Archives de Catégorie: ARCHEOLOGIE ISRAËL

Israël – Des coquilles d’escargots utilisées pour la coloration des fils de tsitsit (tekhelet) découvertes au mont du Temple à Jérusalem

https://i0.wp.com/techelet.info/wp-content/uploads/2013/12/combo.jpg___________________________________________________

Les coquilles de « chilazon, » (un mollusque marin), utilisées pour la coloration très particulière des fils de tsitsits bleu-indigo appelée « tekhelet », découvertes au mont du Temple !

Lire l’article et voir la vidéo : Des coquilles d’escargots utilisées pour la coloration des fils de Tsitsit (Techelet) découvertes au Mont du Temple

(Source : Alyaexpress News)

 

Une ancienne gravure de ménorah découverte dans les collines de Judée

menorah

Menorah- Credit : Saar Ganor, Antiquities Authority

_____________________________________________________

Le site d’information israelnews  a annoncé une découverte rare et intrigante faite au cours du week-end de Hanouka par des randonneurs dans une citerne d’eau des collines de Judée. Sur les murs, dans la pierre, ils ont découverts une gravure anciennes d’une ménorah à sept branches et d’une croix juste à coté….

Le week-end dernier, Mickey Barkal, Sefi Givoni et Ido Meroz, tous les trois membres du Spéléo Club d’Israël ont visité des grottes cachées dans les collines de Judée. Quelle ne fut pas leur surprise de découvrir une représentation d’une ménorah à 7 branches avec une base de 3 pieds gravée sur le mur d’une des grottes. Il est rare de trouver ce genre de gravure sur la paroi d’une grotte, la découverte est d’autant plus symbolique qu’elle a eu lieu  pendant les vacances de Hanouka et plus surprenant encore une croix gravée près de la ménorah….

La ménorah est la preuve la présence juive dans la région au cours de la période du Second Temple. Elle a probablement été gravée dans la citerne par les habitants juifs du village au cours de cette période et la croix a été gravée plus tard pendant la période byzantine, très probablement au quatrième siècle.

La ménorah est un symbole juif de l’époque du Second Temple et à ce jour, seules deux gravures de ménorahs sont connues dans la région des collines de Judée :

– l’une sur une presse à huile à BetLoya

-et l’autre dans un complexe funéraire à proximité de Bet Guvrin.

Une ancienne gravure de ménorah découverte dans les collines de Judée

(Source : Tel-Avivre)

Miracle de ‘Hanouka

744391932652458640360yes1130

Credit : Ministère de la Culture et des Sports

Il y a une feuille de raisin d’un côté de la médaille avec les mots « Liberté pour Sion »,

Au verso le dessein d’une coupe avec les mots « Deuxième année de la grande révolte ».

La pièce date de la deuxième année de la révolte juive contre les Romains, soit en 67 avant JC.

La pièce a été trouvée dans une zone connue sous le nom de « chemin des pèlerins », qui était la route que les pèlerins juifs utilisaient pour monter au Temple y faire des sacrifices rituels pendant les vacances du Jubilé.

La route des pèlerins, ainsi que d’autres routes à Jérusalem remontant à 2000 ans, sera ouverte au public ce Hanouka 5777.

Il y aura une grande manifestation organisée par le Ministère de la Culture avec l’Autorité des Antiquités d’Israël. Cet événement célébrera 50 années de libération de Jérusalem de la férule jordanienne.

Encore plus de preuves de la connexion juive à Jérusalem

La Ministre de la Culture, Miri Regev (Likoud), a présenté la pièce au début de la réunion du cabinet pour discuter des symboles et des cérémonies de la commémoration, la libération et de la réunification de Jérusalem.

« En 1967, exactement 1900 ans (après que cette pièce ait été frappée), les parachutistes de Tsahal ont pénétré dans la Vieille Ville de Jérusalem et l’ont libérée – ils ont rendu la souveraineté juive à Jérusalem », a déclaré Regev.

Elle a ajouté que la pièce de monnaie est une preuve supplémentaire de la connexion juive historique à Jérusalem, en particulier suite à la décision de l’UNESCO ignorant de façon arbitraire la judéité de la capitale éternelle d’Israël.

« Cela nous a aidé en 1967 à retourner à Beit El, Hébron, Shiloh et à Elon Moreh. 
Ce sont là des lieux de revendications juives clairement identifiés à travers l’histoire comme étant associés aux Juifs – Les ancêtres étaient, là où Josué et les juges ont régné, où les prophètes prophétisé … et bien sûr, où nous sommes retournés à notre Jérusalem unifiée. »

Juste là, en bas de la tour de David, afin que nous puissions passer cette lumière de Hanouka, nous attendait une petite pièce toute simple nous rappelant surtout à ne jamais se résigner.

Liberté pour Sion.
Deuxième année de la grande révolte.

Miracle ?]

miracle de hanouka

(Source : JSS News)

Torah et Science : la plus vieille version du Lévitique révélée grâce à une technique 3D « Made in Israël »

LEVITIQUE1___________________________________________________

Une équipe d’archéologues israéliens est parvenue à déchiffrer un texte hébraïque vieux de 1 500 ans grâce à une nouvelle technique d’imagerie numérique en 3D.

Le fragment brûlé, de sept centimètres de long, contient les huit premiers versets du Lévitique de la Bible.

https://i1.wp.com/www.lemondejuif.info/wp-content/uploads/2016/09/LEVITIQUE2.jpg

Trop endommagé et trop fragile pour être déroulé, les archéologues ont utilisé une tomographie numérique avancée, un scanner en 3D, qui a permis de lire l’antique parchemin à travers les couches de peau d’animal.

Selon les archéologues, cette technologie pourrait aussi avoir des applications en médecine légale et dans le secteur du renseignement.

Le manuscrit avait été mis au jour en 1970 lors de travaux d’excavation à la synagogue d’Ein Gedi en Israël, près de la rive occidentale de la Mer Morte.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Torah et Science : la plus vieille version du Lévitique révélée grâce à une technique 3D « Made in Israël »

Découvertes antiques sous les appartements à Jérusalem

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'originefemininisraël.com ____________________________________________________

Une question vitale : fait-on encore des découvertes importantes de la
réalité de la présence juive multimillénaire sur la terre d’Israël ?

Oui, dans le quotidien de la vie…

Voyez le lien en haut de la page d’accueil de Modia :

http://www.modia.org

(Source : Modia)

Jérusalem: Découverte d’un bain rituel juif datant de l’époque du Second Temple, il y a 2000 ans (ni arabe ni « palestinien »)         Mikvé datant de l’époque du second Temple de Jérusalem (Ni arabe, ni palestinien !) Photo trouvée sur Europe-Israël

Israël – Mardi noir pour le mythe du « Juif colon en Palestine » : un archéologue israélien découvre un objet gravé au nom d’un des Grands prêtres du Second Temple

https://i0.wp.com/www.lemondejuif.info/wp-content/uploads/2016/09/POIDS-TEMPLE.jpg___________________________________________________

Un archéologue israélien a mis à jour dans la Vieille ville de Jérusalem un poids appartenant à un des Grands prêtres du Second Temple.

Le poids a été trouvé dans le cadre d’une excavation effectuée dans les décombres de la synagogue Tiferet Israel, détruite avec d’autres lieux de culte juifs par les Jordaniens lors de la guerre israélo-arabe de 1948-1949.

« En général, je ne ressens pas grand-chose quand je mets à jour des artefacts, mais là, en voyant le nom gravé du Grand prêtre, j’ai ressenti quelque chose d’indescriptible », a déclaré l’archéologue Dr. Oren Gutfeld de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Les Grands Prêtres, comme d’ailleurs tous les prêtres, appartenaient à la lignée d’Aaron, le frère de Moïse.

Début septembre, des archéologues israéliens ont identifié des centaines de morceaux de carrelage qui auraient orné le sol du Second Temple.

Le Mur occidental est tout ce qui reste du complexe du Second Temple, qui a été détruit par les Romains en 70 après JC.

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Mardi noir pour le mythe du « Juif colon en Palestine » : un archéologue israélien découvre un objet gravé au nom d’un des Grands prêtres du Second Temple

(Source : Le Monde juif.info)

Israël – Des élèves du secondaire ont découvert un atelier de poterie du IV ème siècle après JC

https://i1.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2016/07/atelier-du-iv-siecle.jpg

Des élèves du secondaire ont découvert un  four vieux de 1600 ans dans en Galilée occidentale (Photo: Courtoisie)

Cette semaine, des élèves du secondaire qui aidaient l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) sur un site archéologique  ont découvert un ancien atelier de poterie romaine en Galilée occidentale, a rapporté Ynet….

« Nous avons mené une enquête et des fouilles à grande échelle dans la ville de Shlomi, à la demande du conseil municipal et de l’Autorité des terres d’Israël« , a déclaré aux journalistes de Ynet, Anastasia Shapiro, la géologue des fouilles . « Nous avons déniché un atelier impressionnant qui servait à la fabrication de pots, d’urnes, et même de navires  » a-t-elle ajouté.

L’atelier de céramique, qui comprend un four unique, des entrepôts, des bassins d’eau et des sols en mosaïque, date de la période romaine, il y a environ 1.600 ans. « Le four, découvert récemment, est la cerise sur le gâteau de cette excavation. La plus part des fours anciens sont en pierre, or, celui-ci est le premier à être excavé dans la roche. » a expliqué Anastasia Shapiro. Selon elle, un four complet a tendance à se briser ou se décompose avec le temps, mais dans ce cas précis, toute la structure du four a été conservée : « Cette découverte est tout simplement unique en son genre« , se réjouit Shapiro.

D’autre part, les débris de céramique, découverts autour du four, indiquent que deux types de navires ont été fabriqués dans des ateliers de stockage transportés par voie terrestre et des amphores pour conserver le vin ou l’huile et l’exporter d’Israël par voie maritime. La découverte a été assistée par un groupe d’élèves du secondaire des communautés voisines et des villes de Nahariya et de Kiryat Bialik ( au nord d’Israël). « Les étudiants se sont portés volontaires sur ce projet depuis mai et ont dévoilé les murs de l’ancien atelier avant la découverte du four lui-même, ainsi que d’autres caractéristiques du complexe, tels que les points d’eau et des sols en mosaïque« , a précisé Shapiro.

D’une manière generale, le Ministère de l’éducation encourage les adolescents israéliens à compléter leur formation à l’extérieur de la salle de classe afin d’accroître la participation des étudiants dans divers projets publics dans les communautés voisines.

« On peut apprendre beaucoup de choses au cours d’une leçon d’histoire à l’école, mais il n’y a rien de comparable lorsqu’on la vit » a déclaré Gilad Zinamon, le coordonnateur de l’éducation de L’Autorité des antiquités d’Israël.

Traduit et adapté de Ynet par Or Imbar

Des élèves du secondaire ont découvert un atelier de poterie du IV ème siècle après JC

(Source : Tel-Avivre)