les champions du monde dans ce domaine.

Vous parlez de la date du 24 juillet. Qu’est-ce que signifie, exactement, cette date pour le contribuable français ?

Nous avons simplement transformé en nombre de jours le poids de la dépense publique.
En réalité, chaque Français travaille du 1er janvier jusqu’au 24 juillet pour l’État.
Tout ce qu’il a gagné est englouti par l’État jusqu’à cette date puis, à partir du 25 juillet, ce qu’il gagne est enfin pour lui.
Cela permet de mettre en perspective le poids des dépenses publiques.
Les gens ne comprennent pas bien qu’il y a d’un côté des impôts et de l’autre des dépenses.
La réalité est que les impôts correspondent au poids des dépenses. Plus il y a de dépenses et plus il y a d’impôts.
Cela permet de se rendre compte de ce qui se passe dans d’autres pays. C’est beaucoup ou pas ?
Comme vous l’aviez dit, nous sommes champions de la dépense publique. Nous dépensons plus que les autres pays. Les autres pays dépensent moins que la France.

La France est désormais championne du monde des pays de l’OCDE. Est-ce que les différences avec les autres pays sont énormes, ou tout le monde se suit ?

Il y a de vraies différences.
Si je prends le cas de l’Irlande, elle est libérée à partir du 11 avril. Cela veut dire qu’à partir du 12 avril, l’argent gagné par les Irlandais leur appartient et ils le réinjectent dans l’économie.
Je rappelle que trop d’argent public signifie trop d’impôt, et trop d’impôt signifie moins de pouvoir d’achat. C’est une question de liberté individuelle que de disposer de votre argent.
Pour l’Irlande, c’est le 11 avril, mais pour les États-Unis, il s’agit de 38 % de PIB : cela correspond au 19 mai. Pour le Japon, c’est le 22 mai ; le Royaume-Uni, le 2 juin ; le Portugal, le 9 juin ; l’Italie, le 28 juin. Dans les pays nordiques, qui dépensent généralement plus par habitant, la Finlande, par exemple, c’est le 20 juillet.
C’est donc dire que la France est réellement la pire en termes de dépenses. Pour autant, la situation n’y est pas meilleure.
On ne meurt pas plus dans les hôpitaux en Finlande, en Irlande ou en France.
C’est bien cela, la réalité.

Comment ces pays arrivent-ils à libérer fiscalement les habitants plus tôt et quelles sont les réformes faites ? Est-ce possible en France alors que nous avons parfois l’impression d’une marche forcée de la dépense publique ? Est-ce qu’elle peut être enrayée ?

Il faut mener des réformes structurelles.
Tout le monde sait qu’il faut les mener, y compris dans le gouvernement actuel.
La vraie question est de savoir qui aura le courage de les faire.
Je ne suis pas bien sûr, en voyant les premières annonces de ce gouvernement, qu’ils partent dans la bonne direction.
J’entends qu’il va y avoir des mesures, mais il me semble qu’il s’agit plus de réformettes.
Les vraies réformes de fond restent à faire.
La France est, par exemple, championne du monde du mille-feuille administratif, avec strate sur strate. Dit autrement, les communes, les communautés de communes, les départements, les régions, etc. – j’en passe et des meilleurs. La réforme des collectivités territoriales est nécessaire.
Chacun dépense un peu plus, mais l’addition fait qu’on est les champions quand même.
Il y a aussi la réforme du statut de la fonction publique. Quand on compare avec l’Allemagne, on a 1,6 million de fonctionnaires de plus. Encore une fois, on ne meurt pas plus dans les hôpitaux en Allemagne qu’en France.
Cela montre qu’on a un réel problème avec le poids de notre fonction publique.
S’agissant de la réforme du travail, le gouvernement semble vouloir s’y attaquer.
Néanmoins, ce n’est qu’un départ.
Une entreprise n’embauche pas aujourd’hui parce qu’il y a un frein à la sortie, pas un frein à l’embauche.
On voit que tout cela pèse et sclérose le pays. Il faut se libérer de cela.
Cela ne veut pas dire du libéralisme à tout prix. Mais il faut être pragmatique, faire sauter les verrous là où ils sont et enfin nous rendre à nouveau compétitifs.
La France fait partie d’un écosystème. Il y a d’autres pays autour de nous. Il y a notamment les pays européens qui sont plus compétitifs en matière de main-d’œuvre. Nous n’arriverons pas à régler le problème de l’emploi en France si nous ne sommes pas compétitifs à nouveau.
Le seul moyen d’être compétitifs est de réduire les dépenses en commençant par les gaspillages d’argent public.

(Source : BOULEVARD VOLTAIRE )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s