Quand le trompettiste Ibrahim Maalouf réécrit l’histoire de la musique classique… venue d’Afrique !!! Taqyia, quand tu nous tiens…

Si vous ne connaissez pas Ibrahim Maalouf, c’est dommage. Pour deux raisons : d’abord parce que c’est un excellent trompettiste, originaire du Liban, aussi à l’aise avec le jazz qu’avec la musique orientale, et parfaitement capable de mêler les deux, comme en témoigne « Beirut », une de ses dernières compositions. Ensuite, parce que c’est un bon client du monde contemporain, jamais en retard d’une assertion politiquement correcte. Prenez son récent entretien à France Culture, par exemple.

Ibrahim Maalouf considère, dans un long extrait qui ne marche pas trop mal sur les réseaux sociaux, que la musique classique (européenne) doit beaucoup à la musique africaine. Des preuves ? Eh bien… Maalouf hésite… Eh bien, les percussions, le marimba dans les orchestres… Voilà voilà… D’autres précisions seraient superflues, l’extrait ne dure que 57 secondes, mais on a bien compris.

France Musique

@francemusique

Suivre

« On oublie à quel point la musique classique a tiré ses sources d’inspiration de la musique africaine. » @ibrahim_maalouf au micro de @jburbain dans #MusiqueMatin

Regarder sur Twitter

2:02 PM · 22 juin 2022

Sans verser dans la cuistrerie et n’étant pas musicologue, je croyais que la musique occidentale était inspirée par les modes grecs, par les polyphonies païennes. Je croyais que les instruments de musique occidentaux venaient, eh bien ma foi, d’Occident, tandis que les instruments orientaux venaient… d’Orient. Il me semblait également que les écarts entre les notes dans les musiques traditionnelles de chaque pays étaient suffisamment singuliers pour qu’on ne les confonde pas : gammes pentatoniques en Asie, quarts de ton en Orient, gamme tempérée en Occident.

Par ailleurs, je ne vois pas bien en quoi les instruments de musique africains ont inspiré les orchestres philharmoniques d’aujourd’hui ni comment les compositions africaines ont permis l’essor des arts musicaux de l’Occident. Ibrahim Maalouf aurait pu parler du jazz, une de ses spécialités, et il aurait alors eu raison : sans musique africaine, pas de blues, pas de rencontre entre musique traditionnelle américaine et rythmes des anciens esclaves. C’est cela qui donne son génie au jazz. Mais le classique, vraiment, c’est un peu tiré par les cheveux.

À ce propos, savez-vous qu’Ibrahim Maalouf s’est fait faire une trompette qui joue les quarts de ton, comme dans les mélodies arabes ? Ne s’agit-il pas, pourtant, d’un instrument européen, donc inspiré par l’Afrique ? Ces notes ne devraient-elles pas déjà s’y trouver ? Allez, n’en parlons plus : il suffira qu’Ibrahim Maalouf consacre une interview, ou un podcast, à nous expliquer l’histoire de la musique africaine, à nous dire comment Mozart a tout piqué à un griot malien inconnu ou comment on a oublié que Beethoven était noir. Il nous dira comment le clavecin fut inventé en Ouganda, pourquoi l’on trouve des tombes communes d’orchestres symphoniques du Monomotapa, avec tambours et violoncelles, 5.000 ans avant notre ère. Ca ne devrait pas être difficile.

Arnaud Florac

Quand le trompettiste Ibrahim Maalouf réécrit l’histoire de la musique classique… venue d’Afrique !

(Source : Boulevard Voltaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s