Archives de Catégorie: bêtisiers

Une vidéo tragi-comique à ne pas rater : Ils sont partout… Bijour, monsieur Vincent

Ils sont partout… Bijour, monsieur Vincent____________________________________________________

A lire aussi :  Les envahisseurs avaient déjà à l’époque un problème de rigidité au doigt  ____________________________________________________

Allez, un petit sourire pour commencer la journée avec ce rappel d’un sketch hilarant datant des années 90…

Aujourd’hui Les Inconnus seraient traînés au tribunal avec leur parodie des « envahisseurs » et Marcel Vincent…

Ci-dessous un article de novembre 2015 rappelant le contexte et les sources de ce sketch, pour ceux qui étaient trop jeunes ou auraient oublié :

RÉTRO, C’EST TROP – Chaque semaine, Jean-Christophe Buisson se souvient avec mélancolie des «Trente Glorieuses télévisuelles» (1950-1979).

En ce temps-là, l’amalgamisme permanent n’existait pas et le politiquement correct n’avait pas encore totalement rongé le service public. Sur Antenne 2, entre 1990 et 1992, Les Inconnus pouvaient s’en donner à cœur joie pour parodier la télé avec des sketches inoubliables. L’actualité étant ce qu’elle est, difficile de ne pas nous revenir en mémoire celui, mémorable, cultissime, de Marcel Vincent et des Envahisseurs Bijour, Missieur Vincent, on peut vous aider, Nardine… – Chut!!! On peut vous aider… tout court?» ; «Un p’tit Sidi Brahim, Missieur Vincent?»). Quatre minutes hilarantes (certains diront: visionnaires), inspirées d’une série de science-fiction américaine des années 60 qui faisait aussi dans l’allégorie – le péril envisagé, à l’époque, n’était pas vert mais rouge…

Les Envahisseurs, première série-télé de SF adulte (1967-1968), s’appuyaient sur un scénario simple: la Terre (ou plutôt: les Etats-Unis) était envahie par des extraterrestres mais un seul homme le savait. Son nom? David Vincent, architecte. Comme le rappelait le générique angoissant de chaque épisode, il les avait vus après s’être égaré, «par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne, alors qu’il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva.» A 43 reprises, il tentera de convaincre les autorités qu’il n’inventait rien. Que ces envahisseurs poussaient le vice jusqu’à prendre une apparence humaine (avec juste une légère malformation des mains se traduisant par la raideur anormale des auriculaires, les producteurs ayant jugé que l’idée de l’œil dans la paume de la main que seul David Vincent pourrait voir était à la fois ridicule et coûteux…). Que ces monstres froids et privés de tout sentiment représentaient un danger pour l’humanité. Qu’il fallait agir avant qu’il soit trop tard, etc. Il fallut pourtant attendre les 13 derniers épisodes pour que d’autres êtres humains le rejoignent dans sa traque héroïque de ces immigrants d’une autre planète. Et contre le soupçon de paranoïa aigüe dont il était victime. Avec cette idée passionnante que, finalement, ses congénères (égoïstes, individualistes, cyniques, sourds et aveugles) ne valaient peut-être guère mieux que les extraterrestres…

À quoi tenait la réussite de la série ? À l’atmosphère, mettant en scène, avec un pessimisme bien pesé, une Amérique en ruines, autant sur le plan moral que sur le plan matériel (beaucoup d’épisodes ont pour décor des zones urbaines post-industrielles, des usines désaffectées, voire le désert). À la musique angoissante de Dominic Frontiere (qui avait déjà signé celle de Au-delà du réel). À l’utilisation (rassurante, elle) d’un thème récurrent de la fiction américaine: le héros solitaire. Et enfin, the last but not the least, à l’interprétation magistrale de Roy Thinnes. La sincérité de son jeu sidéra les téléspectateurs: il semblait vraiment croire à cette histoire d’Envahisseurs. Ce n’était pas qu’une impression. Après avoir longuement conversé avec le chef-opérateur de la série, qui lui avait raconté avoir vu tout plein d’ovnis lors de ses missions aériennes durant la Seconde Guerre mondiale, l’acteur avait fini par se persuader que la Terre avait bel et bien été envahie. C’est ainsi que Roy Thinnes était devenu David Vincent. De même que les Envahisseurs étaient devenus des Terriens. Brrr….

http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-tele/series/2015/11/21/28005-20151121ARTFIG00003-quand-les-envahisseurs-faisaient-trembler-l-amerique.php

Frontalier74

Ils sont partout… Bijour, monsieur Vincent

(Source : Résistance Républicaine)

Publicités

Disparition, à l’âge de 91 ans, du comique américain Jerry Lewis

Jerry Lewis – Tribute – Hommage

_____________________________________________________

____________________________________________________

Hommage en vidéo

La machine à écrire : Jerry Lewis as typewriter Cinema Classico

Jerry lewis danse le mambo : JERRY BAILA MAMBO

Détente entre les deux tours de la Présidentielle…

Laurent Gerra

La chronique de Laurent Gerra devant Emmanuel Macron

-==-

Laurent Gerra

La chronique de Laurent Gerra devant Marine Le Pen

-==-

Un peu d’humour pour sourire en cette période sombre de l’histoire de l’humanité

_______________________________________________________

Une femme raconte à une amie : – J’ai trouvé une recette de goulasch absolument extraordinaire.
– Ah ! Et ton mari l’apprécie ?
– Écoute, c’est simple. Il suffit que je la mentionne pour que, tout de suite, il m’emmène au restaurant.

Deux enfants passent devant un panneau « Ralentir, école » :
– Ils ne croient tout de même pas qu’on va y aller en courant.

Dans le bâtiment de la sécurité sociale, un petit garçon demande à sa maman :
– Dis maman, combien y a de personnes qui travaillent ici ?
– A peu près la moitié, mon chéri.

La maman de Toto gronde :- Comment as tu pu dire à Tante Ginette qu’elle était si bête ? Vas vite la retrouver et lui dire que tu regrettes !
Toto s’exécute et va voir sa tante : – Tante Ginette, je regrette que tu sois si bête !

Le Petit Jésus rentre de l’école avec son bulletin et Marie l’examine :
– Mathématiques : 0/20 « Multiplie les petits pains et les boissons »
– Chimie : 5/20 « Change l’eau en vin pour amuser ses petits camarades »
– Sport : 2/20 « Marche sur l’eau pendant les épreuves de natation »

Marie, très en colère, regarde Jésus et lui dit : « Et bien, tes vacances de Pâques, tu peux faire une croix dessus ! »

Une petite fille feuillette l’album photos de famille. Soudain, elle demande à sa mère :
– M’man, qui c’est ce beau brun en maillot de bain, avec des muscles superbes sur la photo à côté de toi à la plage ?
– C’est ton papa quand je l’ai connu !
– Ah bon ? C’est mon papa ? Ben alors, qui c’est le gros type chauve qui vit à la maison ?

La maîtresse demande : – Par quelle lettre commence « hier » ?
Toto lève la main : – Par un d, madame.
– Tu fais commencer « hier » par un d ? s’étonne la maîtresse.
– Ben, hier, on était bien dimanche.

Toto revient de l’école avec son bulletin. Des zéros partout.
– Quelle excuse vas-tu encore me donner? soupire sa mère.
– Eh bien ! j’hésite entre l’hérédité et l’environnement familial.

Un instituteur se fâche après un de ses élèves : – Je t’ai enseigné tout ce que je sais, et tu es toujours aussi ignorant…

Un garçon a de si mauvaises notes en mathématiques que ses parents décident de l’enlever du lycée pour le mettre dans une école catholique réputée.
Sur son premier bulletin, ils découvrent, stupéfaits et heureux, que leur fils a récolté uniquement des A.
Ils l’interrogent, et le garçon leur répond :
– Vous savez, quand je suis allé à la chapelle de l’école et que j’ai vu ce pauvre homme cloué sur un signe plus, j’ai immédiatement compris qu’ils ne rigolaient pas !

Un immeuble flambe : – Vite, sautons par la fenêtre, dit un homme à sa femme.
– Mais, nous sommes au treizième étage !
– Ce n’est pas le moment d’être superstitieux, répond le mari.

Un mari félicite sa femme sur l’ excellence du dîner qu’elle a préparé :
– Délicieux, ton pâté, chérie ! Où as-tu trouvé la recette ?
– Dans un livre d’Agatha Christie, mon amour !

Un vieil homme va chez le magicien pour lui demander de supprimer une malédiction qui le poursuit depuis 40 ans.
Le magicien dit : – C’est possible de le faire disparaître mais vous devez me dire quels mots ont été exactement prononcés pour vous maudire ainsi.
Le vieil homme répond sans hésitation : – Je vous déclare maintenant mari et femme.

Une paysanne à son mari :
Demain c’est l’anniversaire de nos 30 ans de mariage, pour la circonstance, on pourrait tuer le cochon ?
Pourquoi dit le mari, c’est pas de sa faute !

La femme : Qu’est-ce que tu aimes le plus chez moi ? Mon esprit ou ma beauté naturelle ?
Le mari : Ton sens de l’humour

Une petite fille de 9 ans demande à sa maman :
– Quel âge as-tu, maman
– Cela ne se demande pas ma chérie, lui répond sa mère.
– Combien tu mesures, maman ?
– Cela n’est pas important ma chérie, reprend la mère.
– Maman, pourquoi toi et papa avez divorcé ? Redemande la petite fille.
– Cela ne te regarde pas ma chérie, dit la mère en terminant la discussion.

La petite fille demanda à sa meilleure copine pourquoi les adultes ne parlent pas de ces choses-là. Sa copine lui dit :
-C’est vraiment simple, toutes les réponses à nos questions sont sur leur carte d’identité.

Le lendemain la petite fille fouille dans le sac à main de sa mère et trouve sa carte d’identité. Elle est ravie de voir que son amie disait vrai, toutes les réponses à ses questions s’y trouvent !
Elle court alors voir sa mère et lui dit :
– Maman, je sais ton âge.
– Ah oui ? Et j’ai quel âge ?
– 36 ans. Et je sais combien tu mesures.
– Ah oui ? Combien ?
– 1 mètre 71. Et je sais aussi pourquoi toi et papa avez divorcé.
– Et bien cela m’étonnerait fort !
– Tu as eu un F en sexe… c’est vraiment pas une bonne note !

Cela se passe durant une réunion pour la liberté des femmes :
La première qui prend la parole est allemande :
– Bonjour, mon nom est Karen, et j’ai prévenu mon mari : « Frédéric, tu vas préparer le dîner et je veux du boeuf ! »
– Le premier jour, je n’ai rien vu, le deuxième jour non plus, mais au bout du troisième, Frédéric me préparait le dîner.

C’est au tour d’une Italienne:
– Bonjour, mon nom est Isabella, et j’ai dit à mon mari : « Luigi, à partir de demain tu nettoies toi-même la maison !  »
– Le premier jour, je n’ai rien vu, le deuxième jour non plus, mais le troisième, Luigi avait passé l’aspirateur.

C’est au tour de l’Algérienne :
– Bonjour, mon nom est Yasmina et j’ai dit à mon mari: « Mohamed, repasse le linge, Fainéant ! »
– Le premier jour, je n’ai rien vu, le deuxième non plus, mais le troisième, j’ai commencé à revoir un peu …. de l’oeil gauche !

Dans un train, les voyageurs s’ennuient. L’un d’eux propose de raconter des histoires drôles pour passer le temps.
– J’en connais une bien bonne…C’est un Suisse qui…
Son voisin se lève en protestant :
– Ah non monsieur ! Je suis Suisse !
Alors l’autre :
– Ce n’est pas grave, je vais la raconter lentement… !
Après avoir échoué à ses épreuves du bac, un étudiant envoie un télégramme à sa mère :
– J’ai raté – STOP – Prépare papa – STOP
Le lendemain, il reçoit la réponse :
– Papa préparé – STOP – Prépare toi – STOP

Alain rentre chez lui le soir.
Son père lui demande :
– Ce n’est pas aujourd’hui que l’on devait vous donner vos carnets ?
– Si, mais je l’ai prêté à Jérôme pour qu’il fasse peur à son père.

et pour finir, une vidéo : La pub aux Etats-Unis vue par Henri Salvador, dans les Grosses Têtes, un vrai moment de plaisir.

Henri Salvador – Le Gin (Pub Américaine)