Archives de Catégorie: ACCUEIL (évolue régulièrement)

Judaïsme dans le monde – La prochaine fête juive : Lag baOmer

Résultat de recherche d'images pour "photos : La fanfare de Lag Baomer à New York"

_____________________________________________________

La fanfare de Lag baOmer à New York

Depuis des années, c’est ainsi qu’on se prépare à la fête de Lag Baomer par une grande fanfare d’enfants en vue des festivités dans les rues de New York avec la participation de la Mairie de la grande métropole.

Voir la vidéo : La fanfare de Lag Baomer à New York

Résultat de recherche d'images pour "photos grande parade Lag Baomer New York 1966"

La grande parade à New York en 1966 avec le Rabbi de Loubavitch

Image associée
Plus modestement, la grande parade place de la République à Paris,
Résultat de recherche d'images pour "photos grande parade Lag Baomer 5770 à Paris"
ainsi qu’à Sarcelles, en 2010

(Source : Univers Torah)

Image associée
Image associée

Mais qu’est-ce que Lag baOmer ?

Résultat de recherche d'images pour "photos du Lag Baomer"

Coupe des cheveux des petits garçons de 3 ans à Lag BaOmer

Lag BaOmer, le 33ème jour du compte du Omer cette année le dimanche 14 mai 2017 est un jour de fête dans le calendrier juif, traditionnellement célébré par des sorties (lors desquelles les enfants jouent à tirer à l’arc), des feux de joie, et d’autres réjouissances. Des milliers de Juifs se rendent à Mérone, dans le nord d’Israël) auprès du tombeau du grand sage et mystique Rabbi Chimon bar Yo’haï dont ce jour est la Hiloula (l’anniversaire de son décès).

Rabbi Chimon bar Yo’haï, qui vécut au 2ème siècle de l’ère commune, fut le premier à enseigner publiquement la dimension mystique de la Torah connue sous le nom de « Kabbalah« . Il fut l’auteur de l’oeuvre de base de la Kabbala, le Zohar. Le jour de son départ de ce monde, Rabbi Chimon demanda à ses disciples de considérer cette date comme « le jour de ma joie ».

Les maîtres ‘hassidiques expliquent que le dernier jour de la vie terrestre d’un Juste, « toutes ses actions, ses enseignements et son service de D.ieu » atteignent leur point culminant et le zénith de leur impact sur nos vies. Ainsi, nous célébrons à chaque Lag BaOmer la vie de Rabbi Chimon et la révélation de l’âme ésotérique de la Torah.

Lag BaOmer commémore un autre joyeux événement : le Talmud relate que, dans les semaines entre Pessa’h et Chavouot, une épidémie frappa les disciples du grand sage Rabbi Akiva « parce qu’ils ne se comportaient pas avec respect les uns envers les autres » ; Ces semaines sont donc considérées comme une période de deuil, ce qui implique que certaines formes de réjouissances y sont interdites par la loi et la tradition. Le jour de Lag BaOmer, l’épidémie cessa. Ainsi, ce jour porte également le thème de Ahavat Israël, le devoir d’aimer et de respecter son prochain. (Source : Chabad.org)

Ce que Lag BaOmer nous apprend

Comme dans le cas de toutes les histoires de la Torah – lesquelles font aussi partie d’elle – dont le but est « d’instruire », celle des élèves de Rabbi Akiba contient une leçon pour chacun de nous, et particulièrement pour les élèves des écoles, garçons et filles.

Et d’abord : le Talmud atteste que c’étaient des « disciples de Rabbi Akiba » ; on peut donc en conclure sans doute possible qu’ils étaient dignes de ce titre. Ce qui veut dire qu’ils se consacraient à la Torah et aux Mitsvot avec dévotion, diligence et messirouth néfech (don total de soi), comme le grand Tanna et Sage le leur avait enseigné.

Il en découle que leur manque de respect l’un envers l’autre devait avoir des raisons qui, loin d’être futiles, correspondaient au niveau spirituel élevé propre à des « disciples de Rabbi Akiba ».

L’explication de leur conduite se trouve dans les dits de nos Sages, bénie soit leur mémoire, à savoir que généralement, les humains ont chacun un esprit différent, de même qu’une conception différente des choses. Chaque individu a donc une manière particulière de servir D.ieu, d’étudier la Torah et d’observer les Mitsvot avec hiddour (soin et embellissement). Par exemple, l’un pourrait le faire essentiellement par amour pour D.ieu, un autre par crainte du Créateur, un autre encore par obéissance et soumission à la Volonté Divine, et ainsi de suite, bien qu’en pratique tous observent pleinement et scrupuleusement la Torah et les Mitsvot dans la vie quotidienne.

Ensuite, étant des disciples de Rabbi Akiba, ils étaient assurément des « hommes de vérité », qui servaient D.ieu avec une sincérité et une dévotion extrêmes, et dont tout leur être était imprégné. Aussi chacun d’eux avait certainement la conviction que sa conception personnelle était la bonne et que celui qui n’avait pas atteint leur niveau manquait de perfection.

De plus, étant des disciples de Rabbi Akiba, qui enseignait : « Tu aimeras ton frère juif comme toi-même – c’est le grand principe de la Torah », il ne leur suffisait pas de monter d’un niveau à l’autre dans leur manière personnelle, de servir D.ieu ; désireux aussi de partager ce progrès avec leurs compagnons, ils s’employaient à les persuader de les suivre. Mais devant la résistance de ces derniers, ils perdaient pour eux le respect auquel on s’attendrait de la part des disciples de Rabbi Akiba.

Un enseignement triple

À la lumière de ce qui précède, nous pouvons voir que l’histoire de Lag BaOmer dans le Talmud enseigne l’attitude adéquate que chacun de nous doit avoir. Cet enseignement est triple :

a) La prière, l’étude de la Torah et l’observance des Mitsvot – aussi bien celles qui lient l’homme à l’homme que celles qui lient l’homme à D.ieu – doivent être accomplies parfaitement, dans un état d’inspiration et d’entrain véritables afin qu’en soit imprégné tout l’homme et jusqu’à son comportement dans la vie quotidienne.

b) Le premier point comprend, bien entendu, la très importante Mitsva prescrivant d’aimer son prochain comme soi-même, laquelle doit être observée également avec une énergie extrême et la plus grande efficacité.

c) Outre les deux premiers points, nous devons considérer avec beaucoup de bonté et de respect tout Juif complètement engagé dans la Torah et les Mitsvot, mais dont la conception du service divin diffère de la nôtre, qu’elle soit basée sur l’amour, ou le respect, etc.

Une prescription supplémentaire découlant des précédentes : si nous rencontrons un Juif qui n’a pas encore atteint le niveau adéquat dans le judaïsme, nos rapports avec lui doivent néanmoins être empreints de respect et d’affection, conformément aux enseignements de nos Sages qui disent : « Porte sur ton prochain un jugement favorable ». Il importe de garder présent à l’esprit que l’homme dont le judaïsme n’est pas parfait pourrait n’en être pas responsable, pour la raison qu’il n’a peut-être pas reçu une éducation juive suffisante. En pareil cas, nous devons, au contraire, compatir à une telle situation, et déployer tous nos efforts en vue de l’aider à réduire la distance qui le sépare d’un judaïsme parfait ; et aussi le faire avec amour et respect, et d’une manière qui soit aisée et agréable.

Le don de soi

Que le grand Tanna Rabbi Chimone bar Yo’haï, qui considérait Lag BaOmer comme son jour de joie personnelle, soit un exemple qui nous inspire tous. Car il a dit qu’il était prêt à faire don de tous ses mérites pour sauver du jugement le monde entier (Souccah 45b). En d’autres termes, il était prêt à faire le don total de soi-même pour une personne sans mérites personnels qu’il n’aurait jamais rencontrée, et qui pourrait se trouver à l’autre bout du monde. Combien plus, dès lors, devrait-on être prêt à faire ce don au profit des êtres proches et chers, et de tous les amis.

Puisse D.ieu accorder Sa bénédiction à chacun de nous, au sein de tout le peuple d’Israël, afin que nous puissions vivre et agir en accord avec l’esprit de Lag BaOmer, comme nous l’avons expliqué plus haut ; que nous puissions le faire avec le maximum d’Ahavat Yisrael, dans la joie et l’allégresse du cœur ; que nous allions acquérant de plus en plus de force dans toutes nos entreprises ; et ce, dans le but de hâter la réalisation des paroles divines : « Je briserai les barres de votre joug (l’exil) et Je vous ferais marcher la tête haute », dans l’accomplissement de la véritable, la complète Guéoulah, par l’intermédiaire de notre Juste Machia’h.

(Adapté de Likoutei Si’hot vol. 2 p. 341-344)

(Source : Chabad.org)

Résultat de recherche d'images pour "photos : La fanfare de Lag Baomer à New York"
Résultat de recherche d'images pour "photos du Lag Baomer"

Cours de judaïsme en vidéo, par le Rav ‘Haïm Dynovisz

Si vous l’avez raté, revoici ce cours :
Résultat de recherche d'images pour "les photos du rav 'Haïm dynovisz"

_____________________________________________________

Reprise des cours après la fête de Pessa’h – Ordre et Liberté – paracha Chemini – L’histoire du monde – 19 Avril 2017

Télécharger vidéo

(Source : le site du Rav)

Programme de deux candidats dont on ne parle pas assez, parce qu’ils ne sont pas vraiment dans le « système »

Nous ne sommes pas des moutons. Nous ne voulons pas des extrêmes et nous misons avant tout, à la fois sur la probité, sur l’authenticité et sur l’amour de la France ! louyehi

J’ai toujours été du côté des politiques qui sortaient de l’ordinaire tout en étant raisonnables et surtout patriotes, alors aujourd’hui, voici le programme de deux candidats qui ne feront sans doute qu’un petit score, voire, même, qu’un tout petit score, mais si j’ai plus particulièrement retenu les propositions de ces deux candidats-là, c’est qu’elles me plaisent assez dans leur ensemble… louyehi

Image associée______________________________________________

Le programme de Nicolas Dupont Aignan : Une France libre

Rendons le pouvoir aux Français

  • Donnons la parole au peuple
  • Nettoyons la politique
  • Renégocions les traités européens
  • Redonnons à la France son indépendance
  • Renforçons notre armée

Une France fière

Défendons nos valeurs

  • Assumons l’exception française
  • Remettons de l’ordre
  • Limitons l’immigration
  • Luttons contre les communautarismes
  • Valorisons la famille
  • Donnons sa chance à chaque jeune

Une France forte

Relevons les défis du XXIème siècle

  • Relocalisons 1 million d’emplois
  • Remettons la finance au service de l’économie réelle
  • Baissons les impôts des Français
  • Valorisons nos atouts agricoles et maritimes
  • Développons une écologie patriote
  • Faisons de la France le paradis des chercheurs

Une France juste

Récompensons le travail et le mérite

 

  • Revalorisons le pouvoir d’achat
  • Reconstruisons l’Ecole du savoir
  • Garantissons l’égalité des territoires
  • Favorisons l’accès à la propriété
  • Arrêtons de démanteler la Sécurité Sociale
  • Ouvrons la société aux personnes en situation de handicap
  • Redonnons de la dignité par le travail

Favorisons le bien-être animal (Voir nos 20 mesures)

-==-

 

Donnons la parole au peuple

  • Référendum d’initiative populaire à partir de 500 000 inscrits sur les listes électorales
  • Recourir systématiquement au référendum dès que l’indépendance nationale est en jeu.
  • Introduire une dose de proportionnelle : sur les 400 députés, 100 seront élus à la proportionnelle
  • Supprimer la réserve parlementaire et réaffecter les crédits aux petites communes
  • Prendre en compte le vote blanc dans les résultats des élections : s’il est majoritaire, le scrutin est reporté et les candidats battus ne peuvent pas se représenter

Nettoyons la politique

  • Casier judiciaire vierge obligatoire pour tout candidat
  • Emprisonnement systématique pour les élus condamnés à de la prison ferme
  • Pas de cumul des rémunérations pour les élus
  • Diminuer le nombre de parlementaires d’1/3 (400 députés et 100 sénateurs) et supprimer le conseil économique, social et environnemental
  • Supprimer les privilèges et les avantages indus des anciens présidents et des élus en général.

 

Renégocions les traités européens

  • Mettre fin immédiatement au processus d’accession de la Turquie à l’UE
  • Retrouver la maîtrise de nos lois, de nos frontières, de notre budget
  • Dénoncer les traités européens, suspendre l’application des dispositions les plus contraires à l’indépendance de la France
  • Renégocier sur la base de notre traité alternatif
  • Passer d’une monnaie unique à une monnaie commune
  • Multiplier les coopérations à la carte autour de grands projets d’avenir : lutte contre le cancer et la maladie d’Alzheimer, panneaux solaires de nouvelle génération…

Redonnons à la France son indépendance

  • Renforcer la coopération entre pays francophones
  • Améliorer la prise en compte des besoins des Français de l’étranger, faciliter notamment l’accès à l’enseignement français
  • Sortir unilatéralement du régime de sanctions contre la Russie
  • Lancer un plan Marshall pour l’Afrique et une Union pour la Méditerranée
  • Protéger les Chrétiens d’Orient et intensifier la guerre contre les mouvements terroristes

 

Renforçons notre armée

  • Sortir de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN
  • Créer un service national de 3 mois avec option militaire d’1 an.
  • Sanctuariser le budget de la défense à 2% du PIB hors pensions et garantir le paiement de la solde de nos militaires
  • Recruter 50 000 soldats sur la durée du quinquennat (-60 000 postes entre 2007 et 2015)
  • Etablir une vraie stratégie pour notre industrie de Défense (avec notamment le lancement de la construction d’un second porte-avion)

Assumons l’exception française

  • Aimer notre Histoire, notre patrimoine et refuser la repentance
  • Porter haut notre identité, mélange d’héritage gréco-latin, de racines chrétiennes, d’esprit des Lumières
  • Faire rayonner le français à travers le monde et respecter scrupuleusement la loi Toubon
  • Consacrer 1 % du budget à la culture et instaurer la gratuité des musées le dimanche pour les Français
  • Abroger la loi Hadopi, légaliser le téléchargement pour mettre à disposition des internautes toutes les œuvres artistiques de l’humanité et rémunérer les auteurs par une licence globale

Remettons de l’ordre

  • Rétablir les contrôles aux frontières et supprimer les accords de Schengen
  • Recruter 30 000 représentants des forces de l’ordre et 10 000 personnels administratifs (coût 2 Md d’€)
  • Instaurer des peines planchers de prison ferme pour toute agression de fonctionnaires de police, de gendarmerie ou de pompiers
  • Abroger les lois Dati et Taubira et construire 40 000 places de prisons
  • Appliquer une politique de tolérance 0, notamment pour les trafiquants de drogue
  • Retrouvez nos mesures « Lutte contre le terrorisme »

Limitons l’immigration

  • Mettre fin au détournement du droit d’asile, expulser les clandestins et supprimer l’AME
  • Durcir les conditions du regroupement familial : passer le délai de 18 mois à 5 ans de présence sur le sol français
  • Tout étranger condamné à une peine de prison ferme est expulsé à sa sortie de détention
  • Les étrangers doivent travailler légalement 5 ans avant de pouvoir prétendre aux aides sociales
  • Conditionner le droit du sol et l’acquisition de la nationalité à un casier judiciaire vierge et à l’accomplissement d’un service national de 3 mois

Luttons contre les communautarismes

  • Garantir la laïcité : les religions s’adaptent à nos lois, pas l’inverse
  • Interdiction des signes religieux ostentatoires à l’hôpital, dans l’entreprise, à l’université comme cela a été fait à l’Ecole
  • Supprimer l’enseignement des langues et cultures d’origine (ELCO) en primaire.
  • Conditionner l’ouverture des mosquées à la signature d’un contrat en six points* avec les imams et responsables d’associations pour définir des règles de vie entre la République et l’Islam de France
  • *Egalité hommes / femmes, liberté d’expression, interdiction du financement étranger des mosquées, formation des imams, étourdissement obligatoire pour l’abattage et apostasie

Valorisons la famille

  • Augmenter de 20% les places en crèche et généraliser les cartes familles nombreuses
  •  Revenir sur les diminutions des prestations familiales décidées par les gouvernements Fillon et Valls (quotient familial notamment)
  • Refuser la marchandisation du corps de la femme à travers la GPA
  • Créer des structures d’accueil pour les femmes violentées et leurs enfants à l’image de LEA à Yerres
  • Prononcer des peines planchers d’une implacable sévérité envers les auteurs de violences aux femmes

Donnons sa chance à chaque jeune

  • Offrir un passage du permis de conduire dans le cadre d’un service national
  • Exonérer de cotisations les emplois étudiants
  • Plafonner les frais de scolarité et multiplier les logements étudiants
  • Améliorer l’orientation des élèves en présentant les métiers deux heures par mois à partir de la quatrième
  • Renforcer la pratique du sport et des activités artistiques à l’Ecole

Relocalisons 1 million d’emplois

  • Supprimer la directive travailleurs détachés
  • Transformer les 20 mds d’€ du CICE en baisses de charges patronales et diviser par 2 l’Impôt sur les Sociétés pour celles qui réinvestissent en France
  • Fonds d’aide à l’investissement et à la relocalisation dotés de 10 milliards d’€
  • 75 % de la commande publique réservée la production française et 50% pour les PME
  • Etiquetage obligatoire sur les marchandises avec la part de « Fabriqué en France »
  • Retrouvez nos mesures pour le « Fabriqué en France »

Relocalisons 1 million d’emplois

  • Supprimer la directive travailleurs détachés
  • Transformer les 20 mds d’€ du CICE en baisses de charges patronales et diviser par 2 l’Impôt sur les Sociétés pour celles qui réinvestissent en France
  • Fonds d’aide à l’investissement et à la relocalisation dotés de 10 milliards d’€
  • 75 % de la commande publique réservée la production française et 50% pour les PME
  • Etiquetage obligatoire sur les marchandises avec la part de « Fabriqué en France »
  • Retrouvez nos mesures pour le « Fabriqué en France »

 

Baissons les impôts des Français

  • Baisser l’impôt sur le revenu de 10 % pour tous et geler les taux de TVA
  • Pas de droits de successions jusqu’à 500 000€ par enfant
  • Remplacement du RSI et 0 nouvelle taxe, 0 nouvelle norme pour les TPE/PME
  • 0 charge pendant 5 ans pour l’embauche d’un chômeur de longue durée
  • Participation gaullienne des salariés : baisser le taux d‘impôt sur les sociétés d’1 point pour 2% d’actionnariat salarié et protéger les capitaux de nos entreprises

Valorisons nos atouts agricoles et maritimes

  • Exception agricole à l’OMC sur le modèle de l’exception culturelle et refus des traités transatlantiques (TAFTA, CETA…)
  • Prix planchers garantis pour nos agriculteurs et plan de désendettement des bâteaux de pêche
  • Des circuits courts pour garantir les marges des producteurs et la qualité alimentaire
  • Validation plus souple des trimestres de cotisation vieillesse pour les femmes d’agriculteurs et choix des 25 meilleures années pour le calcul de la retraite
  • Supprimer les réglementations inutiles

Développons une écologie patriote

  • Lutter beaucoup plus fermement contre l’obsolescence programmée des biens de consommation
  • Créer un livret d’épargne « dispositifs d’économie d’énergie pour le logement »
  • Remplacer les 10 millions de véhicules les plus énergivores en 10 ans par le biais d’un bonus/malus plus efficace
  • Mettre fin à l’importation de produits dangereux qui ne respectent pas nos normes environnementales
  • Mettre les technologies numériques au service d’une meilleure gestion du trafic (analyse des pics de circulation, fluidification du trafic à l’aide d’informations sur la circulation…)

Faisons de la France le paradis des chercheurs

  • Mieux rémunérer les chercheurs et les doctorants pour éviter la fuite des cerveaux
  • Bâtir un Etat stratège qui ciblera les technologies les plus cruciales des 30 prochaines années
  • Franchir le seuil des 3 % de ratio de dépenses en R&D/PIB dès 2019.
  • Préserver et étoffer le dispositif existant du crédit d’impôt recherche (CIR)
  • Accompagner les futurs ingénieurs et chercheurs pour breveter et valoriser leurs découvertes

Revalorisons le pouvoir d’achat

  • Augmenter de 100 € par mois 6 millions de pensions de retraite (mesure financée par les 8 milliards de contribution nette annuelle au budget de l’UE)
  • Maintenir l’âge minimum de départ à la retraite et la durée de cotisations aux niveaux actuels et indexer les pensions a minima sur l’inflation
  • Augmenter les salaires nets de 10 % sans peser sur les entreprises en diminuant les charges salariales de 30 % (mesure financée par la lutte contre la grande fraude fiscale et sociale)
  • Rétablir le dispositif d’exonération des heures supplémentaires
  • Créer un label « Femme-Homme », permettant un allégement de cotisations pour les entreprises respectant l’égalité salariale.

Reconstruisons l’Ecole du savoir

  • Abroger la réforme du collège et celle des rythmes scolaires
  • Revaloriser le métier d’enseignant par l’augmentation des salaires
  • Passer de 9 à 15 heures par semaine de français en primaire
  • Rétablir l’autorité de l’enseignant dans sa classe par la suppression de la circulaire Lang
  • Revaloriser l’apprentissage et viser 1 million d’apprentis

Garantissons l’égalité des territoires

  • Mettre fin aux zones blanches de téléphonie mobile et équiper l’ensemble du territoire d’accès internet à très haut débit avant 2022
  • Supprimer la loi NOTRe et garantir les dotations aux communes et aux départements
  • Cesser les fermetures d’infrastructures publiques en zones rurales (écoles, postes, hôpitaux…)
  • Créer un fonds de sauvegarde du patrimoine rural qui ouvrirait une déduction fiscale de 66 %, dans une limite de 7500 euros
  • Valoriser les atouts de l’Outre-mer et garantir la continuité territoriale

Favorisons l’accès à la propriété

  • Passer de 58 à 66 % de propriétaires (500 000 primo-accédants chaque année), faciliter l’octroi du prêt à taux zéro et augmenter la période de différé d’amortissement
  • Réduire l’apport personnel des primo-accédants par une garantie de l’Etat
  • Proposer aux locataires du parc social un contrat leur permettant de transformer leur loyer en mensualités de remboursement anticipé
  • Supprimer les droits de mutation pour la première acquisition
  • Faciliter les procédures d’expulsion pour les squatteurs et les mauvais payeurs qui dissuadent trop souvent les propriétaires de louer leur bien

Arrêtons de démanteler la Sécurité Sociale

  • Augmenter le numerus clausus de médecins d’1/3 pour répondre aux besoins des Français
  • Contrôler l’installation des médecins étrangers
  • Améliorer le remboursement des soins dentaires de base des lunettes et des prothèses auditives
  • Mettre fin à l’obligation de tiers-payant généralisé
  • Faire de la dépendance et du soutien aux aidants une grande cause nationale

Ouvrons la société aux personnes en situation de handicap

  • Accorder une part fiscale complète aux familles ayant un enfant handicapé
  • Revaloriser de 200 euros l’Allocation Adulte Handicapé (AAH)
  • Simplifier les démarches et les dossiers.
  • Favoriser l’insertion par le travail en renforçant les aides aux structures professionnalisantes (ESAT, EA…).
  • Privilégier pour les personnes à mobilité réduite l’accès au télétravail.

Redonnons de la dignité par le travail

  • Faire effectuer par toute personne au RSA en état de travailler une journée hebdomadaire de mission d’intérêt général
  • Mettre en oeuvre le travail universel pour donner une activité à chaque Français
  • Mettre en place un plafond maximum de toutes les aides perçues
  • 0 paperasse pour les bénévoles associatifs
  • Mettre en place un dispositif « Seconde Chance » pour les élèves qui ont quitté tôt le circuit scolaire

Favorisons le bien-être animal (Voir nos 20 mesures)

  • Imposer aux abattoirs des cahiers des charges draconiens afin d’éradiquer la maltraitance animale dans les chaînes de production et interdire l’abattage sans étourdissement.
  • Encourager l’élevage de qualité et créer un label « Bien-être animal. »
  • Soutenir et mieux répartir les refuges qui sont débordés à cause du nombre d’animaux qu’ils reçoivent et du peu de moyens dont ils disposent.
  • Garantir le financement des associations de protection des animaux.
  • Mettre fin aux subventions des activités contraires à la dignité animale.

_______________________________________________________

Image associée

_______________________________________________________

Le programme de Jean Lassalle :

Europe

Economie européenne

Appliquer le droit du travail français aux travailleurs détachés

Appliquer le droit du travail français aux travailleurs en France (« détachés »)

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Rendre le Conseil de la BCE paritaire (financiers/non-financiers)

Rendre paritaire, financiers / non-financiers, le Conseil de la BCE.

Europe

Economie européenne

Institutions européennes

Soumettre le vote des directives européennes au vote du parlement

Mettre en débat et voter au Parlement toute législation d’origine européenne au lieu de laisser l’exécutif les approuver par ordonnance.

Sortir de l’agence européenne du médicament s’il n’y a pas de garantie de son indépendance

Exiger de l’Agence européenne du médicament qu’elle se rende indépendante des grands laboratoires, sinon, en sortir.

Sécurité

Terrorisme et renseignement

Etendre les alertes en cas d’urgence à tous les moyens de communication

Etendre les systèmes d’alerte en cas d’urgence, à tous les moyens de communication électronique (SMS, réseaux sociaux…).

Mettre fin à l’état d’urgence

Mettre fin à l’état d’urgence

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Prison

 

Police et gendarmerie

Etendre les pouvoirs de police du maire aux troubles de voisinage ou autour des commerces

Accroître les pouvoirs de police du maire aux troubles de voisinage ou autour des commerces

Justice

Appliquer les très courtes peines de prison

Appliquer les très courtes peines de prison

Recruter 6000 magistrats supplémentaires

Recruter 6 000 magistrats supplémentaires (se rapprocher de la moyenne européenne), des agents de suivi et d’application des peines et surveillants pénitentiaires

Sanctionner le « trouble à l’ordre public » sur les réseaux sociaux

Sanctionner le « trouble à l’ordre public » aussi sur les réseaux sociaux

Défense

Conserver comme réservistes 200 000 anciens militaires ou appelés

Conserver comme réservistes 200 000 anciens militaires ou appelés. Confier les rondes, la présence militaire en ville aux réservistes et appelés

Construire un 2ème porte-avion

Construire un 2ème porte-avions : avoir en permanence un groupe aéronaval à la mer.

Culture

Soutien public à la culture

Vie culturelle et associative

Créer 3 fêtes sur le modèle de la fête de la musique

Mettre en relation les habitants dans les quartiers par des événements sur le modèle de la Fête de la Musique, comme, au rythme des saisons : Créer une Fête de la Philo et des Savoirs le 21 mars; Créer une Fête des Sports le 21 septembre; Créer une Fête de l’Engagement le 21 décembre.

Patrimoine

Médias

Arts

Demander aux propriétaires d’œuvres d’ar de les présenter au public quelques jours par an

Demander aux propriétaires d’œuvres d’art, exemptées d’ISF, de les présenter au public quelques jours par an

International

Diplomatie

Afrique

Etablir des partenariats avec les pays d’Afrique

Nous conclurons, avec les pays d’Afrique qui le souhaiteront, des traités équilibrés, qui excluront le pillage et le détournement de leurs ressources.[…] Notre langue, partagée avec les pays francophones, entretient un cousinage culturel précieux.

Appuyer le développement des infrastructures africaines

Appuyer le développement des infrastructures africaines, notamment les télécommunications, facilitant les relations culturelles et économiques

Société

Egalité femmes-hommes

Trouver de nouvelles solutions d’accueil pour les femmes victimes de violences

Financer des familles d’accueil pour les femmes victimes de violences. Accueillir spécifiquement dans les commissariats les femmes victimes de violences

Outre-mer

Renforcer les contrôles au frontière en Outre-mer

Renforcer les effectifs des douanes et les forces aux frontières où se concentre l’immigration illégale (Mayotte, Guyane…)

Santé

Supprimer le numerus clausus à l’entrée des études de médecine

Supprimer le numerus clausus à l’entrée des études médicales. Instaurer pour les médecins à l’installation, en sortie d’études (comme en Belgique) un numerus clausus localisé. Arrêter la logique de regroupement des établissements de santé, qui laisse sans maternité des pans entiers de notre territoire.

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Affecter des généralistes aux urgences

Affecter des généralistes aux services d’urgences des hôpitaux.

Faciliter le suivi des effets des médicaments par internet

Faciliter par une plate-forme internet le suivi des effets des médicaments, pour que les constats cliniques des praticiens soient pris en compte (ex. : acide hyaluronique…).

Réduire la pollution atmosphérique en isolant les habitations

Réduire la pollution atmosphérique en finançant les travaux d’isolation des particuliers et des immeubles, au-delà des seuls ménages modestes.

Évaluer l’efficacité des « médecines alternatives et complémentaires »

Évaluer l’efficacité des « médecines alternatives et complémentaires », leurs bénéfices en termes de prévention.

Lancer des appels d’offres pour la recherche pharmaceutique et sur les maladies orphelines

Lancer des appels d’offres pour la recherche pharmaceutique, et sur les maladies orphelines, au lieu de la financer par crédit d’impôt

Renforcer la vigilance des réseaxu sociaux pour les personnes exprimant leurs difficultés

Former et équiper les modérateurs des forums et réseaux sociaux pour répondre aux personnes qui y disent leurs difficultés

Généraliser le repérage de l’autisme avant l’âge de 3 ans

Généraliser le repérage des troubles autistiques avant l’âge de 3 ans

Couvrir par la Sécurité Sociale toute la dépense de santé

Couvrir par la Sécurité Sociale toute la dépense de santé, comme c’est le cas en Alsace Moselle

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Religions

Enseigner à l’école, et refléter dans les médias, l’histoire des religions comme de l’athéisme

Enseigner à l’école, et refléter dans les médias, l’histoire des religions comme de l’athéisme

Handicap

Construire des hébergements de vacances pour les personnes âgées ou handicapées

Construire des hébergements de vacances accueillant à la fois les personnes âgées, ou handicapées, et celles qui les aident.

Affecter des jeunes du Service national à l’assistance au handicap

Affecter des jeunes du Service national, formés, à l’assistance au handicap ; d’autres pour animer les maisons de retraite et les EHPAD.

Définir une politique d’ensemble sur les handicaps

Définir une politique d’ensemble sur les handicaps, intégrant les handicaps non visibles. Prévoir la prise en compte, dès avant un diagnostic précis de maladie ou handicap, des difficultés majeures identifiées.

Familles

Verser une allocation familiale dès le 1er enfant

Verser une allocation familiale dès le 1er enfant

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Drogues

Dépénaliser la consommation de stupéfiants

Évaluer et revoir la politique en matière d’addictions. Envisager de classer la consommation de stupéfiants comme simple contravention, non plus comme délit

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Education

Supérieur et recherche

Formation et apprentissage

Rétablir un service civil ou militaire pour tous

Rétablir le service national, garçons ou filles, civil ou militaire.

Ecole et petite enfance

Encourager les activités scolaires en dehors des classes

Sortir les classes de l’école : séjours à la ferme, classes découverte chaque trimestre

Enseigner deux langues vivantes dès le primaire

Enseigner dès le primaire 2 langues vivantes étrangères, ou 1 régionale et 1 étrangère

Système éducatif

Développer l’éducation au numérique

L’esprit de l’élève doit être formé à produire et à créer, alors qu’il risque de seulement consommer ce que Google, Apple, Microsoft ou Facebook lui mettent sous le nez. Il doit exercer sa liberté, et pour cela maîtriser profondément Internet et les outils de communication, au lieu d’en devenir dépendant

Renforcer l’enseignement du français et des mathématiques au collège et lycée

Retrouver les horaires scolaires de Français et de Mathématiques plutôt que d’investir trop de temps des enseignants sur des activités interdisciplinaires

Instaurer un suivi individualisé des élèves

Je propose que chacun d’entre eux soit suivi attentivement, au long de sa scolarité, par un petit groupe autour des enseignants, attentif à repérer ses talents, avec pour mission de le mettre en situation de réussir ce qu’il entreprend.

Envoyer les enseignants avec le plus d’expérience dans les établissements en difficulté

Envoyer, dans les établissements en difficulté, les enseignants les plus chevronnés

Rétablir les rythmes scolaires (abroger la dernière loi)

Rétablir les rythmes scolaires (abroger la dernière loi)

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Proposer un renforcement l’enseignement du français pour les collégiens ayant une autre langue maternelle

Proposer aux collégiens ayant une autre langue maternelle, un complément en Français à la place de la LV2

Simplifier la notation des élèves « par compétences »

Simplifier la notation des élèves « par compétences » instaurée par le « livret scolaire unique »

Supprimer la notation administrative des enseignants

Supprimer la notation administrative des enseignants

Instaurer une formation à l’information en collège

Enseigner en collège à chercher et filtrer l’information

 

 

Environnement

Fiscalité écologique

Taxer le dumping environnemental

Taxer le dumping environnemental (grâce à la jurisprudence de l’OMC) : dissuader les pays tiers d’endommager l’environnement pour produire ce qu’ils exportent chez nous ou en traversant notre territoire

Condition animale

Prendre plus en compte le respect des animaux dans la labellisation en élevage

Prendre plus en compte le respect des animaux dans la labellisation en élevage

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Energies

Energie

Piloter les consommations d’eau et d’énergie de tout bâtiment public

Piloter avec un outil de suivi les consommations d’eau et d’énergie de tout bâtiment public

Autoriser l’autonomie énergétique des particuliers et entreprises

Autoriser l’autonomie énergétique des particuliers et entreprises

Sortir du nucléaire en développant les énergies renouvelables

Le nucléaire a été longtemps présenté comme une alternative, mais après l’accident de Fukushima, et alors que l’ensemble nucléaire français vieillit, nous devons reposer la question. […]

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Développement durable

Affecter des jeunes du Service National, formés, à l’entretien des forêts, des cours d’eau, des terres en friche

Affecter des jeunes du Service National, formés, à l’entretien des forêts, des cours d’eau, des terres en friche

Economie

Entreprises et industrie

Redynamiser le commerce et l’artisanat

Redynamiser le commerce et l’artisanat : encourager la gestion des espaces commerciaux de centres-villes par des coopératives de commerçants et artisans locaux

Faire respecter l’intérêt général par les grandes entreprises dont l’État est actionnaire et administrateur

Faire respecter l’intérêt général par les grandes entreprises dont l’État est actionnaire et administrateur.

Proposer en ligne un site public de comptabilité pour indépendants

Proposer en ligne un site public de comptabilité pour indépendants, dispensant d’association ou centre de gestion « agréé », et faisant directement les déclarations

Envisager des nationalisations partielles de grandes entreprises

Nous devons reprendre la main sur les plus grands acteurs économiques, y compris par des nationalisations partielles, si c’est nécessaire pour enlever leur contrôle aux fonds de pension étrangers. Je redonnerai à l’État les moyens règlementaires d’en finir avec ce système suicidaire, de mettre en place des stratégies de long terme, responsables devant la société et par rapport à l’environnement.

Publier les chiffres d’affaires et les bénéfices des multinationales pays par pays

Publier les chiffres d’affaires et les bénéfices des multinationales pays par pays.

Créer dans toute la France des coopératives d’investissement local

Créer dans toute la France des coopératives d’investissement local, à la façon du mutualisme, permettant d’investir son argent dans des projets locaux, d’entreprises ou sociaux.

Mettre en oeuvre un plan de soutien aux entreprises familiales

Concevoir et mettre en œuvre un plan de soutien aux entreprises familiales notamment par des instruments fiscaux afin de préserver l’outil de production et de résister aux sirènes court-termistes des financiers

Mer

Développer la captation des énergies marines sur l’ensemble des espaces maritimes français

Développer la captation des énergies marines sur l’ensemble de nos espaces maritimes

Vie au travail

Elargir le champ de la négociation collective dans l’entreprise

Élargir la négociation collective dans l’entreprise à l’équilibre vie-travail, au télétravail, aux métiers… et favoriser les accords de participation aux bénéfices

Réaliser une enquête ouverte à tous sur la qualité de vie au travai

Réaliser une enquête ouverte à tous les travailleurs de France sur la qualité de vie au travail, matière à débat dans chaque entreprise

Interdire en Europe que l’essentiel des revenus d’un dirigeant soit lié à l’évolution de court terme d’actions de sa société

Interdire en Europe que l’essentiel des revenus d’un dirigeant soit lié à l’évolution de court terme d’actions de sa société

Système financier

Séparer les activités des banques

Séparer les activités spéculatives d’une part, les banques de l’économie réelle d’autre part, en cloisonnant leurs financements pour protéger les fonds des particuliers et PME.

Pouvoir nationaliser les entreprises du CAC40 si nécessaire

Ouvrir la possibilité de nationaliser partiellement les entreprises du CAC40 pour que leur contrôle reste national.

Moduler le pouvoir des actionnaire en fonction de leur ancienneté au capital

Limiter le vote, en AG des sociétés anonymes, aux actionnaires détenteurs depuis 1 an, sauf contrôle majoritaire

Instaurer la taxe Tobin sur les flux financiers

Taxer à un taux uniforme et minime (1/5000) les flux et engagements financiers (taxe ‘Tobin’). Pour cela, enregistrer toutes les transactions financières et engagements sur un registre central.

Réouvrir les comptes de dépôt auprès du Trésor public

Permettre de nouveau aux particuliers et entreprises d’ouvrir des comptes de dépôt auprès du Trésor Public (constituant un prêt sans intérêt ni terme à l’État)

Services publics

Protection sociale

Augmenter les minima sociaux

Augmenter le minimum vieillesse de +200 euros / mois. Augmenter l’Allocation autonomie pour les personnes à domicile de 700 à 1050 euros / mois. Assurer un montant minimum d’Allocation pour Adulte Handicapé quel que soit le revenu du conjoint. Verser une « allocation d’autonomie » aux 17-25 ans en formation, ou aller vers un revenu minimum garanti, « universel ».

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Augmenter le SMIC net par une baisse des cotisations sur les bas salaires

Augmenter le SMIC net par une baisse des cotisations sur les bas salaires.

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Entreprises

Emploi

Payer les heures supplémentaires 25% ou 50% de plus et les annualiser

Payer à nouveau les heures supplémentaires +25 ou +50%, et non pas +10%. Annualiser les heures supplémentaires, dans toutes les entreprises qui le souhaitent.

Agriculture et agroalimentaire

Subventionner l’investissement éco-responsable

Subventionner l’investissement quand il réduit la pression sur l’environnement (permaculture, non-labour, séchage en grange, méthanisation,…)

Réformer le mode de rémunération des agriculteurs

Changer le mode de rémunération des agriculteurs pour rémunérer moins les volumes et plus les personnes, y compris les conjoints d’exploitants

Retrouver un pouvoir de décision national sur la PAC

Reprendre nos marges de décision sur le budget, la directive Habitats et  la PAC

Comparez les propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet

Remettre les coopératives agricoles sous la responsabilité directe des exploitants.

Remettre les coopératives agricoles sous la responsabilité directe des exploitants.

Transports

Créer une Autoroute de la Mer pour décharger les routes des poids lourds

Créer une Autoroute de la Mer, de la Manche à l’Atlantique et en Méditerranée, pour décharger nos routes des poids lourds

Numérique

Logement

Créer une bourse de la colocation en ligne

Mettre en ligne une bourse de la colocation, apportant des garanties

Réduire le délai de construction pour les promoteurs achetant un terrain

Réduire à 2 ou 3 ans (au lieu de 4) le délai de construction pour les promoteurs achetant un terrain (régime de la TVA immobilière).

Fonction publique

Fiscalité

Imposer les surfaces commerciales

Récupérer l’impôt dû au titre des surfaces commerciales en dépassement (estimées à 10% de la superficie totale des grandes surfaces)

Budget

Renégocier la dette publique après un audit citoyen de celle-ci

Lancer un audit citoyen de la dette publique. L’appuyer par une enquête approfondie sur l’histoire et les conditions de négociation de cette dette. S’appuyer sur cet audit pour renégocier la dette publique passée.

Renégocier tous les grands contrats de l’Etat

Revoir tous les grands contrats de l’État (armement, grands fournisseurs, PPP… : 300 milliards d’euros) en partant des rapports de la Cour des Comptes, et les renégocier, ou réinternaliser les fonctions privatisées ou sous-traitées à tort.

 

Politique

Collectivités

Ne plus obliger les communes à faire partie d’une intercommunalité

Restaurer la liberté pour les communes de s’associer ou non en intercommunalités à taille humaine, outils de facilitation .

Renforcer le droit de pétition local

Obliger les assemblées locales à se saisir d’une proposition de décision signée par 10% de leurs citoyens (ou 100 000)

Supprimer les deux couches administratives créées avec la Métropole du Grand Paris

Supprimer les deux couches administratives créées avec la Métropole du Grand Paris (loi MAPTAM) : rendre aux communes les compétences de ses Territoires et confier à la région celles du niveau métropolitain.

Restaurer les financements des collectivités locales

Restaurer les dotations de l’État aux communes et départements, à hauteur du financement perdu en 2017 soit 1 milliard d’euros.

 

Institutions

 

Voter simultanément pour la présidentielle et pour les législatives

Pour que l’Assemblée nationale ne soit plus soumise à l’exécutif, voter simultanément à la présidentielle et aux législatives

 

 

Autoriser les référendums d’initiative populaire

Autoriser les référendums d’initiative populaire (votations)

VIVE LA FRANCE  et

Image associée

BON VOTE A TOUS !

POESIE

Image associée

_____________________________________________________

ESCLAVAGE DORE

Le peuple juif fut, dans l’Antiquité, sauvé

Par D.ieu de l’esclavage où il était tombé.

Il fit pour eux des miracles, leur demanda

De toujours conserver dans leur coeur Sa Torah :

Enseignement, façon d’être, Arbre de Vie

Qui les garantirait contre leurs ennemis.

Temps et bien-être apparent parmi les nations

Eurent raison de ses bonnes résolutions.

C’était prévisible, c’est compréhensible.

Lutter pour sa différence est difficile,

Si dangereux parfois, si insupportable !

Se fondre dans « la masse » est confortable.

Faire croire qu’on est « comme tout le monde » ;

Avec les autres on danse alors la ronde.

Cet esclavage-là, car c’en est un, est fait

D’espoir, de tranquillité, du confort qui plaît.

Mais le peuple juif n’est pas n’importe qui.

On ne comprend que ses racines il renie,

En dépit de ce qu’on veut lui faire croire.

Il a raison quand il proclame la gloire

Du D.ieu Un, qu’il cultive sa différence

Au lieu de lui montrer de l’indifférence

Et il a raison, ses convictions d’affirmer

Malgré la nuit, en tant que tel, de s’assumer,

De se conduire en vrai Juif, courageusement ;

Le respect des nations gagnera  sûrement.

Toujours et partout, à D.ieu rester fidèle.

Mais sa voie vers la lumière, c’est Israël.

Maryse

_____________________________________________________

DANS  L’AMANDIER  EN  FLEURS

Dans l’amandier en fleurs un oiseau s’est posé,

Venu pour se nourrir du seul nectar des fleurs.

La rosée a perlé des arbres tout en pleurs

Qu’ainsi pour l’abreuver le ciel lui a donné.

L’abondante nature est tout son univers.

Créée par l’Eternel, toi rose menorah

De tes tendres couleurs ose élever les bras.

Dis, joli troubadour, chante nous quelques vers.

La boule de plumes là-haut a regardé,

Dans le limpide azur vers Toi, ô notre Roi.

Il sait que ce qu’il a il ne le doit qu’à Toi

Et vers le Créateur son chant s’est élevé.

L’oiseau, reconnaissant, s’adresse à l’Eternel,

Dans son langage émet des sons mélodieux,

D’artistiques trilles, doux et élogieux

Dans l’air pur du printemps s’élèvent jusqu’au ciel.

Doux mars est odorant déjà. Ce chant gracieux,

Ton être en perçoit l’écho dans le lointain.

Il calme ton cœur lourd et tu sais le divin

Sous le ciel d’Israël cruel mais lumineux.

Ainsi tendrement te sens tu réconforté.

Chante à ton tour au Ciel des louanges à la vie

Du Créateur tu sais tu es aimé aussi !

Alors, comme l’oiseau tu peux remercier.

Maryse

Résultat de recherche d'images pour "Photos des sources du Jourdain : Banias"
Le Banias, source du Jourdain
_______________________________________________

RENOUVELLEMENT

Qu’a dont l’air ce matin à être si léger ?

D’effluves printaniers il semble tout chargé ;

Ecoute, respire : quelque chose a changé.

Tous tes sens en éveil, tu pourras deviner

Le renouveau qui déjà se perçoit : Mais vois,

L’ambiance est légère ; au dehors les bois

‘Respirent’ l’air tout plein des odeurs du printemps.

La nature accomplit son travail lentement.

Du soleil bienfaisant se gorge la terre.

Sous la dure écorce, au sortir de l’hiver

La vie revient en la sève renouvelée

Et ta main palpera la douceur veloutée

Des tendres feuillages aux nombreux tons de verts.

Tous au Ciel rendront grâce à leur manière :

Refleuriront bientôt les verts prés ravivés,

Germeront les semences par l’homme jetées.

Les épis, la vigne et les fruits vont pousser,

Les ruisseaux de bonheur vont bondir et chanter,

La tige reverdir ; bouton deviendra fleur.

L’oiseau sait et nous dit par son chant son bonheur.

La nature s’éveille, s’apprête en secret,

Ses beaux et nouveaux atours lentement revêt.

Le printemps annonce le parfum des roses,

Offre à nos regards sa beauté grandiose.

Maryse

Résultat de recherche d'images pour "photos de roses dans la nature"

Lundi soir prochain commence la fête de Pessa’h, (la Pâque juive), qui durera 7 jours en Israël et 8 jours en diaspora

________________________________________________

COMMENTAIRE DU GRAND RABBIN GILLES BERNHEIM SUR LA FÊTE DE PESSA’H : Commentaire du Grand Rabbin de

MESSAGE DU GRAND RABBIN GILLES BERNHEIM

Pessah 2012.movYouTube

VIDEO  : La danse de la Matzah crée le buzz en France et dans le monde !

________________________________________________

Qu’est-ce que la fête de Pessa’h (la Pâque juive) ?La fête de Pessa’h dure huit jours. Elle est célébrée en début de printemps, du 15 au 22 du mois juif de Nissan. Elle commémore la libération des Hébreux de l’esclavage en Égypte ancienne. En accomplissant les rites de Pessa’h, nous pouvons revivre et ressentir la réelle liberté obtenue par nos ancêtres. L’histoire de Pessa’h. Après de nombreuses décennies d’esclavage sous les Pharaons d’Égypte, pendant lesquelles les Israélites furent contraints à un travail écrasant et soumis à des atrocités, D.ieu vit la détresse du peuple et envoya Moise chez Pharaon avec ce message : « Laisse partir Mon peuple, pour qu’il Me serve. » Lorsque, malgré plusieurs avertissements, Pharaon refusa d’obéir à l’ordre divin, D.ieu envoya sur l’Égypte dix plaies dévastatrices qui y semèrent la désolation, détruisant bétail et récoltes. (Source :  Chabad Loubavitch Nice Côte d’Azur)

Au milieu de la nuit du 15 Nissan de l’année 2448 depuis la création (1313 avant l’ère commune), D.ieu infligea aux Égyptiens la dernière des dix plaies qui tua tous leurs premiers-nés. Ce faisant, D.ieu épargnait les Enfants d’Israël, « sautant par-dessus » leurs maisons – d’où le nom de la fête : Pessa’h signifie « le saut » en hébreu.

La résistance de Pharaon fut brisée, et il chassa littéralement ses anciens esclaves du pays. Les Israélites s’en allèrent dans une telle hâte, que le pain qui devait leur servir de provision pour la route n’eut pas le temps de lever. 600 000 hommes adultes, et beaucoup plus de femmes et d’enfants, quittèrent l’Égypte ce jour-là, entamant leur voyage vers le mont Sinaï et leur naissance en tant que peuple élu de D.ieu.

LA  FÊTE  DE  PESSA’H

CHANTS POUR PESSA’H Ma nichtana (version vocale) http://www.youtube.com/v/MsonH7H3h6U&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″></param><param JadeVaerens /

Dans la 1ère partie de « la fête de Pessa’h » :

QUAND FÊTE-T-ON PESSA’H CETTE ANNEE 5769 (2009)?

PESSA’H

LA HAGGADAH DE PESSA’H

Les 10 plaies d’Egypte

DE QUELLE EPOQUE LA HAGGADAH ET LE SEDER DATENT-ILS ?

LE ‘HAMETS

Définition du ‘hamets

Les 3 interdictions du ‘hamets

La recherche du ‘hamets

Faire disparaître le ‘hamets

La vente du ‘hamets

La signification du ‘hamets

LES SYMBOLES DU SEDER ET LE SOUVENIR DES ANCÊTRES

Dans la 2ème partie de « la fête de Pessa’h :

LE SEDER DE PESSA’H

Pourquoi boit-on 4 coupes de vin ?

LE CHIFFRE QUATRE DANS LE SEDER DE PESSA’H

Les quatre coupes de vin (ou les 4 coupes de la délivrance)

Les quatre questions

Les quatre fils

Les quatre matriarches

Les quatre noms de Pessa’h

La haggadah des quatre mois

Quatre occasions de consommer la matsa

Quatre genres d’aliments sur le plat du Séder pour 4 bénédictions

Les quatre souffrances du peuple en Egypte

Les quatre expressions d’Hachem pour la « guéoula » des quatre exils

Les quatre temps de notre prise de conscience vers cette « guéoula »

RECAPITULATIF DES 15 ETAPES DE LA LIBERATION DANS LA SOIREE DU SEDER

PESSA’H AUJOURD’HUI

Le récit dePESSA’H en 7 mn http://www.youtube.com/v/Bl8dazS0FeQ&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″></param><paramAskMosesTV VIA

CHANTS POUR PESSA’H Avraham Avinou http://www.youtube.com/v/FYOrtCwECgw&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″></param><param(Abraham Ferera Video Editing: Hermon Yehuda Productions 097672069) bingo1941

PESSA’H

Le Chabbat qui précède Pessah’ est un Chabbat particulier appelé Chabbat hagadol(grand Chabbat), car en plus de la paracha de la semaine, nous lisons un texte de Torah supplémentaire. Ce texte a pour but principal de se préparer mentalement et spirituellement à cette fête qui va rythmer notre quotidien pendant une semaine, ainsi qu’à l’application des halah’ot (lois) qui s’y rattachent. »Le grand-Chabbat » fut ainsi nommé en raison du grand miracle où, selon le commentaire du Tour, les familles d’Israël ayant pris, sur ordre divin, »l’agneau pascal », le Chabbat 10 nissan pour le sacrifice qui devait avoir lieu 4 jours plus tard, aucune rébellion des égyptiens n’eut lieu, malgré sa déifications par ces derniers.

Pessa’h (la Pâque juive) est l’une des 3 fêtes de pèlerinage, (les autres étant Chavouôt et Souccot). Elle fut instituée par D.ieu Lui-même lors de la sortie d’Egypte du peuple hébreu. Dans la Torah, on trouve 3 passages sur ce sujet avec l’origine de toutes les lois et de tous les usages qui permettent de célébrer cette fête : Chemote (Exode) 12 – Vayikra (Lévitique)23 – Devarim (Deutéronome) 16. Le mot Pessa’h est composé des lettres « peh », qui signifie (bouche) et « sa’h » (raconter). En français s’est le « passage par-dessus », en anglais, cela se dit « passover », ce qui rappelle qu’Hachem avait demandé aux Enfants d’Israël de marquer le linteau de leurs portes avec du sang d’agneau, de sorte qu’Il les repère lors Son passage par-dessus les maisons pour que la plaie qui frappa l’Egypte (mort des premiers nés) épargnât ceux des Hébreux. L’agneau sacrifié par les « Bnei-Israel » (Enfants d’Israël) reçut le nom de « Korbane Pessa’h » (sacrifice pascal).

Les Bnei-Israel furent asservis pendant 220 ans en Egypte et ces années furent l’une des périodes les plus dures ; cette galoute(exil) a constitué la période d’’assimilation par excellence dans un pays de dépravation totale. Ainsi, tant sur le plan physique que moral et spirituel, l’esclavage les a détruits, mais pas complètement cependant, et même si Rachi nous rapporte dans l’un de ses Midrachim* qu’en fait le peuple juif n’est sorti qu’à 1/5 de son effectif (les 80% sont morts pendantla plaie des ténèbres, afin que les juifs survivants puissent enterrer leurs morts à l’abri des regards égyptiens qui, eux, ne voyaient pas et ne pouvaient donc dire: »Ah, vous avez vu? Leur Dieu. est censé les défendre mais les tue ! ») pour cause de son assimilation ( pour la plupart d’entre eux, ils ne pratiquaient plus la brit-mila – la circoncision) et de son refus de sortir d’Egypte,. Mais des liens indéfectibles au judaïsme leur étaient encore propres et les Enfants d’Israël avaient conservé leur tenue vestimentaire, celle des Juifs, ils ne communiquaient qu’en Hébreu et continuaient à donner des prénoms hébreux à leurs enfants.

La Pâque juive s’inscrit entre 2 événements exceptionnels qui constituent probablement les 2 plus étonnants et spectaculaires miracles de toute l’histoire biblique : l’Exode et la traversée de la Mer Rouge.L’un eut lieu le 1er jour de Pessa’h, l’autre le 7ème jour. « La voix de mon ami, il arrive, il saute les montagnes, il enjambe les collines, mon ami ressemble à un cerf. » (Cantique des Cantiques 14d) Ce verset concerne la sortie d’Egypte, qui est une délivrance, « avec saut », du fait que l’esclavage, qui était censé durer 400 ans, a été réduit à 210 ans. Extrait de la haggada : « Cette matsa que nous mangeons, pourquoi ? Parce que la pâte de nos ancêtres n’avait pas eu le temps de lever lorsque leur est apparu le Roi des rois des rois, le Saint béni soist-Il, et qu’il les a sauvés… » Pour ce qui concerne la matsa : « L’enfant ne sait pas dire « papa » ou « maman » avant d’avoir goûté le goût du pain. » C’est qu’il y a dans le blé une force permettant à l’enfant de reconnaître son père et sa mère ; de même, il y a dans la matsa une force permettant de reconnaître la divinité, son essence et sa substance ainsi qu’il est dit : « Connais le D.ieu de ton père. » a savoir : connais et sens

Or, il existe 2 types de matsote (pluriel de matsa). La première, c’est avant minuit, et celle-là a besoin d’être préservée et, ainsi qu’il est dit : « Vous garderez les matsote ». La seconde correspond à ce qui est écrit « Lorsque leur apparut le Roi des rois ; là est écrit que la pâte des Hébreux n’a pas le temps de lever, à savoir : elle n’a pas fermenté. La différence entre le ‘hamets » (pâte levée) et la matsa (pâte non levée) est la suivante : Le ‘hamets est de l’ordre de l’élévation. Il a un goût. La matsa n’a pas de volume et n’a pas de goût. C’est pourquoi les rabbins ont dit : « s’il a avalé la matsa, il a accompli son devoir. » Ainsi, le soir de la 1ère Pâque, en mangeant de la matsa, les Hébreux avaient accédé à un premier stade de la connaissance de D.ieu et tout se passe comme si, une semaine après, leur foi se trouvait confirmée et renforcée par le miracle de la mer Rouge. Mais pour la mystique juive, cet événement revêt une tout autre dimension. Il met en jeu 2 éléments : la terre et la mer, placés ici dans un rapport très particulier : la mer se fait terre pour livrer passage aux Hébreux. Mais la terre et la mer jouent un rôle fondamental , non seulement dans la vie quotidienne de l’humanité, mais aussi dans son imaginaire. Or, la terre est le lieu où les choses vivent et se développent de manière visible alors que dans la mer, elles sont, pour la plupart, invisibles. La mer est un ensemble de choses recouvertes et cachées. L’existence de l’homme est de l’ordre du visible. C’est pourquoi le couple terre-mer représente le monde visible et le monde invisible.

Pour ce qui est de ce second miracle, l’ouverture de la mer Rouge, nous savons que la source de la vie est l’eau, mais dans l’eau, la vie reste cachée et mystérieuse. Il faut qu’elle monte sur la terre pour devenir création visible. Si le corps de l’homme vient de la terre, « D.ieu forma l’homme, poussière de la terre »(Genèse 2,7) son âme, elle, « vient de la mer (d’en haut), ce que la Cabale nomme « Atsilout « (1er des 4 univers qui structurent toute réalité), vaste » lieu » informel, source suprême des âmes, lui-même proche de sa source – sens premier du mot « atsilout » – qui porte le nom de « mer d’atsilout ». La véritable personnalité de l’homme est comme la mer : elle est cachée. (Extrait du « chandelier d’Or »)

Dans le service de D.ieu, la matsa est de l’ordre de l’abnégation. C’est cela la première matsa, celle que les Hébreux ont mangé avant minuit. Elle correspond à l’éveil d’en bas, à l’abnégation de la volonté. Il s’agit de rejeter l’orgueil. Il est connu que l’orgueil est appelé le père des pères de l’impureté. C ‘est la source de tous les désirs et c’est pourquoi l’abnégation de la volonté est une manière de comprimer le Mal. (Likouté Torah).

Nous sommes aujourd’hui encore dans cette même période d’esclavage : esclavage moral et spirituel, dans nos sociétés où siègent l’impudeur et la violence et où le mal tient souvent lieu de justice. Ainsi, quand Haqadoch Baroukh Hou ordonna aux Enfants d’Israël de mettre du sang d’agneau sur les poteaux et linteaux de portes afin de les distinguer, Hachem avait-il vraiment besoin de cela pour les reconnaître? L’un des méfarshim (commentaires de la Torah par tout un chacun : 70 facettes, à chacun sa vision) nous dit que c’est parce que l’agneau était une des idoles des égyptiens que les Bnei-Israël durent badigeonner leurs portes du sang de cet animal. Alors comme nos ancêtres qui ont eût le courage de s’affirmer en tant que fils d’Hachem, fiers de leur Torah, faisons de même et n’ayons pas peur de nous affirmer avec nos misvote.

« Ce jour-là, D.ieu délivra Israël des mains de l’Egyptien et Israël vit les Egyptiens étendus morts au bord de la mer. Israël vit la grande main que D.ieu avait fait (s’abattre) contre les Egyptiens. Le peuple craignit D.ieu. Il eut foi en D.ieu et en Moïse son serviteur ». (Exode 14, 30-31) Qui aurait pu croire à une chose aussi incroyable que la « Kriat Yam Souf » (l’ouverture de la mer rouge)? Eh bien nous y avons cru et les miracles d’Hachem n’ont cessé d’opérer. La traversée de la mer rouge fût si extraordinaire qu’elle comporta à elle seule 3 miracles que voici: 1er miracle : Lors de la divison de la mer, le sol était très profond et ils auraient fallut un temps infini pour arriver de l’autre côté. Ainsi, Hachem a aplani le sol en une gigantesque plaque de glace. 2e miracle : les Bnei-Israël ne glissèrent pas en y marchant. 3e miracle : cette plaque de glace ne se retourna pas lorsque la mer n’était pas encore ouverte, allant ainsi contre la nature.

CHANTS POUR PESSA’H Avadim Hayinu – Leonardo Gonçalves http://www.youtube.com/v/A80NUPn1JGA&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″></param><param mattheussiq8

A l’époque du Temple, 4 jours avant la fête, le 10 nissane, après s’être débarrassés de tout ‘hamets avant de partir et n’en possédant plus dans leurs provisions à partir du 14 nissane à midi, de nombreux pèlerins arrivaient à Jérusalem avec leurs agneaux. Le ‘hametz qui restait était brûlé dans des terrains vagues. Il faut savoir que lesEnfants d’Israël ont été délivrés d’Egypte pour 3 mérites :Sourire Pendant toute leur captivité et leur esclavage, ils avaient gardé leur langue, l’hébreu  Sourire ; ils avaient gardé leurs noms hébreux Sourire, ne firent pas de médisance et gardèrent le secret du jour de la sortie d’Egypte.

Image associée

De plus, le mérite des femmes fut grand : malgré la dure servitude et le danger (tout garçon devait être jeté dans le Nil sur ordre de Pharaon), elles continuèrent à avoir des enfants et à faire confiance à D.ieu, aidées en cela par Myriam la prophétesse et sa mère Yokebed. Cependant, les parents de Myriam s’étaient séparés pour ne plus avoir d’enfants, décision motivée par la peur que leur future progéniture ne fût impitoyablement tuée. Myriam  les supplia de revivre ensemble. Elle leur dit : « Quoi, seriez-vous pires que Pharaon, qui a condamné tous les garçons ? Vous, vous condamneriez à la fois filles et garçons ! » Amram et Yokebed comprirent la leçon de leur fille et c’est ainsi qu’ils se remirent à vivre ensemble, imités en cela par le reste du peuple. Peu après, Moïse naquit et fut choisi par D.ieu pour faire sortir les Enfants d’Israël d’Egypte.

_______________________________________________________

LA HAGGADAH DE PESSA’H

Le mot « haggadah » signifie récit. A Pessa’h, nous avons l’obligation de raconter à nos enfants ce qui se passa la nuit de la sortie d’Egypte. Mais que doit-on raconter ? Comme nous l’avons expliqué plus haut, cette fête, très importante dans le judaïsme, commémore la fin de l’esclavage du peuple hébreu, sa sortie d’Egypte, et son sauvetage, par Hachem, sous la conduite de Moïse. Mais au-delà de la libération physique du peuple juif, Pessa’h commémore son émancipation spirituelle. Les Commandements que Moché (Moïse) a reçus sur le Mont Sinaï visaient à élargir le peuple juif, à l’époque assujetti à de nombreuses croyances idolâtres. Pessa’h est une fête chargée de symboles, qui célèbre l’amour de son prochain et la purification de l’âme.

Cette fête célèbre également, l’unité nationale, soudée d’abord par l’oppression, puis par la délivrance collective et glorifie la famille juive, qui sait apprécier à sa juste valeur la joie d’être ensemble et « libre ». Il est du devoir de chaque Juif, en tant que parent, professeur, éducateur de se demander si, dans sa vie, il exerce véritablement cette liberté, s’il jouit pleinement de l’Exode, du passage de l’asservissement à la délivrance. Sommes-nous vraiment libres ? Un Juif peut-il être complètement libre quand vit encore en terre étrangère ? La liberté ne signifie-t-elle pas précisément la faculté de vivre et d’oeuvrer dans son pays, dans son propre environnement linguistique et culturel, avec les us et coutumes transmis par ses ancêtres ? Ne sont-ce pas là les éléments fondamentaux d’une liberté authentique ?

Il est une chose très importante et même fondamentale pour ce qui concerne l’engagement du Juif du point de vue de sa foi, et ce ne sont pas des actes censés commémorer le passé ou les faits héroïque de ses ancêtres, mais la réalisation des commandements que la révélation du Sinaï lui a imposées t qui sont si importants dans sa vie, encore aujourd’hui, au 21ème siècle. Ils procèdent en partie de son identité, mais c’estavant tout du service de D.ieu qu’il s’agit. Ainsi, nous dit un Rav (dont je n’ai malheureusement pas noté le nom) rapportant une discussion au sein de Tsahal avec le Pr. Leibowitz, où ce dernier disait : « La fête de Pessa’h ne consiste pas seulement à se souvenir, à travers certains symboles du début de l’histoire du peuple juif ; pour le Juif, Pessa’h signifie que 7 jours durant, nous vivons concrètement une existence différente de celle de toutes les autres semaines de l’année. En effet, avant Pessa’h, nous mettons notre maisons sens dessus dessous afin de la purifier. Pour le Juif, c’est une donnée existentielle, une question qui touche à sa vie concrète d’aujourd’hui et non pas le souvenir d’un événement historique ou légendaire qui se déroula il y a 3500 ans. Pessa’h nous confronte au problème le plus grave auquel le peuple juif et le judaïsme doivent aujourd’hui faire face. »

Image associée

CHANTS POUR  PESSA’H Miriam’s Song (Debbie Friedman) « htttp://www.youtube.com/v/hnsy0F3nxh8&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1 »></param><parammagikchips

Résultat de recherche d'images pour "photos : Pessa'h : les plaies sur les Egyptiens"

La Hagada de Pessa’h (le récit de la sortie d’Egypte) se renouvelle chaque année à la même époque, pour rappeler aux Juifs qu’il ne faut pas se contenter de la lire comme une chose ancienne qui s’est passé voici plusieurs millénaires, mais que chaque Juif considère plutôt toutes les chaînes qui le retiennent encore aujourd’hui dans un certain esclavage, dans son quotidien, ce qui donne à réfléchir et devrait conduire les gens à tendre vers une certaine libération de chacun en sortant des limites qu’on lui impose ou qu’il s’impose à lui-même. 

Moché, Aharone et  Myriam ont fait réussir le premier pas de la sortie sur la trajectoire ; c’est maintenant à nous de réussir, par notre parole, mais également par nos actes, la seconde partie et de parvenir au but, faute de quoi  nos mots seraient vides de sens. Cependant, nous avons, après coup, des avantages sur eux : la connaissance de leur réussite et de la « achga’ha » (providence affectueuse qui prend en charge). Ils étaient eux aussi devant un « pont étroit et fragile » et l’ont franchi avec confiance, comme on le voit dans la Haggadah, et Myriam leur a montré qu’ils pouvaient chanter. Ne trichons pas et ne mentons pas en disant : « l’an prochain à Jérusalem » (ce qui, en réalité signifie : « Il sera bien temps de penser à cela l’an prochain… »). Ils ont compris que tout cela était très concret et que la vérité de la parole devait se réaliser en actions, ils ont compris ce qu’était de bâtir ce que l’on n’a pas, avec courage afin d’en faire une réalité. Le flux des bâtisseurs qui montèrent à la fin du 19ème siècle en Eretz Yisrael n’avait jamais cessé et ils avaient toujours construit de rien pour vivre. C’est donc notre défi et notre possibilité pour aujourd’hui, dans nos vies. En hébreu, « daber » (la parole) signifie aussi « davar»(chose), car elle n’est vérité que si elle se réalise.

Image associée

Les 10 plaies d’Egypte

Les 10 plaies d’Egypte sont l’application de la promesse de D.ieu à Avraham. Hachem avait en effet annoncé à Avraham qu’il jugerait la nation qui opprimerait sa descendance. Les Enfants d’Israël ont énormément souffert pendant leur captivité par leur asservissement en tant qu’esclaves. Non seulement Pharaon leur avait imposé des tâches physiquement très dures, (tout en leur infligeant de très rudes brimades et des coups), mais auparavant, il leur avait volé tous leurs biens et les traitait comme du bétail, de sorte que le peuple hébreu, abruti par le travail, était une proie facile pour les Egyptiens qui s’adonnaient à l’idolâtrie et beaucoup d’Hébreux les ont suivis dans cette voie. Mais la Justice Divine est venue rappeler aux Egyptiens tout le mal qu’ils avaient fait et pour chacune des formes de persécution subies par les Hébreux était appliqué un châtiment spécifique, ainsi  :

Ils avaient exigé d’eux de puiser de l’eau Triste 1  leur fleuve, le Nil, fut changé en sang. Ils les avaient fait charger leurs cargaisons Triste 2 elles furent détruites par les grenouilles. Ils avaient fait d’eux des balayeurs de rue, Triste 3 la poussière fut transformée en poux. Ils leur avaient ordonné de garder leurs enfants (ceux des Egyptiens) Triste 4 D.ieu remplit le pays de bêtes sauvages qui dévorèrent les enfants. Ils avaient fait d’eux des bergers Triste 5  la peste décima leurs troupeaux. Ils leur avaient fait préparer leurs bains Triste 6 Il leur poussa des ulcères et tout bain leur fut interdit. Ils les avaient employés comme tailleurs de pierres Triste 7  D.ieu envoya contre eux des grêlons et Triste 8 des sauterelles dévastèrent tout ce qui avait poussé. Ils avaient cherché à les garder prisonniers, Triste 9   ils furent eux-mêmes empêtrés dans les épaisses ténèbres qui se sont abattues sur l’Egyte. Leurs actes meurtriers contre les Hébreux Triste 10  ont conduit au massacre de tous les premiers-nés des Egyptiens.

CHANTS POUR PESSA’H Go down Moses (Let my people go) Yakov Yavno « http://www.youtube.com/v/RnyQXPda4dc&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1 »></param><param Quzver

DE QUELLE EPOQUE LA HAGGADAH ET LE SEDER DATENT-ILS ?

La Haggadah  fut composée dans ses grandes lignes par les Hommes de la Grande Assemblée, les auteurs de nos principales prières voici plus de 23 siècles. La forme actuelle de la Haggadah comporte quelques variantes entre les communautés, mais dans l’ensemble elle était déjà pratiquée ainsi dans les communautés de Soura et Pumbédita en  Babylonie au temps du Talmud. L’ordre dans lequel se déroule la Haggadah date également de cette époque et on peut lire mot pour mot dans la Michna Pessa’him 10, 1-8 et dans le Talmud  Pessa’him page 116 indiquant comment on doit passer la soirée de Pessa’h et ce qu’il faut y faire, dire et à quoi réfléchir. On sait même comment se faisait la relation pédagogique à l’époque entre les parents et les enfants lors de cette soirée. Il est clairement indiqué dans la Torah : « Les parents doivent enseigner leurs enfants, leur raconter, répondre à ses questions » en (Chémote, Exode 12,26 et 13,8 ainsi que 14 et Dévarim (Deutéronome) 10,20. Bien plus, il est dit qu’il faut le faire selon ce qu’est l’enfant et la Michna de Pessa’him 10, 4 dit que si l’enfant n’a pas la capacité de comprendre, son père doit l’enseigner. Ce qui signifie clairement qu’il faut le lui enseigner quand même, en trouvant les moyens qui lui seront accessibles ; magnifique attention personnelle qui doit être une règle générale dans le judaïsme : élever l’enfant selon son propre chemin à lui.

La Haggadah nous parle de 4 enfants : le ‘ha’kham, (le sage) le Racha, (le méchant)  le Tam (le simple) et le Chééno yodéa licheol.(celui qui ne sait pas poser de question). Mais le rituel du Seder tel que nous le connaissons s’est construit lentement. La version actuelle de la Haggadah étant une compilation de textes de différentes origines dans le temps et l’espace. Nous devons la compilation définitive aux  « Geonim » (les Sages rabbiniques) du début du Moyen-Âge, à Babylone, vers l’époque s’étendant des années 650 à 1250 environ. Néanmoins, c’est la version de  la Haggadah qui apparaîtra dans le Sidour de Rabbi Saadia Hagaon (10ème siècle) qui est jusqu’à aujourd’hui la 1ère édition complète trouvée, celle qui a déterminé le format presque définitif. Le texte n’a pratiquement pas été modifié depuis lors, sauf pour quelque « pioutim » (chants religieux) composés presque jusqu’à l’époque moderne.

 

CHANTS POUR PESSA’H autre version Go down Moses (Let my people go) http://www.youtube.com/v/TmrQjVEjrfc&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″></param><param Benko Dixieland, Tamas Berki, Cotton Club Singers

LE ‘HAMETS

Entre Pourim et Pessa’h, il y a le grand ménage de Pessa’h. C’est une ménage très important puisqu’il va nous permettre de ne pas transgresser l’un des 3 principaux interdits, à savoir de ne pas posséder de Hamets chez soi dans n’importe quel lieu nous appartenant (poches de vêtements, voiture, box, garage, magasin, maison secondaire…). Nous savons qu’il est interdit pendant cette période de consommer n’importe quel aliment comportant ne serait ce qu’un milligramme de ‘hamets. Ainsi de là découle l’interdiction de tirer profit du ‘hamets, puisque la consommation est un profit en lui-même. Donc, cette interdiction de profit, entraîne l’interdiction, par exemple, de posséder un restaurant ‘hamets (même si l’on veut qu’il soit réservé qu’aux non-juifs) où le propriétaire tirerait profit de l’argent gagné par ce biais.

Définition du ‘hamets

La fête de Pessa’h se caractérise par le fait de consommer de la Matsa (pain non levé). Il est alors strictement interdit de manger ou même de posséder du ‘Hamets. Mais qu’est-ce que le ‘hamets ? C’est un terme générique désignant toutes les nourritures et boissons faites à partir des 5 espèces de céréales suivantes : blé, orge, seigle, avoine, épeautre et de tous leurs dérivés qui, sous l’action de ferments, de la chaleur ou de l’humidité subissent le processus de la fermentation. Ces aliments sont interdits à Pessa’h car ils sont levés. Même une denrée ne contenant qu’une trace de ‘Hamets est interdite et ne doit pas être conservée à la maison. La Matsa utilisée toute l’année ne peut être conservée à Pessa’h. Pour la fête, on utilisera uniquement des Matsot « Cacher LePessa’h », fabriquées spécialement à cet effet.

La Torah n’a pas seulement interdit de consommer le ‘hamets pendant 7 jours (8 jours en dehors d’Israël), elle a également interdit d’en avoir chez soi ou d’en posséder, même en dehors de sa maison. Tout aliment contenant un tant soit peu de ‘hamets est lui-même interdit (ex. pain, bière, pâtes, pain, pâtisseries non « cacher lepessa’h », alcool, moutarde, vinaigre, glucose, boissons, moutarde, parfums, certains médicaments…)

Pour plus de précisions, cliquez ici : Grand Rabbinat de la Communauté Israélite Orthodoxe de Paris

Les 3 interdictions du ‘hamets :

A Pessah, la Torah interdit :

– de CONSOMMER du ‘hamets, même en infime quantité. Cette interdiction entraîne la nécessité d’utiliser pour Pessah une vaisselle spéciale ou de procéder à la cachérisation des ustensiles  » cachérisables « .

– de VOIR du ‘hamets nous appartenant ou d’en posséder cette interdiction entraîne l’obligation de le faire disparaître avant la fête. La Torah interdit également de garder chez soi ou dans tout autre endroit nous appartenant, du ‘hamets qui appartiendrait à un non juif et pour lequel  nous serions responsables de sa garde.

– de TIRER TOUT PROFIT du ‘hamets. Cette interdiction a des conséquences pratiques pendant et après la fête. Ainsi, du ‘hamets ayant appartenu à un Juif et n’ayant pas été vendu pendant Pessa’h est interdit même après Pessa’h. En conséquence, on ne se servira pas chez un commerçant juif  n’ayant pas procédé à la vente de son ‘hamets avant Pessa’h, et ce jusqu’à renouvellement de son stock.

La recherche du ‘hamets

On a coutume de placer des morceaux de pain dur en différents endroits, quelques temps avant la recherche, afin que celui qui l’effectue puisse les trouver. La tradition dit qu’il convient d’en disposer dix morceaux.

Avant de commencer la recherche, on récite la bénédiction suivante : Baroukh Ata Ado-naï Elo-Hénou Mélèkh Haolam Achèr Kidechanou Bemitsvotav Vetsivanou Al Biour ‘hamets « Béni sois-Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l’univers, qui nous a sanctifiés par Ses Commandements et nous a ordonné de détruire le ‘hamets »

On fera cette recherche, à la lueur d’une bougie, dans tous les endroits cachés, y compris les crevasses du sol. On ne doit pas parler entre la bénédiction et le début de la recherche, pas même de ce qui concerne cette recherche proprement dite. Pendant toute la durée de celle-ci, on ne parlera pas de ce qui ne la concerne pas. Les membres de la famille se tiendront à proximité, afin d’entendre la bénédiction. Puis, chacun effectuera la recherche en son endroit, sans s’interrompre par la moindre parole. On fera en sorte de commencer cette recherche dans la pièce le plus proche du lieu où l’on a entendu la bénédiction. Après celle-ci, on ne se rendra pas tout de suite dans une autre pièce. A l’issue de la recherche, il faudra placer le ‘hamets conservé pour être mangé ou brûlé au matin, dans un endroit sûr, afin qu’il ne soit pas transporté et émietté par des enfants ou des rongeurs.

Après avoir recherché le ‘hamets, on doit annuler celui que l’on n’aurait pas trouvé, au moyen de la formule suivante : Kol ‘Hamira ve’Hamya de ika birchouti, delo ‘hamitey, vedelo biyartey, vedelo yedaana ley, libatel velehevey hefker keafra de ara « Tout levain ou matière levée qui est en ma possession, que je n’ai pas vu, que je n’ai pas détruit, dont je n’ai pas connaissance, qu’il soit considéré comme nul et abandonné, au même titre que la poussière de la terre ».

Si l’on appliquait strictement la loi, il serait inutile de placer dix morceaux de pain dur en différents endroits de la maison, car la mitsva consiste à rechercher le ‘hamets et non à le trouver. De fait, si l’on ne trouve rien du tout, on n’en a pas moins accompli la mitsva. Pour autant, la coutume de les placer s’est répandue. Elle est donc devenue partie intégrante de la Torah et ne doit pas être remise en cause. De plus, elle permet de disposer de ‘hamets que l’on pourra brûler le lendemain, ce qui est également une mitsva. On choisit du pain dur, afin qu’il ne s’émiette pas et l’on entoure chacun des dix morceaux avec du papier. L’ensemble de ces dix morceaux doit représenter plus d’un Ka Zaït, soit 25,6 grammes.

La vérification est faite à la lueur d’une bougie, avec une plume de volaille. Celui qui effectue cette vérification dépose le ‘hamets qu’il trouve dans un sachet de papier. A la fin de la vérification, on place ce sac, la plume, les restes de la bougie, s’il y en a, dans le creux d’une cuillère en bois, on entoure le tout de papier, à l’exception du manche de la cuillère, qui reste découvert et l’on referme le tout, par un fil enroulé de nombreuses fois puis attaché sur le papier. (La recherche du ‘hamets a lieu après la prière d’Arvit.)

On placera les membres de sa famille près de soi, afin que tous entendent la bénédiction. Puis, chacun fera la recherche de son côté, en commençant par une pièce voisine de l’endroit où cette bénédiction a été récitée. En revanche, on n’ira pas directement rechercher dans une autre pièce. On est alors éclairé uniquement par la lueur de la bougie, à l’exclusion de toute autre source de lumière.

Faire disparaître le ‘hamets

Le ‘hamets qui est en évidence, qu’il s’agisse de nourritures ou d’ustensiles utilisés tout au long de l’année et n’ayant pas été cachérisés pour Pessa’h, doivent être rangés dans des placards ou des chambres d’accès difficile, dont la porte sera fermée à clé ou au moyen d’un adhésif. Ce ‘hamets sera vendu à un non Juif, comme nous l’expliquerons plus loin. On nettoiera méticuleusement l’ensemble de la maison, de sorte qu’en disparaissent toutes les miettes et les restes de nourriture. On recherchera également le ‘Hamets dans sa voiture et dans son local professionnel. On inspectera les bureaux, les armoires et les tiroirs. On examinera les vêtements et surtout les poches, en particulier celles des enfants, les sacs et les cartables. Les sacs des aspirateurs seront changés ou tout au moins nettoyés

La vente du ‘hamets

Une technique célèbre est utilisée, celle du contrat de vente. En effet, le juif rédige un contrat de vente de hamets à un non-juif, où il déclare vendre tout le hamets qui lui appartient ,ainsi que le hamets auquel il n’a pas prêter attention et qui reste chez lui sans qu’il le sache. Le non-juif s’engage aussi par ailleurs à lui remettre tout ce qu’il lui à vendu, après Pessah.

Le 13 Nissan, après avoir effectué la vente du ‘Hamets, on dit :  » Puisse D.ieu faire que notre ‘hamets soit vendu d’une manière profonde. En effet, il ne suffit pas de déclarer que l’on n’en est plus propriétaire. Il faut, en outre, le détruire. C’est de cette façon que l’on se prépare à recevoir la matsah, aliment de la foi « .

Le 14 Nissan, à la cinquième heure du jour, on allumera un feu, on y brûlera le ‘hamets et on l’annulera. La formule d’annulation dite le jour est la suivante :  Kol ‘Hamira ve’Hamya de ika birchouti, de’hazitey ou delo ‘hazitey, de ‘hamitey ou delo ‘hamitey, de biyartey ou delo biyartey, libatel velehevey hefker keafra de ara « Tout levain ou matière levée qui est en ma possession, que j’ai vu ou que je n’ai pas vu, que j’ai détruit ou que je n’ai pas détruit, dont j’ai eu connaissance ou dont je n’ai pas eu connaissance, qu’il soit considéré comme nul et abandonné, au même titre que la poussière de la terre« . On brûlera les dix morceaux et, pendant leur combustion, on dira :  Yehi ratson. Amen Sela

La signification du ‘hamets

En terme de ‘Hassidout, l’air fait allusion au pire des défauts, celui duquel découlent tous les autres :« gaavah » (l’orgueil). De la même manière qu’une pate se gonfle d’air, l’homme se gonfle d’orgueil, c’est à dire qu’il se croit plus important qu’il ne l’est réellement, telle une grenouille qui enfle pour avoir l’air d’un boeuf. C’est pourquoi il nous faut manger de la Matsah, synonyme de « anâva » (d’humilité), afin d’enlever de soi toute trace d’orgueil, car à cause de ce défaut on perd la possibilité d’être celui qu’on est réellement et on peut jouer toute une vie le rôle d’un individu qui n’est pas nous-même, D-ieu en préserve. La première parole que D-ieu adressa au premier Juif, Avraham Avinou, fut: « Lekh Lékha! – Va vers toi ! ». Tout notre Judaïsme et notre lien avec le Créateur passent par la capacité à accepter notre petitesse et à annuler notre volonté devant Hachem, c’est à cette seule condition que se dévoile ensuite notre vraie grandeur, celle de fils ou fille de Roi. Mais si on veut à tout prix être celui que nous ne sommes pas et vivre dans le fantasme de l’homme d’affaires, de l’intelligent ou du séducteur, etc, on devient prisonnier de ses idéaux et des exigences qui les corroborent, esclave en Egypte. Seul 1/5e du peuple juif est sorti de Mitsraïm ! ce sont les gens qui ont accepté leur petitesse. Mais ce sont ces mêmes gens qui ont mérité la plus grande perception de D.ieu jamais atteinte, lors du passage de la Mer Rouge, et de recevoir la Torah au Mont Sinaï. La « anâva »(l’humilité) en valait la peine. Alors arrêtons de faire passer nos interêts personnels (fantasmes) avant la volonté de D.ieu, et rabaissons notre « gaavah »(orgueil),  il ne nous est d’aucune utilité, bien au contraire.

On peut maintenant comprendre pourquoi on recherche le ‘hamets à la lumière d’une bougie la veille de Pessa’h. Rabbi Na’hman explique que les murs de la maison représentent les parois de notre intellect. Quand on recherche le ‘hamets, (Bédika) ce sont nos propres défauts que nous sommes en train de rechercher et en particulier la source de tous les défauts, l’orgueil. Et même si on est sûr d’avoir parfaitement tout nettoyé, on fera la Bédika quand même. En effet, il ne faut pas se mentir, l’orgueil est bien caché en nous, quand on le chasse par la porte il rentre à nouveau par la fenêtre. Mais grâce à la recherche du ‘hamets effectuée avec une bonne intention, on recevra du Ciel une aide pendant toute l’année afin de pouvoir s’introspecter convenablement et d’aller vers soi, vers l’humilité. On pourra reconnaître nos défauts et les combattre, c’est la raison pour laquelle on peut manger du pain le reste de l’année, car on connaît maintenant l’ennemi. Nous devons comprendre pourquoi la Bédika se pratique à la lumière d’une bougie (Ner). Cette lumière fait allusion aux enseignements des Tsadikim authentiques qui, eux-seuls, peuvent nous permettre d’ouvrir les yeux.

(ici lien avec un cours du site Modia sur l’orgueil  (lien):)

CHANTS POUR PESSA’H Eliahou ben David / Berechit bara Elohim (Moshav Band) http://www.youtube.com/v/No5YoYeYJcU&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″></param><paramzeevolf

LES SYMBOLES DU SEDER ET LE SOUVENIR DES ANCÊTRES

L’agneau (comme le sacrifice demandé aux Juifs 4 jours avant leur libération, selon le texte de l’Exode 12:3). Bien que les sacrifices ne puissent plus être réalisés depuis la destruction du second Temple de Jérusalem, un os grillé d’agneau est présent sur la table du Seder ; les herbes amères, mangées à des moments spécifiques de la soirée, rappellent l’âpreté de l’esclavage en Égypte ; la matza, symbole de la hâte avec laquelle les Hébreux ont recouvré leur liberté, grâce aux miracles réalisés par Dieu. Les matzot sont au nombre de 3 sur le plateau du Seder ; quatre coupes de vin (ou de jus de raisin) bues à des moments spécifiques de la soirée, par tous les convives qui les boivent en étant accoudés sur le côté gauche, « comme des hommes libres » ; le souhait « l’an prochain à Jérusalem » est prononcé dans tous les foyers.

Un

Un c’est notre D. qui règne au Ciel et sur Terre.

Deux

Deux sont les tables de Moïse.

Trois

Trois sont
les Patriarches.

Quatre

Quatre sont
les Matriarches.

Cinq

Cinq sont les livres de la Torah.

Six

Six sont les livres de la Michna.

Sept

Sept sont les jours de la semaine.

Huit

Huit c’est la circoncision.

Neuf

Neuf sont les mois précédant l’accouchement.

Dix

Dix sont les commandements.

Onze

Onze sont les étoiles (du rêve de Joseph).

Douze

Douze sont les tribus.

Douze

Treize ce sont les articles de la foi. Illustration extraites de la Hagada d’Amsterdam (source A . S . I . J . A.)
Les matsote de Pessa’h (pains azyme)
________________________________________________

CHANTS POUR  PESSA’H Dayenou http://www.youtube.com/v/UHgiF5J04ew&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1« ></param><param Beth El Hebrew Alexandrie carolboydleon COURS AUDIO OU VIDEO Le sens profond de l’afikoman par Yeshaya Dalsace

‘Hag Pessa’h samea’h ! « http://www.youtube.com/v/awl1KCo_oZ0&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1 »>

Nos commentateurs font remarquer que les symboles sur lesquels est fondé le Seder (l’ordre) sont au nombre de 3 : Pessa’h, Matza, Maror, tous au niveau de la nourriture. Ainsi Pessa’h serait le symbole de Yaacov, (Jacob),dont les tribulations préfigurent celles de ses descendants, comparés à des agneaux en perdition. Matza serait le symbole d’Abraham. Elle résulte d’une séparation d’avec le levain.Or, Abraham l’hébreu ne doit ce titre qu’au fait d’avoir été séparé du reste du monde. Comme le dit le Midrach, « Abraham est appelé  ‘ ha-yvrite’ (l’Hébreu) car il est d’un côté et le monde entier est de l’autre côté. » Quant à Yitzhaq (Isaac), dont on connaît la vie amère et pleine d’épreuves ne pouvait avoir pour symbole que le maror. (herbes amères)

pessah

LE SEDER DE PESSA’H

Le mot « seder » signifie ordre. Il existe en effet un ordre bien précis à respecter au repas de Pessa’h et la lecture de la Haggada, qui nous est donné dans la liste, en 14 étapes, que l’on dit dès le début de la soirée et que l’on répète partiellement lorsqu’on en a franchi une.

1 – le kiddouche se fait en début de soirée et la bénédiction de remerciement pour le repas à la fin de la soirée.) Nous proclamons solennellement notre gratitude envers Hachem, à l’occasion de l’anniversaire de notre sortie d’Egypte en l’an 2448 de la Création.

2 – Nous consommons de la MATZA.

3 – Nous consommons du MAROR (des herbes amères)

4 – Nous consommons la matza (l’AFIKOMEN), réminiscence de la viande du Korban Pessa’h (le sacrifice de l’agneau pascal). En effet, tant que le Beth Hamikdach n’est pas reconstruit, nous ne pouvons pas offrir de sacrifices.

5 – Nous consommons 4 coupes de vin, (ARBA KOSSOTH), qui sont l’expression de notre bonheur pour la délivrance à laquelle le peuple a accédé il y a plus de 3 000 ans.

6 – Dans la HAGGADAH, nous lisons et commentons le récit de la Sortie d’Egypte. C’est cette mitsva qui occupe le plus de place dans toute la soirée du Seder. Il est vrai que dès l’instant où le peuple est sorti d’Egypte, Moché Rabénou (Moïse notre maître) a fait part au peuple de ce qu’Hachem ordonnait de transmettre de génération en génération, de père en fils, de maître à élève, le message que comporte l’événement majeur de l’histoire juive. Dans Chemot ch. 13, 8) , il est écrit : « Tu raconteras à ton fils en disant : C’est pour cela que Hachem a fait pour moi (les miracles) lorsque je suis sorti d’Egypte ».

La dernière nuit de Pessa’h doit procurer l’espoir et la force psychologique pour persister à croire dans une vie d’entente et de paix. C’est également l’occasion d’un travail pédagogique en profondeur. Le soir de la fête, dans la Communauté juive du Maroc, on verse 5 coupes de vin pour chacun. Les 4 premières qui symbolisent l’intelligent, le rebelle, le simple et celui qui brille par son absence sont bues, la communauté désirant intégrer ses sujets ayant de telles caractéristiques. Le Juifs marocains ont cette jolie coutume de préparer une 5ème coupe, qui  n’est pas bue. C’est celle de l’enfant que l’on attend et qui apportera la paix et l’amour.

Pourquoi boit-on 4 coupes de vin ? (On devrait parler de 4 ou 5 coupes)

Nos Sages expliquent : (Exode 6, 6-9), 5 promesses sont faites par D.ieu à Son peuple : « Parle ainsi aux Enfants d’Israël : Je suis Hachem ! Je veux vous soustraire aux tribulations de l’Egypte et vous délivrer de sa servitude ; Je vous affranchirai avec un bras étendu ; et vous reconnaîtrez que Moi, Hachem, Je suis votre D.ieu. Je vous introduirai dans la contrée que j’ai solennellement promise à Abraham, à Isaac et à Jacob ;Je vous la donnerai comme possession héréditaire, Moi Hachem ». Il semblerait que ce soit à l’époque de la dispersion que la 5ème coupe ait été transformée dans des communautés dispersées en symbole de ce qui sera réparé à la venue d’Elie, qui annoncera l’arrivéd du Machia’h (le Messie). Le Rav Chlomo Goren, Grand Rabbin d’Israël après la constitution de l’Etat d’Israël a beaucoup milité pour la remise du Talmud de Jérusalem dans l’étude quotidienne et pour la restauration de la 5ème coupe de vin du Séder. Il a approuvé la Haggada réalisée par le Rav Yéhouda Léon Azkenazi, zal, rédigée selon ce rite, elle est brillamment illustrée par le peintre Moretti. En en restant au chiffre 4 cela ferait aussi allusion à la joie que donnent les 4 enfants, également aux 4 empires qui, alors, avaient opprimé le peuple juif (l’Egypte, Babylone, la Perse et Rome).

CHANTS POUR  PESSA’H Avraham avinou (version Kerensya)  http://www.youtube.com/v/2CP8TX5HzeU&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″>(normancf)

LE CHIFFRE QUATRE DANS LE SEDER DE PESSA’H

Le chiffre 4 apparaît dans les écrits de nos Sages sur Pessa’h et constitue une sorte de thème central autour duquel gravitent les idées, els proverbes et commentaires de versets, etc. Dans la Haggada, nous trouvons 4 locutions consécutives, qui évoquent chaque fois une même idée. On les  trouve dans le passage qui s’ouvre sur les mots « Nous étions des esclaves. Quand bien même nous serions des sages, tous des érudits, tous des anciens et tous des hommes instruits dans la Torah… » ; dans le passage qui s’ouvre sur les mots « le Seigneur nous fit sortir d’Egypte ». « Moi en personne, moi et non pas un ange, moi et non pas un séraphin, moi et non pas un messager. Je suis l’Eternel. »

Les quatre coupes de vin (ou les 4 coupes de la délivrance)

1. On doit se procurer pour le Séder un bon vin rouge. A défaut de vin rouge, on peut prendre du vin blanc ou du vin de raisins secs ou bien du jus de raisins.

2. On remplit une coupe de vin pour chacun. La coupe doit contenir au minimum le volume d’un Réviit (86 centilitres ou 150 selon une opinion plus stricte).

3. Il est recommandé de rincer la coupe avant de l’utiliser pour le Kidouch. On a l’habitude d’ajouter au vin une petite quantité d’eau (Méziga): trois gouttes suffisent. Pour le vin de raisins secs la Méziga n’est pas nécessaire. C’est un signe d’estime pour la Mitsva que de remplir le verre jusqu’à le faire déborder. Le chef de famille ne se versera pas lui-même le vin mais fera remplir sa coupe par un autre en signe de liberté, de même pour tous les convives.

4. Avant la récitation du Kidouch, le chef de la maison doit recommander à sa famille d’écouter attentivement sans parler et de répondre Amen à la fin du Kidouch.

5. Le Kidouch se dit debout. On lève d’abord la coupe avec les deux mains pour la tenir après de la main droite. On récite le Kidouch tel qu’il figure au début de la Hagada. On finit le Kidouch par Chéhé’héyanou, les deux soirs. A la fin du Kidouch on boit toute la coupe, ou au moins la plus grande partie, accoudé sur le côté gauche, également en signe de liberté. Si on ne la boit pas dans cette position on ne remplit pas son obligation.

6. La coupe du Kiddouch est la 1ère des 4 coupes de vin que tous, aussi bien hommes que femmes, ont l’obligation de boire durant le Séder.

Les enfants auront des petites coupes individuelles. Ces quatre coupes correspondent aux quatre expressions différentes contenues dans la promesse divine de Guéoula, comme il est écrit: « Je vous sortirai … Je vous délivrerai.. Je vous affranchirai.. Je vous adopterai pour peuple » (Exode 6).

7. Même si cela est difficile, il faut faire un effort pour boire les quatre coupes. Ce n’est que pour des raisons de santé qu’on en est exempt et dans ce cas on dira le Kidouch sur les Matsote.

8. Avant de dire la Bérakha (bénédiction): Boré Péri Haguéfène sur le vin du Kidouch, il faut penser à inclure également dans cette Bérakha la deuxième coupe, que l’on va boire après la Haggadah sans répéter la Bérakha sur le vin.

CHANTS POUR PESSA’H Nichmat Kol ‘haï (The Diwan Project) http://www.youtube.com/v/GshkpDZWS04&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″> zoharron

Les quatre questions

Les 4 questions ont été introduites intentionnellement dans la Haggada telle que nous la connaissons, afin de mettre en valeur le chiffre 4. Il y a bien 4 questions dans la Michna mais elles ne sont pas tout à fait identiques à nos questions et concernent : la matsa, le maror, l’agneau pascal et l’acte de tremper (traité Pessahim, Talmud de Babylone). Dans le même traité Pessahim du Talmud de Jérusalem, il n’y a que trois questions, présentées dans un ordre différent : l’acte de temper, la matsa et l’agneau pascal. La question concernant la consommation du maror (les herbes amères) n’apparaît pas du tout.

Les quatre fils

On trouve déjà une allusion aux questions des quatre fils dans la Tora: « Et lorsque ton fils, un jour, te questionnera en disant : qu’est-ce que cela ? » (Exode, ch. 13, v. 14) Les 4 fils qui figurent dans la Haggada représentent les quatre principaux types de personnes : le sage, le méchant, le simple et celui qui ne sait même pas poser de questions. Le sage s’interroge sur les lois de la Pâque afin de les apprendre ; le méchant se dissocie de la communauté d’Israël et manifeste du dédain pour les lois de la Pâque ; le simple d’esprit souhaite comprendre de façon générale ce qui caractérise la fête de Pâque ; et enfin, il est de notre devoir d’expliquer la Pâque à celui qui ne sait questionner et de lui commenter la Haggadah.

Quatre occasions de consommer la matsa

On consomme la matza pour faire la bénédiction de « motzi ». On consomme la matza pour faire la bénédiction de « a’hilat matza« . On consomme la matza avec le maror selon la coutume de Hillel, comme il est dit : « ils mangeront l’agneau pascal avec des azymes et des herbes amères. » (Nombres, ch. 9, v. 11) On consomme la matza de l’Afikoman.

Quatre genres d’aliments sur le plat du seder pour 4 bénédictions

Karpas La bera’ha « boré peri ha-adama » – Maror La bera’ha (la même que sur le karpas) sur la mitsva de consommer du Maror – Matza – « hamotzi le’hem min ha-aretz » – Maror entre deux matzot (selon la coutume de Hillel)

L’AFIKOMANE : L’habitude qui s’est installée de cacher l’afikomane (morceau de matsa) dans un sac et de permettre aux jeunes enfants de le dérober contre une récompense est très ancienne et paraît remonter à l’époque de la Michna . Elle s’inscrit dans la pédagogie très particulière du Sédèr de Pessa‘h , laquelle insiste sur la nécessité d’exciter la curiosité des enfants. Cette curiosité est également stimulée par l’ensemble de la gestuelle du début du Sédèr ( our‘hats , karpas , ya‘hats ), et l’auteur de la Haggada la fait culminer avec le Ma nichtana … On attribue au Mikhtav Sofèr , petit-fils du ‘Hatham Sofèr , une explication profonde de cette pratique : Lorsque Hachem a tué les premiers-nés égyptiens, indique la Torah (Chemote 11, 7), aucun chien n’a aboyé. Or, la Haggada , qui énumère une quantité considérable de miracles qui se sont produits au moment de la sortie d’Egypte, est muette à ce sujet. En fait, a expliqué le Mikhtav Sofèr , c’est le vol de l’afikomane qui constitue le rappel de ce silence des chiens. La Guemara nous met en garde contre le fait d’habiter dans une ville où il n’y a pas de chiens (Pessa‘him 113a). En effet, explique Rachi, les aboiements des chiens sont une protection contre les voleurs.
Il s’ensuit que le silence des chiens, la nuit de la sortie d’Egypte, a aggravé les risques de vols. C’est donc pour rappeler cette aggravation des risques que l’on permet aux jeunes enfants, le soir du Sédèr , de « voler » l’ afikomane .

Les quatre souffrances du peuple en Egypte :

Le Rav ‘Azaria Figo (1579-1647) écrit dans Bina le ‘Itim que le peuple a subi 4 sortes de souffrances en Egypte :

La pauvreté : Les Egyptiens avaient volé leurs richesses, comme l’atteste la Torah (Chemot 1,11) « Ils (les Egyptiens) placèrent sur lui des dirigeants de corvées afin de l’opprimer de leurs fardeaux, ils (les Hébreux) construisirent des villes d’approvisionnement pour pharaon ». Bien que l’Egypte de l’époque fût un pays très riche, Pharaon leva des impôts sur les Hébreux afin d’opprimer et de l’humilier ceux ci, engloutissant ainsi l’argent et les biens des Enfants d’Israël. Selon la Torah, l’argent procuré au fisc égyptien par ces impôts a suffi pour construire 2 villes d’approvisionnement pour pharaon : Pithom et Ra’amsés. Ainsi les hébreux ont-ils non seulement fourni à l’Egypte des ressources financières, mais également le travail d’esclaves à moindre coût.

– Les violences physiques : Les Egyptiens les ont brutalisés en les torturant et en les asservissant. Les « Bné Israël » (enfants d’Israël) étaient descendus si bas par le travail, qu’ils en avaient perdu toute sensation humaine. En effet, alors que les égyptiens arrachaient les enfants à leurs mères pour les égorger, malgré ce cauchemar, lorsqu’un Ben Israël rencontrait son ami et qu’il lui demandait : « Pourquoi ton visage est-il si pâle, comme un homme qui est malade ? » Il lui répondait : « A cause de la dureté du travail que l’on m’impose, dans le bitume et les briques. » Le Midrach rapporte que Parô égorgeait 150 enfants juifs chaque matin, et 150 enfants juifs chaque soir, afin de se baigner dans leurs sang, sur le conseil de ses médecins pour guérir sa lèpre. Les commentateurs précisent que ces 300 enfants égorgés chaque jour étaient appelés à devenir de grands rechayim (des impies), comme nous le voyons au sujet de Mi’ha qui était sur le point d’être emmuré vivant lorsqu’il était bébé, quand Moshé Rabbenou le sauva. Bien plus tard, c’est ce même Mi’ha qui incitera Israël à l’idolâtrie. Les enfants d’Israël ont été astreints à un travail extrêmement pénible en vue d’affaiblir et de briser leurs corps pour qu’ils n’aient plus la force de revendiquer pour quoi que ce fût. C’est ainsi qu’à la sortie d’Egypte, nombreux étaient ceux qui étaient estropiés. Mais Hachem a entendu leur plainte, comme il est dit dans Chemote ( 2,23) «Les Bné Israël se mirent à gémir des suites du travail et ils implorèrent. Leurs supplications montèrent jusqu’à Hachem, des suites du travail » Mais lors de la sortie d’Egypte, de tous ces maux physiques, D.ieu, dans sa grande miséricorde, fit un miracle et les guérit tous.

Les insultes et l’avilissement : Les Egyptiens ont dénigré les Juifs, ont foulé leur honneur aux pieds en faisant d’eux des esclaves, les réduisant ainsi à l’état le plus dégradant qui soit.

– La ruine spirituelle : Alors qu’auparavant, les Enfants d’Israël avaient été des serviteurs loyaux envers Hachem, (beaucoup d’entre eux avaient été des tsadiqim et des géants spirituels, ils ont causé chez eux un grand déclin spirituel.) Un grand nombre se sont mis à adorer les idoles.

Les quatre expressions d’Hachem pour la « guéoula »des quatre exils

Quand Hachem a ordonné à Moché de faire sortir les Enfants d’Israël d’Egypte, Il a utilisé 4 expressions différentes de « libération », qui correspondent d’ailleurs à ces 4 malheurs dont ils ont été affligés (pauvreté, violences physiques, avilissement et ruine spirituelle). Ces 4 verbes soulignent le fait qu’à ce moment de l’histoire, les Enfants d’Israël ont tiré profit de 4 interventions distinctes. Il l’a chargé d’annoncer à la nation, en Son nom ( Chemot 6, 6-7 ) : « C’est pourquoi, dis aux Enfants d’Israël : Je suis Hachem ! Je vous ferai sortir vehotzéti, « Je vous ferai sortir de dessous les fardeaux de l’Egypte » et vous soulagerai de la pauvreté. vehitzalti, « Je vous délivrerai de leur servitude » et des violences physiques vega’alti,  « Je vous sauverai » et vous affranchirai des insultes et de l’avilissement velaka’hti,  « Je vous prendrai pour Moi comme peuple » – et vous ferai renaître spirituellement. Alors, pendant le seder, pour chaque type de délivrance, on boit une coupe. Il y a également une discussion bien connue dans la Guemara, dans les sources tardives, concernant l’institution d’une cinquième coupe pour rappeler le terme de délivrance qui suit les quatre autres déjà mentionnés : « Puis,  je vous introduirai dans le pays… » vehévéti (exode Ch. 6, v. 8)

Les quatre temps de notre prise de conscience vers cette « géoula »

Pris dans le courant de la vie quotidienne, nous commes conditionnés et sans en avoir conscience on se trouvent  formaté  par le « prêt à penser » comme par le « prêt-à-porter » du moment… Cependant, les Juifs ont toujours vécu à contre-courant de la société civile et c’est pour eux un devoir. Mais pour être capable de transformer les choses, encore faut-il une prise de conscience et une réaction. Pessa’h est là aussi pour cela. Ainsi, le Juif doit-il faire constamment un retour sur lui-même et travailler sur 4 points qui lui apporteront la géoula (délivrance) de l’exil où beaucoup se trouvent encore aujourd’hui :

1/Prise de conscience du fait que nous sommes prisonniers (de nos préjugés, de ce que pensent de nous les autres, de nos passions, de nos habitudes, de nos défauts…)

2/analyse précise de la situation

3/transmission à l’esprit pouvant déboucher sur une prise de décision

4/Transformation de la prise de décision en actes concrets

D’après l’une des versions, la tradition des 4 coupes a été instituée pendant la période du Second Temple, afin de marquer la délivrance d’Israël des 4 puissances qui ont opprimé les Hébreux : l’Egypte, Babylone, la Grèce et Rome. Elles sont également associées aux  4 saisons. Nissan, le premier mois du calendrier d’après la Bible, est le mois approprié pour boire une coupe de vin en l’honneur de chaque saison. D’après Abarbanel, il faut boire la première coupe lors du Kiddouch, la seconde après avoir lu la partie principale de la Haggadah qui s’achève sur la bénédiction de la « Gueoula » (Rédemption), la troisième à l’issue de l’action de grâces après le repas et la quatrième à la fin de l’hymne « Nichmat » (« Birkat ha-shir »).

hag Pessa’h samea’h ! http://www.youtube.co /watch? v=s7inc9 FuLOk

Le plateau du Seder : aliments et symboles

 __________________________________________________

CHANTS POUR PESSA’H Halaïla hazé (Leonardo Gonçalves)http://www.youtube.com/v/m8Zv0g1mkQo&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″> matheu8

RECAPITULATIF DES 15 ETAPES DE LA LIBERATION DANS LA SOIREE DU SEDER

1-   kiddouch
2-   lavage des mains
3-   consommation de carpas
4-   brisure de la matsa
5-   récit de la haggadah
6-   lavage des mains avant le repas
7-   bénédiction sur le pain
8-   bénédiction précise sur la matsa
9-   consommation du maror
10- consommation de maror et de ‘harossète
11- repas
12- découvrement de la partie de matsa cachée
13- bénédiction après le repas
14- récitation du hallél
15- récit de l’accomplissement

Observances particulières à la fête (Yom Tov et Hol ha-moêd) :

  • Les deux premiers jours de Pèssah (8 et 9 avril), en incluant la veille au soir, ainsi que les deux derniers jours (15 et 16 avril) sont des Yom tov (jours de fête) chômés. Les jours intermédiaires sont appelés Hol ha-moêd ; ils ne sont pas chômés, mais on doit éviter de travailler. « Chômés » signifie que toutes les observances du Chabbat s’appliquent, si ce n’est qu’à Yom tov :

(1) on a le droit de cuisiner (contrairement au Chabbat), de transmettre du feu, à condition de ne pas en allumer ni en éteindre (pour plus de détails, consulter le rabbin),

(2) on a le droit de porter des objets sur soi à l’extérieur des habitations. L’interdit de porter des objets hors des habitations (en l’absence de « erouv » : délimitation) n’est effectif que le Chabbat et à Kippour. Particularités à suivre : Ne pas oublier de dire la bénédiction de chehehéyanou après l’allumage de la bougie du soir (« chel Yom Tov »), et également au kiddouch (mercredi 8 et jeudi 9 avril, au soir), sauf au Chevîi chel Pèssah (mardi 14 et mercredi 15 avril, au soir) ! Toutes les instructions à suivre et rites à suivre se trouvent dans les bonnes Haggadote.

CHANTS POUR PESSA’H Ribono chel ôlam Avraham Ben David & Avraham Fried http://www.youtube.com/v/eGEeYcTWsww&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″> ohelconcert5757

PESSA’H AUJOURD’HUI

De nos jours, le meurtre, la violence, l’insécurité, la guerre règnent malheureusement et l’individu est souvent en proie à des doutes sur son existence ou sur le sens de sa vie. L’homme et le monde ont tous deux des appréhensions et des peurs semblables. Cependant, les Juifs rajoutent à cela le doigt des nations (le cauchemar de l’antisémitisme et de l’anti-sionisme – qui ne sont qu’un – la mort, les blessures de nos frères en Israël), et le sentiment de découragement, d’impuissance et d’emprisonnement nous envahissent parfois.

Certains nient D.ieu et affirment l’éternité du monde. « ils nient D.ieu et disent qu’Il n’existe pas ». (Jérémie 2), d’autres nient Sa connaissance des particuliers, disant « Comment D.ieu  sait-il et peut-il avoir la connaissance » (Psaume 73), d’autres reconnaissent Sa connaissance, mais nient Sa providence particulière, assimilant l’homme aux poissons de la mer pour qui n’existent ni rétribution ni châtiment, affirmant avec Ezéchiel (8): « D.ieu a abandonné la terre ». Mais lorsque D.ieu exercera Sa Providence sur un individu ou sur une collectivité et réalisera un prodige en modifiant les lois de la nature, l’absurdité de toutes ces opinions sera évidente pour tous, car le prodige extraordinaire indique qu’il y a dans le monde un D.ieu qui l’a créé, le connaît, veille sur lui et est Tout Puissant.

Parce que D.ieu ne fait pas de signes et de miracles à chaque génération aux yeux de tout mécréant, c’est pourquoi il nous a ordonné de graver dans notre mémoire le souvenir de ce que nous avons vu et de le transmettre de génération en génération, et ce, jusqu’à la dernière. La Torah a accentué la gravité de Pessa’h en décrétant la peine de retranchement sur quiconque mangera du ’Hametz et a exigé que nous mettions des Tephiline au bras et sur la tête et que nous construisions une soucca chaque année à Souccote, ainsi que de nombreux autres commandements, en souvenir de la sortie d’Egyte. Tout cela devant constituer un témoignage de ces signes pour les futures générations. Ainsi, celui qui fixe une mezouza à sa porte témoigne déjà de la création du monde et de sa croyance en la Providence divine et en la prophétie ainsi que de sa reconnaissance envers le Créateur qui nous a fait sortir de l’esclavage vers la liberté.

CHANTS POUR PESSA’H Si je t’oublie Jérusalem… par Matisyahu « http://www.youtube.com/v/e4FXMbI0n5Y&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1 »>

Le but de la création et de tous les commandements est de renforcer notre croyance en D.ieu qui nous a créés, et les miracles, visibles et cachés, contribuent à renforcer notre croyance. Par les grands miracles connus opérés par D.ieu, l’homme parvient à reconnaître les miracles cachés qui constituent le fondement de toute la Torah. « Le but de l’homme est d’arriver à croire sincèrement que tout ce qui nous arrive est miracle, même si ce miracle revêt le visage de la nature et du hasard » (Na’hmanide). Ainsi, tout existe et n’arrive que par la Providence de D.ieu.

Aujourd’hui plus que jamais nous avons le devoir d’imiter nos Pères en prenant le chemin du Sinaï et en rompant les chaînes qui nous asservissent d’une main de fer, à notre insu. De cette façon, nous nous libérerons comme eux se sont libérés ! Cet élan d’enthousiasme renouvelé suffira-t-il pour effacer tous les esclavages que le monde présent nous fait subir ? Certes, ce n’est pas là une tâche facile ! Pour atteindre ce but, il faudra faire de Pessa’h un jalon sur le chemin de notre renaissance. C’est le moment de l’année juive où chacun de nous mesurera la route parcourue depuis le Pessa’h de l’année dernière et supputera la longueur du chemin qui reste à parcourir à partir du présent Pessa’h. Comment saurions-nous corriger les dérives du monde actuel si, nous aussi, nous nous permettions d’être atteints des vices de notre temps ? La vocation du Juif est de vivre dangereusement, son devoir est de s’interroger : A-t-on écarté de nos cœurs et de notre chemin le levain ; le levain qui, en s’enflant, étouffe si vite les meilleurs bonnes volontés. ? Plus que nous le pensons, le monde extérieur nous observe.

Mais notre différence qui certes incommode, vise à faire progresser le monde vers un avenir plus souriant. Il est difficile d’admettre que c’est là le rôle du Juif dans le monde. En l’assumant, nous prenons des risques ; notre histoire les illustre à foison. Il suffit de se rappeler les plaies d’Egypte. Après chacune d’elles, le cœur de Pharaon s’endurcit en même temps que naissent ses ressentiments à l’égard de nos ancêtres. Une attitude qui devient de plus en plus hostile. C’est au prix de cette haine grandissante que les prodiges de D.ieu en faveur de nos pères se réalisent. Aussi, dans notre histoire, ce qui est intéressant, c’est le sens et la portée de cette libération qui en sont les authentiques révélations. C’est la révélation de la force d’un peuple solidaire, fraternel, qui ne connaît plus ni maître, ni esclave. Il faut retrouver au cœur même de la vie ce qui, dans cette vie, lui donne le vrai sens ; celui qui conduit au choix des vraies valeurs. Il ne serait par exemple, pas recommandable d’imiter la femme de Loth, pétrifiée pour s’être retournée avec regrets sur Sodome. C’est à cette condition que nous saurons à nouveau nous réjouir d’exister. La fête de Pessa’h dure 7 jours. La dernière nuit de Pessa’h doit procurer l’espoir et la force psychologique pour persister à croire dans une vie d’entente et de paix. C’est également l’occasion d’un travail pédagogique en profondeur.

Cependant,  il est du devoir de tout Juif de se souvenir que c’est uniquement en terre d’Israël, dans l’Etat d’Israël, qu’il est à même vraiment de se détacher de l’asservissement de la diaspora et d’acquérir une authentique liberté interne et externe. C’est cette liberté qui lie son destin à l’ensemble du peuple, à ceux qui sont venus des quatre coins du monde vers la Terre Promise, à l’instar de ses ancêtres lors de la Sortie d’Egypte. Le soir de la fête sont versées cinq coupes de vin pour chacun. Les 4 coupes qui symbolisent aussi l’intelligent (le sage), le rebelle (le méchant), le simple et celui qui ne sait pas questionner sont bues, la communauté désirant intégrer ses sujets ayant de telles caractéristiques.

Mais au-delà de la libération physique du peuple juif, Pessa’h commémore son émancipation spirituelle. Les commandements que Moché a reçus sur le Mont Sinaï visaient à élargir le peuple juif, à l’époque assujetti à de nombreuses croyances. Pessa’h est une fête chargée de symbolique qui célèbre l’amour de son prochain et la purification de l’âme. La Torah fait du souvenir de la sortie d’Egypte un commandement fondamental à rappeler jour et nuit. La délivrance est une certitude. La vie et le destin du monde ne sont pas seulement entre les mains de l’homme. Une autre volonté dirige ce monde. Souvent, un regard superficiel nous empêche de la voir ou de l’entendre. Pourtant, la voix du Sinaï se fait encore entendre aujourd’hui et nous demande de continuer à « garder le mois du printemps ». Ainsi, pour Israël, pour le monde et pour l’homme, le printemps viendra…

CHANTS POUR PESSA’H Hine ma tov Mordekhaï ben David  http://www.youtube.com/v/HdciFmKPqw4&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0×006699&color2=0x54abd6&border=1″> marksystems

Sur Univers Torah : Jo Amar chante la Hagada de Pessa’h
Publié le 03/03/2010 par Univers Torah – Jo Amar chante la Hagada de Pessa’h….

Pour terminer en musique, voici une version de CHANTS POUR PESSA’H NABUCCO « VA PENSIERO SULL´ALI DORATE » DE J. VERDI,  CHOEUR DES ESCLAVES (METROPOLITAN OPERA HOUSE) http://www.youtube.com/v/DzdDf9hKfJw »>

choisie parce que je pense que c’est la meilleure que l’on puisse trouver sur le net, l’oeuvre de Verdi est ici non seulement bien interprétée du point de vue musical, mais met également en valeur une denrée rare de nos jours : l’émotion… Sortez vos mouchoirs ! A vous de juger….

Liens permettant de s’informer sur les produits autorisés par le Consistoire de Paris pendant la période de Pessa’h 2009 :

liste des produits autorisés liste des produits ménager autorisés liste des médicaments autorisés liste des cosmétiques autorisés

POUR UNE ETUDE COMPLETE ET PLUS APPROFONDIE SUR PESSA’H, VOIR LE SITE MODIA  la fête de Pessah, ici.

*Midrachim le pluriel de « Midrach », en hébreu « qui vient du drach ». La racine drach signifie « exiger », au sens second, « rechercher ». Il s’agit d’une exégèse très particulière qui use de paraboles, d’allégories, de métaphores, de jeux de mots à base de glissements phoniques sémantiques, allusifs, de concordances témuriques (permutation des jeux de voyelles) et guématriques (à partir du calcul de la valeur numérique des mots)… Mais plus simplement, c’est un  recueil de textes établis par les rabbins des premiers siècles, qui complète les textes bibliques. Les rabbanim, qui connaissaient le texte biblique par coeur, considéraient son unité comme fondamentale. Les sources du Midrach remontent la plupart du temps à l’époque des Amoraïm (200 – 500 de notre ère). Pour une partie de ces sources  (Mechilta, Sifra et Sifré) on peut les suivre jusqu’aux Tannaïm (de – 400 à + 200). Toutefois, la rédaction des Midrachim s’étend sur une période d’environ 1200 ans et les compilateurs en sont, le plus souvent, anonymes.Le Midrach constitue une analyse de texte rigoureuse. C’est une exégèse créatrice dont les ressources sont loin d’être épuisées.

« Aux derniers prophètes (Haggaï, Zakhari et Malakhi, qui, après les premiers prophètes ayant succédé à Moïse dans la transmission de la Torah orale) succédèrent à leur tour sans interruption les Sanhédrines de chaque génération et les Sages dits de la Grande Assemblée. Puis, toujours sans interruption dans la transmission d’une génération à l’autre, il y eut 14 générations de tannaïm (ou Maîtres de la Michna) puis 7 générations d’amoraïm. »

(source Modia)

(Sources des textes : Le chandelier d’or, Josy Eisenberg /Adin Steinsaltz – Agence Juive d’Israël – Loubavitch – Modia, Rav Dufour – maroc-hebdo, Kamal Ben Brahim – dafina – Rav David Pitoun – Consistoire.org – Chiourim.com – De génération en génération… Être juif Jacques Ouaknin –Rabbin Edgard Weill –judaisme.sdv.f – Beth ‘Habad Loubavitch – Akadem – Alliance.fr – Elyahou Haviv-breslev.com – La Haggadah, Yossef Azoulay Ed. Lichma – Jacques Kohn)

Peut-être ce texte peut-il paraître compliqué sur certains points ; mais comme le dit mon Rav, faire simple est difficile ; j’ajoute : surtout quand on n’a pas beaucoup étudié. Alors soyez indulgents. Nous essaierons de faire mieux la prochaine fois. Remercions de tout coeur les auteurs (le plus souvent des rabbins) des sites et textes cités ci-dessus qui, par leur travail et leurs immenses connaissances ainsi que de ceux de tous les grands Sages de la Torah qui les ont précédés, grâce auxquels le texte ci-dessus a pu être rassemblé, mais c’est à Haqqadoch Baroukh Hou que vont toutes nos louanges et remerciements, sans qui aucun des faits relatés ici n’auraient jamais existé, par conséquent,  n’auraient jamais pu être écrits. Amen. Ken yehi ratson.

hag Pessa’h samea’h ! (Vous avez acheté trop de matsote ! que faire ? Voilà des solutions possibles !) http://www.youtube.com/v/xMSEFCQCKPo&hl=fr&color1=0×006699&color2=0x54abd6″>

 »ÔMERGRAMME » pour aider à effectuer le décompte du  »Ômer » et arriver avec bonheur à le fête de Chavouoth. Avec mon Cordial Chalom Bonnes Fêtes Raymond CHEMOUNY  ÔMERGRAMME cliquez ici

Image associée

A l’occasion de Pessa’h, la Pâque juive, [Vidéo] Liberté, quand tu nous tiens : le clip de Pessah d’Aish.fr

Résultat de recherche d'images pour "photos [Vidéo] Liberté, quand tu nous tiens : le clip de Pessah d'Aish.fr"
______________________________________________

Clip épique pour célébrer la liberté en tous temps et en tous lieux !

 

Publié: 4/4/2017

Produit et conçu par Aish.com
Dirigé par Shoot East
Reprise par Ido Zeleznik and Michael HarPaz
Interprété par Michael HarPaz
Remerciements à Pharrell, Ed Sheeran and The Chainsmokers

Traduction des paroles

Aspire à la liberté
Tes racines ancestrales
Détenues en captivité
Laisse partir mon peuple
Ton prénom c’est “Liber”
Ton nom c’est “Té”
Dix plaies tu as vues, un peuple est né
La force de l’âme
Se trouve en chaque être humain
C’est l’heure de la délivrance
Mer, ouvre-toi !

Liberté ! [x4]

La lutte pour la liberté que les juifs célèbrent à Pessah se retrouve tout au long de l’histoire
Nous luttons contre les persécutions pour pouvoir vivre comme des juifs
Depuis Moïse jusqu’à Natan Sharansky

Les suffragettes, Rosa Parks, l’homme au tank de la Place Tiananmen, le doigt violet de la démocratie se pointe en Irak
La cloche de la Liberté retentit, le mur de Berlin s’effondre
Et puis on se met à rêver, comme Malala

Dieu, Tu sais que je veux Ton amour
Ta matsa a été faite à la main pour quelqu’un comme moi
Allez maintenant, suis les traces de Dieu
Pharaon est vaincu, tu es libre maintenant
La matsa, le pain de la liberté
Mets-là sur ton épaule, pars vite pour le désert
CAllez maintenant, suis les traces de Dieu
Allez, allez maintenant, suis les traces de Dieu

Je suis amoureux de ta saveur
Pétris et étale la pâte en dix-huit minutes
Et même si mon estomac en fait les frais
Je suis amoureux de ma matsa

Oh—je—oh—je—oh—je
Je suis amoureux de ma matsa

Oh—je—oh—je—oh—je
Je suis amoureux de ma matsa

Hé, la lutte pour la liberté se joue en toi
Asservi et épuisé, c’est un problème
Tu as le choix
Hé, les défis peuvent nous rendre plus forts
Essaie de tenir le coup encore un peu
et puis…

Nous avons des remerciements plein le cœur
L’amertume te fait apprécier la douceur
Tu te souviens de toute notre douleur
Tout au long de l’histoire juive, Tu nous as guidés
Et maintenant, nous sommes libres
Et maintenant, nous sommes libres

Alors Dieu, attire-nous encore plus près de Toi
Célébrons Pessah ensemble
En racontant notre histoire
Croque cette matsa sur ton épaule
Le peuple juif n’en finit jamais de vieillir
Tant de miracles à partager Foi et famille à retrouver
Pour un Pessah empreint de sens

Paroles originales

Yearn to be free
Roots long ago
In captivity
Let my people go
Your first name is Free
Last name is Dom
Ten plagues you have seen, a nation is born
Feel soul power
It’s in every human being
Time for liberation
Sea split your wings

Freedom! [x4]

The struggle for freedom Jews celebrate on Passover Is seen throughout history Fighting persecution so we can live as Jews want
From Moses to Natan Sharansky

Suffragettes, Rosa Parks, tank man in Tiananmen Square, Got the purple finger in Iraq now
Ring the bell, pull the Berlin Wall down
And then we start to dream, like Malala

God, you know I want your love
Your matzah’s handmade for somebody like me
Come on now, follow God’s lead
Pharaoh is finished, now you’re free
Matzah, the bread of freedom
Put on your shoulder, go to the desert quickly
Come on now, follow God’s lead
Come, come on now, follow God’s lead

I’m in love with the taste of you
Knead and roll, eighteen minutes to
Although my stomach is falling too
I’m in love with my matzah

Oh—I—oh—I—oh—I—oh—I
I’m in love with my matzah

Oh—I—oh—I—oh—I—oh—I
I’m in love with my matzah

Hey, the struggle for freedom is all about you
Enslaved and beaten, that’s an issue
You have a choice
Hey, challenges can make us stronger
Try and hold on a little longer
and then…

We have thanks in our heart
Bitterness makes you count your stars
All our pain, recalled
Throughout Jewish history You guided us far
And no-ow-ow-ow-ow, we’re free
And no-ow-ow-ow-ow, we’re free

So God pull us ever closer
Let us celebrate Passover
As we tell our story over
Bite that matzah on your shoulder
Jewish People getting older
So many miracles to share
Faith and family coming over
Have a meaningful Passover

[Vidéo] Liberté, quand tu nous tiens : le clip de Pessah d’Aish.fr

A voir aussi, la vidéo : La sortie d’Egypte comme si vous y étiez

Israël – 2 avril 2017

https://i1.wp.com/www.dreuz.info/wp-content/uploads/2017/04/Faith-Goldy.jpg      Il serait temps que chacun se pose les bonnes questions et aille faire un tour du côté de l’Etat hébreu, en toute bonne foi… Bonne nouvelle : il en existe encore ! louyehi _____________________________________________________

Révélation pour certains : non, Israël n’est pas le méchant décrit comme tel à longueur d’année : Une journa- liste chrétienne révèle ce qu’elle a découvert lors de son voyage dans ce pays…

Faith Goldy, une journaliste chrétienne de la chaîne canadienne Rebel.tv raconte dans un reportage dont l’honnêteté surprendra beaucoup, ce qu’elle a vu et compris lors de son reportage en Terre sainte.

Le résultat de son enquête de terrain destiné à vérifier par elle-même les accusations dont Israël fait constamment l’objet est assez surprenant.

« Ma visite en Israël a fait exploser certains mythes sur le conflit israélo-palestinien. La situation en Terre sainte est très différente de ce que les gens pensent. »

Quatre journalistes de la chaîne The Rebel, un site canadien politiquement à droite, sont arrivés en Israël pour enquêter sur ce qu’il se passe vraiment en Terre sainte.

Ils sont partis de Jérusalem, puis se sont rendus à Sderot, une ville au sud du pays près de la frontière avec Gaza, et qui est constamment sous la menace des bombes. Ils ont filmé la Syrie depuis un point élevé du Golan où Faith Goldy décrit comme leur voyage a révélé la vérité sur le conflit entre les Juifs et les Palestiniens.

https://player.vimeo.com/video/211084868

Ce reportage est un must pour tous les amoureux de la vérité, dans une région du monde où le conflit est brouillé par une propagande médiatique intense.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Vidéo : une journaliste chrétienne révèle ce qu’elle a découvert lors de son voyage en Terre sainte

-==-