CONSEQUENCES CATASTROPHIQUES DES GRANDES INVASIONS BARBARES DU XXIe SIECLE ET DE LA TRAHISON DE NOS GOUVERNANTS – 19 novembre 2020

https://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2020/06/banlieues9.jpg

____________________________________________________

Le racket de la banlieue continue

101 maires de banlieue viennent réclamer des sous à l’exécutif pour leurs électeurs. Au motif que les banlieues seraient des « bombes à retardement ».
« Tout est sur la table du président de la République. Il ne faudra pas s’étonner si l’aggravation des fractures dans ces quartiers entraîne un recul républicain. Si les professionnels perdent la main sur ces sujets, d’autres la prendront. C’est une bombe à retardement et il n’y a pas de plan B», prévient Guillaume Villemot avant d’envoyer son courrier de la dernière chance à Emmanuel Macron.

C’est ainsi, moins les richesses migratoires veulent s’intégrer, plus il faut dépenser d’argent pour les intégrer.
Comme si l’argent achetait tout.
Mais puisqu’on leur dit depuis trente ans que ce n’est pas avec du son qu’on fait avancer un âne qui n’a plus soif.
Non pas qu’il crache sur le pognon, l’ânon, mais il est têtu sur sa volonté de ne jamais devenir un mouton français que l’on tond à loisir, le bachibouzouk des horizons lointains.
Ces maires s’imaginent changer un code génétique avec une poignée dollars, quel manque d’intelligence !

Déjà qu’avec la chloroquine le Pr Raoult n’a jamais réussi à évangéliser les autorités mandarines médicales, pensez-donc où se niche la fatuité, des maires de banlieues françaises qui voudraient se faire publier dans « the Lancet » pour avoir démontré que le haineux devient l’agneau capable de brûler un Coran en public passé le seuil de 10 000 € par mois versé sur son compte bancaire.
En effet, si on reprend dans le bon sens la phrase de monsieur Villemot ci-dessus, il faudrait payer encore davantage les pépites migratoires pour qu’elles deviennent républicaines.
Ce genre de racket entraîne illico deux réflexions.

En premier lieu, on nous assène régulièrement, sociologues, politologues, journalistes, économistes, politiciens et autres spécialistes, que l’immigration effrénée était une richesse pour la France.
Habitat et vie sociale, SRU, Zep, banlieues 89, PNRU Borloo, ZFU, ANRU, Plan Espoir Banlieue, Emplois-Francs, PIA, quartiers prioritaires, etc….

40 ans de plans banlieues à robinet ouvert à dizaines de milliards pour quel résultat ?
Voitures brûlées, écoles brûlées, médiathèques brûlées, gymnases brûlés, mobilier urbain brûlé, pompiers et urgentistes non désirés, policiers traqués interdits de séjour qui ne se le font pas dire deux fois, n’y venant plus, chauffeurs de bus attaqués. Le pays baigne réellement dans une richesse inouïe ; une seule chose me tourmente, aucun pays occidental bien né ne nous envie…

Du coup je me demande, savoir si on ne nous a pas menti : l’immigration est-elle une chance pour la France ou le gouffre à pognon du pays, le trou noir du budget national, le puits sans fin de l’évaporation financière ?
Vous imaginez le bonheur des campagnes et des agriculteurs si on avait déversé une telle manne dans nos régions ????
N’a-t-il pas de quoi se plaindre de discrimination, le petit paysan qui vit avec 500 € par mois mais qui trime quand même ?
Les écoles, les gymnases et les médiathèques n’auraient-elles pas été mieux conservées, bichonnées, honorées dans la ruralité plutôt que brûlées par les racailles de ces banlieues ???
Pourquoi toujours donner le caviar aux mêmes gorets qui sont incapables d’en percevoir les bienfaits ?
Et d’ailleurs, pourquoi ces élus ne doublent-ils ou triplent-ils pas les impôts locaux, taxes foncières et taxes sur les entreprises, pour subvenir aux besoins de leurs administrés ?
Pourquoi ne lèvent-ils pas un impôt sur les mosquées et sur les musulmans ?
Pourquoi ne taxent-ils pas les points-drogue et leurs acteurs, puisqu’ils sont connus de tous, on voit des préfets les fréquenter assidûment ? Ces milliards de la drogue, où sont-ils dans les budgets communaux, qui vont-ils irriguer, qui touche quoi ? Et les dizaines de milliards de fraudes sociales annuelles, qui les palpe ??? Et si dans les banlieues ils étaient encore plus riches que la moyenne des Français, mais l’enrichissement étant frauduleux, il reste caché ?
Et pourquoi ce serait au reste du pays, notamment les campagnes encore saines, de financer les gabegies migratoires des métropoles ?

En second lieu, nonobstant cet échec patent, les guignols politiques et politico-économisto-ethnologues qui donnent des leçons droits-de-l’hommistes aux citoyens continuent leur traite négrière d’importation tout en en élargissant l’éventail des pays de départs dont les populations sont les plus haineuses qui soient, Pakistan, Turquie, Tchétchénie, etc. Ainsi les crétins de la mondialisation n’ont tiré aucune leçon du ratage total de la greffe d’organe, le donneur étant vicié dès l’origine, et suite à cette immigration septicémique frelatée, de l’impossible intégration. C’est comme ces entêtés qui ont toujours tort mais qui persistent dans leur erreur car l’avouer serait reconnaître l’inutilité de leur vie même qui les conduirait à l’effondrement mental.

Mais qu’ils reconnaissent enfin le néant de toute leur vie et qu’ils se suicident, c’est l’une des dernières actions qui pourrait leur racheter un petit bout de conduite.
Or même le suicide, ils n’en ont pas le courage.
La peur d’une explosion sociale, le souci du pauvre de quartier, l’aide au prochain dans la mouise, tout cela, c’est l’alibi officiel, ils osent se donner en public de l’humanisme.
C’est ici encore du mensonge.

Le vrai motif à vouloir donner du pognon, c’est que ces élus, qui croyant trouver de nouveaux électeurs ont ardemment soutenu la submersion migratoire, sentent confusément qu’ils vont payer de leur vie leur engagement allogénique : menaces de mort (décapitation par exemple) sur les maires de Bron, de Mantes, de Ris-Orangis, incivilités sur élus, ils commencent de vivre ce que vivent les citoyens ordinaires depuis des années, c’est la nouveauté.
Pourtant bien des patriotes avaient annoncé depuis quelques lustres ce processus clairement formalisé : après avoir occis du citoyen de base, du policier, du prof, l’échelon suivant, c’est au tour des juges et des politiques de passer au tourniquet.
Inutile de s’en étonner, c’est le programme séculaire du musulman en conquête, il n’y a que les crétins qui nous gouvernent qui ne l’ont jamais compris, incapables même de tirer les leçons des années de plomb de l’Algérie des années 90.

Du coup, en première ligne, tous les élus de ces banlieues prennent peur, ils sentent la lame qui se rapproche de leur jugulaire, ils sentent l’attentat possible à tout instant.
Comme si l’attaque de Conflans-Sainte-Honorine, perpétrée en pleine rue à quelques mètres d’un établissement scolaire, au surplus en plein jour et à la sortie des cours, de manière totalement décomplexée en quelque sorte, avait fait sauter un couvercle et révélé le puissant courant de haine charrié jusqu’à présent de manière masquée par toute une frange allogène du pays.

Après avoir joué les bons samaritains, moquant et traitant les lucides et clairvoyants de fascistes et d’extrémistes drouâaatiers, ces élus se sentent perdus devant leur population d’importation. On sent le désarroi suinter dans cet appel aux milliards, une détresse comme seuls ceux du radeau de la Méduse ont pu l’éprouver.
C’est le docteur Frankenstein effaré devant le monstre qu’il a accouché, Freud qui révèle son surmoi du Mal, la famille Adams découvrant avec effroi que le prêtre possédé n’est rien d’autre qu’un imam qui pratiquait la taqîya pour mieux égorger dans le confessionnal, et que la gousse d’ail n’est d’aucun effet dans cette criminologie, seul le jus de porc étant efficace pour exterminer le musulman possédé, et justement, ils n’en ont pas !
Vous savez quoi ????
Certains ne seraient pas vraiment dans l’émoi le plus total si une bonne tripotée de ces maires immigrationnistes se faisait lyncher en public par leurs ouailles dans le besoin. Ce serait du Gershwin revisité façon « Un musulman à Paris », avec chorégraphie en djellabah et burquini à tonalité arabe.
Juste pour que les autres ouvrent les yeux.
Leur vie aurait enfin servi à quelque chose.

Un dernier truc me chiffonne.
Je me demande si Emmanuel Macron, qui aurait assimilé Machiavel et le Prince, n’aurait pas une réflexion du même tonneau pour refuser de leur balancer des dollars.
Se disant que cela ferait pas mal de concurrents et d’opposition en moins pour 2022.
Je l’ai toujours un peu pensé, le locataire actuel de l’Élysée, à la manière de la pie qui chante, petit mais fûté-costaud non ????

Jean d’Acre

101 maires alertent Emmanuel Macron sur la « bombe à retardement » des banlieues frappées par la crise

INFO LE FIGARO – En association avec le collectif Territoires gagnants, les élus réclament 1 % des 100 milliards du plan de relance pour sauver les zones sensibles en voie de paupérisation accélérée.
Par Emmanuel Galiero
Publié il y a 5 heures, mis à jour il y a 3 heures

Tous les signaux sont au rouge dans les quartiers. Le collectif Territoires gagnants, qui rassemble des maires et des présidents d’associations, vient de mobiliser 101 élus locaux pour envoyer un message d’alerte au président de la République. Dans une lettre qui sera transmise à l’Élysée samedi, les signataires proposent de réserver 1% du plan de relance, soit 1 milliard d’euros, pour répondre aux urgences constatées dans des quartiers en grande souffrance. Avec la crise sanitaire et ses conséquences économiques, les associations caritatives avaient déjà signalé une explosion des demandes d’aides (hausse de 50%) et l’apparition de nouveaux profils sociologiques parmi les bénéficiaires de la solidarité. Cette fois, élus et professionnels estiment que ces difficultés sont décuplées dans les banlieues et qu’il est primordial d’apporter une réponse avant l’effondrement.

À lire aussi : Pauvreté: la nouvelle alerte du Secours catholique
Taux de chômage en hausse accélérée, paupérisation des emplois, croissance de l’aide alimentaire, chute des inscriptions dans les salles de sport et les associations culturelles destinées aux jeunes, baisse du nombre de licenciés, triple baisse des revenus dans les foyers, du nombre de licenciés et des créations d’association … «Nous constatons des baisses de 25% à 30%», s’inquiète Guillaume Villemot, ex-signataire de l’appel de Grigny lancé en 2017 dans le cadre des États généraux de la ville et membre du collectif Territoires gagnants.
Des maires submergés par les urgences

Aujourd’hui, quand certains départements comme la Sarthe ou les Yvelines enregistrent une progression des demandes de RSA dépassant les 17%, les acteurs de terrains constatent un effet en cascade dans les quartiers où même les bénévoles de l’humanitaire, qui sont plus souvent des seniors, commencent à manquer à l’appel à cause du confinement et des difficultés économiques. «Les maires sont pleins de bonne volonté mais ils sont submergés par les urgences», insiste encore le président de l’agence des quartiers.

Parmi les 101 maires signataires du courrier adressé au chef de l’État trois ans après son discours de Tourcoing (Emmanuel Macron avait alors soutenu l’idée d’un nouveau pacte de confiance sur la politique de la ville), on retrouve le président des maires de France François Baroin (Troyes), Guillaume Delbar (Roubaix), Frédéric Leturque (Arras), Marie-Claude Jarrot (Montceau-les-Mines) ou encore Laurent Marcangeli (Ajaccio).

Pour tous ces élus, il est donc urgent de relancer le pacte de confiance. L’État s’est engagé dans la labellisation de 120 cités éducatives mais la France compte 1400 quartiers prioritaires et la baisse des aides personnalisées au logement (APL) a eu des conséquences sur les allocataires mais également sur les bailleurs. «La mesure de chômage partiel à hauteur de 80% du salaire est certainement une mesure extraordinaire mais les 20% de revenus manquants pèsent très lourd dans les foyers 10 euros en fin de mois sont hyper essentiels», insiste Villemot.
«C’est une bombe à retardement et il n’y a pas de plan B»

Tout en ayant «parfaitement conscience» des limites de l’État en ces temps difficiles, l’initiateur de la lettre à Emmanuel Macron estime que la création d’un conseil national des solutions permettrait de cibler avec précision les urgences. Ainsi, ce milliard que les élus demandent pour les banlieues serait réparti en priorité vers le monde associatif culturel à destination des jeunes (100 millions), les aides humanitaires d’urgence (200 millions), la création de centres médicaux et maisons de santé (200 millions), la mobilisation des acteurs de l’emploi (120 millions) et le reste consacré notamment aux médiateurs, à la lutte contre l’illettrisme et à la mobilité.

«Tout est sur la table du président de la République. Il ne faudra pas s’étonner si l’aggravation des fractures dans ces quartiers entraîne un recul républicain. Si les professionnels perdent la main sur ces sujets, d’autres la prendront. C’est une bombe à retardement et il n’y a pas de plan B», prévient Guillaume Villemot avant d’envoyer son courrier de la dernière chance à Emmanuel Macron.

Jean d’Acre

Le racket de la banlieue continue

(Source : Riposte laïque)

-==-

                         ___________________________________________________

Le cauchemar de l’agressé Lorenzo, et la belle vie de ses agresseurs

Il n’y en a que pour la Covid. Seul ce satané virus occupe la presque totalité des médias, presse et télévision, le reste ne compte plus tellement : « De tous côtés on n’entend plus que ça, un air nouveau qui nous vient de là-bas, un air nouveau qui vous fait du dégât… etc. » 

Mais, hélas, il n’y avait plus de confinement le 24 août dernier, en tous les cas la justice ne confinait pas, bien au contraire !

Elle ne confinait pas même certains individus qu’elle aurait dû confiner pour plusieurs années.

Ainsi, par exemple, elle n’a pas confiné trois voyous suspectés d’avoir agressé sauvagement, et blessé à vie, le jeune Lorenzo, âgé de 19 ans, sur le parking de la piscine de Lattes, dans le département de l’Hérault, vers 4 h 30 du matin, alors qu’il dansait avec quelques copains.

Lorenzo est resté 16 jours dans le coma, respirant grâce à une trachéotomie, ses poumons ne fonctionnant plus. Cloué sur un lit d’hôpital du département anesthésie et réanimation du CHU Lapeyronnie. Paralysé jusqu’à la poitrine, ses bras et ses mains ne fonctionnant plus normalement, quatre de ses cervicales fracturées et la moelle épinière touchée.

Lorenzo a fait cinq infections pulmonaires et a failli mourir à deux reprises.

Et cela s’est passé en quelques minutes, explique sa mère : « Il a été poussé dans un fossé et ils se sont acharnés sur lui. Ils lui ont donné des coups sur la nuque. Il ne peut plus manger, se laver, aller aux toilettes. Il ne parle pas et il ne peut raconter ce qui s’est passé que grâce à son téléphone, qu’il active avec son pouce. Notre vie s’est arrêtée ce 24 août, nous avons dû arrêter de travailler pour nous occuper de lui, sans même savoir quand il sortira de l’hôpital ». 

La police pensait qu’il était ivre, car il n’y avait pas de sang, alors qu’il était en insuffisance respiratoire et qu’il ne bougeait plus.

Une des jeunes femmes présente criait à l’un des agresseurs : « Arrête, arrête, tu vas le tuer ». Elle est restée près de Lorenzo, qui lui demandait de lui tenir la tête car il ne sentait plus rien.

Employé aux espaces verts de Palavas, Lorenzo n’a pas encore été entendu par le juge d’instruction chargé de l’enquête, donc il ne peut pas se porter partie civile.

Mais les trois voyous, qui l’ont mis dans cet état pitoyable et désespérant, pour lui et ses proches, n’ont pas, eux, les mêmes obligations. Ils n’ont pas à se poser toutes ces questions, ils ont été remis en liberté, 4 jours après cette terrible agression, grâce à une procédure en urgence de référé-liberté devant la cour d’appel « car ils ont présenté des garanties de représentation ».

L’un de ces voyous a même fêté son anniversaire le lendemain de sa remise en liberté.

Pas de « confinement » pour eux, ont estimé les juges !

En Suède, on le sait, il n’y a pas eu de véritable confinement « à la française », mais il n’y a pas eu non plus de confinement pour ce migrant d’origine tunisienne, âgé de 24 ans, bénéficiant d’un permis de séjour, qui avait été interpellé pour « tentative de viol » sur une jeune femme de 22 ans, mais remis en liberté par le procureur de la République, qui « avait estimé qu’il n’y avait pas assez de preuves pour prolonger sa garde à vue ».

Aussitôt il a agressé, violé, et même mordu une petite fille de 13 ans, alors qu’elle rentrait de l’école.

Sous la menace d’un couteau, il l’avait obligée à le suivre dans le sous-sol de l’immeuble.

Cette fois, condamné à cinq années de prison, il sera expulsé dès la fin de sa peine.

Manuel Gomez

Le cauchemar de l’agressé Lorenzo, et la belle vie de ses agresseurs

(Source : Riposte laïque)

-==-

La bien-pensance, c’est la mort de la France !___________________________________________________

La bien-pensance, c’est la mort de la France !

Attentats, menaces d’attentats, violences contre les chauffeurs de bus, les ambulanciers, les pompiers, les policiers, les gendarmes… et j’en passe, tout cela m’étonne d’autant plus que l’on continue de s’en étonner, comme si l’on n’avait toujours pas réalisé que ceux qui s’adonnent à de tels actes le font par haine de la France. Or, qui déteste à ce point la France sinon la « non-France » ? Ne sait-on pas qu’une telle situation ne peut qu’empirer si rien n’est fait pour y mettre fin ?

Ne pas sanctionner sévèrement ceux qui agressent ainsi la France, c’est agresser deux fois la France ! Quant aux djihadistes, ils méritent la réclusion criminelle à perpétuité, pour la bonne raison que c’est cela – et cela seul – qui les dispensera de recommencer !

En effet, la loi ne saurait être complaisante avec ces derniers, même s’ils affirment qu’une autre loilui est supérieure. Supérieure ou pas, ce n’est pas cette loi qui s’applique en France.C’est quand même simple à comprendre, non ?

Mais puisque c’est simple à comprendre, pourquoi nos gouvernants sont-ils si laxistes quand il s’agit de condamner des djihadistes ? Ignorent-ils que ces individus sont d’autant plus dangereux qu’ils tiennent pour valeur absolue la mort qu’ils donnent… ou qu’ils se donnent ?

Qu’attendent donc nos gouvernants pour prendre le taureau par les cornes ? Ne voient-ils pas qu’en poursuivant la politique de la bien-pensance, ils nous mènent tout droit à la catastrophe ?

Maurice Vidal

La bien-pensance, c’est la mort de la France !

(Source : Riposte laïque)

-==-

https://resistancerepublicaine.com/wp-content/uploads/2020/11/Hotel-Waikiki-e1605685014341.pngL’hôtel Waikiki à la station balnéaire de Playa del Inglés (Gran Canaria) : un des hôtels réquisitionnés pour héberger des migrants clandestins  ____________________________________________________

Migrants aux Canaries : les nouveaux « clients » de l’hôtel 4**** Waikiki

15000 clandestins africains depuis le début de l’année

Rappel : 1 600 migrants africains sont arrivés sur l’archipel espagnol des Canaries le premier weekend de novembre, 15 000 depuis le début de l’année. Au bas mot l’équivalent d’une ville comme Fontainebleau, Lourdes, Les Sables-d’Olonne, Hendaye, Montargis ou Douarnenez…

Ils sont hébergés dans des hôtels touristiques.

Exemple de l’Hôtel Waikiki.

Vendredi dernier, l’hôtel Waikiki de Playa del Inglés a accueilli plusieurs dizaines de nouveaux « hôtes », à savoir des immigrés clandestins qui ont débarqué à Gran Canaria ces derniers jours en bateau, après avoir passé les nuits précédentes sur le dock Arguineguín, déjà désespérément bondé.

Bar de l’hôtel Waikiki

Arrivée à l’hôtel Waikiki en bus

Au lieu de ramener les arrivants dans leur pays d’origine, les migrants clandestins se voient offrir des vacances gratuites. Pas dans de simples pensions ou hôtels. Non, pour ces messieurs, les hôtels 4 étoiles sont juste assez bons.

Leurs femmes et leurs enfants bien-aimés aux yeux innocents ne figurent pas parmi les « demandeurs de protection ». Les migrants en provenance d’Afrique sont exclusivement des jeunes hommes forts.

Détente dans un hébergement 4 étoiles

Le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando Grande-Marlaska, a déclaré  que les immigrés clandestins séjournant au port d’Arguineguín seront transférés dans des complexes hôteliers isolés. Il a demandé que les îles Canaries ne deviennent pas une nouvelle île de Lesbos, malgré l’augmentation des arrivées de bateaux cette année ; les migrants illégaux ne devraient pas rester sur le quai d’Arguineguín à Gran Canaria pendant plus de 72 heures.

Selon le témoignage  exclusif d’un groupe WhatsUp espagnol, qui comprend également des membres de haut rang de la marine espagnole :

« Les îles Canaries sont déjà « occupées » par des Marocains et des Mauritaniens. Sur les îles orientales de Fuerteventura et Lanzarote, le nombre de maghrébins  est déjà supérieur à celui de la population locale. C’est une stratégie marocaine qui porte progressivement ses fruits : la prise de possession « pacifique » des territoires par l’occupation. Cette « conquête pacifique » se traduit par l’arrivée quotidienne de nombreux navires avec une moyenne de 400 à 600 maghrébins à bord. Ma sœur me dit que dans tout le sud de Tenerife, la situation devient chaque jour plus préoccupante : des milliers de maghrébins se cachent dans les rues ; il y a des zones qui sont complètement contrôlées par eux où ils réclament leurs « droits territoriaux ». Beaucoup d’habitants des îles Canaries commencent vraiment à avoir peur. Ils disent qu’il n’y a pas de forces politiques, policières ou judiciaires pour faire face à la situation qui s’est créée. Et je crois que personne ne veut vraiment faire quoi que ce soit ».

canarias7.es

Jules Ferry

Migrants aux Canaries : les nouveaux « clients » de l’hôtel 4 étoiles Waikiki

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

https://lalettrepatriote.com/wp-content/uploads/2020/11/1347590-checknews_french-ground-army-soldiers-arrive-at-the-military-transit-zone-to-collect-their-equipment.jpg____________________________________________________

Un e-mail du ministère des Armées évoque des risques d’empoison-nement de militaires lors des livraisons UberEats ou Deliveroo

https://272350.smushcdn.com/1155215/wp-content/uploads/2020/11/2020-11-16-23.40.43.jpg?lossy=1&strip=1&webp=1

Marc Sergent

Un email du ministère des Armées évoque des risques d’empoisonnement de militaires lors des livraisons UberEats ou Deliveroo(Source : La Lettre Patriote)

-==-

Une réponse à “CONSEQUENCES CATASTROPHIQUES DES GRANDES INVASIONS BARBARES DU XXIe SIECLE ET DE LA TRAHISON DE NOS GOUVERNANTS – 19 novembre 2020

  1. Regardez, Besançenot du NPA (Nouveau Parti Arabe?) qui vient ouvrir sa gueule alors qu’il l’avait bien mis en sourdine quand l’enseignant Samuel Paty a été égorgé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s