Un député UDI accuse la France, avec juste raison, de soutenir des «terroristes palestiniens», remous à l’Assemblée

Image associée
___________________________________________

Des députés la France insoumise et communistes ont quitté l’hémicycle.

Les députés Insoumis et communistes ont quitté mercredi l’hémicycle de l’Assemblée pendant les questions au gouvernement, en signe de protestation contre des propos du député UDI Meyer Habib au sujet de Salah Hamouri, un Franco-Palestinien détenu en Israël et dont la France a demandé la libération. Habib venait de le qualifier de « terroriste », avant de s’en prendre au dirigeant palestinien Marwan Barghouti, lui aussi emprisonné.

« Quand le Quai d’Orsay a déclaré espérer la libération de Salah Hamouri, j’ai eu honte. Salah Hamouri est un terroriste, pas un prisonnier politique, un dirigeant du FPLP (Front populaire de libération de la Palestine, NDLR) responsable de l’attentat de la rue Copernic, […] du carnage dans une synagogue à Jérusalem, cinq juifs égorgés en pleine prière comme le fut le père Hamel dans son église », a déclaré Meyer Habib. En réaction à ces propos, les députés Insoumis et communistes ont quitté leurs bancs.

La question de Meyer Habib

La « défaite morale » du gouvernement

L’élu des Français de l’étranger a ensuite interpellé Edouard Philippe : « Le 26 octobre, Jean-Yves Le Drian (ministre des Affaires étrangères, NDLR) m’a répondu « j’assume ». Monsieur le Premier ministre, c’est une défaite morale de votre gouvernement. »

Le député franco-israélien a ensuite attaqué ses opposants de la France insoumise et du Parti communiste : « L’antisionisme, c’est le nouvel antisémitisme, votre prédécesseur Manuel Valls l’avait courageusement exprimé dans cet hémicycle et cela lui vaut la haine de tous les islamo-gauchistes qui ont quitté cet hémicycle. »

Une délégation d’élus d’extrême gauche, dont quatre députés, avait souhaité en début de semaine rencontrer Salah Hamouri et Marwan Barghouti avant de s’en voir empêcher par l’Etat hébreu lundi. « Provocations et clientélisme, voici communistes et Insoumis unis pour l’occasion qui annoncent leur voyage en Israël pour soutenir des terroristes, Barghouti et Hamouri », a commenté Meyer Habib.

Le gouvernement demande à nouveau la libération de Hamouri

Focalisant sa réponse sur le refus de Tel Aviv d’accueillir des élus français, Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes, a évoqué « une décision souveraine d’Israël ».

« Est-ce à dire que nous l’approuvons. Je ne le crois pas. Parce que partout nous souhaitons que les parlementaires français aient accès à l’ensemble des interlocuteurs qu’ils veulent rencontrer pour remplir leur mission d’information. Nous y sommes attentifs en Israël aussi bien que partout où les élus français se rendent », a poursuivi la ministre, applaudie sur les rangs de La République en Marche.

Nathalie Loiseau s’est ensuite attardée sur le cas de Salah Hamouri : « La conséquence de sa détention administrative c’est qu’arrêté le 23 août dernier, il ignore, son avocat également et nous de même les charges qui sont retenues contre lui. Nous continuons à demander le plein respect des droits de notre compatriote et, oui, à espérer sa libération rapide. »

La réponse de Nathalie Loiseau

Des termes « inadmissibles »

Certains des députés qui avaient quitté l’hémicycle ont écouté la réponse de la ministre via les écrans de la salle des Quatre Colonnes. Clémentine Autain (LFI) a jugé devant la presse que « Meyer Habib instrumentalise les questions et les pose dans des termes qui sont tout simplement inadmissibles », appelant « au calme » et à « arrêter de caricaturer les positions des uns et des autres ».

Les élus LFI et communistes dans la salle des Quatre Colonnes

« Je ne sais pas où va la France si elle continue à se laisser piéger dans des débats politiques instrumentalisés qui visent tout simplement à dresser les uns contre les autres », a-t-elle ajouté. A ses côtés, la communiste Elsa Faucillon a expliqué que les députés des deux groupes avaient eu « un choc ». « On s’attendait à ce que Meyer Habib pose ce type de question dans le climat en ce moment. Mais là, c’en est trop dans l’amalgame », il a fait une « tribune particulièrement politicienne et odieuse », a-t-elle dénoncé.

Dans l’hémicycle, le député apparenté FN Gilbert Collard a fustigé l’attitude des élus de la gauche de la gauche : « Je tiens à dire que j’ai été profondément choqué à la manière dont nos collègues ont réagi aux propos de notre collègue Habib Meyer. On doit pouvoir tout dire ici et on doit être capable de tout écouter. »

La réaction de Gilbert Collard

La France insoumise quitte l’hémicycle : @GilbertCollard, « choqué », estime que l’on doit « être en capacité de tout écouter ».

Dans la soirée, les députés communistes ont fait savoir dans un communiqué que leur président de groupe, André Chassaigne, avait « saisi le président de l’Assemblée nationale pour réclamer des sanctions contre Meyer Habib pour ces injures et ces insinuations ».

Source : Leparisien.fr

Un député UDI accuse la France de soutenir des «terroristes palestiniens», remous à l’Assemblée

(Source : Dreuz.info)

Publicités

La guerre pour la destruction des Chrétiens d’Europe est enclenchée

____________________________________________________

Prenez garde, Chrétiens, on vous persécute, on vous assassine, dans de nombreux pays musulmans, mais l’on commence à vous mettre en prison, tout au moins en garde à vue pour le moment, également en France, notamment dans le Finistère.

Je ne voulais pas le croire et pourtant c’est vrai :

« Le samedi 11 novembre, à Quimper, en cette Bretagne que l’on supposait si catholique, une dame chrétienne, septuagénaire, a été arrêtée et placée en « garde à vue » durant 5 longues heures, traitée comme une vulgaire délinquante de droit commun, par les forces de police,

sur ordre du préfet du Finistère, Pascal Lelarge ! »

Pour quelles raisons ? C’est vous qui n’allez pas me croire à présent : « Pour avoir brandi la « Une » du magazine « Valeurs Actuelles » (paru la veille, vendredi 10) sur laquelle on pouvait lire « Chassez le christianisme et vous aurez l’islam », lors des manifestations de commémoration du 11 novembre 14/18.

Cette dame, connue pour son militantisme identitaire et catholique (C’est un délit très grave de nos jours, qu’on se le dise !), ressortait cette « Une » à chaque fois que la police saisissait la précédente et cela a fortement irrité monsieur le préfet qui a ordonné son arrestation pour « outrage à agent ».

Claudine Dupont-Tingaud (son patronyme n’a pas été dissimulé puisqu’il s’agit d’une française de pure souche) sera convoquée devant le procureur en 2018.

Laissons-lui la parole :

« Après le déroulement de la messe, en la cathédrale Saint Corentin (non signalée dans la presse locale, laïcité oblige) en souvenir de l’armistice de 14/18, je participais au cortège d’anciens combattants et d’officiels quimpérois patriotes qui se rendait au carré militaire du cimetière Saint-Marc. Je m’étais munie de la « Une » du magazine « Valeurs Actuelles » présentant la statue du pape Jean-Paul II à Ploërmel, actuellement controversée pour être surmontée du symbole du catholicisme, pensant que ce combattant du communisme avait toute sa place au milieu d’autres croix rappelant un autre péril : le retour de l’islam pourtant chassé et repoussé plusieurs siècles plus tôt de notre continent. »

Participait à cette commémoration, outre le préfet, déjà cité, le maire de Quimper, Ludovic Jolivet, des associations d’anciens combattants, etc.

Claudine Dupont-Tingaud avait déjà été interpellée lors de la commémoration du 19 mars 1962 (cette date qui marque le déshonneur de l’État français et d’une partie de l’armée française), à Pleyben, toujours sur ordre du préfet, à l’époque Jean-Luc Videlaine.

La prison, Claudine l’a connue durant cinq mois, celle de « La petite Roquette », à Paris, alors qu’âgée de 18 ans elle était la plus jeune détenue de l’OAS. (Ce qui lui vaut l’honneur d’être membre de l’ADIMAD)

Condamnée en appel, le 12 janvier 2010, pour « Avoir accusé de falsification de notre histoire coloniale » plusieurs personnes, dont olivier Lecour-Grandmaison, pseudo historien mais vrai falsificateur, lors du festival de Douarnenez sur la colonisation (2007)

Après avoir fondé et présidé, en 2004, l’association RéAgir (Résister et Agir) pour la défense de nos identités régionales et nationales (Quelle honte d’être devant l’obligation de défendre ces identités menacées de nos jours de l’intérieur comme de l’extérieur), Claudine Dupont-Ringaud a poursuivi son action en créant (2014) « Quimper Résistance », avec pour slogan : « A Quimper pas de minaret ».

« Passionaria » de la liberté d’expression et toujours au premier rang contre l’implantation de l’islam à Quimper et dans la région, ce qui, selon ses adversaires, ne serait que le prolongement de sa nostalgie de l’Algérie Française et plus largement du colonialisme.

Donc, si nous comprenons bien les allégations ahurissantes de ceux qui œuvrent contre les valeurs mêmes de la République, de la laïcité, de notre identité, nous sommes « contre les islamistes » par nostalgie du colonialisme et non pas à cause des massacres, commis par eux : Mérah à Toulouse, en janvier 2015 à « Charlie Hebdo », suivi de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, puis en novembre au Bataclan, le 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais à Nice, Maurane et Laura tout récemment à Marseille, pour ne citer que la France car la liste serait bien trop longue.

Tous ces innocents ont été assassinés par qui ?

Pour l’anecdote, je me suis immédiatement « désabonné » de « Valeurs Actuelles » puisqu’il s’avère qu’il est désormais interdit et périlleux, avec risque d’être interpellé, arrêté et placé en garde à vue, de le lire en public.

Désolé mes amis de VA !

Manuel Gomez

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

La guerre pour la destruction des Chrétiens d’Europe est enclenchée

Vague Mondiale d‘Antisémitisme, par Albert Soued

___________________________________________________

L’antisémitisme est endémique depuis Abraham et la naissance du monothéisme.

Il ne fait que changer de forme, de motivation et d’ampleur au cours du temps. Le rejet ou la haine de l’autre fait partie de la nature humaine, mais ce n’est pas pour autant qu’on peut l’excuser.

Le rejet ou la haine du Juif, appelée “antisémitisme” et aujourd’hui “antisionisme” se distingue par l’ampleur qu’elle a pris au 20ème siècle, et la mise en oeuvre de moyens techniques et industriels, à une échelle démente pour éliminer l’autre.

  • Aujourd’hui, nous assistons en Occident à une nouvelle vague tout azimuth, qui s’exerce en particulier sur internet et sur les réseaux sociaux, dans les banlieues des grandes villes, dans les médias, dans les écoles et les Universités, dans des ONG au financement occulte, dans des mosquées et écoles coraniques …
  • A l’antisémitisme classique de la chrétienté qui a rejeté les Juifs parce que leur foi n’a pas évolué avec celle des chrétiens, s’est ajouté le refus par l’Islam de tout mécréant, notamment le Juif.
  • Avant la chrétienté, lorsque sévissaient le polythéisme et le paganisme, quand les Juifs – ou Judéens – avaient un Etat, les motifs nationaux se mêlaient aux différences de croyance, dans le rejet de l’autre.

quand la situation économique s’est dégradée, les dirigeants ont toujours su où trouver un bouc émissaire responsable

Au cours des siècles, ce rejet a été souvent utilisé par le pouvoir comme moyen politique pour contrôler des populations frustrées, en orientant leur haine vers un groupe particulier et différent, le Juif devenu un “bouc émissaire” de choix, car prêtant le flanc à cette substitution. D’une manière générale, quand la situation économique s’est dégradée, les dirigeants ont toujours su où trouver un bouc émissaire responsable.

Ayant retrouvé une nation et la terre ancestrale, les Juifs, devenus de ce fait “sionistes”, subissent aujourd’hui l’antisionisme, une façon détournée pour l’Occident de ranimer l’antisémitisme un peu tombé en disgrâce après les exagérations nazies. Mais pour justifier cette nouvelle haine, il fallait une nouvelle motivation. On a donc substitué à la mystification du “peuple déicide”, un autre mythe celui du “Palestinien victime du sioniste”, sans connaître le contenu identitaire du mot “palestinien” et sans vérifier « qui est victime de qui et de quoi »…

Existant depuis des millénaires, l’antisémitisme est en fait entré dans l’inconscient collectif, il est devenu “une seconde nature”.

La nouvelle vague actuelle utilise les vieux poncifs chrétiens (les Juifs ont crucifié Jésus, les juifs veulent dominer le monde, avec les faux Protocoles des Sages de Sion, les Juifs tuent des enfants pour utiliser leur sang dans la confection du pain azyme, les Juifs empoisonnent les puits…), auxquels s’ajoutent le “négationnisme” (l’Holocauste est une invention juive), le “complotisme” (les Juifs sont derrière tous les évènements notables) et “le palestinisme”, (comme des Nazis, les Juifs martyrisent les Palestiniens)…

Cette haine ancestrale est aujourd’hui sciemment orientée vers des buts politiques.

Faites de mensonges, de calomnies et de diffamations, les propagandes arabes et islamo-gauchistes ont un double but: déshumaniser le Juif et délégitimer l’existence de l’état d’Israël.

© Albert Soued

Le site nuitdorient.com/n13.htm animé par Albert Soued, a recensé depuis une vingtaine d’années plus de 50 articles sur ce sujet, sélectionnés pour leur pertinence.

Vague Mondiale d‘Antisémitisme

(Source : Dreuz.info)

Une famille musulmane dans une publicité pour Noël suscite la polémique en Grande-Bretagne

Publié par Rosaly le 16 novembre 2017

__________________________________________________

Quand l’appât du gain rend servile et crétin !

Tesco, l’un des plus grands supermarchés britanniques, a réalisé une vidéo publicitaire de 16 secondes, afin de demander aux clients ce qu’ils choisissent pour leur repas de Noël.

Or dans cette vidéo apparaît une famille musulmane et cette « inclusion » dans une publicité pour Noël, une fête chrétienne, a fortement déplu à de nombreux clients.

Choqués, certains clients exprimèrent leur mécontentement à Tesco en lui envoyant des tweets :

Je boycotte votre magasin à cause de votre publicité irrespectueuse à l’encontre de la foi chrétienne. ˮ

Ce n’est pas vous qui faites Noël… C’est la célébration de la naissance Christ… Montrez du respect envers les croyants.”

D’autres accusèrent Tesco de vendre de la viande d’animaux abattus sans étourdissement.

ˮMa famille fait toutes ses courses chez Tesco mais je pourrais bien y repenser à l’avenir, après avoir découvert que vous vendez de la viande halal… c’est une pratique barbare et inutile… vos produits halal sont-ils clairement étiquetés ???ˮ

Tesco répondit aux critiques de manière apaisante.

ˮTout le monde est bienvenu chez Tesco à Noël et nous sommes fiers de célébrer les différentes façons de réunir nos clients en cette période festive

ˮPeu importe ce que nos clients choisissent de faire à Noël et indépendamment de ce dont ils ont besoin, nous souhaitons leur faire savoir que nous sommes là pour les aider. Tout le monde est le bienvenu chez Tesco.ˮ

ˮToute notre viande halal est clairement étiquetée comme telle, ainsi aucun client n’achète de la viande halal sans le savoir

Mais un client vit le bon côté de la situation :

« Cela sera plus facile de faire mes achats de Noël, si ces enfoirés boycottent le magasin. »

Si cette folie d’une ˮSociété inclusiveˮ à tout prix devait se renforcer, bientôt certains petits malins proposeront de ne plus célébrer la naissance du Christ, une tradition du passé à oublier au plus vite, car offensante pour une certaine communauté, mais celle d’Issa, le clone coranique agressif et violent de Jésus, un musulman pratiquant ne pouvant pas fêter le Noël chrétien.

Ainsi, dans la merveilleuse ˮ Société inclusive ˮ du futur, les pieux musulmans pourront aussi célébrer leur « Noël », sans risquer une fatwa.

Dans cette future ˮSociété ˮinclusive ˮ à prédominance musulmane, si chère à nos infidèles utiles de l’islam, il y aura des maîtres et des esclaves. Je vous laisse deviner qui seront les maîtres et qui seront les esclaves ?

Et le pire dans cette farce tragique, c’est de constater, que les artisans de la disparition de l’Occident chrétien en cours sont aussi certains de nos propres concitoyens, crétinisés par l’appât du gain, prêts à toutes les trahisons pour s’enrichir sous le prétexte fallacieux de contribuer à une Société multiculturelle harmonieuse… dont ils se moquent éperdument. On n’est jamais mieux trahis que par les siens !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source: « Tesco Christmas advert: People are threatening to boycott supermarket for having a muslim family in ad. » (The Independent)

Une famille musulmane dans une publicité pour Noël suscite la polémique en Grande Bretagne

Une affiche terroriste menace le Noël du Vatican

____________________________________________________

Une affiche d’avant Noël postée sur des réseaux sociaux menace la Cité du Vatican et réjouit les islamo-gauchistes.

L’affiche montre un terroriste islamique qui a l’intention de conduire une voiture-bélier sur la route de la Conciliation, se diriger vers la basilique Saint-Pierre, avec une mitrailleuse et un sac à dos reposant sur le siège avant, à côté du conducteur.

Le rétroviseur réfléchit l’image d’un homme avec une cagoule noire.

Au-dessus, une grande inscription surplombe l’image de la Wafa Media Foundation, une organisation proche d’ISIS, avec les mots : « Le sang de Noël – Noël en sang » (Christmas blood, Blood Christmas).

En dessous, en plus petit, une deuxième inscription : « en attendant ».

Rita Katz, la directrice de SITE, un organisme de renseignements qui surveille les activités de l’Etat islamique sur internet, a déclaré :

« Cette menace, comme d’autres menaces récemment publiées par des groupes de médias pro-ISIS, est un ordre spécifique donné [aux musulmans en Europe] dans le cadre d’une campagne plus large d’ISIS pour commettre des attentats, malgré ses pertes [au Moyen-Orient] ».

Personne au Vatican ne veut commenter cette menace terroriste, car le Vatican est entouré et protégé de murs, et le pape ne cesse de dénoncer les constructions de murs de protection.

L’approche de Noël rend difficile d’oublier le massacre qui a eu lieu au marché de Berlin l’année dernière, quand un van a foncé sur ses victimes qui tentaient de faire leurs courses sur les étals, ni le fait qu’à Paris, c’est probablement pour ne pas exciter les tentations de ses protégés musulmans, et leur attirer ainsi une mauvaise presse, que le marché de Noël a été interdit cette année par la maire, ni que l’année précédente, en Californie à San Bernardino, lors d’une fête de Noël, un autre massacre a été perpétré, cette fois-ci par un bon musulman armé d’un fusil.

La fête de Noël semble être un moment si symbolique qu’elle attire et mobilise des « personnes déséquilibrées », des « loups solitaires » et des « organisations » terroristes qui – c’est un pur hasard – sont tous musulmans.

Et les attentats durant la fête de Noël expliquent pourquoi Edgar Morin a récemment affirmé que la religion chrétienne est plus dangereuse que l’islam.

A la réflexion, je lui donne raison :

  • Citez-moi une seule fête religieuse musulmane qui a jamais déclenché des attentats de la part de chrétiens.
  • Qu’aucune des dizaines d’organisations terroristes chrétiennes ou juives n’ait jamais attaqué une fête musulmane est bien la preuve que l’islam ne pose aucun danger.
  • L’inverse n’est pas vrai. Les fêtes chrétiennes doivent forcément représenter une menace létale pour l’humanité puisque des bons musulmans de la religion de paix les attaquent. N’oubliez pas qu’ils doivent protéger l’humanité contre la barbarie chrétienne.

Ces dernières années, ISIS a répété à maintes reprises son intention de conquérir Rome.

Le Président Trump a arrêté l’organisation impérialiste dans sa course à la création d’un califat mondial, mais il ne peut arrêter les dirigeants européens, qui ont décidé d’ouvrir les bras à une invasion islamique pacifique, et multiplient les menaces et les emprisonnements des résistants qui voudraient empêcher la conversion de l’Europe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :

https://www.thesun.co.uk/news/4932581/isis-christmas-attack-threat-pope-francis-vatican/

http://www.ilmessaggero.it/primopiano/vaticano/terrorismo_natale_vaticano_papa_isis_manifesto_islam-3370562.html

Une affiche terroriste menace le Noël du Vatican

Organiser la résistance citoyenne face à la désinformation

___________________________________________________

La première de toutes les puissances des milliardaires qui mènent le monde est le mensonge et la désinformation. L’industrie du mensonge est organisée au profit de la milliardisation heureuse. C’est un signe du déclin de la liberté de la presse passée aux mains des puissances de l’argent-roi et sous le contrôle des multinationales. La domination des puissances financières signe du déclin de la civilisation du XXIème siècle. Plus que toute autre, la mondialisation avance avec les armes de la désinformation.

Face à ce constat, l’enseignement, la science, la culture et la connaissance, sont sans effet.

C’est pourquoi les systèmes de gouvernement, par vocation, s’appuient sur la désinformation. Les gouvernements des démocraties modernes reposent sur l’industrie du mensonge et l’industrie du spectacle. Le gouvernement rationnel est en représentation permanente. Les effets d’annonce amusent la démocratie elle-même. La liberté d’action de la désinformation officielle est en pratique fort répandue avec les porte-parole des gouvernements. Et il est peu de pays où la désinformation officielle a dû subir des entraves ou des interruptions. Mais, si dissimulé soit-il, le rôle joué par la désinformation chez les hommes de pouvoir qui décident des affaires du monde contemporain est sans conteste plus important, plus constant et plus général qu’aux époques antérieures. Quand les gouvernements qui agissent ont de meilleurs moyens de savoir sur quelles données appuyer leur action, ceux qui subissent ne sont pas renseignés sur ce que font les hommes de pouvoir qui procèdent toujours sur le dos des plus faibles.

Personne ne doit ignorer plus longtemps les remarques de Nelson Rolihlahla Mandela, de son nom de clan « Madiba », dans son autobiographie, « Long Walk to Freedom« . Il fait la critique « d’hommes vains et égoïstes qui placent leurs intérêts au-dessus de ceux des gens qu’ils prétendent servir.

« D’après moi, la politique, ce n’est qu’un racket pour voler de l’argent aux pauvres. »

Il est donc intéressant de rechercher si cette prépondérance de la désinformation officielle, sa diffusion toujours plus large et plus rapide, a entraîné une réaction de l’humanité éduquée plus que jadis. La question importe d’autant plus que le perfectionnement des techniques de désinformation et l’accroissement continuel du nombre des individus qui en sont abusés feront du XXIème siècle l’âge où la désinformation par l’industrie du mensonge constituera l’élément central de la civilisation du spectacle.

En notre siècle, la connaissance a progressé, mais elle a été aussitôt suivie dans son progrès par la désinformation officielle, disséminée avec les publicités toujours mensongères pour la domination du public. D’abord l’enseignement tend à se déprécier, ensuite les outils de communication de masse se multiplient et diffusent des messages politiquement vulgaires et invraisemblables. Qu’il s’agisse de vulgariser la nouvelle faussement scientifique de la propagande du GIEC ou d’une découverte pour capter le CO2 avec des perspectives techniques non prouvées, dignes des avions renifleurs totalement bidon de Giscard,  il s’agit d’abord d’annoncer de nouvelles taxes réchauffistes pour enrichir les copains et les coquins du monde politique et du monde économique permettant d’exiger de nouveaux impôts.

Pour empêcher la population d’apprécier la situation économique telle qu’elle est, l’industrie du mensonge devient de plus en plus totalitaire et trompeuse, ne cessant de séparer l’élite au pouvoir et le commun des gouvernés maintenus dans l’ignorance de la corruption du pouvoir. C’est le XXI ème siècle qui a inventé, systématisé et érigé le mensonge politico-médiatique en propagande officielle alors que les sites de ré-information dénoncent la concentration de la presse dans les mains des milliardaires.

Dans le même temps, on assiste à l’anéantissement des classes moyennes, de la population qui travaille et des retraités, par la « prédation fiscaliste » organisée, qui a conçu en théorie et réalisé en pratique le régime d’asservissement fiscaliste le plus perfectionné qui soit et qui les a jamais accablé par d’aussi forts prélèvements avec la CSG et la dépense publique qui s’aggrave avec Macron. Ce tour de force de la dépense publique qui continue après « Hollande en pire » ruine l’opinion selon laquelle Macron ferait une politique de réformes autrement que verbales. Et cependant il est bien, en dépit de tous les soutiens des médias inféodés, le fils prodigue de « Hollande en pire » pour la dépense publique.

C’est pourquoi le public tend à considérer la mauvaise foi presque comme une seconde nature chez la plupart des hommes politiques et des journaleux dont la mission est d’informer, de penser et de parler vrai. Il se pourrait bien un jour que la connaissance de la vérité déchaîne le ressentiment de la population. Comment expliquer autrement ce phénomène généralisé de la désinformation organisée dans les sociétés soi-disant libres ? Cette double corruption de la politique et de la science est la tendance que l’on observe précisément aujourd’hui avec le réchauffisme du GIEC. Détaché de toute référence scientifique, le réchauffisme du GIEC renaît à la COP 23, comme le Phénix de ses cendres, à travers les prétentions hégémoniques du nouveau pouvoir du GIEC, qui se veut à la fois Juge et Expert.

Malgré cela, en juin 1992, à l’occasion du sommet écologique de Rio, une soixantaine de prix Nobel signèrent un manifeste qui dénonçait dans l’écologie, la « nouvelle religion » (réchauffiste).

Le diagnostic avait le mérite de nommer la nouvelle idéologie du phénomène « Vert », comme la manifestation la plus systématique et la plus évidente, sous la forme extrême, ouvertement totalitaire, de ce qui est la haine de l’humanité. (Alain-Gérard Slama) L’éditorial (réchauffiste) du Monde daté du 6 février 2007 titrait « Agir pour le climat » : « Les doutes scientifiques les plus légitimes sont maintenant levés : Tout converge pour montrer la part essentielle de l’homme dans le réchauffement du climat« , a dit Susan Solomon, une présidente du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). « Les preuves sont réunies sans ambiguïté« , a résumé Achim Steiner, patron du Programme de l’ONU pour l’environnement (PNUE). « Si rien n’est fait, la température sur la Terre se réchauffera entre 1,8° C et 4° C d’ici à 2100, avec des conséquences incommensurables sur l’activité humaine. »

L’apocalypse selon le GIEC, c’est le statut de la science détourné au profit d’un pseudo-savoir climato-inquisiteur pour soi-disant sauver la planète, comme il fallait déjà sauver les âmes du XV ème siècle espagnol à la manière humaniste et très chrétienne de la Sainte Inquisition de Torquemada.

Le secrétaire de l’ONU, Ban Ki-moon, a affirmé que le monde était au bord de la catastrophe. Il a déclaré dans l’International Herald Tribune : « On est tous d’accord. Le changement est réel et nous les humains en sommes la principale cause. J’ai toujours considéré le réchauffement climatique de la planète comme un sujet d’une urgence extrême. Je crois qu’on est au bord d’une catastrophe »

Dans cette mise en orchestration médiatique, Le Nouvel Observateur du 17 octobre 2007 a affiché sur sa couverture, placardée sur tous les kiosques, la photo de Nicolas Hulot pointant un doigt en avant, avec la légende : « Ce que je veux« . Nicolas Hulot l’a dit sans ambages, dans un entretien à La Voix du Nord, dimanche 21 10 2007, à la veille du Grenelle de l’environnement : « Les bons sentiments ne suffisent plus, c’est désolant, mais nous devrons aller vers le coercitif» L’avertissement est explicite.

Ceux qui ne se soumettront pas spontanément seront contraints d’obéir.

On n’aura plus le choix avec la rééducation politique dans les camps façon North Korea et dans la contrainte écologique façon Hulot avec la fiscalité écolo-prédatrice mise en action. Hulot veut imposer à tous la passion écologique qui dérange la vérité. Le film d’Al Gore : Une vérité qui dérange, « assure que le changement climatique met l’humanité au pied du mur », a commenté Nicolas Hulot.

En Angleterre, le gouvernement avait décidé de le montrer dans plus de 3 500 écoles. Une plainte, déposée par un père de famille, a mis le film au tribunal. Le plaignant reprochait au film ses « graves inexactitudes scientifiques« … Il dénonçait une « propagande politique » et demandait l’interdiction de diffusion du film… Il estimait qu’endoctriner les enfants de cette manière était « sans précédent et inacceptable« , réclamant une éducation « non biaisée » pour les élèves : « Le changement climatique est important, mais il devrait être enseigné aux enfants d’une manière neutre et mesurée« , avait-il déclaré.

Le jugement a été rendu en octobre 2007 par la Haute Cour de Londres : le juge Burton a estimé qu’Al Gore n’apportait pas les preuves de ce qu’il affirmait : « Affirmations exagérées… Pas de preuves suffisantes… » Le verdict est sans appel, soulignant que dans le film « la science est utilisée par un homme politique pour faire une déclaration politique et soutenir un programme politique« .

« La projection du film doit être accompagnée de la lecture d’une brochure « destinée à éviter l’endoctrinement des élèves« , afin de respecter les lois qui exigent « une expression équilibrée des idées politiques » dans les écoles… »

C’est un film de propagande redoutable parce que très efficace, virtuose dans la gestion et la manipulation des peurs collectives qu’il génère… On peut se demander si un seuil n’a pas été franchi dans la logique de basculement totalitaire du mouvement anti-CO2 quand on apprend que le film est devenu un passage obligé pour de nombreux enfants dans le cadre de l’école…

C’est une mise en condition puissante qui fonctionne incroyablement pour des adultes, alors que dans le cas de jeunes enfants, elle devient un véritable marquage de leur conscience.

Ainsi forgés organiquement, qu’est-ce que cela donnera lorsqu’ils seront adultes ?

La réponse officielle est : « De bons citoyens écolo-responsables de leur environnement ! »

Mais cela n’est qu’illusion de la manipulation des consciences par la représentation dominante actuelle… L’histoire de nos sociétés nous apprend qu’une vision simple et trop claire des choses, sans esprit critique, sans notion de recul, donne effectivement des êtres capables de tout… Le film d’Al Gore : Une vérité qui dérange, est une œuvre subjective utilisée dans un contexte collectif comme une œuvre politique et partisane qui oblige à reconsidérer la « différence entre éducation et propagande ».

Le film politique et partisan d’Al Gore : Une vérité qui dérange, met en cause « l’endoctrinement des élèves« . Contrairement à la France soumise, il doit respecter les lois britanniques (avant l’UE) qui exigent « une expression équilibrée des idées politiques » dans les écoles. Adapté librement de Serge Galam : « Les scientifiques ont perdu le Nord. Réflexions sur le réchauffement climatique » (© Plon 2008).

(Source : Dreuz.info)

PARACHAT HACHAVOUA – PARACHA DE LA SEMAINE du vendredi 28 au Chabbat 29 ‘Hechvan 5778 (du vendredi 17 au samedi 18 novembre 2017)

Voici deux nouveaux magnifiques cours du Rav ‘Haïm Dynovisz sur la paracha Toledote

Image associée _________________________________________________

Image associée
___________________________________________
60:00

Le serpent vicieux et le cochon puant -Zohar Toldot-

15 novembre 2017

Bonne nouvelle : le Rav Dynovisz sera à Paris (Théâtre de Neuilly) jeudi prochain !

Le Rav a Paris le Jeudi 23 Novembre

(Source : Site du Rav)

-==-

Résultat de recherche d'images pour "images de la paracha Toldot"
 _____________________________________________

Cette semaine, nous étudions la 6ème paracha « Toledote » (Béréchite 25,19 – 28,9 ) Les engendrements

Lecture de la paracha : Lecture de la paracha Toledot en français

Rectification majeure

Dans la Paracha de Toldote, la vie d’Its’hak touche à sa fin, et par conséquent il exprime le désir de bénir son fils ainé Essav. Cependant Rebecca sait prophétiquement qu’Essav ne mérite pas cette bénédiction. Et c’est la raison pour laquelle elle décide de déguiser Yaakov le frère jumeau d’Essav, afin qu’il s’approprie la bénédiction de son frère.

Plus tard, lorsque Its’hak compris ce qui s’était passé, il fut pris d’un grand tremblement. Il trembla même plus fort qu’au moment de l’Akeida, alors qu’il était attaché sur l’autel pour être égorgé.

Et Rav ‘Haim Chmoulevits nous explique pourquoi il fut pris d’un tel tremblement : le fait de réaliser que pendant toutes ces années il avait vraiment cru qu’Essav pourrait être le leader du peuple juif ! Tous ses espoirs, tous ses rêves sont réduits à néant. Ce fut là un choc de taille pour Its’hak. Il fallait à présent accepter une nouvelle réalité : la vérité qui venait de lui être dévoilée.

Essayons d’évaluer l’ampleur d’un tel choc. Imaginez que vous vivez en Union Soviétique vers le milieu du 20e siècle, et que vous êtes un membre du parti communiste. Vous êtes fasciné par l’idéologie marxiste, et vous croyez fermement que la propagande communiste libérera un jour l’humanité. Mais à ce moment-là, l’expérience communiste apparait aux yeux de tout le monde sous son vrai jour, et c’est l’échec total. L’empire soviétique se désagrège, et laisse place à un capitalisme dévastateur! Quelle déception ! Quelle tragédie ! Votre vie est détruite ! Vous êtes complètement anéanti.

Et pourtant admettrez-vous que vous vous êtes fourvoyé pendant toutes ces années ?

Chacun d’entre nous à un moment ou un autre durant notre vie nous restons attachés à une certaine vision des choses même lorsque nous savons pertinemment qu’elle est erronée. On s’est tellement investi que ça fait mal au cœur d’admettre que nous étions dans notre tort. Mais il faut prendre conscience que répéter la même erreur pour le restant de notre vie est encore plus douloureux.

Dans notre Paracha Its’hak comprend parfaitement que bénir Yaakov était la volonté Divine. Même dans sa vieillesse Ist’hak réussit à faire volte-face, il grandit, et accepte cette nouvelle réalité.

Savoir se dépasser

Nous constatons que si Essav est de nature violente, Ya’akov, quant à lui, est tout son contraire. Les Sages expliquent que déjà dans le ventre de leur mère, lorsque Rivka approchait d’un temple idolâtre, Essav manifestait l’envie de sortir, alors que quand elle se trouvait à proximité d’une maison d’étude de la Thora, c’était Ya’akov qui s’agitait. Cette explication n’est pas forcément à prendre au sens littéral, mais une chose est sûre : dès leur conception, Essav était fasciné par le mal alors que Ya’akov, lui, était attiré vers le bien.

Mais comment est-ce possible ? Que faire du fameux libre-arbitre, concept aussi fondamental dans la philosophie juive ? Comment ces deux hommes pourraient-ils être tenus responsables de leurs actes s’ils étaient programmés ainsi dès le départ ?

La réponse est simple. Chacun doit faire face à des défis différents. Certains naissent avec une tendance coléreuse, d’autres avec une nature sensible. Certains ont une attirance particulière vers l’argent, tandis que d’autres ont une tendance à la paresse. Pour chaque être humain, le challenge est différent. C’est pourquoi nous ne pouvons pas nous comparer ni nous juger l’un l’autre. Car qui suis-je pour comprendre les défis auxquels l’autre est confronté ?

Essav est né avec une nature violente. Son défi dans la vie était de la dominer, d’exploiter cette passion en la canalisant afin d’apporter des changements positifs dans le monde. Il aurait pu faire usage de sa colère dans son combat spirituel contre le mal et utiliser sa nature passionée pour conduire les autres sur le chemin de la vérité. Rien ne l’obligeait dès le départ à emprunter la voie du crime et de la débauche. C’est là un chemin qu’il s’est, dans une très large mesure, choisi lui-même.

Si cette explication s’avère exacte dans le cas d’Essav, que dire de Ya’akov ? Quel pouvait-être son challenge ?

La mission de Ya’akov était effectivement plus subtile. Le défi d’un génie en mathématiques est de choisir entre l’exploitation pleine de ses capacités et le contentement de se trouver simplement à un niveau supérieur à la masse. Quand j’aperçois un grand rav ayant grandi dans un univers de Thora, je ne peux m’empêcher de me demander ce qu’il serait devenu s’il avait évolué dans un contexte moins favorable. La grandeur ne se mesure pas en fonction de ce vous êtes devenu, mais plutôt du point d’où vous êtes parti. Le résultat importe moins que le chemin parcouru.

Devenir un homme juste – partant de cette nature depuis la naissance et en grandissant dans le foyer sacré d’Its’hak – ne relevait pas de l’exploit pour Ya’akov. La question était plutôt de savoir s’il allait se dépasser ou non. Allait-il lutter pour atteindre la grandeur ou se suffire d’être simplement bienveillant ? Ya’akov aurait pu opter pour la médiocrité de la même manière que son frère a choisi l’immoralité. Et s’il l’avait fait, son erreur aurait été identique à celle d’Essav.

Une conversation pour l’éternité

L’étude de la Paracha n’aura jamais été aussi vivante… À travers des parallèles surprenants, le Rav David Fohrman explore la nature profonde de l’héritage spirituel transmis d’Abraham à Isaac, puis d’Isaac à Jacob.

Dans la Parachat Toledot, nous sommes les témoins d’une conversation entre un père et son fils au cours de laquelle l’héritage spirituel du père est transmis à son fils.
Nous avions déjà vu une telle conversation entre Abraham et Isaac ; mais maintenant, nous observons des parallèles textuels et thématiques dans les conversations entre Isaac et, à la fois Esaü et Jacob.
Dans cette vidéo, nous explorerons ces parallèles et nous nous demanderons: Que nous apprennent-ils au sujet de la nature de l’héritage ?

 Rav Shraga Simmons – Rav Shaoul Rosenblatt – Rav David Fohrman

(Source : Aish.fr)