Macron organise la « Bienvenue aux Migrants » Marre de ce petit pédant qui n’a été élu que pour finir de couler la France, marre des islamo-collabos qui invitent les indésirables chez nous

_______________________________________________________

« Des réfugiés évacués de Libye accueillis en France » (Le Figaro.fr avec AFP) La France de Macron « va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR au Niger, a annoncé à l’AFP le directeur général de l’Ofpra (Office français de protection de réfugiés et apatrides) à l’issue d’une mission à Niamey qui a également permis d’entendre 47 réfugiés vivant actuellement au Niger. Ces réfugiés, arrivés à Niamey (Niger) le 11 novembre, devraient gagner la France « au plus tard en janvier », selon le ministère de l’Intérieur.

« Ils avaient bénéficié de la première évacuation de Libye, où règne le chaos, menée par le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies. « Il s’agit 25 personnes, Érythréens, Ethiopiens et Soudanais, et comprenant 15 femmes et quatre enfants ». Le HCR avait présenté à l’Ofpra une liste de personnes repérées pour leur besoin de protection. Celles qui ont été retenues, après une évaluation sécuritaire, obtiendront le statut de réfugié « très rapidement » après leur arrivée en France. Ils seront d’abord hébergés en structures collectives, « le temps de leur donner un certain nombre de clés sur la vie en France », a précisé la DGEF (Direction générale des étrangers en France) qui coordonne l’opération de réinstallation.

« Après ces quelques mois, une nouveauté dans les processus de réinstallation, ils seront orientés vers des logements classiques. « C’est d’abord une manière de sauver des personnes qui sortaient d’un véritable enfer, avec des tortures, des viols, des enlèvements d’enfants », explique le directeur général de l’Ofpra. Cette semaine, un reportage télé montrant des migrants vendus aux enchères a provoqué une forte émotion (celle qui guide la politique de Macron), suscitant des réactions indignées en Afrique et à l’ONU.

« Et en même temps » : « Les forces de l’ordre font face à une nouvelle vague migratoire à la frontière italienne » (Le Figaro.fr J.-M. Leclerc) « Plus de 43.000 illégaux ont été arrêtés depuis janvier dans les Alpes-Maritimes. À la gare de Menton-Garavan, les policiers de la PAF appuyés par les CRS contrôlent les trains en provenance d’Italie. Le préfet des Alpes-Maritimes leur répète à l’envi : « Ne mettez pas vos vies ni celle des migrants en danger. Je veux des procédures propres dans un cadre légal qui a été clarifié. »

« Le commandant Lætitia Baronchelli, chef de la brigade mobile constate : « Nous avons arrêté 300 passeurs depuis janvier. Il y a très peu de récidivistes. On n’en voit jamais le bout ! »

Le Monde.fr de la forte émotion de gauche / AFP : « Le Défenseur des droits souligne les situations « alarmantes » des enfants vulnérables en France. Il s’inquiète des projets du gouvernement pour les jeunes migrants. Enfants vivant dans des bidonvilles, mineurs étrangers isolés… Elles appellent « des réactions urgentes » des pouvoirs publics. Il s’inquiète des annonces du gouvernement sur la prise en charge des mineurs non accompagnés (MNA), ces jeunes migrants arrivant sans famille en France. Le gouvernement a annoncé sa volonté de confier à l’État l’accueil d’urgence et l’évaluation de l’âge de ces jeunes « jusqu’à ce que leur minorité soit confirmée », mission qui relève des départements, chargés de la protection de l’enfance. Ce « transfert de compétences » fait craindre au Défenseur des droits que s’installe « un dispositif dérogatoire au droit commun, qui tendrait à considérer ces jeunes comme des étrangers, avant des enfants à protéger ».

« Pour les enfants, les conséquences sont particulièrement graves » avec, pour le Défenseur des droits, des risques de déscolarisation (???) et de rupture dans l’accès à la santé. Concernant les familles en situation de précarité, le Défenseur des droits salue le volet spécifique de la stratégie nationale de santé consacré aux enfants et l’annonce d’un futur plan de lutte contre la pauvreté axé notamment sur les enfants et les jeunes. »

« La prophétie du Pape Jean Paul II : l’islam envahira l’Europe« , Rosaly sur dreuz.info. « Je vois l’Église du troisième millénaire affligée d’une plaie mortelle, qui, comparée à celles de ce millénaire (le communisme et le nazisme) sera plus profonde, plus douloureuse : elle se nomme « islamisme ». Ils envahiront l’Europe. J’ai vu les hordes surgir de l’Orient à l’Occident, du Maroc à la Libye, de différents pays orientaux à l’Égypte. »

« Ils envahiront l’Europe et cette dernière sera semblable à une cave, remplie de reliques, de vieux souvenirs de famille et de toiles d’araignées. Vous l’Église du troisième millénaire devrez endiguer l’invasion.

« Mais non par les armes, les armes ne suffiront pas, mais avec votre foi, vécue dans son intégrité. »

« Tandis qu’inexorablement, les lumières s’éteignent une à une sur l’Europe chrétienne, réduite à une cave pleine de vieilles reliques et de toiles d’araignées, « Karol le Grand a parlé » et aujourd’hui encore, il nous invite à résister à l’invasion, non avec des armes, mais avec une foi vécue intégralement. Que l’on croie ou non, Jean Paul II nous a mis en garde contre le danger que représente l’islam pour l’Europe chrétienne.

« Alors pourquoi la soumission du pape de l’Église catholique (le pape jésuite François) envers l’islam, l’ennemi juré du Christianisme ? L’islamisme ou islam radical est le vrai visage de l’islam, il n’est pas une déviation de l’islam, mais la pratique de cette idéologie dans toute son intégralité.

« Et ce n’est pas être islamophobe ou extrémiste que de l’affirmer. Il n’y a pas un gentil islam de paix et une déviance, l’islamisme, liberticide et belliqueux, mais un seul islam. Dans l’esprit des musulmans, l’islam est une religion universelle et ils espèrent qu’un jour l’humanité entière embrassera cette religion. L’islam est un code de vie et toutes les sociétés doivent y adhérer. Si des populations immigrées envahissent l’Occident avec des valeurs diamétralement opposées aux nôtres, comme c’est le cas depuis quelques décennies, dans le but de détruire notre civilisation, notre démocratie, l’Occident a le devoir de les combattre en imposant ses lois et par des moyens militaires, en cas de violences, afin de défendre nos valeurs fondamentales.

« Les jihadistes divisent le monde en deux sphères : le monde islamique et le monde non islamique. Et

si un jour il y a un combat, ce sera entre ceux qui aiment la liberté, la paix et l’humanité et ceux qui veulent imposer l’esclavage et la guerre à l’humanité. Les peuples colonisés et dominés par l’islam ont été étouffés et leurs civilisations détruites. C’est le devoir sacré du musulman de combattre les forces des ténèbres de l’Occident. Il ne peut y avoir un autre Dieu qu’Allah, ce qui explique la raison pour laquelle aucun savant de l’islam, aucun pays musulman ne condamne ouvertement le terrorisme. Comme le mode de vie occidental est en contradiction directe avec le dogme islamique, il devient la cible de tout bon musulman. Combien de pays musulmans pratiquent la démocratie, le libéralisme, le respect de la vie privée, de la liberté individuelle, la liberté d’expression, la liberté de conscience ? Aucun, car ces valeurs ne sont pas compatibles avec l’islam.

« Et contrairement à ce que les apologistes béats de l’islam veulent nous faire croire sur la nature pacifique de l’islam, ces valeurs doivent être combattues même par la guerre sainte. Politiciens sans honneur, hypocrites, menteurs, politiciens sans conscience, intellectuels sans dignité ni courage, ils ont rendu l’Europe malade, faible, sans défense face à la tromperie la plus réussie de toute l’histoire de l’humanité : l’islam. »

Moralité : L’Allemagne immigrationniste de Merkel doit faire face au succès politique grandissant de l’extrême droite islamophobe et eurosceptique, dixit Le Monde islamophile de gauche et Th. Wieder : « L’AfD, est devenue la 3ème force politique, avec 12,6 % des voix et 94 élus ». Dans ses meetings, l’immigrationniste Merkel « pouvait compter sur la présence de sympathisants pour venir crier : « Hau ab ! » (« Casse-toi ! »).

« Dimanche 24 septembre, le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) n’a pas réussi à battre la chancelière, mais il a atteint l’objectif qu’il s’était fixé : arriver troisième, derrière les conservateurs (CDU-CSU) et les sociaux-démocrates (SPD). En 2013, l’AfD avait obtenu 4,7 % des suffrages exprimés. Pas assez pour atteindre le seuil de 5 % nécessaire pour qu’un parti soit représenté au Bundestag. C’est dans l’est du pays que l’AfD a réalisé ses meilleurs scores. Dans les territoires qui étaient situés en RDA pendant la guerre froide, il a obtenu, en moyenne, 21 % des voix, ce qui en fait la deuxième force politique dans ces régions derrière la CDU (26 %). Dans la Saxe, le Land où il a enregistré sa meilleure performance, l’AfD a légèrement devancé le parti de Mme Merkel (27 % contre 26,9 %). Dans l’ouest de l’Allemagne, la percée de

l’extrême droite est tout de même importante, notamment en Bavière, où l’AfD a obtenu 12,4 % des voix.

« Même la Bavière, où seulement 3 % de la population active est au chômage, vote aujourd’hui davantage pour l’AfD que pour le FDP (libéraux-démocrates), le parti des classes moyennes supérieures. »

Quand Alain Finkielkraut a indiqué clairement : « Edwy Plenel a été un compagnon de route, sourd et aveugle, de l’islamisme, L’Obs islamophile de gauche de Sylvain Courage dénonce les tontons flingueurs de la pensée tricolore : Michel Onfray, Eric Zemmour et Franz-Olivier Giesbert. Thème de la causerie : « Est-ce la fin de notre civilisation ? ». Derrière l’affiche apocalyptique du 25 janvier, se cache un organisateur, aussi discret qu’influent. C’est lui qui a pris l’initiative de réunir le philosophe libertarien et le polémiste réactionnaire.

Selon lui : « Ce sont des esprits libres qui savent débattre sans se battre ». La venue de Tariq Ramadan s’est heurtée à un véto de la mairie qui « préfère éviter les gens trop marqués politiquement ». Soirée du mâle (blanc) occidental ! La ville de Chalon est administrée par G. Platret (Les Républicains). Ancien protégé de Sarkozy et porte-parole de Laurent Wauquiez, ce partisan d’une laïcité intégrale a défrayé la chronique en supprimant les « menus sans porc » des cantines scolaires dès septembre 2015. Une procédure judiciaire a été lancée par la « Ligue de défense des musulmans ». Le maire a empêché l’organisation d’un « salon de la femme musulmane », une manifestation interdite aux hommes. Ce n’était pas tolérable ». En accueillant une soirée du mâle (blanc) occidental, le maire ne court aucun risque de dérive communautariste. « La civilisation judéo-chrétienne est en train de disparaître et l’Islam la remplace« , résumait Zemmour. L’auteur du « déclin français » avouait un « accord enthousiaste » à la lecture de « Décadence », essai crépusculaire d’Onfray. » (L’Obs).

Thierry Michaud-Nérard

Macron organise la « Bienvenue aux Migrants »

(Source : Riposte laïque)

Publicités

A la mémoire de Sarah Halimi ainsi qu’à toutes les victimes de la barbarie

https://i1.wp.com/static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/04/SarahHalimi.jpg__________________________________________________

Le complotisme supposé des juifs ne date pas du XXème siècle, mais prend ses racines au moyen-âge jusqu’à nos jours.

De l’église à l’islam aux états, la persécution des porteurs de thora n’a jamais cessé.

Sur le complotisme supposé des juifs, s’est développé l’antisémitisme puis l’antisionisme, qui sont en fait, des anti-judaïsme, que ça soit sur l’identité religieuse ou sur le droit des juifs à vivre en paix sur leur terre.

D’ailleurs l’antisionisme incarne le fer de lance de la théorie du complot, qui prête aux juifs une démarche de domination mondiale incarnée par la création de l’état d’Israël.

La déportation des juifs à travers les nations et leur persécution, prend forme avec Titus, qui en 70 détruit le deuxième temple. Flavius Joseph relate qu’avant même que le siège de Jérusalem prenne fin, 600000 corps gisaient hors des portes, le reste des habitants furent tués, vendus par les Romains. Les porteurs de thora avaient dans leur foi l’exil annoncé, en 135 la révolte de Bar Kokhba anéantit toute velléité d’indépendance du peuple juif.

Alors que dispersée parmi les nations, l’identité israélite continue de s’inscrire dans une religion sémite, le judaïsme, lien indéfectible unissant tous les juifs. Réduites en esclavage, persécutées sous l’empire romain, l’avènement du christianisme n’allait pas être en faveur des communautés juives.

Ainsi entre le 2ème et 5ème siècle, les pères de l’église vont s’appuyer pour justifier leur dogme sur une discrimination des juifs, Jean Chrysostome les déclare « hostiles à Dieu » , le concept de « déicide » est avancé par Pierre Chrysologue, qui voit dans les juifs les assassins de Jésus, et les corrupteurs de Judas.

Au fil des siècles, les pouvoirs politiques appuyant l’église toute puissante n’ont eu de cesse que de fomenter des calomnies, des complot, pour assassiner, voler, exiler les juifs, jusqu’à nos jours, où nous constatons que les juifs sont encore accusés et pris à partie.

Les complotistes y allaient de bon train, des faits-divers répugnants avec sur le banc des accusés des juifs, et comme maintenant le réquisitoire s’appuyait sur des mensonges, entraînant d’immenses persécutions.

Ainsi en 1144 les juifs d’Angleterre sont accusés d’avoir mis à mort un enfant chrétien pour leur célébration de pâque, calomnie propagée par des moines chrétiens, cette accusation est connue sous le nom de «Diffamation du sang» des massacres de juifs s’ensuivirent.

En 1171,en France «le martyr du jeune Richard», affaire de meurtre rituel , 32 juifs seront brûlés en place publique.

Louis IX en 1269, impose aux juifs le port de deux signes jaunes l’un dans le dos, l’autre sur la poitrine, pour les distinguer du reste de la population et prévenir les unions mixtes.

En 1348, la peste provoqua des émeutes anti juives, des juifs furent brûlés à Serres, d’autres massacrés en Navarre et en Castille, les Ashkénazes d’Allemagne furent victimes de pogroms.

Les juifs de la région de Chillon, sur le lac Léman en Suisse, furent torturés jusqu’à ce qu’ils avouent, avoir empoisonné les puits.

Leurs fausses confessions entraînèrent des massacres et des expulsions.

Trois cents communautés furent détruites ou expulsées. Six mille juifs furent tués à Mayence, de nombreux juifs ont fui vers l’Est.
En 1349, près de deux mille juifs furent brûlés à Strasbourg, d’autres furent jetés dans la Vienne à Chinon.

En 1401, des juifs sont brûlés à Diessenhofen, Schaffhouse et Winterthour sous l’accusation de meurtre rituel.

En 1491, 5 juifs sont arrêtés sous l’accusation d’avoir tué un enfant dont le corps n’a jamais été retrouvé ; ils seront garrottés et brûlés ou écartelés.

Ceci n’est qu’un échantillon de ce que les juifs ont subi à travars 20 siècles d’exil en Europe.

Beaucoup plus proche de nous, de nos mémoires, le XIXème et XXème siècle apportent aussi leur lot d’antisémitisme, Edouard Drumont rédige des pamphlets antisémites dans la France Juive ; le quotidien catholique La Croix se proclame le journal le plus anti-juif de France.

En 1894, un Officier français Alfred Dreyfus est condamné pour intelligence avec une puissance étrangère, il sera innocenté par la suite après avoir été déshonoré et envoyé au bagne, victime d’un complot.

Matveï Golovinski, antisémite de son époque, invente « les protocoles des sages de Sion » un complot qui organiserait la domination juive du monde, théorie reprise dans Mein Kampf, sorti de l’esprit malade de Hitler et consorts, idéologie raciste et meurtrière et nous atteindrons le comble de l’horreur avec l’extermination des juifs d’Europe pendant la deuxième guerre mondiale, avec pour la première fois de l’histoire, une extermination industrielle organisée par un régime national socialiste. Le pouvoir français, socialiste, collaborera avec l’ennemi, et aidera à la déportation de familles dans les camps de la mort.

Nous n’avons relaté que quelques événements, l’histoire de l’Occident, du Moyen-Orient ressemble à un charnier concernant les juifs, persécutés, exterminés par la chrétienté, l islam ou les régimes dictatoriaux, nous passons volontairement la conquête arabo-musulman qui du point de vue du génocide n’a rien à envier au monde chrétien de ses débuts jusqu’à nos jours, mais avec le triste record de laisser dans un sillage de 14 siècles, 270 millions de morts et de continuer ses basses œuvres.

Ainsi au XX siècle, la création de l’état d’Israël fut une nécessité vitale, pour les survivants de 20 siècles de persécutions, les porteurs de thora réalisèrent la prophétie.

De nos jours l’antisémitisme a muté en antisionisme, en France, on évoque le complot judéo-maçonnique, complot américano-sioniste comme dans une autre époque où les juifs étaient accusés d’avoir propagé la peste, et que bien avant Saint Augustin à son époque écrivait qu’il fallait condamner les juifs à la dispersion et à l’humiliation, le patriarche de Constantinople Jean Chrysostome prêchait aux Chrétiens que c’était un péché de traiter les juifs avec respect. Il appelait la synagogue la maison de Satan dédiée à l’idolâtrie et le repaire des meurtriers de Dieu.

Les conjurés devraient être en toute logique sur le banc des accusés, car de l’extermination des peuples de l’Amérique du sud, à celle des Indiens d’Amérique, à la traite des noirs (plusieurs millions) aux massacres des juifs d’Europe, à deux guerre mondiales, aux purges communistes, à la déstabilisation de l’Afrique et ses cohortes de génocides, aux mensonges honteux de Colin Powell, qui via George W Bush fit un massacre de plusieurs millions de personnes, déstabilisant le Moyen-Orient, entraînant des dizaines de milliers de victimes du terrorisme islamique, qui par la suite, y compris sur notre territoire, nous a démontré sa barbarie.

La question pourrait être, quelle est la responsabilité des juifs ? Dirigeaient-ils ces états ? Alors que ces génocides ont été organisés par les civilisations, chrétienne, islamique et les régimes dictatoriaux et républicains.

Nationalement, pouvons-nous voir dans des Éric Zemmour, des Alain Finkielkraut, des complotistes ? Eux fils d’immigrés ayant réussi, et défendant la France, comme beaucoup d’hommes et de femmes français juifs.

Mais au bout du bout, l’antisémite montre du doigt et condamne l’homme car il ose reconnaître aux juifs le droit d’exister sur leur patrimoine, peu importe qui il est, un bon juif est un juif laïque de gauche et antisioniste ou mort, la messe est dite.

La technique est toujours la même : calomnier, faire des amalgames, puis exterminer du juif.

L’Occident malheureusement va payer sa culpabilité, il a engendré les islamistes qui persécutent, assassinent, les juifs, les chrétiens, en globalité, tout ce qui n’est pas musulman, est-ce encore un complot juif ?

Quand dans nos rues sont organisés avec l’aval du pouvoir, des défilés pro-terroristes, on y hurle « mort aux juifs » , que l’on distribue en lieu et place de prières de rue, des tracts appelant à l’assassinat des juifs, des « kouffar », que des Français soient contraints de changer de domicile car persécutés, torturés, assassinés, ainsi certains font leur aliyah pour enfin vivre en sécurité loin d’une maison d’esclavage.

Actuellement, des « écrivains », des « humoristes » alimentent l’anti-judaïsme comme dans les années 30, ou comme très récemment, une poignée de politiques se permet de demander à l’état d’Israël de rendre visite à un terroriste, ses comportements alimentent, organisent, avalisent dans le même temps les musulmans dans leurs actions sur notre territoire.

Cela dans un état de droit s’appellerait de la complicité de terrorisme.

Ainsi comme à l’habitude, ils désignent le juif comme responsable et au nom de l’antisionisme importent et confortent l’anti-judaïsme donc le terrorisme. Force est de constater que les Français ne sont plus dupes, et qu’ils comprennent maintenant la politique israélienne face au terrorisme musulman car ils subissent la même barbarie, avec un avenir noir en perspective.

Alors que l’Europe, la France, Israël sont les cibles des terroristes musulmans, Sunnites et Chiites, que nos concitoyens chrétiens, juifs, athées.., subissent comme en Israël la terreur musulmane, viol, torture, assassinat, remplacement de population en Europe, et stratégie défensive de survie des porteurs de thora, les complotistes vont-ils nous faire croire encore une fois que cela est la faute du juif en s’en lavant les mains, et désignant un peuple innocent pour responsable de leurs fautes ?

Chérissons ce qui nous unit, comblons ce qui nous sépare.

Sigismond Odon

A la mémoire de Sarah Halimi ainsi qu’à toutes les victimes de la barbarie

(Source : Riposte laïque)

Israël – 22 novembre 2017

https://i1.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/11/odaya-assouline-320x202.jpg___________________________________________________

Six ans après un attentat : une jeune victime succombe à ses blessures

Six ans après avoir été blessée très grièvement dans un attentat terroriste à Jérusalem, la jeune Odaya Nehama Assouline hy’d est décédée à l’hôpital Hadassah Ein Kerem.

Le 23 mars 2011 vers 15 heures, un engin piégé dissimulé dans un sac près d’une cabine téléphonique a explosé à une station d’autobus en face du Binyanei Haouma, non loin de l’entrée de la ville. Une touriste britannique de 59 ans a été assassinée et des dizaines d’autres personnes ont été blessées dont Odaya Nehama Assouline, âgée alors de 14 ans.

Elle a passé ces six dernières années dans le coma et ses parents n’ont pas quitté son chevet, espérant un miracle. Malheureusement, son état s’est aggravé ces deux dernières semaines et elle s’est éteinte mercredi matin.

L’adolescente habitait avec sa famille dans la localité de Mevo H’oron. L’oncle de la victime, Raphy Assouline, a raconté au site Ynet que tout avait été fait pendant toute cette période difficile pour que la famille reste soudée. Les parents ont appris avec douleur la disparition de leur enfant et sont à présent brisés par le chagrin.

Il a ajouté que depuis le drame, ils avaient quitté leur poste dans l’enseignement et avaient consacré tout leur temps aux soins qu’il fallait prodiguer à leur fille. « Au fil des années, ils ont installé chez eux une sorte d’hôpital à domicile, a-t-il précisé, et toute la famille s’est mobilisée pour aider Odaya, plongée dans le coma ». Mais lorsqu’ils ont constaté une aggravation, ils l’ont immédiatement fait transporter à l’hôpital Hadassah Ein Kerem.

Ynet a recueilli également le témoignage d’une amie de la famille qui a parlé de la douleur intense des parents et de leur dévouement auprès de leur fille au cours de ces six dernières années, lui fêtant même son anniversaire alors qu’elle était inconsciente. ‘Ils attendaient toujours un miracle qui provoquerait son réveil’, a-t-elle ajouté. Elle a ensuite rappelé que Mevo H’oron avait été solidaire, accompagnant la famille nuit et jour.

La localité a réagi dans un communiqué à l’annonce du décès de la jeune fille, indiquant ‘qu’elle pleurait sa disparition et exprimait son affection à la famille’. Les obsèques ont lieu à 13h30 à Mevo H’oron. Yehi Zih’ra Barouh’.

Claire Dana-Picard           

Six ans après un attentat: une jeune victime succombe à ses blessures

(Source : Chiourim.com)

-==-

https://i0.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/11/habad-ouganda.jpg__________________________________________________

Le rabbin Moshé Raskin et son épouse Yoh’eved ont quitté Israël en octobre dernier pour s’installer en Ouganda qui devient ainsi le 100e pays dans le monde avec une représentation H’abad.

Ils ont déménagé avec leur tout jeune fils Menah’em Mendel dans la capitale, Kampala, et ont ouvert sur place le premier Beth H’abad d’Ouganda.  Leur mission a été annoncée officiellement à New York au cours de la Conférence annuelle des Chlouh’im (Kinous Hachelouh’im) qui a réuni cette semaine près de 4 500 délégués venus du monde entier.

H’abad s’est implanté dans d’autres pays cette année : au Monténégro, à Nassau, capitale des Bahamas, et même dans la petite île de Curaçao, dans les Caraïbes. Des Batei H’abad ont également été ouverts récemment au Laos et en Nouvelle-Calédonie, archipel d’Océanie situé dans l’océan Pacifique Sud.

Sur le site officiel de H’abad, il est précisé que le mouvement h’assidique est en contact avec ‘la petite mais dynamique communauté d’Ouganda’ depuis 1999.

Cela date de l’installation du rabbin Shlomo Bentolila et de son épouse Miriam à Kinshasa au Congo, pour diriger les activités H’abad de Centre-Afrique.

L’Ouganda a connu des heures difficiles entre les années 1971-1979 sous la dictature d’Idi Amin Dada, qui a permis, en juillet 1976, à des terroristes palestiniens de faire atterrir à l’aéroport d’Entebbe un avion venant d’Israël qu’ils avaient détourné avec plus d’une centaine d’otages. Ces derniers ont été libérés grâce à une action spectaculaire d’un commando de Tsahal venu les sauver. Malheureusement, cette intervention a fait plusieurs victimes dont le frère du Premier ministre, Yoni Netanyahou, qui commandait l’opération.

Ces dernières années, précise le site, le régime s’est stabilisé en Ouganda qui connait à l’heure actuelle un grand essor économique  avec l’ouverture de marchés sur la scène internationale. Près de 400 Juifs, pour la plupart des Israéliens, y vivent toute l’année et des diplomates juifs et des membres d’ONG du monde entier y arrivent fréquemment.

La famille Raskin s’est rendue à Kampala pour y passer les fêtes de Pourim et de Pessah’ et voir sur place si l’endroit leur convenait. Le rabbin Raskin a déclaré, depuis New York, que cela leur avait tout de suite plu et qu’ils avaient donc pris la décision de s’y établir.

Claire Dana-Picard

L’Ouganda, 100e pays avec un Beth Habad !

(Source : Chiourim.com)

-==-

https://i1.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/11/Hebrew-University.jpg__________________________________________________

L’Université Hébraïque de Jérusalem bien classée parmi les établissements préférés des recruteurs dans le monde

L’Université Hébraïque de Jérusalem vient d’obtenir une place très respectable dans le classement mondial des universités qui se sont distinguées par leur employabilité.

Cette étude a été réalisée, comme chaque année, par le cabinet de conseil français RH Emerging. D’après le magazine londonien Times, l’Université Hébraïque a obtenu la 62e place en raison de l’excellente préparation de ses étudiants diplômés en vue de leur insertion dans la vie active.

Elle a gagné cinq places par rapport au classement précédent, effectué l’année dernière. Le Technion de Haïfa se trouve à la 113e place et l’université de Tel Aviv à la 135e.

Dans cette enquête, ont été consultés 2 500 sociétés dans 22 pays et 3 500 directeurs de firmes et de diverses industries à travers le monde. Il leur a été demandé de citer les universités et les grandes écoles du monde qui produisaient, en termes d’employabilité, les jeunes diplômés les plus performants.

Les premières places du classement ont été obtenues sans surprise par le ‘California Institute of Technology’, l’université de Harvard, l’université de Columbia, le MIT (Massachusetts Institute of Technology) et l’université de Cambridge.

Claire Dana-Picard

L’Université Hébraïque de Jérusalem bien classée parmi les établissements préférés des recruteurs dans le monde

(Source : Chiourim.com)

-==-

https://i0.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/11/rescape-shoah.jpg___________________________________________________

Poignant : un rescapé centenaire retrouve son neveu 70 après la Shoah

Iliyash (Eliahou) Petrushko, né à Varsovie en 1915, est le seul rescapé de sa famille qui a été massacrée par les Nazis. Son histoire incroyable nous est relatée dans un reportage de la télévision israélienne.

Après la Seconde Guerre mondiale, il est monté en Israël et a fondé une famille. Mais il a toujours gardé en lui les souffrances de la séparation et de la perte des siens.

« J’ai réussi, par mes propres moyens, à survivre », a-t-il raconté depuis la maison de retraite où il vit à Kfar Saba. « J’ai une photo de moi avec mon père, ma mère et mes deux frères, qui étaient jumeaux ».

A l’âge de 24 ans, Eliahou (Iliyash) a réussi à échapper aux Allemands et à franchir la frontière avec la Russie, laissant derrière lui ses parents et ses frères, âgés alors de 16 ans. Il ne pensait pas, alors, qu’il reverrait un jour un membre de sa famille.

Eliahou a poursuivi son récit, des larmes dans la voix : « Je suis rentré en Pologne et Varsovie était totalement détruite. J’ai alors compris quelles tortures ils avaient endurées ». Et de poursuivre avec tristesse : « De toute cette petite famille, j’étais le seul à être resté vivant ».

https://i0.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2017/11/Petrushko-1024x576.jpg

Mais sur un document de Yad Vashem, il était indiqué qu’il était mort pendant la guerre. Sur ce même document, un Juif russe avait ajouté son propre témoignage en 2005, précisant qu’il était son frère.

« Je suis monté en Israël un an après l’Indépendance, a poursuivi Eliahou ». Cinq ans plus tard, en 1954, il s’est rendu à Yad Vashem pour remplir une feuille de témoignage au sujet de sa famille qui, selon lui, avait été totalement décimée pendant la Shoah.

Toutefois, il lui restait un doute concernant l’un des jumeaux, Vovek (Wolf) : « Je ne savais pas comment il avait disparu. J’avais reçu une lettre de lui de Magnitogorsk (ville industrielle russe située dans les montagnes de l’Oural). Je n’en ai pas reçu d’autres et je me suis demandé s’il avait été recruté par l’armée russe et tué ou bien s’il était mort dans d’autres circonstances ».

Mais Vovek a survécu et en 2005, il a visité Yad Vashem où il a inscrit son témoignage, précisant qu’il était le frère d’Iliyash.

Lorsque cette information est parvenue à la connaissance de Shah’ar, le petit-fils d’Eliahou, il y a quelques semaines, il n’a pas hésité un instant, estimant qu’il ne fallait pas attendre pour prendre contact avec sa famille.

Il a alors recherché des personnes du nom de Petrushko à Magnitogorsk. En même temps, il a préparé son grand-père, âgé de 102 ans, à une rencontre éventuelle qu’il espérait organiser. Il a utilisé entre autres Facebook, publiant la photo de son grand-père.

Shah’ar a ensuite retrouvé en Russie un Juif s’appelant Alexander Petrushko qui a raconté que son père se nommait Wolf Petrushko, rescapé de la Shoah qui s’était enfui de Varsovie. C’était le frère d’Eliahou.

Mais la joie des retrouvailles n’a pas été complète car Wolf Petrushko est décédé à l’âge de 88 ans après son voyage en Israël en 2005. Eliahou a réussi à parler avec son neveu par Skype, avec une émotion palpable. Son petit-fils a alors organisé la rencontre, invitant son cousin à venir en Israël. Eliahou a indiqué qu’il craignait que toute cette émotion ne lui cause des problèmes de santé.

Fort heureusement, le moment tant attendu est arrivé : les retrouvailles à l’aéroport Ben Gourion ont été poignantes. « Je suis si heureux de te voir », a dit Eliahou en russe à son neveu après l’avoir serré dans ses bras. Et ce dernier, retenant ses larmes, lui a répondu : « Tu ressembles vraiment à papa ». En pleurant, Eliahou a déclaré : « C’est un véritable miracle, j’ai l’impression d’avoir reçu un sang nouveau dans mes veines qui répare toutes les souffrances que j’ai endurées pendant ma longue vie ».

Une histoire poignante !!

Claire Dana-Picard

Poignant : un rescapé centenaire retrouve son neveu 70 ans après la Shoah

(Chiourim.com)

CULTURE JUDAÏSME – Mois de Kislev 5778

_______________________________________________

Cette semaine, nous étudions la 7ème paracha «Vayétsé » (Béréchite 28,10  ; 32,3) Les engendrements

Lecture de la paracha : Lecture de la paracha Vayétsé en français

______________________________________________________

https://i1.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2016/12/ciel-001_0.jpg_________________________________________

Vayetse : En progression vers la délivrance totale !

Dans le cadre du fameux « songe de l’échelle », notre patriarche Yaacov est béni par Hachem, qui lui promet de le protéger, de le doter d’une postérité nombreuse et de le ramener en sécurité chez lui. D.ieu lui promet en substance : « Car Je ne t’abandonnerai pas avant d’avoir réalisé tout ce que Je t’ai promis ». Or, cette formule est quelque peu mystérieuse car le Maître de l’Univers pourrait-il abandonner Yaacov après l’avoir ainsi nanti de bénédictions… ?

Dans son livre intitulé « Sipouré ‘Hassidim », le rav Zevin rapporte l’histoire, racontée par rabbi Mendel de Viznitz, d’un ‘Hassid qui était allé voir le rabbi Lévi Its’hak de Berditchev pour lui faire part de tous ses problèmes. Car après une longue période d’abondance, la réussite lui avait tourné le dos et il était endetté jusqu’au cou à la suite de mauvaises affaires… Jusque-là, personne ne le savait, mais il redoutait sérieusement que bientôt la rumeur ne se répande sur sa terrible situation financière. Or le rabbi de Berditchev lui conseilla… d’acheter un billet de loterie, et, avec la grâce de Hachem, la résolution de tous ses problèmes viendrait de là.

Mais le ‘hassid objecta : « Rabbi, j’ai bien sûr entièrement confiance en votre conseil. Mais la plupart du temps, un billet de loterie ne rapporte qu’après de longs mois, voire des années pour rien… Et d’ici là, je crains fort d’être totalement submergé par les exigences de mes créanciers. De plus, j’ai une fille à marier et je n’ai guère aujourd’hui les moyens de payer son mariage ! ». Le rabbi de Berditchev le rassura en ces termes : « Hachem fera que bientôt tu auras de l’argent, même avant que ton billet de loterie ne soit gagnant… » Se conformant à ce précieux conseil, le ‘hassid acheta donc un billet de loterie. Puis, sur le chemin du retour, il fit halte dans une auberge où séjournait un ministre. Ce dernier rêva cette nuit-là qu’un certain Juif, qui se trouvait également dans l’auberge, avait en sa possession un billet de loterie censé gagner une énorme somme d’argent, contrairement à son propre billet qui ne valait rien… Si bien qu’il avait bien évidemment tout intérêt à échanger les deux billets.

« L’ange des rêves »…

Fait sortant de l’ordinaire : ce même rêve lui revint une deuxième fois durant la nuit. Le lendemain, il convoqua le seul Juif qui se trouvait là et lui proposa d’échanger avec lui son billet de loterie. Convaincu que la bénédiction du rabbi de Berditchev lui garantissait à coup sûr que son billet serait bel et bien gagnant, le ministre proposa alors de payer mille roubles pour cet échange ! Mais notre ‘hassid s’obstina à refuser… Le ministre se mit alors en colère et ordonna à son valet d’effectuer de force ce troc. À la suite de quoi, il jeta au Juif sidéré la somme de mille roubles qu’il avait proposée. Quant à notre ‘hassid, il ne cessait de se répéter pour se rassurer lui-même : « Gam zou letova [Hachem fera que tout finisse bien]… ! ».

Rentré chez lui, il put marier très honorablement sa fille grâce à ces fameux mille roubles donnés de force par le ministre. Peu après, le billet que le ministre lui avait donné en échange du sien gagna beaucoup d’argent. Et ce ‘hassid devint par là même encore plus riche qu’il ne l’avait jamais été ! De retour à Berditchev pour remercier son rabbi, il entendit ce dernier lui expliquer : « Ton mazal était tombé tellement bas que je dus avoir recours à ‘l’ange des rêves’ pour convaincre le ministre de cet échange des billets, car le tien ne valait absolument rien. Quant aux mille roubles, ils devaient te dépanner dans un premier temps pour le mariage de ta fille. C’était là un premier soulagement, et ensuite, la somme que t’a rapportée le billet du ministre suscita pour toi la grande délivrance. »

Ne pas s’inquiéter outre mesure des épreuves qui se succèdent !

Le rabbi de Viznitz expliquait que ce message du rabbi de Berditchev était à l’instar de ce que Hachem a annoncé à Yaacov. En attendant la « grande délivrance » qu’Il lui avait promise, D.ieu lui assurerait de « petits soulagements ». Ainsi, les futures épreuves auxquelles Yaacov allait être confronté pourront certes se montrer fort difficiles, mais toujours Hachem sera à ses côtés ! En fin de compte, le Maître de l’Univers assurera la réussite totale du projet qui fera de la descendance de Yaacov le « peuple élu », c’est-à-dire le groupe humain grâce auquel le monde pourra continuer à exister.

De la même manière, à toutes les époques, notre peuple aura été confronté à de terribles épreuves à répétition. Mais il nous appartient de nous inspirer avec une émouna absolue de la manière dont nos patriarches ont eux-mêmes organisé leur vie, justement sur la base de leur confiance totale en Hachem et sans s’inquiéter outre mesure des difficultés qui se sont succédées tout au long de leur existence les unes après les autres. Car le sens de ces épreuves à répétition est de nous imposer de gravir infatigablement les échelons successifs de notre crainte et de notre amour pour Hachem !

Grâce à cela, nous pouvons être sûrs dans toutes les situations – même celles qui semblent les plus inextricables – que Hachem enverra pour nous aider Sa délivrance définitive et complète. Mais en attendant ce grand jour, Il ne manquera pas de nous envoyer également des « soulagements » par lesquels nous nous sentirons de plus en plus proches de Lui !

Rav Hayim Yaacov Schlammé, avec l’accord exceptionnel d’Hamodia-Edition Française

Vayetse : En progression vers la délivrance totale !

(Source : Chiourim.com)

Céréales : c’est bon pour la santé… des oiseaux !

Image associée
____________________________________________

Savez-vous que les céréales ne sont pas des aliments naturellement comestibles par l’homme ?

Elles sont adaptées au régime alimentaire des « granivores », c’est-à-dire des oiseaux, qui les consomment telles quelles et crues.

Ils ont un système digestif particulier : les graines subissent une transformation chimique dans le jabot, puis elles sont broyées dans le gésier.

D’ailleurs, la consommation de céréales est relativement récente dans l’histoire de l’humanité.

Hasard ou pas : les dernières études montrent que le déclin des grandes civilisations de l’Antiquité s’est fait au même moment que le début de la consommation intensive du blé et des produits laitiers !

Très riches en amidon, les céréales apportent une quantité massive de sucres complexes dont l’homme ne semble avoir nul besoin.

Quant aux produits céréaliers raffinés fabriqués par l’industrie agroalimentaire, ils sont assimilables à du sucre sans aucune fibre. Or, l’appareil digestif de l’homme n’est pas fait pour les digérer. Ils encrassent l’organisme qui tentera de se « nettoyer » par différents moyens : hypersécrétions bronchiques, asthme, rhinites… Et ce n’est pas tout : ça favorise aussi l’acidification.

Beaucoup de personnes ignorent qu’elles sont allergiques au blé. Les symptômes de cette allergie sont variés et souvent méconnus par les médecins eux-mêmes !

Voici quelques symptômes : raideurs musculaires et crampes, gonflements et rougeur aux articulations, éternuements, larmoiement des yeux, nez bouché et qui coule, douleurs à la poitrine, sueurs et éruptions dermiques, maux de gorge ou difficultés lors de la déglutition, nausées, fatigue, etc.

Le blé peut être la cause de perturbations psychologiques comme la dépression, l’anxiété, la mauvaise humeur et l’irritabilité, la nervosité ou la confusion mentale, mais aussi les migraines.

Le docteur Seignalet et après lui, beaucoup d’autres auteurs ont mis en garde contre les céréales dites « modernes », mutées, cuites et incomplètement vieillies.

Gluten : vous mangez de la colle sans le savoir !

Sous ce vocable sont répertoriés notamment le blé, l’orge, le seigle, l’avoine et le maïs, sans oublier leurs nombreux dérivés tels que Corn flakes, pop-Corn, les pizzas, les pâtes, pains, biscottes, gâteaux, galettes, sirops…

Le blé et le maïs sont les deux céréales qui ont été les plus modifiées par l’homme au cours des vingt derniers siècles, et ils sont donc les moins favorables pour sa santé.

Vous le savez sans doute, c’est généralement le gluten du blé qui est impliqué dans les problèmes d’intolérance des céréales. Le gluten (dont la racine « glu » se retrouve dans engluer, agglutiner) est une véritable colle ! D’ailleurs Avant la guerre, bien des personnes employaient la farine de blé pour en faire de la colle à tapisser en y ajoutant de l’eau !

Si, malgré tout, vous choisissez de consommer du blé, sachez que son enveloppe de cellulose est inattaquable par les sucs digestifs et qu’il est donc nécessaire de bien le mastiquer afin de briser sa couche protectrice externe.

Mais le blé n’est pas « tout noir » : il apporte aussi tous les acides aminés utiles à l’homme. Il contient des acides gras insaturés, surtout dans les germes (20 %), des vitamines B1, B2, PP, B6 et E, encore vivantes dans la mie de pain, et de la vitamine C, qui elle, ne restera présente que si l’on mange les germes vivants du blé.

Les céréales « anciennes » meilleures pour la santé

Certains médecins préconisent les céréales dites « anciennes » que sont l’épeautre, le quinoa, le sarrasin, le kamut et le riz. Ces céréales peuvent être consommées crues ou cuites à plus de 110°C et peuvent être bénéfiques chez les individus non allergiques.

On l’oublie souvent, mais le riz est aussi intéressant car il semble qu’il ne puisse muter génétiquement. En effet, malgré les tentatives de manipulation génétiques, il semble que le riz revienne toujours à sa forme originelle, c’est-à-dire à sa forme préhistorique sauvage. Les observations, montrent que le riz est bien supporté par une majorité d’individus et qu’il peut être consommé sous forme de riz complet, riz blanc ou même de produits dérivés à bas de riz.

Le kamut remonte à l’Egypte ancienne : c’est un type de blé très énergétique car il a le taux de protéine le plus important de toutes les céréales. Il peut se consommer en pain, muesli, pâtes, galettes ou même sous forme de couscous.

Le quinoa, également appelé « riz des Incas », était déjà cultivé au Pérou 5000 ans avant J-C. Cette petite graine ronde et blanche est un véritable trésor nutritif. Cultivée depuis des millénaires dans la Cordillère des Andes à plus de 3000 mètres, elle sert de base à la nourriture de milliers de Boliviens.

Le quinoa est la céréale ancienne qui contient le plus de protéines (13 %) et qui apportent des acides aminés absents dans les autres céréales (arginine, histidine, lysine). Le quinoa est riche en magnésium, en fer, en calcium et contient toutes les vitamines du groupe B. De plus, il est hautement chargé en acides gras essentiels polyinsaturés.

Au niveau cuisson, le quinoa nécessite à peine 20 minutes ce qui est très court pour une céréale. De plus il est plus nutritif que la pomme de terre, que le blé, les riz. Cette céréale est également très facile à cultiver puisque les graines germent seulement en un ou deux jours et que les germes sont consommables.

Enfin, le sarrasin (aussi appelé blé noir) et le sésame sont considérés comme des céréales anciennes par plusieurs auteurs. Attention quand même, car vous ne devez les consommer que si votre corps les tolère bien.

Ah, la terrible baguette parisienne

Je voudrais maintenant parler du pain, qui est tellement ancré dans nos traditions.

Le pain, jadis complet et au levain, est devenu raffiné, et à la levure, avec pour conséquence un appauvrissement important en protéines, en minéraux et en vitamines.

Par contre, il est plus concentré en amidon et pauvre en fibres, il se comporte dès lors comme un sucre rapide, notamment les fameuses « baguettes parisiennes ».

De toute manière, le pain est généralement cuit au four à très haute température, ce qui entraîne une dénaturation et un appauvrissement important de l’aliment, et aussi la formation des « molécules de Maillard » inassimilables et responsables entre autres du vieillissement cellulaire. , Par ailleurs, les pains actuels sont pétris beaucoup trop vite, leur levage également trop rapide et artificiel est souvent induit par des additifs chimiques.

Le pain complet de qualité biologique permet un apport en amidon plus réduit au profit des protéines (10 % de plus en moyenne) et des fibres (3 fois plus que le pain).

Voici le bon pain !

Le pain idéal se compose donc d’épeautre, de kamut ou de farine non raffinée et biologique. Il ne doit pas contenir de blé et être préparé au levain naturel pour garder ses qualités nutritives. Les pains cuits à basses températures (inférieures à 100 °C) se digèrent mieux.

Quoi qu’il arrive, le pain doit toujours être longuement mâché pour qu’il soit entièrement digéré et éviter des surcharges colloïdales, des mucosités et des flatulences excessives.

Et même si vous digérez bien le pain, rien ne justifie d’en consommer à chaque repas car n’oubliez pas qu’il s’agit d’un aliment acidifiant pour le corps !

Sur ce, laissez-moi vous souhaiter bon appétit !

Dr Jean-Pierre Willem

(Source : Secrets de santé)

2018 : année de toutes les révolutions ?

https://i0.wp.com/cdn.bvoltaire.fr/media/2017/11/shutterstock_705067363-1000x660.jpg___________________________________________________

2018 verra deux événements ignorés de nos médias main stream, qui omettent de les placer en perspective l’un de l’autre.

« Levez-vous vite, orages désirés, qui devez emporter René dans les espaces d’une autre vie ! » (Chateaubriand, René).

Dans l’écoulement du temps historique, un jour, les choses anciennes cessent ; puis, un autre jour, des choses nouvelles surgissent, qui façonnent le monde à venir.

Nous – simples citoyens – sommes entrés, sans avoir été consultés, dans des configurations économiques et politiques qui nous asservissent individuellement, nous privent de nos libertés politiques collectives, ruinent nos nations, enrichissent de façon exponentielle une caste, désespèrent notre jeunesse, peuplent nos rues de retraités obligés de faire des « petits boulots », et nos trottoirs d’humains détruits. Nous n’avons été appelés à voter ni pour l’OMC et le mondialisme commercial, ni pour l’Union européenne de Lisbonne, ni pour la financiarisation, ni pour l’ubérisation… En réalité, selon le mot d’un Nobel d’économie (Joseph Stiglitz), nous avons assisté, impuissants, au
« triomphe de la cupidité », corrélatif de l’effondrement de notre niveau de vie.

2018 verra deux événements ignorés de nos médias main stream, qui omettent de les placer en perspective l’un de l’autre. Deux révolutions inimaginables il y a un an, qui vont bouleverser le système installé malgré nous et contre nous. La première révolution aura lieu aux États-Unis : il s’agit de dispositions fiscales et douanières qui vont protéger l’industrie nationale américaine. La deuxième révolution viendra de Suisse, qui soumettra au contrôle de la nation l’émission monétaire par les banques.

Ces deux révolutions ne vont-elles pas en procréer une troisième dans les peuples d’Europe ? L’Union européenne, sa soumission à la mondialisation et ses dogmes monétaires, pourraient alors en trépasser. Euro compris. Les intellectuels indépendants (il en reste dans les maquis de la pensée), les peuples demanderont des comptes à ceux qui ont laissé (ou aidé à) s’installer ces modèles pervers de l’économie en manipulant les outils politiques de la République. D’autant plus que les deux révolutions économiques ne produiront pas tout de suite leurs conséquences fastes. L’ablation chirurgicale est toujours douloureuse et la convalescence longue. Il faudra reconstruire les filières industrielles moribondes au moyen de politiques économiques de type colbertiste ou sud-coréen. La caste politicienne qui sévit en est incapable ; des universitaires et chercheurs indépendants de premier rang devront apporter (comme aux États-Unis ou en Suisse) leur compétence et leur créativité.

L’énorme bulle de la dette mondiale, les flux démentiels de capitaux seront remis en question. Comment les résorber ? De même que la mondialisation aveugle. Ce seront désormais les peuples qui dirigeront la monnaie et la finance, le commerce international ; et non plus l’inverse. L’ONU sera probablement appelée à remplacer le FMI et la Banque mondiale, compromis, opaques, qui ont failli à leur tâche.

Et, surtout, les Français voudront rejeter de leur République le régime dégénéré qui les détruit civiquement et socialement et leur répugne, pour pouvoir, comme tous les peuples civilisés, chasser ou juger un mauvais Président, se prononcer sur les grands sujets qui concernent leur vie, l’avenir de la nation, par référendum d’initiative populaire, par la proportionnelle, sanction de toutes les fraudes sociales et des évasions fiscales.

Les orages qui vont se lever des Amériques et de Suisse seront soudains et violents ; mais ils apporteront la pluie aux terres assoiffées de vérité et de justice : les espaces d’une autre vie pour la planète. Les Français pourront alors semer et rêver.

2018 : année de toutes les révolutions ?

(Source : Boulevard Voltaire)

Les Français prêts à partager leurs données de santé. La fausse bonne idée ?

https://i2.wp.com/cdn.bvoltaire.fr/media/2017/11/shutterstock_671870947.jpg_________________________________________________

Qu’en sera-t-il de l’anonymat le jour où sera généralisé ce fameux dossier médical informatisé ?

Le Healthcare Data Institute (HDI) est un organisme créé en 2014 à l’initiative de Orange Healthcare avec différents acteurs de la santé et du numérique, afin de partager leurs connaissances et collaborer pour innover dans le domaine de la santé et des systèmes de santé.

Cette année, le HDI a choisi de s’intéresser au traitement des données individuelles de santé. Dans ce but, ils ont demandé à la société Odoxa de réaliser un sondage sur l’attitude des Français vis-à-vis de ces données.

Il ressort de cette étude que la plupart d’entre eux (72 %) estiment que le partage des données de santé peut permettre de faire avancer la recherche médicale et améliorer la santé de tous. Ils seraient donc favorables au partage de ces données, pour des causes qu’ils estiment nobles (amélioration des soins, participation à la recherche, etc.) et ils seraient même prêts à partager leurs propres données de santé, sous réserve cependant d’anonymat et de partage sécurisé.

Un petit pourcentage d’entre eux (14 %) estiment, cependant, qu’ils ne transmettraient ces données à personne, hormis au personnel de santé qui les traite. Par contre, 6 % le feraient sans aucune condition.

Les Français semblent donc en majorité acquis à l’idée de pouvoir partager leurs données de santé à condition que ce soit pour le bien de tous. Pour la moitié d’entre eux (52 %), ce serait à condition de savoir à quelles fins elles seront utilisées. Même pourcentage (51 %) pour ceux qui veulent savoir à qui seront transmises leurs données (hôpitaux, université, laboratoires, etc.) et, toujours dans la même proportion, ils veulent pouvoir faire valoir leur droit d’opposition à tout moment.

En effet, ils n’accordent pas une confiance absolue dans le traitement confidentiel de ces données, bien que 65 % d’entre eux fassent confiance aux institutions pour mettre en place des conditions nécessaires à cette protection. Mais on s’aperçoit que seulement 10 % de la population fontt totalement confiance aux autorités pour protéger ces informations, 55 % leur font plutôt confiance et 35 % ne leur font pas, ou pas du tout, confiance. Peut-être n’ont-ils pas tort, car le piratage de données informatiques est hélas une possibilité qu’il faut envisager.

La centralisation des données permet d’accéder à un nombre extrêmement important de dossiers qui peuvent, certes, être exploités à des fins humanitaires (recherche, amélioration des traitements, etc.) mais également à des fins purement mercantiles, entre autres par les sociétés d’assurance ou les mutuelles, qui seront tentées de ne plus mutualiser le risque et d’adapter leurs cotisations en fonction de la pathologie de la personne à assurer. Si les données restent strictement anonymes, le risque est quasiment nul, mais qu’en sera-t-il de l’anonymat le jour où sera généralisé ce fameux dossier médical informatisé donc on nous rebat les oreilles depuis une quinzaine d’années ?

Si on l’utilise pour envoyer des données à un serveur centralisé, il est probable que l’anonymat du patient pourra facilement être levé, car l’outil informatique, en augmentant les possibilités de partage des données, remet en cause l’intimité de ces données. Fini le secret médical, tout le monde ou presque pourra savoir que monsieur Machin souffre d’un mal qu’il aurait voulu cacher.

La généralisation du dossier médical informatisé, suite logique de la centralisation des données, présente un grand intérêt pour ceux qui ne voient dans la santé qu’un marché à exploiter, un certain intérêt pour les scientifiques, mais sûrement aucun pour le consommateur de soins qu’est le malade.

Dr Jacques Michel Lacroix

Les Français prêts à partager leurs données de santé. La fausse bonne idée ?

(Source : Boulevard Voltaire)