Dans le Haaretz, un Professeur émérite d’histoire détruit Shlomo Sand !

Shlomo Sand ©Pierre PETRUS blog ________________________________________________

Article publié dans le journal israélien d’extrême gauche Haaretz, un quotidien qui, d’habitude, adule Sand et ses théories fumeuses. Mais aujourd’hui, un Professeur émérite d’histoire, reconnu comme tel dans le monde entier, à détruit Shlomo Sand, ce faussaire de l’histoire. Voici son plaidoyer.

Après avoir cessé d’être Juif, Shlomo Sand cesse d’être historien.

Dans ses précédents livres sur l’histoire juive et l’entité géographique connue sous le nom de Terre d’Israël, Shlomo Sand a démontré une incapacité à différencier le processus de structuration des connaissances historiques et les biais conscients et inconscients des chercheurs, d’une part, l’idéologie et la politisation des connaissances d’autre part.

Sand, professeur émérite d’histoire à l’Université de Tel Aviv, a également démontré un talent pour mélanger l’histoire et le folklore, comme lorsqu’il a choisi de présenter des représentations romantiques et nationalistes du XIXe siècle de la tribu Khazar juive comme réalité historique, en ignorant l’écrasant consensus historique qu’ils n’avaient jamais existé.

Pour ceux qui ne comprennent peut-être pas comment l’ancien historien israélien aurait pu offrir des interprétations si erronées tout en se présentant comme Don Quichotte qui se battrait seul contre l’ensemble académique méprisable et subjugué qui est asservi aux mécanismes du pouvoir et de l’État, le dernier livre de Sand fournit la réponse: Sand a du mal à comprendre non pas l’histoire juive en soi, mais les méthodes de l’histoire, les qualités uniques de la discipline et le rôle de la pensée critique en général et du postmodernisme en particulier.

Dans «Comment le peuple juif a été inventé, » Sand nous apprends qu’en dehors de lui-même, personne – ou du moins personne d’autre dans le domaine de l’histoire en Israël – n’a jamais dit la vérité sur la façon dont « Le peuple juif a été inventé » ; d’un mélange de différentes tribus et d’unités ethniques diverses… le tout « recruté » par des historiens sionistes dans le but de façonner une nation imaginaire.

En même temps, son interprétation alternative a été entièrement construite sur des recherches menées par des savants locaux – les mêmes personnes qui ne savaient pas et ne comprenaient pas la vérité et qui refusaient de le publier.

Dans «Comment la terre d’Israël fût inventée », il a continué dans cette veine, annulant l’existence de cette entité géographique parce que ses limites n’étaient ni éternelles ni clairement délimitées. En ce faisant, Sand est encore tombé dans le piège romantique et nationaliste du 19ème siècle.

Cependant, son processus critique ne s’est pas arrêté là.

Dans la vie de chaque nation (chaque nation inventée, bien sûr …), il y a des moments dont les souvenirs ne seront jamais effacés.

Dans la vie de la nation juive (la nation juive inexistante, bien sûr …), il y a eu de tels moments, par exemple, l’Exode d’Egypte, la destruction du Premier et du Deuxième Temples, l’Holocauste, de la création de l’Etat D’Israël, l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin – et le 18 avril 2013, le jour où Sand a déclaré, lors d’une conférence publique à Tel Aviv, son «retrait» du peuple juif. Il a ensuite publié une brochure complète sur cet événement dramatique, «Comment j’ai arrêté d’être juif» (2014).

Alors que ce dernier événement n’a pas déclenché les ondes de choc anticipées, le renversement de Sand sur le peuple juif a été accompagné de son détour du regard des royaumes juif et terrestre d’Israël (ce qui n’existe pas, bien sûr …) Le domaine de l’histoire en général et l’histoire européenne en particulier.

« L’histoire en crépuscule: les réflexions sur le temps et la vérité » est essentiellement une expansion sur les œuvres antérieures de Sand, ce qui signifie que, après avoir cessé d’être juif, dans ce dernier livre, il cesse d’être européen et historien. Tous les historiens, selon lui, souffrent d’une incapacité à réfléchir à la fiabilité des méthodes. Tous sont négligents dans la façon dont ils utilisent les concepts, et tous ses pairs sont toujours anachroniques et non critiques. Seul Sand agit courageusement, conduisant dans une voiture avec un pare-brise brisé face à une tempête de vent – mais il garde les yeux grands ouverts (selon ses propres mots).

Au début du livre, Sand parle de sa rencontre avec le prolifique et important historien français François Furet. Sand lui a fourni une liste de lecture sur un sujet précis, dont Furet choisit, selon Sand, uniquement les sources qui convenaient à l’argument qu’il souhaitait faire.

C’était un moment de révélation pour Sand. A cet instant, il se rendait compte de l’importance des diversions des historiens. Mais alors que d’autres historiens auraient appris la leçon qu’il ne faut écrire qu’avec des preuves, Sand semble avoir tiré la conclusion inverse: chaque fois qu’il est possible d’offrir plusieurs interprétations d’un certain événement ou d’une chaîne d’événements, Sand, qui critique Furet, préfère choisir l’interprétation qui répond le mieux à ses besoins politiques immédiats, même si le statut accordé à cette interprétation par la communauté des historiens est, au mieux, douteuse.

Tout cela se produit parce que, «les historiens sont au nationalisme ce que les cultivateurs de pavot au Pakistan sont aux toxicomanes d’héroïne: nous fournissons la matière première essentielle pour le marché», dit Sand, citant l’historien Eric Hobsbawm, dénigrant ainsi la profession et tous ses praticiens (tout sauf lui-même, bien sûr).

Sur quatre chapitres, Sand continue à attaquer quatre truismes de l’historiographie. Tout le chapitre de la première partie est consacré à un résumé des annales de l’humanité, c’est-à-dire à un résumé du livre de Yuval Noah Harari intitulé «Sapiens: une histoire succincte de l’humanité».

Avec la vitesse d’un pilote de course conduisant avec le vent fort dans son dos, il passe en revue toute l’histoire de la race humaine, principalement l’histoire de l’Occident, pour prouver que le progrès n’a pas été le monopole des Européens et que l’aube de la civilisation s’est effectivement déroulé dans le Tigre, l’Euphrate et Vallée du Nil – un fait qu’il présente comme radicalement nouveau, mais que tout Israélien apprend à l’école, à l’âge de 10 ans.

Sand prétend également faire de nouvelles révélations lorsqu’il explique que diverses sociétés se sont développées de différentes manières, en fonction de leurs besoins agricoles et économiques particuliers; Que les sociétés humaines ont toujours emprunté et appris l’une de l’autre; Et que lorsque les sociétés agissaient à l’unisson, des cultures étaient créées. Le mythe du progrès est une invention raciste de l’Europe, affirme-t-il, comme le terme même «continent européen». Il en va de même pour d’autres concepts employés par les Européens, tels que l’antiquité, le moyen âge, la Renaissance et la modernité.

Non seulement il n’y a pas un seul autre historien qui ignore l’arbitraire de ces termes, mais, sur chaque page de ce premier chapitre, Sand parle de domaines géographiques et culturels qui « ont progressé jusqu’à un certain niveau de complexité, depuis leur naissance. Ils ne devraient plus être en mesure d’évoluer « une singularité ».

À la fin d’un long chapitre, qui est rédigé dans le langage positiviste du progrès du XIXe siècle, Sand affirme qu’il est le seul à réussir à «briser le continuum de l’histoire» et à se libérer non seulement du concept nationaliste du temps, mais aussi de l’illusion marxiste du temps et de la perception occidentale du temps. Peut-être, mais nous devrons attendre son prochain livre pour le voir, car dans celui-ci il est encore complètement mêlé à l’expérience de la modernité.

Le deuxième chapitre du livre implique une attaque contre l’histoire sociale française de l’école Annales. Cette école, qui a été créée à la fin des années 1920, a déplacé la perspective des historiens de l’accent mis sur les événements politiques vers les processus sociaux, économiques et démographiques, et ensuite vers les processus mentaux à long terme. Il a inventé l’historiographie du climat, des familles et de la sexualité et a développé des techniques de recherche (statistiques, démographiques, etc.) qui ont permis de poser des questions historiques qui n’ont jamais été posées auparavant.

Cependant, si l’opinion de Sand, l’histoire politique est invalide car elle sert l’entité nationale, l’histoire sociale française est invalide car elle n’est pas assez politique. L’étude des structures et des processus à long terme, a t-il dit, a supplanté l’étude des événements politiques. Il accuse les principaux historiens de l’École d’Annales de s’occuper des paysans plutôt que des travailleurs et soutient qu’en s’immergeant en chiffres et en analyses statistiques, ils «ont sanctifié la réalité» au lieu de la saper. « Quelle est la fonction de l’histoire si son consommateur ne lui trouve aucune réponse à ses besoins spirituels ou politiques? », demande-t-il seulement 20 pages après avoir attaqué le phénomène d’enrôlement de l’histoire pour répondre aux besoins politiques.

Il n’y a aucune raison d’étendre les malentendus plus mineurs dans ce chapitre, c’est-à-dire en ce qui concerne la question de savoir quelle est l’histoire de la mentalité, quelle est la micro-histoire, quelle est l’étude de la mémoire et ce que sont les politiques (oui , Politique) de l’étude des classes socioéconomiques inférieures dont les voix n’avaient pas été entendues dans des sources historiques traditionnelles et qui jusqu’aux années 1960 n’étaient pratiquement pas représentées dans les recherches historiques en tant que forces proactives, mais plutôt représentées comme des victimes de processus plus importants qu’eux.

Le troisième chapitre ridiculise le culte par les historiens des sources historiques, car le choix des sources et la manière dont elles sont analysées servent toujours, selon Sand, des besoins d’une nation.

Pour mesurer la superficialité de cet argument, je propose que les lecteurs considèrent comment la recherche menée sur les naissances hors mariage chez les filles des paysans dans la France du 19ème siècle – un exemple typique des sujets de l’histoire sociale française – sert l’éthique nationale française au 21ème siècle.

Le quatrième et dernier chapitre est une étude superficielle de ce que l’auteur appelle «approches post-modernistes», et bien sûr de tous les historiens qui l’ont précédé et développé ces approches de recherche. Même les plus critiques d’entre eux, accuse t-il, n’insistent pas sur le fait que « l’histoire est l’opium du peuple. » Selon lui, « il n’y a pas d’histoire écrite qui ne soit pas influencée par des intérêts particuliers ».

En tant que tel, cette argumentation témoigne de son échec absolu à comprendre les prétentions de Michel Foucault et de Roland Barthes.

Quelles sont donc les conclusions de Sand ? Pourquoi se lamenter de la soumission des historiens, quels qu’ils soient, où qu’ils soient, de leur acceptation de « la ligne du parti » et de leur corruption morale ainsi que de leur désir d’apaiser les organes du pouvoir?

Il soutient que, déjà au stade de l’enquête, on devrait mettre en doute les découvertes historiques. C’est une condition indispensable pour l’écriture d’une histoire «plus crédible». Et il faut aussi garder à l’esprit que les truismes historiographiques sont toujours une question de relativisme et de fragmentation. Sand ne met pas de guillemets autour de ces termes et les présente plutôt comme ses propres révélations… Mais elles ne sont pas nouvelles, puisque Leopold von Ranke, l’historien positiviste du 19ème siècle en parlait déjà… Ainsi que l’humaniste italien Lorenzo Valla dès le XVè siècle.

Parmi ses autres revendications superficielles, Sand déclare que, contrairement aux médecins, les historiens n’ont aucune obligation morale envers qui que ce soit ou quoi que ce soit. Ceci, bien sûr, est une affirmation erronée. Toute discipline scientifique possède une notion de vérité, et la vérité des historiens n’est pas «rigide», comme la vérité des lois de la physique.

Les historiens sont moralement obligés de présenter à leurs lecteurs ce qu’ils supposent être l’explication la plus exacte et la plus précise d’une série d’événements, et ils sont moralement obligés de donner à leurs lecteurs la capacité de juger de l’exactitude de leurs déclarations.

Nous parlons de «notes de bas de page» – un dispositif apparemment technique qui est non seulement le gage moral d’un historien, mais aussi une volonté de se soumettre au test des lecteurs. Sand ne se soumet pas au test des lecteurs. Quiconque n’est pas d’accord avec lui est défini a priori comme quelqu’un qui a vendu son âme aux mécanismes du pouvoir. En effet, son dernier travail se termine par une lamentation sur le sort amère de Sand lui-même – victime de persécution par l’ensemble de l’établissement pour son courage de délivrer la vérité.

Professeur Moshe Sluhovsky – Haaretz – adaptation française JSSNews
L’auteur est le président du département d’histoire et de l’école d’histoire de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Dans le Haaretz, un Professeur émérite d’histoire détruit Shlomo Sand !

(Source : JSS News)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s