La vitamine D bientôt interdite ?

On trouvera ci-dessous de larges extraits d’un message d’alerte de Thibaut Masco, directeur de la communauté « Santé Non Censurée » et l’un des chefs de file du mouvement covido-sceptique. Un message relayé ce vendredi matin par France Soir :

https://www.francesoir.fr/societe-sante/la-vitamine-d-bientot-classee-comme-perturbateur-endocrinien

***

Depuis le 1er janvier 2022, la vitamine D en complément alimentaire fait l’objet de débats surréalistes. Et si rien n’est fait, ce pilier des médecines naturelles qui fait l’unanimité auprès des scientifiques sera bientôt classé comme … perturbateur endocrinien !

Tout commence sous le couvert d’un décret de février 2020 qui oblige les producteurs à afficher la liste des perturbateurs endocriniens contenus dans leurs produits (note 1).

Une mesure qui a le mérite d’offrir plus de visibilité aux consommateurs sur les produits qu’ils achètent.

Le problème, c’est qu’en complément du décret, un arrêté fixant la liste de ces substances riches en perturbateurs endocriniens doit être publié… et la version « projet » de cet arrêté comprend la vitamine D3 (note 2) !

En effet, le gouvernement doit redéfinir le terme “perturbateur endocrinien”.

Et la définition qu’il choisira pourrait englober la principale forme de vitamine D utilisée en compléments alimentaires (la vitamine D3) aussi appelée cholécalciférol.

Une question se pose : que vient faire la vitamine D3 dans cette liste de substances délétères alors qu’on la prescrit aux nourrissons (note 3) ?

C’est ce qu’a souligné la sénatrice Dominique Estrosi Sassone le 11 janvier dernier dans une question adressée au Ministre de la Santé Olivier Véran (note 4).

Car rappelons-le, la vitamine D est indispensable pour l’organisme.

Elle intervient notamment dans l’absorption du calcium et du phosphore et joue ainsi un rôle essentiel dans la minéralisation des os.

La vitamine D est principalement produite par la peau exposée aux rayons solaires.

Les personnes qui vivent dans des régions peu ensoleillées doivent tout particulièrement veiller à ne pas être carencées. Les compléments alimentaires sont souvent une solution indispensable pour ces populations.

Or à travers ce texte, le gouvernement jette le discrédit sur cette vitamine si précieuse pour prendre soin de notre santé en la qualifiant de perturbateur endocrinien !

L’intégration de la vitamine D3 à cette liste de perturbateurs endocriniens n’a pourtant aucune raison de nous concerner directement.

Car ce qui est visé en façade c’est son utilisation à haute dose dans l’industrie chimique pour fabriquer des rodenticides (un mélange pour tuer les rongeurs) (note 5)…

Mais nous parlons là de concentrations 300 fois supérieures à ce qui est aujourd’hui recommandé chez l’homme (note 6).

Rien à voir donc avec la consommation humaine, qui, elle, ne comporte aucun risque connu, tant que les doses sont respectées bien sûr :

  • 25 µg/jour pour les enfants âgés de moins de 10 ans (note 7) ;
  • 50 µg/jour pour les adolescents (note 8) ;
  • et encore 50 µg/jour pour les adultes (hors femmes enceintes ou allaitantes) (note 9). Elle correspond à 50 % de la limite de sécurité (= 100 µg).

Ne dit-on pas d’ailleurs que « c’est la dose qui fait le poison » ?

En faisant des recherches, je n’ai trouvé que deux cas documentés avérés sur les effets délétères de la vitamine D au cours de la grossesse (note 10).

Dans les 2 cas, les effets secondaires rapportés sont bien d’ordre endocrinien ou métabolique mais ne sont dus qu’à des surdosages excessifs à la vitamine D.

A ce titre, l’ANSES ne demande pas aux professionnels de santé et aux parents de ne plus donner de vitamine D, mais insiste surtout sur le contrôle des doses administrées (note 11).

En dehors de ces exemples, je n’ai trouvé aucune étude démontrant une quelconque toxicité de la vitamine D.

Conclusion : c’est l’accumulation par des prises chroniques et surdosées qui pourrait (et j’insiste sur le conditionnel) conduire à une intoxication (notes 12 et 13).

Comme pour tous les ingrédients de nos placards en réalité !

Une vitamine INDISPENSABLE à l’organisme

Selon moi, le débat est porté de façon insensée sur la Vitamine D3, alors que bon nombre de médicaments conventionnels ont des fonctions néfastes reconnues mais ne sont aucunement mis en cause.

  • La pilule, par exemple, a pour but même de perturber la fonction ovarienne féminine (note 14).
  • Autre exemple, le Levothyrox qui a créé un scandale il y a quelques années, est lui aussi accusé d’être un perturbateur endocrinien (note 15).

Alors pourquoi cette classification soudaine ?

La vitamine D3 est une molécule peu coûteuse et efficace

En 2020, même l’Académie nationale de Médecine, peu soupçonnable de favoriser les produits naturels, recommandait aux patients du Covid des compléments riches en vitamine D (note 16) !

L’Académie a tout particulièrement vanté le rôle de la vitamine D « dans la régulation et la suppression de la réponse inflammatoire cytokinique à l’origine du syndrome de détresse respiratoire aigu qui caractérise les formes sévères et souvent létales de Covid-19 » (note 17).

Autrement dit, l’Académie reconnaît la vitamine D comme un complément excellent pour le système immunitaire !

Qui a en plus l’avantage d’être « une mesure simple, peu coûteuse et remboursée sous forme médicamenteuse par l’Assurance Maladie » (note 18).

En 2021 à nouveau, ce sont 73 experts francophones et 6 sociétés savantes françaises qui ont lancé un nouvel appel à la supplémentation générale en vitamine D dans le contexte de la pandémie (note 19).

Sans considérer cette vitamine comme un remède en soi, ils se sont appuyés sur les résultats de plusieurs études européennes pour confirmer son efficacité pour aider à renforcer le système immunitaire (note 20).

En résumé, la vitamine D permettrait de renforcer efficacement les défenses immunitaires (notes 21, 22, 23) mais aussi d’aider l’organisme à lutter contre le rhume (note 24) ou la grippe (notes 25 et 26).

Des études montrent aussi qu’elle serait bénéfique pour :

  • protéger les neurones et préserver la vitalité cognitive (note 27) ;
  • limiter la sensation de douleur (note 28) ;
  • prévenir le risque de chute chez les personnes âgées en renforçant leurs os (note 29) ;
  • diminuer l’hypertension artérielle (note 30) ;
  • diminuer le risque dépressif (note 31).

Même les nourrissons en bénéficient puisque trop fragiles pour être exposés directement au soleil, la supplémentation en vitamine D semble limiter les fragilités osseuses et des retards de croissance liés à une carence (note 32).

Un désastre pour notre système de santé publique

S’attaquer à ce pilier des médecines naturelles est scandaleux en soi.

Mais si cette classification en tant que perturbateur endocrinien se confirmait, cela pourrait encourager les Français à recourir à des alternatives moins connues, moins fiables.

Symboliquement cette marginalisation de la vitamine D3 serait dramatique : l’Etat nous décourage d’être acteur de notre santé !

Ne nous y trompons pas : la crise actuelle est la couverture idéale utilisée par les autorités pour faire le ménage dans les pratiques de santé dites “naturelles”…

Les autorités de santé confondent à dessein prévention et charlatanisme.

L’Etat et nos gouvernants feraient mieux de se concentrer sur l’interdiction du glyphosate et la limitation des pesticides !!!

Plus que jamais, il est temps d’exprimer notre exaspération face à cet étouffement progressif des méthodes naturelles de prévention santé.

Sous prétexte de science et de protection sanitaire, l’Etat infantilise les Français :

  • Il a mis à mort la profession d’herboriste ;
  • Il étouffe économiquement l’homéopathie en arrêtant son déremboursement par la Sécurité Sociale ;
  • Il réglemente de façon disproportionnée les compléments alimentaires ou les huiles essentielles.

Aujourd’hui c’est au tour de la vitamine D3, demain la vitamine C, puis le zinc ?

Stop à ce non-sens qui n’en finit plus !

Thibaut Masco, « Santé Non Censurée »

***

Notes :

1 : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043964950

2 : https://www.senat.fr/questions/base/2022/qSEQ220126178.html

3 : https://www.santemagazine.fr/bebe/sante-du-bebe/faut-il-donner-de-la-vitamine-d-a-son-bebe-et-jusqua-quel-age-170678

4 : https://twitter.com/Dominiq_Estrosi/status/1480869788545073152?s=20

5 : https://www.senat.fr/questions/base/2022/qSEQ220126178.html

6 : https://www.vpisglobal.com/wp-content/uploads/2021/04/Vitamin-D-toxicosis-for-vets-paper-FINAL.pdf

7, 8, 9 : https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/dgccrf/securite/produits_alimentaires/Complement_alimentaire/CA_Internet_RS_Nutriments.pdf

10 : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2013SA0240Ra.pdf

11 : https://www.anses.fr/fr/content/vitamine-d-chez-l%E2%80%99enfant-recourir-aux-m%C3%A9dicaments-et-non-aux-compl%C3%A9ments-alimentaires-pour

12 : https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-nutrition/2701145-surdosage-en-vitamine-d-symptomes-risques-que-faire-traitement-dose-toxique/

13 : Par mesure de précaution, vous pouvez toujours regarder sur l’étiquette de votre produit ou suivre les recommandations européennes : 400 UI par jour de 0 à 18 ans chez l’enfant en bonne santé sans facteur de risque, et 800 UI par jour de 0 à 18 ans chez l’enfant présentant un facteur de risque : https://www.vidal.fr/actualites/26542-bon-usage-de-la-vitamine-d-chez-l-enfant-privilegier-les-medicaments-aux-complements-alimentaires.html

14 : http://www.eucheck.fr/2018/12/20/pilule-perturbateur-endocrinien-important/#:~:text=%C2%AB%20Les%20hormones%20de%20synth%C3%A8se%20utilis%C3%A9es,contraceptive%20%C2%BB%2C%20observent%2Dils

15 : https://www.youtube.com/watch?v=FsGuprNs0-Q

16, 17, 18 : https://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-nationale-de-medecine-vitamine-d-et-covid-19/

19, 20 : https://www.cnews.fr/france/2021-01-19/coronavirus-pourquoi-des-dizaines-dexperts-appellent-la-distribution-de-vitamine-d

21 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3166406/

22 : https://www.nhs.uk/conditions/coronavirus-covid-19/people-at-higher-risk/get-vitamin-d-supplements/

23 : https://www.news-medical.net/news/20200804/Can-Vitamin-D-help-combat-the-coronavirus.aspx

24 : https://news.harvard.edu/gazette/story/2017/02/study-confirms-vitamin-d-protects-against-cold-and-flu/

25 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4463890/

26 : https://www.sciencedaily.com/releases/2017/02/170216110002.htm

27, 28, 29 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6132681/

30 : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/high-blood-pressure/expert-answers/vitamin-d-deficiency/faq-20058280

31 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2908269/

32 : https://www.senat.fr/questions/base/2017/qSEQ170325400.html

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

La vitamine D bientôt interdite ?

(Source : Riposte laïque)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s