Archives de Catégorie: HISTOIRE DES HEBREUX…. D’ISRAËL… DES JUIFS…

Reportage Vidéo exceptionnel, les Kukis sont des juifs qui vivent en Inde, descendants d’une tribu perdue d’Israël

Afficher l'image d'origine

https://i0.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/02/kuki2.png___________________________________________________

Au nord-est de l’Inde, les Kukis se revendiquent comme les descendants de l’une des tribus perdues d’Israël. Devant leur ferveur, le grand rabbin d’Israël a autorisé les membres de cette minorité à immigrer en Terre promise. Ces familles se sont installées dans les implantations de Judée Samarie, et une majeure partie des hommes Kukis, guerriers dans l’âme, se sont engagés dans l’armée. Reportage France 24…

Les reporters de France 24 se sont rendus dans une vallée reculée du Bengale occidental, à la rencontre de la mystérieuse tribu des Kukis. Ces juifs d’Asie auraient été forcés à l’exil aux confins de l’Inde, du Bangladesh et de la Birmanie, il y a près de 2 700 ans siècles. Aujourd’hui, ils pratiquent un judaïsme archaïque et se présentent, un peu à l’image des Falachas éthiopiens, comme l’une des tribus perdues d’Israël auxquelles l’Ancien Testament fait référence.

https://i1.wp.com/www.tel-avivre.com/wp-content/uploads/sites/2/2017/02/kuki.png

Depuis quelques années, certains Kukis ont pu faire leur Aliyah et s’installer en Israël. Les hommes ont souvent rejoint l’armée israélienne. Le correspondant au Proche-Orient de France 24 a recueilli leurs impressions sur leur nouvelle vie en Israël.

Source France 24

Reportage Vidéo exceptionnel, les Kukis sont des juifs qui vivent en Inde, descendants d’une tribu perdue d’Israël

(Source : Tel-Avivre)

 

Reportage Vidéo exceptionnel, les Kukis sont des juifs qui vivent en Inde, descendants d’une tribu perdue d’Israël

Le Caveau des Patriarches filmé depuis 1913

 

Pour faire taire tous les menteurs et suiveurs ennemis d’Israel qui  veulent ignorer son histoire et celle du peuple juif, HEBRON EST UNE VILLE EN TOUS POINTS JUIVE ! LES MUSULMANS NE FONT QUE SQUATTER LA REGION COMME ILS LE FONT PARTOUT AILLEURS DANS LE MONDE. ‘HAI  ISRAEL ‘HAI !’ louyehi
_____________________________________________________________

Ce document, avec des images d’archive de 1913 à nos jours, met en relief les liens profonds qui unissent le peuple juif au caveau des Patriarches à Hébron. La joie de ‘Hanouka sur les lieux en témoigne encore aujourd’hui. Le 21 octobre 2015 l’Unesco votait une résolution déniant le lien des juifs avec le caveau des Patriarche (et le tombeau de Rachel).

Voir la video : Le Caveau des Patriarches filmé depuis 1913

(Source : Univers Torah)

 

Vidéo : réponse aux infamies ONUsiennes

Vidéo publiée par Latma pour Pessah, mais parfaitement d’actualité.

Vidéo : réponse aux infamies ONUsiennes

 

Gally – JSSNews

(Source : JSS NEWS)

La synagogue Éliahou Hanavi en Syrie : un trésor détruit qui, n’en doutons pas, sera un jour reconstitué

_____________________________________________________

La guerre civile qui ensanglante la Syrie depuis 2011 n’a pas épargné les lieux de culte. On ne compte plus les mosquées, les églises et les synagogues, bombardées et pillées. Parmi les monuments historiques détruits par la folie humaine se trouve la très fameuse et très précieuse « Synagogue de Éliahou Hanavi » (le prophète Élie), un bijou d’architecture et lieu important de l’histoire sainte juive.

Élihaou Hanavi et les faux prophètes du dieu Baal

1. Mais qui était Éliahou Hanavi ?

Le prophète Éliahou est désigné dans la tradition juive comme étant le prophète qui annoncera la venue du Messie.

A chaque issue de Chabbat, au moment de la Havdala, nous avons l’habitude, que tous les membres de la maison se réunissent autour du père de famille, pour chanter en cœur : « Eliahou HaNavi, Eliahou HaNavi, Eliahou HaNavi, Biméra Yavo Elénou im Machia’h Ben David » (Eliahou HaNavi viendra rapidement vers nous avec le Machia’h (le Messie) fils de David (descendant du roi David).

Éliahou Hanavi fut l’un des plus grands prophètes de l’histoire juive. Il vécut à une époque qui vit le peuple juif sombrer dans les profondeurs de l’idolâtrie.

Lorsque les Béné Israël se détournèrent de D.ieu en servant le culte idolâtre de Baal, il n’hésita pas à défier tous les faux-prophètes de cette pratique idolâtre, puis à les faire exécuter afin d’anéantir définitivement ce mal.

Le prophète mit au défi A’hav, le roi scélérat de l’époque, de rassembler les 450 prophètes du Ba’al dans le but de tester leur pouvoir – en présence de toute la nation – pour voir s’ils pouvaient faire pleuvoir.

Elyiahou s’avança devant le peuple et s’écria : “J’usqu’à quand vous tiendrez-vous entre les deux partis ? Si Hachem est le vrai D-ieu, suivez-Le ; si c’est Ba’al, suivez Ba’al ! » Mais le peuple ne lui répondit mot.” (Rois I, 18/21).

Eliyahou laissa passer les faux prophètes avant lui et ceux-ci prièrent tout le jour leur idole, sans résultat. Dans un des rares passages de la Bible où nous trouvons des remarques moqueuses, Eliyahou s’adressa à ces faux prophètes en leur disant : “Criez plus fort, puisque c’est un dieu, quelque affaire l’occupe, une expédition, un voyage… Peut-être dort-il, il s’éveillera.” (Rois I, 18/27).

Eliyahou s’adressa ensuite à Hachem dans ces termes: « Exauce-moi, Hachem, exauce-moi, afin que ce peuple reconnaisse que c’est Toi le vrai D-ieu. » Le feu de Hachem jaillit alors, consuma le sacrifice, le bois et les pierres… Tout le peuple, à cette vue, tomba sur sa face et s’écria : « Hachem est (le vrai) D-ieu! Hachem est (le vrai) D-ieu! » (HaChem Hou HaÉlokim, HaChem Hou HaÉlokim – Rois I, 18/37-39) déclaration que nous répétons à Roch Hachana et à Kippour.

Ensuite, un petit nuage apparut du côté de la mer, aussi petit qu’une main d’homme… et peu à peu, le ciel se couvrit de nuages, le vent soufflât et une grosse pluie tomba. (Rois I 18/45).

Eliyahou HaNavi fait partie du nombre extrêmement restreint d’individus qui montèrent au ciel, sans mourir.

2. Éliahou, son disciple Élicha et la synagogue

C’est à Damas, à l’endroit même où se situe la Synagogue qui porte son nom, que Éliahou Hanavi procéda à l’onction de son principal disciple, le prophète Élicha (Élisée) et qu’il l’a désigné comme son successeur.

C’est en témoignage de ce fait historique qu’une énorme plaque commémorative occupe le centre de la Synagogue. On peut y lire en Hébreu, arabe et français le texte suivant : « C’est ici qu’en l’année 3043 de notre ère [c’est dire depuis la création du monde] que fut oint le Prophète Élicha ben Chafat par Éliahou Hanabi »

La synagogue Éliahou Hanavi est considérée comme la plus antique synagogue de Syrie et l’une des plus anciennes au monde. Elle aurait été construite, il y a deux mille ans (certains affirment que sa construction remonte à l’an 750 avant l’ère chrétienne, soit il ya pratiquement 2800 ans), par le Tana Rabbi Élazar Ben Ara’h qui est cité dans la Michna et qui avait fui Eretz Israël après sa conquête par les Romains.

Les Juifs de Syrie considéraient que cette synagogue possédait des pouvoirs miraculeux et venaient régulièrement y prier, bien qu’elle se trouvait dans le quartier de Djoubar, dans le nord-est de la capitale, donc très éloignée du quartier juif de Damas.

3. Les batailles et les destructions

Au cours du mois de mars 2013, les rebelles syriens réussirent à prendre le contrôle du quartier de Djoubar. Selon ces rebelles, les forces de l’armée syriennes auraient, durant les combats, bombardés à la roquette, la synagogue Éliahou Hanavi située dans ce quartier et l’auraient plus ou moins sérieusement endommagée, sans toutefois la détruire entièrement..

Lire la suite et voir les vidéos : La synagogue Éliahou Hanavi : un trésor détruit

(Source : Univers Torah)


Martin Gray : la disparition d’un grand témoin et grand résistant / L’actrice Macha Méril : « Ma rencontre inoubliable avec Martin Gray »

https://i1.wp.com/i.f1g.fr/media/figaro/805x453_crop/2016/04/25/XVM53524f1c-0ad9-11e6-95bd-65ce94f8831e.jpgMartin Gray,( 27 avril 1922- 25 avril 2016)

Film : AU NOM DE TOUS LES MIENS complet en français   –  2h20

 

__________________________________________________

Grand témoin du génocide juif, militant pour la paix, l’écrivain laisse une œuvre abondante et un best seller, Au nom de tous les miens. Depuis 2001, il résidait en Belgique et avait été fait citoyen d’honneur de la ville de Ciney.

Il était un des derniers survivants du ghetto de Varsovie, un inlassable témoin du génocide juif. L’écrivain Martin Gray est décédé lundi 25 avril, à l’âge de 94 ans. Selon RTL, il a été retrouvé dans sa piscine, à Ciney en Belgique. Il laisse plusieurs ouvrages dont Au nom de tous les miens, récit autobiographique publié en 1971, vendu à plus de 30 millions d’exemplaires, traduit en 26 langues et adapté au cinéma. «Je n’écris pas, je crie», disait cet ancien rescapé du camp de Treblinka, au destin et au caractère hors normes.

De son vrai nom Mieczysław ou Mietek Grayewski, Martin Gray est né à Varsovie le 27 avril 1922. Après l’invasion de la Pologne, en 1939, il est transféré avec sa famille dans le ghetto de Varsovie. À 17 ans, il trouve le moyen de devenir contrebandier, mais sera déporté avec sa mère et ses deux frères à Treblinka. Là, il travaillera dans les sonder-kommandos, ceux chargés d’extraire les corps des chambres à gaz. Il s’enfuit de Treblinka en se cachant dans un wagon. Le parcours extraordinaire de ce jeune homme de 17 ans, dans une période de chaos, a engendré des doutes chez une poignée d’historiens. Martin Gray en était meurtri, mais expliquait cela par l’incapacité de beaucoup de contemporains à comprendre l’enfer des camps.

À la fin de la guerre, et alors que toute sa famille est décimée, il rejoint les États Unis. Il y fait fortune et rencontre, en 1959, sa première femme Dina Cult. Le couple s’installe près de Mandelieu, dans le sud de la France. Mais le 3 octobre 1970, lors de l’incendie du Tanneron, celle-ci décède avec leurs quatre enfants. Après ce drame, l’écriture devient une planche de salut pour Martin Gray, ainsi que la cause écologique. Humaniste, militant pour la paix, remarié et père de cinq enfants, il passera ses quarante dernières années à plaider pour la vie et sa préservation. Il s’adressait régulièrement à des classes, ou répondait aux milliers de lettres venues du monde entier en martelant son message : «On peut toujours reconstruire, même sur des ruines.»

Claire Bommelaer

Martin Gray: la disparition d’un grand témoin

(Source : Le Figaro.fr)

-==-

UNE VIE EN IMAGES

Martin Gray, une vie sous le sceau du malheur, et pourtant …

Afficher l'image d'origine

Martin enfant, 1927, Warsovie / Poland

Martin et ses frères, 1934,  Pologne

 Martin Gray, officier dans l’armée russe, 1945

Martin arrive aux Etats-Unis en 1947. Il y vécut jusqu’en 1960.  Après une carrière dans le commerce des antiquités aux USA, Martin Gray rencontre Dina BensvanderBerg, qui devient son épouse.

https://i2.wp.com/www.hrc.utexas.edu/exhibitions/web/ddd/includes/images/475/024.jpg

La famille s’installe à Tanneron, dans le Midi de la France. Ici, leur bébé premier né, la petite Nicole.

La petite Nicole

Afficher l'image d'origine

https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS6Khnl7Q7jrG2O5ggo59KNLAcEJzyvfpah88lylm1S5qRnOOHU3gMartin Gray avec sa première femme et 3 de ses enfants

Afficher l'image d'origine

La voiture accidentée où se trouvait Dina Gray et ses enfants lors de l’incendie du 3 octobre 1970 à Tanneron

https://i1.wp.com/www.babelio.com/users/AVT_GRAY-Martin_8818.pjpeg

https://i0.wp.com/www.martingray.eu/MartWebs-FotPag/DinaKinderenMonument-250.jpg

Mémorial dédié à sa femme et à ses enfants à l’endroit de l’accident qui leur a  coûté la vie. (Photo Elianne Rombout)

https://i2.wp.com/www.martingray.eu/MartWebs-FotPag/Martin%20na%20de%20ramp-250.jpg

Martin Gray en 1970, juste après le drame qui a coûté la vie à sa femme et à ses 4 enfants

https://i1.wp.com/www.hrc.utexas.edu/exhibitions/web/ddd/includes/images/475/019.jpg Martin devant la maison où les siens ont perdu la vie ; il se tient immobile sous la pluie, impassible, après avoir subi le ghetto de Varsovie, Treblinka et encore Tanneron… Il ne sent même pas les brûlures qu’il s’est faites en voulant sauver de l’incendie un voisin cloué au lit, alors qu’il pensait sa famille saine et sauve. Il ne lui reste alors plus alors que sa chienne Lady pour toute famille ! La chienne a tellement souffert de la perte de son mâle dans l’incendie que de ce jour, elle n’a plus jamais aboyé, n’a plus jamais relevé la tête et n’a plus voulu manger. Elle s’est éteinte 3 semaines plus tard !  [October 1970.] » The Fragile Miracle of Martin Gray »

Martin Gray parmi ses 5 enfants qu’il a eus avec sa seconde épouse

Bruxelles, 2007  : « Vous voyez ces coupures, ces blessures ? Un homme peu reconstruire sa vie, même sur des ruines »

https://i0.wp.com/www.shaolin-hung-gar.com/tlhgvdhc/wp-content/uploads/2013/06/Martin-Gray.jpg

La plupart des photos ont été trouvée sur le site de David Douglas Duncan, hrc.utexas.edu.

BIBLIOGRAPHIE

Les forces de la vie

Les Forces de la Vie

Paris, 1975

Ce livre, Martin Gray l’a écrit pour aider les personnes qui s’interrogent sur le sens de la vie.

Pour ceux qui cherchent comment exprimer la richesse, l’invention, le besoin d’amour qu’ils portent en eux. Ce n’est donc pas un roman. Il comprend des exercices à pratiquer chez soi afin de se connaître et de savoir rester maître de soi.

Nous noterons qu’il est parsemé d’interrogations ainsi que de pages blanches lignées pour que le lecteur puisse y inscrire ses réflexions personnelles.

 

haut de pageVotre avis

Les pensées de notre vie

Les Pensées de notre Vie

Seghers, 1976

Martin Gray reprend les pensées exprimées en italique dans le Le livre de la vie et les développe plus amplement. Il s’agit en quelque sorte d’un résumé du second livre.

haut de pageVotre avis

La vie renaîtra de la nuit

                                        La Vie Renaîtra de la Nuit

Paris, 1977

Ce livre, Martin Gray l’écrit pour son épouse, « pour Virginia, qui m’a donné Barbara ».Le premier chapitre nous présente un homme confronté avec la joie que la naissance de sa fille Barbara lui procure et le tourment qui le ronge lorsqu’il pense aux siens exterminés à Treblinka, ou tragiquement disparus lors de l’incendie de Tanneron, sept ans plus tôt.

Ayant laissé son épouse à l’hôpital, Martin Gray se dit qu’il est « heureux ». Cependant, il n’arrive pas à l’admettre. Ses souvenirs le tourmentent. Il n’a plus le courage de vivre. En rentrant chez lui en voiture, il adopte une conduite plus que dangereuse sur la route des « Barons », afin de provoquer la Mort. Lorsqu’il retourne chercher son épouse et sa fille, Martin Gray est en paix avec le passé.

Ensuite, Martin Gray nous dépeint les sept années qui ont précédé sa rencontre avec Virginia, sa jeune épouse. Ces sept années sont peuplées de doutes, de questions, d’espoir et de désespoir, d’insinuations scandaleuses quant à la perte des siens. Mais il y a aussi les amis qui, par leur sollicitude, constituent un facteur d’encouragement.

haut de pageVotre avis

Le nouveau livre

 Le Nouveau Livre

Paris, 1980

 

Dans ce livre, Martin Gray traite de 365 thèmes différents. Un thème pour chaque jour de l’année. Cela va de la naissance à la mort, en passant par l’amour, la vie et d’autres sujets qui peuplent notre quotidien.

 

haut de pageVotre avis

J’écris aux hommes de demain

J’écris aux hommes de demain

Paris, 1983

Comme le titre l’indique, dans ce livre, Martin Gray s’adresse « aux hommes de demain », aux générations à venir qui devront vivre dans le monde que nous leur aurons laissé, un monde d’incertitude, tournant entre « la haine et l’amour », la tendresse et la violence, l’amitié et la haine, l’exploitation d’autrui.

haut de page

La maison humaine

La Maison Humaine

Paris, 1984

« J’ai donné la forme d’une fable à ce qui surgit de ma mémoire. Jadis, dans une ville complètement détruite, alors que je n’étais q’un combattant malheureux errant parmi les décombres, j’ai découvert au milieu des ruines et dans la nuit, une petite fille. Et j’ai essayé, en ce temps-là déjà, de construire pour cet enfant une Maison humaine ».

haut de pageVotre avis

 Enre la haine et l’amour

Entre la haine et l’amour

Paris, 1990

« A ceux que le présent et l’avenir inquiètent et qui ne se résignent pas »
« On n’attend pas l’avenir comme on attend un train. L’avenir, on le fait »
(Georges Bernanos)

Voilà la première page, l’introduction de ce nouveau livre dans lequel Martin Gray nous confie qu’il a peur, non pas de mourir car la mort vient toujours un jour, mais cette crainte qu’il éprouve est pour le futur de ses enfants, de tous les enfants.

Pour vous, vos enfants, pour moi et les miens, pour chacun de nous, les dix ans qui viennent sont le moment du grand choix de nos vies.
L’an 2000 est à nos portes. Sera-t-il pour nous, nos enfants, un âge barbare, celui de la haine, ou bien, parce que nous avons les moyens, le temps de l’amour ?
J’ai parcouru le monde, j’ai vu notre temps tel qu’il est. L’aventure de notre futur, de notre avenir commence ici.
haut de page

Vivre debout

vivre debout

Paris, 1990

 

Partant d’un « fait divers » survenu en Grande-Bretagne, Martin Gray essaie de comprendre ce qui a pu pousser deux enfants de dix ans à torturer, puis à tuer un autre enfant de trois ans. Ce drame lui permet d’introduire le thème de son livre : pourquoi cette haine, cette destruction de l’autre ; pourquoi cette crise ?

haut de pageVotre avis

La prière del’enfant

La prière de l’enfant

 

Paris, 1994

 

Un matin, alors qu’il n’était encore qu’un enfant, Martin Gray est entré dans la chambre de ses parents. Ceux-ci étaient assis dans le lit et avaient passé leurs bras au-dessus des épaules l’un de l’autre : leurs têtes se touchaient. Il les avait contemplés et, goûtant à cette paix, il s’était mis à prier « pour que cet instant dure toujours ».

haut de pageVotre avis

Au nom de tous les hommes

Au Nom de Tous les Hommes

Seghers 2004

« J’avais depuis dix ans choisi le silence. Mais comment ne pas crier quand me senfants, mes proches, mes lecteurs m’interrogent. Ils sanvent que je suis un témoin de la barbarie. Est-ce que cela recommence ? me demandent-ils.

Ils parlent de cimetières profanés. Des mots de haine. De la guerre. De l’inquiétude. Est-ce que l’injustice, le racisme, la violence vont toujours obscurcir l’avenir des hommes ? Je dois répondre à ces angoisses. je dois montrer d’autres chemins pour l ‘homme. Je dois dire que l’espoir demeure. Je veux qu’on entende ma colère, et aussi mon espérance. »

A quatre-vingt-deux ans, Martin Gray est la mémoire vivante de la tragédie du XXè siècle, et l’incarnation de l’espoir dans la vie. Evadé du camp d’extermination de Treblinka, combattant du ghetto de Varsovie, il entre en vainqueur à Berlin avec l’armée russe. Aux ETats-Unis, il fait fortune. En France, où il vit, la tragédie le frappe de nouveau. Sa femme et ses quatre enfants succombent dans un incendie de forêt près de Cannes. De ce malheur, il fait une force. Ses livres, Au nom de tous les miens et dix autres ouvrages apportent, sagesse, raison de vivre et d’espérer à àdes millions de lecteurs dans le monde.

Au nom de tous les hommes est un cri de colère, un acte de fraternité et un message d’espoir.

haut de pageVotre avis

-==-

https://i2.wp.com/i.f1g.fr/media/figaro/805x453_crop/2016/04/25/XVM60ee8b0a-0b05-11e6-a431-4fe444eb0845.jpgMacha Méryl se rappelle avec admiration de cet homme au destin exceptionnel. Photo Datchary Jean-Jacques/ABACA Louis Monier/Rue des Archives ____________________________________________________

Macha Méril : « Ma rencontre inoubliable avec Martin Gray »

INTERVIEW – Attristée par la mort de l’écrivain au destin bouleversant, l’actrice qui avait incarné sa mère dans le film Au nom de tous les miens (1983) confie le souvenir ému qu’elle en a gardé.

Il y a plus de trente ans, en 1983, Macha Méril jouait le rôle de la mère de Martin Gray, dans Au nom de tous les miens, l’adaptation de son chef-d’œuvre par Robert Enrico. Émue et surprise, la comédienne reste très marquée par ce «film très fort» qui faisait écho à sa propre vie. Pour Le Figaro, elle témoigne de sa rencontre marquante avec cet écrivain Juif polonais cruellement éprouvé par la Shoah.

LE FIGARO – Aviez-vous rencontré Martin Gray, dont vous incarniez la mère dans le film Au nom de tous les miens?

Macha MÉRIL – Je ne l’ai croisé qu’une fois, lors de la réalisation du film de Robert Enrico. Mais cette rencontre a été saisissante. Impossible de l’oublier. Il était venu nous voir alors que nous tournions la partie de sa vie où il a perdu sa femme et ses quatre enfants, pendant un incendie. Nous étions en Provence, sur les lieux mêmes où sa famille avait péri, à deux pas de son ancienne propriété, tout près de la tombe de sa femme. Mais il a eu le courage de revenir sur les lieux, avec une dignité qui nous a tous frappés. À quelques pas à peine du lieu du drame, il se montrait sympathique avec chacun d’entre nous, comme si de rien n’était, et prenait le temps de parler avec l’équipe.

Même si vous l’avez peu vu, le fait d’avoir joué le rôle de sa mère vous a-t-il donné l’impression de le connaître personnellement?

Ce qui est incroyable, c’est que j’avais plutôt l’impression que c’était lui qui me connaissait personnellement. Il était ravi qu’on m’ait choisie, moi et pas une autre. Je n’étais pas juive, mais il savait que mes grands-parents russes avaient été déportés en Sibérie. Ils étaient morts dans le train qui devait les conduire dans la forêt des camps. À cause de cela, Martin Gray était assuré que je m’impliquerais. Je connaissais l’histoire, puisque je l’avais vécue. De plus, ce qui est rare pour un Polonais, il aimait les Russes et entretenait pour eux une sorte de gratitude, parce qu’ils avaient soutenu la création d’Israël. Pour moi, il a d’ailleurs planté là-bas un arbre qui doit toujours y être.

Quelle leçon laissera cet homme au destin hors du commun?

Cet homme est un exemple, un vrai. Qu’est-ce qu’il a connu comme épreuves ! Il n’a fait que perdre, un à un, chacun des membres de sa famille. Cette collection de malheurs est l’histoire de sa vie : enfant, il a connu le ghetto de Varsovie, perdu sa mère et ses frères dans les camps, puis son père abattu sous ses yeux par les SS, puis quand il a enfin reconstruit sa vie, sa femme et ses quatre enfants lors d’un incendie. Et pourtant, à chaque fois, il a rebondi avec une énergie qui devrait nous servir de leçon à tous. Ils sont rares, ceux qui se sont relevés autant de fois avec autant de dignité de situations aussi insolvables. Le film n’était peut-être pas le plus grand chef-d’œuvre de tous les temps, mais il avait le don d’insuffler ce courage face à l’épreuve qu’incarne Martin Gray. C’est magnifique qu’il ait vécu jusqu’à cet âge canonique de 93 ans, malgré les drames traversés. Il a montré jusqu’où un homme peut tenir.Cette longévité était sa dernière victoire.

Marie-Amélie Blin

Macha Méril: Ma rencontre inoubliable avec Martin Gray

(Source : Le Figaro.fr)

Quand l’archéologie découvre la véracité du récit de la Torah

Résultat de recherche d'images pour Lamed.fr

Le monde juif a commencé avec Abraham, qui, alors, s’appelait encore Abram, et était marié à celle qui s’appelait encore Saraï et qui devint plus tard la matriarche Sarah. Abram était âgé de 75 ans lorsque D.ieu lui parla pour la première fois, lui demandant de quitter la maison de son père pour aller vers un pays que D.ieu lui indiquerait… La Bible dit qu’Abram habitait Ur en Chaldée (ou Ur Kasdîm),  en Mésopotamie, et qu’il avait 2 frères : Nahor II et Haran et leur père s’appelait Tera’h.

ABRAHAM, LE PREMIER PATRIARCHE VENU S’INSTALLER EN TERRE PROMISE DUQUEL SORTIRA PLUS TARD LE PEUPLE JUIF

La Bible hébraïque n’est pas un livre d’histoire. Elle ne nous dit, au sujet des personnages qu’on y rencontre, que ce qui est nécessaire pour comprendre l’enchaînement des faits les plus marquants, pour faire ressortir une morale et nous enseigner non seulement les valeurs et le sens réel de la vie. Mais pas seulement ; la Torah, ou Bible hébraïque, est beaucoup plus que cela.

C’est est la loi qui régit le mode de vie des Juifs depuis 5776 ans. Elle fut reçue devant tout le peuple hébreu rassemblé en ce jour de l’année – 1313, au pied d’une des montagnes du Sinaï, toute tremblante et fumante, sous les éclairs et le tonnerre, au son du chofar (corne de bélier), un phénomène impressionnant et exceptionnel, qui n’eut lieu qu’une seule fois dans toute l’histoire du monde et qui ne se reproduira jamais plus : D.ieu Lui-Même parlait au peuple, mais ce fut Moïse qui formula le message du Maître du monde, les Enfants d’Israël ayant défailli à l’écoute de la voix divine !

Cependant, la Bible hébraïque est bien plus que cela ; elle est une tout simplement source de vie pour les Juifs. La Torah, nommée « Ancien Testament » par le monde non juif et chrétien, est le livre des lois qui régissent toute la vie des Enfants d’Israël. Ce livre a enseigné aux nations les valeurs fondamentales qui fondèrent ce que l’on nomme « morale » ou « éthique », et qui devraient faire de tout humain qui suit ses préceptes un Homme. 

Mais voici une partie du fruit des recherches archéologiques entreprises voici plus d’un siècle sur les traces de la Bible, résumées ici par l’auteur du livre « La Bible arrachée aux sables », qui vous fera découvrir des choses étonnantes. Mais laissons parler l’auteur :

« … Alors que, durant de longues années, je m’étais exclusivement intéressé aux progrès des sciences, mon attention se trouva attirée, en 1950, au cours de lectures de documentation, sur les rapports des professeurs français Parrot et Schaeffer au sujet des fouilles de Mari et d’Ugarit. En effet, les tablettes recouvertes de caractères cunéiformes exhumées à Mari contenaient la transcription de noms bibliques, conférant ainsi une authenticité certaine à l’histoire des patriarches qu’on avait tenue jusque-là pour une pieuse légende.

A Ugarit, sur la côte syrienne, on découvrit pour la première fois des vestiges des cultes de Baal du pays de Canaan. Au cours de la même année, le hasard voulut encore que le manuscrit du libre d’Isaïe, trouvé dans une grotte proche de la mer Morte, fut identifié. Cette chaîne de découvertes sensationnelles – le mot ne paraît pas trop fort quand on pense à leur signification culturelle – éveilla en moi le désir d’étudier à fond ce domaine relativement récent et si peu connu qu’est l’archéologie biblique…

Dans toute l’humanité, il n’est pas de livre qui ait eu des effets aussi bouleversants, qui ait influencé de façon aussi décisive l’ensemble du monde occidental et qui ait bénéficié d’une diffusion aussi colossale que « le livre des livres ». La Bible. Elle a été traduite en 1 120 langues ou dialectes et, malgré ses millénaires d’existence, rien ne fait prévoir la fin de son ascension triomphale.

Tandis que je réunissais une documentation que je n’ai pas la prétention de considérer comme complète, j’ai pensé qu’il serait temps de communiquer les merveilleux résultats des recherches de nombreux savants de diverses disciplines aux lecteurs de la Bible comme à ses adversaires, aux croyants comme aux sceptiques. Devant la multiplicité des preuves que nous a fournies la science, je ne puis m’empêcher de penser à toutes les critiques et aux polémiques qui, depuis le XVIIème siècle jusqu’à nos jours, cherchèrent à discréditer la Bible, et de me répéter encore et toujours : LA BIBLE A RAISON. »

W.Keller, Hambourg, septembre 1955

LE CROISSANT FERTILE

Dans le Croissant fertile et dans la vallée du Nil, on se trouve en face d’un étonnant foisonnement de civilisations. A l’époque dont nous parlons, (c’est-à-dire, vers – 1800 ans avant l’ère commune, le trône d’Egypte est occupé par les pharaons depuis 1 000 ans déjà. Le long de la côte méditerranéenne se trouvent les opulentes cités phéniciennes. En Asie Mineure, au coeur de l’actuelle Turquie, le puissant empire des Hitites va se fonder. En Mésopotamie, entre le Tigre et l’Euphrate, règnent les rois de Sumer et d’Akkad, qui exercent leur suzeraineté depuis le golfe Persique jusqu’aux sources de l’Euphrate.

Les pyramides d’Egypte, les puissantes construction de Mésopotamie ont vu passer des siècles et des siècles. Depuis 2 millénaires, dans la vallée du Nil aussi bien que dans celles du Tigre et de l’Euphrate, des fermes et des plantations de l’importance des grandes exploitations actuelles, dotées de canaux d’irrigation produisaient des céréales, des primeurs et des fruits de choix.

Dans le Croissant fertile on pratiquait l’écriture cunéiforme, en Egypte les hiéroglyhphes. Des poètes et des fonctionnaires s’en servaient pour fixer leur pensée, alors que l’écriture était depuis longtemps indispensable pour les transactions commerciales. Les correspondances conservées sur des tablettes de terre cuite et des rouleaux de papyrus nous donnent une idée de l’ampleur des échanges qui, par bateaux ou par caravanes, se développaient du golfe Persique à la Syrie et à l’Asie Mineure, d’Egypte jusqu’à Chypre et en Crète et même jusqu’en mer Noire. Les marchandises les plus cotées étaient le cuivre des mines égyptiennes du Sinaï, l’argent des montagnes du Taurus en Asie Mineure, l’or et l’ivoire de Somalie et de Nubie, la pourpre des villes phéniciennes de la côte de Canaan, l’encens et les épices rares du sud de l’Arabie, la toile de lin des manufactures égyptiennes et les merveilleux vases crétois.

La littérature et les sciences étaient à leur apogée. En Egype, naissaient la première littérature d’évasion et la première poésie profane. La Mésopotamie vivait déjà sa Renaissance. A Akkad, des philologues composaient première grammaire et le premier dictionnaire bilingue.

L’apogée de Gilgamesh, les vieilles légendes sumériennes de la création et du déluge furent transposées en akkadien et devinrent de merveilleux poèmes épiques. Les médecins disposaient de recueils de recettes et composaient leurs médicaments au moyen de plantes médicinales éprouvées (science longtemps perdue et retrouvée au cours de ces tout derniers siècles.)

Mille cinq cents ans avant Pythagore, des mathématiciens d’Egypte arrivèrent par la pratique aux mêmes résultats que lui. Leur expérience enseigna aux ingénieurs de Mésopotamie à extraire des racines carrées. Quant aux astronomes – dans le dessein, il est vrai, de servir l’astrologie – ils observaient déjà les trajectoires des planètes !

Il semble que ces pays aient alors vécu dans la paix et dans la plus grande prospérité, car on n’a trouvé aucun texte de l’époque parlant d’une guerre de quelque ampleur. Mais, du coeur du croissant fertile, des pauvres étendues du désert d’Arabie, là où il est baigné par les vagues de l’océan irrésistiblement en direction du nord et du nord-ouest, vers la Mésopotamie, la Syrie et ce qui fut plus tard le royaume d’Israël. Par vagues successives, les Amorites, comme on les appelait, attaquèrent les empires. Sous leurs coups de boutoir, le royaume de Sumer et d’Akkad s’effondra en 1960 avant notre ère. Les envahisseurs fondèrent une série d’Etats et de dynasties, dont l’une finit par s’imposer : la 1ère dynastie de Babylone, dont la suprématie dura de 1830 à 1530 avant l’ère commune et dont le 6ème roi fut le célèbre Hammourabi.

L’un de ces peuples nomades était appelé à jouer un rôle d’une importance incommensurable dans la destinée de millions et de millions d’hommes. Il s’agissait d’un petit groupe, peut-être simplement d’une famille inconnue et ignorée comme un grain de sable du désert : la famille d’Abraham, père des patriarches.

En – 1 813 avant l’ère commune, naquit, en Mésopotamie, un homme appelé Abram. Il vivait à Ur, à la pointe sud du Croissant fertile. Il fut le premier qui, dès l’enfance, par sa réflexion, tourna délibérément le dos aux idoles, lesquelles étaient exclusivement vénérées par les hommes de ce temps. Celui qui devint le père du monothéisme fut le premier à comprendre qu’il n’y avait qu’un seul D.ieu, que ce D.ieu était tout-puissant, qu’Il avait créé le ciel, la terre et tout ce qui s’y trouve et qu’Il était par conséquent au-dessus de toutes les idoles de bois et de pierre qu’avaient vénéré avant lui son père et tous ses ancêtres, ainsi que tous ses contemporains. Abram devint Abraham le converti. Il eut un fils nommé Isaac, qui, lui aussi eut deux fils nommé Jacob… (les Patriarches de la Bible), et son frère jumeau Esaü, qui engendra ce que la Bible appelle la civilisation d’Edom.

Voyage d’Abraham d’Ur à Canaan –
József Molnár (1821-1899) – 1850
Galerie Nationale Hongroise

« Terah prit Abram, son fils, Lot, fils d’Harân, son petit-fils et Saraï, sa belle-fille, femme d’Abram son fils, et il partit avec eux d’Ur en Chaldée. »(Genèse 11 ; 31)

Voici des millénaires que cette phrase tout droit sortie de la Bible hébraïque (reprise par les chrétiens sous le nom d’Ancien Testament) retentit, génération après génération, aux oreilles des Juifs. Ur, nom mystérieux et riche de signification légendaire, tout comme la multitude noms de rois, de puissants empires, de temples et de palais chargés d’or dont nous parle la Bible. Pendant très longtemps, on savait la Chaldée en Mésopotamie. Mais jusqu’il y a quelques dizaines d’années, personne n’aurait soupçonné que la recherche d’Ur s’accompagnerait de la découverte d’une civilisation dont les origines remontent encore plus loin dans la période préhistorique que les vestiges humains les plus anciens d’Egypte.

« L’Eternel dit à Abram : « Quitte ton pays natal et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai ton nom glorieux et tu seras une bénédiction; Je bénirai ceux qui te béniront, et qui t’outragera je le maudirai. Par toi seront heureuses toutes les races de la terre. Abram partit comme le lui avait dit l’Eternel, et Loth alla avec lui. Abram était âgé de 75 ans lorsqu’il sortit de Harân. » » (Genèse 12 ; 1-4)

Cette déclaration qui contient en germe la promesse d’une terre et d’une descendance, accompagnée d’une bénédiction éternelle, exige en contrepartie le départ d’Abraham pour suivre un Dieu unique, encore inconnu. Malgré le flou de ces promesses – la terre d’accueil n’est pas nommée, Abram a 75 ans et sa femme est stérile alors que Dieu leur promet une descendance innombrable – le Patriarche, archétype du croyant, « partit, comme lui avait dit l’Eternel » (12; 4) (Source : Musée d’Art et d’Histoire du judaïsme)

Ci-dessous le chemin parcouru par Abram, sa famille et ceux qui les suivirent :

De nos jours, Ur est une gare située à 190 km au nord de Basra, non loin du golfe Persique, une des nombreuses haltes du fameux chemin de fer de Bagdad. Les ancêtres des actuels bédouins avaient planté leur tentes depuis bien longtemps dans cette contrée désormais désertique. Mais voici 4 000 ans, de vastes champs de blé, d’avoine et de légumes, des vergers de palmiers-dattiers et de figuiers s’étendaient là à perte de vue. Ces exploitations eussent pu soutenir la comparaison avec les actuelles fermes à blé du Canada et les plantations maraîchères et fruitières de Californie.

Un réseau de canaux et de fossés se coupant à angle droit y constituait un  système d’irrigation qui reste un modèle du genre. Dès l’âge de pierre, les techniciens du pays avaient su domestiquer la précieuse eau des grands fleuves qu’ils captaient habilement pour s’en servir à transformer des déserts en domaines à la végétation paradisiaque.

A l’époque, l’Euphrate était presque caché par l’ombre des palmiers. Artère de vie, il était aussi une voie navigable par laquelle se faisait un énorme trafic en direction de la mer. Le golfe Persique pénétrait alors beaucoup plus loin vers l’intérieur à l’embouchure du Tigre et de l’Euphrate.

Bien avant la construction de la première pyramide, cet endroit défiait déjà le bleu du ciel.  Quatre puissants blocs de briques, superposés en gradins et merveilleux de couleurs s’élevaient à près de 25 m. Le noir du socle de 40 m de long était surmonté par le rouge et le bleu de 2 gradins entourés d’arbres. Au sommet, il y a vait une terrasse sur laquelle s’élevait le sanctuaire au toit d’or. Dans le silence du temple, des prêtres idolâtres célébraient le culte du dieu de la Lune, Nannar. Le bruit et l’agitation d’une des villes les plus ancienne du monde, de la riche métropole d’Ur, parvenaient à peine jusque-là.

En 1854 de notre ère, une caravane de chameaux et d’ânes se dirigea vers la butte isolée de Tel al Muqaiyar (la montagne des gradins). C’était une caravane pas comme les autres, car les bêtes transportaient des pelles, des pioches et du matériel d’arpentage, sous la direction du consul britannique de Basra, J.E. Taylor. Ce fonctionnaire agissait en service commandé. Le Foreign Office lui avait ordonné de se mettre en route, parce que le British Museum demandait qu’on fit l’inventaire de toutes les ruines et de tous les vestiges de civilisations disparues qui se trouvaient dans le sud de la Mésopotamie, là où, avant de se jeter dans le golfe Persique, le Tigre et l’Euphrate se rapprochent de plus en plus.

Les recherches et les fouilles furent donc entreprises un peu partout en Egypte, en Mésopotamie et dans la Palestine de l’époque, pour répondre au besoin irrésistible qui s’imposa tout à coup de donner des bases scientifiques à l’histoire de cette partie du monde.

Jusque-là, la Bible avait été la seule source pour l’histoire de l’Asie Mineure antérieure à 550 avant l’ère commune. Elle seule remontait à la nuit des temps. On y trouve mention de peuples et de personnages sur lesquels Grecs et Romains de l’Antiquité n’avaient déjà plus d’informations.


Vestiges de l’ancienne Ur (tabisite.com) bible.archeologie.free.fr/ancetresdabraham.html

Des légions de savants se sentirent attirés vers les paysages qui furent ceux de l’Orient ancien. Personne ne connaissait encore les noms qu’ils allaient bientôt mettre sur toutes les bouches. Leurs découvertes frappèrent d’étonnement les « rationalistes » du temps. Ce que ces chercheurs, au prix d’un travail des plus pénibles, arrachèrent au sable du désert, le long des fleuves de Mésopotamie et d’Egypte, méritait à juste titre l’attention de millions d’hommes : pour la première fois, la science ouvrait la porte du monde mystérieux de la Bible.

On entreprit d’abord des fouilles à Khorsabad sur le Tigre et, des décombres d’une métropole datant de plus de 4 000  ans, on dégagea le premier témoin de la Bible : Sargon, roi assyrien légendaire. Ne lit-on pas dans Isaïe (XX, 1) : « L’année où le tarban vint à Ashdod, envoyé par Sargon, roi d’Assyrie… » ? Deux ans plus tard, on exhuma la ville que la Bible appelle Kalah et qui porte à présent le nom du Nemrod biblique : (Genèse X, 9-12) : « Il fut un puissant ravisseur devant l’Eternel ; c’est pourquoi on dit : ‘tel que Nemrod, – un puissant ravisseur devant l’Eternel !’ Le commencement de sa domination fut Babel ; puis Erec, Akkad et Kalné, dans le pays de Senaar. De cette contrée, il s’en alla en Assur, où il bâtit Ninive, Rehohoth-Ir et Kélah ; puis Résen, entre Ninive et Kélah, cette grande cité. »

Les fouilles qui suivirent permirent de découvrir à 11 km de Khorsabad, la capitale assyrienne, Ninive, et la célèbre bibliothèque du roi Assurbanipal ; la Ninive de la Bible, dont les prophètes ne se lassent pas de stigmatiser la méchanceté (Jonas 1, 2)

Dans la Palestine de cette époque, entre 1838 et 1850, on fit la reconstitution de la topographie antique. On répertoria les monuments de la vallée du Nil au cours d’une expédition qui dura de 1842 à 1846. Au début du XIXème siècle, le Français Champollion avait réussi à déchiffrer les hiéroglhphes égyptiens ; après 1850, Rawlinson perça également le mystère de l’écriture cunéiforme. Les anciens documents allaient parler !…

On fit dresser des tentes auprès de la butte rouge. Le puissant bloc de briques, chef-d’oeuvre architectonique d’un passé obscur fut sondé. Le soubassement a presque 10 m de haut, 2 larges rampes conduisent jusqu’au second bloc, plus petit, surmonté li-même par un 3ème et un 4ème. Le consul Taylor prit une décision profondément regrettable : il retira ses équipes des fondations pour les occuper au sommet. Ce qui avait résisté à l’assaut des siècles, aux tempêtes de sable, à l’attaquer d’un soleil torride, tomba sous la morsure de pioches maniées sans discernement. Il ordonna la démolition du gradin supérieur. L’oeuvre de destruction fut entreprise par les 4 coins en même temps ; des masses de briques cassées étaient précipitées au pied du monument.

Après quelques semaines, tout s’interrompit subitement. Quelques hommes avaient trouvé de petits bâtonnets, des cylindres de terre cuite. En nettoyant les objets, on s’aperçut qu’ils étaient couverts d’inscriptions… en caractères cunéiformes  ! Ils furent expédiés à Londres, où les savants ne firent pas grand cas de la découverte. Rien d’étonnant : à l’époque seul le nord de la Mésopotamie fascinait les chercheurs, le haut cours du Tigre au voisinage duquel on avait déterré dans les ruines de Ninive et de Khorsabad, des palais et d’énormes bas-reliefs assyriens, des milliers de tablettes d’argile et de statues, des merveilles dont l’éclat éclipsait tout le reste.

Le monde dut attendre 75 ans la découverte des trésors d’une valeur incommensurable qui reposaient sous la vieille butte. Si les savants avaient oublié le Tel al-Muqaiyar, il n’en était pas délaissé pour autant. Ses murs ébranlés et avant tout son gradin supérieur en ruine, devinrent pour les Arabes une source inépuisable de matériaux de construction. De très loin, ils venaient charger leurs bêtes de somme de briques qui avaient été façonnées à la main des millénaires auparavant et qui portaient encore lisiblement les noms d’Ur-Nannu, le 1er grand architecte, et de Nabonide, le potentat babylonien qui restaura la « ziggurat » (les tours des gradins). Les tempêtes de sable, la pluie, le vent et les rayons du soleil prirent leur part de cette destruction.

Quand, au cours de la 1ère guerre mondiale, les troupes britanniques marchant sur Bagdad campèrent à proximité des ruines, l’aspect de celles-ci avait totalement changé. De l’ancien bloc escarpé, il ne restait plus, à la suite des pillages subis depuis 1854, qu’un tas de décombres si facile à escalader qu’un soldat put se payer le luxe d’y grimper monté sur une mule. Parmi les officiers du groupe, il y avait un expert, R. Campbell Thomson, de l’Intelligence Staff de l’armée de Mésopotamie, en temps de paix, assistant au British Museum. Il présuma que les environs du tell recelaient d’autres richesses archéologiques, des ruines d’agglomérations dormant sous les sables du désert.

Mais presque 2 500 ans avant, un homme célèbre, potentat et archéologue en une seule et même personne, le roi Nabonide de Babylone, qui vécut au 6ème siècle de notre ère, jugea « la ziggurat ancienne ». Mais il s’y prit autrement que Taylor. « Je remis sa structure en état comme au bon vieux temps, au moyen de mortier et de briques. » Le monument restauré, il fit graver sur les fameux petits cylindres le nom de son premier constructeur, que lui avait révélé un fragment d’inscription  « le roi Ur-Nannu ». Celui-ci, bâtisseur de la tour en gradins, aurait-il régné sur la ville d’Ur dont parle la Bible ? Aurait-il été roi d’Ur en Chaldée ? Il n’y a là rien d’invraisemblable, car le même nom biblique a surgi depuis à plusieurs reprises sur des documents originaires d’autres parties de la Mésopotamie. A en croire les textes cunéiformes, Ur aurait été la capitale d’un grand peuple, les Sumériens.

Il fallut attendre 1923 pour qu’une mission américano-britannique pût intervenir. Abandonnant les méthodes de Taylor, qui n’était qu’un amateur, Sir Charles Leonard Woodley concentra ses efforts non sur la tour, mais sur les buttes plates qui s’étendent à sa base. Pour l’archéologue, les couches de chaque tell superposées sont comme les feuilles d’un calendrier rétrospectif, où une multitude de générations ont déposé ce qui constitue aujourd’hui une source inépuisable de trésors. Chaque tell est un livre d’histoire et chacune de ces couches donne des précisions sur son époque, sur la vie, les habitudes, l’adresse de ses contemporains, sur leur degré de culture et leur civilisation.

On peut reconstituer avec précision le plan des bâtiments, même s’il ne reste plus que des pierres usées par le temps et l’érosion, ou une poussière de briques.L’endroit où le foyer répandait autrefois sa chaleur est marqué en général par une coloration plus sombre des matériaux. Des débris de vaisselle, des armes, des ustensiles ménagers et des outils qui se trouvent parmi les décombres donnent des indications supplémentaires pour étudier le passé.

Cette année-là, la première chose découverte est une enceinte sacrée contenant les restes de 5 temples placés en demi-cercle autour de la ziggurat du roi Ur-Nannu. Ils avaient tout d’une forteresse, tant leurs murs étaient puissants. Les plus grands, dont la base a 100 m de long sur 60 de large, était consacré au dieu de la Lune, un autre à Nin Gal, déesse de la lune, épouse de Nannar. Chacun des temples est doté d’une cour centrale qu’entoure une enfilade de pièces. On y trouve encore les vieux puits, des abreuvoirs imperméabilisés au bitume ; de profondes traces de couteaux sur les tables en briques montrent les endroits où l’on découpait les animaux sacrifiés qu’on faisait cuire ensuite pour les repas rituels sur les foyers des cuisines. Il y a même des fours à pain. « Après 38 siècles, nota Wooley dans son compte-rendu, on aurait pu rallumer les feux et remettre en service la plus vieille cuisine du monde« .

Le ziggourat d’Ur, « la colline poissée/bitumée », vieux de 4 000 ans,  tel qu’il se présentait à l’origine

Ur - Irak

 Le même tel qu’il se présente de nos jours, (cultivoo)

A Ur, le quartier des temples n’était pas exclusivement réservé au culte des dieux. Ses prêtres, en plus de les occupations cultuelles, avaient beaucoup d’autres fonctions. En même temps que les dons destinés aux sacrifices, ils percevaient la dîme et les impôts et ils établissaient un reçu écrit pour chaque versement qui était noté sur une tablette d’argile.Il s’agit là sans aucun doute des premiers reçus d’impôts de l’histoire du monde… Les rentrées fiscales étaient consignées par des scribes sur des états hebdomadaires, mensuels et annuels.

Comme on ne connaissait pas encore la monnaie, les impôts étaient payés en nature ; chaque habitant d’Ur payait donc à sa manière. De l’huile, du grain, des fruits, de la laine du bétail s’accumulaient ainsi dans de vastes entrepôts ; quant aux denrées périssables, on les envoyait dans les magasins de vente des temples. Un certain nombre de matières premières étaient transformées dans des manufactures leur appartenant, par exemple, dans les filatures dirigées par des prêtres. Un atelier produisait 12 sortes différentes de costumes à la mode. Les tablettes  qui ont été retrouvées nous indiquent le nom des femmes employées au tissage et les quantités de marchandises qui leur étaient données pour leur entretien. On allait jusqu’à noter méticuleusement le poids de la laine qui était remise à chacune d’elles et le nombre de pièces de vêtements qu’elles en avaient tirées. Dans un bâtiment qui avait abrité un tribunal, on trouva, soigneusement empilées, les copies des jugements, comme au greffe de nos actuels palais de justice.

Au sud de la tour en gradins, on mit à jour des murs et des façades serrées les unes contre les autres. On dégagea une série de maisons dont les ruines ont parfois 3 m de haut. Entre elles s’insinuent des rues étroites que des places interrompent de temps à autre. Il fallut des semaines de dur travail pour déblayer des tonnes de débris jusqu’à ce que ces murs prissent un aspect qu’on peut qualifier d’inoubliable.

Au pied du bloc rouge du Tell al-Maqaiyar, toute une ville s’étrend, que des chercheurs patients ont ressuscitée après des millénaires de sommeil ! Woodley et ses collaborateurs étaient fous de joie, car ils avaient devant eux la fameuse Ur en chaldée dont parle la Bible !

On se représente à peine le confort dont ont joui ses habitants, la largeur de vues qui a présidé à la construction de leurs maisons. Dans aucune autre ville de Mésopotamie on n’a découvert des demeures aussi bien conçues ni aussi belles. En comparaison, celles qui nous ont été conservées à Babylone semblent modestes, presque pauvres. Lors des fouilles entreprises au début du siècle, le professeur allemand Koldewey n’y trouva que de simples huttes en terre glaise de plain-pied et comprenant 3 ou 4 pièces disposées autour d’une cour. Voilà donc comment, vers 600 avant l’ère commune, se présentaient les habitations des hommes dans  la métropole si admirée du roi Nabuchodonosor, qui avait entouré l’ensemble sacré d’une enceinte percée de vastes portes. 15 siècles aupa- ravant, les habitants d’Ur vivaient déjà dans des maisons bien construites en forme de villas pour la plupart à étage, ayant 13 ou 14 pièces. Le rez-de-chaussée était solidement édifié en briques, l’étage supérieur en plaques de glaise ; les murs étaient proprement crépis et blanchis.

https://i0.wp.com/www.ezida.com/plan/Ur_plan_du_site.jpg

Par la porte d’entrée, le visiteur pénétrait dans un vestibule où il y avait des bassins d’eau pour se laver les mains et les pieds. De là, il passait dans la cour centrale spacieuse et claire, au sol recouvert d’un carrelage particulièrement élégant. Autour de cette cour se trouvaient la pièce de réception, la cuisine, les pièces d’habitation et la chapelle privée. Par un escalier de brique sous lequel était dissimulée la toilette, on parvenait à une sorte de balcon sur lequel s’ouvraient les chambres de la famille et les chambres d’amis.

Sous les décombres de murs, on retrouva tous les accessoires qui avaient servi à l’installation intérieure et à la vie dans ces riches maisons. Une multitude de débris de poteries, de vases, de tablettes recouvertes d’écriture permirent de reconstituer détail par détail la vie quotidienne de la ville. Au début du 2ème millénaire avant l’ère commune Ur en Chaldée était une capitale puissante, colorée et active.

https://i2.wp.com/www.ezida.com/photo/ur_aerie.jpg

 Photographie aérienne du quartier sacré du site d’Ur à la période des fouilles britanniques, prise en 1927. (Ezida)
Dans l’esprit de Woodley, une idée germa : « Si Abraham a quitté Ur en Chaldée, il a donc dû naître et passer les premières années de sa vie dans l’une de ces riches demeures. » Le savant poursuivit, plein d’enthousiasme : « Il nous faut réviser l’idée que nous nous faisions du patriarche hébraïque en voyant l’entourage opulent dans lequel il a passé sa jeunesse. Citoyen d’une grande ville, il hérita la tradition d’une vieille civilisation très organisée. Les maisons sont confortables, voire luxueuses. Nous avons trouvé la copie d’hymnes destinés aux cérémonies du temple et, en même temps, des tablettes de mathéma côté d’additions élémentaires, des formules permettant l’extraction de racines carrées et cubiques. Sur d’autres tablettes, les scribes avaient recopié les descriptions des bâtiments de la ville et jusqu’à une courte histoire des temples ! »
D’après Woodley, Abraham, loin d’être un simple nomade, serait issu d’une métropole du second millénaire avant l’ère commune.Quelle découverte extraordinaire ! L’image qu’on se faisait du patriarche Abraham entouré par sa famille et ses troupeaux allait-elle, incontestablement, se révéler fausse ?
Les conceptions de Woolley trouvèrent des contradicteurs parmi les théologiens et même chez les archéologues. Sa théorie est étayée par les versets 31 – 32 du chapitre XI de la Genèse :  » Tera’h  prit Abram, son fils, Lot… et il partit avec eux d’Ur en Chaldée pour se rendre au pays de Canaan, allèrent jusqu’à Haran et s’y fixèrent. » Mais d’autres passages de la Bible font état de lieux différents : lorsqu’Abramham envoie son plus ancien serviteur de Canaan à la ville de Nahor afin d’aller y chercher une femme pour son fils Isaac, le prophète appelle Nahor son pays (Genèse XXIV, 4) et la maison de son père, sa patrie (Genèse XXIV, 7). Nahor était située en Mésopotamie. Après la conquête de la terre promise, Josué dit au peuple rassemblé : « Jadis vos ancêtres, Tera’h, père d’Abraham et père de Nahor (lequel serait mort accidentellement dans l’incendie de la maison de leur père remplie d’idole qu’Abraham aurait incendié) , habitaient au-delà du fleuve…  » (Josué XXIV,2). Ici comme dans d’autres textes, l’expression « le fleuve » se rapporte à l’Euphrate. Or, la ville d’Ur se trouve sur la rive droite de l’Euphrate, c’est-à-dire que, vue de Canaan, elle n’est pas « au-delà du fleuve« . Woolley a-t-il conclu trop hâtivement ? Ne resterait-il pas à prouver que Tera’h et son fils Abraham furent bien des habitants d’Ur?
William F. Albright, professeur à la John Hopkins University de Baltimore (Etats-Unis), a pu écrire : « La migration d’Ur en Chaldée à Haran n’a trouvé aucune confirmation archéologique, si ce n’est la découverte de la ville elle- même« . Ce savant, lui-même archéologue et considéré comme un des plus grands spécialistes de l’archéologie au Proche–Orient ajoute : « Et le fait curieux que les traducteurs grecs ne citent Ur nulle part, mais à sa place le pays naturel (des Chaldéens) pourrait bien signifier que la migration d’Abraham était considérée comme un fait secondaire et qu’au IIIe siècle avant notre ère, on n’y croyait pas forcément.« 
La découverte d’Ur n’en a pas moins attiré l’attention sur la capitale des Sumériens, un des plus anciens peuples civilisés de Mésopotamie. Or, nous savons que les Sumériens n’étaient pas des Sémites comme les Hébreux. Lorsque, vers l’an 2000 avant l’ère commune, la grande invasion des nomades sémitiques surgit du désert d’Arabie, elle rencontra d’abord Ur, ses immenses plantations et son réseau de canaux. Il se peut donc que cette irruption dans les pays du Croissant fertile,  dont Ur faisait partie, ait laissé des traces dans la Bible. Toujours est-il que des recherches sérieuses et, avant tout, des fouilles menées à bien au cours des dernières dizaines d’années semblent avoir établi qu’Abraham n’habita jamais la métropole sumérienne. Cela cela contredirait d’ailleurs toutes les descriptions de la Bible concernant la vie du patriarche, où l’on peut lire qu’Abraham vivait sous la tente et allait de pâturage en pâturage et de puits en puits avec ses troupeaux. Sa vie ne se comparait en rien à celle des habitants d’une capitale : c’était la vie des nomades de tous les temps. Toutefois, beaucoup plus au nord du Croissant fertile, nous verrons l’histoire des patriarches sortir de son imprécision mystique pour faire son entrée dans l’histoire.

A suivre…

(Source : La Bible arrachée aux sables, par Werner Keller, Etitions Famot – Adaptation louyehi)

A Holocaust Video That You Must Show The World – Une vidéo sur la Shoah à montrer au monde

Un enfant épuisé mange dans les rues du ghetto de Varsovie. Varsovie, Pologne, entre 1940 et 1943.

Un enfant épuisé mange dans les rues du ghetto de Varsovie. Varsovie, Pologne, entre 1940 et 1943 — US Holocaust Memorial Museum ______________________________________________________

There is something G-dly about Jewish history, something that makes you believe that there is a master plan to this world in which the Jewish People has played a major role. Try to explain Jewish survival through horrors and tribulation of a 2500 year exile which concluded in the Nazi Holocaust in which 6,000,000 Jews perished. The numbers are mind-boggling. No other nation is as ancient, and no other nation has endured so much and returned to its ancient homeland to rebuild itself and renew a country which dates back thousands of years.
Yes, there must be a PLAN. Watching this leaves you incredulous. In awe of the Jewish people and Divine Providence which has brought them to modern times. Despite everything.

Published: July 20, 2015
Envoyé par ARK

Traduction française (par louyehi)

Il y a quelque chose de céleste dans l’histoire des Juifs, quelque chose qui vous fait croire qu’il y a un plan directeur dans ce monde, un monde dans lequel le Peuple Juif a joué un rôle majeur. En effet, essayez d’expliquer la survie des Juifs dans 2 500 ans d’horreur, de tourmente et d’exil, lesquels se sont terminés par la Choah où 6 000 000 de Juifs ont péri. Tout cela est tout bonnement époustouflant. Aucune autre nation n’est aussi ancienne, aucune autre nation n’a enduré autant de souffrances, aucune autre nation n’est revenue dans son ancienne patrie pour se reconstruire, reprendre possession et reconstruire aussi un pays qui date de milliers d’années.

Oui, il doit y avoir une intention divine dans tout cela. Ce qui laisse songeur et force le respect, un respect mêlé d’admiration pour le peuple juif, mais aussi pour la Divine Providence qui les a conduits jusqu’ici, bien vivants et pleins d’énergie et de créativité, en dépit de tout ce qu’ils ont subi..