Archives de Catégorie: ARCHEOLOGIE ISRAËL

Un morceau de parchemin biblique vieux de 2.000 ans découvert près de la mer Morte

Résultat d’image pour Emoticone qui lit Le Journal. Size: 85 x 95. Source: www.astuceshebdo.com

Un antique parchemin biblique, vieux de 2 000 ans, a été découvert en Israël, sur les contreforts de la mer Morte, dans la réserve naturelle de Nahal Ever. Il s’agit d’un passage d’un texte de l’Ancien testament. 

Un morceau de parchemin biblique vieux de 2.000 ans découvert près de la mer Morte

(Source : La Lettre Patriote)

Les mystères d’un « ordinateur  » vieux de 2 000 ans ?

______________________________________________

Des scientifiques pensent avoir percé les secrets de la machine d’Anticythère

Des scientifiques britanniques ont mené une nouvelle étude sur la machine d’Anticythère découverte en 1901 dans une épave près de l’île grecque du même nom. Ils pensent être parvenus à créer un modèle reconstituant dans son intégralité le mystérieux mécanisme.

Les épaves englouties dans les profondeurs à travers le monde ont révélé bien des artéfacts venus du passé. Mais la machine d’Anticythère reste sans aucun doute l’un des plus fascinants et intrigants. Ce mécanisme à engrenages demeure le plus ancien connu à ce jour et il questionne depuis longtemps les scientifiques.

C’est en 1901 que le dispositif a été mis au jour dans une épave reposant au large de l’île grecque d’Anticythère. Les observations ont montré que le navire était une galère romaine qui aurait sombré au cours d’une tempête il y a plus de 2.000 ans alors qu’elle transportait de nombreuses amphores, statues, pièces et d’autres objets divers.


L’un des fragments principaux de la machine d’Anticythère découverte en 1901 dans une épave. Marsyas/CC BY-SA 3.0

L’examen de la machine lui, a permis de déterminer qu’il s’agissait d’un calculateur astronomique utilisé pour prédire des événements tels que les éclipses, les phases de la Lune ou encore la position des cinq planètes connues à l’époque. L’objet en bronze s’est toutefois avéré largement incomplet.

Un puzzle complexe à reconstituer

L’ensemble récupéré comprend 82 fragments représentant à peine un tiers du mécanisme complexe. Depuis des décennies, c’est donc un véritable puzzle que tentent de reconstituer les scientifiques dans l’espoir de comprendre comment cette machine et ses engrenages fonctionnaient.

Près de 120 ans après sa découverte, c’est une équipe de l’University College of London (UCL) qui s’est penchée sur la question. Et elle pense être parvenue à résoudre au moins une partie de l’énigme. Selon leur étude publiée dans la revue Scientific Reports, ils ont mis au point un modèle décrivant l’intégralité du dispositif.

« Nos travaux révèlent le mécanisme d’Anticythère [sous la forme] d’une magnifique conception, traduisant une superbe ingénierie en un dispositif de génie. Il défie tous nos préconceptions sur les capacités technologiques des Grecs anciens », écrivent les auteurs dans leur rapport.

Le modèle éclaté des engrenages de la machine d’Anticythère mis au point par les chercheurs. © Tony Freeth

Pour concevoir leur modèle, les scientifiques se sont appuyés sur de précédents travaux menés sur la machine, notamment ceux de Michael Wright. Dans les années 2000, cet ancien curateur du Science Museum de Londres est parvenu à décrypter une grande partie du mécanisme et à en construire une réplique fonctionnelle.

D’autres modèles ont été construits par la suite mais « aucun d’entre eux n’est compatible avec toutes les données actuellement disponibles. Notre défi était de créer un nouveau modèle qui correspond à toutes les preuves existantes », soulignent les scientifiques dans leur étude.

Reconstituer le cosmos

Les précédentes recherches ont ainsi été couplées à d’autres portant sur les inscriptions observées sur les fragments grâce aux rayons X. Ces dernières décrivent l’arrangement du cosmos avec les différentes planètes – Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne -, le Soleil et la Lune se déplaçant sur des anneaux concentriques.

Deux nombres notamment se sont révélés cruciaux : 462 et 442. Ils décrivent les cycles des planètes Vénus et Saturne respectivement. En utilisant une méthode mathématique décrite par le philosophe grec Parménide, l’équipe a réussi non seulement à expliquer d’où provenaient ces nombres mais aussi à déduire les cycles de toutes les autres planètes.

A partir de ces données, ils ont ensuite construit un modèle supposant comment chaque engrenage et chaque cadran s’actionnaient pour montrer le déplacement des planètes, du Soleil et de la Lune. Tout en étant suffisamment limités et réduits pour tenir dans le compartiment de quelques centimètres de la machine.

Reconstitution d’après le modèle du panneau frontal et de la présentation du cosmos. Au centre, la Terre, les phases de la Lune et sa position dans le zodiaque. Puis les anneaux concentriques associés à chaque planète représentée par des « petites sphères ». © Freeth et al., Scientific Reports 2021.

« Le Soleil, la Lune et les planètes s’exposent dans un impressionnant tour de force du génie des Grecs anciens », a expliqué dans un communiqué le Pr. Tony Freeth, principal auteur de l’étude. « Notre modèle est le premier à correspondre à toutes les preuves physiques et les descriptions des inscriptions scientifiques gravées sur le mécanisme lui-même ».

Un modèle plausible et possible à fabriquer ?

Reste à déterminer si leur modèle fonctionne réellement et s’il pourrait effectivement avoir été fabriqué il y a plus de 2.000 ans. Les chercheurs projettent ainsi d’en construire une version physique d’abord avec les méthodes modernes, puis avec les techniques dont pouvaient disposer ses concepteurs de l’époque.

« Il n’y a aucune preuve que les Grecs anciens aient été capables de fabriquer quelque chose comme ça. C’est vraiment un mystère », a précisé à Live Science, Adam Wojcik, co-auteur de l’étude. « Le seul moyen de le savoir est d’essayer de fabriquer ça à l’ancienne méthode grecque ».

Si le modèle s’avère plausible, il ne résoudra pas totalement l’énigme de la machine d’Anticythère. Qui l’a fabriquée ? Comment était-elle utilisée ? Ou encore, que faisait-elle dans cette épave ? Et qu’est-il advenu des parties manquantes ? De nombreuses questions demeurent sur ce que certains nomment le « plus ancien ordinateur au monde ».

Emeline Férard  Mis à jour le 15/03/2021

https://www.geo.fr/histoire/des-scientifiques-pensent-avoir-perce-les-secrets-de-la-machine-danticythere-204059?

Schlomo

Les mystères d’un « ordinateur  » vieux de 2000 ans?

(Source : JForum)

Des Textes Bibliques Vieux de 2 000 ans

_____________________________________________________________

Des fouilles archéologiques en Israël ont mis au jour des fragments d’un parchemin biblique dans le cadre d’une opération nationale qui vise à lutter contre le pillage du patrimoine. C’est la première découverte de ce type depuis les manuscrits de la mer Morte, il y a plus de soixante-dix ans, dans les grottes de Qumrân.

En plus de pièces rares remontant à la révolte juive de Bar Kokhba contre les Romains (132-136 après J.-C.), on a découvert un squelette d’enfant vieux de 6 000 ans et le plus ancien panier tressé au monde, dans la grotte de l’Horreur du désert de Judée.

Sections du rouleau du Livre des douze prophètes mineurs découvert dans le désert de Judée avant leur conservation.

Un rouleau biblique vieux de 2 000 ans a été mis au jour dans le désert de Judée, a annoncé mardi l’Autorité israélienne des antiquités (AIA). Cette découverte marque la première mise au jour d’un tel artefact depuis des décennies, depuis l’époque des manuscrits de la mer Morte (voir Dead Sea Scrolls).

Video clip de l’expédition :  2,000-year-old biblical texts found in Israel, 1st since Dead Sea Scrolls – The Jerusalem Post (jpost.com)

Les deux douzaines de fragments ont été découverts dans une grotte du désert de Judée, à l’issue d’une opération de sauvetage à couper le souffle qui a duré plusieurs années et qui avait pour but de recenser toutes les grottes de la région, menée par l’AIA en coopération avec le département d’archéologie de l’administration civile.

Le parchemin était écrit en grec, mais le nom de Dieu apparaît en paléo-hébreu. Il contient des passages des Prophètes mineurs, dont Nahoum et Zacharie.

Outre le manuscrit, la grotte abrite plusieurs autres découvertes uniques, notamment un trésor de pièces de monnaie datant de l’époque de la révolte de Bar Kochba, le squelette d’un enfant datant d’environ 6 000 ans et un panier exceptionnellement bien conservé vieux de 10 000 ans qui, selon les experts, pourrait être le plus ancien objet de ce type jamais découvert (pour plus d’infos sur le panier cliquez ici here).

« Voici ce que vous devez faire : Dites la vérité les uns aux autres, rendez une justice vraie et parfaite dans vos portes. Ne préparez pas le mal les uns contre les autres, et n’aimez pas le parjure, car ce sont là des choses que je hais – déclare le Seigneur« , peut-on lire sur l’un des fragments, qui reprend un extrait du livre biblique de Zacharie. « L’objectif de cette initiative nationale est de sauver ces biens patrimoniaux rares et importants des griffes des voleurs« , a déclaré le directeur de l’AIA, Israël Hasson, dans un communiqué de presse.

« Les fragments de parchemins récemment découverts sont un signal d’alarme pour l’État. Des ressources doivent être allouées pour l’achèvement de cette opération d’importance historique. Nous devons nous assurer de récupérer toutes les données qui n’ont pas encore été découvertes dans les grottes, avant que les voleurs ne le fassent. Certaines choses ont une valeur inexprimable« .

La grotte, connue sous le nom de « grotte de l’horreur » dans la réserve du désert de Judée, Nahal Hever, se trouve à quelque 80 mètres sous le sommet de la falaise et on ne peut y accéder qu’en s’accrochant à des cordes.

« C’est un moment passionnant, car nous présentons et révélons au public une pièce importante et significative de l’histoire et de la culture de la Terre d’Israël« , a déclaré Hananya Hizmi, responsable du département d’archéologie de l’administration civile en Judée et Samarie.

« Dès la fin des années 1940, nous avons pris conscience des vestiges du patrimoine culturel de l’ancienne population de la Terre d’Israël avec les premières découvertes des manuscrits de la mer Morte« , a-t-il ajouté. « Aujourd’hui, dans le cadre de cette opération nationale, qui poursuit le travail des projets précédents, de nouvelles découvertes et preuves ont été découvertes et mises au jour, qui jettent encore plus de lumière sur les différentes périodes et cultures de la région« .

« Les découvertes attestent d’un mode de vie riche, diversifié et complexe, ainsi que des conditions climatiques difficiles qui prévalaient dans la région il y a des centaines et des milliers d’années. »

Les conditions de la région restent difficiles à ce jour. Quelque 80 kilomètres de grottes ont été étudiés dans le cadre de l’opération, y compris des cavités très éloignées et inaccessibles. Des drones et des équipements de montagne ont été utilisés ; environ la moitié de la zone reste à explorer.

Une cache rare de la période Bar Kokhba. Le squelette, qui appartenait probablement à un enfant âgé de 6 à 12 ans, a été enveloppé dans un tissu et momifié.

Squelette vieux de 6 000 ans d’une fille ou d’un garçon qui a été enterré enveloppé dans un tissu.

« En déplaçant deux pierres plates, nous avons découvert une fosse peu profonde intentionnellement creusée sous elles, contenant le squelette d’un enfant placé en position fœtale« , a expliqué Ronit Lupu, préhistorien de l’AIA.

« Il était évident que celui qui avait enterré l’enfant l’avait enveloppé et avait poussé les bords du tissu sous lui, tout comme un parent couvre son enfant dans une couverture« , a-t-elle ajouté. « Un petit paquet de tissu était serré dans les mains de l’enfant. Le squelette de l’enfant et l’enveloppe de tissu étaient remarquablement bien conservés, et en raison des conditions climatiques de la grotte, un processus de momification naturelle avait eu lieu ; la peau, les tendons et même les cheveux étaient partiellement préservés, malgré le passage du temps. »

Des Textes Bibliques Vieux de 2 000 ans*

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Albert Soued  pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

(Source : Dreuz.info)

Le symbole de la dynastie davidique trouvé à Jérusalem

https://static.jforum.fr/wp-content/uploads/2020/09/davidpsaumesvries.jpeg___________________________________________________

Les archéologues ne s’attendaient pas à trouver quelque chose d’aussi particulier, lorsqu’ils ont commencé à creuser près de ce qui est maintenant la promenade Armon Hanatziv

Le symbole de la dynastie davidique (crédit photo: TZVI JOFFRE)

Le symbole de la dynastie davidique – crédit photo: TZVI JOFFRE Publicité

Une découverte «unique dans une vie» consiste à trouver la façon dont la Cité de David est décrite et authentifiée par trois têtes de colonnes décorées, datant de 2700 ans,  soit la période du Premier Temple, immaculées et préservées, qui indiquent un lien intime avec la dynastie Davidique.

Les archéologues de la Cité de David ne s’attendaient pas à trouver quelque chose d’aussi particulier, lorsqu’ils ont commencé à creuser près de ce qui est maintenant la promenade Armon Hanatziv.

«Je suis toujours excité», a déclaré Yaakov Billig, un archéologue de la Cité de David qui a commencé à explorer la région d’Armon Hanatziv il y a environ 30 ans.

Il travaillait sur le chantier lorsque le bruit d’une pelle grattant une dalle de pierre l’a surpris. Après une fouille minutieuse, les archéologues sur le site ont découvert la pièce capitale (au sommet des piliers, voir ci-dessous), dont le style se retrouve dans les bâtiments royaux et officiels des royaumes d’Israël et de Judée pendant la période du Premier Temple.

«J’ai pensé : ‘Yaakov, peut-être que tu es exposé au soleil depuis trop longtemps !.’ Mais j’ai regardé à nouveau, et cette dalle était toujours là », a déclaré Billig au Jerusalem Post.

En soulevant le chapiteau du sol, ils ont été stupéfaits de constater non seulement que la pierre était décorée des deux côtés, mais qu’il y avait encore un autre chapiteau identique directement en dessous. Une troisième pierre identique a été trouvée à proximité.

Les pierres semblent avoir été cachées intentionnellement en raison de leur placement apparemment soigné. Cette façon de procéder a peut-être été la seule chose qui les a sauvés de la destruction, car le reste du site était «à peu près nivelé», de nombreuses pierres survivantes étant recyclées dans d’autres bâtiments, a déclaré Billig. On ne saura peut-être jamais pourquoi ces pierres-là, précisément, ont été si soigneusement cachées, a-t-il ajouté.

Les capitales sont liées à la dynastie davidique parce que de telles conceptions de la période des royaumes d’Israël et de Judée n’ont été trouvées que dans les régions qu’elles gouvernaient. La conception a été trouvée à partir de périodes ultérieures dans d’autres endroits de la Méditerranée et du Moyen-Orient.

Le dessin royal se trouve aujourd’hui sur des pièces de 5 NIS et sur des panneaux indiquant des sites archéologiques en Israël.

Outre les capitales, des artefacts supplémentaires trouvés sur le site indiquent également un bâtiment royal ou noble, y compris une toilette, qui n’a été trouvée que dans les maisons des riches à cette époque, a déclaré Billig.

Les résultats ont été révélés lors d’une conférence de presse en présence de Billig, de l’archéologue de l’Autorité des antiquités d’Israël, le Dr Yuval Baruch, du ministre de la Culture et des Sports Chili Tropper et du président de la Fondation de la Cité de David David Be’eri.

En utilisant des preuves d’artefacts trouvés sur le site et le niveau auquel ils ont été trouvés, les archéologues ont daté les capitales du septième siècle avant notre ère, entre le règne du roi Ézéchias et la conquête et la destruction babylonienne de Jérusalem.

L’emplacement du site semble indiquer une sorte de «sortie des murs» de Jérusalem, montrant que les gens se sentaient plus en sécurité dans leur environnement après l’échec du siège assyrien de la ville. L’histoire biblique du siège décrit la défaite des Assyriens comme un événement miraculeux contre toute attente, ce qui peut expliquer pourquoi les habitants de la ville se sont soudainement sentis suffisamment en sécurité pour s’installer hors des murs, a déclaré Billig.

Les autres sites archéologiques de la région ont tendance à être de la période du Second Temple, a-t-il déclaré, ajoutant que si des fouilles supplémentaires étaient menées, d’autres manoirs et palais pourraient être trouvés dans cette zone stratégiquement située.

Il existe environ 20 à 30 chapiteaux similaires, mais ceux-ci sont généralement plus grands et reconstruits. Ceux trouvés à Armon Hanatziv sont de taille moyenne et plus petits que les chapiteaux les plus courants et peuvent avoir été utilisés pour décorer des piliers dans une cour ou un patio. Des pierres plus petites de conception similaire ont également été trouvées sur le site et semblent avoir été utilisées dans un rebord de fenêtre décoratif.

Les découvertes archéologiques ne sont généralement révélées au public qu’après un long processus de recherche et d’étude. Mais la Cité de David et les responsables israéliens ont décidé que ces découvertes étaient trop importantes pour être cachées. La décision de révéler les découvertes à un stade aussi précoce a été prise «sur la base de l’idée et de la conviction profonde que ces vestiges archéologiques – cet héritage physique bâti – sont l’héritage de tout le public», a déclaré Baruch.

«Nous mettons tout en œuvre pour que le public voie à quel point l’archéologie israélienne est professionnelle, scientifique et impartiale – ce qui est pertinent pour tout le monde, peu importe où ils se trouvent, que ce soit en Israël ou ailleurs», a-t-il déclaré.

« Cette découverte est vraiment une découverte unique dans une vie », a déclaré le vice-président de la Fondation de la Cité de David (City of David Foundation), Doron Spielman. « Ce n’est pas tous les jours que nous sommes en mesure de découvrir quelque chose que quatre milliards de personnes dans le monde – qui ont une certaine identification à la Bible, et peut se les relier à l’ancienne Jérusalem, à l’idée de découvrir la Bible et de déterrer l’archéologie sous le sol en le reliant à l’endroit réel ”-

Un grand nombre d’artefacts supplémentaires de la même période ont également été trouvés sur le site. Mais les capitales peuvent être parmi les plus grands trésors, reliant le site aux histoires du royaume davidique dans la Bible. Les artefacts supplémentaires trouvés sur le site sont à l’étude et seront révélés au public à une date ultérieure.

jpost.com

Le symbole de la dynastie davidique trouvé à Jérusalem

(Source : JForum)

Israël – 11 février 2020

https://www.jforum.fr/wp-content/uploads/2020/02/kids0_634_423.jpg____________________________________________________

Ni victimes ni dégâts

L’actualité est si riche que les événements de Gaza passent au second plan. C’est tout juste si la presse évoque les frappes de représailles de l’armée de l’air israélienne après des tirs de roquettes du Hamas ou de la Jihad Islamique qui pour reprendre l’expression maintes fois répétée par les médias « n’ont fait ni victimes ni dégâts. » Façon de sous-entre qu’Israël se saisit du moindre prétexte pour pilonner les malheureux Gazaouis.

A y regarder de plus près tout de même, quand un groupe de jihadistes lance des roquettes, des obus de mortier et autres engins de mort vers des cibles civiles – kibboutzim, villes et villages – c’est pourtant bien dans le but de faire des victimes et des dégâts. Et si cet objectif n’est pas atteint, c’est soit que les paramètres de tir avaient été mal ajustés et que le projectile est tombé en plein champ, soit que le système dôme de Fer a réussi à le pulvériser en plein ciel. Le système n’est pas infaillible ; c’est pourquoi l’alerte est donnée dès qu’un départ de missile a été détecté. Israël peut se vanter d’être le seul pays au monde où la plupart des habitations et tous les établissements publics sont équipés d’abris. Ils sont obligatoires dans les nouvelles constructions. Seulement dans le pourtour de la bande de Gaza, certaines localités sont si proches de la frontière que les habitants ne disposent que de quelques secondes pour se mettre à l’abri.  Dans la journée, tous ne sont pas chez eux. Il leur faut alors chercher refuge dans l’une structures en béton disposées à cette effet sur le trottoir. Dans les lieux de travail, des exercices ont régulièrement lieu pour s’assurer que la course vers la pièce sécurisée se fasse sans panique et en bon ordre. Dans les écoles aussi des exercices d’évacuation, organisés de façon ludique, ont préparé écoliers et enseignants. C’est plus compliqué dans les jardins d’enfants où les plus petits sont souvent gagnés par la peur. Il y a des chutes, des pleurs, des mouvements de panique. « On ne s’habitue pas » avouent à mi-voix les institutrices, ajoutant en haussant les épaules, « et pourtant on n’a pas le choix. »

Si dans la journée les choses se passent relativement bien, la nuit c’est bien différent. Réveillés en sursaut les parents doivent courir vers les chambres d’enfants, prenant les plus petits dans leurs bras et se précipitant pour les mettre en sûreté. Lorsque l’abri est au sous-sol, les chutes sont fréquentes. Heureusement elles ne sont généralement pas graves. Bien sûr les personnes âgées sont particulièrement à risques. Souvent, jambe ou bras cassé, elles seront transportées à l’hôpital une fois l’alerte passée. Début février, une jeune maman serrant sur son cœur sa petite fille de trois semaines a trébuché dans l’escalier. La tête du bébé a cogné la marche. Des heures d’angoisse ont suivi pendant que la mère affolée attendait le verdict des médecins. Heureusement le crâne des tout-petits est encore bien malléable et il y a eu plus de peur que de mal.

Plus tard, terrés dans leurs abri, attendant le signal de fin d’alerte,  les habitants entendront les avions partir effectuer des missions de représailles. Et si par hasard les médias s’en font écho en France, ils ne manqueront pas d’ajouter que pourtant les missiles gazaouis n’ont fait ni victimes ni dégâts. Du drame que vivent au quotidien les hommes, les femmes et surtout les enfants côté israélien il ne sera jamais question.

©Michèle Mazel

Ni victimes ni dégâts

(Source : JForum)

-==-

https://www.coolamnews.com/wp-content/uploads/2020/02/Les-origines-des-juifs-dAfrique-du-nord.jpg

https://www.jforum.fr/wp-content/uploads/2020/02/juifs-afrique-du-nord-1021x580-1-768x436.jpg____________________________________________________

Juifs d’Afrique du nord : les origines

Les origines des juifs d’Algérie, du Maroc et de Tunisie

MARRANE OU EXIL l’ANNEE 1391 :

L’apport judéo-espagnol et judéo-portugais en Afrique du Nord par Pierre Mamou pour Coolamnews

L’année 1391 marque un tournant pour le judaïsme sépharade.

C’est l’année où des persécutions et des massacres organisés par des moines fanatiques, dont le sinistre Vincent Ferrier dans plusieurs régions d’Espagne, en Castille, en Aragon et aux Baléares obligent plusieurs dizaines de milliers de Juifs à se convertir au catholicisme ou à s’exiler en Afrique du nord, principalement au Maroc et en Algérie, deux des principales destinations pour ceux qui choisirent de partir cette année-là.

Alger voit alors arriver des sommités religieuses dont le RIBAH et le RACHBACH qui permirent au judaïsme Nord-Africain éprouvé et meurtri par l’épisode Almohade de se régénérer et de se revigorer.

En effet en 1140, des tribus Berbères Almohades islamisées et fanatisées dirigées par Abd el-Moumin ne laissent aux Chrétiens et aux Juifs dans toute l’Afrique du Nord et une partie de l’Espagne que le seul choix entre l’apostasie ou le martyr avec interdiction faite aux Juifs convertis de ne se marier qu’entre eux !

Le traité d’Omar instituant la dhimmitude qui tolérait les gens du livre à vivre en terre d’Islam moyennant de lourds impôts et un statut d’infériorité est abrogé sous prétexte que le Messie n’étant pas revenu 5 siècles après Mahomet pour les Chrétiens et pas apparu pour les Juifs, rendait ainsi caduque le pacte d’Omar.

Et un crypto-judaïsme apparut, comparable au marranisme qui devait apparaitre deux siècles plus tard dans la péninsule ibérique.

Les Chrétiens disparaissent

A la chute des Almohades, la présence Chrétienne avait complètement disparu en Afrique du Nord, alors que la plupart des anciennes communautés Juives revinrent au judaïsme à l’exception d’une partie de celle de Fès au Maroc et celle de Sfax en Tunisie.

Les conquêtes des Almohades accompagnées par des persécutions éprouvèrent durement le judaïsme nord-africain. L’apostasie et le martyre blessèrent gravement les corps mais plus encore fut la blessure des âmes.

Suivant le conseil de Maïmonide, de nombreux penseurs rabbins et des familles influentes quittèrent alors le Maghreb pour s’installer en Italie, en Egypte et en Orient.

Privées de cet encadrement les populations Juives se trouvèrent ainsi démunies de leurs guides spirituels, une ère de décadence commençait, même si une majorité d’apostats revinrent par la suite à leur foi ancestrale.

Mais heureusement, ces communautés Juives du nord de l’Afrique, grâce aux expulsions des Juifs d’Espagne au 14ème et 15ème siècle furent renforcées par les influences Espagnoles déjà présentes depuis des siècles par les liens étroits cultuels et culturels, des chants des traditions fort semblables, mais aussi linguistiques et économiques existant entre ces deux contrées voisines l’Espagne et le Maghreb.

Les étudiants juifs maghrébins allaient depuis toujours suivre leurs études dans les yeshivot espagnoles, de même que les maîtres espagnols, comme le fit Maïmonide, venaient apprendre ou enseigner dans les écoles nord-africaines.

L’arrivée des Juifs Espagnols devait faire de ces communautés juives d’Afrique du nord les héritières naturelles du judaïsme sépharade.

Le décret d’Isabelle la catholique

Quand en 1492, Isabelle la catholique acheva la reconquête de toute l’Espagne après la chute de Grenade et du dernier royaume musulman d’Andalousie, elle institua le 31 mars 1492 le décret de l’Alhambra qui laissait aux Juifs d’Espagne 4 mois jusqu’au 31 juillet pour choisir entre la conversion ou l’exil, car selon elle, la présence du judaïsme en Espagne empêchait les Juifs convertis après 1391 d’être de bons chrétiens car beaucoup de ces marranes pouvaient être tentés de revenir au judaïsme par la présence de Juifs, d’où l’installation des tribunaux de l’inquisition et l’expulsion de tous les Juifs refusant le baptême.

Avant la découverte de l’Amérique par le Marrane Christophe Colomb, dont la famille Juive originaire du nord-ouest de l’ Espagne en Galicie se convertit en 1391 et s’exila ensuite en Italie à Gênes, le découvreur de l’Amérique sollicita les souverains espagnols Isabelle la catholique et Ferdinand, pour financer son expédition afin de découvrir une nouvelle route des Indes.

Quand ils refusèrent c’est le ministre de l’économie, le marrane Luis de Santangel et d’autres riches Marranes qui permirent ce voyage avec le secret désir que Christophe Colomb découvre un nouveau pays pour accueillir les marranes et les Juifs persécutés.

Afrique du Nord, le refuge pour les Juifs

C’est donc en Afrique du nord avant la découverte de l’Amérique, qu’affluèrent les réfugiés Espagnols qui n’avaient pu trouver un refuge provisoire au Portugal.

L’installation de « ces porteurs de bérets » n’alla pas sans heurt avec les communautés Juives locales installés depuis plus de 15 siècles au Maghreb.

Les nouveaux venus amenaient avec eux, une civilisation, une mentalité, des connaissances différentes de celles du milieu autochtone : d’un côté des influences chrétiennes, de l’autre une longue osmose avec le milieu musulman.

Ceci devait marquer les différences profondes entre ces deux éléments du judaïsme désormais juxtaposé.

La supériorité évidente des Judéo-espagnols qui se manifestait aussi bien sur le plan intellectuel que commercial, devait les inciter à beaucoup de prudence grâce à la sagesse des rabbins espagnols qui accompagnaient les nouveaux arrivants.

Cette sagesse permit d’éviter les affrontements avec les Juifs autochtones repliés sur eux-mêmes, pénétrés de mœurs orientales et africaines et qui regardaient avec stupeur ces Juifs sortis d’un autre monde.

Au MAROC, l’unité du judaïsme fut cependant maintenue, les « porteurs de bérets » surent revêtir le turban et leur action ne fut que plus féconde.

Leur influence pénétra partout. Ils inspirèrent une renaissance des études dans les synagogues et dans les cités. Aussi leur rôle commercial fut prépondérant dans les échanges avec l’Europe et la diaspora marrane.

Ils s’imposèrent à tel point qu’ils absorbèrent presque entièrement l’élément Juif indigène. Tout le nord du Maroc adopta progressivement les coutumes des MEGOURASHIM (immigrés Juifs expulsés d’Espagne), tandis que dans le sud, les TOSHABIM demeuraient fidèles à leurs coutumes locales.

L’arbitraire pour les Juifs

A travers les heurts et les malheurs de l’histoire, quelques familles amassèrent cependant des fortunes considérables, tissant d’utiles liens commerciaux et diplomatiques à l’intérieur du pays et hors des frontières.

Certains Juifs occupèrent des hauts postes dans l’administration du royaume. A différentes époques, ils furent chambellans, conseillers des sultans, intendants, collecteurs d’impôts, trésoriers, exerçant même parfois des pouvoirs proches d’un vizir, mais régulièrement des émeutes anti juives troublaient la vie juive et le statut de dhimmi censé les protéger n’empêcha pas l’incessante persécution dont les Juifs furent les victimes.

En plus de l’interdiction qui leur est imposé de porter des armes, de ne pouvoir monter à cheval mais uniquement sur des ânes, de ne pouvoir construire leurs synagogues qu’en demi sous-sol, les Musulmans leurs crachent à la figure dans les rues, les battent, ne leur permettent pas de porter des chaussures, sauf pour quelques privilégiés admis chez le sultan et qui sont alors autorisés à porter des sandales sommaires.

Car les Juifs doivent toujours se présenter aux autorités pieds nus. Ils sont également obligés de porter des turbans noirs, ainsi qu’une marque spécifique pour les distinguer des autres habitants.

L’arbitraire règne et le sultan peut à sa guise déposséder un Juif qui s’est enrichi ou attenter à sa vie si bon lui semble. A cela s’ajoutent les incursions espagnoles et portugaises qui en priorité s’attaquent aux Juifs encore plus gravement qu’a la majorité musulmane.

Et des Juifs sont ainsi massacrés ou réduits en esclavage en 1510 à Tripoli, en 1541 à Alger, en 1578 à Tétouan ou à Tunis lors de la prise de la ville par Charles Quint.

Les migrations

Les Juifs traversaient aisément le Maroc du nord au sud, de l’est à l’ouest, de Tétouan à Taroudant, de Sijlimassa à Meknès et Salé, malgré les difficultés pour un Dhimmi. L’insécurité quasi permanente transformait les routes en coupe gorge pendant les périodes anarchiques d’interrègnes et de guerres intestines. Certains règnes marqués par l’énergie des souverains ont été exceptionnellement calmes et paisibles, comme par exemple au moment du règne de Moulay Ismaël (1672-1727). Tant qu’il y avait un souverain énergique on pouvait par 20 jours de marche voyager en caravanes, transporter des richesses et se livrer au commerce et aux échanges.

Les migrations internes pouvaient avoir différentes raisons : les populations d’une ville rebelle étaient parfois sur ordre du roi contraintes de quitter leur lieu de résidence, et aussi en période de disette ou d’épidémie. Par exemple en 1738, les Juifs quittèrent Meknès pour échapper à la famine et se rendirent dans les Doukkala puis plus au sud dans le Draa, ou les Juifs des Béni Snus qui allèrent s’établir à Oujda.

Les pèlerinages sont également l’un des motifs majeurs des grandes randonnées et déplacements à travers le Maroc (Hiloula, visite de la tombe d’un saint) située dans des zones parfois difficilement accessibles. Les Juifs pour leur sécurité se déguisaient parfois en Arabe, les hommes portant le turban (rezza) et les femmes le voile.

Les Yeshivot de certains foyers spirituels étaient éloignés et formaient les étudiants rabbins qui retournaient ensuite dans leur mellah d’origine. D’autres jeunes allaient en apprentissage dans une autre ville pour apprendre un métier, ou pour consulter une éminente autorité rabbinique pour régler un litige ou un héritage, et d’autres se déplaçaient pour des motifs économiques (artisans ou colporteurs ambulants)

Tous devaient faire face dans ces déplacements à des brigands ou des membres de tribus en rupture de bans. Les Juifs furent souvent victimes de malencontreuses aventures, voire de disparitions qui ne laissaient pas de traces. On a retrouvé dans des RESPONSA des arrêts des tribunaux rabbiniques relatifs au statut des Agounoths ( Aguna est une femme liée à un mari absent et dans l’impossibilité de se remarier sans preuve du décès de son mari).

On constate au Maroc :

Les MEGOURASHIM : Expulsés d’Espagne et du Portugal établis essentiellement dans l’ancien zone Espagnole du Maroc, sur la côte atlantique ou à l’intérieur suite à différentes migrations internes. La langue Castillane est conservée comme langue de communication, l’Haketiya et le ladino pour la culture et l’enseignement.

Les TOSHABIM : autochtones, indigènes arabisés qui parlent le judéo-arabe ou le judéo-berbère. L’hébreu restant la langue principale de la liturgie et de l’enseignement traditionnel.

On distingue ces catégories de groupes Juifs avec leurs caractéristiques propres : a) les Juifs vivant en milieu berbère parlant le berbère et habillés en berbère. b) les Juifs sahariens arabophones originaires de l’Arabie du sud et en particulier de Khaibar c) les Espagnols exilés de Castille et d’Aragon et parlant leur propre dialecte espagnol d) les exilés de l’Espagne musulmane parlant un idiome maure mêlé d’espagnol, d’arabe et d’hébreu e) des Juifs du Portugal souvent revenus de leur conversion forcée au christianisme et forts différents des autres originaires de la péninsule ibérique.

ALGERIE

Après les émeutes en Espagne en 1391, de nombreux Juifs espagnols quittent l’Espagne et s’installent majoritairement en Algérie particulièrement à Alger qui devient un grand centre rabbinique :

Grâce à Isaac Barchechat dit le RIBACH né en 1326 à Barcelone puis qui séjourna à Saragosse et ensuite à Valence en 1385 avant de s’installer à Alger en 1391 où Il fut nommé par le pouvoir en place grand rabbin d’Alger, mais déjà très âgé, il fit venir près de lui le jeune rabbin âgé de 30 ans et chirurgien de profession, Shimon Bar Semah Duran dit le RACHBACH (né en 1361 et décédé en 1442). Grands érudits et ayant un grand respect entre eux, ils rédigèrent ensemble les règles TAKANOTS (règles civiles et ordonnances rabbiniques) au Beth Din d’Alger, et leurs règles s’appliquèrent jusqu’à Tunis et jusqu’à aujourd’hui dans le monde sépharade, ils rédigèrent 517 RESPONSAS (consultations juridiques et arrêts de tribunaux religieux) ainsi que 14 ouvrages étudiés à Amsterdam en 1720.

Les rabbins d’origine Espagnole prirent la tête des communautés Juives d’Algérie et firent adopter la liturgie Sépharade.

La dynastie des rabbins Duran rayonna jusqu’au 19ème siècle et leur descendant mon ami Jean Paul Duran s’occupe aujourd’hui encore en 2020 des cimetières Juifs en Algérie.

Les incursions espagnoles et la présence ottomane

Les immigrés Espagnols s’installent dans les villes du littoral et à l’intérieur du pays où ils fusionnent progressivement avec les Juifs autochtones à Oran, Mostaganem, Ténès, Alger, Bougie et jusqu’à Tunis. De nombreux autres s’installent à Tlemcen dont le célèbre rabbin Ephraim Encaoua né à Tolède et dont la tombe devint un lieu de pèlerinage et dans d’autres cités comme Constantine, Miliana et Médéa. Au 17ème siècle ils furent rejoints par des marranes Portugais dont certains ayant transités par Livourne en Italie se spécialisèrent dans le commerce transsaharien, le rachat des captifs Chrétiens victimes de la piraterie, ainsi que du commerce avec l’Europe.

Les incursions Espagnoles en Algérie continuaient à alimenter les craintes des communautés Juives en Algérie et celles des tentatives de prendre Alger en 1541 et en 1775 échouèrent (pourim d’Alger). Mais après la prise d’Oran en 1669 par les Espagnols, les Juifs furent expulsés de la ville, certains se réfugièrent jusqu’à Livourne en Italie, mais Oran fut reprise par les Ottomans en 1708 et les Juifs purent alors y revenir.

Le statut de dhimmi

Avant et après la période Ottomane, les Juifs d’Algérie sont eux aussi soumis au statut avilissant de dhimmi. Ainsi en cas de litige avec un Musulman, le témoignage du Juif n’a aucune valeur et il est le plus souvent condamné. Certains Juifs furent ainsi brulés vifs à la porte de Bab el Oued après un simulacre de procès. Les Juifs vivaient en permanence sous la menace de massacres comme celui de 1805 dont témoigna le consul de France Dubois-Thainville en 1805. Il sauva 200 Juifs en les abritant dans son consulat, alors que le chef de la communauté Nephtalie Busnach fut tué. Et encore lors d’autres émeutes en 1815, quand le grand rabbin d’Alger Isaac Aboulker fut décapité.

Les Juifs par leur statut de dhimmi étaient avilis et contraints à des tâches infamantes comme dépendre les pendus lors des exécutions publiques, porter les riches musulmans sur leurs épaules lorsque la pluie rendait boueux les chemins, respecter des préséances dans les rues en descendant sur la chaussée pour laisser la place aux musulmans et ne jamais les regarder dans les yeux. Selon un autre témoignage du consul des Etats Unis au début du 19ème siècle ils devaient, lors des invasions de sauterelles, protéger nuit et jour les champs des puissants en restant allongés torse nu.

L’arrivée des troupes Françaises en 1830 devait mettre fin au statut infamant de la dhimmitude et en 1870 le décret Crémieux accorda la nationalité Française à la communauté Juive en Algérie et l’égalité des droits tant attendue.

TUNISIE

La communauté Juive de Tunisie est la plus ancienne d’Afrique du nord, elle remonterait à la création de Carthage par la reine phénicienne Didon 700 ans avant l’ère commune. La langue phénicienne était proche de l’hébreu et cette proximité n’était pas la seule : le temple de Salomon fut construit avec des cèdres du Liban et une région appelée Tarchich dans la bible pourrait être la Tunisie actuelle.

La destruction du premier temple vit arriver des Cohanim à Djerba et ce mouvement d’émigration continua après la destruction du 2ème temple et la révolte Juive contre Rome en Cyrénaïque.

A l’arrivée des conquérants Arabes, les communautés Juives  étaient présentes en Tunisie depuis plus de 1000 ans comme l’attestent de nombreux vestiges de l’époque Romaine, une antique synagogue de Naro à Hammam-Lif ou des lampes à huiles juives au cimetière de Gammarth, entre autres dans la banlieue de Tunis.

Dans les premiers siècles de l’islamisation de la Tunisie, protégée par le pacte d’Omar, la communauté Juive de Kairouan rayonna par ses nombreux érudits rabbins, savants, médecins comme l’atteste les nombreux documents retrouvés dans la genizah du Caire.

Mais à partir de 1165, descendus des montagnes de l’Atlas, les berbères almohades islamisés et fanatisés envahirent la Tunisie comme le reste de l’Afrique du Nord et imposèrent l’Islam. Il s’ensuivit une période de décadence jusqu’au retour des communautés Juives au judaïsme et à l’arrivée d’immigrants Juifs Espagnols qui apportèrent un renouveau religieux qui s’accentua un siècle plus tard par l’arrivée à Tunis de Juifs Portugais ayant transité par Livourne (Leghorno) en Italie. Ces Granas occidentalisés introduisirent des nouvelles pratiques commerciales, un mode de vie européen.

La scission

Mais contrairement au Maroc et à l’Algérie une scission s’opéra entre les deux communautés. Les Touansas autochtones refusant la mainmise des nouveaux arrivants proclamèrent en 1710 la création de deux communautés séparées ayant chacune leurs propres rabbins, leurs propres synagogues, leur abattage rituel et même des cimetières séparés.

Jusqu’à la fin du 19ème siècle, très peu de mariages eurent lieu entre les membres de ces deux communautés. Il fallu attendre 1945 pour assister enfin à la fusion en une seule communauté Juive.

Pierre Mamou pour Coolamnews. Février 2020

Juifs d’Afrique du nord: les origines (P. Mamou)

(Source : JForum)

-==-

___________________________________________________

6 palmiers dattiers de Judée ont poussé à partir de graines vieilles de 2 000 ans !

Selon une étude publiée dans la revue Science Advances, Sarah Sallon, du Centre de recherche en médecine naturelle Louis L. Borick, en Israël et ses collègues ont fait germer six graines de dattes de 2 000 ans qui avaient été découvertes sur des sites archéologiques dans le désert de Judée et la mer Morte entre 1963 et 1991.

Les scientifiques ont planté les graines bien conservées dans un site de recherche dans le sud d’Israël, et elles ont maintenant poussé pour devenir des plantes mesurant plusieurs pieds de haut dans certains cas.

Ces résultats – qui confirment la longévité des graines de palmier dattier de Judée – pourraient avoir plusieurs implications, selon les chercheurs.

« Cette étude offre une occasion unique de redécouvrir les origines d’une population historique de palmier-dattier qui existait en Judée il y a 2 000 ans », écrivent les auteurs de l’étude.

« Les caractéristiques du palmier-dattier de Judée peuvent éclairer les aspects de la culture ancienne qui ont contribué à la qualité de son fruit et sont donc potentiellement pertinentes pour l’amélio-ration agronomique des dattes modernes.

« Nous avons constaté, grâce à nos recherches, que beaucoup de ces plantes sont devenues très rares ou en voie de disparition. Je m’intéressais donc de plus en plus à ce qui poussait ici en Israël ».

« Certaines des choses qui poussaient ici, comme les fameuses dattes de l’Antiquité, il n’en reste plus aucune trace », a-t-elle dit. « Les dattes elles-mêmes sont très médicinales dans l’Antiquité et même aujourd’hui. »

Lorsque la région est tombée sous la domination des Romains, les dattes de Judée sont devenues très prisées dans tout l’empire, et leurs fruits ont été largement exportés et la culture des palmiers dattiers dans cette région s’est poursuivie bien après.

Mais il ne restait pratiquement plus de traces des plantations historiques, en partie à cause d’un mélange de changement climatique et de destruction des infrastructures par des vagues de conquête.

Newsweek & Israël Valley

6 palmiers dattiers de Judée ont poussé à partir de graines de 2 000 ans

(Source : JForum)

-==-

https://www.jforum.fr/wp-content/uploads/2020/02/de0527a0a0112091de6af68874df5cf2-768x540.jpg_____________________________________________________

Les frontières bibliques d’Israël retrouvées ?

Des Portugais retrouvent leur identité juive

Lire: www.comunidade-israelita-porto.org

« LA MÉMOIRE SÉPHARADE CONTINUE DE HANTER LE PORTUGAL »

Extrait d’une entrevue AVEC LE CÉLÈBRE JOURNALISTE ET ROMANCIER PORTUGAIS JOSÉ RODRIGUES DOS SANTOS PAR ELIAS LEVY (2016)

LVS : Quel regard portez-vous sur la communauté juive du Portugal d’aujourd’hui?

J.R.D.S. : Au fil du temps, la communauté juive portugaise s’est réduite comme une peau de chagrin. En 1536, alors que l’Inquisition instaurée par les monarques portugais battait son plein, quelque 400 000 Juifs furent expulsés du Portugal ou massacrés dans les colonies sous la férule du royaume portugais. Les Juifs qui restèrent furent contraints de se convertir au Christianisme.

Aujourd’hui, la communauté juive du Portugal ne compte plus qu’environ 1 500 personnes. C’est une communauté qui s’est lentement vidée.

Le gouvernement portugais a adopté en 2015 une Loi visant à redonner la nationalité portugaise aux descendants des Sépharades qui ont été bannis du pays au XVe siècle quand l’Inquisition fut instaurée.

C’est une mesure symbolique très juste, mais qui pour beaucoup de Juifs arrive trop tard.

Mais, il ne faut pas oublier que le Portugal compte dans sa population des milliers de descendants des nouveaux Chrétiens qui se sont fondus dans le tissu social. Bon nombre d’entre eux, tout en étant de fervents Catholiques, connaissent leurs origines juives ou continuent de se questionner sur celles-ci.

Dans les registres inquisitoriaux, on retrouve des noms de nouveaux Chrétiens que beaucoup de Portugais catholiques portent aujourd’hui : Henriques, Morao, Mendes, Pereira, Rodrigues, Silva, Souza, Mascarenhas, Matos, Pessoa, Preto…

Au Portugal, les mélanges entre les populations juive et chrétienne ont été très importants. Une étude réalisée dernièrement par l’Université de Lisbonne en collaboration avec l’Université de Caroline du Sud, aux États-Unis, a montré que le patrimoine génétique des Portugais est constitué à 40 % de gènes juifs.

Il est fort probable que mes ancêtres étaient Juifs. Il en de même pour Cristiano Ronaldo, joueur vedette du club de football Real Madrid. La probabilité qu’il soit demi-Juif est élevée!

Elias Levy

Des Portugais retrouvent leur identité juive

(Source : JForum)

-==-

______________________________________________

La Bible a t-elle raison ?

L’inscription pourrait confirmer les anciennes frontières d’Israël

Abel Beth-Maacah est mentionné à plusieurs reprises dans la Bible.

Pots trouvés à Abel-Beth-Maacah. (crédit photo: ROBERT MULLINS)  Pots trouvés à Abel-Beth-Maacah. (crédit photo: Robert Mullins)  ____________________________________________________

Jusqu’où s’étendait le nord du royaume biblique d’Israël ?

Une inscription en hébreu récemment découverte pourrait confirmer que la frontière de l’ancien Israël atteignait des zones, à propos desquelles certains archéologues étaient auparavant sceptiques, confirmant ainsi le récit de la Bible.

L’inscription a été découverte sur le site d’Abel Beth-Maacah, ont déclaré au Jerusalem Post les archéologues Dr Naama Yahalom-Mack et Nava Panitz-Cohen de l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Abel Beth-Maacah est mentionné à plusieurs reprises dans la Bible.

«Ben-hadad a répondu à la demande du roi Asa ; il a envoyé ses commandants de l’armée contre les villes d’Israël et a capturé Ljon, Dan, Abel-Beth-Maacah et tout Chinneroth, ainsi que tout le pays de Naphtali », lit-on dans la première référence dans I Rois 15:20 (traduction de Sefaria.org).

Plus tard, dans II Rois 15:29, la ville figure parmi celles conquises par le roi d’Assyrie.

Comme expliqué par les chercheurs, le tell (colline) éminent a été découvert au 19ème siècle et identifié à la ville mentionnée dans la Bible en raison de son emplacement et de la ressemblance entre le nom du village arabe Abil al-Qameh qui était situé au-dessus et correspond à l’ancien nom biblique. Il est situé à la frontière avec le Liban, non loin de la frontière avec la Syrie.

Il s’agit d’un site très vaste et bien en vue, et avant de commencer notre projet il y a huit ans, il n’avait jamais été fouillé, peut-être en raison de sa situation frontalière“, a déclaré Panitz-Cohen au Post.

Les archéologues ont souligné qu’il y a 3 000 ans, la ville était également au carrefour de différentes entités politiques, à savoir le Royaume d’Israël, le royaume Araméen et les Phéniciens, qui ne constituaient pas un État unifié mais vivaient dans plusieurs villes indépendantes (Cités-Etat) le long de la côte du nord.

Bien qu’Abel Beth-Maacah ait produit plusieurs découvertes importantes au fil des ans, y compris une œuvre d’art unique en forme de tête finement ciselée d’un homme barbu (image ci-dessus en Une)- ainsi que des figurines, des sceaux et des bocaux – aucune découverte à ce jour n’a permis aux archéologues de comprendre l’appartenance politique de la ville à l’âge du fer.

«La question que se posent les archéologues est de savoir à qui ils ont payé leurs impôts. Mais cela ne change pas nécessairement la culture, les cultes, la poterie et la cuisine de la ville. Cela signifie peut-être que les Israélites, les Araméens et les Phéniciens à cette époque, 10e et 9e siècles avant JC [E], partageaient de nombreux traits culturels », a déclaré Panitz-Cohen.

À la toute fin de la période de fouilles de l’été dernier, l’équipe, dirigée par les deux archéologues de l’Université hébraïque et le professeur Robert Mullins de l’Université Azusa Pacific à Los Angeles, a trouvé cinq pots écrasés dans un bâtiment de l’âge du fer.

Ce n’est que beaucoup plus tard, lorsque la restauratrice de l’Autorité des Antiquités Adrienne Ganur y a travaillé, qu’elle s’est rendu compte que l’un des pots comportait une inscription à l’encre, assez rare pour l’époque. Après d’autres études, le professeur Christopher Rollston de l’Université George Washington à Washington a déclaré que l’inscription comprenait le mot Lebenayau, ou «appartenant à Benayau», un nom formé par la racine Bana – qui en hébreu et dans de nombreuses langues sémitiques fait référence au concept de bâtiment – et la fin théophore «yahu» – se référant à YHWH, le Dieu des Israélites.

Yahalom-Mack et Panitz-Cohen ont expliqué que davantage de travail était nécessaire pour prouver qu’Abel Beth-Maacah faisait partie du Royaume d’Israël. Le pot aurait pu être apporté de loin et le nom écrit à un stade ultérieur, ou la ville aurait pu abriter des personnes ayant des identités culturelles et ethniques différentes.

Certaines réponses proviendront de recherches supplémentaires sur l’artefact, qui sont en cours. Par exemple, tester la source de l’argile à partir de laquelle le pot a été fabriqué.

Une question cruciale à propos de l’inscription est également liée à sa datation : les archéologues pensent qu’elle date vraisemblablement de la seconde moitié du IXe siècle avant notre ère, ou du début du VIIIe au plus tard. Si cela s’avérait vrai, l’inscription serait l’un des premiers exemples de ce type de terminaison théophorique septentrionale.

D’autres mystères entourent Abel Beth-Maacah.

Par exemple, le fait qu’ils «aient identifié des activités cultuelles, certaines uniques, qui diffèrent des expressions archéologiques d’activités religieuses sur des sites contemporains», a souligné Yahalom-Mack. Ou que jusqu’à présent, le site ne présente aucun signe de la destruction de la fin du 8ème siècle avant notre ère apportée par la conquête assyrienne, qui est mentionnée dans la Bible et a émergé sur d’autres sites de la région.

Des réponses à ces problèmes pourraient être trouvées cet été lorsque l’équipe reviendra pour une autre saison de fouilles.

«Cet été, nous allons à nouveau fouiller pendant encore un mois, en nous concentrant sur la zone et le bâtiment où nous avons trouvé les pots, entre autres contextes intrigants de l’âge du fer», a conclu Yahalom-Mack. “S’il s’avérait être un bâtiment détruit, ce sera la première destruction de l’âge du fer II que nous rencontrerons.”

jpost.com

Les frontières bibliques d’Israël retrouvées ?

(Source : JForum)

Incroyable archéologie : le plat de lentilles d’Esav découvert ?

Jérusalem : une découverte archéologique incroyable

France 2

Un site archéologique vieux de 9 000 ans a été découvert près de Jérusalem (Israël). Celui-ci bouleverse nos connaissances sur la période néolithique. Les spécialistes, eux, évoquent un Big Bang de la recherche préhistorique et archéologique.

Comme souvent, la découverte fut le fruit du hasard, sur le chantier d’une nouvelle route, à 6 km de Jérusalem (Israël). On y a découvert un site archéologique d’une ampleur et d’une richesse insoupçonnées, enfoui depuis des millénaires à quelques mètres à peine sous la surface. Pour Jacob Vardi, archéologue membre de l’Autorité des antiquités d’Israël, il s’agit du couronnement d’une carrière déjà bien remplie. Tout ce qui peut avoir le moindre intérêt archéologique est soigneusement mis de côté. Dès le premier coup de pelle, les archéologues ont compris que ces fouilles allaient éclairer d’un jour nouveau ce qu’ils savaient de l’époque néolithique dans la région du Levant.

Une découverte incroyable

Plus de 300 personnes se sont relayées. Elles ont récolté des dizaines de milliers d’objets. Parmi eux, une statuette représentant un bœuf ou un taureau, un bracelet, un pendentif en forme de tête humaine retrouvé dans une tombe… Mais ce qui a le plus de valeur aux yeux des scientifiques, ce ne sont pas les sculptures, mais bien un plat de lentilles. “Pour nous, c’est une preuve indiscutable de leur mode de vie. Ces lentilles que nous avons retrouvées par milliers dans un grenier à grains constituent une découverte incroyable. Elles sont carbonisées, c’est pour cela qu’elles sont bien conservées alors qu’elles ont 9 000 ans”, souligne Jacob Vardi. Bientôt, les travaux de construction reprendront et les ruines seront recouvertes par des engins de terrassement. Désormais, c’est au musée qu’on pourra admirer les trésors qu’elles recelaient.

mobile.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/archeologie/jerusalem

Marc

Incroyable archéologie : le plat de lentilles d’Esav découvert ?

(Source : JForum)

Archéologie : découvertes sous le Mont du Temple

____________________________________________

Archéologie : découvertes sous le Mont du Temple

« C’est très simple. Il n’y a pas de projet qui le montre mieux que celui-ci. Cela prouve que tout ce que nous avons dit, rêvé et prié est vrai. »

En Israël, les fouilles archéologiques sont interdites sous le Mont du Temple. Mais, en 1999, lors de travaux illégaux, plus de 9 000 tonnes de terre de cette zone avaient été jetées dans une décharge. Or cette terre était riche en trésors archéologiques inestimables…….

« Bien que la législation israélienne sur les antiquités exige des fouilles de sauvetage avant la construction de sites archéologiques, ce bulldozer illégal a détruit d’innombrables artefacts : de véritables trésors qui auraient fourni un aperçu rare de la riche histoire de la région. »

Deux archéologues, Gabriel Barkay et Zachi Dvira, ont récupéré cette terre dans une décharge.

En 2005, un grand projet de tamisage commençait, le Temple Mount Sifting Project (TMSP).

Ce projet désormais international compte près de 200 000 volontaires. Il s’agit du plus grand projet archéologique de l’Histoire.

Shlomo Zwickler a déclaré à CBN News :
« Le Temple Mount Sifting Project est une aventure archéologique dont le but est de trouver la preuve empirique de ce qui était sur le Mont du Temple il y a des milliers d’années. »

Selon le directeur du projet, à ce jour près de 500 000 richesses archéologiques ont été dévoilées.

« Nous avons jusqu’à présent environ un demi-million de trouvailles… dont la grande majorité provient du premier temple et à partir du 10ème siècle avant JC, époque de David et de Salomon. Et cela va de pair avec le récit biblique. »

Zak Mishriky, chrétien palestinien qui a grandi à Jérusalem, tient un commerce d’antiquités bibliques.

Il révèle la découverte d’une pièce qui contient du paléo-hébreu. Il ajoute avec humour :
« C’est une pièce très intéressante qui contient du paleo-hébreu, […], si les juifs n’avaient pas été ici, vous savez, vous trouveriez du japonais… »

Il affirme que « l’archéologie biblique prouve la Bible, ces objets sont juste une Bible ouverte. »

Pour certains, comme pour Zvi Koenigsberg, ce projet révèle le lien entre le peuple juif et la ville de Jérusalem :
« C’est très simple. Il n’y a pas de projet qui le montre mieux que celui-ci. Cela prouve que tout ce que nous avons dit, rêvé et prié est vrai. »


 infochretienne

‘Haï

Archéologie : découvertes sous le Mont du Temple

(Source : JForum)

On peut toutefois regretter que ce commerçant détienne ces pièces authentiques dans son magasin. Elles sont probablement d’une grande valeur ; alors,  n’auraient-elles pas été plus à leur place dans un musée afin que chacun puisse les admirer ? louyehi

Beer Sheva: mise à jour des vestiges d’un ancien village juif (Vidéo)

https://www.jforum.fr/wp-content/uploads/2019/04/2-1.jpg________________________________________________

Des chercheurs de l’Université Ben Gourion et de l’Autorité des antiquités israéliennes ont découvert des preuves fascinantes de la vie juive dans la capitale du Néguev pendant la Grande Révolte de Bar Kokhba et parmi elles, une bougie décorée d’un candélabre à neuf branches et des vases en calcaire intacts……..Détails, photos et vidéo………

Les vestiges de ce village juif à Beer Sheva datent de la fin du Second Temple, il y a environ 2 000 ans.
Ils ont récemment été mis au jour dans le cadre de fouilles archéologiques préparatoires à la construction d’un quartier situé près de l’entrée nord de la capitale du Néguev.
Au cours des fouilles, des chercheurs de l’Université Ben Gourion et des membres de l’Autorité des antiquités israéliennes ont découvert des preuves fascinantes de la vie juive dans cette région.
Parmi les objets trouvés, une lampe gravée, des vases en calcaire, les restes d’une tour d’observation, etc…
Le site, datant du premier siècle de notre ère aurait été occupé jusqu’à la révolte de Bar Kokhba, en 135.
Les archéologues ont également découvert des ouvertures qui conduisaient probablement à des tunnels d’évacuation creusés dans le sol.

L’archéologue Shira Bloch a déclaré qu’elle et ses archéologues avaient trouvé sur tout le site des bougies caractéristiques d’un village juif, des vases de pierre, des noyaux d’olives et de palmiers dattiers…..

L’archéologue Shira Bloch tient une cruche de 2 000 ans trouvée dans les fouilles

« Les vestiges de ce village s’étendent sur plus de deux dunams (2 km2) et comprennent divers bâtiments et installations », a déclaré le directeur des fouilles, Peter Peter Fabian, du Département de la Bible, de l’Archéologie et de l’Orient ancien de l’Université Ben Gourion du Néguev et du Dr. Daniel Varga de l’Autorité des antiquités israéliennes.

Selon eux, “le site était équipé de moyens de cuissons (des fours), des anciennes fosses à ordures et un système souterrain qui auraient été utilisés comme bain rituel » (Mikvé).

Les signes d’incendie découverts sur certains vestiges du site témoignent de la crise que le village a connu, probablement pendant la Grande Révolte, aux alentours de l’an 70 de notre ère. »

L’ancienne ville juive est située à la frontière sud de l’ancien royaume de Judée, près de la route menant de Tel Sheva à la plaine côtière méridionale.

On estime que l’emplacement stratégique du village est à l’origine de la construction d’une grande et robuste tour de guet, dont la base a été découverte lors de l’excavation, et qui couvre une superficie de dix mètres sur dix.

Il semble qu’un escalier en colimaçon conduise aux deux étages supérieurs, mais ils n’ont pas survécu au temps.

À la fin de la période romaine, les pierres de la tour ont été prises et utilisées pour la construction sur d’autres sites de la région.

Les découvertes les plus inhabituelles et les plus rares trouvées lors des fouilles étaient un fragment de lampe de type connu sous le nom de « Nir South » Yehudai.

La bougie découverte a également suscité beaucoup d’enthousiasme chez les chercheurs quand un candélabre à neuf branches a été découvert après son nettoyage.

La bougie ornée d’un candélabre à neuf branches

Selon les docteurs Fabian et Verga, « cela semble être l’une des toutes premières représentation artistique de Menorah ».

De plus, des dizaines de pièces de monnaie ont été découvertes sur le site, toutes en cuivre et la plupart d’entre elles datant de l’époque des romains.
Certaines ont été frappées dans la ville d’Ashkelon et d’autres dans diverses villes de l’empire romain.

 

Koide9enisrael

Beer Sheva : mise à jour des vestiges d’un ancien village juif (Vidéo)

(Source : JForum)

Jérusalem : Découvertes rares dans la Cité de David

https://i1.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2019/03/artrefact.pngcapture video Youtube ________________________________________________

Deux sceaux (empreintes de cachets et de timbres) portant des noms bibliques datant de la destruction du Premier Temple (il y a 2 600 ans) ont été découverts dans un bâtiment public lors de fouilles du parc national de la Cité de David, à Jérusalem dans le parking Givati…

Les artefacts ont été mis au jour lors de fouilles menées par des archéologues de l’Autorité des antiquités israéliennes et de l’Université de Tel Aviv sur le parking Givati, dans le parc national de la Cité de David à Jérusalem. Selon le professeur Yuval Gadot de l’Université de Tel Aviv et le Dr. Yiftah Shalev de l’Autorité des antiquités israéliennes, ces artefacts ont été découverts dans un grand bâtiment public détruit au VIe siècle avant notre ère,  probablement pendant la destruction babylonienne de Jérusalem en 586 avant notre ère.

De gros débris de pierre, des poutres de bois brûlées et de nombreux fragments de poterie calcinés témoignent que les artefacts auraient survécu à un incendie. Le premier sceau, qui mesurent environ un centimètre, déchiffré par le Dr Anat Mendel-Geberovich de l’Université hébraïque de Jérusalem, daterait du milieu du septième siècle  avant notre ère. L’empreinte du sceau porte l’inscription: « appartenant à Nathan-Melech, Serviteur du Roi ». Ce nom apparaît une fois dans la Bible, dans le deuxième livre de Rois 23:11, où il est décrit comme un fonctionnaire à la cour du roi Josias :  » Il enleva les chevaux que les rois de Juda avaient donnés au soleil, à l’entrée de la maison du Seigneur, par Nathan-Melech, l’officier qui était dans l’enceinte; et il brûla au feu les chars du soleil ».
Le titre « Serviteur du roi » (Eved HaMelech) apparaît souvent dans la Bible pour évoquer un haut responsable proche du roi et d’autres sceaux ont dejà été trouvés avec cette inscription dans le passé mais celui-ci est la première preuve archéologique du nom biblique de « Nathan-Melech. Le Dr. Mendel-Geberovich note que le fait que ce fonctionnaire ait été mentionné par son prénom seul indique qu’il était connu de tous, et qu’il n’était pas nécessaire d’ajouter sa lignée familiale. Selon Mendel-Geberovich, « Bien qu’il ne soit pas possible de déterminer avec une certitude absolue que le Nathan-Melech mentionné dans la Bible était en fait le propriétaire du tampon, il est impossible d’ignorer certains détails qui les unissent ».

Un deuxième sceau a également été découvert au même endroit, en pierre d’agate bleuâtre, gravé du nom « Appartenant à Ikar, fils de Matanyahu » (LeIkar Ben Matanyahu). Selon le Dr Mendel-Geberovich, « Le nom Matanyahu apparaît à la fois dans la Bible et sur d’autres sceaux déjà mis au jour. Cependant, il s’agit de la première référence au nom « Ikar », qui était jusqu’à présent inconnue.
Des sceaux privés étaient utilisés pour signer les documents et étaient souvent placés dans des chevalières (bagues) portées par leurs propriétaires. Dans les temps anciens, ces sceaux mentionnaient l’identité, la lignée et le statut de leurs propriétaires.

Selon le prof. Yuval Gadot de l’Université de Tel Aviv et du Dr. Yiftah Shalev de l’Autorité des antiquités israéliennes, la découverte de ces deux artefacts, dans un contexte archéologique clair et datable, est très rare.

Découvertes rares dans la Cité de David

(Source : Tel-Avivre)

L’ESPERANCE EN UN MONDE MEILLEUR – L’invention de la Palestine arabo-musulmane – Histoire d’une imposture, impostures de l’Histoire, par Michel König

L’ESPERANCE EN UN MONDE MEILLEUR. CE MONDE-LA EST A NOTRE PORTEE SI NOUS LE VOULONS VRAIMENT.
SI TOUS LES HUMAINS VOULAIENT SE DONNER LA MAIN POUR COMBATTRE L’AXE DU MAL QUI PERVERTIT ET DETRUIT LE MONDE, ALORS LE MONDE SERAIT PLUS VIVABLE, PLUS SEREIN. CE N’EST AUCUNEMENT DE L’UTOPIE ; CELA PEUT DEVENIR REALITE SI L’HUMANITE A LA VOLONTE DE CHANGER CE MONDE.
ALORS OEUVRONS TOUS ENSEMBLE POUR LE CHANGER

https://i1.wp.com/static.europe-israel.org/wp-content/uploads/2010/11/imposture-palestine.jpg

L’invention de la Palestine Histoire d’une imposture, impostures de l’Histoire 5/5

PARTIE 1 – PARTIE 2 PARTIE 3PARTIE 4

Conclusions

Cette présentation a pour but de montrer en quoi le fait national palestinien ne tient pas à la lumière des faits historiques et ne recouvre pas la définition de la Nation telle que la donnait Ernest RENAN. Il n’y a donc pas de nation « palestinienne », mais un « palestinisme » qui est l’habillage, le faux-nez d’une idéologie islamique radicale, à destination de l’occident. Alors quand le pape dit que les palestiniens ont droit à une patrie sur la terre de leurs ancêtres (sans dire un seul mot d’ailleurs de la réciproque israélienne), il est mal informé ou bien plutôt il fait de la real politique vaticane en retombant dans les vieilles ornières de l’église romaine décrites plus haut.

Un exemple significatif. Jérusalem est déclarée ville sainte de l’Islam et a même été déclarée capitale de la culture arabe, alors qu’elle n’est plus sous souveraineté arabe depuis 1099, date de sa prise par les croisés. Or le nom de Jérusalem n’est jamais mentionné dans le Coran. Les interprétations ultérieures ont fait dire que la ville au nord de la Mecque dans laquelle le prophète Mahomet s’est rendu serait Jérusalem. Cela d’autant que Mahounemet est mort en 550, et qu’à l’époque la « Palestine » appartenant encore à l’empire byzantin. Jérusalem n’a été conquise qu’en 638 par les Omeyyades qui y construisirent la mosquée d’Omar.

C’est ensuite l’éviction de la Mecque et des territoires conquis des Omeyyades relativement tolérants par les Abbassides plus fondamentalistes qui provoquera les croisades, les abbassides ayant interdit les pèlerinages chrétiens à Jérusalem. Les Omeyyades refugiés en Espagne en Andalousie y créèrent d’ailleurs une zone de tolérance d’où sortit au XIème et XIIème siècle une civilisation arabo judéo chrétienne extrêmement brillante avec les personnages de Maïmonide ou d’Averroès, avant que la conquête espagnole et l’inquisition n’y mettent fin.

Bizarre n’est-ce pas ? Les islamistes radicaux nous expliquent que le Coran est la parole même d’Allah soufflée à l’oreille du prophète par l’ange Djibril (Gabriel), qu’il n’est donc pas interprétable et doit être appliqué à la lettre. Oui, mais quand ça les arrange, ils l’interprètent dans le sens  qui leur est favorable.

A ce propos et pour conclure, je voudrais vous faire réfléchir sur une brève uchronie.

Une uchronie est un genre littéraire qui consiste à refaire l’histoire à partir d’un évènement passé : César réchappe de l’attentat de Brutus ou Napoléon gagne à Waterloo.

Supposons donc qu’en 1948, le jeune état d’Israël soit vaincu par les 5 armées arabes qui l’ont envahi (D’ailleurs ça n’est pas passé bien loin : tous les bookmakers donnaient les juifs perdants).

Les habitants juifs sont bien sûr massacrés ou rejetés à la mer dans l’indifférence générale qui a prévalu pendant toute la Shoah. Cela à la grande satisfaction de l’église romaine et de tous les bons catholiques qui voyaient maintenus les décrets divins portant l’anathème du peuple juif.

Les  habitants arabes (car à l’époque ils ne s’appelaient pas palestiniens) prennent le contrôle du pays et instaurent un seul état arabe et islamique.

Après la révolution islamique d’Iran, les radicaux du Hamas gagnent les élections instaurent la charria comme récemment vient de le faire la Somalie et proclament Jérusalem ville sainte de l’Islam.

Bien sûr les Juifs y sont strictement interdits, mais ensuite les imams fondamentalistes estimèrent devoir s’en prendre aux chrétiens qui s’arrogeaient le droit de penser qu’ils pouvaient avoir quelques titres historiques sur leur ville sainte.

Ils interdisent donc les pèlerinages, comme le firent les abbassides en 1054, ce qui provoqua la première croisade, chassent les communautés chrétiennes comme sont en train de le faire la plupart des pays arabes et comme les talibans avec les bouddhas d’Afghanistan dynamitent toutes les églises ou les transforment en mosquée.

Bien sûr, l’Europe tétanisée laisse faire, malgré les homélies du pape et l’administration américaine entame d’interminables pourparlers sans trop de conviction pour ne pas s’aliéner les producteurs de pétrole.

Alors, bien sûr tout le monde se prend à regretter qu’Israël ait été vaincu, ce qui aurait sans doute permis de maintenir une présence multiconfessionnelle dans la ville des 3 monothéismes.

Michel König

Pour © 2010 lessakele et © 2010 aschkel.info

(Source : Europe-Israël)