La JUSTICE ne devrait-elle pas être au service de TOUS les citoyens ?

La justice ne devrait-elle pas être au service de tous les citoyens ?_____________________________________________________

La France est l’un des pays qui verbalise, sanctionne, pénalise et interdit à tous les niveaux les actes et les propos considérés comme déviant au regard de la loi.

En France, il est interdit de discriminer, de marquer une différence basée sur la religion, la couleur, les origines et la culture. La loi est sévère si un individu, un groupe politique, une entreprise pratique la discrimination. Sauf si elle est « positive » et donc défavorable aux nationaux de souche !

En France, diffuser des propos alimentant la haine raciale est interdit.

En France, la violence sous tous ses aspects est interdite.(Voir Vidéo)

En France, l’antisémitisme est interdit, et les tribunaux sanctionnent sévèrement à juste raison.

En France, nous ne pouvons pas déporter, mettre dans des camps et assassiner des groupes d’individus en fonction de leurs origines, leur religion et leur couleur.

Qui pourrait en fait, être favorable à lever ces interdictions ? Personne de sensé, personne de conscient, et d’humain, doté d’un cœur, d’une âme et d’un minimum d’humanisme.

En France, la période des nazis, de leurs crimes est suffisamment forte dans les esprits et le dégoût est prégnant. En France pourtant, dans les manifestations d’islamistes, il est normal de manifester contre les juifs et d’appeler à leur mort.

En France, il est normal dans les écoles coraniques, de considérer les juifs comme des singes et des porcs. En France, dans les mosquées salafistes, il est normal d’enseigner la haine raciale et la violence basée sur les origines. Discrimination ? Il est normal d’apprendre que la musique est l’oeuvre du diable (source). Toutes les vidéos concernant cet Imam de Brest sont supprimées !

En France, on peut assassiner une juive en la massacrant, et en la jetant par-dessus un balcon sans que cela soit considéré comme un crime raciste, un délit de haine, une violence faite à plus faible que soi. De même, il est possible de poignarder un agriculteur en criant Allah ou Akbar, sans que cela soit considéré comme un crime raciste, une discrimination en fonction d’une religion, voire d’un acte terroriste comme à Poitiers.

En France, on peut décapiter, on peut aussi frapper de coups de couteaux, un citoyen de passage dans un lieu public, sans que la puissance publique considère que c’est un crime volontaire et conscient. Tout juste un acte de « déséquilibré » ayant besoin de soins médicaux, et qui sera de nouveau libre après avoir obtenu l’aval de médecins psychiatres, voire de suivre un soutien psychologique.

En France, on peut refuser d’appliquer la loi qui interdit le port du niqab. Il suffit de payer une amende et de recommencer le lendemain. Amende payée par un tiers, un résident étranger qui s’en vante, et se moque de facto de la loi française et des juges.

En France, on peut enseigner le refus de s’allier, d’avoir des amis, de se marier, d’avoir des enfants avec un autre groupe, de choisir une autre religion, une autre communauté qui ne soit pas exclusivement musulmane. C’est même exigé par un livre dit saint, dans la Sourate 5 verset 51, ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens. Ils sont amis les uns des autres. Celui qui les prend pour amis est un des leurs ! Ségrégation ?

En France, on peut enseigner dans les écoles coraniques à des enfants, un apprentissage de la haine de l’autre, du différent, considéré comme ennemi par la Sourate 2 verset 191: Tuez-les partout, où vous les rencontrerez ! On imagine l’impression faite sur des enfants !

En France, des imams affirment que la musique, le chant, l’égalité des sexes est contraire à des lois religieuses, et que celles-ci sont supérieures aux lois du pays d’accueil, aux lois de la République.

La France a déclaré la guerre à l’état islamique, un groupe d’hommes et de femmes prônant la supériorité des croyants. Nous faisons la guerre à des islamistes qui croient en leur supériorité par rapport au reste de l’humanité au même titre que les nazis étaient persuadés de la supériorité de leurs origines vis-à-vis du reste de l’humanité !

Nous faisons la guerre en Syrie, en Irak, et hier en Afghanistan au nom de la liberté, au nom de la démocratie, au nom des droits de l’homme contre ces « fous d’Allah », des croyants musulmans qui croient dur comme fer,  Sourate 9 verset 9, qu’il faut combattre ceux qui ne croient ni en Allah, ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés.

La question est : quelles sont les différences entre ceux qui croient dans un livre, lisent les mêmes sourates, croient en Allah et à son messager Mahomet, et veulent obtenir le paradis promis par le djihad ?

Où se situent les différences d’appréciation des tribunaux, entre ceux qui ont déporté les juifs, les tziganes, les homosexuels, et qui les ont exploités industriellement, comme de la matière première, à la descente des wagons de l’enfer, et ceux qui considèrent ouvertement que les juifs sont des singes et des porcs avec lesquels, il faut être en guerre permanente, jusqu’à la dernière goutte de sang juif. Racisme ?

Quelles sont les appréciations des tribunaux français, avec ceux qui massacrent les homosexuels en les balançant du plus haut des falaises et des immeubles ! Avec ceux qui considèrent que la femme est un être inférieur par définition, et que l’on peut battre à son gré (S4v34), et qui n’est qu’un champ de labour à utiliser à son aise (S2v223). Avec ceux qui considèrent que l’esclavage est une bonne chose !

La question fondamentale est : pourquoi les tribunaux ne répondent pas aux plaintes, aux remarques, aux faits qui dénoncent un livre religieux, (Coran) des livres de fond (Hadiths et Sunna) qui sont contraires aux lois de la République. (Discrimination des sexes, des juifs, des homosexuels, des chrétiens, etc.)

Pour tout dire et pour conclure, pourquoi les tribunaux harcèlent les sites qui démontrent la nocivité d’un système politico-religieux, avec la même rigueur que ceux qui encensent le nazisme, cette maladie humaine, cette horreur ?

Peut-on imaginer, dans une société française ayant retrouvé le bon sens, que la justice française veille à mettre sur un pied d’égalité, toutes les diffusions de groupes, d’individus diffusant la haine raciale, et appelant à la mort de tous ceux qui ne partagent pas leur idéologie.

Est-il possible de rappeler cette

citation de Ferhat Mehenni : L’islam, c’est l’islamisme au repos. L’islamisme, c’est l’islam en mouvement. C’est une seule et même affaire.

Ce n’est pas un Français de souche, pas un extrémiste de droite, pas un beauf, un dangereux radical fasciste, et autres fadaises ! C’est un Algérien, un intellectuel qui même en Algérie, peut dire ce que désormais, il est quasi interdit de dire en France sans risquer les foudres des chiens de garde associatifs, et subir avec désespoir, la lâcheté pusillanime des médias.

Est-ce trop demander de réclamer la justice pour tous et l’égalité de traitement pour chacun. N’est-ce pas là, la définition de la Liberté, de l’égalité et de la Fraternité ?

Gérard Brazon (Libre expression)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s