LE DJIHAD FAIT A L’OCCIDENT ET LES CONSEQUENCES DES GRANDES INVASIONS BARBARES DU XXIe SIECLE – 23 juillet 2017

______________________________________________

Suède : les sous animaux enragés ont encore frappé : une femme de 45 ans violée par 3 immigrés africains dans une forêt près de Stockholm

SVT Nyheter rapporte que, juste avant 21h00, le vendredi 14 juillet la police a été informée d’un viol qui a eu lieu dans une forêt à Barkarby, au nord-ouest de la capitale suédoise, Stockholm.

Il y a trois auteurs signalés, mais jusqu’à présent, aucune arrestation n’a été faite. La victime âgée de 45 ans a été emmenée à l’hôpital pour un check-up, mais est partie depuis. Selon nos connaissances, la victime et les suspects n’ont eu aucune relation préalable. déclare l’enquêteur Oskar Tallryd.

SVT Nyheter

Expressen fournit la description la plus détaillée des violeurs, citant l’agent Oskar Tallryd :

« La description que nous avons reçue est que les suspects étaient vêtus avec des habits sombres, âgés de 15 à 20 ans, avaient une apparence d’Afrique de l’Est. C’est la description la plus détaillée que nous ayons.

Suède : une femme de 45 ans violée par trois jeunes immigrés africains dans une forêt près de Stockholm

(Source : Europe-Israël)

-==-

https://i0.wp.com/cdn.bvoltaire.fr/media/2017/07/shutterstock_481528804-1000x660.jpg

Et maintenant, ils squattent les piscines…

Les millions de litres d’eau déversés dans les rues de nos quartiers ne leur ont donc pas suffi.

Après avoir ouvert les précieuses bornes à incendie, les « jeunes« – enfin, les « djeunes » -, les désœuvrés de nos villes mais aussi de nos villages, ceux à qui la France et leurs parents n’ont pas su apporter le minimum d’éducation, s’en sont pris aux piscines.

Les piscines municipales, d’abord, dans lesquelles ils trouvent un malin plaisir à se soulager, polluant l’eau déjà passablement impropre et où sévit parfois, avec la complicité des maires, quelques modes musulmanes fort peu hygiéniques.

Un exemple parmi des dizaines d’autres : la piscine de Sanvignes, en Saône-et-Loire. Squattée par des dizaines d’ados et jeunes adultes mâles déjà bien bronzés et qui plongent, replongent en hurlant au point que les riverains ont porté plainte sans résultat. Le Journal de Saône-et-Loire a recueilli ce témoignage d’un voisin : « On appelle le commissariat, mais ils disent qu’ils ne peuvent rien faire, qu’ils ne sont pas assez nombreux. C’est tout juste si on ne les dérange pas à les appeler… La piscine de Sanvignes devient une zone de non-droit. »

Il y a pire ! C’est l’invasion des piscines privées, de villas ou de résidences. BFM TV, dont on sait combien les journalistes sont politiquement corrects, a toutefois réalisé un court reportage sur le viol de ces piscines à Toulouse. Là aussi, les policiers sont sollicités. Ils reçoivent une centaine d’appels par semaine, et plus, même, lorsque le thermomètre grimpe.

Comme le chantait le regretté Éric Charden dans un autre siècle, l’été s’ra chaud. Et pas seulement dans les T-shirts et les maillots…

(Source : BOULEVARD VOLTAIRE)

-==-

Image associée

Le maire collabo de Marignane favorise le développement d’une mosquée salafiste. Appelons un chat, un chat ! Dans une France où l’islam nous a déclaré la guerre, Eric Le Dissès est un ami des mahometans, donc un traître et un ennemi de la France. louyehi ________________________________________________

Jean-Lin Lacapelle : « Le maire LR de Marignane favorise le développement d’une mosquée salafiste ! »

Jean-Lin Lacapelle accuse le maire LR de Marignane de mettre à disposition d’une mosquée salafiste les locaux de l’ancienne police municipale, faisant ainsi montre d’une grande complaisance à l’égard de l’islam radical.

Il a tout simplement accordé la jouissance des anciens locaux de la police municipale à la mosquée salafiste de Marignane.

La mosquée salafiste ajoute ce qui correspondait aux anciens locaux de la police municipale, soit 40 m2, qui s’ajoutent aux 100 m2 actuels.
Ce maire est donc d’une grande complaisance à l’égard de l’islam radical.
Il avait bien caché son jeu pendant les législatives alors qu’il est le suppléant d’Éric Diard, fraîchement élu.

En vertu des lois sur la laïcité, cela ne devrait-il pas être illégal ?

Il faut déterminer, pour cela, s’il y a une aide matérielle. De ce point de vue, il y a encore une zone de flou.
En revanche, c’est bien lui qui met à disposition ses locaux de l’ancienne police municipale.
Il n’y a aucun blocage de sa part. Il favorise donc le développement et l’enracinement d’une mosquée salafiste.
Si nous sommes conformes et fidèles à nos convictions et nos orientations, elle fait partie de ces mosquées qui aurait déjà dû être fermées depuis très longtemps.

À quoi attribuez-vous cela ? Une forme de clientélisme, ou d’irresponsabilité ?

Absolument, il s’agit de clientélisme et de complaisance, comme dans beaucoup de municipalités de gauche comme de droite.
On achète ses voix.
Chasser le naturel, il revient au galop.
On joue son jeu plein d’hypocrisie pendant la campagne électorale, une fois l’élection passée, le masque tombe.
Cette droite-là est coupable de complaisance et les électeurs jugeront et réaliseront que seuls les élus et le parti du Front national sont capables d’avoir des positions extrêmement claires.
Un imam radical induit l’expulsion si c’est un imam étranger. Il faut aussi supprimer tous les financements déguisés d’organismes ou de lieux de culte, et enfin dissoudre tous les organismes ayant un lien avec l’islamisme radical.

Le Front national est en congrès jusqu’à samedi. La nouvelle ligne du parti va être débattue. On voit plusieurs courants s’affronter en interne. On voit, notamment, un courant favorable à se rapprocher des élus Républicains, ou en tout cas une partie de la droite.
Quel est votre point de vue là-dessus ?

Il n’y a pas plusieurs courants.
Il y a une ligne politique qui a permis de recueillir 35 % des voix des Français au second tour de l’élection présidentielle et onze millions de Français.
C’est la ligne politique derrière laquelle nous étions tous solidaires. Les objectifs de cette élection présidentielle n’ont pas été tout à fait atteints, puisque nous aurions évidemment souhaité l’élection de notre présidente Marine Le Pen.
Ce séminaire a donc pour objectif de refondre notre mouvement, de se poser les bonnes questions, de renforcer et de maintenir les points forts de notre ligne politique. Il s’agit donc de forme et de fonctionnement.

(Source : BOULEVARD VOLTAIRE)

-==-

https://i2.wp.com/cdn.bvoltaire.fr/media/2017/07/dacab743cb0a179cef57709362e4950933437062.jpgL’horreur de l’excision des petites filles musulmanes : un traumatisme physique et psychologique qui dure toute une vie, et qui, trop souvent, se solde par la mort de l’enfant, notamment par manque d’hygiène et de soins, ce qui n’est pas assez souligné dans les articles sur ce sujet. louyehi ___________________________________________________

Le nombre d’excisions explose : l’Europe championne de la charité hypocrite

Elle attente à la vie et la dignité de femmes auxquelles nos gouvernants se vantent hypocritement de venir charitablement en aide.

Depuis la fin de la campagne et l’élection d’Emmanuel Macron, l’immigration semble ne plus susciter beaucoup l’intérêt de nos médias, trop occupés à commenter d’autres événements. Mais le phénomène, lui, continue de progresser, et les problèmes qui l’accompagnent de s’accroître, en France comme dans d’autres pays européens.

Certains persistent à opposer bêtement le prétendu racisme haineux des partisans d’une immigration contrôlée à l’humanité autoproclamée de ceux qui veulent ouvrir encore plus grand les frontières. D’autres, comme le pape François, n’appellent à la prudence en la matière que parce qu’ils craignent que l’immigration massive ne fasse le jeu des populismes, abomination de la désolation, selon eux. D’autres, encore, plus lucides, invoquent l’impossibilité d’intégrer convenablement des afflux massifs de migrants. Mais ils réduisent souvent la question à la recherche d’un équilibre entre deux devoirs moraux : la charité envers les immigrés d’un côté, et la protection que l’État accueillant doit garantir à la population autochtone de l’autre.

Lors de la visite d’Angela Merkel à la Maison-Blanche en mars 2017, Donald Trump avait ainsi sagement affirmé : « La sécurité de nos citoyens doit toujours passer en premier. » Mais, même si cela peut paraître moins grave à certains, on ne peut plus nier, désormais, que l’immigration massive menace aussi l’identité et la culture du pays d’accueil : les traditions étrangères qu’on lui impose, sinon d’adopter, du moins d’accepter, au nom du multiculturalisme et de la tolérance, occupent une place croissante dans l’espace public. Certaines de ces traditions sont, pourtant, en totale contradiction avec les valeurs dont se réclament ceux-là mêmes qui défendent l’immigration pour tous et la diversité.

Ainsi, l’Allemagne, atteinte par des attentats terroristes, théâtre de violences sexuelles massives commises par des migrants, voit également aujourd’hui, selon un article publié par Valeurs actuelles ce 19 juillet, le nombre d’excisions exploser. « L’ONG Terre des Femmes estime à 58.000 le nombre de femmes vivant en Allemagne qui ont subi des mutilations génitales féminines (MGF), et à 13.000 supplémentaires les mineures à risque, des chiffres qui ont augmenté respectivement de 10.000 et de 4.000, depuis 2016. » En cause, « l’afflux des migrants de pays comme l’Érythrée, la Somalie et l’Irak ».

Ces chiffres sont effarants, surtout quand on sait ce qu’est l’excision et quelles sont les conséquences de cet acte sur la vie d’une femme. Sans même parler des risques sanitaires qu’elle fait courir à celles qui en sont victimes, l’excision est une mutilation destinée à conserver à la femme sa fécondité mais à délibérément diminuer son plaisir sexuel, une atteinte à son intégrité physique, psychologique, sociale, anthropologique.

L’excision ne menace certes pas la sécurité des populations autochtones, qui peuvent dormir tranquilles. Mais elle attente à la vie et la dignité de femmes auxquelles nos gouvernants se vantent hypocritement de venir charitablement en aide. Les Européens condamnent à grands cris l’excision comme une pratique barbare, mais ils laissent des dizaines de milliers de fillettes qui vivent chez eux aller subir cette torture dans leur pays d’origine, sous le prétexte d’une visite à la famille restée là-bas, et revenir sans que personne soit inquiété, comme un tacite encouragement au crime.

(Source : BOULEVARD VOLTAIRE)

-==-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s