Archives de Catégorie: ARCHEOLOGIE ISRAËL

Jérusalem : rénovation d’un site historique datant du Second Temple

https://i2.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/11/site-sanhedrin-320x202.jpg_____________________________________________________

Le Parc Sanhédrin, remis récemment en état par l’Office national des Antiquités, vient d’être inauguré. Le public pourra désormais le visiter et passer des moments en famille sur une étendue de 28 dunams (28 000m2). La cérémonie, très émouvante, a été organisée par l’office de développement de Jérusalem, le ministère de Jérusalem et du Patrimoine et la municipalité de la ville.

Le Parc Sanhedrin, situé près du quartier de Sanhédria, est un site historique datant de l’époque du Second Temple. Il contient vingt grottes funéraires de la période romaine.

D’après la tradition juive, les dirigeants du Sanhédrin, assemblée législative composée de 71 membres, sont enterrés à cet endroit. L’entrée d’une des grottes est délimitée par une clôture de pierre sculptée et sur sa façade sont ciselées des formes représentant des vignes et des raisins. À l’intérieur se trouvent un certain nombre de tombes à différents niveaux et des escaliers mènent à un autre groupe de grottes funéraires.

Depuis le Moyen-âge, des fidèles viennent régulièrement se recueillir sur les sépultures et à la fin de la période ottomane et au début du mandat britannique, au début du vingtième siècle, des Juifs ont acheté les terrains pour tenter de protéger le caractère sacré du site.

Le ministre de Jérusalem et du Patrimoine Zeev Elkin (Likoud), présent à l’inauguration, a précisé dans son discours que ‘la mission n’avait pas été simple’, étant donné qu’il avait fallu préserver le site archéologique d’une grande valeur historique tout en proposant au public du quartier un espace vert.

Il s’agit toutefois, a-il souligné, d’une combinaison intéressante et je suis profondément ému de voir des centaines d’enfants du quartier s’égayer dans le parc’.  Il a salué le travail qui avait été effectué, affirmant ‘qu’on voyait nettement que de gros efforts avaient été déployés pour lui conserver son caractère unique et qu’ils avaient été fructueux’.

L’architecte qui a dirigé le projet, Youval Barouch, a estimé pour sa part que ‘le parc bénéficiait à présent de l’honneur qui lui était dû en tant que site d’une valeur archéologique et historique primordiale comme d’autres parcs nationaux du pays datant du Second Temple’.

Il a rappelé en outre qu’il était l’un des premiers parcs construits à Jérusalem après la Guerre d’Indépendance, en 1948 et que ‘jusqu’à la Guerre des Six Jours, il avait été l’un des principaux lieux touristiques de la ville’. Il a ajouté que malheureusement, pendant de nombreuses années, le site et les grottes avaient été laissés à l’abandon et même, en partie, endommagés. Il a encore indiqué que le projet de rénovation avait été entrepris il y a une dizaine d’années par l’Office des Antiquités, en partenariat avec la mairie de Jérusalem.

Claire Dana-Picard

Jérusalem: rénovation d’un site historique datant du Second Temple

(Source : Chiourim.com)

Publicités

Jérusalem – Découverte d’une nouvelle partie du Mur Occidental

Des archéologues israéliens ont présenté lundi une nouvelle partie du Mur Occidental récemment mise au jour dans la vieille ville de Jérusalem, ainsi qu’un vieux bâtiment romain.

Joe Uziel, qui a participé aux fouilles, a affirmé que ses collègues et lui connaissaient l’existence d’une partie non découverte du Mur Occidental et s’attendaient à trouver une rue romaine à sa base.

Mais, au fur et à mesure que nous creusions, nous nous sommes rendus compte que n’arrivions pas à trouver la rue. A la place, nous avons découvert un bâtiment circulaire”, a-t-il déclaré sur le site à des journalistes. “Nous avons réalisé en fait que nous mettions au jour une structure de type théâtre (romain)”, a ajouté l’archéologue.

Le recours au carbone 14 et à d’autres méthodes de datation ont permis de déterminer que ce bâtiment avait été érigé au IIe ou IIIe siècle de notre ère, mais que sa construction n’avait pas été achevée. L’Autorité israéliennes des Antiquités, qui a mené deux ans de fouilles, a précisé que des sources historiques évoquent ce bâtiment, mais durant le siècle et demi de recherches archéologiques modernes il n’avait pas été retrouvé.
(Le Monde Juif)

Découverte d’une nouvelle partie du Mur des Lamentations

(Source : Israel Video Network)

Israël – 17 octobre 2017

https://i2.wp.com/www.jewishpress.com/wp-content/uploads/The-Wilson%E2%80%99s-Arch-excavation-in-its-first-stages.jpg?w=1000

Les archéologues ont retrouvé le théâtre des colons Romains sous le Mur du Kotel près du Mont du Temple

Cette découverte au Mur occidental est exceptionnelle, les archéologues de l’Autorité des antiquités d’Israël ont découvert sous une couche de terre de 8 mètres, dans les tunnels du Mur occidental à Jérusalem des murs de pierres, entièrement conservés, qui ont été construits en pierres massives et sont remarquables dans la qualité de leur construction.

De plus, après l’enlèvement de cette couche de terre, les archéologues ont été surpris de découvrir qu’elle recouvrait les vestiges d’une structure théâtrale extraordinaire datant de l’époque romaine confirmant des écrits historiques décrivant un théâtre près du Mont du Temple. Ces découvertes passionnantes seront présentées au public lors d’une conférence intitulée les « Nouvelles études en archéologie de Jérusalem et de ses environs » qui se tiendra à l’Université hébraïque. La conférence de cette année marquera les 50 ans d’archéologie depuis l’unification de la ville.

Lors d’une conférence de presse ce matin (lundi) sous l’arche de Wilson dans les tunnels du Mur occidental, les murs de pierre et les restes étonnants du théâtre ont été présentés. Apparemment, beaucoup de choses ont été investies dans la construction du théâtre qui contenait environ 200 sièges.

Dès le début de la recherche archéologique à Jérusalem il y a plus de 150 ans, les chercheurs ont cherché les bâtiments publics mentionnés dans les sources historiques. Particulièrement importants parmi eux, les théâtres ou les structures de type théâtre sont mentionnés. Ces descriptions se trouvent dans des sources écrites de la période du Second Temple (comme Flavius) et dans les sources de la période qui a suivi la destruction du Second Temple, lorsque Jérusalem est devenue la colonie romaine d’Aelia Capitolina. Beaucoup de théories ont été avancées quant à l’emplacement de ces complexes, mais ils étaient sans fondement archéologique jusqu’à cette dernière découverte.

L'archéologue d'Israël Antiquities Authority Dr. Joe Uziel près des pierres du mur occidental découvert dans les fouilles. / Crédit photo: Yaniv Berman, courtoisie de l'Autorité israélienne des antiquités

L’Arche de Wilson est en fait la seule structure visible et intacte qui subsiste du complexe du Mont du Temple de la période du Second Temple. L’arc, construit en pierres énormes, est le dernier d’une série de tels arcs qui constituaient autrefois un gigantesque pont menant au mont du Temple depuis l’ouest.

L’arc se dresse au-dessus des fondations du Mur occidental et servait, entre autres, de passage pour les gens qui pénétraient dans le Mont du Temple et le Temple. Un énorme aqueduc passait également sur l’arche.

Selon les archéologues du site, Dr Joe Uziel, Tehillah Lieberman et Dr Avi Solomon : «Du point de vue de la recherche, c’est une découverte sensationnelle. La découverte était une vraie surprise. Lorsque nous avons commencé à fouiller, notre but était de sortir de l’Arche de Wilson. Nous n’imaginions pas qu’une fenêtre s’ouvrirait sur le mystère du théâtre perdu de Jérusalem. Comme beaucoup de recherches archéologiques, on s’attend à ce qu’une certaine chose soit trouvée, mais à la fin du processus, d’autres découvertes, surprenantes et stimulantes, sont mises au jour. Il ne fait aucun doute que l’exposition du Mur occidental et les composantes de l’Arche de Wilson sont des découvertes palpitantes qui contribuent à notre compréhension de Jérusalem. Mais la découverte de la structure théâtrale est le véritable drame.  »

« C’est une structure relativement petite comparée aux théâtres romains connus (comme à Césarée, Bet She’an et Bet Guvrin). Ce fait, en plus de son emplacement sous un espace couvert – dans ce cas sous l’Arche de Wilson – nous amène à suggérer qu’il s’agit d’une structure théâtrale du type connu dans le monde romain comme un odeon. Dans la plupart des cas, de telles structures ont été utilisées pour des performances acoustiques. Autrement, il s’agissait peut-être d’une structure connue sous le nom de bouleuterion – le bâtiment où le conseil municipal s’est réuni, en l’occurrence le conseil de la colonie romaine d’Aelia Capitolina – Jérusalem romaine.

Fait intéressant, les archéologues croient que le théâtre n’a jamais été utilisé. Un certain nombre de résultats sur le site indiquent ceci – parmi eux un escalier qui n’a jamais été complètement taillé. Il est clair que de gros efforts ont été investis dans la construction du bâtiment, mais bizarrement, il a été abandonné avant d’être utilisé. Les raisons en sont inconnues, mais elles peuvent avoir été liées à un événement historique important, peut-être la révolte de Bar Kokhba ; la construction du bâtiment a peut-être commencé, mais abandonnée lorsque la révolte a éclaté. Des preuves supplémentaires des constructions inachevées de cette période ont été découvertes par le passé dans les fouilles de l’Eastern Cardo sur la place du Mur occidental.

De nombreuses découvertes ont été découvertes dans les fouilles sous l’Arche de Wilson, dont certaines sont uniques, notamment des poteries, des pièces de monnaie, des éléments architecturaux , etc… Des méthodes de recherche avancées provenant de divers domaines ont été utilisées pour découvrir des restes invisibles à l’œil nu, mais seulement visibles à l’aide d’un microscope. Cela permet de tirer des conclusions à un niveau de précision qui aurait été impossible dans le passé, transformant l’étude des découvertes de l’Arche de Wilson en une recherche pionnière et micro-archéologique de pointe.

À maintes reprises, les découvertes archéologiques étonnantes permettent à notre génération de toucher l’histoire ancienne de notre peuple et de son héritage juif et sa connexion profonde avec Jérusalem. Chaque découverte me fait vibrer. Nous avons beaucoup de travail archéologique à faire et je suis certain que plus nous creuserons, plus tôt nous atteindrons les temps, ancrant davantage la connexion profonde du peuple juif à la Terre d’Israël et à Jérusalem«.

Mordechai (Suli) Eliav, directeur de la Fondation pour le patrimoine de la muraille de l’Ouest, a déclaré: « C’est l’une des conclusions les plus importantes de mes 30 années passées à la Fondation du patrimoine du Mur occidental. Cette découverte rejoint de nombreuses autres découvertes découvertes dans la zone de la Place du Mur Occidental qui, ensemble, créent une mosaïque historique vivante de Jérusalem et du Mur Occidental que les générations ont tant désirée. Il n’y a aucun doute quant à la valeur scientifique incommensurablement riche des découvertes dans ce domaine. Les découvertes symbolisent les invités des empires passés qui étaient ici au fil des ans, par opposition au peuple juif qui s’est tenu à cet endroit il y a environ 3 000 ans et qui est ici depuis toujours. La découverte, pour la première fois après environ 1 700 ans, de ces pierres provenant des cours inférieures du Mur occidental est très excitante. »

Les archéologues ont retrouvé le théâtre des colons Romains sous le Mur du Kottel prés du Mont du Temple

(Source : Alyaexpress News)

-==-

https://jssnews.com/content/assets/2017/10/air-768x412.png_____________________________________________________

A lire aussi : L’armée syrienne: ‘Il y aura de graves conséquences contre Israel suite à l’attaque israélienne’

_____________________________________________________

Attaqué, Israël riposte et réduit en cendres une batterie de missiles syriens

L’armée de l’air israélienne a attaqué et détruit une batterie antiaérienne syrienne SA-5 à l’est de Damas lundi matin après avoir tiré un missile sol-air sur des avions israéliens.

La batterie de missiles SA-5, stationnée à une cinquantaine de kilomètres à l’est de la capitale syrienne, a tiré sur des avions israéliens effectuant un vol de reconnaissance de routine dans l’espace aérien libanais, selon le porte-parole de Tsahal, le général de brigade Gene. Ronen Manelis.

Nous considérons le régime syrien comme responsable et considérons ces missiles comme une provocation syrienne claire, et cela ne sera pas accepté”, a déclaré Manelis, ajoutant qu’Israël n’a pas l’intention d’entrer dans la guerre civile en Syrie, mais Israël réagira à toutes provocations.

Manelis a déclaré aux journalistes que la Russie avait été informée de l’incident dans lequel aucun avion israélien n’a été touché.

M. Shoigu rencontrera le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Avigdor Liberman et d’autres hauts responsables pour discuter des préoccupations actuelles de l’Etat juif concernant l’enracinement de l’Iran en Syrie et le transfert d’armes avancées au Hezbollah par Téhéran via Damas.

Les frappes se poursuivront lorsque “nous aurons des informations et une faisabilité opérationnelle”, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Sylvain Celent

Israël réduit en cendres une batterie de missiles syriens

(Source : JSS News)

-==-

https://i0.wp.com/static.europe-israel.org/wp-content/uploads/2017/10/Meyer-Habib.jpg______________________________________________________

Meyer Habib, le député UDI de la 8e circonscription des Français de l’Etranger, appelle la France à suivre les Etats-Unis et Israël et à quitter l’UNESCO.

Décision forte et morale des USA et Israël de se retirer de falsificateur de l’histoire. Quid de la France ? Courage, suivons!!

Le député Claude Goasguen a déclaré sur son site internet :
La décision des États-Unis de se retirer de l’UNESCO était prévisible compte tenu des résolutions successives votées en dépit du bon sens contre Israël.

Le retrait des États-Unis porte un coup très dur sur le plan financier à l’UNESCO et sera peut-être l’occasion de réorganiser une organisation internationale qui ne répond plus à sa vocation de défense de la culture universelle.

Je souhaite que la France tienne compte de la position américaine pour amener l’UNESCO à retrouver sa véritable vocation.

Voir l'image sur Twitter

Le député Meyer Habib à propos de l’UNESCO : “Français: Courage, suivons !!”

(Source : Europe-Israël)

Monsieur le député, vous savez bien que la France n’a aucun courage, et qui plus est, elle est foncièrement anti-sioniste ! louyehi

-==-

Résultat de recherche d'images pour "photos des judokas israéliens"
_______________________________________________

HONTE A ABU DHABI : les judokas israéliens ne seront pas autorisés à rivaliser avec les symboles de l’Etat d’Israël

Les organisateurs du concours de judo à Abou Dhabi interdisent à la délégation israélienne de rivaliser avec les symboles de l’Etat d’Israël. Le drapeau ne sera pas non plus levé ou l’hymne national ne sera pas entendu.

Les organisateurs de compétitions de judo du Grand Chelem, qui devrait avoir lieu dans deux semaines à Abu Dhabi, a déclaré à la délégation israélienne que les joueurs ne seront pas en mesure de rivaliser avec leur propre drapeau et le nom de leur pays sur leur kimono.

Dans chaque compétition où les compétiteurs israéliens de Judoka ont participé, ils portaient l’inscription ‘ISR’ sur leurs revers. Les organisateurs de la prestigieuse compétition exigent maintenant que lors de l’événement sportif dans leur pays, l’inscription sur le vêtement sera de l’Association mondiale de judo et il n’y aura pas de mention israélienne.

En outre, si l’un des compétiteurs israéliens remporte une médaille d’or, le drapeau national ne sera pas soulevé et l’hymne ne sera pas joué dans la salle. Il y a environ deux ans, l’Association israélienne de judo a fait face à une directive similaire et a finalement demandé à ses représentants, Jordan Jerbi et Shaggy Muki, de concurrencer le symbole de l’Organisation mondiale. Il convient de noter que la compétition à Abu Dhabi n’est pas soumise à l’Union Mondiale pour qu’ils puissent déterminer eux-mêmes les règles.

L’association israélienne de judo a admis qu’ils n’avaient pas d’autres choix que d’accepter la directive scandaleuse « , comme cela est arrivé il y a deux ans dans la compétition à Abu Dhabi, l’Association Israël de Judo et estime que cette fois il n’y aura pas d’équipe israélienne avec le drapeau national.

L’association n’a pas aimé la consigne des organisateurs du concours  et ils rencontreront à Zagreb certains dirigeants pour changer la décision du Comité d’Organisation à Abu Dhabi. Nous ne nous laissons pas entraînés dans l’arène politique et nous n’attribuerons pas de prix à ceux qui veulent nous empêcher de paraître dans le monde. Notre objectif est les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et les tournois en cours de route sont un moyen d’atteindre cet objectif. Il y a ceux qui essaient de saboter cet objectif et qui seront heureux si les Israéliens n’apparaissent pas aux Jeux Olympiques mais nous ne leur permettons pas d’interférer ‘

Abu Dhabi | Les judokas israéliens ne seront pas autorisés à rivaliser avec les symboles de l’Etat d’Israël

(Source : Alyaexpress News)

-==-

https://i2.wp.com/www.jforum.fr/wp-content/uploads/2017/10/2824.jpg        À gauche : le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah (Paula Bronstein / Getty Images). Droite : Ismaïl Haniyeh, leader du Hamas (Muhammad Alostaz / PPM via Getty Images) _____________________________________________

Le dernier accord de «réconciliation» entre l’Autorité Palestinienne et le Hamas rapproche les Palestiniens de la création d’un État à l’intérieur de l’État dans la bande de Gaza. L’Autorité palestinienne et le Hamas auront désormais deux mini-États distincts dans la bande de Gaza.

Source : GatestoneInstitute

Cet ordre rappelle la situation au Liban, où le Hezbollah a son propre ministère.

Comme les états normaux, le Hezbollah au Liban a sa propre armée et son propre territoire. Cette situation, qui dure depuis des décennies, a mis en colère de nombreux hommes politiques libanais.

Comme des dizaines d’hommes armés et masqués du Hezbollah au début de cette année ont mené une attaque de nuit pour arrêter des trafiquants de drogue à Beyrouth, les hommes politiques libanais ont accusé leur gouvernement d’avoir abandonné son autorité en faveur du Hezbollah « mini-Etat ». Les militants appartenaient au « Département de la sécurité sociale » du Hezbollah, une force de police opérant indépendamment des autorités de sécurité libanaises.

« Voilà comment un pays regarde comme on l’a abandonné son autorité en faveur de ce «petit Etat»(le Hezbollah), a déclaré Ashraf Rifi, ancien ministre de la Justice du Liban.

Qui précise que les images des miliciens du Hezbollah ayant mené le raid, pour la énième fois témoignent du fait que l’existence même du Hezbollah est en violation de l’État et de ses institutions.

Le Hamas et l’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas se dirigent à présent, volontairement ou non, vers un scénario similaire à celui du Liban. L’accord de «réconciliation» qu’ils ont conclu au Caire ouvre la voie à la création d’un mini-État au sein d’un mini-État de la bande de Gaza. Ces deux «États» seront ajoutés à la «mini-Autorité palestinienne» qui existe déjà dans certaines parties de la Cisjordanie.

L’accord médiatisé égyptien n’implique pas que le Hamas désarme ses forces de sécurité et sa branche armée, Ezaddin Al-Qassam. L’accord n’impose pas non plus au Hamas d’abandonner ses armes ou d’arrêter de lever des armes et de se préparer à la guerre.

La seule chose connue pour l’instant est que l’accord donne à Abbas et à son Autorité palestinienne le contrôle civil de la bande de Gaza, tandis que la sécurité est entre les mains du Hamas.

C’est une situation très confortable pour le Hamas, qui a en effet été libéré de toute responsabilité vis-à-vis de la population civile. Le Hamas n’aurait pas pu espérer un meilleur accord.

Tout comme le Hezbollah au Liban, le Hamas dans la bande de Gaza est libre de maintenir ses propres arrangements de sécurité et des forces de sécurité dans la bande de Gaza, alors que le gouvernement Abbas prend en charge les conditions civiles et le paiement des salaires aux employés de l’administration civile.

Il serait également plus que difficile d’imaginer que le Hamas serait prêt à émettre des contrôles de sécurité ou à laisser les forces de sécurité d’Abbas retourner dans la bande de Gaza.

Le cas du Liban semble meilleur que celui qui se profile à Gaza pour plusieurs raisons. Là, le gouvernement a au moins sa propre armée et police. Dans la bande de Gaza, il est peu probable que le Hamas revienne à l’ère d’avant-2007, lorsque l’Autorité palestinienne disposait de multiples forces de sécurité qui maintenaient une emprise serrée et maintenait le Hamas sur la défensive en arrêtant régulièrement ses dirigeants et ses membres.

Et malgré les nombreuses preuves d’amitié de la part du premier ministre Rami Hamdallahs et la visite de sa délégation à la bande de Gaza le 2 Octobre – la première du genre depuis la prise violente et sanglante du Hamas en 2007 – il y a encore beaucoup de rancoeur et tension entre les deux parties.

Les dirigeants du Hamas et des représentants du gouvernement – qui a accusé à plusieurs reprises Abbas et son équipe de faire partie d’une « conspiration » américaine et israélienne afin d’étouffer et de punir les Palestiniens dans la bande de Gaza – se disent extrêmement prudents sur l’« accord de réconciliation. » Le Hamas est prêt à donner à l’Autorité palestinienne le contrôle de divers organismes gouvernementaux et ministères – mais ici aussi, ce point n’est pas arrêté. Le problème de sécurité réside dans une boule complètement différente.

Au cours des dix dernières années de rivalité impitoyable entre les deux partis, le Hamas et l’Autorité Palestinienne ont arrêté tous les deux des centaines de membres et d’adeptes dans le camp adverse. De ce fait, l’envie de vengeance est toujours aussi forte.

Les récentes sanctions d’Abbas contre la bande de Gaza, et notamment la coupure des salaires de milliers de fonctionnaires, obligeant ainsi nombre d’entre eux à prendre une retraite anticipée, son refus de payer l’électricité fournie par Israël et la suspension des expéditions de médicaments, ont accru les tensions des deux côtés.

En avril dernier, un responsable du Hamas, Marwan Abu Ras, sur une place publique de la bande de Gaza, a appelé ouvertement à l’exécution d’Abbas pour haute trahison. Une telle fureur entre les responsables du Hamas et Abbas ne peut guère s’être apaisée en quatre mois.

Pour l’instant, cependant, le Hamas semble prêt à avaler la pilule amère – car sa survie est en jeu. Isolé et dépouillé, le Hamas coopérera avec quiconque lui offrira de l’oxygène.

Abbas, de son côté, a accepté de servir de sauveur du Hamas.

Pourquoi? Pour une raison simple: il ne veut pas voir un accord entre Mohammed Dahlan et le Hamas.

Aussi, aux yeux d’Abbas, cet « accord de réconciliation » est une victoire, non parce que le Hamas a renoncé ou renoncé à sa sécurité dans la bande de Gaza, mais parce qu’il a réussi à empêcher Dahlan de revenir à Gaza et sur la scène politique. Avec le soutien des Émirats arabes unis, de l’Égypte et d’autres pays arabes, le retour et l’alliance de Dahlan avec le Hamas porteraient un sérieux coup à Abbas et à son gouvernement palestinien.

Une alliance entre Dahlan et le Hamas saperait le désir d’Abbas d’être président de tous les Palestiniens, y compris de ceux de la bande de Gaza. De plus, une telle alliance renforcerait la volonté de Dahlan, qui vit en exil aux Émirats arabes unis, ce qui augmenterait ses chances de poursuivre Abbas en tant que président de l’autonomie gouvernementale.

Le Hamas a toutes les raisons d’être satisfait de « l’accord de réconciliation » avec Abbas. La seule concession que le mouvement devait donner était d’abolir son «comité administratif», agissant comme un gouvernement fantôme dans la bande de Gaza. Le Hamas est soulagé de cela, car cela les dispense de gérer l’aspect civil et de payer les salaires. Le rejet de cette responsabilité permet au Hamas de renforcer ses capacités militaires.

Il convient de noter que l’accord médiatisé égyptien ne contient aucune revendication du Hamas au niveau politique. le seul fait qu’il ne lui soit pas demandé de reconnaître le droit d’Israël à exister ou à accepter toute forme de processus de paix est déjà une victoire.

La bande de Gaza entre maintenant dans une nouvelle ère où elle sera divisée entre l’Autorité palestinienne et le Hamas – l’une contrôlant les relations civiles, l’autre disposant d’un contrôle total de la sécurité.

Cette situation, si elle n’est pas résolue, conduira très probablement au renouvellement des tensions entre les deux parties. La bande de Gaza se dirige vers une situation d’un Etat au sein d’un Etat. On peut déjà parler pour décrire leur arrangement d’une solution à trois États: un État palestinien en Cisjordanie et deux dans la bande de Gaza. Le Hezbollah et le Hamas devraient ne pas se prendre au sérieux à voir leur pouvoir grandir sous des gouvernements faibles et impuissants.

Khaled Abu Toameh est un journaliste vivant à Jérusalem

©Adaptation JFORUM

Palestiniens : un Etat dans l’Etat ?©

(Source : Desinfos.com)

-==-

A lire aussi : Une journaliste palestinienne révèle : « Le Hamas et l’Autorité palestinienne exigeaient un pot de vin en échange de l’autorisation de quitter Gaza pour suivre un traitement médical en Israël »

Israël frappe Daesh dans le Sinaï©

Conférence de l’IPU | « Israël est un état terroriste raciste »? Ecoutez la réponse cinglante de la plus jeune député du Likoud : Sharren Haskel

Avant-première : A 80 m sous terre, visitez la future gare de Jérusalem

Victoire diplomatique israélienne à l’Union internationale parlementaire

Drame à Petah Tikva : Un homme de 93 ans tue par accident sa femme de 90 ans

-==-

Héritage juif inespéré : Une découverte archéologique en Alsace

Résultat de recherche d'images pour "photos de parchemins écrits en hébreu de la genizah alsacienne"
_______________________________________________

À l’automne 2012, l’extraordinaire découverte d’une genizah dans les combles de la synagogue de Dambach-la-Ville, dans le Bas-Rhin, a permis la mise au jour de milliers de documents et d’objets allant du XIVe au XIXe siècle.

Une genizah est un dépôt d’écrits portant le nom de Dieu et, par extension, d’objets de culte usagés. Comme ils ne doivent pas être jetés, ils sont placés dans une cache à l’intérieur de la synagogue dans l’attente d’un enterrement.

Ce type de dépôts était jugé de peu d’intérêt en France, contrairement à l’attention dont ils font l’objet dans d’autres pays de l’aire ashkénaze, conscients de la valeur des vestiges de communautés anéanties par la Shoah.

À l’automne 2012, l’extraordinaire découverte d’une genizah dans les combles de la synagogue de Dambach-la-Ville, dans le Bas-Rhin, a permis la mise au jour de milliers de documents et d’objets du XIVe au XIXe siècle, sauvés de la benne par des chercheurs et des bénévoles. Cette genizah recelait des vestiges d’une richesse exceptionnelle, tant par la variété que par l’ancienneté : parchemins du XVe siècle, imprimés du XVIe siècle, mappot (langes de circoncision brodés) du début du XVIIe siècle, mezouzot (versets protecteurs), tefillin (phylactères) des XVIIIe et XIXe siècle, et de très nombreux autres objets.

L’exposition « Héritage inespéré, une découverte archéologique en Alsace » porte un regard inédit sur le passé des communautés juives alsaciennes, qui étaient parmi les plus importantes en France avant l’Émancipation, et qui ont aujourd’hui disparu en raison de l’exode rural et de la Shoah.
Outre la genizah de Dambach, l’exposition présente quelques exemples provenant de genizot découvertes fortuitement à Mackenheim, à Bergheim et à Horbourg, elles aussi sauvées in extremis.

L’exposition retrace l’origine des objets et leur donne la parole ; elle fait découvrir, en dépit de la modestie des pièces présentées, la richesse de ce type de fonds pour la connaissance de la vie quotidienne des communautés rurales, sous ses dimensions les plus variées, et leur évolution, sur plusieurs siècles, des débuts de l’ère moderne à la première moitié du XXe siècle.

Commissariat
Claire Decomps, conservatrice en chef à l’Inventaire de Lorraine, et Elisabeth Shimells, conservatrice du Musée alsacien de Strasbourg

Scénographie
Atelier Caravane

Exposition au musée d’art et d’histoire du judaïsme à Paris

du jeudi 29 juin 2017 jusqu’au dimanche 28 janvier 2018 

(Source : MahJ)

Découvertes de nouveaux vestiges datant de l’époque du Premier Temple

 

https://i2.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/09/sceau-2.jpg____________________________________________________

Les fouilles effectuées régulièrement dans les sous-sols de Jérusalem permettent de découvrir des vestiges témoignant de la vie juive intense menée notamment à l’époque du Premier Temple et du lien indéfectible du peuple juif avec sa capitale et son pays.

Cette fois, les archéologues de l’Office national des antiquités ont trouvé tout récemment dans le parc national d’Ir David, la Cité de David, dans la Vieille Ville, une collection d’une dizaine de sceaux en argile datant du règne de la royauté de Judah avant la destruction du premier Beth Hamikdash.

Il s’agit de petites pièces qui servaient à sceller les lettres et à les maintenir fermées jusqu’à ce qu’elles soient remises à leurs destinataires. Les missives elles-mêmes n’ont pas été préservées lors de l’incendie qui a ravagé la ville lors de sa destruction.

Mais les sceaux ont été conservés grâce à leur matière beaucoup plus solide et ont permis d’attester l’existence de ces lettres.

Et grâce aux caractères qui y ont été inscrits, on peut même connaître les noms de certains auteurs de ces messages.

L’un des sceaux a attiré l’attention des experts : il indique le nom d’un certain Ah’iav Ben Menah’em. Ces noms sont connus : Menah’em était roi d’Israël et même si Ah’iav n’est pas cité dans le Tanakh, il rappelle celui d’un autre souverain, Ah’av.

Cette nouvelle collection mise au jour s’ajoute au trésor déjà retrouvé ces dernières années à Ir David et dans d’autres secteurs de l’antique Jérusalem. Ils donnent tous des indications sur le statut administratif et économique de Jérusalem dans la période du Premier Temple de Jérusalem.

Claire Dana-Picard

Découvertes de nouveaux vestiges datant de l’époque du Premier Temple

(Source : Chiourim.com)

L’ESPERANCE EN UN MONDE MEILLEUR auquel les hommes ont le devoir de contribuer activement – Le Juif Jésus et les Juifs de son époque – Les juifs n’ont pas « tué Jésus » : Pour en finir avec l’antisémitisme chrétien

___________LA COLOMBE DE LA PAIX___________

Camerounais Main Dans La MainCamerounais Main Dans La Main_________________________________________________

https://i0.wp.com/www.lemondejuif.info/wp-content/uploads/2015/01/JESUS-PROCES.jpg______________________________________________________

Jérusalem : des archéologues auraient retrouvé le site du Procès de Jésus

Janvier 2015 – C’est une découverte d’importance capitale. Une équipe d’archéologues israéliens a annoncé avoir découvert à Jérusalem ce qui semblerait être les restes du palais où s’est déroulé le Procès de Jésus, rapporte le Washington Post.

Situé dans la partie ouest de la vieille ville de Jérusalem, le site, connu sous le nom de « Kishle », a été mis à jour dans un immeuble abandonné adjacent au musée de la Tour de David, et qui a servi de prison sous la domination ottomane puis britannique, où autrefois s’élevait le Palais d’Hérode le Grand.

D’après Shimon Gibson, professeur d’archéologie à l’Université de Charlotte en Caroline du Nord, la découverte des archéologues cadre parfaitement avec la description dans l’évangile de Jean. « Il n’y a, bien sûr, aucune inscription indiquant que le procès s’est bien passé ici, mais tout – les constatations archéologiques et les évangiles – tombe en place et fait sens », assure-t-il.

Pour l’archéologue du district de Jérusalem, Amit Re’em, de nombreuses découvertes restent à faire sur le site antique. Si le Vatican et la communauté des experts archéologues confirment la découverte, ce site revêtirait alors un caractère saint pour les Chrétiens du monde.

Jérusalem : des archéologues auraient retrouvé le site du Procès de Jésus

Arié Azoulay – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

_____________________________________________________

Les juifs n’ont pas « tué Jésus » : Pour en finir avec l’antisémitisme  chrétien

6 avril 2015  – Jésus n’a pas été condamné à mort par le Sanhedrin, tribunal juif de Jérusalem, comme le racontent les évangiles. C’est ce que j’ai dit ce soir sur France 3 dans l’émission : L’ombre d’un doute, sur « les derniers jours de Jésus » France 3, de Franck Ferrand. Voici pourquoi.

Le jugement du Sanhédrin

sanhedrin

 

A l’époque de Jésus, le Sanhédrin, est une assemblée qui se réunit avec un délai d’au moins un jour, à l’intérieur de l’enceinte du Temple. C’est une institution à mi-chemin entre une assemblée législative et un tribunal suprême. Ce Sanhédrin central possède des relais locaux (beth din ou « maison du jugement »). La peine capitale requiert un nombre de 71 juges (70 plus le Grand-prêtre) et d’au moins trois témoins. Ce chiffre de 71 personnes, une assemblée plénière que soulignent les évangiles[1], s’appuie sur Nombres 11, 16 : « Assemble-moi soixante-dix hommes entre les anciens d’Israël, que tu connaisses pour être des anciens du peuple et ses magistrats; tu les amèneras devant la tente d’assignation, et là ils se rangeront près de toi. ». Ce chiffre  est confirmé par Josèphe (Guerre des juifs II, XX, 5).

Dans le cas de Jésus, il est impossible qu’un jugement ait eu lieu à « huis clos » ou avec quelques juges car la procédure est une procédure contradictoire avec des témoins à décharge convoqués par l’accusé (Jésus est seul dans les évangiles). D’autre part on juge « face au peuple » ; selon le droit pénal juif, il y a publicité du jugement. Enfin, si un tribunal est unanime sa condamnation n’est pas valide.

Toutes ces conditions rendent fortement improbable un jugement juif pour de simples raisons de délais de convocation (1 nuit) des témoins et de 71 juges et de formalisme juridique, incompatibles avec les circonstances de précipitation et d’opportunisme des derniers jours de Jésus que décrivent les évangiles. Mais surtout le jugement décrit par les évangiles se situe en dehors du droit pénal juif de l’époque. Que l’on suive l’horaire de Jean (jugement de Pilate vers midi) ou celui de Marc (Jésus en croix à 9 heures du matin) ne sont pas compatibles avec les délais. La version de l’évangile de Jean : Jésus est mené devant Anne, le beau-père de Caïphe et ancien grand prêtre puis devant Caïphe est hautement improbable. Le Grand Sanhédrin jugeait dans une salle prévue à cet effet dans l’enceinte du Temple et non dans le palais de Caïphe. D’autre part le jugement juif décrit par les évangiles n’est pas compatible avec le droit hébraïque de l’époque tel que nous pouvons le reconstituer.

Qui dirigeait le Sanhédrin à l’époque de la mort de Jésus?

Il faut d’abord comprendre que dans l’Antiquité un Temple n’est pas seulement un lieu religieux mais un lieu lié au pouvoir civique donc au droit de la cité, on y prend des décisions politiques, on y organise des rassemblements populaires, on y pratique des rites religieux comme celui des « eaux amères » en cas de soupçon d’adultère, etc…. Le Temple n’est pas donc pas seulement le lieu religieux des sacrifices (tamid) et du Saint des saints, mais aussi un tribunal avec le Sanhédrin, et une banque avec son trésor : En -535, le peuple offre ses biens afin de remplir le trésor sacré déjà sous Esdras (Esdras 2).  Ce Temple était l’une des merveilles de l’Antiquité que décrit Flavius Josèphe dans sa Guerre des juifs au chapitre V, 6 :

A la façade extérieure il ne manquait rien de ce qui pouvait frapper l’esprit ou les yeux. Partout revêtu de plaques d’or massif, le Temple brillait, aux premiers rayons du jour, d’un éclat si vif que les spectateurs devaient en détourner leurs regards comme des rayons du soleil. Pour les étrangers qui arrivaient à Jérusalem il ressemblait de loin à une montagne couverte de neige, car là où il n’était pas doré, il apparaissait de la plus pure blancheur.

Le Temple à l’époque de Jésus est tenu officiellement pas les sadducéens proches des romains et qui leur obéissent, mais en réalité ce sont les pharisiens qui décident au Sanhédrin tout simplement parce que ce sont les seuls compétents en terme de halakha c’est-à-dire de jurisprudence hébraïque. Josèphe le souligne :

La doctrine des Sadducéens fait mourir les âmes en même temps que les corps, et leur souci consiste à n’observer rien d’autre que les lois. Disputer contre les maîtres de la sagesse qu’ils suivent passe à leurs yeux pour une vertu. Leur doctrine n’est adoptée que par un petit nombre, mais qui sont les premiers en dignité. Ils n’ont pour ainsi dire aucune action ; car lorsqu’ils arrivent aux magistratures, contre leur gré et par nécessité, ils se conforment aux propositions des Pharisiens parce qu’autrement le peuple ne les supporterait pas. (Flavius Josèphe, Antiquités Juives, XVIII, 16, 4)

Ce sont aussi les pharisiens du fait de leur compétence halakhique qui réglaient le culte du Temple comme le rapporte Flavius Josèphe :

Les Pharisiens méprisent les commodités de la vie, sans rien accorder à la mollesse ; ce que leur raison a reconnu et transmis comme bon, ils s’imposent de s’y conformer et de lutter pour observer ce qu’elle a voulu leur dicter. Ils réservent les honneurs à ceux qui sont avancés en âge et n’osent pas contredire avec arrogance leurs avis. (…) C’est ce qui leur donne tant de crédit auprès du peuple que toutes les prières à Dieu et tous les sacrifices se règlent d’après leurs interprétations. (Flavius Josèphe, Antiquités Juives, XVIII, 16, 4).

Nous connaissons par la Mishna le fonctionnement du Sanhédrin et de la procédure de peine capitale à l’époque de Jésus.

Le droit pénal du Sanhédrin

Traité SanhedrinTalmud de Babylone, traité Sanhédrin 4 a

La Mishna, un mot qui veut dire « répéter » car les mishnayot du talmud ont été écrites à partir d’éléments mémorisés et répétés par les disciples des Sages du premier et début du second siècle et compilées par écrit en 212 par Yehuda Ha Nassi (Judas le Prince) décrit avec précision le fonctionnement du second Temple et le droit du Sanhédrin à l’époque de Jésus. Ce droit prévoit deux types de jugements : ceux pour affaires pécuniaires et ceux pour les peines capitales.

« Pour les causes pécuniaires, le jugement a lieu pendant le jour et le verdict peut être rendu pendant la nuit ; dans les cas de peine de mort, le jugement a lieu pendant le jour et le verdict doit être aussi rendu pendant le jour. Pour les causes pécuniaires, le verdict d’acquittement ou de condamnation peut être rendu le même jour ; dans les cas de peine de mort, le verdict d’acquittement peut être rendu le même jour, mais un verdict de condamnation ne peut pas l’être avant le jour suivant. C’est pourquoi des jugements ne peuvent avoir lieu la veille d’un sabbat ou la veille d’un jour de fête » (Traité Sanhédrin 4, a).

Le procès juif de nuit comme l’affirment les synoptiques est donc impossible en droit hébraïque mishnaïque pharisien. Le procès la veille d’une fête n’est pas compatible avec ce droit non plus. Nulle part dans la Bible  on ne trouve de jugement nocturne.

La nature du conflit

Car la nature du conflit entre Jésus, le baptiste du Jourdain, les pharisiens ou les esséniens d’un côté… et l’aristocratie du Temple de l’autre est un vieux conflit entre des partis qui refusent l’assimilation et les descendants de l’aristocratie hasmonéenne. dont les  sadducéens sont les « représentants légaux » en même temps que la vitrine officielle du judaïsme.

On ne comprend pas les évangiles sans comprendre cet arrière fond politico-religieux entre des mouvements assimilationistes à la culture gréco-romaine (sadducéens) et des mouvements nationalistes juifs ou séparatistes (baptistes, esséniens). Les peroushim (pharisiens) le, dont Jésus est un sympathisant au moins du point de vue de sa doctrine, se sont séparés de l’aristocratie sadducéenne Temple au milieu du second siècle avant notre ère. Les esséniens issus aussi de hassidim de cette époque ont eux condamné aussi le culte du Temple souillé selon eux par l’occupant. Ce n’est pas « parce que les juifs font du business dans le temple » que Jésus en chasse les marchands (qu’ils voyait chaque année au moins depuis son enfance !)… mais parce qu’il veut le purifier de la présence idolâtrique des pièces à l’effigie de l’Empereur dans la parvis de païens. Il est un pur nationaliste juif religieux assez violent.

Si l’on ne parle pas de Sépphoris, « le joyau de da Galilée » ville grecque sise à 5 km de Nazareth et capitale d’Hérode Antipas, à partir de 4 av. notre ère qui vraisemblablement y construit un théâtre. Sepphoris qui, lors de la Première Révolte Juive en 66 soutient Vespasien et dont les habitants en se rendant aux romains sauvent ainsi la ville de la destruction (Guerre des juifs III.2.4), faisant frapper des pièces de monnaie à l’effigie de Vespasien, l’honorant du titre de « faiseur de paix. »; Si le Baptiste et Jésus sont des ennemis mortels d’Antipas au point que l’assassinat préventif du Baptiste par Antipas préfigure celui de Jésus…. c’est tout simplement que Jésus comme le Baptiste sont fermement opposés à l’assimilation à la culture gréco-romaine.

Sur le modèle des « villes grecques » d’Alexandre, les Romains utilisaient  l’aristocratie juive, dont faisaient partie les prêtres afin de gérer l’administration des affaires courantes de la Judée. Ce « deal » permettait de contrôler les  rentrées fiscales de la province avec des troupes limitées. Cette caste  aristocratique ne subsistant que si elle défendait les intérêts de l’occupant. On imagine bien ce qu’en pensaient les juifs pieux de Galilée, les esséniens sécessionnistes par rapport au Temple retirés au désert, les baptiseurs qui pardonnaient les péchés retirés au désert (se substituant ainsi aux sacrifices du Temple !) loin de Jérusalem dans le vallée du Jourdain, sans parler des nationalistes galiléens de l’époque. Rien n’est absolument clair sur les sadducéens malgré les description de Josèphe ou les récits qui les opposent à Jésus dans les évangiles pour des raisons de doctrine.

Caïphe , que Pilate confirme immédiatement dans sa charge dès sa nomination en 26 et qui reste grand-prêtre jusqu’à l’ éviction de Pilate en 36, a bien sûr un « deal » avec Pilate. L’habitude des romains est de faire faire le sale boulot par des élites corrompues pour minimiser l’utilisation de force militaires. C’est le principe même des villes grecques. Il y a donc bien une convergence d’intérêt assimilationiste entre les deux hommes. Mais le pouvoir reste côté Pilate.

Que certains de ses proches aient trahi Jésus au mobile d’un conflit interne entre mouvements juifs reste donc possible, mais ces inimitiés juives ne valident pas la crédibilité d’un « procés juif » de Jésus tel que le racontent les évangiles synoptiques.

La décision de condamnation à mort en dehors du fait de son invraisemblance et de son illégalité juive et romaine n’a pas pu faire l’objet d’un jugement pénal juif (halakhique) dans le cadre du Sanhédrin du Temple comme le racontent les évangiles piloté par les pharisiens. Ce procès est tout simplement une impossibilité historique.

D’ailleurs Paul en 50-55 plus proche des événements si (les évangiles sont mis par écrit entre 65 et 95), ignore tout de ce procès juif et parle « des autorités de ce temps ». (1 Co 2, 8) Je ne suis pas le seul à défendre ce point de vue. Marie-Françoise Baslez dans Bible et histoire, Gallimard, Folio Histoire,  chapitre 5, pg. 211-213 « Le procès juif une impossibilité », spécialiste du monde gréco-romain défend la même thèse avec d’autres  arguments. Elle montre que le Sanhédrin avait besoin de l’autorisation du gouverneur (Pilate) pour se réunir (Cf. AJ XX, 9, 1), que la séance de nuit est irréaliste, que surtout le Sanhédrin n’avait pas ce pouvoir juridique de condamner : la seule condamnation d’Etienne qui fut lapidé (un supplice juif, ce que n’est pas la croix) par un Sanhédrin, il s’agit en fait plus d’un lynchage, en profitant de la vacance du gouverneur et jugée illégale et dénoncée au nouveau procurateur par les juifs. Le procès juif est donc irréaliste selon elle. Ce procès est pourtant devenu dans l’imaginaire d’un certain antisémite chrétien, le procès des juifs eux-mêmes. Ce qui est une projection anachronique de la séparation postérieure entre chrétiens et juifs au IIIe-IVe siècle sur le premier siècle, Jésus s’opposant « aux juifs »… dont il ne ferait plus partie.

L’assassinat de Jésus par le pouvoir romain

En réalité, le Sanhédrin n’avait pas à cette époque le pouvoir d’appliquer la peine capitale et probablement pas de la décider pour déférer au pouvoir romain. Les Grands prêtres, nommés par les romains à l’époque de Jésus, étaient juste une « courroie de transmission » qui permettait d’habiller le pouvoir romain d’un semblant de pureté rituelle juive. Cette coutume d’établir et déposer des grands prêtres à la main du pouvoir date d’Hérode le Grand. Ce sont bien les romains qui ont exécuté Jésus selon un supplice romain, celui de la croix, d’origine perse réservé aux esclaves fugitifs et aux révoltés.

On frappait de verges un homme libre, à coups de bâton les militaires, à coup de  fouet de lanières de cuir incrustées de bout d’os les esclaves. Il s’agissait d’une boucherie qui mettait à nu les os de la colonne vertébrale, avant le crucifixion mort ou vif.

Paul de Tarse vers 55 en cache moins la cruauté que les évangiles, il s’agit d’un « scandale ». Un supplice romain exemplaire et théâtral qui montrait au peuple ce qui arrivait quand on désobéissait à Rome (et pas aux lois juives !).

La peine capitale est de la compétence du préfet romain de Judée représentant de l’Imperium et dépendant du légat de Syrie où sont basées le gros des forces armées. Pilate dispose de troupes et fait régner l’ordre romain à Jérusalem. Ce qui ne veut pas dire qu’il a les pleins pouvoirs. Puisqu’il sera révoqué par Rome après dix ans de service pour avoir outrepassé ses droits. La Galilée est calme à l’époque de Jésus sous le règne du roitelet juif Hérode Antipas, dont le long règne –de  37 ans ! jusqu’en 39 montre la normalisation de la province. Un monarque obséquieux qui fait construire Tibériade du nom de l’Empereur. Par contre, la Judée, au sud, avec Jérusalem comme capitale, est directement sous administration romaine. C’est une poudrière au moment des fêtes où montent à Jérusalem des juifs de tout l’Empire qui font exploser la population de la ville. La tension est alors à son maximum. Le préfet romain Pilate monte donc de Césarée à Jérusalem pour les fêtes, pour y assurer l’ordre. Les romains, comme en Cyrénaique sous Auguste laissaient parfois les populations locales exercer leur propre jugement. Il est peu probable que cela fut le cas dans une Judée en état de soulèvement latent permanent et de plus lors des fêtes où la population passe de 100 000 à un million de personnes.

Pilate est comme la plupart des dirigeants romains une bête politique. Il ne comprend rien au sentiment religieux juif, et de ce fait les émeutes à Jérusalem sont fréquentes ; il fait porter à Jérusalem des drapeaux avec les images de l’empereur, et provoque une émeute. Il s’avise de consacrer à Tibère des boucliers d’or dans le palais d’Hérode avec le nom de l’empereur, nouvelle émeute. L’image d’une ‘divinité païenne’ , qui plus est dans le Temple, profane le premier commandement [2]. Il construit un aqueduc pour apaiser la révolte… mais avec les fonds du Temple, provoquant une violente émeute où plusieurs agitateurs sont tués…[3] Dans la dixième année de règne, en 36, il réprime dans le sang un rassemblement Samaritain. Rappelé à Rome il y est jugé pour cruauté et oppression, et en particulier pour avoir fait exécuter des hommes sans véritable procès, puis destitué.

Pilate est un homme rusé, prudent, manipulateur. Philon d’Alexandrie décrit : « ses corruptions, ses actes d’insolence, sa rapine, son habitude d’insulter son interlocuteur, sa cruauté, ses assassinats de personnes non-jugées et non condamnées, et son inhumanité continuelle, gratuite et outrageuse » (Philon, Legatio ad Galium 38). Se maintenir en cours face au pouvoir central c’est à dire garder son poste suppose d’être intransigeant avec la population. Il est donc hors de question de se « laver les mains » d’une affaire qui ne le concernerait pas. Quant à la discussion philsophico-théologique dans un prétoire (« Qu’est-ce que la vérité ? ») avec un séditieux juif venu de cette Galilée de paysans qu’on reconnait à leur accent et qui produit des révoltés à la chaîne, et qui plus est avec un homme qui n’est pas citoyen romain… il s’agit bien évidement d’une reconstitution. Le dialogue entre Jésus et Pilate lors du procès romain est hautement improbable non seulement pour des raisons d’étanchéité sociale mais aussi plus simplement pour un problème de langue : Jésus parle araméen et hébreu et Pilate le latin de la troupe ou le grec de l’administration romaine. Pilate exerçait le jus gladis c’est-à-dire le droit de mort sur quiconque enfreignait le droit sous son autorité sur son territoire. La mort de Jésus ne peut être attribuée qu’au seul pouvoir romain. C’est un banal assassinat préventif de real politik romaine sans contenu spirituel ni théologique aux yeux de ceux-ci. Même si on ne peut exclure une manipulation sadducéenne, il est probable que l’esclandre dans le Temple probablement au début de la prédication de Jésus vers 29 lors de la fête des tentes, selon le comput johannique, ait servi de détonateur. Un acte violent de purification religieuse de l’esplanade du Temple car la monnaie des changeurs porte des effigies romaines (Toujours le 1er commandement). La violence du personnage n’a pas probablement pas échappé à la troupe sise dans la forteresse Antonia, qui a probablement préféré un assassinat préventif dans le cadre d’une normalisation banale à l’époque de Jésus lors d’une fête de pèlerinage suivante.

Lire les évangiles comme des midrashim

Alors les évangiles sont-ils des faux ? Cette conception reviendrait à poser sur des textes du premier siècle notre conception de l’histoire. Les évangiles ne sont pas des reportages télévisés qui cherchent à dire ce qui s’est réellement passé. Les gens de l’époque n’ont pas ce souci scientifique. Les évangiles sont avant tout des textes théologiques, c’est-à-dire des textes qui ont une finalité idéologique. Quand César écrit sa Guerre des Gaules ce n’est évidemment pas dans le but de devenir la référence des professeurs de quatrième… mais de prendre le pouvoir au Sénat. Tout est en partie « vrai » sauf que l’histoire est singulièrement réécrite dans ce but en en effaçant les ombres. Les évangiles, les écrits juifs de l’époque, s’appuient sur des faits et des personnages réels mais ils essaient de comprendre le sens de ce qui leur est arrivé à partir de ce que les juifs de l’époque connaissent : la Torah et l’enseignement de leurs maîtres. Rien ne sert donc de chercher à la manière des fondamentalistes le squelette de l’âne sur lequel Jésus serait rentré dans Jérusalem… ou le lieu de naissance de Jésus à Bethléem… ou les oliviers du jardin de Gethsémani, ni même le sépulcre ou le Golgotah… pas seulement parce que Jérusalem a été rasé deux fois en 70 et en 135 mais parce que les évangiles appartiennent au genre midrashique (de darash chercher) qui cherche dans la Torah le sens de ce qui est arrivé avec convocation de l’âne de Zacharie, de Bethléem ville de Jessé père de David – la lignée d’où doit venir le messie, ou de « Jésus Barabbas »- un illustre bandit inconnu dont le nom ne signifie rien d’autre que « Jésus le fils du père » en Araméen,  selon un jeu de mots midrashique classique, etc… On est dans la poétique, la parabole et pas dans l’histoire, avec des scènes d’investiture sémitiques stéréotypées. Pourquoi certains juifs, les sadducéens proches des romains et de l’aristocratie hasmonéenne,  disparus au moment de la rédaction des évangiles (entre 65 et 90) sont-ils accusés par d’autres juifs qui les rédigent de la mort de Jésus ? Parce qu’il était impossible d’accuser le pouvoir romain quand on écrivait sous ses fenêtres à partir de 64. L’historien latin Tacite (55-120) raconte (Annales, XV, 38) le sort que Néron réservait aux messianisants juifs, des « chrétiens », c’est-à-dire des messanistes séditieux et peut-être pas des disciples de Jésus dans la langue de l’administration romaine, accusés d’avoir provoqué l’incendie de Rome en 64 :

«Néron se trouva des coupables et il infligea des châtiments raffinés à des gens que leurs scandales rendaient odieux et que la masse appelait Chrétiens. [Ce nom leur vient de Christ que le procureur Pontius Pilatus avait fait supplicier sous le règne de Tibère. Cette partie est peut-être un ajout postérieur d’une main chrétienne NDA] Contenue pour un temps, cette superstition pernicieuse perçait à nouveau, non seulement en Judée, où ce mal avait pris naissance, mais à Rome même où tout ce qu’il y a partout d’affreux et de honteux afflue et trouve des gens pour l’accueillir. Donc on prit d’abord à partie les gens qui se manifestaient ; ensuite, sur leurs indications, une foule immense fut trouvée coupable moins du crime d’incendie que de haine contre le genre humain. Et tandis qu’on les faisait périr, on se fit un jeu de les couvrir de peaux de bêtes et de les faire mordre à mort par des chiens ou bien de les mettre en croix et à la tombée du jour de les brûler en les faisant servir de torches. Néron avait offert ses jardins pour ce spectacle et il donnait des jeux de cirque, se mêlant au peuple en habit de cocher ou debout sur son char. Dès lors, bien que ces gens fussent coupables et dignes des dernières rigueurs, on les prenait en pitié car on se disait que ce n’était pas en raison de l’intérêt public, mais pour la cruauté d’un homme qu’ils étaient massacrés. »

Le mot « chrétien » pour Rome désigne donc les juifs candidats à la révolte à partir de 65 comme les  disciples de Simon Ben Kosiba qui conduiront au massacre de Bétar en 136 lors de la seconde guerre judéo-romaine proprement messianique celle-là. D’autre part, parce que la littérature juive de l’époque est une littérature de camouflage. La Haggadah de Pessah juive comporte des allusions aux romains en hébreu avec des jeux de mots incompréhensibles pour une oreille non avertie. Si les Sages sont dans une grotte à étudier en son début et que leurs disciples viennent leur annoncer l’heure du Shema c’est précisément parce que cette activité est interdite. Le procès juif est donc probablement un procédé littéraire banal en une époque où se proclamer juif et de plus le partisan d’un « messie » c’est-à-dire un libérateur politique séditieux (il ne pouvait en être autrement pour ces bêtes politiques qu’étaient les romains) présentait un risque mortel. Il était impossible d’accuser le pouvoir romain de ce meurtre dans les années 60-90, alors que les évangiles sont rédigés et proclamés publiquement, sous les fenêtres du pouvoir romain omnipotent en Judée comme en diaspora, alors que la révolte juive gronde. On ne peut pas lire les évangiles ni les écrits de l’époque sans ce contexte d’oppression et de camouflage dont les auditeurs de l’époque n’étaient bien sûr pas dupes. La figure noire de Pilate chez les historiens juifs qui l’on connu comme Philon ou Flavius Josèphe, prototype du mauvais gouverneur corrompu mêlant torture et exécutions sommaires sera adoucie par les évangiles pour ensuite en faire le prototype du converti chrétien par Justin (Apologie pour les chrétiens, I,, 35, 9), Tertullien (Apologétique I, 21, 24); ou Eusèbe de Césarée (HE II, 2, 1-3). Il s’agit donc bien d’un glissement de la réalité à la fiction justifié par un contexte et un auditoire en monde romain. Il n’y a donc pas de lecture fondamentaliste possible. Ces textes sont des récits de foi. Et de celle-ci, l’histoire n’a que peu à dire. [1] Mc 14, 5.3, 55 ; 15, 1 ; Mt 26, 59. [2] Antiquités Juives  18.3.1 ; Guerre des Juifs 2.9.2-3 [3]  Guerre des Juifs 2.9.4.

Les juifs n’ont pas « tué Jésus » : Pour en finir avec l’antisémitisme …

(Source : https://didierlong.com)

Israël : découverte archéologique importante près de Cana

https://i0.wp.com/jforum.fr/wp-content/uploads/2017/08/israel-archaeology-1.jpgMenahem Kahana via Getty Images _____________________________________________________

Israël : découverte d’un rare atelier de vaisselle en pierre près du site présumé de Cana

Comme attesté dans le récit du premier miracle de Jésus.

Source : Huffington Post Edition Canada

Des archéologues israéliens ont mis au jour un rare atelier datant d’environ         2 000 ans et servant à la production de récipients en pierre, matériau employé par les juifs comme attesté dans le récit du premier miracle de Jésus, accompli à quelques kilomètres du site.

Menahem Kahana via Getty Images

Le site a été découvert fortuitement lors de travaux de terrassement il y a deux mois à Reineh, village arabe au nord de Nazareth (au nord d’Israël), a rapporté jeudi le directeur des fouilles, le Dr Yonatan Adler.

Des engins de chantiers travaillant à la construction d’une route ont éventré la paroi arrière d’une cavité. Celle-ci, dont l’accès antique se situait en surplomb, s’est révélée être à la fois une carrière et un atelier dans lequel étaient en particulier fabriqués des tasses et des bols.

Lors de leurs fouilles, les archéologues ont retrouvé seulement quelques vestiges de tasses à proprement parler. En revanche, ils ont découvert des milliers de cylindres de craie, témoignages de la technique de production employée.

Les artisans extrayaient du site des blocs de pierre auxquels ils donnaient sommairement la forme de tasses. Ils disposaient les blocs sur un tour et à l’aide d’un objet tranchant enfoncé verticalement dans la craie dégageaient la partie intérieure (les cylindres abandonnés sur le site). Puis ils peaufinaient l’extérieur.

Cette vaisselle de pierre est caractéristique d’une période s’étendant de la seconde moitié du 1er siècle avant Jésus-Christ jusqu’au milieu du 2ème siècle après Jésus-Christ.

Les juifs utilisaient de la vaisselle en pierre parce que, « selon l’ancienne loi juive et contrairement à la poterie, la pierre était considérée comme un matériau ne pouvant jamais devenir impur », explique M. Adler.

Israël : découverte archéologique importante près de Cana

(Source : JForum)