12/09 : combien de temps encore pourrons-nous voir ce tableau « Jean Sobiesky marchant sur les musulmans » ?

12/09 : combien de temps encore pourrons-nous voir ce tableau « Jean Sobiesky marchant sur les musulmans » ?Illustration : RECONQUISTA (cathédrale de Puy en Velay) __________________________________________________

BREVE

Jean Sobieski, le pape Innocent XI et son cousin l’évêque du Puy célébrant la victoire chrétienne à Vienne sur les musulmans enturbannés en leur marchant dessus.

Combien de temps encore va-t-on laisser cette peinture affichée sans que des musulmans vexés ne la détériorent, sans que des gauchistes ne crient au racisme, à la guerre des civilisations, à la provocation ?

Et avec un Macron aux manettes… la censure et la réécriture de l’histoire sont dans l’air du temps.

.

Souvenons-nous pendant que nous le pouvons…

 

Bataille de Vienne, le 12 septembre 1683

Une des ambitions de Jean III est de rassembler l’Europe chrétienne dans une guerre contre l’Empire turc ottoman et de chasser cette puissance expansionniste, de religion musulmane, qui était parvenue, au fil des siècles, à conquérir militairement une grande partie du sud-est de l’Europe et cherchait alors à submerger sa partie occidentale. Sobieski s’allie au Saint-Empire romain germanique et rejoint la ligue catholique du pape Innocent XI.

Selon l’historien polonais Oscar Halecki, Jean III projetait d’occuper la Prusse avec l’aide des Suédois et celle de la France. Mais cette entreprise est vite condamnée à l’échec, en raison de l’opposition des magnats (noblesse polonaise) et de la guerre initiée par l’Empire ottoman, qui l’oblige à s’allier aux Habsbourg, dynastie impériale d’Autriche. En 1676, il remporte la victoire de Zurawno contre les Turcs.

Son plus grand succès survint le à la bataille de Vienne, où il parvint à vaincre de manière décisive l’envahisseur ottoman, qui menait le siège de la capitale autrichienne. Sobieski commandait les troupes polonaises, au côté des troupes impériales d’Autriche placées sous les ordres de Charles V de Lorraine. Le résultat éclatant de son action permit de chasser une fois pour toutes l’armée ottomane commandée par Kara Mustafa, pourtant supérieure en nombre et sur le point d’attaquer.

Sobieski avait prévu d’attaquer le 13 septembre, mais il se rendit compte que les Turcs étaient en ordre de bataille dès le 12. À quatre heures du matin, les troupes de Sobieski fortes d’environ 81 000 hommes attaquent une armée turque d’environ 130 000 hommes. Sobieski charge avec ses hussards et enfonce les lignes ennemies qui détalent dans la plus grande confusion. À cinq heures trente, la bataille de Vienne est terminée.

Sa gloire de héros national polonais et de défenseur du monde chrétien est née de cette victoire qui ferma définitivement les portes de l’Europe occidentale aux Turcs ottomans. De leur côté, les Ottomans le surnommèrent le Lion de Lechia (« Lion de Pologne »).

Le Pape et les dignitaires étrangers le surnomment « Sauveur de Vienne et de la civilisation occidentale ».

Dans une lettre à son épouse, il écrit qu’à la suite de cette bataille : « … Tout le petit peuple me baisait les mains, les pieds, les vêtements ; d’autres se contentaient de me toucher en disant : Ah, laissez-nous baiser une main si courageuse ! ». La fête du Saint Nom de Marie fut instituée en la mémoire de cette victoire

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_III_Sobieski

Olivier Loris

12/09 : combien de temps encore pourrons-nous voir ce tableau « Jean Sobiesky marchant sur les musulmans » ?

(Source : Résistance Républicaine)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s