Archives de Catégorie: POESIE EN COULEURS

Poésie en couleurs (Le Printemps et l’Eté)

_________________________________________________________________

UN  ETEN  ISRAËL

Peut-être…

Peut-être les choses n’ont-elles jamais existé ?
Peut-être. . .
Jamais ne me suis-je levée à l’aube pour aller au jardin,
Y travailler à la sueur de mon front ?
Jamais pendant les journées longues et brûlantes
Des moissons,
Du haut de la gerbière chargée de foin Je n’ai fait entendre ma voix
Jamais je ne me suis trempée dans l’azur tranquille
Et la pureté de tes eaux Mon Kinereth, Oh ! mon Kinereth,
Existes-tu ? Ou l’ai-je rêvé ?

Rachel

 

Tibériade

Là les hauteurs du Golan, tends la main, effleure-les !
à travers un sûr silence, elles intiment l’arrêt.
En rayonnante solitude dort l’antique Hermon
Et le Pisgah immaculé forme rempart.

Là au bord du lac, il y a un palmier au feuillage tombant,
Chevelure dénouée ainsi qu’un enfant rebelle,
Dévalant la pente et au sein des eaux de Tibériade
Baignant ses pieds.

Combien se fortifient les fleurs en hiver près du krak,
Le sang de l’anémone, l’or du safran.
Il y a des jours où l’herbe devient sept fois plus verte,
Soixante-dix fois se parfait le bleu clair dans le firmament.

Même pauvre, allant humblement,
Le cœur meurtri par l’exil,
Te trahirai-je, oublierai-je
L’amour du printemps de ma vie ?

Rachel
Tel-Aviv, 1927

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b400d818c63a&attid=0.5&disp=inline&realattid=f_h4spvlr74&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647375614&sads=-HbKHUs1E4z1m9d7RninHs6PLW8

Quelque part

Quelque part au loin
La terre interdite s’étend
On y voit bleuir des monts argentés
Un sol vierge au loin si tentant,
En un lieu profond,
Un vaste trésor nous attend
Un vaste trésor pétri dans la terre
Enseveli au fond des temps.

Quelque part au loin
Vit un prisonnier solitaire
Et sur son front la clarté du soleil
Descend et s’éteint par mystère.
Quelque part au loin
Dans la neige une ombre se terre,
Sans pouvoir trouver jamais le chemin
Interdit qui mène à sa terre.

(H. Leivik , poete Yiddish )

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b4ea4ad13a19&attid=0.7&disp=inline&realattid=f_h4sqchx46&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647521964&sads=r9ikWdcFb7bFFSw7KaEa-WJ6LF8

L’été
Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.
Il brûle tout, hommes et choses,
Dans sa placide cruauté.Il met le désir effronté
Sur les jeunes lèvres décloses ;
Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.Roi superbe, il plane irrité
Dans des splendeurs d’apothéoses
Sur les horizons grandioses ;
Fauve dans la blanche clarté,
Il brille, le sauvage Été.Théodore de Banville (1823-1891)

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b4ea4ad13a19&attid=0.5&disp=inline&realattid=f_h4sqbmnv4&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342650568759&sads=QoQ40dkIhbdB4hP1E1dUkdCCo4M

Chaleur estivale

Sur la plage le parasol fermé pointe au firmament
Ma langue savoure les grains de sel sur mes lèvres moites
Mes pieds s’enfoncent dans le sable chaud
Le sommeil me guette
Le rêve m’attend
Le soleil grandit l’éternité de mes pensées.
Je répète jusqu’à l’hallucination les vers que tu as écrits pour moi,
une nuit à côté des étoiles.
Sous l’astre de l’été
je revis notre amour : colonne ivre du temple de l’éternité
Les saisons se succèdent
Et moi
je crois encore aux feux d’artifices.

Sybille Rembard, Beauté fractionnée, 2002

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b48cab4606f6&attid=0.6&disp=inline&realattid=f_h4sq48va5&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647573567&sads=SFKPs1YSUVKhwBGWGyoOkFOdF5M

A mon pays


Je ne t’ai pas chantée ma terre
Et je n’ai pas orné ton nom
Par des prouesses
Par le butin des combats :
Mes mains n’ont fait que planter un arbre
Sur les rives tranquilles du Jourdain
Mes pieds n’ont fait que fouler un sentier
A travers champs.
Il est bien pauvre mon présent,
Je le sais, ma mère,
Il est bien pauvre
Le présent de ta fille :
Rien qu’un cri de joie
A la lumière de l’aube
Rien que des larmes cachées
Pour ta propre pauvreté.

( Rachel )

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b48cab4606f6&attid=0.7&disp=inline&realattid=f_h4sq4n8e6&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647615040&sads=EODRjB5-qszaapop3LW50qXd-pI

Chant de nourrice

Dors, ma fleur, mon fils chéri ;
pendant que je balancerai ton berceau,
je vais te dire le conte de ta vie.
Je commence par te prévenir que tu es
un Hébreu, Que tu as Israël pour nom
et que c’est là ton titre de noblesse.
Ô mon chéri, quand tu seras avec des gens
étrangers à ton peuple,
ne sois pas honteux devant leurs insultes
mais responds-leur bien haut.
Oh! je te prie, sois sans peur aucune,
dis leur: <Ne suis-je pas le descendant
des saints, fils du peuple eternel,>
fils du peuple éternellement persécuté
malheureux comme point d’autre,
glorieux quand même,
car il dure, et cela depuis des siècles
et cela pour toujours.
Ne désespère point, mon fils chéri
parceque ton peuple est en exil.
Crois plutôt que le soleil de la justice
un jour brillera sur nous.
Souviens-toi sans cesse
que nous avons un pays, là-bas,
très loin, que c’est vers lui
que l’âme de tout juif aspire avec ardeur.
Sur ses monts, dans ses champs délicieux
tu deviendras ce que tu voudras:
vigneron, berger, planteur, jardinier,
tu vivras paisible….
Dors ma fleur, mon fils chéri.

Darius Mihaud 1916

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b48cab4606f6&attid=0.8&disp=inline&realattid=f_h4sq5t5m7&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647658396&sads=fEsszJoJGhywkcHm_1a6dJ6gdCs

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b48cab4606f6&attid=0.5&disp=inline&realattid=f_h4sq3te84&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647693422&sads=2y9xjoTPzgnLn1lrwa2x0-G8GeU

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b48cab4606f6&attid=0.4&disp=inline&realattid=f_h4sq3mz83&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647847298&sads=wZ1_iD2btzz6ulWarCgnU9EhoA8

Farniente

Quand je n’ai rien à faire, et qu’à peine un nuage
Dans les champs bleus du ciel, flocon de laine, nage,
J’aime à m’écouter vivre, et, libre de soucis,
Loin des chemins poudreux, à demeurer assis
Sur un moelleux tapis de fougère et de mousse,
Au bord des bois touffus où la chaleur s’émousse.
Là, pour tuer le temps, j’observe la fourmi
Qui, pensant au retour de l’hiver ennemi,
Pour son grenier dérobe un grain d’orge à la gerbe,
Le puceron qui grimpe et se pende au brin d’herbe,
La chenille traînant ses anneaux veloutés,
La limace baveuse aux sillons argentés,
Et le frais papillon qui de fleurs en fleurs vole.
Ensuite je regarde, amusement frivole,
La lumière brisant dans chacun de mes cils,
Palissade opposée à ses rayons subtils,
Les sept couleurs du prisme, ou le duvet qui flotte
En l’air, comme sur l’onde un vaisseau sans pilote ;
Et lorsque je suis las je me laisse endormir,
Au murmure de l’eau qu’un caillou fait gémir,
Ou j’écoute chanter près de moi la fauvette,
Et là-haut dans l’azur gazouiller l’alouette.

Théophile Gautier, Premières Poésies

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b48cab4606f6&attid=0.9&disp=inline&realattid=f_h4sq7hh68&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647879322&sads=cU3WAqMQiM-WfFmBBLmsfzfSIFU

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b4ea4ad13a19&attid=0.6&disp=inline&realattid=f_h4sqc5z25&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342650622776&sads=w-at3WfQfCYzFzDcFcaqDuDpJtQ

Le navire au port

Sonore et blond ainsi qu’une ruche au soleil,

Le port autour de nous riait au soir vermeil.

Des calfats amusaient, en se battant, la foule.

Mon navire roulait doucement à la houle,

Paisible sous les yeux du maître débarqué,

Et s’en venait parfois heurter le bord du quai,

Comme s’il eût gardé de son voyage immense

Un doux et long roulis qui toujours recommence.

C’était par un beau soir de juin ardent et las.

Le port enchevêtrait ses vergues et ses mâts,

Dans des poussières d’or lumineuses et vagues.

Les deux môles au loin s’allongeaient dans les vagues,

Comme, à l’heure où le vent va souffler plus amer

Deux vastes bras tendus aux passants de la mer.

Et cent vaisseaux, avec le flux et la marée,

Versant aux flots leur ombre agrandie et dorée,

Çà et là sur la mer resplendissante, épars,

Se hâtaient vers le port ami, de toutes parts.

Fernand Gregh

___________________________________________________

Matin sur le port

Le soleil, par degrés, de la brume émergeant,
Dore la vieille tour et le haut des mâtures ;
Et, jetant son filet sur les vagues obscures,
Fait scintiller la mer dans ses mailles d’argent.

Voici surgir, touchés par un rayon lointain,
Des portiques de marbre et des architectures ;
Et le vent épicé fait rêver d’aventures
Dans la clarté limpide et fine du matin.

L’étendard déployé sur l’arsenal palpite ;
Et de petits enfants, qu’un jeu frivole excite,
Font sonner en courant les anneaux du vieux mur.

Pendant qu’un beau vaisseau, peint de pourpre et d’azur
Bondissant et léger sur l’écume sonore,
S’en va, tout frissonnant de voiles, dans l’aurore.

Albert Samain (1858-1900)

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b48cab4606f6&attid=0.2&disp=inline&realattid=f_h4sq2h8x1&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647957493&sads=W1zAcXGc7RfUMIvUcw58tE9iWd8

De cette sorte de Poussière

Ils furent les choisis lancant des cris de joie:
leur voix s’est tue.
Fils de la souche de David qui, l’epee a la main,
tomberent;
Et si simples, et gentils comme David,
de la famille des bergers
Et l’Ils l’ont remercie, Seigneur,
Et Ils t’ont remercie, Seigneur,
pour la poussiere !

De cette sorte de poussiere,
Tu as cree le premier Homme ;
De cette sorte de poussiere,
tu as cree la Montagne du Temple,
Et la poussiere de la Roche de la Montagne du Temple.
Et,pour cette sorte de poussiere,
Ils t’ont remercie, Seigneur.

Leur mort n’est pas mort:…
Qui regarde leur tombe finit d’etre esclave !

(Uri-Zvi Grinberg, trad. de l’hebreu ) 1948

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b54fe1228e66&attid=0.7&disp=inline&realattid=f_h4sqmc7a6&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342647999860&sads=3Ay4WOyCKhszY72bt5QUBSCdDW4

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b54fe1228e66&attid=0.5&disp=inline&realattid=f_h4sqlq804&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342648030249&sads=skqfhwdbPcyi-Eb4wAkE260A2nA

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c1b2aca2c8fb&attid=0.8&disp=inline&realattid=f_h4syale87&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342648860848&sads=rtsGHbvuiifGyDWXw2inU16RrN0

Jerusalem

Dans tous les Galouths de tous les deserts,
apres nous tu as marche, Jerusalem ;
Et, dans toute terre non ensemencee,
nous avons jure de marcher derriere toi ;
Et, sur tous les lieux de tous les supplices,
tu nous as escortes, Jerusalem,
Et quand partout flechissaient nos genoux
C’etait partout  » l’an prochain, a Jerusalem  »

Meme deserte, Jerusalem,
tu etais pour nous toutes les delices de la terre ;
Meme roulee dans la poussiere,
tu etais sur nous la couronne de gloire.

Tu nous versais, Jerusalem, au fond de nos tenebres,
De tes sept lettres, comme des sept branches du Chandelier,
Les gouttes de l’eternelle lumiere ;
Comment ne pas lever,Jerusalem,
a la cime de nos redemptions,
Maintenant qu’ont perce les rayons de notre aube ?

Est-ce pour le haisseur
Secoue, dans tes portes, sa haine effrenee,
Que les choisis parmi tes fils
t’auraient abreuvee de leur sang ?

Sang des saints et des purs, ne te tais pas !
Sang des saints et des purs ne nous promets pas de nous taire,
Tant que tu ne seras pas de nouveau, sur nous,
La couronne de gloire !

(David Shimoni, trad. de l’hebreu)

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c1b2aca2c8fb&attid=0.10&disp=inline&realattid=f_h4sye6259&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342648899311&sads=m-a5GLYiyEF74PhbJuMgIXZ8NYw

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b4ea4ad13a19&attid=0.1&disp=inline&realattid=f_h4sqa62z0&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342650685416&sads=m4S_Ozqn7HxwGcbayAnLfnwfCU8

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c1b2aca2c8fb&attid=0.6&disp=inline&realattid=f_h4sya64y5&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342648944594&sads=Otl9KT7JH8TobJhzc-EUSskyJXs

Sensation

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

Arthur Rimbaud, Poésies

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c1b2aca2c8fb&attid=0.5&disp=inline&realattid=f_h4sy96hj4&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342648981299&sads=RDZHhkQVp5wvOZZZEDPuEhadtdI

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c1b2aca2c8fb&attid=0.9&disp=inline&realattid=f_h4syd4yo8&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342649026560&sads=j-Ly3VKbU4zdp8Vc0H_I-OvT0II

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c1b2aca2c8fb&attid=0.4&disp=inline&realattid=f_h4sy8v8m3&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342649066634&sads=H5LeQfxwBptHfIHBB3UuMHtpHVI

Clair de lune
Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.Tout en chantant sur le mode mineur
L’amour vainqueur et la vie opportune,
Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d’extase les jets d’eau,
Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.Paul Verlaine, Fêtes galantes

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c1b2aca2c8fb&attid=0.2&disp=inline&realattid=f_h4sy1rrc1&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342649201455&sads=_C_IML7plDlPGbCaEU44wP-W9ks

Vacances

Tiède est le vent
Chaud est le temps
Fraîche est ta peau
Doux, le moment

Blanc est le pain
Bleu est le ciel
Rouge est le vin
D’or est le miel

Odeurs de mer
Embruns, senteurs
Parfums de terre
D’algues, de fleurs

Gai est ton rire
Plaisant ton teint
Bons, les chemins
Pour nous conduire

Lumière sans voile
Jours à chanter
Millions d’étoiles
Nuits à danser

Légers, nos dires
Claires, nos voix
Lourd, le désir
Pesants, nos bras

Tiède est le vent
Chaud est le temps
Fraîche est ta peau
Doux, le moment

Doux le moment…
Doux le moment…

Esther Granek, Ballades et réflexions à ma façon, 1978

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b400d818c63a&attid=0.2&disp=inline&realattid=f_h4spur0s1&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342725573441&sads=ai1WYTHVa4mg9uE07kY3vufOOgU

La ceinture Gardienne

Cette nuit, on tire a tes portes, ma Cite sainte.
Autour de toi, ils ont deroule une ceinture gardienne, tes gardiens, qui se nomment Haloutsim, soldats inconnus.
Debout, ces autres tirent sur tes seuils.

Mais nul Arabe ne la percera de feu, la ceinture gardienne.
Demeure tranquille, cette nuit. Entends leurs salves.
Le soldat juif,des levres de sa carabine, prie pour ta paix.
Aimerais-tu mieux la carabine des orgues ?

A Safed, a Hebron, dans un village de Juifs solitaires, peut-etre un Arabe entrera:
Pas en toi, Cite-mere !

Car, autour de toi, ils ont enroule la ceinture-gardienne, les Haloutsim.
Et chacun de leurs corps qui veillent, est un Mur, non des Pleurs,
Mais des Veilles.

(Uri-Zvi Grinberg, parpharase de l’hebreu par Edmond Fleg.)

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b54fe1228e66&attid=0.9&disp=inline&realattid=f_h4sqmou48&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342649295152&sads=9vz1n8zEXFYCI8QeXVsrMvAvoXA

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c2f359f3d65c&attid=0.2&disp=inline&realattid=f_h4sytwt11&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342650169079&sads=XhHF9ZknQ74uIGGclZI_mDrAgHQ

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c582af508b73&attid=0.11&disp=inline&realattid=f_h4t0s2c110&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342652934809&sads=PeFarUkYGzGq-8A4SkoAmIGaVe0

Les jets d’eau

Le jet d’eau s’est levé sur la vasque d’eau morte ;
Il a l’air dans le soir de quelqu’un qui exhorte
Et porte au ciel, dans un bouquet, une supplique.

Le parc s’empreint d’une douceur évangélique
Et les feuilles vont se cherchant comme des lèvres.

Seul le jet d’eau s’afflige ; il insiste, il s’enfièvre
Dans cette solitude où son élan se brise.
Ah ! que n’a-t-il plutôt humblement accepté
Le sort calme d’avoir pour sœurs les roses thé,
Et de ne se crisper qu’à peine sous la brise,
Et d’être un étang plane au niveau du jardin ?
Orgueil ! Il a voulu toucher le ciel lointain,
S’élever au-dessus des roses, ô jet d’eau
Qui se termine en floraison de chapiteau,
Comme pour résumer à soi seul tout un temple.

Ah ! l’effort douloureux, toujours inachevé !
Il est debout, encor qu’il chancelle et qu’il tremble ;
Il est celui qui tombe après s’être élevé ;
Il rêve en son orgueil l’impossible escalade
De l’azur, où planter son frêle lis malade ;
Il est le nostalgique, il est l’incontenté ;
Il est l’âme trop fière et que le ciel aimante.
? Ah ! que n’a-t-il vécu du sort des roses thé
Parmi l’herbe où leur vie est heureuse et dormante ! ?
Il est le doux martyr d’un idéal trop beau ;
Il espérait monter jusqu’au ciel, le jet d’eau !
Mais son vœu s’éparpille ! Et sa robe retombe
En plis agenouillés comme sur une tombe.

Georges Roodenbach (1865-1898)
Recueil :- Extrait  : « Le Miroir du ciel natal »

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c2f359f3d65c&attid=0.9&disp=inline&realattid=f_h4sz5mxr8&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342650313708&sads=zpdfYL4GcazD2gEuVIwFvbYLygA

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c2f359f3d65c&attid=0.4&disp=inline&realattid=f_h4syuue93&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342650238661&sads=WeMgEAD3OEVf9VQPXHtErpW47r4

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b48cab4606f6&attid=0.1&disp=inline&realattid=f_h4sq28a80&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342650782780&sads=vuWUdKTnNbWFj_x-s9xFxGjScy4

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389b432d7ff8520&attid=0.6&disp=inline&realattid=f_h4spyz655&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342650931067&sads=94sfBsw5FWfo2ZENHKwGqUF6IRE

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c4691e40cc5d&attid=0.7&disp=inline&realattid=f_h4t00rz06&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342651736708&sads=lXkTjOeVCfGmzFhYLdJhonBDd6E

Paysage

Midi. L’astre au zénith flamboyait dans les cieux.
L’azur immaculé, profond et radieux,
Posait sur l’horizon sa coupole sereine.
Le fleuve au loin passait, lent, sur la brune arène.
Des vallons aux coteaux, des coteaux aux vallons,
Les champs jaunis ou verts prolongeaient leurs sillons.
Sur les versants ombreux des collines prochaines
La forêt étageait ses hêtres et ses chênes.
Ce n’est plus, ô printemps ! tes riantes couleurs ;
C’est l’été mûrissant aux fécondes chaleurs.
Sous les soleils d’août, d’une teinte plus dure,
L’arbre à l’épais feuillage assombrit sa verdure ;
La fraîcheur a fait place à la force ; l’été
Resplendit dans sa flamme et sa virilité.
Aux fleurs ont succédé les fruits, — saintes richesses
De l’homme ; — la nature a rempli ses promesses.

Il est midi. Planant dans l’immobilité,
L’astre épanche sa flamme avec tranquillité.
Le vent s’est assoupi, la forêt est paisible.
Parfois, sous les rameaux, l’oiseau chante, invisible,
Puis se tait, fatigué de lumière, et s’endort ;
Les abeilles, les taons des bois, les mouches d’or,
Enivrés des rayons qui tombent des ramures,
Sur l’herbe tiède et molle éteignent leurs murmures :
La lumière au silence, hymen mystérieux,
S’accouple dans la paix des bois et dans les cieux.

Paix sainte des grands bois ! paix des cieux pleins de flamme !
Heureux, heureux qui peut, dans ses yeux, dans son âme,
Sans pleurs, sans deuils poignants, sans regrets acérés,
Paix saintes, recevoir vos effluves sacrés !
Heureux l’esprit sans trouble, heureuse la paupière
Que le silence enivre et qu’endort la lumière,
Qui jouit d’un beau jour sans le voir se ternir
Des ombres qu’après soi traîne le souvenir !

Auguste Lacaussade, Les Automnales (1876)

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c4691e40cc5d&attid=0.2&disp=inline&realattid=f_h4szvfwa1&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342651700827&sads=MMjJ1bosqWL5BA1iLooX4upVkQM

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c582af508b73&attid=0.10&disp=inline&realattid=f_h4t0rd8s9&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342653052186&sads=0ndiM81slfg1h30S8_YybpdOoIo

Les soleils de juillet

Les voici revenus, les jours que vous aimez,
Les longs jours bleus et clairs sous des cieux sans nuage.
La vallée est en fleur, et les bois embaumés
Ouvrent sur les gazons leur balsamique ombrage.
Tandis que le soleil, roi du splendide été,
Verse tranquillement sa puissante clarté,
Au pied de ce grand chêne aux ramures superbes,
Amie, asseyons-nous dans la fraîcheur des herbes ;
Et là, nos longs regards perdus au bord des cieux,
Allant des prés fleuris dans l’éther spacieux,
Ensemble contemplons ces beaux coteaux, ces plaines
Où les vents de midi, sous leurs lentes haleines,
Font des blés mûrissants ondoyer les moissons.
Avec moi contemplez ces calmes horizons,
Ce transparent azur que la noire hirondelle
Emplit de cris joyeux et franchit d’un coup d’aile ;
Et là-bas ces grands bœufs ruminants et couchés,
Et plus loin ces hameaux d’où montent les clochers,
Et ce château désert, ces croulantes tourelles,
Qu’animent de leur vol les blanches tourterelles,
Et ce fleuve paisible au nonchalant détour,
Et ces ravins ombreux, frais abris du pâtour,
Et tout ce paysage, heureux et pacifique,
Où s’épanche à flots d’or un soleil magnifique !…

Auguste Lacaussade, Poèmes et Paysages

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c4691e40cc5d&attid=0.5&disp=inline&realattid=f_h4szzunb4&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342651817866&sads=DPiYWuD_kPozal1DVVA4Ba9VGPQ

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c582af508b73&attid=0.4&disp=inline&realattid=f_h4t0obla3&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342653122841&sads=1lmzo_GPmDcpt-OU1UNHCo6Fpuo

Nuits de juin

L’été, lorsque le jour a fui, de fleurs couverte
La plaine verse au loin un parfum enivrant ;
Les yeux fermés, l’oreille aux rumeurs entrouverte,
On ne dort qu’à demi d’un sommeil transparent.

Les astres sont plus purs, l’ombre paraît meilleure ;
Un vague demi-jour teint le dôme éternel ;
Et l’aube douce et pâle, en attendant son heure,
Semble toute la nuit errer au bas du ciel.

Victor Hugo, Les rayons et les ombres

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c4691e40cc5d&attid=0.6&disp=inline&realattid=f_h4t006ff5&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342651779583&sads=mT3kXCb5J5roDZ-zpgFZLMIuUGI

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c4691e40cc5d&attid=0.10&disp=inline&realattid=f_h4t04aky9&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342651864495&sads=LBpcQyobLanex-m46xs_PY6rJKc

La fontaine de Backchisarai

Quittant le Nord, laissant des fêtes,

Me trouvant à Bakchisarai,

J’entrai dans les salles muettes

Et dans les jardins du sérail.

J’errai là même où le Tartare,

Fléau des peuples, odieux,

Jouissait de délices rares

Après des combats furieux.

La volupté sommeille enclose

En ce palais, en ces jardins,

Parmi les clairs jets d’eau, les roses,

Les ceps alourdis de raisins.

L’or brille aux murs en abondance;

Derrière ces barreaux d’antanles épouses dans leur printemps

Souvent soupiraient en silence…

Où sont les Khans et leurs harems ?

Tout semble triste et calme ici.

Je vois un fantôme imprécis,

Qu’évoquent le parfum des roses

Et le murmure des jets d’eau,

Seul un fantôme à moi s’impose,

Glissant dans cet eldorado…

Hélas! quelle est cette ombre pâle

Qui devant moi passe à l’instant,

Belle, irrésistible, fatale …

Est-ce ton esprit rayonnant,O Marie ?

Est-ce toi, Zarème,

Ardente et jalouse à l’extrème,

Et qui dans ce lieu fascinant

Fut mise à mort en châtiment ?

Alexandre Pouchkine (1799-1837)

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c4691e40cc5d&attid=0.3&disp=inline&realattid=f_h4szy3al2&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342651934438&sads=BeE-_MgfQ23Z3Ip6UZ-c2RSXRsY

https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=5734db4f78&view=att&th=1389c582af508b73&attid=0.6&disp=inline&realattid=f_h4t0pemk5&safe=1&zw&saduie=AG9B_P9fvJFgFxkFEat92d2kr5EI&sadet=1342653173931&sads=8hQnWKm3pmJMNjVBtQguLnWI-xE

__________________________________________________________________

LE PRINTEMPS

Vidéo Ecouter les oiseaux, à la tombée de la nuit, au bord d’un lac, au printemps ; l’effet sera encore meilleur en mode « grand écran », en bas à droite de la vidéo : Soirée de printemps (son conseillé)

Le Printemps_Michel Fugain

Hugues Aufray « Dés que le printemps

Charles Aznavour – J’aime Paris au mois de mai

Vidéo musicale « le Printemps «   : Vivaldi – Springde TheFeynmanParticle

Hugues Aufray-Aux premieres jonquilles

Jacques Brel – Au Printemps (Tavasszal)

 » C’est le printemps » Léo Ferré

Félix Leclerc – L’Hymne au printemps
______________________________________________________________

POESIE AUX COULEURS DES SAISONS

POESIE  PRINTANIERE :


La vie reprend,c'est le printemps

Le soleil faisait craquer les derniers et tardifs bourgeons des chênes sous la pression chaude de ses rayons. Les verdures se nuançaient à l’infini.

C’était une symphonie de couleurs allant du cri violent des verts aux pâleurs mièvres des rameaux inférieurs, dont les feuilles tendres, aux épidermes délicats et ténus n’avaient pas encore reçu le baptême ardent de la pleine lumière, bu la lampée d’or des rayons chauds, car leur oblique courant n’avait pu combler jusqu’alors que les lisières privilégiées et les faîtes victorieux.

Mais ce jour-là, une vie multiple et grouillante, végétale et animale, sourdait de partout, des crépitements des insectes et du chant des oiseaux à l’éclatement des bourgeons et au gonflement des rameaux, craquant dans l’air vibrant comme des muscles qui s’essaient.

Louis Pergaud

_____________________________________________________

LE POETE S’EN VA DANS LES CHAMPS 

Le poète s’en va dans les champs ; il admire,
Il adore ; il écoute en lui-même une lyre ;
Et le voyant venir, les fleurs, toutes les fleurs,
Celles qui des rubis font pâlir les couleurs,
Celles qui des paons même éclipseraient les queues,
Les petites fleurs d’or, les petites fleurs bleues,
Prennent, pour l’accueillir agitant leurs bouquets,
De petits airs penchés ou de grands airs coquets,
Et, familièrement, car cela sied aux belles :
– Tiens ! c’est notre amoureux qui passe ! disent-elles.
Et, pleins de jour et d’ombre et de confuses voix,
Les grands arbres profonds qui vivent dans les bois,
Tous ces vieillards, les ifs, les tilleuls, les érables,
Les saules tout ridés, les chênes vénérables,
L’orme au branchage noir, de mousse appesanti,
Comme les ulémas quand paraît le muphti,
Lui font de grands saluts et courbent jusqu’à terre
Leurs têtes de feuillée et leurs barbes de lierre,
Contemplent de son front la sereine lueur,
Et murmurent tout bas : C’est lui ! c’est le rêveur !
Victor Hugo  (1802-1885)

_____________________________________________________

Belle champ de fleurs fraîches en été Banque d'images - 9762612

_____________________________________________________

AU PRINTEMPS



La froidure paresseuse
De l’hiver a fait son temps.
Voici la saison joyeuse
Du délicieux printemps.

La terre est d’herbe ornée,
L’herbe, de fleurettes, l’est,
La feuillure retournée
Fait ombre dans la forêt.

Mais oyez dans le bocage
Le flageolet du berger,
Qui agace le ramage
Du rossignol bocager.

Tout résonne des voix nettes
De toutes races d’oiseaux,
Par les champs, des alouettes,
Des cygnes, dessus les eaux.

Jean-Antoine de Baïf (1532-1589)


______________________________________________________________________
PREMIER SOURIRE DU PRINTEMPSTandis qu’à leurs oeuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes
Et cisèle des boutons d’or.Dans le verger et dans la vigne,
Il s’en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l’amandier.La nature au lit se repose ;
Lui descend au jardin désert,
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.Tout en composant des solfèges,
Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
Il sème aux prés les perce-neiges
Et les violettes aux bois.Sur le cresson de la fontaine
Où le cerf boit, l’oreille au guet,
De sa main cachée il égrène
Les grelots d’argent du muguet.Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,
Il met la fraise au teint vermeil,
Et te tresse un chapeau de feuilles
Pour te garantir du soleil.Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d’avril tournant la tête,
Il dit :  » Printemps, tu peux venir !
« Théophile Gautier   (1811-1872)
__________________________________________________________________________

AVANT-PRINTEMPS

Des oeufs dans la haie
Fleurit l’aubépin
Voici le retour
Des marchands forains.
Et qu’un gai soleil
Pailleté d’or fin
Eveille les bois
Du pays voisin
Est-ce le printemps
Qui cherche son nid
Sur la haute branche
Où niche la pie ?
C’est mon coeur marqué
Par d’anciennes pluies
Et ce lent cortège
D’aubes qui le suit.
René-Guy Cadou – (Hélène ou le règne végétal, Paris, Seghers 1952)

_____________________________________________________

_____________________________________________________

AU PRINTEMPS

Regardez les branches

Comme elles sont blanches !

Il neige des fleurs.

Riant dans la pluie,

Le soleil essuie

Les saules en pleurs

Et le ciel reflète,

Dans la violette

Ses pures couleurs…

La mouche ouvre l’aile

Et la demoiselle

Aux prunelles d’or,

Au corset de guêpe

Dépliant son crêpe,

A repris l’essor.

L’eau gaîment babille,

Le goujon frétille

Un printemps encore !

Théophile Gautier

_______________________________________________________

______________________________________________________________

LE PRINTEMPS

Les bourgeons verts, les bourgeons blancs
Percent déjà le bout des branches,
Et, près des ruisseaux, des étangs
Aux bords parsemés de pervenches,
Teintent les arbustes tremblants ;

Les bourgeons blancs, les bourgeons roses,
Sur les buissons, les espaliers,
Vont se changer en fleurs écloses ;
Et les oiseaux, dans les halliers,
Entre eux déjà parlent de roses ;

Les bourgeons verts, les bourgeons gris,
Reluisant de gomme et de sève

Recouvrent l’écorce qui crève
Le long des rameaux amoindris ;
Les bourgeons blancs, les bourgeons rouges,
Sèment l’éveil universel,
Depuis les cours noires des bouges

Jusqu’au pur sommet sur lequel,
O neige éclatante, tu bouges ;
Bourgeons laiteux des marronniers,
Bourgeons de bronze des vieux chênes,
Bourgeons mauves des amandiers,
Bourgeons glauques des jeunes frênes,
Bourgeons cramoisis des pommiers,

Bourgeons d’ambre pâle du saule,
Leur frisson se propage et court,
A travers tout, vers le froid pôle,
Et grandissant avec le jour
Qui lentement sort de sa geôle,
Jette sur le bois, le pré,
Le mont, le val, les champs , les sables,
Son immense réseau tout prêt
A s’ouvrir en fleurs innombrables
Sur le monde transfiguré.

Auguste Angellier
« le chemin des Saisons »

_______________________________________________________

_______________________________________________________

L’AVRIL BOREAL

Est-ce l’avril ? Sur la colline
Rossignole une voix câline,
De l’aube au soir.
Est-ce le chant de la linotte ?
Est-ce une flûte ? est-ce la note
Du merle noir ?

Malgré la bruine et la grêle,
Le virtuose à la voix frêle
Chante toujours ;
Sur mille tons il recommence
La mélancolique romance
De ses amours.

Le chanteur, retour des Florides,
Du clair azur des ciels torrides
Se souvenant,
Dans les bras des hêtres en larmes
Dis ses regrets et ses alarmes
À tout venant.

Surpris dans son vol par la neige,
Il redoute encor le cortège
Des noirs autans ;
Et sa vocalise touchante
Soupire et jase, pleure et chante
En même temps.

Fuyez, nuages, giboulées,
Grêle, brouillards, âpres gelées,
Vent boréal !
Fuyez ! La nature t’implore,
Tardive et languissante aurore
De floréal.

Avec un ciel bleu d’améthyste,
Avec le charme vague et triste
Des bois déserts,
Un rythme nouveau s’harmonise.
Doux rossignol, ta plainte exquise
Charme les airs !

Parfois, de sa voix la plus claire,
L’oiseau, dont le chant s’accélère,
Égrène un tril :
Dans ce vif éclat d’allégresse,
C’est vous qu’il rappelle et qu’il presse,
Beaux jours d’avril.

Déjà collines et vallées
Ont vu se fondre aux soleillées
Neige et glaçons ;
Et, quand midi flambe, il s’élève
Des senteurs de gomme et de sève
Dans les buissons.

Quel souffle a mis ces teintes douces
Aux pointes des frileuses pousses ?
Quel sylphe peint
De ce charmant vert véronèse
Les jeunes bourgeons du mélèze
Et du sapin ?

Sous les haleines réchauffées
Qui nous apportent ces bouffées
D’air moite et doux,
Il nous semble que tout renaisse.
On sent comme un flot de jeunesse
Couler en nous.

Tout était mort dans les futaies ;
Voici, tout à coup, plein les haies,
Plein les sillons,
Du soleil, des oiseaux, des brises,
Plein le ciel, plein les forêts grises,
Plein les vallons.

Ce n’est plus une voix timide
Qui prélude dans l’air humide,
Sous les taillis ;
C’est une aubade universelle ;
On dirait que l’azur ruisselle
De gazouillis.

Devant ce renouveau des choses,
Je rêve des idylles roses ;
Je vous revois,
Prime saison, belles années,
De fleurs de rêve couronnées,
Comme autrefois.

Et, tandis que dans les clairières
Chuchotent les voix printanières,
Et moi j’entends
Rossignoler l’âme meurtrie,
La tant douce voix attendrie
De mes printemps.

Nérée Beauchemin, Les floraisons matutinales

_______________________________________________________

_______________________________________________________

PRINTEMPS

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.

Victor Hugo, Toute la lyre

_______________________________________________________

______________________________________________________

_________________________________________________________________

A LA MI-CARÊME

I

Le carnaval s’en va, les roses vont éclore ;
Sur les flancs des coteaux déjà court le gazon.
Cependant du plaisir la frileuse saison
Sous ses grelots légers rit et voltige encore,
Tandis que, soulevant les voiles de l’aurore,
Le Printemps inquiet paraît à l’horizon.

II

Du pauvre mois de mars il ne faut pas médire ;
Bien que le laboureur le craigne justement,
L’univers y renaît ; il est vrai que le vent,
La pluie et le soleil s’y disputent l’empire.
Qu’y faire ? Au temps des fleurs, le monde est un enfant ;
C’est sa première larme et son premier sourire.

III

C’est dans le mois de mars que tente de s’ouvrir
L’anémone sauvage aux corolles tremblantes.
Les femmes et les fleurs appellent le zéphyr ;
Et du fond des boudoirs les belles indolentes,
Balançant mollement leurs tailles nonchalantes,
Sous les vieux marronniers commencent à venir.

IV

C’est alors que les bals, plus joyeux et plus rares,
Prolongent plus longtemps leurs dernières fanfares ;
À ce bruit qui nous quitte, on court avec ardeur ;
La valseuse se livre avec plus de langueur :
Les yeux sont plus hardis, les lèvres moins avares,
La lassitude enivre, et l’amour vient au coeur.

V

S’il est vrai qu’ici-bas l’adieu de ce qu’on aime
Soit un si doux chagrin qu’on en voudrait mourir,
C’est dans le mois de mars, c’est à la mi-carême,
Qu’au sortir d’un souper un enfant du plaisir
Sur la valse et l’amour devrait faire un poème,
Et saluer gaiement ses dieux prêts à partir.

VI

Mais qui saura chanter tes pas pleins d’harmonie,
Et tes secrets divins, du vulgaire ignorés,
Belle Nymphe allemande aux brodequins dorés ?
Ô Muse de la valse ! ô fleur de poésie !
Où sont, de notre temps, les buveurs d’ambroisie
Dignes de s’étourdir dans tes bras adorés ?

VII

Quand, sur le Cithéron, la Bacchanale antique
Des filles de Cadmus dénouait les cheveux,
On laissait la beauté danser devant les dieux ;
Et si quelque profane, au son de la musique,
S’élançait dans les choeurs, la prêtresse impudique
De son thyrse de fer frappait l’audacieux.

VIII

Il n’en est pas ainsi dans nos fêtes grossières ;
Les vierges aujourd’hui se montrent moins sévères,
Et se laissent toucher sans grâce et sans fierté.
Nous ouvrons à qui veut nos quadrilles vulgaires ;
Nous perdons le respect qu’on doit à la beauté,
Et nos plaisirs bruyants font fuir la volupté.

IX

Tant que régna chez nous le menuet gothique,
D’observer la mesure on se souvint encor.
Nos pères la gardaient aux jours de thermidor,
Lorsqu’au bruit des canons dansait la République,
Lorsque la Tallien, soulevant sa tunique,
Faisait de ses pieds nus claquer les anneaux d’or.

X

Autres temps, autres moeurs ; le rythme et la cadence
Ont suivi les hasards et la commune loi.
Pendant que l’univers, ligué contre la France,
S’épuisait de fatigue à lui donner un roi,
La valse d’un coup d’aile a détrôné la danse.
Si quelqu’un s’en est plaint, certes, ce n’est pas moi.

XI

Je voudrais seulement, puisqu’elle est notre hôtesse,
Qu’on sût mieux honorer cette jeune déesse.
Je voudrais qu’à sa voix on pût régler nos pas,
Ne pas voir profaner une si douce ivresse,
Froisser d’un si beau sein les contours délicats,
Et le premier venu l’emporter dans ses bras.

XII

C’est notre barbarie et notre indifférence
Qu’il nous faut accuser ; notre esprit inconstant
Se prend de fantaisie et vit de changement ;
Mais le désordre même a besoin d’élégance ;
Et je voudrais du moins qu’une duchesse, en France,
Sût valser aussi bien qu’un bouvier allemand.

Alfred de Musset

_____________________________________________________

________________________________________________________

RENOUVEAU

Le printemps maladif a chassé tristement
L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,
Et, dans mon être à qui le sang morne préside
L’impuissance s’étire en un long bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau
Et triste, j’erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane

Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,

J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève…
– Cependant  l’Azur rit sur la haie et l’éveil
De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.

Stéphane Mallarmé

_____________________________________________________

LE PRINTEMPS
Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses des lilas fleurissent.
Les amantes qui te chérissent
Délivrent leurs cheveux flottants.Sous les rayons d’or éclatants
Les anciens lierres se flétrissent.
Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses de lilas fleurissent.Couchons-nous au bord des étangs,
Que nos maux amers se guérissent !
Mille espoirs fabuleux nourrissent
Nos coeurs gonflés et palpitants.
Te voilà, rire du Printemps
!Théodore de Banville

_____________________________________________________

Vers le ciel

_____________________________________________________

AVRIL

Déjà les beaux jours, – la poussière,
Un ciel d’azur et de lumière,
Les murs enflammés, les longs soirs ; –
Et rien de vert : – à peine encore
Un reflet rougeâtre décore
Les grands arbres aux rameaux noirs !

Ce beau temps me pèse et m’ennuie.
– Ce n’est qu’après des jours de pluie
Que doit surgir, en un tableau,
Le printemps verdissant et rose,
Comme une nymphe fraîche éclose
Qui, souriante, sort de l’eau.

Gérard de Nerval, Odelettes

_____________________________________________________

Champs en fleur

_____________________________________________________

BANNIERES DE MAI

Aux branches claires des tilleuls
Meurt un maladif hallali.
Mais des chansons spirituelles
Voltigent parmi les groseilles.
Que notre sang rie en nos veines,
Voici s’enchevêtrer les vignes.
Le ciel est joli comme un ange.
L’azur et l’onde communient.
Je sors. Si un rayon me blesse
Je succomberai sur la mousse.

Qu’on patiente et qu’on s’ennuie
C’est trop simple. Fi de mes peines.
je veux que l’été dramatique
Me lie à son char de fortunes
Que par toi beaucoup, ô Nature,
– Ah moins seul et moins nul ! – je meure.
Au lieu que les Bergers, c’est drôle,
Meurent à peu près par le monde.

Je veux bien que les saisons m’usent.
A toi, Nature, je me rends ;
Et ma faim et toute ma soif.
Et, s’il te plaît, nourris, abreuve.
Rien de rien ne m’illusionne ;
C’est rire aux parents, qu’au soleil,
Mais moi je ne veux rire à rien ;
Et libre soit cette infortune.

Arthur Rimbaud, Derniers vers

______________________________________________________

_____________________________________________________

PREMIER MAI

Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.
Je ne suis pas en train de parler d’autres choses.
Premier mai ! l’amour gai, triste, brûlant, jaloux,
Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ;
L’arbre où j’ai, l’autre automne, écrit une devise,
La redit pour son compte et croit qu’il l’improvise ;
Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en coeur ;
L’atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine
Des déclarations qu’au Printemps fait la plaine,
Et que l’herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
A chaque pas du jour dans le bleu firmament,
La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
Prodigue les senteurs, et dans la tiède brise
Envoie au renouveau ses baisers odorants ;
Tous ses bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
Dont l’haleine s’envole en murmurant : Je t’aime !
Sur le ravin, l’étang, le pré, le sillon même,
Font des taches partout de toutes les couleurs ;
Et, donnant les parfums, elle a gardé les fleurs ;
Comme si ses soupirs et ses tendres missives
Au mois de mai, qui rit dans les branches lascives,
Et tous les billets doux de son amour bavard,
Avaient laissé leur trace aux pages du buvard !
Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,
Chantent des triolets et des rondeaux aux fées ;
Tout semble confier à l’ombre un doux secret ;
Tout aime, et tout l’avoue à voix basse ; on dirait
Qu’au nord, au sud brûlant, au couchant, à l’aurore,
La haie en fleur, le lierre et la source sonore,
Les monts, les champs, les lacs et les chênes mouvants,
Répètent un quatrain fait par les quatre vents.

Victor Hugo, Les contemplations

______________________________________________________

______________________________________________________

VEILLEE D’AVRIL

Il doit être minuit. Minuit moins cinq. On dort.
Chacun cueille sa fleur au vert jardin des rêves,
Et moi, las de subir mes vieux remords sans trêves,
Je tords mon cœur pour qu’il s’égoutte en rimes d’or.

Et voilà qu’à songer me revient un accord,
Un air bête d’antan, et sans bruit tu te lèves
Ô menuet, toujours plus gai, des heures brèves
Où j’étais simple et pur, et doux, croyant encor.

Et j’ai posé ma plume. Et je fouille ma vie
D’innocence et d’amour pour jamais défleurie,
Et je reste longtemps, sur ma page accoudé,

Perdu dans le pourquoi des choses de la terre,
Ecoutant vaguement dans la nuit solitaire
Le roulement impur d’un vieux fiacre attardé.

Jules Laforgue

____________________________________________________

une douce  nuit au  printemps

____________________________________________________

NUIT DE PRINTEMPS
Le ciel est pur, la lune est sans nuage :
Déjà la nuit au calice des fleurs
Verse la perle et l’ambre de ses pleurs ;
Aucun zéphyr n’agite le feuillage.
Sous un berceau, tranquillement assis,
Où le lilas flotte et pend sur ma tête,
Je sens couler mes pensers rafraîchis
Dans les parfums que la nature apprête.
Des bois dont l’ombre, en ces prés blanchissants,
Avec lenteur se dessine et repose,
Deux rossignols, jaloux de leurs accents,
Vont tour à tour réveiller le printemps
Qui sommeillait sous ces touffes de rose.
Mélodieux, solitaire Ségrais,
Jusqu’à mon cœur vous portez votre paix !
Des prés aussi traversant le silence,
J’entends au loin, vers ce riant séjour,
La voix du chien qui gronde et veille autour
De l’humble toit qu’habite l’innocence.
Mais quoi ! déjà, belle nuit, je te perds !
Parmi les cieux à l’aurore entrouverts,
Phébé n’a plus que des clartés mourantes,
Et le zéphyr, en rasant le verger,
De l’orient, avec un bruit léger,
Se vient poser sur ces tiges tremblantes.
François-René de Chateaubriand (1768-1848)
(« Tableaux de la nature »)
___________________________________________________________________
RONDE DE PRINTEMPS
À Charles de Sivry.Dans le Parc, dans le Parc les glycines frissonnent,
Etirant leurs frêles bras –
Ainsi que de jeunes filles
Qui se réveillent d’un court sommeil
Après la nuit dansée au bal,
Les boucles de leurs cheveux
Tout en papillotes
Pour de prochaines fêtes –
Dans le Parc.
Dans les Prés, dans les Prés les marguerites blanches
S’endimanchent, et les coquelicots
Se pavanent dans leurs jupes
Savamment fripées,
Mais les oiseaux, un peu outrés,
Rient et se moquent des coquettes
Dans les Prés.
Dans les Bois, dans les Bois les ramures s’enlacent:
Voûte de Cathédrale aux Silences
Où le pas des Visions se fait pieux et furtif,
Parmi les poses adorantes des Hêtres
Et les blancs surplis des Bouleaux –
Sous les vitraux d’émeraude qui font
Cette lumière extatique –
Dans les Bois.
Dans l’Eau, dans l’Eau près de joncs somnolents
Tremblent les étoiles plues du soleil
Dans l’Eau,
Et la Belle tout en pleurs
Tombe parmi les joncs somnolents,
Et la Belle
Meurt parmi la torpeur lumineuse des flots:
La Belle Espérance
S’est noyée, et cela fait des ronds
Dans l’Eau.18 mai 1889.Marie Krysinska, Rythmes pittoresques
_______________________________________________________________________
PRINTEMPS

Ô mélodie de la sève
qui dans les instruments
de tous ces arbres s’élève -,
accompagne le chant
de notre voix trop brève.

C’est pendant quelques mesures
seulement que nous suivons
les multiples figures
de ton long abandon,
ô abondante nature.

Quand il faudra nous taire,
d’autres continueront…
Mais à présent comment faire
pour te rendre mon
grand cœur complémentaire ?

[…]

Rainer Maria Rilke

________________________________________________________

Le lac caresse

C’est un petit lac rose au cœur de l’île verte
Tout au bout de l’eau bleue :
On l’appelle le lac Caresse
Pour sa douceur et son parfum.
Ne le cherchez pas sur la carte :
Il est caché au coeur de l’île
Et ne se voit qu’à la belle saison.
Partez donc une nuit quand la mer est bien chaude
A la nage dans l’eau phosphorescente
Vers cette ligne aux formes pures
Qui n’est autre que l’île verte.
Le lac rose vous lavera
Des paillettes d’argent
De l’eau plus salée que les larmes.
Le lac Caresse a si tendre présence
Qu’à peine dedans le corps n’est plus seul.
C’est bien l’unique lac connu
Qui ait forme visible de caresse,
Contour des rêves de nos corps…

Surtout n’oubliez pas l’adresse :
Tout au bout de l’eau bleue,
Au cœur caché de l’île verte :
Le lac Caresse.

Armand Monjo

_________________________________________________________

Petit printemps

Petit printemps fantasque,
Qui lance avec humeur
De violentes bourrasques
Sur les arbres en fleur ;
Petit printemps sauvage
Comme un chat hérissé,
Qui nous crache au visage
De gros flocons glacés ;
Petit printemps boudeur,
Pourquoi faire la moue ?
Laisse tes douces fleurs
Refleurir sur ta joue.

Albert Atzenwiler (1898-1941)

______________________________________________________
Marguerites sauvages
    « Marguerites sauvages » © Laurence Maron ________________________________________________________

AVRIL

Avril, l’honneur et des bois
Et des mois,
Avril, la douce esperance
Des fruits qui soubs le coton
Du bouton
Nourrissent leur jeune enfance ;

Avril, l’honneur des prez verds,
Jaune, pers,
Qui d’une humeur bigarrée
Emaillent de mille fleurs
De couleurs
Leur parure diaprée ;

Avril, l’honneur des souspirs
Des zephyrs,
Qui, soubs le vent de leur aelle,
Dressent encore es forests
Des doux rets
Pour ravir Flore la belle ;

Avril, c’est ta douce main
Qui du sein
De la nature desserre
Une moisson de senteurs
Et de fleurs,
Embasmant l’aer et la terre.

Avril, l’honneur verdissant,
Florissant
Sur les tresses blondelettes
De ma dame, et de son sein
Tousjours plein
De mille et mille fleurettes ;

Avril, la grace et le ris
De Cypris,
Le flair et la douce haleine ;
Avril, le parfum des dieux
Qui des cieux
Sentent l’odeur de la plaine.

C’est toy courtois et gentil
Qui d’exil
Retire ces passageres,
Ces arondelles qui vont
Et qui sont
Du printemps les messageres.

L’aubespine et l’aiglantin,
Et le thin,
L’oeillet, le lis et les roses,
En ceste belle saison,
A foison,
Monstrent leurs robes écloses.

Le gentil rossignolet,
Doucelet,
Decoupe dessoubs l’ombrage
Mille fredons babillars,
Fretillars
Au doux chant de son ramage.

C’est à ton heureux retour
Que l’amour
Souffle à doucettes haleines
Un feu croupi et couvert
Que l’hyver
Receloit dedans nos veines.

Tu vois en ce temps nouveau
L’essaim beau
De ces pillardes avettes
Volleter de fleur en fleur
Pour l’odeur
Qu’ils mussent en leurs cuissettes.

May vantera ses fraischeurs,
Ses fruicts meurs
Et sa feconde rosée,
La manne et le sucre doux,
Le miel roux,
Dont sa grace est arrosée.

Mais moy je donne ma voix
A ce mois,
Qui prend le surnom de celle
Qui de l’escumeuse mer
Veit germer
Sa naissance maternelle.

Rémy Belleau (1528-1577) (« La Bergerie« )

________________________________________________________

Oiseau Dans Le Cerisier

LA NOCE DES OISEAUX

Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,
Jonquilles, crocus ont bravé la fraîcheur du temps,
Que déjà, les oiseaux publient leurs noces dans le ciel.
Neiges et froidures sont parties :  » vive le Printemps !  »

Immense symphonie, où des millions de fleurs,
Se mélangent en un jour, aux bourgeons de velours
D’un coup de baguette magique : le ciel sort ses couleurs
Pour éblouir nos yeux, il devient troubadour.

Dans un ballet de cabrioles fantastiques
Les oiseaux dansent, s’accouplent et préparent leur nid,
Guidés par une force invisible et mystique,
Leur chant monte en hommage : au Maître de Symphonie.

Les oiseaux se sont embrassés sur les branches,
Et des angelots coquins ont ajusté leurs flèches…
Etrange ! tout ce que le Printemps en un jour change !

Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,
Tandis que sous leurs branches les amoureux de mèche,
Se content fleurette quand roucoulent les tourterelles.

Jean-Claude Brinette

_______________________________________________________

Le printemps arrive
______________________________________________________________________________
JOIE DU PRINTEMPS

Au printemps, on est un peu fou,
Toutes les fenêtres sont claires,
Les prés sont pleins de primevères,
On voit des nouveautés partout.
Oh! regarde, une branche verte!
Ses feuilles sortent de l’étui!
Une tulipe s’est ouverte…
Ce soir, il ne fera pas nuit,
Les oiseaux chantent à tue-tête,
Et tous les enfants sont contents
On dirait que c’est une fête…
Ah! que c’est joli le printemps!

Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945)

 C’EST LE JOLI PRINTEMPS

C’est le joli printemps
Qui fait sortir les filles,
C’est le joli printemps
Qui fait briller le temps.

J’y vais à la fontaine,
C’est le joli printemps,
Trouver celle qui m’aime,
Celle que j’aime tant.

C’est dans le mois d’avril
Qu’on promet pour longtemps,
C’est le joli printemps,
Qui fait sortir les filles,

La fille et le galant,
Pour danser le quadrille.
C’est le joli printemps
Qui fait briller le temps.

Aussi, profitez-en,
Jeunes gens, jeunes filles;
C’est le joli printemps
Qui fait briller le temps.

Car le joli printemps,
C’est le temps d’une aiguille.
Car le joli printemps
Ne dure pas longtemps.

Maurice Fombeure (1906-1981) « À dos d’oiseau » – Gallimard

Roses roses
    « Roses roses » © Laurence Maron

POUR HÂTER LE RETOUR DU PRINTEMPS

Voici revenir le Printemps,
Qui chasse les Frimas moroses.
J’ouvre mon cœur à deux battants
Au Roi-Soleil, père des Roses.
Je guette l’horizon vermeil,
Et faites-y de longues pauses,
Mon beau Soleil !

Déjà les oiseaux querelleurs
Sur les rameaux boivent les sèves.
Écoutons les merles siffleurs !
Les forêts s’emplissent de rêves.
Je veux me mettre à l’unisson:
Entrez chez moi, jeune Chanson ;
Faites sonner les heures brèves,
Douce Chanson !

Déjà fleurissent les lilas
En lourdes grappes violettes.
Les charmeuses à falbalas
Jettent au zéphyr leurs voilettes :
Prenez le chemin le plus court,
Entrez chez moi, Seigneur Amour,
Rois des femmes et des athlètes,
Ô bel Amour !

Émile Goudeau (1849-1906)

______________________________________________________________________________
Blog du DS45

PUISQUE MAI TOUT EN FLEURS DANS LES PRES NOUS RECLAME

Puisque mai tout en fleurs dans les prés nous réclame,
Viens ! ne te lasse pas de mêler à ton âme
La campagne, les bois, les ombrages charmants,
Les larges clairs de lune au bord des flots dormants,
Le sentier qui finit où le chemin commence,
Et l’air et le printemps et l’horizon immense,
L’horizon que ce monde attache humble et joyeux
Comme une lèvre au bas de la robe des cieux !
Viens ! et que le regard des pudiques étoiles
Qui tombe sur la terre à travers tant de voiles,
Que l’arbre pénétré de parfums et de chants,
Que le souffle embrasé de midi dans les champs,
Et l’ombre et le soleil et l’onde et la verdure,
Et le rayonnement de toute la nature
Fassent épanouir, comme une double fleur,
La beauté sur ton front et l’amour dans ton coeur !

Victor Hugo (1802-1885) « Les chants du crépuscule »

tulipes

L’HYMNE AU PRINTEMPS

Les blés sont mûrs et la terre est mouillée
Les grands labours dorment sous la gelée
L’oiseau si beau, hier, s’est envolé
La porte est close sur le jardin fané…

Comme un vieux râteau oublié
Sous la neige je vais hiverner
Photos d’enfants qui courent dans les champs
Seront mes seules joies pour passer le temps

Mes cabanes d’oiseaux sont vidées
Le vent pleure dans ma cheminée
Mais dans mon cœur je m’en vais composer
L’hymne au printemps pour celle qui m’a quitté

Quand mon amie viendra par la rivière
Au mois de mai, après le dur hiver
Je sortirai, bras nus, dans la lumière
Et lui dirai le salut de la terre…

Vois, les fleurs ont recommencé
Dans l’étable crient les nouveau-nés
Viens voir la vieille barrière rouillée
Endimanchée de toiles d’araignée

Les bourgeons sortent de la mort
Papillons ont des manteaux d’or
Près du ruisseau sont alignées les fées
Et les crapauds chantent la liberté
Et les crapauds chantent la liberté …

Félix Leclerc

JPEG - 513.6 ko - next picture

PRINTEMPS OUBLIE

Ce beau printemps qui vient de naître
A peine goûté va finir ;
Nul de nous n’en fera connaître
La grâce aux peuples à venir.

Nous n’osons plus parler des roses :
Quand nous les chantons, on en rit ;
Car des plus adorables choses
Le culte est si vieux qu’il périt.

Les premiers amants de la terre
Ont célébré Mai sans retour,
Et les derniers doivent se taire,
Plus nouveaux que leur propre amour.

Rien de cette saison fragile
Ne sera sauvé dans nos vers,
Et les cytises de Virgile
Ont embaumé tout l’univers.

Ah ! frustrés par les anciens hommes,
Nous sentons le regret jaloux
Qu’ils aient été ce que nous sommes,
Qu’ils aient eu nos cœurs avant nous.

René-François Sully Prudhomme (« Stances et poèmes« )
Fleur violette violets  violettes 1513

IMPRESSION DE PRINTEMPS

Il est des jours – avez-vous remarqué ? –
Où l’on se sent plus léger qu’un oiseau,
Plus jeune qu’un enfant, et, vrai ! plus gai
Que la même gaieté d’un damoiseau.

L’on se souvient sans bien se rappeler …
Évidemment l’on rêve, et non, pourtant.
L’on semble nager et l’on croirait voler.
L’on aime ardemment sans amour cependant

Tant est léger le cœur sous le ciel clair
Et tant l’on va, sûr de soi, plein de foi
Dans les autres, que l’on trompe avec l’air
D’être plutôt trompé gentiment, soi.

La vie est bonne et l’on voudrait mourir,
Bien que n’ayant pas peur du lendemain,
Un désir indécis s’en vient fleurir,
Dirait-on, au cœur plus et moins qu’humain.

Hélas ! faut-il que meure ce bonheur ?
Meurent plutôt la vie et son tourment !
Ô dieux cléments, gardez-moi du malheur
D’à jamais perdre un moment si charmant.

Paul Verlaine

Cerisier en fleur

LA DAME DE PRINTEMPS

Ses longs cheveux d’aurore ogivant son front lisse,
la dame de printemps, en un songe éternel,
au bord du lac où sonnent les cors d’Avenel
mire les fleurs de sa robe de haute lisse.

Parmi l’avril épars, et les tièdes délices,
limpide, elle sourit à l’azur fraternel.
Ses yeux ont la couleur du lac originel,
et son corps se balance au rythme des calices.

L’étendard bleu frissonne au vent sur les tourelles :
or le doux mal qui chante au coeur des tourterelles
en son coeur berce un rêve ineffable à saisir.

C’est la langueur d’aimer qui brame sur la berge,
et de ses longues mains, elle flatte, la vierge,
à ses pieds allongé son tigre, le désir.

Albert Samain (1858-1900) « Le Chariot d’or« 

Publicités

Poésie en couleurs (L’Automne et l’Hiver)

POESIE AUX COULEURS DES SAISONS

LES COULEURS DE L’AUTOMNE :

https://i2.wp.com/oi53.tinypic.com/rc4g35.jpg

Stephane Grappelli & Yehudi Menuhin –

L’automne et la chanson de Prévert – Vidéo Dailymotion

Antonio VivaldiAutumn 1 – Performed by Nigel KennedyYouTube

Nigel Kennedy, VIVALDIAutumn IIYouTube

Léo FerréChanson d’automne (Verlaine) – YouTube

________________________________________________________________

Les soleils de septembre

Sous ces rayons cléments des soleils de septembre
Le ciel est doux, mais pâle, et la terre jaunit.
Dans les forêts la feuille a la couleur de l’ambre ;
L’oiseau ne chante plus sur le bord de son nid.

Du toit des laboureurs ont fui les hirondelles ;
La faucille a passé sur l’épi d’or des blés ;
On n’entend plus dans l’air des frémissements d’ailes :
Le merle siffle seul au fond des bois troublés.

La mousse est sans parfum, les herbes sans mollesse ;
Le jonc sur les étangs se penche soucieux ;
Le soleil, qui pâlit, d’une tiède tristesse
Emplit au loin la plaine et les monts et les cieux.

Les jours s’abrègent ; l’eau qui court dans la vallée
N’a plus ces joyeux bruits qui réjouissaient l’air :
Il semble que la terre, et frileuse et voilée,
Dans ses premiers frissons sente arriver l’hiver.

Ô changeantes saisons ! ô lois inexorables !
De quel deuil la nature, hélas ! va se couvrir !
Soleils des mois heureux, printemps irréparables,
Adieu ! ruisseaux et fleurs vont se taire et mourir.

Mais console-toi, terre ! ô Nature ! ô Cybèle !
L’hiver est un sommeil et n’est point le trépas :
Les printemps reviendront te faire verte et belle ;
L’homme vieillit et meurt, toi, tu ne vieillis pas !

Tu rendras aux ruisseaux, muets par la froidure,
Sous les arceaux feuillus leurs murmures chanteurs ;
Aux oiseaux tu rendras leurs nids dans la verdure ;
Aux lilas du vallon tu rendras ses senteurs.

Ah ! des germes captifs quand tu fondras les chaînes,
Quand, de la sève à flots épanchant la liqueur,
Tu feras refleurir les roses et les chênes,
Ô Nature ! avec eux fais refleurir mon cœur !

Rends à mon sein tari les poétiques sèves,
Verse en moi les chaleurs dont l’âme se nourrit,
Fais éclore à mon front les gerbes de mes rêves,
Couvre mes rameaux nus des fleurs de mon esprit.

Sans l’ivresse des chants, ma haute et chère ivresse,
Sans le bonheur d’aimer, que m’importent les jours !
Ô soleils! ô printemps ! je ne veux la jeunesse
Que pour toujours chanter, que pour aimer toujours !

Auguste Lacaussade

Dahlia

Chanson d’automne (extrait)

Déjà plus d’une feuille sèche
Parsème les gazons jaunis ;
Soir et matin, la brise est fraîche,
Hélas ! les beaux jours sont finis !

On voit s’ouvrir les fleurs que garde
Le jardin, pour dernier trésor :
Le dahlia met sa cocarde
Et le souci sa toque d’or.

La pluie au jardin fait des bulles ;
Les hirondelles sur le toit
Tiennent des conciliabules :
Voici l’hiver, voici le froid !
(…)

Théophile GAUTIER (1811-1872) Émaux et camées

https://i1.wp.com/www.fond-decran.org/coucherdesoleil/soleil10.jpg

Voici que la saison décline,
L’ombre grandit, l’azur décroît,
Le vent fraîchit sur la colline,
L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

Août contre septembre lutte ;
L’océan n’a plus d’alcyon ;
Chaque jour perd une minute,
Chaque aurore pleure un rayon.

La mouche, comme prise au piège,
Est immobile à mon plafond ;
Et comme un blanc flocon de neige,
Petit à petit, l’été fond.

Victor Hugo (recueil dernière gerbe)

Le bel automne est revenu

À pas menus, menus,
Le bel automne est revenu
Dans le brouillard, sans qu’on s’en doute,
Il est venu par la grand’route
Habillé d’or et de carmin.
Et tout le long de son chemin,
Le vent bondit, les pommes roulent,
Il pleut des noix, les feuilles croulent.
Ne l’avez-vous pas reconnu ?
Le bel automne est revenu.

Raymond RICHARD

Vendange

Les vendangeurs lassés ayant rompu leurs lignes,
Des voix claires sonnaient à l’air vibrant du soir
Et les femmes, en chœur, marchant vers le pressoir,
Mêlaient à leurs chansons des appels et des signes.

C’est par un ciel pareil, tout blanc du vol des cygnes,
Que, dans Naxos fumant comme un rouge encensoir,
La Bacchanale vit la Crétoise s’asseoir
Auprès du beau Dompteur ivre du sang des vignes.

Aujourd’hui, brandissant le thyrse radieux,
Dionysos vainqueur des bêtes et des Dieux
D’un joug enguirlandé n’étreint plus les panthères ;

Mais, fille du soleil, l’Automne enlace encor
Du pampre ensanglanté des antiques mystères
La noire chevelure et la crinière d’or.

José Maria de Heredia

https://i2.wp.com/www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0482/m101104_016447_p.jpg

Voici que la saison décline

Voici que la saison décline,
L’ombre grandit, l’azur décroît,
Le vent fraîchit sur la colline,
L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

Août contre septembre lutte ;
L’océan n’a plus d’alcyon ;
Chaque jour perd une minute,
Chaque aurore pleure un rayon.

La mouche, comme prise au piège,
Est immobile à mon plafond ;
Et comme un blanc flocon de neige,
Petit à petit, l’été fond

Victor HUGO (1802-1885) (Recueil : Dernière gerbe)
https://i0.wp.com/www.mediaunautreregard.com/wp-content/uploads/2009/08/marron.jpg

L’automne

On voit tout le temps, en automne,
Quelque chose qui vous étonne,
C’est une branche, tout à coup,
Qui s’effeuille dans votre cou.

C’est un petit arbre tout rouge,
Un, d’une autre couleur encor,
Et puis, partout, ces feuilles d’or
Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison,
Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.

Lucie DELARUE-MARDRUS (1874-1945)

https://i0.wp.com/patrimoine-lacreche.pagesperso-orange.fr/photos/nature/Mellet/Mellet%20automne/Animaux/rouge%20gorge%20feuilles%20automne.jpg

Le rouge-gorge

Le rouge-gorge est au verger ;
Ah ! qu’il est joli, le voleur ;
Il ne pèse pas plus que plume
Et le vent le balance à son gré
Comme une fleur ;
Ah ! qu’il est joli, le voleur de prunes.

Oiseau, bel oiseau d’automne,
Voici l’oseille qui rougit
Dans l’herbe,
Et la feuille du poirier jaune ;
Tout se couvre de pourpre et de vieil or superbe
Avant l’hiver gris.

Tristan Klingsor

Cliquer pour voir l'image en taille réelle

La danseuse aux mille pieds

La danseuse aux mille pieds
Qui revient quand on s’ennuie,
Lorsque les rondins mouillés,
Sur les deux chenets rouillés,
Pleurent noir comme la suie,

C’est la pluie,
C’est la pluie.

La danseuse aux mille pieds
Qui revient quand on s’ennuie,
Quand les beaux jours oubliés,
Dans les bois et les sentiers,
Pleurent l’hirondelle enfuie,

C’est la pluie,
C’est la pluie.

La danseuse aux mille pieds
Qui revient quand on s’ennuie,
Qui danse des jours entiers,
Dans nos âmes, sans pitié,
Le ballet des songeries,

C’est la pluie,
C’est la pluie.

La danseuse aux mille pieds
Qui revient quand on s’ennuie,
Quand les cœurs humiliés,
À l’automne résignés,
Se souviennent de la vie,

C’est la pluie,
C’est la pluie.

Francis Yard (« Le roi octobre et la danseuse aux mille pieds« ) – 1930


Douceur de novembre

Apprécions les feuillages flamboyants de l’automne

Avant que ne reviennent les frimas hivernaux.

Goûtons cette douceur de novembre qui s’étonne

Car bientôt viendra l’hiver et ses maux.

Mais quand l’or se mêle au pourpre et l’ocre à tous les jaunes

Pour embraser bois et frondaisons,

C’est aussi pour la faune

La mauvaise saison,

Celle de la chasse et des chiens aboyant.

Ce ne sont pas seulement les feuilles qui rougeoient

Et cela gâche un peu notre joie.

Mais côtoyant nos champs encore verdoyants

Sous des cieux d’un bleu étonnant,

Les rouges des cotinus répondent

A ceux des érables qui abondent,

Et l’arbre aux cent écus

Etale ses pièces d’or

Devant ce chêne qui a tant vécu

Et qui est presque mort.

Cette symphonie de couleurs allant du vert

Au rouge nous met la tête à l’envers.

Peu à peu toutefois, se dénudent les chênes,

Laissant ainsi les charmes apparaître.

Les trembles, peupliers et les hêtres

Attendent, eux, que le vent se déchaîne.

Profitons de ces instants de réconfort

Offerts par la Nature.

Jouissons du spectacle de cette belle ramure

Car bientôt il fera froid dehors.

JH

  Tuer pour le plaisir de la chasse est immoral et condamnable

DSC06213.JPG
  blog Nouvel Obs Challenges Sciences et Avenir

Matin d’octobre

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées ;
Mais ce n’est pas l’hiver encore.

Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.

François COPPÉE (1842-1908) Le Cahier rouge

pleine lune

Automne

Quand les bois ont les cheveux courts,
La lune ceint son abat-jour
De brume pâle

Et le vent vole et le vent court
En tournoyant comme un vautour
Sous les étoiles.

Pourquoi mon coeur es-tu si lourd
Quand les bois ont les cheveux courts ?

Rivé aux cailloux de la cour
Le lierre étreint dans ses doigts gourds
Une hirondelle.

Entends-tu dans le petit jour,
Le gel affûter ses tambours
Et ses chandelles ?

Quand les bois ont les cheveux courts
Pourquoi mon coeur es-tu si lourd ?

Pierre Coran

   Photo.Paysage.com : le blog

 Il fait novembre en mon âme

Rayures d’eau, longues feuilles couleur de brique,
Par mes plaines d’éternité comme il en tombe !
Et de la pluie et de la pluie – et la réplique
D’un gros vent boursouflé qui gonfle et qui se bombe
Et qui tombe, rayé de pluie en de la pluie.
Il fait novembre en mon âme
Feuilles couleur de ma douleur, comme il en tombe !
Par mes plaines d’éternité, la pluie
Goutte à goutte, depuis quel temps, s’ennuie,

Il fait novembre en mon âme –
Et c’est le vent du Nord qui clame
Comme une bête dans mon âme.
Feuilles couleur de lie et de douleur,
Par mes plaines et mes plaines comme il en tombe ;
Feuilles couleur de mes douleurs et de mes pleurs,
Comme il en tombe sur mon cœur !
Avec des loques de nuages,
Sur son pauvre oeil d’aveugle
S’est enfoncé, dans l’ouragan qui meugle,
Le vieux soleil aveugle.

Il fait novembre en mon âme –
Quelques osiers en des mares de limon veule
Et des cormorans d’encre en du brouillard,
Et puis leur cri qui s’entête, leur morne cri
Monotone, vers l’infini !
Il fait novembre en mon âme –
Une barque pourrit dans l’eau,
Et l’eau, elle est d’acier, comme un couteau,
Et des saules vides flottent, à la dérive,
Lamentables, comme des trous sans dents en des gencives.
Il fait novembre en mon âme –
Il fait novembre et le vent brame
Et c’est la pluie, à l’infini,
Et des nuages en voyages
Par les tournants au loin de mes parages
– Il fait novembre en mon âme –
Et c’est ma bête à moi qui clame,
Immortelle, dans mon âme !

Émile Verhaeren   (1855-1916)

http://poesie.webnet.fr/home/index.html

L’écureuil et la feuille

Un écureuil, sur la bruyère,
Se lave avec de la lumière.
Une feuille morte descend,
Doucement portée par le vent.

Et le vent balance la feuille
Juste au-dessus de l’écureuil ;

Le vent attend, pour la poser
Légèrement sur la bruyère,

Que l’écureuil soit remonté
Sur le chêne de la clairière

Où il aime à se balancer
Comme une feuille de lumière.

Maurice CARÊME (1899-1978)

Feuille d’automne

Feuille d’automne

Bijou vermeil

Qui tourbillonne

Dans le soleil,

Flambe l’automne

Pourpres et ors

Qui vermillonnent

Tel un trésor.

Feuille dansante

Dans le vent fou

Qui, frissonnante

Tombe à genoux

En la supplique

Des feux mourants,

Mélancoliques

Dans leurs tourments.

Sème l’automne

Sur les étangs

Combien s’étonne

Le cygne blanc

Qui, sous les aunes

S’en va glissant.

L’air monotone

Va s’imprégnant.

Dans les vallées

Au cœur saignant

Taches rouillées

Feuilles de sang,

Les feuilles mortes,

Les souvenirs

Vont en cohorte

Semblant s’unir.

Ces fleurs du rêve

Tombent en pleurs

Avec la sève

D’anciens bonheurs.

Les feuilles mortes,

Leurs parfums lourds

Ferment la porte

De nos amours.

Charlotte Serre

https://i2.wp.com/i43.tinypic.com/o77ccy.jpg

Ce que disent les hirondelles
Chanson d’automne

Déjà plus d’une feuille sèche
Parsème les gazons jaunis ;
Soir et matin, la brise est fraîche :
Hélas ! les beaux jours sont finis !

On voit s’ouvrir les fleurs que garde
Le jardin, pour dernier trésor :
Le dahlia met sa cocarde,
Et le souci sa toque d’or.

La pluie au bassin fait des bulles ;
Les hirondelles sur le toit
Tiennent des conciliabules :
Voici l’hiver, voici le froid !

Elles s’assemblent par centaines,
Se concertant pour le départ.
L’une dit : « Oh ! que dans Athènes
Il fait bon sur le vieux rempart !

« Tous les ans j’y vais et je niche
Aux métopes du Parthénon.
Mon nid bouche dans la corniche
Le trou d’un boulet de canon. »

L’autre : « J’ai ma petite chambre
À Smyrne, au plafond d’un café.
Les Hadjis comptent leurs grains d’ambre
Sur le seuil, d’un rayon chauffé.

« J’entre et je sors, accoutumée
Aux blondes vapeurs des chiboucks,
Et parmi les flots de fumée,
Je rase turbans et tarbouchs. »

Celle-ci : « J’habite un triglyphe
Au fronton d’un temple, à Balbeck ;
Je m’y suspends avec ma griffe
Sur mes petits au large bec. »

Celle-là : « Voici mon adresse :
Rhodes, palais des chevaliers ;
Chaque hiver, ma tente s’y dresse
Au chapiteau des noirs piliers. »

La cinquième : « Je ferai halte,
Car l’âge m’alourdit un peu,
Aux blanches terrasses de Malte,
Entre l’eau bleue et le ciel bleu. »

La sixième : « Qu’on est à l’aise
Au Caire, en haut des minarets !
J’empâte un ornement de glaise,
Et mes quartiers d’hiver sont prêts. »

« À la seconde cataracte, —
Fait la dernière, — j’ai mon nid ;
J’en ai noté la place exacte,
Dans le pschent d’un roi de granit. »

Toutes : « Demain, combien de lieues
Auront filé sous notre essaim,
Plaines brunes, pics blancs, mers bleues
Brodant d’écume leur bassin ! »

Avec cris et battements d’ailes,
Sur la moulure aux bords étroits,
Ainsi jasent les hirondelles,
Voyant venir la rouille aux bois.

Je comprends tout ce qu’elles disent,
Car le poète est un oiseau ;
Mais, captif, ses élans se brisent
Contre un invisible réseau !

Des ailes ! des ailes ! des ailes !
Comme dans le chant de Ruckert,
Pour voler là-bas, avec elles,
Au soleil d’or, au printemps vert !

Théophile Gautier

https://i2.wp.com/jardinage.provence.free.fr/images/orange_jardinage.jpg

L’automne des Canaries

Voycy les seuls côtaux, voycy les seuls valons
Où Bacchus et Pomone ont estably leur gloire ;
Jamais le riche honneur de ce beau territoire
Ne ressentit l’effort des rudes aquilons.

Les figues, les muscas, les pesches, les melons
Y couronnent ce dieu qui se delecte à boire;
Et les nobles palmiers, sacrez à la victoire,
S’y courbent sous des fruits qu’au miel nous esgalons.

Les cannes au doux suc, non dans les marescages,
Mais sur des flancs de roche, y forment des boccages
Dont l’or plein d’ambroisie eclatte et monte aux cieux.

L’orange en mesme jour y meurit et boutonne,
Et durant tous les mois on peut voir en ces lieux
Le printemps et l’esté confondus en l’autonne.

Marc-Antoine Girard de Saint Amant, 1649

Autumn paths / Chemins d'automne

Matin d’octobre

À Jules Breton.

Le soleil s’est levé rouge comme une sorbe
Sur un étang des bois : — il arrondit son orbe
Dans le ciel embrumé, comme un astre qui dort ;
Mais le voilà qui monte en éclairant la brume,
Et le premier rayon qui brusquement s’allume
A toute la forêt donne des feuilles d’or.Et sur les verts tapis de la grande clairière,
Ferme dans ses sabots, marche en pleine lumière
Une petite fille (elle a sept ou huit ans).
Avec un brin d’osier menant sa vache rousse,

Elle connaît déjà l’herbe fine qui pousse
Vive et drue, à l’automne, au bord frais des étangs.

Oubliant de brouter, parfois la grosse bête,
L’herbe aux dents, réfléchit et détourne la tête,
Et ses grands yeux naïfs, rayonnants de bonté,
Ont comme des lueurs d’intelligence humaine :
Elle aime à regarder cette enfant qui la mène,
Belle petite brune ignorant sa beauté.

Et, rencontrant la vache et la petite fille,
Un rouge-gorge en fête à plein cœur s’égosille ;
Et ce doux rossignol de l’arrière-saison,
Ebloui des effets sans connaître les causes,
Est tout surpris de voir aux églantiers des roses
Pour la seconde fois donnant leur floraison.

André Lemoyne – 1873

metal etang nesle jpg

Pensées d’automne

L’automne va finir : au milieu du ciel terne,
Dans un cercle blafard et livide que cerne
Un nuage plombé, le soleil dort ; du fond
Des étangs remplis d’eau monte un brouillard qui fond
Collines, champs, hameaux dans une même teinte ;
Sur les carreaux la pluie en larges gouttes tinte ;
La froide bise siffle ; un sourd frémissement
Sort du sein des forêts ; les oiseaux tristement,
Mêlant leurs cris plaintifs aux cris des bêtes fauves,
Sautent de branche en branche à travers les bois chauves,
Et semblent aux beaux jours envolés dire adieu.
Le pauvre paysan se recommande à Dieu,
Craignant un hiver rude ; et moi, dans les vallées
Quand je vois le gazon sous les blanches gelées
Disparaître et mourir, je reviens à pas lents
M’asseoir, le cœur navré, près des tisons brûlants,

Et là je me souviens du soleil de septembre
Qui donnait à la grappe un jaune reflet d’ambre,
Des pommiers du chemin pliant sous leur fardeau,
Et du trèfle fleuri, pittoresque rideau
S’étendant à longs plis sur la plaine rayée,
Et de la route étroite en son milieu frayée,
Et surtout des bleuets et des coquelicots,
Point de pourpre et d’azur dans l’or des blés égaux.

Théophile Gautier

La plaine
Après la moisson faite et tous les blés rentrés,
Quand depuis plus d’un mois les champs sont labourés,
Qu’il gèlera demain, et qu’une fois encore
L’Automne, du plus haut des coteaux qu’elle dore,
Se retourne en fuyant, le front dans un brouillard,
Oh ! que la plaine est triste autour du boulevard !
C’est au premier coup d’œil une morne étendue,
Sans couleur ; çà et là quelque maison perdue,
Murs frêles, pignons blancs en tuiles recouverts ;
Une haie à l’entour en buissons jadis verts ;
Point de fumée au toit ni de lueur dans l’âtre ;
De grands tas au rebords des carrières de plâtre ;
Des moulins qui n’ont rien à moudre, ou ne pouvant
Qu’à peine remuer leurs quatre ailes au vent,
Et loin, sur les coteaux, au-dessus des villages,
De longs bois couronnés de leurs derniers feuillages ;
Car, tandis que de l’arbre en la plaine isolé
Le beau feuillage au vent s’en est d’abord allé,
Les bois sur les coteaux, comme l’homme en famille,
Résistent plus longtemps : un pâle rayon brille
Sur ce front de verdure à demi desséché,
Quand pour d’autres déjà le soleil est couché.
Mais dans la plaine, quoi ? des jachères pierreuses,
Et de maigres sillons en veines malheureuses,
Que la bêche, à défaut de charrue, a creusés ;
Et sur des ceps flétris des échalas brisés ;
De la cendre par place, un reste de fumée,
Et le sol tout noirci de paille consumée ;
Parfois un pâtre enfant, à la main son pain bis,
Dans le chaume des blés paissant quelques brebis ;
À ses pieds son chien noir, regardant d’un air grave
Une vieille qui glane au champ de betterave.
Et de loin l’on entend la charrette crier
Sous le fumier infect, le fouet du voiturier,
De plus près les grillons sous l’herbe sans rosée,
Ou l’abeille qui meurt sur la ronce épuisée,
Ou craquer dans le foin un insecte sans nom ;
D’ailleurs personne là pour son plaisir, sinon
Des chasseurs, par les champs, regagnant leurs demeures,
Sans avoir aperçu gibier depuis six heures…
Moi pourtant je traverse encore à pas oisifs,
Et je m’en vais là-bas m’asseoir où sont les ifs.
Charles Augustin Sainte-Beuve
Les rayons de novembre
De grands nuages gris estompent l’horizon ;
Le soleil jette à peine un regard à la terre ;
Les feuilles et les fleurs roulent sur le gazon,
Et le torrent gonflé gronde comme un tonnerre.Adieu le soir serein ! adieu le matin clair !
Adieu le frais ombrage ! adieu les folles courses !
Adieu les voix d’oiseaux qui se croisent dans l’air !
Adieu le gazouillis des buissons et des sources !Plus de gais moissonneurs attroupés dans les blés !
Plus d’amoureux rêveurs assis sous les tonnelles !
Plus de concerts la nuit sur les flots étoilés !
Dans les prés et les bois plus de parfums, plus d’ailes !Mais parfois le soleil, déchirant les brouillards,
Verse des lueurs d’or sur les eaux et les chaumes…
Et nous croyons ouïr les oiseaux babillards,
Nous respirons partout de sauvages arômes.L’arbre nu nous paraît se rhabiller de vert :
Le vent attiédi joue avec ses rameaux souples ;
Et dans le creux du val, de feuilles recouvert,
Il nous semble encor voir errer de joyeux couples.Ainsi que la saison des fleurs et des amours,
Se sont évanouis mes rêves de jeunesse ;
Un nuage a passé tout à coup sur mes jours,
Dérobant un soleil qui me versait l’ivresse.Cependant quelquefois à travers mon ciel noir
Un reflet radieux glisse à mon front morose…
Alors dans le passé lumineux je crois voir
De mes bonheurs enfuis flotter l’image rose.Et puis devant mes yeux rayonne l’avenir ;
L’espérance renaît dans mon âme ravie…
Et le rayon qui brille un instant sur ma vie,
C’est celui que le cœur nomme le souvenir.
William Chapman
couchant-automne-3

Soleil couchant

Les ajoncs éclatants, parure du granit,
Dorent l’âpre sommet que le couchant allume ;
Au loin, brillante encor par sa barre d’écume,
La mer sans fin commence où la terre finit.

A mes pieds c’est la nuit, le silence. Le nid
Se tait, l’homme est rentré sous le chaume qui fume.
l’Angélus du soir, ébranlé dans la brume,
A la vaste rumeur de l’Océan s’unit.

Alors, comme du fond d’un abîme, des traînes,
Des landes, des ravins, montent des voix lointaines
De pâtres attardés ramenant le bétail.

L’horizon tout entier s’enveloppe dans l’ombre,
Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre,
Ferme les branches d’or de son rouge éventail.

José-Maria de Hérédia

19568_pomme_IMG_2794.JPG

La pomme

Bel automne
À moi tes pommes,
Qui sont rougeaudes comme joues de jeune vierge !
J’y veux mordre à pleines dents ;
J’y veux boire à pleines lèvres :
Bel automne,
À moi tes pommes
Pour le pressoir qui les attend !
J’en veux faire éclater la fine chair
Entre les mâchoires de fer ;
J’en veux tirer la liqueur blonde ;
À grand effort de vis et de levier,
J’en veux faire jaillir une source de songe !
Pour défier
L’ennui de l’hiver et des mois sombres,
Rien ne vaut une cave pleine et froment au grenier.

Bel automne
À moi tes pommes !
Aux glèbes fraîches,
Mon blé germe :
Qu’importe le passé ? J’ai semé l’avenir.
Les feuilles sèches,
Au gré du vent peuvent courir
Dans la brume des soirs ternes ;

Si j’ai du cidre
En mon cellier,
Il m’est permis d’oublier
L’angoisse même de vivre,
L’angoisse de marcher ployé,
Et d’être si peu, si peu libre !

Philéas Lebesgue (« Les Servitudes » – 1913)

https://i0.wp.com/www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0482/m101104_016464_p.jpg   Tableau d’Armand Charnay (chrysanthèmes sous la pluie)

Chanson d’automne

Les hirondelles sont parties.

Le brin d’herbe a froid sur les toits :

Il pleut sur les touffes d’orties.

Bon bûcheron, coupe du bois.

Les hirondelles sont parties.

L’air est dur, le logis est bon ;

Il pleut sur les touffes d’orties.

Bon charbonnier, fais du charbon.

Les hirondelles sont parties.

L’été fuit à pas inégaux ;

Il pleut sur les touffes d’orties.

Bon fagotier, fais des fagots.

Les hirondelles sont parties.

Bonjour hiver ! Bonsoir ciel bleu !

Il pleut sur les touffes d’orties.

Vous qui mourez, faites du feu.

Victor Hugo

https://i1.wp.com/www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0482/m101104_016347_p.jpg  Tableau d’Armand Charnay ‘chasseur à l’orée du bois’ ______________________________________________________

  Chanson des escargots qui vont à l’enterrement

À l’enterrement d’une feuille morte
Deux escargots s’en vont
Ils ont la coquille noire
Du crêpe autour des cornes
Ils s’en vont dans le soir
Un très beau soir d’automne
Hélas quand ils arrivent
C’est déjà le printemps
Les feuilles qui étaient mortes
Sont toutes ressuscitées
Et les deux escargots
Sont très désappointés
Mais voilà le soleil
Le soleil qui leur dit
Prenez prenez la peine
La peine de vous asseoir
Prenez un verre de bière
Si le coeur vous en dit
Prenez si ça vous plaît
L’autocar pour Paris
Il partira ce soir
Vous verrez du pays
Mais ne prenez pas le deuil
C’est moi qui vous le dit
Ça noircit le blanc de l’oeil
Et puis ça enlaidit
Les histoires de cercueils
C’est triste et pas joli
Reprenez vos couleurs
Les couleurs de la vie
Alors toutes les bêtes
Les arbres et les plantes
Se mettent à chanter
À chanter à tue-tête
La vraie chanson vivante
La chanson de l’été
Et tout le monde de boire
Tout le monde de trinquer
C’est un très joli soir
Un joli soir d’été
Et les deux escargots
S’en retournent chez eux
Ils s’en vont très émus
Ils s’en vont très heureux
Comme ils ont beaucoup bu
Ils titubent un petit peu
Mais là-haut dans le ciel
La Lune veille sur eux.

Jacques Prévert (« Paroles »)

Automne

Voici venu le froid radieux de septembre :
Le vent voudrait entrer et jouer dans les chambres ;
Mais la maison a l’air sévère, ce matin.
Et le laisse dehors qui sanglote au jardin,

Comme toutes les voix de l’été se sont tues !
Pourquoi ne met-on pas de mantes aux statues !
Tout est transi, tout tremble et tout a peur ; je crois
Que la bise grelotte et que l’eau même a froid.

Les feuilles dans le vent courent comme des folles ;
Elle voudraient aller où les oiseaux s’envolent,
Mais le vent les reprend et barre leur chemin :
Elles iront mourir sur les étangs, demain.

Le silence est léger et calme ; par minute,
Le vent passe au travers comme un joueur de flûte,
Et puis tout redevient encor silencieux,
Et l’Amour, qui jouait sous la bonté des cieux,

S’en revient pour chauffer, devant le feu qui flambe,
Ses mains pleines de froid et frileuses jambes,
Et le vieille maison qu’il va transfigurer,
Tressaille et s’attendrit de le sentir entrer.

Anna de Noailles (« Le Cœur innombrable »)

_____________________________________________________

Video : P. Tchaikovsky « Oktober » (autumn song) – Anna Likhacheva and Yury Likhachev

P. Tchaikovsky « Oktober » (autumn song) – Anna

_______________________________________________________

POESIE HIVERNALE :

Soir d’hiver d’Émile Nelligan chanté par Claude Léveillée – YouTube

Lac S-Louis, Saint-Zénon, Québec, vu du Nord. Photo Loup Kibiloki (source electrodes .wordpress.com)
____________________________________________________________________

(Emile Nigellan  est un poète quebecois célèbre, il a écrit tous ses poèmes entre 16 et 19 ans, symboliste ; il souffrit rapidement de graves troubles mentaux ; interné à 20 ans ; il passa 42 ans dans deux asiles différents, n’écrivant plus rien de neuf. (source http://www.frenchpeterpan.com)

_______________________________________________________________

Claude Léveillé – L’hiver

Baden Powell – Chanson d’hiverYouTube

Gilles Vigneault –  » Mon Pays  » (ce n’est pas un pays, c’est l’hiver

Vivaldi Les 4 Saisons 4 HiverYouTube

Henri Salvador: Jardin d’hiverYouTube

_______________________________________________________________

IL FAIT FROID

L’hiver blanchit le dur chemin

Tes jours aux méchants sont en proie.

La bise mord ta douce main ;

La haine souffle sur ta joie.

La neige emplit le noir sillon.

La lumière est diminuée…

Ferme ta porte à l’aquilon !

Ferme ta vitre à la nuée !

Et puis laisse ton coeur ouvert !

Le coeur, c’est la sainte fenêtre.

Le soleil de brume est couvert ;

Mais Dieu va rayonner peut-être !

Doute du bonheur, fruit mortel ;

Doute de l’homme plein d’envie ;

Doute du prêtre et de l’autel ;

Mais crois à l’amour, ô ma vie !

Crois à l’amour, toujours entier,

Toujours brillant sous tous les voiles !

A l’amour, tison du foyer !

A l’amour, rayon des étoiles !

Aime, et ne désespère pas.

Dans ton âme, où parfois je passe,

Où mes vers chuchotent tout bas,

Laisse chaque chose à sa place.

La fidélité sans ennui,

La paix des vertus élevées,

Et l’indulgence pour autrui,

Eponge des fautes lavées.

Dans ta pensée où tout est beau,

Que rien ne tombe ou ne recule.

Fais de ton amour ton flambeau.

On s’éclaire de ce qui brûle.

A ces démons d’inimitié

Oppose ta douceur sereine,

Et reverse leur en pitié

Tout ce qu’ils t’ont vomi de haine.

La haine, c’est l’hiver du coeur.

Plains-les ! mais garde ton courage.

Garde ton sourire vainqueur ;

Bel arc-en-ciel, sors de l’orage !

Garde ton amour éternel.

L’hiver, l’astre éteint-il sa flamme ?

Dieu ne retire rien du ciel ;

Ne retire rien de ton âme !

Victor Hugo

_______________________________________________________________
migration de oies

_______________________________________________________________

LES OIES SAUVAGES

Tout est muet, l’oiseau ne jette plus ses cris.
La morne plaine est blanche au loin sous le ciel gris.
Seuls, les grands corbeaux noirs, qui vont cherchant leurs proies,
Fouillent du bec la neige et tachent sa pâleur.

Voilà qu’à l’horizon s’élève une clameur ;
Elle approche, elle vient, c’est la tribu des oies.
Ainsi qu’un trait lancé, toutes, le cou tendu,
Allant toujours plus vite, en leur vol éperdu,
Passent, fouettant le vent de leur aile sifflante.

Le guide qui conduit ces pèlerins des airs
Delà les océans, les bois et les déserts,
Comme pour exciter leur allure trop lente,
De moment en moment jette son cri perçant.

Comme un double ruban la caravane ondoie,
Bruit étrangement, et par le ciel déploie
Son grand triangle ailé qui va s’élargissant.

Mais leurs frères captifs répandus dans la plaine,
Engourdis par le froid, cheminent gravement.
Un enfant en haillons en sifflant les promène,
Comme de lourds vaisseaux balancés lentement.
Ils entendent le cri de la tribu qui passe,
Ils érigent leur tête ; et regardant s’enfuir
Les libres voyageurs au travers de l’espace,
Les captifs tout à coup se lèvent pour partir.
Ils agitent en vain leurs ailes impuissantes,
Et, dressés sur leurs pieds, sentent confusément,
A cet appel errant se lever grandissantes
La liberté première au fond du coeur dormant,
La fièvre de l’espace et des tièdes rivages.
Dans les champs pleins de neige ils courent effarés,
Et jetant par le ciel des cris désespérés
Ils répondent longtemps à leurs frères sauvages.

Guy de Maupassant, Des vers

________________________________________________________________

fond d'écran hiver

_______________________________________________________________

YVER, VOUS N’ESTES QU’UN VILLAIN

Yver, vous n’estes qu’un villain,
Esté est plaisant et gentil,
En tesmoing de May et d’Avril
Qui l’acompaignent soir et matin.

Esté revest champs, bois et fleurs
De sa livree de verdure,
Et de maintes autres couleurs,
Par l’ordonnance de Nature.

Mais, vous, Yver, trop estes plain
De nege, vent, pluye et grezil :
On vous deust bannir en essil.
Sans point flater, je parle plain,

Yver, vous n’estes qu’un villain !

Charles d’Orléans (1394-1465) -(vocabulaire modernisé)

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

La bise se rue à travers
Les buissons tout noirs et tout verts,
Glaçant la neige éparpillée,
Dans la campagne ensoleillée.
L’odeur est aigre près des bois,
L’horizon chante avec des voix,
Les coqs des clochers des villages
Luisent crûment sur les nuages,
C’est délicieux de marcher
À travers ce brouillard léger
Qu’un vent taquin parfois retrousse.
Ah ! fi de mon vieux feu qui tousse !
J’ai des fourmis plein les talons.
Debout, mon âme, vite, allons !
C’est le printemps sévère encore,
Mais qui par instants s’édulcore
D’un souffle tiède juste assez
Pour mieux sentir les froids passés
Et penser au Dieu de clémence…
Va, mon âme, à l’espoir immense !

Paul Verlaine (Sagesse II – III – XI)

_______________________________________________________________

Merle noir: photo M. Vergès

________________________________________________________

LE MERLE

Un oiseau siffle dans les branches
Et sautille gai, plein d’espoir,
Sur les herbes, de givre blanches,
En bottes jaunes, en frac noir.

C’est un merle, chanteur crédule,
Ignorant du calendrier,
Qui rêve soleil, et module
L’hymne d’avril en février.

Pourtant il vente, il pleut à verse ;
L’Arve jaunit le Rhône bleu,
Et le salon, tendu de perse,
Tient tous ses hôtes près du feu.

Les monts sur l’épaule ont l’hermine,
Comme des magistrats siégeant.
Leur blanc tribunal examine
Un cas d’hiver se prolongeant.

Lustrant son aile qu’il essuie,
L’oiseau persiste en sa chanson,
Malgré neige, brouillard et pluie,
Il croit à la jeune saison.

Il gronde l’aube paresseuse
De rester au lit si longtemps
Et, gourmandant la fleur frileuse,
Met en demeure le printemps.

Il voit le jour derrière l’ombre,
Tel un croyant, dans le saint lieu,
L’autel désert, sous la nef sombre,
Avec sa foi voit toujours Dieu.

À la nature il se confie,
Car son instinct pressent la loi.
Qui rit de ta philosophie,
Beau merle, est moins sage que toi !

Théophile Gautier

______________________________________________________________________

fond d'écran hiver
____________________________________________________________________________

L’HIVER

C’est l’hiver sans parfums ni chants …
Dans le pré, des brins de verdure
Percent de leurs jets fléchissants
La neige étincelante et dure …

Quelques buissons gardent encor
Des feuilles dures et cassantes
Que le vent âpre et rude mord
Comme font les chèvres grimpantes.

Et les arbres silencieux
Que toute cette neige isole
Ont cessé de se faire entre eux
Leurs confidences bénévoles …

Bois feuillus qui, pendant l’été,
Au chaud des feuilles cotonneuses,
Avez connu les voluptés
Et les cris des huppes chanteuses,

Vous qui, dans la douce saison,
Respiriez la senteur des gommes,
Vous frissonnez à l’horizon
Avec des gestes qu’ont les hommes.

Vous êtes las, vous êtes nus,
Plus rien dans l’air ne vous protège,
Et vos cœurs, tendres ou chenus,
Se désespèrent sous la neige.

Et près de vous, frère orgueilleux,
Le sapin où le soleil brille
Balance les fruits écailleux
Qui luisent entre ses aiguilles …

Anna de Noailles (« Le Cœur innombrable » – 1901)

_______________________________________________________________________

aube d'hiver

_______________________________________________________________

FANTAISIES D’HIVER

I

Le nez rouge, la face blême,
Sur un pupitre de glaçons,
L’Hiver exécute son thème
Dans le quatuor des saisons.
Il chante d’une voix peu sûre
Des airs vieillots et chevrotants;
Son pied glacé bat la mesure
Et la semelle en même temps;

Et comme Haendel, dont la perruque
Perdait sa farine en tremblant,
Il fait envoler de sa nuque
La neige qui la poudre à blanc.

II

Dans le bassin des Tuileries,
Le cygne s’est pris en nageant,
Et les arbres, comme aux féeries,
Sont en filigrane d’argent.
Les vases ont des fleurs de givre,
Sous la charmille aux blancs réseaux;
Et sur la neige on voit se suivre
Les pas étoilés des oiseaux.

Au piédestal où, court-vêtue,
Vénus coudoyait Phocion,
L’Hiver a posé pour statue
La Frileuse de Clodion.

III

Les femmes passent sous les arbres
En martre, hermine et menu-vair,
Et les déesses, frileux marbres,
Ont pris aussi l’habit d’hiver.
La Vénus Anadyomène
Est en pelisse à capuchon;
Flore, que la brise malmène,
Plonge ses mains dans son manchon.

Et pour la saison, les bergères
De Coysevox et de Coustou,
Trouvant leurs écharpes légères,
Ont des boas autour du cou…

Théophile Gautier

_______________________________________________________________

 robert menut
_____________________________________________________________________
LUNE D’HIVER
A travers le réseau des branches que l’hiver
Trace avec la vigueur des dessins à la plume,
La lune, comme un feu qui dans le ciel s’allume,
Montait, luisant au bord du bois couleur de fer.Tu manquais à mon bras, mignonne, et ton pied cher
A qui marcher fait mal et qui n’a pas coutume
D’aller loin, sur la bande étroite du bitume
Ne faisait pas crier le sable fin et clair.Pourtant lent et distrait, sous cette grande allée,
Où le bruit de mes pas fait partir la volée
Des rêves vers le sourd abîme de l’azur,Je crus qu’auprès de moi palpitait quelque chose,
Et, me tournant pour voir rire ta bouche rose,
Je vis mon ombre longue et triste sur le mur.


Albert Mérat (1840-1909)

________________________________________________________________


LA NEIGE AU VILLAGE

Lente et calme, en grand silence,
Elle descend, se balance
Et flotte confusément,
Se balance dans le vide,
Voilant sur le ciel livide
L’église au clocher dormant.
Pas un soupir, pas un souffle,
Tout s’étouffe et s’emmitoufle
De silence recouvert…
C’est la paix froide et profonde
Qui se répand sur le monde,
La grande paix de l’hiver.

Francis Yard

________________________________________________________________

fond d'écran d'hiver
_____________________________________________________________________

NUITS D’HIVER

I

Comme la nuit tombe vite !
Le jour, en cette saison,
Comme un voleur prend la fuite,
S’évade sous l’horizon.

Il semble, ô soleil de Rome,
De l’Inde et du Parthénon,
Que, quand la nuit vient de l’homme
Visiter le cabanon,

Tu ne veux pas qu’on te voie,
Et que tu crains d’être pris
En flagrant délit de joie
Par la geôlière au front gris.

Pour les heureux en démence
L’âpre hiver n’a point d’effroi,
Mais il jette un crêpe immense
Sur celui qui, comme moi,

Rêveur, saignant, inflexible,
Souffrant d’un stoïque ennui,
Sentant la bouche invisible
Et sombre souffler sur lui,

Montant des effets aux causes,
Seul, étranger en tout lieu,
Réfugié dans les choses
Où l’on sent palpiter Dieu,

De tous les biens qu’un jour fane
Et dont rit le sage amer,
N’ayant plus qu’une cabane
Au bord de la grande mer,

Songe, assis dans l’embrasure,
Se console en s’abîmant,
Et, pensif, à sa masure
Ajoute le firmament !

Pour cet homme en sa chaumière,
C’est une amère douleur
Que l’adieu de la lumière
Et le départ de la fleur.

C’est un chagrin quand, moroses,
Les rayons dans les vallons
S’éclipsent, et quand les roses
Disent : Nous nous en allons !

……..
V

Oh ! Reviens ! printemps ! fanfare
Des parfums et des couleurs !
Toute la plaine s’effare
Dans une émeute de fleurs.

La prairie est une fête ;
L’âme aspire l’air, le jour,
L’aube, et sent qu’elle en est faite ;
L’azur se mêle à l’amour.

On croit voir, tant avril dore
Tout de son reflet riant,
Éclore au rosier l’aurore
Et la rose à l’orient.

Comme ces aubes de flamme
Chassent les soucis boudeurs !
On sent s’ouvrir dans son âme
De charmantes profondeurs.

On se retrouve heureux, jeune,
Et, plein d’ombre et de matin,
On rit de l’hiver, ce jeûne,
Avec l’été, ce festin.

Oh ! mon coeur loin de ces grèves
Fuit et se plonge, insensé,
Dans tout ce gouffre de rêves
Que nous nommons le passé !

Je revois mil huit cent douze,
Mes frères petits, le bois,
Le puisard et la pelouse,
Et tout le bleu d’autrefois.

Enfance ! Madrid ! campagne
Où mon père nous quitta !
Et dans le soleil, l’Espagne !
Toi dans l’ombre, Pepita !

Moi, huit ans, elle le double ;
En m’appelant son mari,
Elle m’emplissait de trouble… –
O rameaux de mai fleuri !

Elle aimait un capitaine ;
J’ai compris plus tard pourquoi,
Tout en l’aimant, la hautaine
N’était douce que pour moi.

Elle attisait son martyre
Avec moi, pour l’embraser,
Lui refusait un sourire
Et me donnait un baiser.

L’innocente, en sa paresse,
Se livrant sans se faner,
Me donnait cette caresse
Afin de ne rien donner.

Et ce baiser économe,
Qui me semblait généreux,
Rendait jaloux le jeune homme,
Et me rendait amoureux.

Il partait, la main crispée ;
Et, me sentant un rival,
Je méditais une épée
Et je rêvais un cheval.

Ainsi, du bout de son aile
Touchant mon coeur nouveau-né,
Gaie, ayant dans sa prunelle
Un doux regard étonné,

Sans savoir qu’elle était femme,
Et riant de m’épouser,
Cet ange allumait mon âme
Dans l’ombre avec un baiser.

Mal ou bien, épine ou rose,
A tout âge, sages, fous,
Nous apprenons quelque chose
D’un enfant plus vieux que nous.

Un jour la pauvre petite
S’endormit sous le gazon… –
Comme la nuit tombe vite
Sur notre sombre horizon !

Victor Hugo, Les quatre vents de l’esprit

________________________________________________________________

Fleurs de givre en Alsace________________________________________________________________

LES FLEURS DE GIVRE

Il fait froid. Les blizzards soufflent, et nul rayon
Ne dore des forêts les blancheurs infinies ;
Mais Noël sur nos seuils laissa comme un sillon
De clartés, de parfums, de paix et d’harmonies.

Et sur l’épais verglas des chemins boulineux,
Sur les trottoirs glissants et clairs comme l’agate,
Dans les logis obscurs, sous les toits lumineux,
L’allégresse loquace et tapageuse éclate.

En vain la neige à flots tombe des cieux brouillés,
En vain le grand réseau polaire nous enlace,
En vain le fouet du vent nous flagelle la face,
Nos cœurs ont la chaleur des bords ensoleillés.

Nos cœurs français n’ont rien des froideurs de la bise
Qui tord l’arbre souffrant et mort presque à moitié,
Et nous nous enivrons de la senteur exquise
Qu’épanche sur nos fronts l’arbre de l’Amitié.

Ce vif rayonnement de joie en tous sens brille
Et glisse jusqu’au gîte isolé du colon.
Aux tables des fricots le sel gaulois pétille,
Et tout un monde gigue au son du violon.

Les somptueux salons sont ruisselants de flammes,
Et sous le flamboiement des lustres de cristal,
Comme un écho divin, la musique du bal
Emporte en ses replis prestigieux les âmes.

Dans tout cercle du soir plus vive est la gaîté,
Pendant que sur les toits sanglote la rafale,
Ou qu’au ciel éclairci l’aurore boréale
Déroule les splendeurs de son voile enchanté.

William Chapman (1850-1917) L’année canadienne – janvier

______________________________________________________________________

Soirée au coin du feu_________________________________________________________________

LE COIN DU FEU

Que la pluie à déluge au long des toits ruisselle !
Que l’orme du chemin penche, craque et chancelle
Au gré du tourbillon dont il reçoit le choc !
Que du haut des glaciers l’avalanche s’écroule !
Que le torrent aboie au fond du gouffre, et roule
Avec ses flots fangeux de lourds quartiers de roc !

Qu’il gèle ! et qu’à grand bruit, sans relâche, la grêle
De grains rebondissants fouette la vitre frêle !
Que la bise d’hiver se fatigue à gémir !
Qu’importé ? n’ai-je pas un feu clair dans mon âtre,
Sur mes genoux un chat qui se joue et folâtre,
Un livre pour veiller, un fauteuil pour dormir ?

Théophile Gautier (premières poésies)

________________________________________________________________

IMG_7624

_______________________________________________________________

QUE J’AIME LE PREMIER FRISSON D’HIVER !

Que j’aime le premier frisson d’hiver ! le chaume,
Sous le pied du chasseur, refusant de ployer !
Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume,
Au fond du vieux château s’éveille le foyer ;

C’est le temps de la ville. – Oh ! lorsque l’an dernier,
J’y revins, que je vis ce bon Louvre et son dôme,
Paris et sa fumée, et tout ce beau royaume
(J’entends encore au vent les postillons crier),

Que j’aimais ce temps gris, ces passants, et la Seine
Sous ses mille falots assise en souveraine !
J’allais revoir l’hiver. – Et toi, ma vie, et toi !

Oh ! dans tes longs regards j’allais tremper mon âme
Je saluais tes murs. – Car, qui m’eût dit, madame,
Que votre coeur sitôt avait changé pour moi ?

Alfred de Musset

_______________________________________________________________

fond d'écran neige
____________________________________________________________________

PAYSAGE FAUVE

Les arbres comme autant de vieillards rachitiques,
Flanqués vers l’horizon sur les escarpements,
Tordent de désespoir leurs torses fantastiques,
Ainsi que des damnés sous le fouet des tourments.

C’est l’Hiver ; c’est la Mort ; sur les neiges arctiques,
Vers le bûcher qui flambe aux lointains campements,
Les chasseurs vont frileux sous leurs lourds vêtements,
Et galopent, fouettant leurs chevaux athlétiques.

La bise hurle ; il grêle ; il fait nuit, tout est sombre ;
Et voici que soudain se dessine dans l’ombre
Un farouche troupeau de grands loups affamés ;

Ils bondissent, essaims de fauves multitudes,
Et la brutale horreur de leurs yeux enflammés,
Allume de points d’or les blanches solitudes.

Emile Nelligan (1879-1941) poète québécois

_______________________________________________________________

8

DANS L’INTERMINABLE ENNUI DE LA PLAINE…

Dans l’interminable
Ennui de la plaine,
La neige incertaine
Luit comme du sable.

Le ciel est de cuivre
Sans lueur aucune,
On croirait voir vivre
Et mourir la lune.

Comme des nuées
Flottent gris les chênes
Des forêts prochaines
Parmi les buées.

Le ciel est de cuivre
Sans lueur aucune.
On croirait voir vivre
Et mourir la lune.

Corneille poussive
Et vous, les loups maigres,
Par ces bises aigres
Quoi donc vous arrive ?

Dans l’interminable
Ennui de la plaine
La neige incertaine
Luit comme du sable.

Paul Verlaine, Romances sans paroles (1874)

________________________________________________________________

Sapins enneigés

________________________________________________________________

LES SAPINS

Les sapins en bonnets pointus
De longues robes revêtus
Comme des astrologues
Saluent leurs frères abattus
Les bateaux qui sur le Rhin voguent

Dans les sept arts endoctrinés
Par les vieux sapins leurs aînés
Qui sont de grands poètes
Ils se savent prédestinés
À briller plus que des planètes

À briller doucement changés
En étoiles et enneigés
Aux Noëls bienheureuses
Fêtes des sapins ensongés
Aux longues branches langoureuses

Les sapins beaux musiciens
Chantent des noëls anciens
Au vent des soirs d’automne
Ou bien graves magiciens
Incantent le ciel quand il tonne

Des rangées de blancs chérubins
Remplacent l’hiver les sapins
Et balancent leurs ailes
L’été ce sont de grands rabbins
Ou bien de vieilles demoiselles

Sapins médecins divagants
Ils vont offrant leurs bons onguents
Quand la montagne accouche
De temps en temps sous l’ouragan
Un vieux sapin geint et se couche.

Guillaume Apollinaire (« Alcools« )

________________________________________________________________

fond d'écran hiver

________________________________________________________

Claire fontaine

Claire fontaine où rossignole
Un rossignol jamais lassé,
N’es-tu pas le charmant symbole
D’un cher passé ?

Source de fraîche mélodie,
Qui fait fleurir, sous nos frimas,
Ce rosier blanc de Normandie,
Qui ne meurt pas !

À ce bouton de rose blanche,
L’hiver ne fut jamais fatal,
Non plus qu’au chêne qui se penche
Sur ton cristal.

Oh ! c’est une peine immortelle
Qui s’épanche, en larmes d’amour,
Dans la naïve ritournelle
De l’ancien jour.

C’est un reflet des ciels de France,
Ô fontaine, que tu fais voir,
Dans la limpide transparence
De ton miroir.

Charles-Nérée Beauchemin (1850-1931) poète québécois

vitre givré

_________________________________________________________________

LE GIVRE

Mon dieu comme ils sont beaux
Les tremblants animaux
Que le givre a fait naître
La nuit sur ma fenêtre !

Ils broutent des fougères
dans un bois plein d’étoiles,
Et l’on voit la lumière
À travers leur corps pâles.

Il y a un chevreuil
Qui me connaît déjà ;
Il soulève pour moi
Son front d’entre les feuilles,

Et quand il me regarde,
Ses grands yeux sont si doux
Que je sens mon cœur battre
Et trembler mes genoux.

Laissez-moi, ô décembre !
Ce chevreuil merveilleux.
Je resterai sans feu
Dans ma petite chambre.

Maurice Carême

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

SOIR D’HIVER

Ciel de brume ; la tempête
Tourbillonne en flocons blancs,
Vient hurler comme une bête,
Ou gémit comme un enfant,
Et soufflant soudain pénètre
Dans le vieux chaume avec bruit,
Elle frappe à la fenêtre,
Voyageur pris par la nuit.

La chaumière est triste et sombre,
Chère vieille, qu’as-tu donc
A rester dans la pénombre,
Sans plus dire ta chanson ?
C’est la bise qui résonne
Et, hurlant, t’abasourdit ?
Ou la ronde monotone
Du fuseau qui t’assoupit ?

Mais buvons, compagne chère
D’une enfance de malheur !
Noyons tout chagrin ! qu’un verre
Mette de la joie au cœur !
Chante comme l’hirondelle,
Doucement vivait au loin ;
Chante-moi comme la belle
Puisait l’eau chaque matin.

Ciel de brume ; la tempête
Tourbillonne en flocons blancs,
Vient hurler comme une bête
Ou gémit comme un enfant.
Mais buvons, compagne chère
D’une enfance de malheur !
Noyons tout chagrin ! qu’un verre
Mette de la joie au cœur !

Alexandre Pouchkine

_______________________________________________________________

fond d'écran hiver

_______________________________________________________________

DECEMBRE

(Les hôtes)

– Ouvrez, les gens, ouvrez la porte,
je frappe au seuil et à l’auvent,
ouvrez, les gens, je suis le vent,
qui s’habille de feuilles mortes.

– Entrez, monsieur, entrez, le vent,
voici pour vous la cheminée
et sa niche badigeonnée ;
entrez chez nous, monsieur le vent.

– Ouvrez, les gens, je suis la pluie,
je suis la veuve en robe grise
dont la trame s’indéfinise,
dans un brouillard couleur de suie.

– Entrez, la veuve, entrez chez nous,
entrez, la froide et la livide,
les lézardes du mur humide
s’ouvrent pour vous loger chez nous.

– Levez, les gens, la barre en fer,
ouvrez, les gens, je suis la neige,
mon manteau blanc se désagrège
sur les routes du vieil hiver.

– Entrez, la neige, entrez, la dame,
avec vos pétales de lys
et semez-les par le taudis
jusque dans l’âtre où vit la flamme.

Car nous sommes les gens inquiétants
qui habitent le Nord des régions désertes,
qui vous aimons – dites, depuis quels temps ? –
pour les peines que nous avons par vous souffertes.

Emile Verhaeren

_______________________________________________________________

fond d'écran 3D Hiver
____________________________________________________________________

NUIT DE NEIGE

La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois.

Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes.
L’hiver s’est abattu sur toute floraison ;
Des arbres dépouillés dressent à l’horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

La lune est large et pâle et semble se hâter.
On dirait qu’elle a froid dans le grand ciel austère.
De son morne regard elle parcourt la terre,
Et, voyant tout désert, s’empresse à nous quitter.

Et froids tombent sur nous les rayons qu’elle darde,
Fantastiques lueurs qu’elle s’en va semant ;
Et la neige s’éclaire au loin, sinistrement,
Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
Eux, n’ayant plus l’asile ombragé des berceaux,
Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
De leur oeil inquiet ils regardent la neige,
Attendant jusqu’au jour la nuit qui ne vient pas.

Guy de Maupassant, Des vers

______________________________________________________________

_______________________________________________________________

L’OISEAU CAPTIF

Depuis de si longs jours prisonnier, tu t’ennuies,
Pauvre oiseau, de ne voir qu’intarissables pluies
De filets gris rayant un ciel noir et brumeux,
Que toits aigus baignés de nuages fumeux.
Aux gémissements sourds du vent d’hiver qui passe
Promenant la tourmente au milieu de l’espace,
Tu n’oses plus chanter ; mais vienne le printemps
Avec son soleil d’or aux rayons éclatants,
Qui d’un regard bleuit l’émail du ciel limpide,
Ramène d’outre-mer l’hirondelle rapide
Et jette sur les bois son manteau velouté,
Alors tu reprendras ta voix et ta gaîté ;
Et si, toujours constant à ta douleur austère,
Tu regrettais encor la forêt solitaire,
L’orme du grand chemin, le rocher, le buisson,
La campagne que dore une jaune moisson,
La rivière, le lac aux ondes transparentes,
Que plissent en passant les brises odorantes,

Je t’abandonnerais à ton joyeux essor.
Tous les deux cependant nous avons même sort,
Mon âme est comme toi : de sa cage mortelle
Elle s’ennuie, hélas ! et souffre, et bat de l’aile ;
Elle voudrait planer dans l’océan du ciel,
Ange elle-même, suivre un ange Ithuriel,
S’enivrer d’infini, d’amour et de lumière,
Et remonter enfin à la cause première.
Mais, grand Dieu ! quelle main ouvrira sa prison,
Quelle main à son vol livrera l’horizon ?

Théophile Gautier (premières poésies)

______________________________________________________________

______________________________________________________________

À UNE JEUNE ITALIENNE

Février grelottait blanc de givre et de neige ;
La pluie, à flots soudains, fouettait l’angle des toits ;
Et déjà tu disais : « Ô mon Dieu ! quand pourrai-je
Aller cueillir enfin la violette au bois ? »

Notre ciel est pleureur, et le printemps de France,
Frileux comme l’hiver, s’assied près des tisons ;
Paris est dans la boue au beau mois où Florence
Égrène ses trésors sous l’émail des gazons.

Vois ! les arbres noircis contournent leurs squelettes ;
Ton âme s’est trompée à sa douce chaleur :
Tes yeux bleus sont encor les seules violettes,
Et le printemps ne rit que sur ta joue en fleur !

Théophile Gautier (1843)

fond d'écran hiver

CHANSON DE JANVIER

O le clair matin, la belle gelée !
Un soleil d’argent sur la plaine blanche
Verse une clarté frileuse et voilée :
On sonne la messe à toute volée :
O la bonne bise, ô le beau dimanche !

Sur les arbres morts aux ramures nues
En fins diamants resplendit le givre.
L’azur froid scintille à travers les nues,
Voilà mes gaîtés soudain revenues
Mon sang se réveille et je me sens vivre.

Adieu les couchants tout rayés de pluie,
Et les pleurs brouillés des mornes aurores
Les grands horizons brillent, et j’oublie
Les soirs gris trempés de mélancolie,
Sur le sol durci des routes sonores.

Allons respirer l’air de la prairie.
Sous les glaçons bleus chantent les fontaines ;
C’est de purs cristaux que l’herbe est fleurie ;
Mon cœur allégé vibre et se marie
Aux frais carillons des cloches lointaines.

Charles Grandmougin (1876)

______________________________________________________________

  Photo  Philippe Leprince
_____________________________________________________________________

ODE CONTRE L’HIVER (contre l’hyver) – extrait


Plein de colère et de raison
Contre toi barbare saison
Je prépare une rude guerre,
Malgré les lois de l’Univers,
Qui de la glace des hivers
Chassent les flammes du tonnerre
Aujourd’hui l’ire de mes vers
Des foudres contre toi desserre.

Tous nos arbres sont dépouillés,
Nos promenoirs sont tout mouillés,
L’émail de notre beau parterre
A perdu ses vives couleurs,
La gelée a tué les fleurs,
L’air est malade d’un caterre,
Et l’œil du Ciel noyé de pleurs
Ne sait plus regarder la terre.
La nacelle attendant le flux
Des ondes qui ne courent plus,
Oisive au port est retenue ;
La tortue et les limaçons
Jeûnent perclus sous les glaçons,
L’oiseau sur une branche nue
Attend pour dire ses chansons
Que la feuille soit revenue.
Le Héron quand il veut pêcher,
Trouvant l’eau toute de rocher,
Se paît du vent et de sa plume,
Il se cache dans les roseaux,
Et contemple au bord des ruisseaux,
La bise contre sa coutume,
Souffler la neige sur les eaux,
Où bouillait autrefois l’écume.
Les poissons dorment assurés,
D’un mur de glace remparés,
Francs de tous les dangers du monde,
Fors que de toi tant seulement,
Qui restreins leur moite élément,
Jusqu’à la goutte plus profonde,
Et les laisses sans mouvement,
Enchâssés en l’argent de l’onde.

Théophile de Viau ((1590-1626) « Œuvres poétiques – Première partie »

________________________________________________

___________________________________________________________________
QUAND PAR  LE DUR HIVER
Quand par le dur hiver
Quand par le dur hiver tristement ramenée
La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit,
Laissez geindre du temps la face enchifrenée.
Par nos nombreux fagots, rendez-moi l’âtre étroit !
Par le rêveur oisif, la douce après-dînée !
Les pieds sur les chenets, il songe, il rêve, il croit
Au bonheur !  il ne veut devant sa cheminée
Qu’un voltaire* bien doux, pouvant railler le froid !
Il tisonne son feu du bout de sa pincette ;
La flamme s’élargit, comme une étoile jette
L’étincelle que l’œil dans l’ombre fixe et suit ;
Il lui semble alors voir les astres du soir poindre ;
L’illusion redouble ; heureux ! il pense joindre
À la chaleur du jour le charme de la nuit !
* un voltaire : un fauteuil

Jules Verne (« Poésies inédites » – Le cherche-midi)