Jérusalem : la colère et l’appréhension de ce qui va suivre

A LIRE AUSSI : Lyon, un sol fertilisé par la haine des Juifs ? Les mots du Président de l’Etat d’Israël

Le Hezbollah maître du passage clandestin des réfugiés en Europe

Meurtres à la synagogue : l’allégresse de la haine

2 blessés graves dans une nouvelle fusillade à Jérusalem ; le terroriste avait 13 ans

Shimon Yisrael pointe du doigt l’endroit où un homme armé a tiré une balle à travers sa fenêtre dans le quartier de Neve Yaakov, à Jérusalem, le 28 janvier 2023. (Orly Halpern)

Dans les quartiers de Jérusalem liés par la terreur, la colère et l’appréhension de ce qui va suivre.

Le temps s’arrête le Shabbat à Jérusalem, pour les vivants et les morts.

En haut des escaliers d’un appartement sur la route principale du quartier de Neve Yaakov, dans le nord-est de la ville, devant des portraits de couloirs de rabbins séfarades, la famille Mizrahi n’accueillait pas de visiteurs samedi. « Ce n’est pas le bon moment », a déclaré une femme qui a ouvert la porte de l’appartement.

Un homme armé palestinien a abattu Eli et Natali Mizrahi vendredi soir. Maintenant, le couple était dans une morgue en attente d’enterrement. Il n’y a pas de funérailles juives le Shabbat. Ils seraient enterrés après la tombée de la nuit.

Le tireur a tué sept personnes vendredi soir , lors de la pire attaque terroriste à Jérusalem depuis plus d’une décennie.

Un jour plus tôt, les troupes israéliennes avaient tué neuf personnes , dont deux civils, lors d’un raid dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, qui, selon les responsables israéliens, visait à prévenir une attaque terroriste majeure ; un 10e est mort plus tard. Un jour plus tard, un Palestinien de 13 ans a tiré et blessé un père et son fils israéliens à l’extérieur des murs de la Vieille Ville de Jérusalem au milieu d’une série d’autres incidents.

Jérusalem, le pays, la région sont à fleur de peau. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé de nouvelles mesures visant à freiner la violence, ciblant les familles des terroristes. La police a arrêté 42 personnes en lien avec l’attaque de Neve Yaakov. Bill Burns, le patron de la CIA, est en route pour Israël pour consulter Netanyahu sur la manière d’empêcher la région d’exploser.

Vendredi soir, vers 20 heures, en plein repas du sabbat, Eli Mizrahi, 48 ans, a dévalé les escaliers dès qu’il a entendu les coups de feu. Son père, Shimon, lui a demandé de ne pas y aller, a rapporté le Times of Israel. L’épouse d’Eli depuis deux ans, Natali, 45 ans, a suivi son mari.

Eli Mizrahi a parlé au tireur, qui l’a abattu ainsi que Natali.

Samedi, les habitants de Neve Yaakov se sont tenus en groupes dans la rue dans les longues ombres projetées par le soleil d’hiver, bavardant, essayant de reconstituer des détails à partir de rapports de seconde main ; Shabbat leur a interdit d’allumer la radio ou la télévision ou de vérifier leurs téléphones.

« Nous nous sommes assis ici dans le salon et tout à coup j’ai entendu des coups de feu », a déclaré Sara Gablayev, 76 ans, qui vit au rez-de-chaussée, sous les Mizrahis. « J’ai couru à la fenêtre et j’ai vu deux personnes tomber. Puis j’en ai vu courir et j’ai crié : « Que s’est-il passé ? Il a dit que deux autres personnes avaient été tuées dans la rue.

C’était vendredi soir, alors que les services de Shabbat se terminaient. Kheiri Al-Qam, 21 ans, a conduit sa voiture sur le boulevard Neve Yaakov, tirant sur des civils, visant apparemment qui il pouvait atteindre.

Il a assassiné les Mizrahis. Il a assassiné Rafael Ben Eliahu, 56 ans, qui travaillait pour la poste, et qui laissait une veuve et trois enfants. Il a assassiné Asher Natan, qui avait 14 ans. Il a assassiné Shaul Hai, 68 ans, un sacristain d’une synagogue qui entrait dans une autre pour assister à une leçon de Torah. Il a assassiné Irina Korlova, une aide-soignante ukrainienne. Il a assassiné Ilya Sosansky, 26 ans.

« Le terroriste a tué trois personnes à l’entrée de la synagogue et en a laissé trois autres avec diverses blessures », a déclaré Chanoch Reem, un secouriste bénévole de United Hatzalah qui vit à côté de la synagogue où Hai entrait et qui s’est précipité sur les lieux lorsqu’il a entendu l’agitation. « Il est ensuite parti en voiture tout en continuant à tirer sur les passants. »

Dans un communiqué, United Hatzalah a cité un autre de ses premiers intervenants, Yosef Deshet, qui se trouvait dans la synagogue lorsqu’Al-Qam a ouvert le feu. « Quand j’ai entendu les coups de feu commencer, je me suis caché par terre sous une table avec mon fils », a-t-il déclaré. « Immédiatement après la fin de la fusillade, j’ai couru chez moi à proximité pour ramener mon fils en sécurité et récupérer mon kit médical de traumatologie et mon gilet pare-balles. »

Al-Qam a conduit sa voiture à un carrefour qui relie les routes à Neve Yaakov et Bet Hanina, un quartier palestinien. Là, il a échangé des tirs avec les troupes israéliennes et a été tué.

Samedi, à Ras al-Amud, un quartier de l’est de Jérusalem à 11 kilomètres au sud de Neve Yaakov, les troupes israéliennes ont encerclé l’immeuble de six étages où vivait Al-Qam avec sa famille élargie. Avant l’aube, les troupes ont lié les hommes et les garçons les uns aux autres par les poignets et les ont fait sortir. Des jeunes palestiniens du quartier, regroupés dans un escalier voisin, regardaient les soldats.

L’un des jeunes hommes palestiniens qui surveillaient les troupes a déclaré qu’ils étaient en mode attentisme.

« Peut-être qu’ils démoliront la maison. Ce sera peut-être une surprise », a-t-il déclaré. « . Toute décision est possible.

Le lendemain, samedi, les habitants ont bavardé entre eux sur le boulevard Neve Yaakov en essayant de donner un sens à la nuit précédente. Neve Yaakov, un quartier construit après la prise de Jérusalem-Est par Israël lors de la guerre des Six jours en 1967, est entouré de quartiers palestiniens et le mur de séparation entre Jérusalem se profile à l’horizon.

« Nous vivons dans la rue, donc nous ne savons pas ce qui s’est passé », a déclaré Miriam Reuven, qui se tenait sur un îlot de circulation avec ses trois petites-filles. « Nous sommes venus pour obtenir plus d’informations. Je ne me sens plus en sécurité ici.

Certains habitants ont chassé les journalistes : c’était Shabbat, après tout. Shimon Yisrael les a recherchés. Il montrait à une équipe de tournage française la balle dans sa fenêtre du rez-de-chaussée.

« Il est venu avec un pistolet sur mon visage », a-t-il déclaré à propos d’Al-Qam. « J’étais dehors, il voulait me tirer dessus et je suis entré dans la maison et il a tiré sur la fenêtre. Il voulait me tuer.

Il sait quoi faire de la famille d’Al-Qam, qui est susceptible de recevoir les avantages que l’Autorité palestinienne accorde aux familles des Palestiniens tués ou emprisonnés pour leur rôle dans les attaques contre les Israéliens. « Détruisez leur maison », a dit Yisrael. « Déportez toute la famille en Syrie, vers Daesh, ils les massacreront là-bas. »

À Ras Al Amud, les jeunes à l’extérieur du bâtiment d’Al-Qam ont déclaré que son père, Musa, était en prière dans une mosquée à quelques portes plus loin.

À la mosquée, les hommes étaient rassemblés dans une cour, buvant le café amer généralement servi lors des funérailles. Sauf qu’il n’y a pas d’enterrement. Les autorités israéliennes détiennent le corps de Khairi Al-Qam.

Musa Al-Qam est sorti de la mosquée pour rencontrer un journaliste dans la cour. Sa voix était sans timbre.

« Aujourd’hui, c’est un mariage. C’est une fête », a-t-il déclaré à propos de la mort de son fils. « Nous n’avons pas besoin de pleurer. Tout ce qui arrive vient de Dieu.

Les hommes l’ont embrassé. Il se raidit.

Ses mains sont calleuses. Il a expliqué qu’il a travaillé pendant des années dans la construction. Il a huit enfants, quatre garçons et quatre filles. Les plus jeunes sont des jumeaux, dit-il, et pour la première fois, il sourit.

« Les soldats m’ont dit que mon fils était un combattant », a-t-il dit. « Mon fils n’est issu d’aucun mouvement. Je ne sais pas ce qui est arrivé à son esprit. L’occupation tue les garçons avant qu’ils ne soient des hommes.

Quelques heures plus tard, le bureau de Netanyahu a publié un communiqué : Le cabinet de sécurité avait ordonné que son immeuble soit scellé avant sa destruction.

jta.org – Par Orly Halpern

Source : JFORUM : Jérusalem; la colère et l’appréhension de ce qui va suivre

Que se passe-t-il dans le nord de la Judée-Samarie ? Israël se protège simplement des invasions arabes

A LIRE AUSSI : Herzog s’est entretenu avec Macron au sujet des attentats

Le cauchemar d’Israël : que se passe-t-il dans le nord de la Judée-Samarie ? – une analyse

Le point de vue général de Tsahal est ses deux mouvements principaux : achever des parties du mur de barrière de Judée-Samarie et des raids préventifs réguliers.

L’ opération militaire de la semaine dernière à Jénine et les attentats terroristes du week-end ne se sont pas produits dans le vide.

Le « Jerusalem Post » a appris que même après les récents incidents, l’approche générale de Tsahal est que ses deux principales actions – l’achèvement de portions du mur de Judée-Samarie et les raids préventifs – ont réussi et réussiront avec le temps.

L’idée est qu’Israël se trouve maintenant dans un endroit complètement différent de celui où il se trouvait avant que des ajouts ne soient faits à la barrière au cours des 11 derniers mois.

La vitesse des nouveaux ajouts de murs a été sans précédent car ils se sont produits à plusieurs endroits simultanément, en utilisant un ensemble plus grand et plus sophistiqué de machines de construction spécialisées que par le passé.

 Non seulement des ajouts ont été faits au mur lui-même, mais il y a divers fils et obstacles entourant le mur qui le rendent plus difficile à traverser.

Cependant, le jeu pour Tsahal ne consiste pas seulement à empêcher physiquement les gens de traverser la frontière ; il sait que n’importe quelle barrière peut être brisée avec suffisamment de temps et de ressources.

Même si quelqu’un parvient à percer tous les ajouts dans le mur, cela leur prendra plus de temps. De nouveaux capteurs auront explosé plus tôt, et il sera beaucoup plus facile d’attraper les intrus au moment où ils pensent qu’ils sont passés et qu’ils ne sont plus chez eux.

Tsahal estime que les Palestiniens qui traversent illégalement la frontière savent que les règles d’engagement d’Israël sont devenues plus strictes. Cela signifie que toute personne qui traverse illégalement et essaie de courir est susceptible d’être immédiatement blessée aux jambes.

Alors que le but des soldats dans de tels cas est d’empêcher les intrus d’échapper à l’arrestation en tirant dans leurs jambes, l’opinion de Tsahal est que les Palestiniens savent que personne n’est parfait et qu’ils pourraient être tués accidentellement . Cela signifie que franchir illégalement la barrière est à la fois plus difficile et plus meurtrier.

Il faudra environ 12 à 18 mois pour terminer la barrière. Cela signifie qu’il y a encore beaucoup de trous et qu’Israël sera vulnérable dans un avenir prévisible, même s’il est moins vulnérable qu’avant. C’est là que les raids nocturnes réguliers entrent en jeu.

Raids nocturnes réguliers en Judée-Samarie

Le Post a appris qu’en regardant du haut de « 30 000 pieds », une partie de la stratégie actuelle des commandants de Tsahal en Judée Samarie consiste à amener le combat sur le terrain des terroristes, plutôt que d’attendre qu’ils le fassent entrer dans le pays. Judée-Samarie ou à l’intérieur de la Ligne verte.

Une partie de l’idée est que moins d’Israéliens seront tués en attrapant des terroristes avant même qu’ils n’essaient de franchir la barrière. Les unités de renseignement de Tsahal et du Shin Bet (Agence de sécurité israélienne) ont atteint de nouveaux sommets pour localiser les terroristes avant qu’ils ne soient pleinement prêts à mener une attaque.

Un autre élément est l’espoir que la communauté palestinienne dans son ensemble perdra patience avec les terroristes et exigera le silence.

Tsahal pense également avoir appris diverses leçons sur la manière de combattre les Palestiniens dans leurs villages sans perdre de soldats. Non seulement les forces de Tsahal disposent de véhicules blindés, mais elles manœuvrent également de manière à rendre difficile le tir sur les soldats qui pénètrent dans une résidence ciblée.

Tsahal a enlevé 30 barricades 

La semaine dernière, Tsahal a rapidement enlevé plus de 30 barricades que les Palestiniens de Jénine avaient utilisées pour obstruer les routes. Cela a montré que les forces de sécurité sont prêtes avec toutes sortes de véhicules et d’unités spéciales pour éliminer rapidement tout obstacle sur leur chemin.

Enlever les barricades et éviter toutes sortes d’explosifs improvisés – l’un d’entre eux était récemment caché dans une moto conduite par un adolescent – ​​fait désormais partie de la formation de Tsahal en Judée-Samarie.

Une perspective sur la raison pour laquelle aucun soldat n’a été blessé lors de la récente bataille de Jénine, et pourquoi aucun soldat n’est généralement blessé lors des raids en cours, presque nocturnes, est que les combattants palestiniens qu’ils rencontrent ne sont pas entraînés.

De plus, Tsahal pense que de nombreux combattants ne sont pas particulièrement attachés à la cause de risquer leur vie en combattant Tsahal.

Obtenir des armes à feu est extrêmement facile pour les Palestiniens, et beaucoup publient des photos d’eux sur les réseaux sociaux sans approfondir la question.

De l’avis de Tsahal, des groupes tels que Lions’ Den ne sont pas de sérieuses menaces pour la sécurité qui pourraient déplacer le Hamas, mais ils peuvent contenir un petit nombre d’hommes armés engagés.

Les commandants de Tsahal en Judée-Samarie ne s’inquiètent pas d’un incident particulier (qui pourrait changer si la flambée des attentats terroristes continue d’augmenter), mais plutôt d’une explosion stratégique, comme lorsque le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas , âgé de 87 ans, meurt, laissant un énorme vide de puissance derrière.

Beaucoup craignent que le gouvernement de Netanyahu ne s’entende pas avec l’Autorité palestinienne puisse aggraver les tensions
Les analystes israéliens craignent que le nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu ne s’entende pas avec l’Autorité palestinienne puisse aggraver les tensions. Tsahal pense que de nombreux Palestiniens ne sont plus aussi intéressés par la politique intérieure israélienne qu’ils l’étaient auparavant et que les Israéliens le pensent.

 Le vrai danger – dont s’inquiètent Tsahal et le Shin Bet – est soit une tentative de prise de contrôle par le Hamas après la mort d’Abbas, soit une guerre civile palestinienne sur plusieurs fronts sans personne aux commandes et sans partenaire de l’autre côté.

En d’autres termes, si d’autres grandes villes palestiniennes ressemblent davantage à Jénine, où il n’y a pas de véritable solution, une telle guerre civile pourrait déborder en Israël à un tout autre niveau et laisser Jérusalem sans presque aucun point de contact.

Parmi les choses qui pourraient nuire à la progression de la barrière et des raids, c’est ce qui empêche Tsahal de dormir la nuit.

jpost.com – Par Yonah Jérémy Bob

JFORUM.FR

Source : LE MONDE JUIF VU PAR… Que se passe-t-il dans le nord de la Cisjordanie ?

Michel Boujenah raconte son arrivée difficile en France

Hier après-midi sur France 2, l’humoriste s’est confié face à Frédéric Lopez sur le «déracinement», de la Tunisie vers la France, qu’il a vécu enfant.

«J’ai fait le pari d’écrire mon premier spectacle sur Albert, un petit juif qui arrive en France. En une semaine, les mecs se battaient à coups de poing pour avoir des places. J’allais au “20 heures” de Léon Zitrone, j’étais invité sur le canapé de Michel Drucker», s’est souvenu Michel Boujenah. Invité de l’émission « Un dimanche à la campagne », le comédien a raconté ses débuts fulgurants, mais il a aussi avoué qu’il n’aurait jamais parié sur son succès.

L’humoriste de 70 ans a confié devant Frédéric Lopez avoir connu une enfance difficile liée à son départ de la Tunisie. «Avant de partir, j’avais cassé toutes les fenêtres de ma rue au lance-pierre puis je m’étais caché», a-t-il raconté avant de détailler avoir «arrêté de manger et de boire tant il en voulait à ses parents».

«J’ai envoyé un mec à l’hôpital»

Une fois arrivée en France, sa famille s’est installée à Bagneux dans les Hauts-de-Seine. La scolarité de l’adolescent a connu un démarrage très difficile. «Je me faisais insulter à répétition. On me disait salut  »Sale arabe ! »,  »Salut sale juif ! »», s’est-il rappelé sous l’aberration des autres invités Chimène Badi et François Alu.

À force, Michel Boujenah a raconté s’être battu jusqu’à «envoyer l’un de ses harceleurs à l’hôpital». Déraciné, l’adolescent qui «zozotait» a présenté un exposé qui a changé sa vie. Encouragé alors à faire du théâtre, le comédien abandonne médecine après deux heures de cours en faisant un pacte avec son père.

“UN JOUR, J’AI VOMI PARCE QUE J’AI EU HONTE DE QUI J’ÉTAIS.”

DANS “#UNDIMANCHEÀLACAMPAGNE, MICHEL BOUJENAH SE CONFIE SUR LA PÉRIODE FASTE QUI A SUIVI LE SUCCÈS DE “TROIS HOMMES ET UN COUFFIN.”

 À VOIR EN INTÉGRALITÉ SUR HTTPS://T.CO/PAFR6EJ5LF : HTTPS://T.CO/MRFVXCO1RC PIC.TWITTER.COM/KROUAE3D1U

— FRANCE 2 (@FRANCE2TV) JANUARY 29, 2023

Lire la suite sur LE MONDE JUIF VU PAR… Michel Boujenah raconte son arrivée difficile en France

la rhétorique indécente de la diplomatie française (Pierre Lurçat)

En marge de l’attentat de Jérusalem, la rhétorique indécente de la diplomatie française,

Pierre Lurçat ( Article paru dans Causeur.fr)

Après le terrible attentat qui a coûté la vie à sept civils israéliens vendredi soir, alors qu’ils sortaient de la synagogue dans un quartier du nord de Jérusalem, les condamnations ont été unanimes. Mais, dans ce concert de condamnations, une voix s’est fait remarquer : celle de la France. Les dépêches de l’AFP ont ainsi désigné le quartier juif de Névé Yaakov comme une « colonie » ou comme un « quartier de colonisation juive » à Jérusalem-Est, alors même que la localité a été fondée en 1924, bien avant la création de l’OLP et l’invention du narratif de « l’occupation des territoires palestiniens ».

Mais il y a pire encore que cette erreur géopolitique. Comment faut-il en effet interpréter le communiqué du ministère français des Affaires étrangères, appelant « toutes les parties à éviter des actions susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence » ? Le président Emmanuel Macron a utilisé la même rhétorique, en tweetant : « Je pense aux victimes de l’attaque perpétrée hier contre une synagogue à Jérusalem, à leurs proches, et au peuple Israélien. Ferme condamnation de cet acte odieux. L’engrenage de la violence doit être évité à tout prix » (In cauda venenum…)

Autrefois – dans les années 1990 – on avait coutume d’expliquer que le quai d’Orsay était « traditionnellement pro-arabe », tandis que l’Elysée était plus mesuré envers Israël. De telles distinctions n’ont visiblement plus cours aujourd’hui. Parler d’« engrenage de la violence » quand un terroriste palestinien assassine de sang-froid des fidèles juifs sortant d’une synagogue est indécent, à moins de considérer qu’ils sont des cibles légitimes. Mais la diplomatie française peut au moins se vanter de faire preuve de constance dans son indécence, au sujet du conflit israélo-arabe.

Pas plus tard que jeudi dernier, veille de l’attentat à Jérusalem, on apprenait en effet que la France avait demandé une réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU pour condamner Israël, coupable aux yeux du quai d’Orsay d’avoir mené une opération anti-terroriste à Djénine ! Les deux autres pays qui ont prétendu faire condamner Israël aux côtés de la France n’étaient autres que la Chine et les Emirats arabes unis, alliés pas très fréquentables en matière de politique étrangère.

La position française dans le conflit israélo-arabe et israélo-palestinien n’est pas nouvelle. Elle est presque aussi ancienne que le conflit lui-même. Ce qui est nouveau, c’est le fait que la rhétorique indécente du quai d’Orsay – qui met sur le même plan les victimes israéliennes du terrorisme et les terroristes palestiniens abattus dans une opération préventive de Tsahal – ne suscite plus aucune indignation et passe pour ainsi dire inaperçue.

L’amiral Michel Darmon, ancien président de l’Alliance France Israël, avait coutume de distinguer la « France réelle » de la « France officielle ». Cette dernière peut en effet condamner Israël et faire preuve de compréhension envers le terrorisme palestinien. Mais les Français, dans leur immense majorité, savent bien à quoi s’en tenir. Ils savent bien que les terroristes qui tuent des Juifs à la sortie des synagogues à Jérusalem sont motivés par le même fanatisme et la même haine que ceux qui assassinent des Français attablés à un café à Paris, ou qui égorgent et tirent dans la foule à Lyon et à Nice.

Prétendre convoquer le Conseil de Sécurité pour condamner une opération antiterroriste d’Israël (dont la nécessité a été tragiquement confirmée quelques heures plus tard par l’attentat de Jérusalem) est un acte politique grave. Autrefois, quand la voix de la France avait encore quelque poids au Moyen-Orient, un tel acte aurait suscité une condamnation de la part d’Israël, et sans doute une protestation et des manifestations des amis d’Israël en France.

Aujourd’hui, une telle attitude ne suscite plus que l’indifférence. Sans doute sait-on à Jérusalem qu’il n’y a plus grand chose à attendre de la diplomatie française concernant Israël. La France tiers-mondisée n’est plus que l’ombre du grand pays qu’elle fut jadis. Elle n’a plus depuis longtemps de politique extérieure au Moyen-Orient, elle n’a plus qu’une politique intérieure. Ses condamnations rituelles d’Israël et ses appels à enrayer « l’engrenage de la violence » n’ont en réalité qu’un seul objectif : ne « pas désespérer » l’islam des banlieues.

P. Lurçat  vudejerusalem.over-blog.com

Dans la bande de Gaza, des Palestiniens se réjouissent de l’attentat, 27 janvier 2023 © Saher Elghorra/SIPA

JFORUM.FR

Source : LE MONDE JUIF VU PAR… La rhétorique indécente de la diplomatie française (Pierre Lurçat)

Nouvelles loufoques ou pas loufoques du tout

NOUVELLES LOUFOQUES …OU PAS LOUFOQUES DU TOUT

1) Bobards d’Or 2023

Les plus beaux mensonges des médias ! Chaque année, les journalistes attendent la liste des nommés aux Bobards d’Or. Qui se fera épingler pour sa mauvaise foi ? Quel média verra ses mensonges étalés à la face du monde ?

https://bobards-dor.fr/bobards-dor/bobards-dor-2023/

2) Le Pr Perronne appelle à la désobéissance civile et pacifique ! (VIDÉO CENSURÉE PAR YOUTUBE)

3) Davos : le marché du sexe bat son plein pendant le World Economic Forum, des travailleuses du sexe témoignent

4) Pendant que le congrès s’amuse et fornique à DAVOS, des mahométans continuent à tuer en FRANCE.

Pour Axelle Dorier: Cette société est devenue barbare. C’est ça, le vivre ensemble dont tout le monde a la bouche remplie ? Maitre Versini, l’avocat de la famille, fustige l’insupportable culture du déni et de l’excuse, qui participe à l’ensauvagement de la France.

5) „Bon appétit, Messieurs!“

Quelque jours qprès la clôture du Forum de Davos, hous apprenons qu’Ursula von der Leyen a adopté un règlement qui autorise la poudre de grillons dans l’alimentation humaine. Je t’en ferais bouffer, moi, des grillons, Ursule de mes deux!!!

https://resistancerepublicaine.com/2023/01/27/dimmenses-urgences/

6) Vague de démissions en Ukraine: les rats quittent le navire avant qu’il ne coule

Entre autres, la véritable éminence grise du régime de Kiev, Arestovytch est bien plus qu’un ancien conseiller qui serait frustré d’avoir été contraint de démissionner à la suite d’un « dérapage ». Avant le 24 février, Arestovytch était considéré comme un possible futur leader, un rival possible pour Zelensky.

7) Du rififi dans le Landernau universitaire parisien : un professeur d’histoire de Paris I aurait été pris la main dans le sac de son intolérance haineuse. Selon plusieurs témoignages, celui-ci aurait déclaré : « Si certains étudiants ont voté Macron, Ciotti, Le Pen ou même Roussel, je les respecte bien peu… mais si certains ont voté Zemmour, je les considère comme des bêtes à abattre.“ Vous avez bien lu : „comme des bêtes à abattre“

8) Le clou:

Au tribunal: „Une femme transgenre a violé deux femmes avec son penis“ (sans commentaire)

(Le tabloid The Sun) On Trial: Transgender woman raped two women with her penis

Lire la suite sur RESISTANCE REPUBLICAINE : Nouvelles loufoques ou pas loufoques du tout

Un général dénonce la France aux ordres des USA

Il y a quelque jours, un vice-amiral collabo a volé au secours de Macron pour démolir, sur le JDD, ceux qui, dans l’armée, dénoncent la soumission de la France aux USA et, surtout, son soutien à l’Ukraine aux dépens de la Russie. 

https://www.lejdd.fr/International/tribune-guerre-en-ukraine-attention-danciens-militaires-francais-contribuent-aux-interets-du-kremlin-4161692

Des voix se lèvent à l’armée pour dénoncer cette position de soumission aux USA qui depuis plus d’un siècle, veulent nous réduire au rôle de vassal et dire la vérité sur les Etats-Unis qui n’ont qu’un but, détruire la Russie. Le général Henri Roure fait partie de ces militaires qui osent s’opposer à la doxa officielle.

Sa tribune ci-dessous est remarquable, c’est un document d’histoire. Lisez-la, faites-la connaître… c’est la meilleure argumentation pour faire comprendre aux innocents où Macron et ses pareils sont en train de nous entraîner, pourquoi et les conséquences, terribles.

Christine Tasin

Aux ordres de la bannière étoilée

Général (2S) Henri ROURE le 29 janvier 2023

Un ancien officier-général de la Marine, lié par ses activités civiles aux États-Unis d’Amérique, vient, dans une tribune, de vivement critiquer ses homologues. Il leur reproche sévèrement de ne pas penser selon la doxa euro-otano-étatsunienne dans l’analyse du conflit en Ukraine. Il ne les considère plus, sans nul doute, comme ses camarades. Je ne suis pas pro-Russie et encore moins pro-États-Unis, je suis un patriote. Je crois avoir fait mon devoir, jusqu’à ce jour, pour servir exclusivement mon pays. Au cours de ces longues années j’ai pu découvrir toutes sortes d’actions visant à ruiner le patriotisme français et l’indépendance de la France. Elles sont insidieuses mais procèdent toutes de la prétention états-unienne à dominer le monde et du matraquage d’idées supranationales propagées par les idéologues euro-atlantistes.

Dans de lointaines fonctions, j’ai eu sous ma responsabilité les observateurs français dans les différentes missions onusiennes. Lors de mes visites de contrôle, j’ai souvent été obligé de leur rappeler, contrairement à ce qui leur était seriné, qu’ils servaient la France dans une mission internationale et seulement elle. Ils demeuraient des officiers français, malgré le béret bleu qu’ils portaient. Il semble que cette simple vérité ait été oubliée par quelques officiers-généraux minoritaires adoubés par les médias grand-public.

Sans hésitation, ni mouvement de conscience, dans ce conflit ukrainien, ils défendent les intérêts des États-Unis. Ils en viennent à reprocher à ceux qui examinent les faits, de simplement les constater. Dans cette affaire, les fauteurs de guerre sont précisément ceux dont ils se sont érigés en porte-parole. Curieusement ces officiers-généraux, pour la plupart, ont servi dans l’OTAN et en ont tiré quelques avantages…

J’aimerais leur dire que la France n’a strictement aucun intérêt en Ukraine mais que ses dirigeants, malheureusement, se sont ralliés à un pays prédateur aux ambitions totalitaires. Sous couvert de l’Alliance Atlantique et de l’OTAN, il continue, inlassablement à appliquer la doctrine de Monroe et son corollaire au nom d’une invraisemblable « destinée manifeste ». Les États-Unis croient avoir mission divine de dominer le monde. L’appui supposé de Dieu est le propre de quelques impérialismes. « In god we trust » a été concurrencé, un moment, par « Got mit uns ». Cette invraisemblable prétention a été confirmée par des personnages comme Kissinger et surtout Brzezinski, auteur du Grand Échiquier et du Vrai Choix, où il affirme, avec le même cynisme qu’Hitler dans Mein Kampf, que « l’amélioration du monde et sa stabilité dépendent du maintien de l’hégémonie des États-Unis ».

J’aimerais préciser, à ces camarades égarés, que les États-Unis n’ont cessé de malmener la France depuis la victoire alliée de 1945 dont ils revendiquent l’exclusivité. Je note incidemment que sans l’énorme effort de la Russie des Soviets et sans les Armées alliées, dont la nôtre et sa composante Résistance, ils auraient eu bien de la peine à parvenir à la victoire.

Cependant ils possèdent Hollywood et tout un énorme système de contrôle, d’influence, de domination et de désinformation. Il passe par leurs ONG, le dollar, les fonds de pension, le Droit extraterritorial, la CIA, l’imposition de leur langue, une armée d’occupation avec 800 implantations dans le monde… et des politiciens étrangers, convertis, oubliant leur patrie et même, je le constate amèrement, quelques officiers-généraux français.

Je note aussi qu’ils n’ont jamais gagné une guerre seuls et qu’ils ont perdu toutes celles qu’ils ont engagées. Dois-je énumérer leurs défaites et leurs retraits honteux? En vrac, pour être bref: Corée, Vietnam, Somalie, Irak, Syrie, Afghanistan…partout ils ont créé le chaos, comme notamment en ex-Yougoslavie ou en Libye.

Que l’on ne me dise pas non plus qu’ils ont permis la victoire de 1918 face à l’impérialisme prussien. Ils ne sont pas rentrés en guerre en 1917 comme leurs sectateurs essaient de nous le faire croire mais en juin 1918, après que les Français les eurent équipés de chars, d’avions, de mitrailleuses, de canons et instruits leurs officiers et soldats. Ils perdirent 100 000 hommes, bien peu au regard des armées française, britannique ou italienne, dont 50 000 par maladie.

Vous qui êtes subordonnés à eux, observez ce que nous leur devons véritablement sur une récente et brève période. Souvenez-vous du contrat rompu avec la Russie, selon leurs exigences. Il concernait deux porte-hélicoptères que nous avions construits. Rappelez-vous les millions de dollars d’amendes payés par nos banques et entreprises dans le cadre de l’externalisation de leur Droit, parce que certains de leurs clients ne plaisaient pas à Washington. Je passe sur leur rôle déterminant au sein de l’UE qui est une de leur réalisation et où, depuis toujours, directement où indirectement, via leurs groupes de pression, ils pèsent sur la politique de cette organisation. Je souligne, au passage, que madame Von der Leyen, malgré son patronyme germanique, est d’ascendance étatsunienne. Sa famille jadis s’est enrichie dans la traite négrière, et son mari travaille aux États-Unis. Je termine ce panorama très rapide, et non-exhaustif, par l’affaire de la rupture du contrat de vente de sous-marins conclu avec l’Australie où la France s’est fait spolier par son allié!

Mais pourquoi donc les États-Unis, qui ne sont pas nos amis, sont-ils entrés indirectement en guerre contre la Russie? Ce pays s’intégrait lentement mais sûrement à l’univers européen et les échanges se multipliaient et s’intensifiaient. L’Ukraine n’a jamais été qu’un prétexte. Nous savons que Kiev malmenait terriblement les russophones du Donbass et que l’Ukraine avait émis le souhait d’intégrer l’OTAN. Nous savons que la CIA, était à la manoeuvre depuis bien avant le coup d’État de Maïdan, et qu’un vaste système de mensonges et de désinformation allait tout faire pour justifier l’injustifiable. Pourtant James Baker avait promis à Gorbatchev que les anciens pays du Pacte de Varsovie n’intégreraient pas l’OTAN…Tromperie, évidemment! il finit par ne manquer que l’Ukraine pour que la Russie soit totalement ceinte par cette organisation. Les Russes ont finalement compris qu’il n’y avait rien à espérer d’un pays à l’orgueil démesuré et systématiquement mensonger. Ils sont alors tombés dans le piège étatsunien et ont lancé leur opération militaire spéciale. Les soi-disant occidentaux ont eu beau jeu, alors, d’accuser la Russie d’agression.

En fait, messieurs les quelques officiers-généraux qui critiquez les patriotes, vous soutenez les buts de guerre de Washington. Il s’agissait pour les États-Unis de détruire la Russie et de partager son vaste territoire en au moins trois parties dont l’une, après modification de son régime, aurait pu se rapprocher de l’UE. Une UE déjà sous leur contrôle via, précisément, l’OTAN et l’Allemagne leur allié favori et obéissant. La Sibérie et l’Extrême-Orient devenant des protectorats étatsuniens complétant ainsi leur dispositif, au Sud, sur l’Océan Pacifique, pour encager la Chine, leur futur ennemi.

La France n’avait aucun intérêt à entrer dans ce conflit. Vous en avez vu les conséquences sur notre économie, déjà fragilisée, et sur notre société perturbée. Mais sans doute considérez-vous qu’il s’agissait là du prix à payer pour continuer à servir les ambitions étasuniennes auxquelles vous adhérez. Ce ralliement stupide de la France a surtout miné sérieusement sa puissance. Désormais nous payons très cher notre énergie et nos importations. Parallèlement nous enrichissons la Russie. Bravo! Vous ne direz jamais que les responsables sont ceux qui ont saboté notre production d’électricité nucléaire pour complaire aux Allemands et faciliter in fine l’importation de gaz de schiste en provenance des États-Unis d’Amérique… 

Vous ne l’avouerez pas car les responsables sont exactement les mêmes qui nous ont impliqués dans cette affaire ukrainienne et, qui, comme vous, encensent les États-Unis d’Amérique et l’OTAN. Cette organisation a muselé l’ONU, ce qui a dénaturé notre siège permanent au Conseil de sécurité et effacé notre droit de veto. Notre dissuasion nucléaire, désormais, n’a plus de réelle utilité puisque notre engagement aux côtés des États-Unis nous amène à avaliser l’emploi tactique de l’arme atomique en contradiction avec notre politique d’emploi stratégique uniquement en cas de menace sur nos intérêts vitaux. Enfin la Russie, ayant fait l’analyse de nos faiblesses, a pu pénétrer notre dispositif en Afrique. Elle nous aura chassé, avec ses mercenaires de l’OMP Wagner, de plusieurs pays, pour lesquels nous avions pourtant engagé la vie de nos soldats. Sans doute n’aviez vous pas imaginé que la France pouvait être grande et indépendante, aussi, grâce à des atouts outre-mer.

Je croyais ingénument – semble t-il – que tous les officiers français avaient, parmi leurs qualités, celle d’analyser le monde et de regarder les relations internationales au prisme de leur patriotisme.

Lire la suite sur RESISTANCE REPUBLICAINE : Un général dénonce la France aux ordres des USA

Avramopoulos avait craché le morceau : l’UE organise le Grand Remplacement ! 

A LIRE AUSSI : Ils entassent des montagnes de lingots d’or en nous parlant de monnaie numérique

Trudeau malmené par la foule… Les mondialistes n’ont plus la cote !

Nous sommes à quelques heures du débat parlementaire sur les immigrations : l’immigration légale et – surtout – l’immigration illégale.

Nous sommes conscients dès à présent qu’il ne sortira aucune décision permettant de réguler l’immigration légale, ce qui, à la rigueur, pourrait être acceptable, mais aucune également permettant de stopper l’immigration illégale, totalement catastrophique pour la France.

L’une des solutions qui pourrait être retenue serait la suppression de toutes les aides sociales aux « illégaux », puisque la fermeture de nos frontières n’est pas envisageable parce que « impossible ».

Mais la « France » est trop « humaniste » pour seulement envisager une telle solution, n’est-ce pas !

Nous savons quels sont les objectifs réels de l’Union européenne sur le sujet de l’immigration. Ils ont été clairement définis : il s’agit d’une politique d’immigration sans aucun contrôle, souhaitée même et sans doute obligatoire pour tous les pays de l’UE.

Et ce n’est pas un petit fonctionnaire sans responsabilité qui l’avait annoncé mais le propre commissaire européen chargé de l’immigration, Dimitris Avramopoulos, dans un article publié à l’époque dans « POLITICO ».

Il osait avouer que l’objectif de l’UE était d’ouvrir toutes grandes les frontières de l’Europe à l’immigration, d’où qu’elle vienne, quelle que soit son origine ou sa religion, pas dans un but humanitaire mais parce qu’il s’agissait « d’un impératif économique » !

« Il est temps d’affronter la vérité. Nous ne pouvons pas et ne pourrons jamais arrêter l’immigration… elle est profondément liée à nos politiques en matière d’économie, de commerce, d’éducation et d’emploi. ». Parlant des migrants, il précisait : « Ils ont trouvé la sécurité en Europe, mais nous devons aussi veiller à ce qu’ils trouvent un foyer. »

Il insistait sur le fait que « programmer les Européens à l’accueil de l’immigration de masse est non seulement un impératif moral mais aussi un impératif économique et social pour notre continent vieillissant, et l’un des plus grands défis dans l’avenir proche ».

Il précisait, sans doute pour nous rassurer croyait-il, que l’Union européenne ne considérait pas l’accueil de tous ces migrants comme le but de leur accorder un asile provisoire pour la durée de la guerre qui frapperait leur pays « mais plutôt comme une autre méthode de transplantation permanente des populations du tiers-monde dans les pays de l’Union européenne ».

Pour la première fois, un dirigeant reconnaissait que l’Union européenne organisait sciemment le « Grand Remplacement ».

Il confirmait, mais était-ce nécessaire, que ce n’était pas les « migrants » qui devaient s’adapter à notre civilisation mais que « la seule façon de rendre nos politiques d’asile et d’immigration pérennes, c’est de commencer par changer collectivement notre façon de penser, car aucun coin de l’Union européenne ne pourra échapper à l’immigration de masse ».

Un tel discours, sans ambiguïté, prouvait que nous tous avions raison, qui avons tenté depuis bien des années de réveiller les peuples en leur annonçant ce « Grand Remplacement », planifié, organisé, structuré et même, comme nous l’apprenons, souhaité et désiré dans un unique but économique, et cela est confirmé également par les sondages sur l’immigration qui le prouvent sans contestation possible :

Alors que 75 % des Français rejettent l’immigration non contrôlée, 57 % d’un panel réunissant des chefs d’entreprises, des politiques et des médias, estiment qu’il s’agit « d’une chance pour le pays », donc pour leurs seuls bénéfices.

Lire la suite sur RIPOSTE LAÏQUE : Avramopoulos avait craché le morceau : l’UE organise le Grand Remplacement ! 

Darwinisme et défense : apprendre à nos enfants à se faire respecter

A LIRE AUSSI : Le « djihad de l’amour » en 40 secondes (vidéo)

Femmes et enfants rapatriés de Syrie – des prêts à tuer. Qui en répondra ?

Le suicide du jeune Lucas suite à un harcèlement scolaire est aujourd’hui unanimement condamné dans les médias. Cet harcèlement est considéré comme encore plus grave car Lucas était homosexuel et il a été en partie harcelé pour cela.

J’ai beau regarder, je trouve cela extrêmement banal, hélas. Quoi de nouveau sous les tropiques? Rien, à part les réseaux sociaux qui ont accentué le phénomène mais qui ne l’ont pas créé non plus. Des jeunes s’en sont pris à un autre jeune car ils le considéraient comme une « fiotte ». Celui-ci a craqué et s’est suicidé.

Un exemple classique de darwinisme social dans toute sa splendeur. Notre société et particulièrement notre système scolaire produit des êtres faibles, les encourage même dans cette voie alors qu’elle sait parfaitement qu’elle ne fera absolument rien pour les protéger du reste de la société s’ils ont des problèmes. Soyez trans, devenez homo, homme soja mais surtout débrouillerez vous tout seul.

Pourquoi ? (souvenez-vous, c’est toujours la plus importante des questions). Parce que notre société capitaliste moderne n’a absolument pas besoin de personnes faibles mais elle veut des hommes et des femmes forts. Et un gars qui craque sous la proie d’un harcèlement est évidemment faible. C’est même pour cela qu’il a été choisi, le groupe de harceleurs n’étant pas spécialement courageux a pris une proie estimée facile, un gars qui n’allait pas se rebiffer mais uniquement se plaindre et encore. Et cette plainte n’allait évidemment déboucher sur rien puisque l’institution n’aspire pas à protéger les faibles mais à s’en débarrasser. De manière indirecte bien sûr, on ne le clamera pas sur les toits.

Il est probable que si, au premier geste hostile, le frêle Lucas avait collé un bon direct à son vis-à-vis, le harcèlement se serait arrêté à ce stade, même s’il avait perdu cette bagarre. Et il serait encore en vie. Mais l’institution ne l’a pas préparé à se défendre, au contraire. Au lieu de cela, il s’est replié, plaint et cela a abouti hélas à son suicide. Suicide dont l’institution n’a que faire à part évidemment pour se dédouaner de toute responsabilité.

Par ailleurs à cette heure là j’ignore tout du profil ethnique des harceleurs mais je pense qu’il ne faut pas s’attendre à la moindre surprise.

Lire la suite sur RIPOSTE LAÏQUE : Darwinisme et défense : apprendre aux enfants à se faire respecter

Prochaine ouverture d’un musée Brichel

La reine Astrid de Belgique

Depuis 2001, sous l’impulsion d’Astrid Bauwens, une passionnée, un musée privé consacré à la reine Astrid a vu le jour en Belgique. Le musée abrite des centaines de pièces uniques. Des bustes, des statues, des tableaux, de la vaisselle,… y sont exposés au public.  Malheureusement, Astrid Bauwens, qui a consacré toute sa vie à cette passion, annonce la fermeture du musée faute de moyens financiers. La pauvre.

Yapadraison…… Moi aussi, je suis passionnée. Une authentique mordue. J’aimerais créer un Musée Brichel

Je pense que cette photo ferait une affiche sensationnelle !

LA FRANCE TOUJOURS PLUS JEUNE : COMMENT MIEUX LA REPRÉSENTER ?

Protégée par une vitrine blindée, les visiteurs pourront même découvrir la c.i. de la première Daube, dimensions et dates réelles.

A la boutique, des copies de la vaisselle présidentielle seront également disponibles.

Ce ravissant shopper, fierté de toute ménagère, ne vous coûtera que 52 €…..

Les plus entichés pourront également acheter un t-shirt portant l’emblème de leur idole (63 €)

Cette tasse sera leur préférée au petit déjeuner (42 €)

Malheureusement, les toilettes de notre blonde archiduchesse ne pourront être exposées ainsi que le sont celles de la regrettée princesse Diana, car ces effets enchanteurs sont tous empruntés et rendus une fois utilisés à la plus grande joie des photographes de seconde zone.

Pas facile de trouver un endroit pour établir tous mes souvenirs de Brichel et de sa vie si passionnante. Après des mois de recherche, je pense me décider pour un bâtiment que je pourrais racheter à un prix modique :

L‘abattoir de la Nausée à Nozay

Endroit impressionnant, l’immeuble est devenu un lieu de passage.

 Rassurez-vous, il n’y reste presque plus aucun objet lié à sa fonction première. Il a été investi par les amateurs de graffitis, mais aussi par de nombreux photographes des stars et autres grosses légumes, car sa structure et la lumière filtrée par les immenses verrières lui confèrent une ambiance princière.  Rendez-vous à Nozay dans le 91, continuez au bout de la rue du Ruisseau, et vous y serez. En famille, avec vos amis, vous connaissances de l‘étranger avides de s’informer des usages des grands de ce monde.

Une suggestion pour vos prochains dimanches ?

Anne Schubert

Source : RIPOSTE LAÏQUE : Prochaine ouverture d’un musée Brichel

Patrick Jardin : « Je me fous des femmes djihadistes et de leurs gosses : qu’ils dégagent ! »

L’heure est très grave. Notre bouffon national et sa clique du cirque Pinder laissent entrer sur notre territoire un nombre de plus en plus important de migrants. De sorte que dans certains quartiers nous n’avons plus du tout l’impression d’être sur le territoire français, mais plutôt dans les faubourgs de Bagdad. Tout cela dans le but bien évidemment non avoué de nous remplacer. Mais encore plus criminel et bien plus dangereux, ils rapatrient des femmes de djihadistes et leur progéniture sur notre sol. De quoi s’agit-il ? Pour la plupart, de femmes et d’enfants qui, pour accompagner leurs conjoints ou père, ont quitté le territoire national en déchirant leurs papiers d’identité, devenant de ce fait apatrides. Donc quand je dis rapatrier n’est pas du tout adapté, puisqu’en déchirant leurs papiers ils n’ont plus de patrie !

Pourquoi ont-ils quitté la France ? Simplement pour rallier Daesch et combattre dans leurs rangs parfois même contre la France (2° raison pour les déchoir de leur nationalité Française). Ces veuves d’étrons qui tuent sans vergogne, sous le couvert d’une secte mortifère obéissant à un torchon appelé Coran, censé régir les lois islamiques, et qui appelle ouvertement à tuer des couffards, c’est ce que ces pourritures considèrent comme une religion de paix !

Alors, certes, désormais ces saloperies et leurs descendances vivent actuellement dans des camps et dans des conditions déplorables et innommables à tous point de vue. Mais ils n’avaient qu’à réfléchir avant. Mais je vais vous faire une révélation : leur sort JE M’EN FOUS COMPLÈTEMENT. Ce qui m’intéresse c’est le sort de mes compatriotes. Ces ordures d’islamistes m’ont enlevé ce que j’avais de plus cher au monde, JE NE LEUR PARDONNERAIS JAMAIS, et désolé pour Souleymane Verdez et son patron Cyril Hanouna, je continue d’affirmer que j’ai un problème avec le Coran, qui appelle à conquérir des territoires, à tuer des couffards, etc…Et ce n’est pas votre air de vierges effarouchées lorsque je vous ai affirmé cela lors de mon passage sur votre plateau qui me fera changer d’avis !

Moi j’ai été la victime des horreurs propagées par l’islam. Je milite désormais pour que plus jamais cela ne recommence. C’est la seule chose que je puisse faire maintenant, n’ayant pas le pouvoir de faire revenir ma fille Nathalie, qui chaque jour me manque un peu plus.

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de déposer une plainte contre l’État, pour mise en danger de la vie d’autrui, dans l’affaire du retour de ces femmes djihadistes sur le territoire français. Je l’ai fait tant en mon nom personnel qu’au nom de l’association que je dirige « Ni Oubli Ni Pardon »

Lire la suite sur : RIPOSTE LAÏQUE : Je me fous des femmes djihadistes et de leurs gosses : qu’ils dégagent !