Nomination de Syvie Goulard ou le rétablissement des privilèges

Afficher l'image d'origine

Nomination de Syvie Goulard ou le rétablissement des privilèges__________________________________________________

Si la nuit du 4 août 1789 avait aboli les privilèges, Macron, 230 ans plus tard, les a rétablis, car tel est son bon plaisir. Sa conception du pouvoir n’a en effet rien à envier à celle du Roi-Soleil. L’affaire Benalla en est la parfaite illustration.
.
En France, il n’est pas indispensable d’avoir des démêlés avec la justice pour faire une belle carrière politique, mais reconnaissons que parfois, ça aide bien.
.
D’ailleurs, au hit parade de l’IPC 2018, l’Indice de perception de la corruption, on retrouve le Danemark, la Nouvelle-Zélande, la Finlande, Singapour, la Suède et la Suisse. La France est 21e, preuve que morale et politique n’y font pas bon ménage.
.
C’est ainsi que Sylvie Goulard, après avoir « démissionné » de son poste de ministre de la Défense en 2017, suite à l’affaire des emplois fictifs présumés des eurodéputés du Modem, se retrouve propulsée au poste de commissaire européenne par Macron, en remplacement de Pierre Moscovici.
.
Certains objecteront qu’elle n’a pas tué père et mère et que bien d’autres élus avant elle ont mis le doigt dans le pot de confiture.
.
Certes, mais en ce qui concerne Marine Le Pen et le RN, les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets, puisque celle-ci est mise en examen ! Être dans les petits papiers de Macron, c’est évidemment plus porteur que d’être dans son collimateur…
.
Comme par hasard, c’est hier que Sylvie Goulard a été blanchie par le Parlement européen. Les téléphones ont dû crépiter jour et nuit entre Macron et Bruxelles pour classer le dossier en urgence.
.
Mais une autre polémique fait tache : durant deux ans, alors qu’elle était eurodéputée, Sylvie Goulard a été rémunérée comme « conseillère » plus de 10 000 euros par mois par un think tank américain, l’Institut Berggruen, au risque d’être accusée de conflit d’intérêts.
.
Rappelons que Fillon a été désintégré pour moins que ça. Il a payé pour tous les autres, au nom de la transparence ! En réalité, il barrait la route à Macron.
.
Après sa démission, Sylvie Goulard s’est retrouvée bombardée à la direction de la Banque de France, en tant que sous-gouverneur. Dans un pays scandinave, elle aurait été mise au placard à vie. Mais dans une république bananière comme la France, les casseroles judiciaires n’ont jamais été un handicap.
.
Ce qui prouve que la moralisation de la vie politique prônée par Macron, c’est à la gueule du client.
.
Pour le président de l’association Anticor, cette nomination à la Commission européenne donne une image désastreuse de la France. Et de citer les cas de Richard Ferrand et d’Alain Juppé.
.
« Il n’y a vraiment qu’en France que l’on voit cela. Tant qu’il n’est pas condamné, un politique français peut continuer à faire carrière sans la moindre difficulté, même si son nom est associé à une enquête judiciaire. C’est le cas de Sylvie Goulard, mais aussi récemment de Richard Ferrand, avec l’affaire des mutuelles de Bretagne. Et si par malheur il est condamné, comme Alain Juppé par exemple, eh bien… il peut toujours faire carrière ! Ceux qui ne sont pas assez bons pour être ministre feront de bons présidents de l’Assemblée nationale ou commissaires européens. »
.
« Reconnue coupable de négligence dans l’arbitrage Tapie, Christine Lagarde a été maintenue à son poste de directrice générale du FMI. Rien n’est jamais grave… Mais pour l’image de la France à l’étranger c’est désastreux. »
.
« Dans certains pays, notamment les États scandinaves, à la moindre faute on n’entend plus jamais parler de vous. »
.
Chez nous, Richard Ferrand, alors président de l’Assemblée, s’était permis de clamer que même mis en examen, il ne démissionnerait pas ! C’est tout dire.
.
Il est évident qu’il n’y a aucune morale, aucune éthique dans la sphère politique et que la loi sur la moralisation voulue par Macron n’est qu’une fumisterie. Si Jupiter lève le pouce, l’élu inquiété sera blanchi.
.
« La preuve avec le rapport annuel de Transparency France qui montre que plusieurs élus condamnés après la promulgation de la loi de moralisation de la vie politique, qui plus est pour des faits de corruption ou de détournement de fonds, pourront se présenter sans problème aux prochaines élections. »
.
.
Et ce livre de Vincent Le Coq, qui en dit long sur la mainmise des politiques sur la justice.
.
.
« Sur les quelque 6 000 magistrats du pays, une centaine seulement sont nommés aux postes décisifs (ceux qui décident si les jugements auront lieu ou pas), et ils sont nommés par l’exécutif. » Pas besoin de dessin…
.
« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cours vous rendront blanc ou noir », disait La Fontaine. Et c’est toujours le cas.
.

En avril 2017, le tribunal correctionnel de Bordeaux avait condamné à de la prison ferme un homme sans domicile fixe qui avait volé pour 20 euros de nourriture dans un supermarché.

.

Malheureusement pour lui, ce pauvre bougre ne faisait pas de politique !

Jacques Guillemain

Nomination de Syvie Goulard ou le rétablissement des privilèges

(Source : Riposte laïque)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s