Israël – 2 août 2017

https://i0.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/08/xDF6TDp5UwAA6eMb_953_636-700x466.jpg.pagespeed.ic.kq8h5bQygB.jpg____________________________________________________

L’Iran a aidé à financer les troubles sur le Mont du Temple

On affirme que la République d’Iran a fourni des sacs de nourriture aux manifestants protestant contre les mesures de sécurité sur le Lieu Saint. Question mettant les services de sécurité sur la brèche : comment sont-ils entrés sur la rive ouest du Jourdain?

https://i2.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/08/000_R13N8-635x357.jpg   Tirs de gaz larimogènes pour disperser les manifestants danbs la vieille ville de Jérusalem le 27 juillet 2017. (AFP Photo/Ahmad Gharabli)

La République islamique d’Iran a, selon tous les indicateurs, l’Iran a fourni de l’aide aux manifestants palestiniens qui se sont rebellés contre les mesures de sécurité sur le Mont du Temple à la fin du mois dernier.

Cette aide comprendrait des boîtes de nourriture et de boissons, qui sont parvenues avec un flyer attaché qui décrit le Dôme du Rocher et une citation attribuée au Guide Suprême d’Iran, Ruhollah Khomeini, où on peut lire : « Avec l’aide d’Allah, la Palestine sera libérée. Jérusalem (Al Quds) est à nous ».

Alors que les médias palestiniens publient des reportages sur la livraison de ces paquets de nourriture par un mouvement de jeunesse iranien, un responsable des renseignements palestiniens a déclaré qu’il est évident que le régime iranien est le marionnettiste qui tire les ficelles de cette aide soudain « providentielle ».

« Il est évident pour nous que le régime de Téhéran, au moyen de son bras long (les réseaux des Brigades Al Quds de Qassem Soleimani), est derrière cette opération de restauration des manifestants », a déclaré ce responsable des renseignements au quotidien Israel Hayom dans un article publié mardi.

« Les sommes que cela représente sont de l’ordre de millions de shekels et les Iraniens ont trouvé une brèche pour tirer les bénéfices (marrons du feu) et envoyer un message au public palestinien juste sous le nez d’Israël, pour dire que c’est l’Iran qui prend soin d’eux. Le flyer attaché à tous les paquets de nourriture et les citations de Khamenei font savoir clairement qui se trouve derrière ces paniers de nourriture ».

https://i0.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/08/DF6TDp5UwAA6eMb.jpg

 Follow

امیر طاها صالحی @Taha_salehi20

توزیع شیرینی و بسته های غذایی مردم ایران بین جوانان مقاوم فلسطینی در مقابل #مسجد_الاقصی
همراه با جمله رهبری:#فلسطین_سوف_تحریر#القدس_لنا

4:56 PM – Jul 29, 2017

 Replies

 33 Retweets

 1414 likes

Twitter Ads info and privacy

Un autre responsable palestinien a déclaré à Israel Hayom qu’alors que l’AP était au courant de cet effort iranien d’infiltration, ses services de renseignements ne l’ont pas notifié à leurs homologues israéliens, à cause de la décision du Président Mahmoud Abbas de geler la coopération sécuritaire en protestation contre les mesures de sécurité placées sur le Mont du Temple, à la suite de l’attentat terroriste du 14 juillet sur les lieux saints, alors que trois Arabes Israéliens ont tiré pour tuer sur deux officiers de police israéliens, avec des armes transférées clandestinement à l’intérieur de la Mosquée Al Aqsa.

« Dans un territoire sous le contrôle palestinien, cela n’aurait pas pu arriver », ajoute t-il. « Nous ne pourrions pas nous permettre que les Iraniens mettent un pied dans la porte de cette façon, parce que cela nous reviendrait en boomerang par la réaction des Etats arabes » (ennemis de l’Iran).

L’implication iranienne a aussi mis en colère les responsables de l’Autorité Palestinienne, un responsable demeuré anonyme, mais présumé proche d’Abbas, disant au quotidien que c’est une grave erreur de permettre aux tentacules de l’Iran de pénétrer sur la rive ouest du Jourdain.

La République islamique finance depuis longtemps toutes sortes d’opérations anti-israéliennes, le plus souvent par sa livraison d’argent et d’armes aux groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah, plus rarement sous forme de « soft power », comme dans ce cas si avéré.

L’Iran fait de l’appel à la destruction d’Israël et de la « libération » musulmane de Jérusalem l’axe central de ses efforts de propagande.

Alors qu’Israël a supprimé la semaine dernière ses nouvelles mesures de sécurité installées sur le Mont du Temple, un responsable de l’AP a annoncé que la coopération sécuritaire allait progressivement se rétablir, à condition que l’accès sur les lieux saints soient absolument sans la moindre restriction pour tout musulman.

israelhayom.com

L’Iran a financé les troubles au Mont du Temple©

(Source : JForum)

-==-

https://i1.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/07/168274.jpg_____________________________________________________

Le monde musulman ne croit plus à la comédie palestinienne

Le 27 juillet 2017, l’Esplanade des Mosquées (Mont du Temple pour les juifs) a été le théâtre de nouvelles violences entre palestiniens et forces de l’ordre israéliennes, en dépit des avertissements lancés la veille, par le Chef de la Police de Jérusalem, Yoram Halevi :                    « Personne ne doit nous provoquer à l’avenir. Le calme reviendra si les fidèles musulmans s’en tiennent aux instructions de leurs leaders ». En réalité, les palestiniens ne supportent pas, les décisions souveraines de l’Etat juif sur le site considéré (comme le troisième lieu Saint de l’Islam). Désormais, ils découvrent qu’au sein du monde arabo-musulman, personne ne croit dans leur comédie meurtrière.

Le 25 juillet 2017, les autorités israéliennes ont décidé de retirer les portiques de sécurité, installés à l’entrée de l’Esplanade des Mosquées, la suite de l’attaque lancées contre des soldats israéliens d’origine druze. Il s’agissait pourtant des mesures de sécurité électroniques utilisées sur l’ensemble des sites religieux dans le monde : Mecque, Vatican, Mur des Lamentations. Or, et au lieu de se réjouir, les palestiniens vocifèrent contre les leaders musulmans qui se désintéressent du rôle de gardiens du site, qu’ils se sont arrogés.

Un enseignant palestinien (auteur d’actes terroristes en Israël où il a purgé une peine de 20 ans d’emprisonnement) s’est emporté : « al-Aqsa est en danger et a besoin du soutien des Arabes et des musulmans, populairement et officiellement. Ce n’est pas normal de voir les habitants de la ville d’al-Quds laissés seuls face à l’occupation, seuls sans aucun soutien. ». Aussi, demande-t-il aux responsables arabes de cesser toute relation (secrète) avec l’entité sioniste, de stopper la normalisation des relations politiques, économiques et sécuritaires, de chasser les sionistes et de fermer leurs représentations, en donnant aux peuples la liberté de s’exprimer (sic).

Un autre enseignant a évoqué qu’à l’époque des croisades, l’appel à la prière a été interdit pendant plus de 90 ans mais que les fidèles musulmans sont parvenus à s’unir, à chasser les croisés et à libérer les minarets : « Ne laissez pas les habitants de la ville d’al-Quds tous seuls, avant qu’il ne soit pas trop tard. Soutenez al-Aqsa et al-Quods, avant que les occupants viennent atteindre vos châteaux. »
Un juge palestinien a reproché aux arabes et aux musulmans leur silence : «  vous devez réagir avant que la colère de Allah ne vous tombe dessus. Est-ce normal que vous restiez sans réaction face aux jeunes Palestiniens arrêtés et internés dans les prisons de l’occupation sioniste ? ».

De même, un mufti palestinien s’est insurgé contre les mesures israéliennes qui tirent profit du silence arabe, islamique et international : « Mon appréhension la plus forte est de voir les sionistes diviser la sainte mosquée d’al-Aqsa et ses places, spatialement et temporellement, et de faire de ses cours un temple ! J’appelle alors les Arabes, les musulmans, les hommes libres du monde entier à soutenir la mosquée d’Al-Aqsa (petit rappel : en réalité son vrai nom est Al-Haram Al-Charif  – Depuis quelques décennies, la Taqyia sévit plus que jamais ! louyehi) et à la protéger de la judaïsation et de toute menace ».

Bien évidemment, le leader Hamas dans la bande de Gaza, Ismail Haniyeh, s’en est pris, de la même manière, aux dirigeants des pays arabes et islamiques concernant ce qu’il appelle les attaques israéliennes contre la Mosquée Al Aqsa : « la mosquée al-Aqsa n’a jamais connu de telles agressions depuis son occupation, il y a près de 50 ans. L’occupation israélienne est déterminée plus que jamais à mener à bien son projet de contrôle complet sur la Mosquée Al-Aqsa, l’imposition de la division temporelle et spatiale entre les musulmans et les juifs, et de se consacrer comme seule autorité pour gérer les affaires de la mosquée en annulant le rôle historique du Département de Waqf islamique de Jérusalem, la seule et unique autorité responsable de la gestion de la mosquée » (il reconnaît ainsi que le problème est bien la gestion souveraine du site par Israël, à l’exclusion de toute autre organisation). Pour lui, les mesures israéliennes consistent à «  resserrer son étau, renforcer son contrôle sur l’entrée et la sortie des fidèles ce qui consiste une violation flagrante du droit de culte religieux, une atteinte sans précédent à la sainteté de la mosquée sainte, et une modification du statu quo arabo-islamique dans la ville sainte ».

D’ailleurs, il a reconnu le rôle que le peuple palestinien est censé jouer sur le plan historique : « Il est temps d’améliorer la fermeté de notre peuple à Jérusalem qui défend les lieux saints de la nation » (le mot est lâché). Il a donc appeler les leaders arabes et musulmans à s’unir pour soutenir les palestiniens : « Nous sommes aujourd’hui devant une occasion historique de pousser l’occupation à arrêter les attaques sur Al-Aqsa, et la non-ingérence dans ses affaires grâce à l’intégration des efforts officiels et populaires pour contraindre l’occupation israélienne ».

Il a conclut en lançant : « les Palestiniens sont déterminés à la défendre en offrant plus de sacrifices en espérant l’appui illimité des arabes et musulmans au niveau populaire et officiel pour protéger al-Aqsa et préserver sa sainteté immuable face au terrorisme et extrémisme des colons et forces occupantes sionistes qui cherchent par tous les moyens à imposer un nouveau statu quo dans la ville sainte et sa mosquée bénie ».
En somme, les palestiniens imaginent pouvoir fédérer le monde musulman autour du troisième Lieu saint de l’Islam et inciter les musulmans à se lever pour chasser les juifs. Naturellement, il s’agit d’un déni de la réalité juridique. La vielle ville de Jérusalem est sous souveraineté juive, tout comme le Mont du Temple.

Le traité de Paix israélo Jordanien de 1994 a prévu qu’Israël « respecte le rôle spécial du Royaume Hachémite dans les sanctuaires musulmans à Jérusalem » mais ne lui a jamais conféré d’autorité juridique, politique ou religieuse. Aussi, la réaction jordanienne lors de la fermeture de la mosquée a été plus que modérée : le Roi Abdallah a juste téléphoné au Premier Ministre Benjamin Netanyahou pour critiquer le fermeture et demandé sa réouverture » (confirmant ainsi le contrôle israélien sur le site).

De même, la Ligue arabe a demandé qu’al-Aqsa soit rouverte immédiatement et que cesse tout changement du statu quo. Pour leur part, l’Égypte et la Turquie ont été très nuancés : la Turquie a exprimé son regret pour l’incident, insistant sur la nécessité de laisser le site ouvert et que la décision par Israël de fermer le site soit annulée. Seul, le Qatar a été plus virulent : le Ministre des Affaires étrangères a déclaré que la fermeture d’al-Aqsa constituait « une grave violation des sites sacrés islamiques et une provocation pour des millions de musulmans à travers le monde » (sic).

Ainsi, les déclarations des pays arabes et musulmans illustrent leur parfaite reconnaissance de ce que le Mont du Temple est sous souveraineté israélienne et que l’Etat juif décide, seul, de sa gestion et de son administration. Que les palestiniens en prennent donc note et qu’ils cessent de s’inventer un rôle de gardien du site.

Les règles afférentes au principe de souveraineté sont très simples : la Synagogue de la Ghriba, bien que fréquentée par les juifs, est sous contrôle tunisien. La Cathédrale Sainte Sophie, ancien lieu de prière chrétien, est passé sous contrôle Turc (qui en a fait une mosquée). Le Mont du temple est sous contrôle juif et le restera.

Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

Le monde musulman ne croit plus dans la comédie palestinienne©

(Source : JForum)

-==-

https://i2.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/07/knesset_israel_re432.jpg_____________________________________________________

Les atrocités islamiques, qui dépassent même les atrocités nazies, exposées devant la Knesset

Lors d’une audience organisée au Parlement israélien à Jérusalem, Nadia Murad, 24 ans, ambassadrice de bonne volonté de l’ONU, enlevée par les miliciens de l’État islamique pour devenir une esclave sexuelle lorsque les djihadistes ont envahi le nord de l’Irak en août 2014, a fait appel à l’Etat juif, l’air sombre, pour qu’il reconnaisse officiellement les atrocités commises par les musulmans sunnites de Daech.

La survivante yézidie, qui avait été mise en captivité par les djihadistes sunnites, a vivement recommandé à la Knesset de reconnaître les crimes commis par l’organisation terroriste contre la minorité irakienne yézidie sous la qualification de génocide.

« Ma visite ici aujourd’hui a pour objectif de vous demander de reconnaître le génocide commis contre mon peuple, à la lumière de l’histoire commune de génocides de nos deux peuples », a-t-elle dit lors de cette réunion qui a eu lieu lors de la dernière semaine de la session de la Knesset avant un arrêt de trois mois.

« Les Juifs et les Yézidis partagent une histoire commune de génocide qui a modelé l’identité de nos populations mais nous devons transformer notre douleur en action. Je respecte la manière dont vous reconstruisez une communauté juive globale dans le sillage du génocide. C’est un voyage que ma communauté va devoir effectuer », a ajouté Murad en arabe, s’exprimant par l’intermédiaire d’un interprète.

Dans son discours, Murad a fait une brève référence au siège de Sinjar, durant lequel sa mère et six de ses frères sont morts.

« Ils ont entouré plus de 200 000 yézidis qui s’enfuyaient sur les monts Sinjar, sans eau, sans nourriture, sans refuge. Une grande partie de mon peuple a péri dans les montagnes », a-t-elle dit.

« Ils ont également systématiquement enlevé des milliers de femmes et d’enfants, dont moi. Les femmes et les fillettes étaient réduites en esclavage et converties de force. Les garçons subissaient l’endoctrinement de l’EI et étaient entraînés pour devenir des combattants. Même si certaines zones ont été libérées de l’EI, le génocide continue aujourd’hui. »

Murad, qui vit dorénavant en Allemagne, est parvenue à s’enfuir et elle est devenue depuis la porte-parole de la cause de son peuple. En 2016, elle a été nominée au Prix Nobel de la paix.

« Nous, Yézidis, sommes un peuple pacifique », a-t-elle déclaré. « Jamais, dans notre histoire de 5 000 ans, nous avons combattu et tué les autres. Mais ce caractère pacifique ne nous a pas rendu service. Nous avons dû affronter 74 pogroms, souvent motivés par des interprétations extrêmes de l’islam. Et j’ai peur que ce génocide, celui qui continue aujourd’hui, ne soit mené à bien si nous ne pouvons pas retourner sur la terre qui nous a vus naître ».

Une  première démarche  israélienne Israël à reconnaître ces massacres

C’est tout à son honneur que la Knesset accueille cette survivante pour dénoncer le silence coupable des intellectuels musulmans. À l’instar de tous les pays épris d’humanisme, Israël, cette nation qui inventa avec l’historique décalogue le concept de « loi », serait-il donc aujourd’hui, sur le point de reconnaître les massacres ?

Une parlementaire issue de l’opposition a promis de rechercher cette reconnaissance officielle israélienne par le biais d’une législation à la Knesset

La législatrice issue de l’Union sioniste Svetlova a indiqué qu’elle présenterait une proposition de loi visant à reconnaître le génocide yézidi lors d’un vote à la Knesset au mois de novembre, lorsque le Parlement se réunira à nouveau.

Svetlova a déclaré qu’elle était optimiste, pensant pouvoir convaincre la coalition de soutenir cette reconnaissance qui, a-t-elle averti, en est encore « à ses tous premiers stades ».

Souhail Ftouh

Identité Juive

Les atrocités islamiques exposées devant la Knesset

(Source : JForum)

-==-

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s