Israël – 24 septembre 2017 – Rappel : Aujourd’hui, jeûne de Guedalia –

https://i0.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2016/09/DSC_15631-320x202.jpeg_____________________________________________________

Interview spéciale Roch Hachana par le Rav Sitruk Zal

Interview spéciale Roch Hachana par le Rav Sitruk Zal

(Source : Chiourim.com)

-==-

https://i0.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/09/RABBI_YEDIDIA_FRENKEL.jpg______________________________________________________

44 ans après : le Rav David Lau entend la voix de son grand-père !

Le Rav David Lau, grand rabbin ashkénaze d’Israël, a effectué, comme chaque année depuis qu’il a pris ses fonctions, une tournée dans des dizaines de synagogues d’Israël. Il a également rencontré des membres de Kibboutzim et a donné par ailleurs des conférences dans de nombreuses villes du pays.

A l’issue d’un cours qu’il a transmis dans une localité du sud, un habitant qui fait partie des vétérans s’est approché du Rav et lui a confié un enregistrement audio très rare du Rav Itshak Yedidia Frenkel z’l (1913-1986), ancien grand rabbin de Tel Aviv-Yaffo et grand-père du Rav David Lau, qui s’adressait aux fidèles à l’occasion des Selih’oth.

On peut imaginer l’émotion du grand rabbin Lau qui n’avait jamais entendu cet enregistrement. Dans le discours qu’il a prononcé, le Rav Frenkel a appelé à l’unité du peuple juif dans l’observance de la tradition et a engagé ses fidèles à ‘accueillir à bras ouverts leurs frères de Russie et des pays arabes pour leur montrer la lumière de Sion’. Et de poursuivre: « Avec chaleur et amour fraternel, nous leur montrerons comment vivre dans ce pays’.

Il a ajouté : « Nous avons beaucoup à apprendre d’eux parce qu’ils ont su préserver leur particularité juive dans des conditions difficiles, en Sibérie et dans les prisons des Etats arabes’.

Il a ensuite indiqué : « Que nos prières parviennent au D. miséricorde pour qu’ils protègent nos fils qui défendent le pays et les préservent de tout ennemi afin qu’ils puissent rentrer chez eux ». Le Rav Frenkel a conclu son discours par des souhaits de Chana Tova pour tout Israël.

Claire Dana-Picard

44 ans après : le Rav David Lau entend la voix de son grand-père !

(Source : Chiourim.com)

-==-

https://i0.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/09/netanyahou-al-sissi-320x202.jpg______________________________________________________

Le Premier ministre israélien, qui doit prononcer mardi un discours très attendu devant l’Assemblée générale de l’Onu, réunie comme chaque année à New York, a profité de son séjour aux USA pour avoir des entretiens avec plusieurs chefs d’Etat.

Mais c’est surtout sa rencontre avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui a attiré l’attention, étant donné que c’est la première fois que les deux hommes se voient publiquement depuis qu’al-Sissi a pris ses fonctions en 2014.

Le journal égyptien Al-Watan a indiqué que les deux hommes s’étaient retrouvés à l’hôtel où Al-Sissi était descendu et que les discussions avaient porté notamment sur la question palestinienne et sur des sujets liés à la situation au Proche-Orient.

Un autre quotidien, Al-Masry Al-Youm, a ajouté que le ministre égyptien des Affaires étrangères Samah Chokri, le chef des renseignements égyptiens Khaled Fawzi et des membres de la délégation israélienne avaient assisté à cet échange. Il faut préciser que Netanyahou et Al-Sissi sont en contact permanent et ont déjà eu des entrevues discrètes, loin des caméras.

Un peu plus tôt dans la soirée, Al-Sissi a eu un entretien avec le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Ils ont bien entendu parlé du ‘processus de paix’ avec Israël et des tentatives d’apaisement entre l’AP et le Hamas.

Claire Dana-Picard

New York : première rencontre publique Netanyahou-Al-Sissi

(Source : Chiourim.com)

-==-

_____________________________________________________

Reportage sur les vestige de la communauté juive de Cochin qui connut son heure de gloire. Un exemple de foi pure est sincère.

Les Juifs de Cochin s’installèrent il y a de nombreux siècles dans le Royaume de Cochin, qui est actuellement rattaché à l’Inde du Sud. Il en fut de même pour les Bene Israël dans les environs de Bombay et la communauté « Baghdadi » (ceux de Bagdad) aux alentours de Calcutta et de Bombay.

Sarah, une des dernières juives de Cochin

(Source : Univers Torah)

-==-

http://dossier.universtorah.com/T1T2/vid2175-selihote-achkenaz-t1

_____________________________________________________

Grande Synagogue de Jérusalem (5770). Avec le Cantor HaimAdler

Sélihote Achkénaz

(Source : Univers Torah)

-==-

http://dossier.universtorah.com/T1T2/vid2174-priere-et-roch-hachana-t1______________________________________________________

Écoute ma prière

(Source : Univers Torah)

-==-

Emmanuel Macron organise une réunion des cultes un vendredi soir… Donc sans Juifs !

Face aux représentants des cultes vendredi soir, Emmanuel Macron a voulu temporiser quant aux débats à venir sur les sujets éthiques, comme la PMA ou la fin de vie. Les autorités juives étaient absentes en raison de la célébration du Nouvel an juif (Rosh Hashana), et du shabbat… comme tous les vendredis ! Mais ceci semble en dire long sur la confiance qu’il porte dans les juifs de France qui respectent les lois de l’Etat avant les lois religieuses (comme le dit la Torah).

Emmanuel Macron a dit vendredi soir qu’il ne souhaitait “pas que la société se divise” sur les sujets éthiques, citant notamment la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes et la fin de vie. “La manière que j’aurai d’aborder ces débats ne sera en rien de dire que le politique a une prééminence sur vous et qu’une loi pourrait trancher ou fermer un débat qui n’est pas mûr”, a lancé le chef de l’État devant les responsables des différents cultes, rassemblés à l’hôtel de ville de Paris à l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme protestante.

Le chef de l’État a semblé vouloir temporiser à son tour, à la suite de plusieurs de ses ministres, après que la secrétaire d’État chargée de l’égalité, Marlène Schiappa, a annoncé le 12 septembre que l’ouverture de la PMA aux femmes en couple lesbien ou seules – promesse du candidat Macron – se ferait en 2018. “Notre société a à connaitre des changements profonds, des transformations de la vie quotidienne (…) que nous devons considérer”, a dit le président de la République devant ses interlocuteurs.

“J’ai sur certains de ces sujets pris des engagements durant la campagne présidentielle. J’ai aussi pris des engagements de méthode et je ne souhaite pas que la société française se divise”, a-t-il poursuivi.

Emmanuel Macron a rappelé le cadre du débat, “l’année prochaine” : des états généraux précédant la révision programmée des lois de bioéthique.

“J’attends beaucoup de vous, du dialogue entre les religions comme du dialogue avec les différentes philosophies pour éclairer ce débat, pour le faire vivre”, a-t-il dit aux responsables protestants, mais aussi catholiques, orthodoxes, musulmans et bouddhistes présents.

Greg Sulin

Emmanuel Macron organise une réunion des cultes un vendredi soir… Donc sans juifs !

(Source : JSS News)

 

-==-

Publicités

Nouvel an juif lumineux : 88% des israéliens déclarent être satisfaits de leur vie

Image associée

Femmes priant au Kotel _____________________________________________________

88% des Israéliens sont satisfaits de la vie qu’ils mènent dans l’État juif, indique le rapport annuel du Bureau central des statistiques publié lundi juste avant Rosh Hashana, le nouvel an juif.

88% de gens satisfaits de leur vie est un chiffre assez phénoménal en soi.

C’est un chiffre presque irréel si l’on songe à l’environnement d’Israël :

  • Au nord le Hezbollah, une antenne de l’Iran qui promet un nouveau génocide des juifs,
  • Au sud le Hamas, l’organisation terroriste des Frères musulmans dont la charte prévoit l’éradication de l’Etat juif,
  • La Syrie au nord-est, un pays en lambeaux qui a tué un demi-million de ses résidents durant la guerre civile qui n’est pas terminée,
  • Le Liban au nord en proie depuis 20 ans aux luttes internes, à la répression et à l’insécurité,
  • L’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas à l’est qui paye les familles des terroristes selon le nombre de morts qu’ils commettent,
  • L’ONU qui vote plus de résolutions anti-israéliennes en une seule année que pour le reste du monde en dix ans,
  • Et les campagnes anti-israéliennes de BDS un peu partout en Europe qui, même si une majorité des populations a compris qu’il s’agit d’antisémitisme déguisé, trouvent encore des mairies bienveillantes pour fermer les yeux.

Le rapport a examiné les tendances de la population au cours de l’année concernant l’éducation, la sécurité sociale, la vie sociale, le sens civique, l’attitude publique, et les tendances de l’emploi.

Selon le rapport, la population d’Israël est en croissance constante

  • La population d’Israël a augmenté de 156 000 habitants depuis Rosh Hashana dernier pour atteindre un total de 8 743 000 habitants dont 6 523 000 juifs et environ 1 824 000 Arabes, soit 20,9% de la population, un pourcentage stable depuis 15 ans et qui devrait très légèrement baisser à 20% dans les décennies à venir en raison de trois facteurs concomitants :
    • la forte natalité dans les familles juives religieuses,
    • l’immigration soutenue,
    • la baisse de natalité dans les familles arabes au fur et à mesure que leur niveau social progresse et s’approche du niveau de vie occidental. 
  • L’augmentation de la population est similaire aux années précédentes, le taux de croissance de la population pour 5777 étant de 1,8%.
  • Israël est avec le Mexique, le seul pays au monde dont le taux de fécondité de 3,13 naissances par femme est bien supérieur au taux de strict maintien de l’existence d’un peuple de 2,1.
  • L’immigration est restée uniforme avec 25 977 nouveaux immigrants : 57% de l’ex-Union soviétique, 17% en provenance de la France et 11% des États-Unis.
  • 172 000 bébés sont nés et 43 000 personnes sont mortes en 5777.
  • A 3,13, Israël a le taux de fécondité le plus élevé des pays de l’OCDE, et un taux de mortalité infantile de 3,1 bébés pour 1 000 naissances.
  • Une fille née cette année vivra jusqu’à l’âge de 84,2 en moyenne, tandis qu’un garçon atteindra 80,7 ans.

Un peuple heureux même si tout n’est pas parfait

  • 88% des citoyens israéliens de 20 ans et plus ont déclaré qu’ils étaient «très satisfaits» ou «satisfaits» de leur vie.
  • Cependant, 21% d’entre eux, soit environ 1,1 million de personnes, ressentent régulièrement du stress.
  • 6% de la population, soit 340 000 personnes, disent se sentir seules,
  • Et 34% disent avoir des difficultés à couvrir leurs dépenses courantes.
  • Il y a 2 470 200 foyers avec une moyenne de 3,31 personnes par foyer.
  • L’année a vu 53 579 mariages et 14 487 divorces.
  • 2,2 millions d’enfants sont scolarisés : 517 000 en maternelle, environ 1 million à l’école primaire, 517 000 à l’école communale et environ 713 000 au lycée.
  • 73,8% des lycéens réussissent le baccalauréat, qui est en Israël une épreuve très difficile.
  • 268 600 lycéens ont été inscrits à l’université durant l’année universitaire 2015-2016, dont 40,8% d’hommes, tandis que parmi les 15,5% d’Arabes inscrits à l’université, seulement 31,4% sont des hommes.
  • 76 000 Israéliens ont obtenu un diplôme universitaire, soit cinq fois plus qu’en 1990.
  • 924 000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté, soit 10,7% des Israéliens. Le taux était de 20,5% en 2010, et il se cantonne essentiellement à deux minorités : les Arabes israéliens, et les « haredims », juifs orthodoxes qui étudient au lieu de travailler.
  • Environ 3 millions d’Israéliens travaillent selon le chiffre de 2016.

A tous mes amis lecteurs juifs je dis A git your, qui veut dire bonne année en Yiddish, et leur envoie cette vidéo de joie :

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : http://www.jpost.com/Israel-News/Report-88-percent-of-Israelis-are-satisfied-with-their-lives-in-the-past-year-505395

Le nouvel an juif s’annonce lumineux : 88% des israéliens déclarent être satisfaits de leur vie

Des généraux en retraite accusent l’Etat de vouloir les faire taire

https://www.valeursactuelles.com/sites/default/files/styles/image_article/public/2017-09/militaire_illustrationcafp.jpg?itok=XdE7XsS2Image d’illustration. Photo © AFP _____________________________________________________

Dans une tribune publiée sur Boulevard Voltaire, onze généraux de 2e section alertent sur le droit de l’expression des militaires menacé par l’exécutif.

Après la démission du chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers et la polémique qui s’en est suivie, les militaires ne sont pas prêts à se taire. Dans une tribune publiée sur Boulevard Voltaire, onze généraux de 2e section fustigent l’exécutif et déclarent que leur liberté d’expression est remise en cause. Pour eux, le cas du général Pierre de Villiers “a mis en évidence le fossé qui s’est progressivement installé entre le politique et le militaire” et a surtout “révélé et confirmé avec force la menace qui pèse dorénavant sur l’expression des militaires”. Pourtant l’ancien chef d’état-major des armées n’était pas le premier à se faire traiter de la sorte par les autorités. En effet, les auteurs de la missive citent d’autres exemples.

Des généraux mutés, sanctionnés et arrêtés

La “mutation dans un placard” du numéro trois de la gendarmerie, le général Bertrand Soubelet, après son audition en 2014 par la commission de l’Assemblée nationale. Il avait alors déclaré “que la politique pénale était en décalage avec les infractions relevées et il soulignait, en conséquence, les difficultés rencontrées au quotidien par les unités de la gendarmerie dans la lutte contre la délinquance”.

La sanction du général Vincent Desportes après son interview en 2010 au Monde. Il y avait critiqué la politique menée par les États-Unis, et par voie de conséquence par la France, en Afghanistan. Sans oublier “l’arrestation mouvementée du général Christian Piquemal à Calais, le 6 février 2016, au cours d’une manifestation organisée dans le cadre des Journées européennes contre l’islamisation et l’invasion migratoire ?”.

Pourquoi le gouvernement veut faire taire les militaires ?

“C’est finalement l’expression des militaires et en particulier des généraux qui est aujourd’hui menacée et que le politique tente d’étouffer”, fustigent les auteurs. “L’autorité politique affichait ainsi sa volonté de mettre un couvercle sur l’expression des militaires, et notamment des généraux”, notent-ils, estimant que les élus “ne supportent manifestement pas que la haute hiérarchie militaire lance des signaux d’alerte qu’elles considèrent comme des critiques de l’action de l’État et qu’elles jugent contraires au devoir de réserve”. Ils n’hésitent pas à charger le gouvernement, lequel selon eux, “utilise depuis trop longtemps les budgets des forces armées comme une variable d’ajustement pour combler ses manquements en matière de gestion des comptes publics”. Si l’Etat tient à les faire taire, c’est parce qu’il est gêné par le fait que “le citoyen puisse être informé sur ses insuffisances et surtout sur les risques qu’elles font peser sur la nation”, pensent-ils.

Pourtant, ces “tentatives répétées du pouvoir pour priver les généraux de parole (…) ne sont pas pertinentes au moins pour deux raisons”, indiquent-ils. “Elles créent non seulement un malaise en contribuant à distendre la confiance entre le politique et le militaire mais également un doute sur la compétence ou la clairvoyance du pouvoir politique s’agissant de la première des missions régaliennes dont il est responsable”. Selon eux, “se référer en permanence au sacro-saint devoir de réserve n’a pas de sens dans la mesure où ni le secret militaire ni la neutralité politique ne sont mis en cause”.

“Une véritable révolution des esprits”

“L’expression des généraux (…) est devenue aujourd’hui indispensable. Ils savent de quoi ils parlent. Alors, pourquoi les chefs militaires ne pourraient-ils pas s’exprimer sur des sujets liés à la défense, à la sécurité de la nation, aux intérêts de la France dans le monde alors que d’autres moins qualifiés le font ?”, se demandent les généraux, notant au passage que le gouvernement “semble oublier que l’autorisation préalable à l’expression des militaires a été supprimée il y a plus de dix ans”.

“Le moment semble donc venu pour conduire une véritable révolution des esprits pour que soit reconnu à ceux qui risquent ou ont risqué leur vie pour la défense de la France et de la nation un devoir d’expression au même titre que leur devoir de réserve. Il est, en effet, légitime qu’ils puissent contribuer au débat en usant de leur liberté d’expression”, concluent les généraux.

Valeursactuelles.com

Des généraux en retraite accusent l’Etat de vouloir les faire taire

(Source : Dreuz.info)

LE DJIHAD FAIT A L’OCCIDENT ET LES CONSEQUENCES DES GRANDES INVASIONS BARBARES – 23 septembre 2017

https://i2.wp.com/static.resistancerepublicaine.eu/wp-content/uploads/2017/02/islam-secte.jpg

____________________________________________________

http://resistancerepublicaine.eu/2017/09/21/pres-de-la-moitie-des-collegiens-de-zep-victimes-de-violences-qui-va-oser-denoncer-lislam/

Cette violence va même plus loin, au point d’être intégré dans le chemin de pensée des équipes éducatives, qui vont alors dans le sens des harceleurs donc de l’islam:

Il y a de cela plusieurs années, entre 10 et 5 ans, j’habitais, ainsi que la plupart d’entre vous le savez, le 93. J’avais fini par mettre mes enfants dans le privé. Qui se trouva bien vite contaminé, lui aussi. Petit florilège:

Cours  » d’éducation sexuelle » on informe les adolescents que l’homosexualité est une maladie, une perversion qu’il faut impérativement traiter ( là dessus les églises catholiques et protestantes se rejoignent, l’islam, lui, tue ). On les informe également, que si on mettait une fille nue au milieu de la salle, tous les garçons se jetteraient dessus, mais qu’à l’inverse si on mettait un garçon nu au milieu de cette même salle, toutes les filles détourneraient les yeux de gêne. Beh voyons a dit mon aînée qui leur a assuré que si on lui mettait un des pompiers du calendrier dans la salle, elle se rincerait bien l’oeil et que dire que l’homosexualité est une maladie, une perversion le grand n’importe quoi, qui allait gravement perturber de nombreux élèves en plein questionnement quant à leur identité sexuelle. L’intervenant a voulu répliquer, il lui fut répondu  » allez dire ça à mon oncle et son merveilleux compagnon ». Et que si les hommes de sa famille voyait une femme nue sur la route ou ailleurs, ils lui porteraient secours et ne lui sauteraient pas dessus. Devinez qui fut convoquée chez le CPE ?!!!

Quelques jours après la rentrée ma cadette est renvoyée à la maison pour tenue indécente : un pantacourt sous le mollet, par une surveillante qui faisait du zèle. Ni une ni deux, je saisis mon téléphone et gueulait un bon coup, parce que dans ce cas, il faudrait aussi renvoyer plus de la moitié des enseignantes en pantacourt. Et pour enfoncer le clou, pris une série de photos sans visage de ma cadette dans différentes tenues, bikini, short, pantalon, pantacourt, jupe sous les fesses, aux genoux etc etc, que j’ai directement envoyées au proviseur. Pas de retour et plus d’ennuis.

Primaire : on informe les parents que les robes sans manches sont interdites, à moins d’avoir un gilet par dessus. Mon sang ne fait qu’un tour et je demande la raison de cette nouvelle règle. La réponse est embrouillée et confuse et je rétorque que quand il fait chaud, les petites filles ont bien le droit d’être bras nus, que ce sont des petites filles, nous sommes au primaire ! Et que dans ce cas, le professeur de théâtre, devrait abandonner sa jolie robe blanche avec liseré de dentelle, au travers de laquelle je peux deviner la marque et même le modèle de la culotte ! Ah non mais.

Réunion de début d’année au collège et lycée, les filles apprennent que les t-shirts à bretelles et décolletés ( la profondeur n’est pas précisée ), les pantacourts et les jupes au-dessus du genoux sont proscrites pour ne pas perturber leurs camarades masculins. Je suggère d’acheter un fond de burkas dans les boutiques environnantes, ça ira plus vite. MA remarque est diversement appréciée….

Laurence Antigone

Dans le 93, des écoles privées appliquent les préceptes coraniques sur homosexualité et vêtements des filles

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

_____________________________________________________

Un article de plus qui lève les cheveux sur la tête… Merci à Marcher sur des oeufs de nous l’avoir signalé.

Près d’un collégien sur deux est menacé dans l’école de la République. 20% victimes de violences physiques, 40 % de violences morales…

Libé, pour une fois, ne nie pas, mais accuse : c’est la non mixité sociale qui serait responsable ( tu parles, Charles ), et notamment ces parents dits de gauche qui votent pour les autres ce qu’ils refusent pour leurs enfants ( ce qui n’est pas faux).

Que dire des témoignages sur le genre de violence qui attend NOS filles, traitées de putes si elles sont en jupe ou portent un décolleté ? On sait, forcément, que ces insultes, ces menaces, viennent de jeunes musulmans, filles ou garçons. On sait donc que la violence est essentiellement d’origine musulmane… Mais pas un mot sur le sujet, pas d’amalgame… Et pourtant le rapport Obin, qui a près de 15 ans était déjà fort clair…

Que dire de la donzelle « Clémence », payée par une association ( donc par nos sous ) pour faire de la prévention en région parisienne qui relativise, plaint les malheureux fauteurs de trouble (incompris, forcément…), qui seraient pour certains récupérables  ? Elle a trouvé la solution. Que chaque proviseur se transforme en assistante sociale-psychologue pour passer ses journées à discuter avec ces jeunes « abandonnés  » par leurs familles…

Et le coup de pied au cul ? Et l’expulsion, à charge pour la famille de trouver un autre établissement ? Et la suppression des allocations familiales des familles qui n’élèvent pas correctement leurs gosses ? Jamais ?

Et le pire, c’est que la violence, les insultes, les menaces… se répandent partout, bien au-delà des établissements ZEP. Demandez donc aux responsables d’établissements privés pourquoi ils sont pris d’assaut. Partout.

Agressions physiques, insultes… Une enquête révèle l’ampleur des violences à l’école en France
:: https://francais.rt.com/france/43498-enquete-revele-ampleur-violences-ecole
20 sept. 2017

Une étude réalisée auprès de collégiens de quartiers de ZEP montre que 20% d’entre eux ont été victimes de violences physiques. Des chiffres évoquant une réalité que de plus en plus de parents tentent d’éviter en contournant la carte scolaire…

L’enquête en partenariat avec l’AFEV (l’Association de la Fondation étudiante pour la ville), publiée le 20 septembre, ne concerne que 447 élèves scolarisés dans des collèges de ZEP (zone d’éducation prioritaire), mais elle fait grand bruit. Elle révèle des faits que parents, enfants et personnel éducatif n’ignorent pas : la violence en milieu scolaire. Les chiffres sont éloquents : 20% des collégiens de ZEP disent avoir été victimes de violences physiques, tandis que 40% se plaignent de violences morales telles que des moqueries ou des insultes. Près de la moitié des élèves interrogés affirment avoir été témoins d’un acte d’humiliation ou de cruauté de certains élèves envers d’autres.

La violence fait-elle tant partie du décor qu’elle finit par ne plus choquer ? Outre ces chiffres, en effet, les élèves sont 90% à se sentir bien dans leur collège, et pensent se trouver en sécurité à 91%. Néanmoins, 38% souhaiteraient qu’il y ait moins de violence dans leur établissement.

A la suite de la publication de l’étude, le quotidien Le Parisien a quant à lui calculé un chiffre à partir des données de la Direction de l’évaluation de la prospective et de la performance (DEPP), qui recense 12,8 incidents graves pour 1 000 élèves par an. Il en déduit que 442 incidents graves surviennent chaque jour de classe dans les collèges et lycées de France.
La violence scolaire, presque taboue ?

La sortie de cette étude intervient deux jours après la publication d’une tribune publiée par Michel Becquembois, rédacteur en chef adjoint de Libération, dans le quotidien. Celui-ci y accuse les parents de gauche de détourner la carte scolaire afin de sélectionner les meilleurs établissements où faire évoluer leurs enfants.

L’argument de la violence invoqué par les parents est condamné dans l’article : «Vous avez présumé que, peut-être, il allait se faire casser la gueule. Vous avez appliqué à l’établissement le délit de faciès contre lequel vous éructiez jadis

Ces petits arrangements avec la carte scolaire semblent néanmoins s’appuyer sur d’autres considérations que le fantasme ou le préjugé. La violence est longtemps restée un sujet tabou dans l’Education nationale, qui ne recense les délits en son sein que depuis 1993. Au fil des années, les agressions se sont faites plus dures, et sont opérées en groupe, comme l’atteste le chercheur Eric Debarbieux dans plusieurs ouvrages dédiés au sujet. A tel point que fin 2012 a été installée la mission ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire.

Des faits que Clémence (le prénom a été modifié), qui officie dans une association faisant de la prévention en milieu scolaire en banlieue parisienne (92), a repéré. «Le harcèlement, la violence psychique et verbale, le sexisme, les propos discriminatoires, racistes ou homophobes et la radicalisation sont partout», explique-t-elle à RT France. «Il y a la violence des filles entre elles, il faut être populaire, et elles se jugent en permanence. Tu portes une jupe, tu es une prostituée, tu portes un décolleté, tu es une prostituée, ton petit ami t’a mis une gifle : tu es une prostituée et tu l’as bien mérité…» Les garçons étant de leur côté selon elle victimes d’isolement, de rumeurs, de coups de pied et poing. «Je ne sais pas si c’est pire qu’avant ou pas, mais c’est que c’est de plus grande ampleur à cause d’internet. Car le harcèlement ne cesse pas quand ils rentrent chez eux, ça devient tentaculaire», estime-t-elle.
Des établissements scolaires paralysés par les fauteurs de trouble

De l’avis de Clémence, les groupes de parole de son association organisés dans les établissements améliorent grandement la problématique : «On n’est pas là pour juger les enfants, donc ces derniers se montrent gentils et la parole se libère, les prises de conscience se font.»

Son propre fils ayant été victime d’une agression dans son lycée du 92, elle a été confrontée à la passivité du système scolaire. «J’ai dû porter plainte contre X et contre le lycée, donc la proviseure, pour que les choses avancent. Face au problème de la violence, les directeurs d’établissement ont tendance à mettre les problèmes sous le tapis, car ils sont notés par les académies. S’il y a des problèmes dans l’établissement, leur note stagne», explique-t-elle.

La solution ? Pour Clémence, il faudrait que les proviseurs s’occupent des agresseurs individuellement afin de les aider à se restructurer : «Ces élèves violents sont très peu nombreux au final, et ne sont pas tous irrécupérables, mais ils entraînent les autres. Ce sont souvent juste des enfants qui ont besoin d’être valorisés. Je sais que l’école ne doit pas palier les carences de la famille, mais sinon, qui le fera ?», conclut-elle.

 

Près de la moitié des collégiens de ZEP victimes de violences : qui va oser dénoncer l’islam ?

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

 

https://i1.wp.com/static.resistancerepublicaine.eu/wp-content/uploads/2017/09/Ven%C3%A9-come-vouz%C3%A8te-335x300.jpg_____________________________________________________

Pour l’école, Rémy doit interviewer ses parents sur les migrants… Vené come vouzète, disent-ils

(Publicité McDonald’s pour la rentrée dans Aujourd’hui en France du 4 septembre 2017) !!

Si votre enfant rentre au collège, vous avez dû recevoir la brochure « Entrer en 6e – Découvrir le collège – rentrée 2017  » de l’ONISEP (Office national d’information sur les enseignements et les professions).

Ce guide propose de donner des points de repère aux parents, notamment sur les « parcours éducatifs« mis en place par Najat Vallaud-Belkacem lors de la réforme de 2016.

https://i0.wp.com/static.resistancerepublicaine.eu/wp-content/uploads/2017/09/Onisep-768x1056.jpg

Il y a 3 parcours :

le parcours citoyen,

le parcours d’éducation artistique et culturelle

et le parcours avenir.

Ils doivent aussi permettre aux partenaires de l’institution scolaire comme des associations, des collectivités ou des institutions culturelles d’intervenir auprès des élèves.

Pour le parcours d’éducation artistique et culturelle, les objectifs seront par exemple de découvrir « des productions artistiques d’expressions et de cultures diverses ». Mais aussi « exprimer un jugement critique », « défendre un point de vue en argumentant ». Fort bien.

Quel bénéfice pour l’élève ? Par exemple « prendre en compte différents points de vue », « savoir débattre », « s’approprier les valeurs de son pays ». Magnifique ! On en redemande !

Et puis patatras, l’ONISEP donne cet exemple de réflexion à faire « en famille » :

« Grâce à sa commune, Rémy va pouvoir se rendre au spectacle avec ses parents. C’est une pièce qui raconte les souvenirs d’une femme immigrée qui a dû quitter son pays. Ensuite, il devra interviewer ses parents sur leurs impressions ».

https://i0.wp.com/static.resistancerepublicaine.eu/wp-content/uploads/2017/09/R%C3%A9my-coll%C3%A9gien.jpg

Et là, gros malaise, comme disent les jeunes.

Connaissant le monolithisme idéologique ayant cours à l’EN, certains parents un peu sceptiques au sujet de l’immigration risquent de se retrouver en porte-à-faux.

Imaginons notre progéniture de 10 ans demander : « papa, maman, vous pensez quoi des migrants afghans en Allemagne ? J’ai une rédaction à donner à mon professeur ».

Ou, supposons : « papa, maman, après la pièce de théâtre offerte par le CCIF, vous pensez quoi du port du voile à l’école ? Le principal demande à lire toutes les copies ».

Et dans un proche avenir : « papa, maman, c’est quoi la DCRI ?  J’ai une copie à rendre pour demain. Le rectorat voudrait savoir ce que vous pensez de l’islam en France et c’est pour la DCRI ».

Trêve de plaisanterie,

beaucoup de Français n’ont plus confiance envers certains piliers de la République française que sont l’Éducation Nationale ou la Justice.

C’est bien beau « d’apprendre à réfléchir par soi-même, se forger un esprit critique et s’approprier les valeurs de la République et de la démocratie » à travers un parcours citoyen. Mais c’est devenu une fiction, pas la réalité.

Le « Venez comme vous êtes », on n’y croit plus, c’est bon pour MacDo !

Frontalier74

Pour l’école, Rémy doit interviewer ses parents sur les migrants …

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

Les enfants devront-ils faire l’école buissonnière pour fuir les écoles privées qui s’islamisent ?llustration : manifestation à Nanterre pour l’autorisation du voile à l’école (Source : L’Obs) Mensonges que tout cela : La soumission des esclaves femelles à leur mâle dominant se comportant généralement comme une brute n’est plus à prouver : c’est cela l’islam : l’enfer sur terre, mais principalement pour les femmes ! Alors elles feraient mieux de se taire ! L’ISLAM EST UNE PLAIE OUVERTE ET PURULENTE POUR LE MONDE. ON NE POURRA EN GUERRIR QU’EN SE REVOLTANT CONTRE NOS GOUVERNANTS ET EN SE BATTANT CONTRE CE FLEAU MONDIAL QUI TUE L’OCCIDENT ! louyehi ___________________________________________________

Les enfants devront-ils faire l’école buissonnière pour fuir les écoles privées qui s’islamisent ?

Être républicain ne signifie pas rejeter l’héritage chrétien de la France.

De même, on peut être laïque, athée ou agnostique et ne pas se lasser d’admirer chapelles romanes et cathédrales gothiques qui parsèment la France.

Devant la dégradation de l’institution scolaire et pour de plus en plus de familles attachées aux valeurs républicaines, la question se pose, chaque année : quelle école choisir ? Enseignement public ou privé ?

A l’école publique, il ne vous a pas échappé que les « incivilités », le harcèlement, l’emprise de l’islam deviennent récurrents et qu’ils débordent des ex-ZEP (Zones d’éducation prioritaire) pour contaminer tout le territoire éducatif.

Illustration : I24News

Déjà présents (et autorisés) à l’université, le foulard, le hidjab, l’abaya pourraient un jour faire leur entrée au collège voire à l’école primaire. Il y a eu des précédents fameux comme l’affaire des collégiennes voilées de Creil en 1989.

Le gouvernement Jospin de l’époque n’avait donné qu’une réponse molle et finalement aucune directive claire aux chefs d’établissements, affirmant même que « le port du voile islamique est compatible avec la laïcité », souhaitant en quelque sorte une laïcité souple et tolérante (entendu avec l’islam, pas forcément avec les chrétiens…).

« Sciences Po », qui est un établissement public d’enseignement supérieur, n’avait rien trouvé à redire au « Hijab Day » de l’année dernière.

L’initiative étudiante permettait aux jeunes femmes d’essayer le voile pour la première fois et surtout de tester le prosélytisme au sein de l’établissement. « C’est assez léger, c’est confortable », témoigne Lydia, en deuxième année, tandis que d’autres saluent une démarche de discussion » relate I24News.

La prochaine étape de la « démarche de discussion » sera-t-elle d’ouvrir une salle de prière, de séparer filles et garçons ou de remettre en cause la théorie de l’évolution ?

Devant nos renoncements et notre soif « d’accommodements raisonnables », l’islam tisse donc soigneusement sa toile.

Par tranquillité d’esprit, certaines familles choisissent alors l’enseignement privé catholique. Au moins, les élèves sont incités à exceller et les harceleurs ou racailles potentielles, « invités » à dégager rapidement.

Mais beaucoup constatent l’arrivée massive de familles musulmanes (donc de mères voilées et pas qu’un peu). Est-ce le résultat de la politique d’ouverture du pape François ou la pression démographique de la « diversité » française ?

En effet, rien n’interdit à l’établissement privé catholique d’accueillir des élèves de toute confession : ceux sous contrat avec l’Etat le précisent bien d’ailleurs.

Et c’est valable également pour l’enseignement contractualisé musulman (Lycée Averroès de Lille) ou juif (ORT de Strasbourg par exemple) même si dans les faits, et pour cause, il n’y a pas de réelle « mixité ».

Alors que dans certaines institutions catholiques, il y a parfois une majorité de musulmans ! C’est à peine croyable mais cela existe en Seine St-Denis ou à Marseille.

Ironiquement, c’est la rare fois où les médias s’enthousiasment pour l’enseignement catholique :

« Selon les secteurs géographiques, les écoles privées catholiques peuvent accueillir jusqu’à 90% de musulmans […]. Pourquoi un tel succès ? Éclairage… » (Reportage de 20minutes sur l’ensemble scolaire Jean-Baptiste de La Salle à St-Denis).

« A Marseille, de nombreuses familles musulmanes scolarisent leurs enfants dans des établissements privés catholiques, à la recherche d’un climat plus serein » déclare Libération, soudainement christianophile. « Des musulmans à plus de 75% » précise, heureuse, la directrice de la Tour-Sainte . Toutefois, le quotidien ajoute perfidement « qu’il ne s’agirait pas de se priver de deux tiers des élèves, dont les parents lâchent 915 euros par an. Une manne plus profitable que le denier du culte ».

Toujours à la Tour-Sainte à Marseille, Le Monde, une fois n’est pas coutume, se pâme devant « un lycée catholique, école de la laïcité, qui accueille 80 % d’élèves musulmans » et – non, ne vous rêvez pas – « fait face par la pédagogie à un regain de religiosité ».

A l’inverse, les écoles privées musulmanes rament pour accueillir des « petits têtes blondes » juives ou catholiques. On ne comprend pas pourquoi et les médias s’en font l’écho.

Telle La Nouvelle République s’attristant que les non-musulmans « brillent par leur absence » à l’établissement primaire musulman l’École du savoir . Mounya Sbai, la directrice, se veut pourtant rassurante : « si la religion est enseignée », ce n’est qu’un  « éveil religieux où l’on parlera fraternité et partage. On n’y apprendra pas le coran ».

Image associée

Illustration : La Nouvelle République

Pour en revenir au succès des écoles catholiques, l’institution a dû réaliser un manuel pour les chefs d’établissement s’interrogeant sur la présence croissante d’élèves de religion musulmane.

Ce document en 16 fiches s’intitule « Musulmans en école catholique » et tente, avec moult précautions, de répondre à la problématique du halal, du voile, de la mixité ou du ramadan…

Pour faire suite à l’article de Laurent Dewoillemont constatant l’échec de l’État et de l’Éducation Nationale à « transmettre une identité définie, acceptée et partagée », pourrions-nous croire que l’école privée puisse être le dernier rempart ? Rien n’est moins sûr.

Face à la lâcheté de l’État ou à l’opportunisme du privé, les enfants de parents déboussolés devront-ils faire l’école buissonnière ?

Il est loin le temps de la communale et des hussards noirs de la République…

Les enfants devront-ils faire l’école buissonnière pour fuir les écoles privées qui s’islamisent ?

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

Le ministère de la Défense britannique a publié mercredi les images d’une frappe de drone, menée en mai dernier dans la ville d’Abou Kamal, en Syrie.

Les jihadistes de l’Etat islamiste forçaient des civils à assister à une exécution.

Le drone a tiré un missile sur un sniper et mis fin à l’exécution.

https://player.vimeo.com/video/235037261

Notre vidéo du jour : une frappe de drone interrompt une exécution de l’Etat islamique

(Source : Dreuz.info)

-==-

Sophie Lionnet, 21 ans, voulait rentrer chez elle.  Ouissem Medouni et Sabrina Kouider ne l’entendaient pas de cette oreille et l’ont assassinée (Capture Facebook)_____________________________________________________

Londres : un couple de Franco-Algériens inculpé pour le meurtre de sa jeune fille au pair française !

Un couple de Franco-Algérien installé à Londres a été inculpé par la justice londonienne pour le meurtre de la jeune Française qui s’occupait des enfants. Elle s’apprêtait à rentrer chez elle à Troyes.

Sophie Lionnet, 21 ans, était jeune fille au pair à Londres. Un couple de Franco-Algériens a été inculpé ce vendredi, en Grande-Bretagne, deux jours après la découverte d’un corps calciné, qui pourrait être celui de la jeune femme, dans leur jardin de Wimbledon, dans le sud de Londres.

Ouissem Medouni, 40 ans, et Sabrina Kouider, 34 ans, ont été mis en examen pour meurtre. La police avait été alertée par des voisins mercredi, intrigués par « un barbecue bizarre ». Une épaisse fumée s’échappait de la propriété du couple.

Le corps, si brûlé qu’il ne permet pas l’identification immédiate de la victime, fera l’objet d’une autopsie prochainement. Mais la presse britannique et le voisinage désignent la jeune femme originaire de Troyes (Aube), comme la victime.

Sophie Lionnet aurait dû rentrer à Troyes lundi

Ouissem Medouni et Sabrina Kouider avaient recruté il y a un peu plus d’un an leur « nanny » française pour s’occuper de deux enfants, leur fillette de 3 ans et le garçon de 6 ans que Sabrina Kouider avait eu avec Mark Walton, membre de l’ancien groupe de musique Boyzone qui vit aujourd’hui à Los Angeles. Sabrina Kouider se disait styliste, créatrice de mode et auteur de chansons.

Selon les témoignages recueillis par The Sun, Sophie Lionnet était animée par de grands idéaux, comme la défense de la cause animale, la lutte contre le trafic d’ivoire, le commerce d’armes et le réchauffement climatique. Elle était partie s’installer à Londres pour apprendre l’anglais et faisait partie d’un groupe d’amis produisant des documentaires.

La jeune fille d’origine modeste aurait trouvé très dure sa vie à Londres, et demandé à sa mère de lui envoyer un peu d’argent pour revenir. Elle aurait dû rentrer à Troyes lundi dernier.

Leparisien.fr

Londres : un couple de Franco-Algériens inculpé pour le meurtre de sa jeune fille au pair française

(Source : Dreuz.info)

-==-

_____________________________________________________

Les barbares continuent impunément à faire leur loi : 80 d’entre eux encerclent le commissariat de Val-de-Reuil (Eure) et exigent la remise en liberté d’un gardé à vue !!!!

Ce mardi soir, ce sont 80 musulmans turcs qui ont encerclé le commissariat de Val-de-Reuil pour exiger la remise en liberté d’un individu placé en garde à vue. Une trentaine de policiers ont dû faire le déplacement pour gérer la situation.

Au départ de cette affaire, l’interpellation d’un homme pour défaut de permis de conduire en fin d’après-midi. Le conducteur de 25 ans avait un permis turc, non valable en France.

L’homme a été placé en garde à vue, afin de procéder à toutes les vérifications utiles à l’enquête.

Une trentaine de policiers en renfort

C’est dans la soirée que 80 individus, compatriotes du gardé à vue, se sont rendus au commissariat du Val-de-Reuil, avec l’intention d’obtenir la remise ne liberté de l’interpellé.

La situation « particulièrement tendue » a entraîné des renforts des villes voisines, de Vernon et d’Evreux. Une trentaine de fonctionnaires sont arrivés sur place afin de gérer cette affaire, explique Info Normandie.

Plus tard dans la soirée, et après près de deux heures de discussions avec les assaillants (je t’en ficherais, des discussions : ils auraient tous mérité d’être interpellés et mis sévèrement à l’amende ! louyehi), ces derniers ont accepté de quitter les lieux.

Le gardé à vue a été remis en liberté le mercredi matin !!!

selon la même source.

 Actu17.fr

Eure 80 musulmans encerclent le commissariat de Val-de-Reuil et exigent la remise en liberté d’un gardé à vue

(Source : Dreuz.info)

-==-

A lire aussi : A la mosquée de Lausanne, les petits mécréant à l’écoute des beautés de l’islam

Valenciennes : des CRS découvrent que les migrants qu’ils viennent d’évacuer vont être logés dans leur hôtel !

Londres : un gang attaque deux dames âgées avec une machette pour leur voler leur bijoux

Un ex-responsable de Lafarge reconnaît des versements d’argent à l’État Islamique

Le multiculturalisme, c’est de la crotte, autant commander un Big Mac wasabi au Fouquet’s

-==-

Macron se prend pour Pétain : il se fait filmer en train de signer ses ordonnances qui attaquent les salariés

Macron se prend pour Pétain : il se fait filmer en train de signer ses ordonnances qui attaquent les salariés_____________________________________________________

24 Octobre 1940, entrevue de Montoire entre Pétain et Hitler signée.

Septembre 2017, signatures en direct par Macron des lois de moralisation de la vie publique, des ordonnances réformant le droit du travail…

La Propagandastaffel en action avec Macron, chronique de manipulations annoncées.

Comme Pétain saluait avec le sourire le monstre Hitler qui était ravi de montrer la soumission française, Macron montre avec le sourire aux Français comment le dictateur qu’il est met fin à leurs acquis.

Dorénavant, vous pourrez enchaîner des CDD pendant des années, aucun problème. Jusqu’alors, vous pouviez poursuivre votre  employeur si il renouvelait trop souvent un CDI, prouvant qu’en fait il avait besoin d’un salarié en continu, donc en CDI…

Dorénavant, vous pourrez travailler en CDD dans les métiers du bâtiment aussi longtemps que votre patron en aura besoin, sans contrat de fin… et vous n’aurez plus droit à la prime de précarité de 10 pour cent.

Prime de consolation, quand vous serez licencié vous aurez une prime correspondant à 25 pour cent d’un mois de salaire par année d’ancienneté… Soit deux mois de salaire pour 8 ans. Un vrai pactole… Pendant ce temps, les parachutes dorés avec des millions d’euros ne sont pas remis en cause.

Quand vous serez licencié, vous aurez un au lieu de deux ans pour faire appel aux prudhommes… Ça va changer votre vie…

Et vous ne pourrez plus recevoir des sommes folles mettant en danger votre entreprise, ce qui, en soi, est plutôt une bonne chose, mais empêchera la reconversion de certains salariés, voués à attendre un autre emploi de salarié. On notera sans surprise les exceptions : quand un employeur violera une liberté fondamentale ( celle de prier, de porter le voile ? ) l’employeur pourra payer des sommes exorbitantes au salarié…

Et le pied, c’est si vous êtes employé d’une multinationale florissante… Le juge n’aura à juger que de la branche française… Il suffira donc aux multinationales d’assécher les entreprises situées en France pour avoir le droit de licencier en nombre… et de délocaliser !

Et, cerise sur le gâteau, il suffira que 30 pour cent des employés votent une augmentation du temps de travail ( pourquoi pas sans augmentation de salaire, face à une menace de délocalisation ? ) pour que vous soyez assurés de suivre le troupeau. Macron fait exploser la loi qui devrait être la même pour tous avec les accords de branche, les accords d’entreprises….

Votre salaire lui-même peut dorénavant être baissé, votre seule garantie c’est le smic, ô joie !

Quant à vos primes, elles peuvent être supprimées, quel que soit l’accord de branche.

Il y a quand même une bonne chose, le recours possible au télétravail, ponctuellement ou régulièrement.

Christine Tasin

(Source : Résistance Républicaine)

Les Mureaux, fief des sorciers congolais : voitures qui brûlent seules, couples stériles ou séparés…

Les Mureaux, fief des sorciers congolais : voitures qui brûlent seules, couples stériles ou séparés…____________________________________________________

Retour aux âges obscurs…

C’est étrange, pourtant, on est en France.

C’est étrange, pourtant, depuis quelques siècles et l’affaire des poisons,  on ne croyait plus trop aux sorciers…

Mais ça c’était avant… Avant que les Congolais n’arrivent en masse en France et notamment en région parisienne.

Et comme, depuis des lustres, on s’ingénie à dire aux nouveaux arrivants qu’ils peuvent, qu’ils doivent même conserver leur culture, leur religion, leurs traditions…

Les Congolais, comme les autres, ont entendu les conseils. Les sorciers pullulent et font la loi dans un certain nombre de villes, à tel point que les meilleurs d’entre eux arrivent aux Mureaux, calque de Brazzaville.

Et font la loi… Du matin au soir et du soir au matin.

Régression, régression avec l’immigration, légale ou illégale.

Maladies, maltraitance des femmes, censure, délit de blasphème, sorcellerie… Que des bienfaits ! Quand ce n’est pas l’islam, c’est la sorcellerie de gens majoritairement chrétiens…

Ce sont là les copains de Macron, ceux sur qui il a essayé de faire pleurer à l’ONU.

Christine Tasin

Les Mureaux, fief des sorciers congolais : voitures qui brûlent seules, couples stériles ou séparés…

(Source : Résistance Républicaine)

Limoges et Grenoble : les copains de Méluche mettent le feu aux casernes de gendarmerie et en sont fiers

Limoges et Grenoble : les copains de Méluche mettent le feu aux casernes de gendarmerie et en sont fiers

Et ce sont eux qui prétendent lutter contre l’extrême-droite…

Il y a deux jours, c’était à Limoges. 5 véhicules du groupement de gendarmerie de Haute-Vienne été détruits dans la nuit de lundi à mardi.

Hier c’était à Grenoble, 6 fourgons d’intervention et deux camions logistique incendiés, garage et entrepôt ravagés sur plus de 1500 mètres carrés.

Les antifas ont déclaré leur haine aux gendarmes et aux policiers, incendier une voiture de flic et ses occupants ça devrait, selon eux, leur apporter la légion d’honneur. Manque de chance, ça leur a amené un procès…

Impardonnable, insupportable.

« Quelle que soit l’issue du procès, on continuera à s’en prendre à la police et à la justice. Notre hostilité est un feu qui se propage ».

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/09/21/97001-20170921FILWWW00153-grenoble-l-incendie-de-la-caserne-revendique.php

C’est écrit noir sur blanc, c’est revendiqué haut et fort.

Et il se passe quoi ?

Rien. Les policiers baissent la tête.

Et les juges ? Combien d’entre eux sont-ils affiliés au Syndicat de la Magistrature?

Combien d’entre eux soutiennent-ils  les délinquants « antifas » et autres assassins potentiels d’assassins ?

Voici la liste des soutiens de ceux qui ont essayé de tuer nos policiers :

AC !, Act Up Paris, Action antifasciste Paris Banlieue, Alternative Libertaire, APEIS, ATTAC France, CADAC, CEDETIM/IPAM, CGT Educ’action Versailles, CGT Educ’action Créteil, CNDF, CNT, Collectif Antifasciste Paris Banlieue, Collectif CIVG Tenon, CONEX (Coordination nationale contre l’extrême droite), Collectif de Saint Denis contre le FN et l’extrême droite, Confédération paysanne, Convergence et Alternative, DAL, DIDF, EELV, FA, FASE, FASTI , Fédération Anarchiste, FIDL, FSU, Fondation Copernic, Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, GISTI, Jeudi Noir, Justice et Libertés, L’appel et la pioche, La Horde, La LMDE, Les Alternatifs, Lesbian and Gay Pride Lyon, Les Debunkers, Marche Mondiale des femmes, Marches européennes contre le chômage, MRAP, Mémorial 98, MJCF, MNCP, M’PEP, NPA, PCF, PCOF, PG, Pink Bloc Paris, Ras l’Front Marne-la-Vallée, Ras l’Front 38, République et Socialisme, Réseau pour un avenir sans fascisme, SGEN-CFDT Académie de Versailles, SLU (Sauvons l’université), SNESUP-FSU, Solidaires Etudiant-Es, SOS Racisme, Sortir du colonialisme, Syndicat des avocats de FranceSyndicat de la magistrature, UNEF, Union syndicale Solidaires, UNSP, VISA (Vigilance et initiatives syndicales antifascistes)…

On y trouve donc  le Syndicat de la magistrature et le Syndicat des avocats de France côte à côte avec les plus anti-France, avec ceux qui troublent allègrement et en toute impunité l’ordre public, on ne sera pas étonnés de trouver même des syndicats enseignants comme SGEN-CFDT Académie de Versailles, CGT éducation…

Bref, pour tous ces gens-là la lutte primordiale c’est contre les policiers, accusés de représenter l’ordre et donc un Etat prêt à dire non aux dealers, délinquants, émeutiers en tous genres.

La gravité de la chose est que tous ces gens-là forment la milice du pouvoir qui s’appuie sur eux pour faire régner leur ordre dans la rue et s’opposer à tous les patriotes…

Christine Tasin

Limoges et Grenoble : les copains de Méluche mettent le feu aux casernes de gendarmerie et en sont fiers

(Source : Résistance Républicaine)