Les moutons et les abstentionnistes ont voté pour l’égorgement de la France !


Ce matin, en lisant les commentaires sur notre site, je suis tombé sur celui-ci, écrit par un certain Pilou :

« Pourquoi toujours accuser les chefs des partis politiques patriotes, pourquoi les accabler et les désigner comme uniques responsables de leurs défaites à répétition depuis 40 ans ?
Le seul et unique responsable du désastre et de la destruction de la France, c’est ce peuple de moutons découillés et décérébrés qui n’arrête pas de chouiner mais qui prend un malin plaisir à détruire son pays et l’avenir de ses propres enfants. Les Français sont à gerber et méritent de disparaître en souffrant. Je n’arrive même plus à comprendre comment des personnes comme Zemmour, Le Pen et Philippot ont encore la foi, le courage et la volonté de se battre pour des dizaines de millions de crétins masochistes et tellement ingrats. Qu’ils arrêtent de gaspiller leur temps et leur énergie pour une bande de salopards qui n’en valent vraiment pas la peine.
»

Et soudain, je me suis dit que ce Pilou n’avait pas tort, pour ne pas dire qu’il avait carrément raison. Prenez les résultats du second tour de la dernière Présidentielle, ils se sont essentiellement partagés en trois blocs : 1/ Marine ; 2/ Macron ; 3/ « Je m’en fous je vote pas ». Malheureusement pour notre camp, et bien moins à cause de Marine qu’on ne le croit, les « Je m’en fous je vote pas » regardent plus les écrans qu’ils ne lisent.

Et les écrans sont le pré carré de la propagande du « Bien », contrairement à la légende complotiste prétendant qu’Internet serait aux mains des succubes d’extrême droite ! Internet est sous contrôle mondialiste et les quelques miettes qu’on y laisse aux patriotes sont dérisoires. Quant à la télévision, c’est une orgie de « Bien » ! Donc, les « Je m’en fous je vote pas » ont, grâce au harcèlement moral du « Bien », finalement joué les castors, comme on le leur demandait, et construit un barrage pour empêcher le Rassemblement national de couler jusqu’à l’Élysée.

Éric Zemmour, maintenant. Qu’on n’adhère que partiellement à son programme et ses idées, on doit lui reconnaître qu’il a eu ce courage de sortir de sa zone de confort, comme on dit de nos jours. Il a tout de même renoncé à pas mal de petites choses pour se lancer dans les campagnes présidentielle et législative. Lui, au moins, il aura essayé, contrairement aux excités du clavier, aux courageux de l’écran et autres chevaliers de la souris ! Ce qui n’empêche pas les susnommés de pérorer à longueur de commentaires lourds sur ce qu’il aurait fallu faire. Ces planqués que je n’ai jamais vu descendre dans la rue avec les Gilets jaunes, laissant la place libre à l’ultra-gauche, tandis que notre cause aurait pu alors la tenir, cette rue. Je le sais, j’y étais. Oui, il est bon de fustiger telle action, de dire qu’on aurait fait mieux, mais le conditionnel est un temps inepte lorsqu’il s’agit d’agir !

Dès lors, pourquoi se battre pour des individus qui préfèrent aller tâter le goujon le jour d’une élection qui peut décider non seulement des prochaines années de la France, mais de son destin ? Imaginez un peu, les abstentionnistes, que Mélenchon passe. Avec un tel scénario – plausible ! –, les cités se sentiront pousser des ailes et elles ne ressembleront pas à celles de la blanche colombe de la paix, croyez-moi ! Remarquez, dans la bouillabaisse Nupes – qui rime avec herpès ! –, entre les déconstruits Verts et les salafistes Insoumis, ça pourrait être drôle… si ce n’était pas tragique. Plus que jamais, la France pourrait à la fois perdre la bataille et la guerre, faisant ainsi mentir de Gaulle.

Aussi, je suis assez d’accord avec le commentaire cité plus haut : à quoi cela sert-il de se battre pour des moutons qui, non seulement se laissent volontiers tondre la laine sur le dos, mais en plus vont à l’abattoir avec une révoltante indifférence ? Il ne sert à rien d’accuser Marine, Zemmour ou Philippot, mais bel et bien ces moutons !

Le mal est fait de toute façon, car Macron est un poison lent et Mélenchon un poison violent. Tous les deux tuent aussi sûrement. Et de songer à cette phrase de Charles Péguy : « Combien il est aisé d’établir une autocratie en France, pourvu que l’on respecte certaines formes, quitte à ne respecter aucune réalité, aucune liberté. »

Nous avons préféré le confort illusoire de la consommation à outrance à la France : nous avancerons bientôt un mors entre les dents, fouettés par des allogènes qui nous domineront sans pitié. Parce qu’autant vous dire que je crois autant à une révolte populaire nationale qu’aux cloches de Pâques !

Charles Demassieux

Les moutons et les abstentionnistes ont voté pour l’égorgement de la France !

(Source : Riposte laïque)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s