Fête de la musique en présence des sagouins barbares, désormais une sortie à haut risque ?

On commence à en avoir l’habitude. Mais faut-il pour autant l’ignorer ? Au cours de la fête de la musique, les agressions ou dégâts sur l’espace public ont encore été nombreux.

Les bars étaient autorisés à rester ouverts toute la nuit ; les musiques emplissaient tous les quartiers des villes ; les Français se détendaient… Mais lorsqu’ils partent se coucher, c’est un Paris poisseux qui est laissé en plan. Sur Twitter, certaines vidéos circulent, tournées à Montmartre, à Châtelet… Ludovic , éboueur parisien très présent sur les réseaux sociaux, filme cette nuit du 21 juin les amas de déchets laissés par les fêtards. Il n’hésite pas à parler de soirée « incroyablement incivilisée ».

Ludovic 

@ludovicf_off

Suivre

Éboueur et fier de l’être #éboueurs #FeteDeLaMusique2022

Regarder sur Twitter

2:05 PM · 22 juin 2022

Dans de nombreuses rues de Paris, la fête de la musique a laissé place au festival des ordures pour les services publics qui doivent s’empresser de laver les espaces pour permettre aux travailleurs de circuler quelques heures après.

Pendant que les éboueurs redonnent son visage à la ville, les autorités doivent faire face à un nouveau phénomène : celui des « piqûres sauvages ». Contacté par Boulevard Voltaire, le ministère de l’Intérieur précise que, parmi les 55 interpellations perpétrées par la police durant cette fête de la musique, huit concernaient des personnes accusées d’avoir pratiqué ces piqûres sauvages. Le nombre de plaintes pour ces agressions n’a quant à lui pas encore été relevé au moment où nous écrivons. L’espace public devient un lieu à haut-risque. Et pas seulement le 21 juin…

Ce phénomène des « piqûres sauvages » fait en effet parler de lui depuis quelques mois maintenant. Toujours d’après le ministère de l’Intérieur, 1.004 plaintes ont été déposées depuis le 1er janvier concernant ces mystérieuses piqûres appliquées sur des personnes à leur insu. Le compte Instagram #balancetonbar recense en effet de nombreux témoignages de personnes affirmant avoir été piquées au milieu d’une foule. Ces injections provoqueraient des moments de faiblesse : les victimes deviennent ainsi vulnérables et font parfois l’objet de vols, voire de violences sexuelles. Dans un communiqué du 8 juin dernier, le Rassemblement national avait d’ailleurs prévenu le gouvernement que « des mesures d’urgence [devaient] s’imposer avant que notre pays assiste à de nouveaux drames, et [que] les individus à l’origine de ces agressions [devaient] être mis hors d’état de nuire ».

Aymeric Rabany

Étudiant en philosophie

Fête de la musique : une sortie à haut risque ?

(Source : Boulevard Voltaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s