Roubaix : une jeune fille, handicapée, mordue 225 fois par des rats !

Qui aurait dit que les conditions de vie en France seraient, un jour, pareilles à celles que vivent les Algériens dans leur pays ?

Le mimétisme direz-vous ? Peut-être ! Il y a tellement d’Algériens qui vivent en France que les populations qui les côtoient dans les cités et autres habitations regroupant de nombreuses ethnies peuvent avoir été enclines à reproduire leurs coutumes.

Et la coutume des Algériens, dans leur pays, est de vivre au milieu de leurs ordures.

C’est dans leurs quotidiens qu’on lit le plus souvent les ravages qui détruisent ce pays bouffé par les ordures ménagères qui s’amoncellent devant leurs portes sans qu’ils éprouvent le besoin de les brûler – au moins – pour éviter la prolifération des bactéries et autres maladies qui s’abattent sur les populations.

Ce sont leurs journalistes, eux-mêmes, qui reprochent l’incurie de l’Algérien à vivre dans des villes où les rues sont envahies par les poubelles, la crasse et les odeurs pestilentielles qui en résultent.

Mais les maladies et bactéries de toutes sortes ne sont pas les seules à s’approprier ces monceaux d’ordures.

Il y a un vecteur autrement plus dangereux qui les colonise, pour s’en nourrir, c’est le rat des villes. Le bien gros rat gris et répugnant qui évolue dans la mouscaille de l’être humain.

C’est ainsi que nous avions appris, toujours par un quotidien national algérien, qu’un patient de l’hôpital d’Oran avait été retrouvé mort, dans les toilettes de l’étage où il était hospitalisé. Ce n’est qu’au matin que le personnel de service l’avait retrouvé en partie bouffé par des rats qui s’étaient attaqués à l’homme.

Est-il mort de mort naturelle et ‟consommé‟, après, par ces sales bestioles ? Est-ce l’attaque des rats qui l’auront fait mourir, s’il était affaibli ? L’article ne le dit pas.

Pourtant, l’horrible expérience que vient de subir une jeune paraplégique de 14 ans, à Roubaix – EN FRANCE !!! – nous prouve que la seconde hypothèse peut très bien être plausible.

La jeune fille alitée, ne pouvant se défendre en raison de son handicap, a été attaquée dans la nuit de vendredi à samedi dernier par une meute de rats qui lui ont infligé pas moins de 225 blessures sur tout le corps (mains, visage, jambes).

La seule différence dans l’horreur, entre l’Algérie et la France, est que cela ne s’est pas passé en milieu hospitalier. Mais la cause, elle, est bien identique à celle de l’Algérie : la présence des ordures ménagères, déversées par les habitants, sur un parking proche des habitations.

Comment en est-on arrivé à une situation aussi humiliante, dans notre pays ?

Que font les pouvoirs publics ?

La mairie de Roubaix fait-elle un distinguo entre les résidences, pour l’enlèvement des ordures ménagères ?

Il semblerait, néanmoins que oui, puisque le père de la jeune fille vient de déposer une plainte contre le bailleur et la ville, plainte qui a déclenché une enquête pour « conditions d’hébergement contraires à la dignité humaine ».
Pouvions-nous imaginer, un jour, que la France moralisatrice, si prompte à dégainer ses critiques envers d’autres nations, deviendrait l’égale de ces pays du tiers-monde, dans lesquels les populations vivent dans la saleté, la misère, en l’absence totale d’hygiène ?

C’est pourtant le cas.

Et les principaux responsables sont ces bailleurs, marchands de sommeil, qui s’érigent en associations, dont les missions sont d’utilité sociale et d’intérêt général, nobles protectrices des personnes démunies, qu’elles « logent dans le respect et la dignité pour encourager le vivre-ensemble et la cohésion sociale ». C’est elle qui se présente comme telle, sur son site internet, nous n’inventons rien !

Elle, c’est l’association SOLIHA (solidarité habitation) qui a pignon sur rue depuis 50 ans, en France et qui donne (ou loue ?) un toit aux personnes les plus vulnérables.

Soliha Métropole Nord est donc le bailleur de ces logements de Roubaix où cette enfant réside avec ses parents. Ce bailleur qui n’a pas bougé quand le père de la jeune fille leur a demandé, à plusieurs reprises mais en vain, de faire enlever l’amoncellement de poubelles, trop proche de leur habitation.

La seule réponse de cette association – qui ne reconnaît pas sa faute – est de la rejeter sur les résidents, comme elle les appelle, en précisant :

 » C’est un problème récurrent dans le quartier. Tous les riverains amènent leurs poubelles sur ce site privé en les faisant passer par-dessus la balustrade du parking. »

Si la mairie met des poubelles à la disposition de ces populations et qu’elle s’occupe du ramassage des ordures ménagères, elle aura compris, et Soliha aussi, que les personnes logées dans ces appartements, cités ou dortoirs, n’ont pas seulement besoin d’avoir un toit, elles ont besoin, aussi, qu’on leur apprenne la propreté, en les éduquant à vivre selon nos us et coutumes.

Il ne suffit pas de se croire plus honorable que les autres en accueillant à tout-va les migrants ou clandestins qui se présentent à nos frontières si on les abandonne à leur sort et qu’on les laisse vivre comme ils le faisaient, chez eux, dans leur pays.

C’est déjà assez que la France ait changé de physionomie, si, en plus, elle devient un dépotoir et donc, un danger sanitaire à cause du fameux vivre-ensemble, il vaut mieux envisager tout de suite un exode vers des cieux plus cléments et plus sains.

Danièle Lopez

Roubaix : une jeune fille, handicapée, mordue 225 fois par des rats !

(Source : Riposte laïque)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s