Archives de Catégorie: MUSIQUE

Dans la Lumière des Prodiges : Merci France2 !

Dans la Lumière des Prodiges : Merci France2 !____________________________________________________

Vidéo pour plus de 2 h de pur bonheur : Prodiges Émission du jeudi 26 décembre 2019 ___________________________________________________

Regarder la télévision, pourquoi pas, à condition de n’en tirer que la substantifique moelle. Comme beaucoup d’entre vous, je sélectionne avec soin les programmes qui pourront agrémenter les rares soirées où je daigne mettre de côté le bon bouquin du moment, au profit d’un « Des Racines et des Ailes » ou d’un « Échappées belles ».

Jeudi dernier, mon choix s’est donc naturellement porté sur l’émission Prodiges de France 2, présentée par Marie-Sophie Lacarrau dont la sobriété et l’élégance avaient d’emblée tout pour séduire. Les (très) jeunes candidats musiciens, chanteurs et danseurs ont enchaîné des prestations plus merveilleuses les unes que les autres, dévoilant les dons extraordinaires d’enfants et d’adolescents surdoués dans leur domaine. Un par un ils ont chanté, dansé, interprété des œuvres souvent difficiles qui ont nécessité outre un travail acharné, d’énormes sacrifices personnels pour certains. Ces jeunes prodiges m’ont transportée et émue pendant plus de deux heures, et j’ai été épatée par leur aisance sur scène, qu’un trac inévitable ne parvenait pas à entraver.

Beauté, grâce, humilité… des notions devenues si rares dans notre pauvre France rongée par la médiocrité, que mon esprit naturellement chagrin n’a pas pu s’empêcher de me lancer à la mémoire, tel un rappel brutal à la réalité, des images beaucoup moins reluisantes, celles d’une autre «jeunesse», qui envahit l’espace médiatique de ses vomissures et autres logorrhées ; cette jeunesse au cerveau reptilien figé dans l’âge de pierre, qui ignore tout de l’esthétique et du bon goût – et bien sûr de la musique – et dont on veut à tout prix nous faire gober que c’est ça, la chanson française… My foot !

Inutile de vous dire que ma fin de soirée fut plus morose qu’elle n’avait commencé, en pensant à ce qu’on tente de nous faire bouffer en perfusion toute l’année ; d’où l’importance de résister au mauvais goût, à l’insulte, à l’inculture, à la négation de l’Art, aux tams-tams, à l’obscurité face aux Lumières de notre Civilisation prestigieuse. Et merci à Bach, Vivaldi, Haendel, Purcell… de nous avoir donné de jeunes prodiges dignes de vous interpréter. Viv’ment le Concert du Nouvel An, tiens !

Je dédie cet article à tous les dirigeants et intervenants de Riposte laïque, en particulier à Jacques Guillemain, Manuel Gomez, Patrick Jardin, Anne Schubert, Josiane Filio et tous ceux dont j’apprécie la plume acerbe et percutante. Excellente année patriotique à tous !

Alice Lam

Dans la Lumière des Prodiges : Merci France2 !

(Source : Riposte laïque)

Prodiges Émission du jeudi 26 décembre 2019

musique – La petite Alma Deutscher a bien grandi…

https://i.ytimg.com/vi/W0xMpLXQNvM/hqdefault.jpg___________________________________________________

Vidéo : Siren Sounds Waltz by Alma Deutscher, Carnegie Hall, Dec 2019

-==-

https://i.ytimg.com/vi/QbHgDLqWcMM/maxresdefault.jpg

Vidéo : 14-Year-Old Composer Stuns At Sold Out Show At Carnegie Hall | NBC Nightly News

-==-

https://i.ytimg.com/vi/vAjNE5nCmWw/maxresdefault.jpg

Vidéo : Alma Deutscher Vienna 2019

-==-

Résultat de recherche d'images pour "youtube - Alma Deutscher Vienna 2019"

Vidéo : Alma Deutscher – From My Book of Melodies (German Trailer)

-==-

https://i.ytimg.com/vi/gNT4lUgy8jE/hqdefault.jpg

Vidéo : Alma Deutscher (5) improvisation in G minor

Jordi Saval – concert de viole de gambe

____________________________________________
https://bachtrack.com/files/126347-190512-rehearsalsjss-jordisavall--c-amyryanmedia.jpg

Jordi Savall à la viole de gambe interprète « Les folies d’Espagne » de Marin Marais, etc… (sur instruments d’époque)

Yves Duteil a consacré une chanson à Alfred Dreyfus (vidéo)

Image associée___________________________________________________

Yves Duteil est le petit-neveu du capitaine Dreyfus, à qui il a consacré une chanson (Dreyfus) sur l’album Touché.

 

 

Extrait de l’album”Touché”Avec les paroles de la chanson

Yves Duteil: Le poète troubadour de la chanson française ; Respect Playlist Yves Duteil : https://www.youtube.com/watch?v=SaQrE…

 

LE VRAI HEROS : ALFRED DREYFUS par Francois Heilbronn

Je vous encourage à aller voir le très beau film de Polanski : J’ACCUSE.

La reconstitution historique y est splendide, les décors, les costumes sont saisissants de vérité.

Comme toujours avec ce très grand metteur en scène, la photographie est parfaite et vous transporte 120 ans en arrière. Vous assistez à la dégradation de l’innocent capitaine Dreyfus comme si vous étiez avec cette foule haineuse derrière les grilles de l’Ecole militaire.

Jean Dujardin à ma grande surprise est crédible en officier d’Etat major de 1894, en Picquart.

Les seconds rôles militaires sont parfaits notamment le commandant Henry et la brochette de généraux falots ou antisémites ou les deux. A l’exception de Seigner qui joue de plus en plus mal, le casting est parfait.

Le parti pris de Polanski de ne traiter que de Picquart est intéressant mais il est réducteur. Polanski a cherché à comprendre comment un officier d’Etat major antisémite acceptait de risquer sa carrière pour sauver un officier juif innocent.

Il montre assez bien que ce n’était pas par humanisme mais pour arrêter le vrai traitre le commandant Esterhazy. Il montre aussi qu’en bon politique, il veut sauver l’honneur de l’Armée française avant qu’il ne soit trop tard. Il avait raison.

Mais ce qui m’a gêné dans ce film est qu’il se complaît dans la vision inexacte de qui était vraiment Alfred Dreyfus. Il ne montre ni son intelligence, ni sa détermination, ni son courage et encore moins sa très grande humanité.

Ce film reprend les clichés colportés par certains dont quelques défenseurs comme Labori, Clemenceau ou Picquart qui n’ont pas supporté que Dreyfus ne les écoute pas et demande la grâce présidentielle plutôt que d’aller une 3ème fois devant un Conseil de guerre.

Mais Dreyfus avait raison contre eux. Libre, il pouvait mieux préparer sa défense, retrouver ses forces après 5 ans de captivité inhumaines sur l’île du Diable et préparer son appel devant un tribunal civil devant la cour de Cassation. Il gagnera en 1906.

Dreyfus dès le début avait compris la nature du procès politique et antisémite dont il était victime. Il savait que les généraux et ministres voulant sa chute ne reculeraient devant rien pour le maintenir au bagne.

Ce que ce film ne montre pas, c’est cette vision, cette intelligence, ce courage.

Il ne montre pas non plus, un autre vrai héros visionnaire de cette affaire qui aux côtés de Mathieu Dreyfus, le frère héroïque lance l’affaire sur le plan médiatique et politique, Bernard Lazare. Péguy ne s’y est pas trompé, c’est à lui qu’il rend hommage comme, le « prophète » de l’Affaire, dans son sublime « Notre jeunesse ».

Dreyfus était aussi reconnaissant, fidèle et tendre. Là où le film, le montre froid et compassé, comme ingrat.

Lisez cet envoi de Dreyfus à Zola, dans l’exemplaire qu’il lui adresse de ses mémoires « cinq années de ma vie » (voir photo ci-jointe). Est-ce le ton d’un ingrat, d’un homme sans cœur ?

Tout le contraire.

Et lisez ci-dessous, la lettre que lui adresse Zola en réponse à cet envoi.

« Le 8 mai 1901.

Cher monsieur Dreyfus,

J’achève la lecture de « Cinq années de ma vie », et je ne sais rien de plus poignant, de plus éloquent, dans la simplicité et la concision. Je suis de ceux qui vous approuvent beaucoup de ne pas avoir tardé plus longtemps à nous donner ces pages.

Il était nécessaire qu’on les connût, elles auraient manqué au dossier qui achève de se faire chaque jour.
C’est un peu plus de lumière qu’elles apportent, elles vont font connaître définitivement.

Elles dissent quel homme vous êtes et quel martyr vous avez été. Maintenant, la figure est complète, et d’une grande beauté d’innocence et de souffrance.

La victoire de demain est certaine, ces pages l’annoncent encore.

Avec toute mon admiration et mon affection.

Emile Zola »

Le vrai héros de l’Affaire n’a qu’un seul nom, ALFRED DREYFUS.

J’attends donc, encore, un film qui rende à ce héros toute sa grandeur, son courage et son humanisme.

En attendant donc, je vous invite à lire les mémoires de Dreyfus, sa correspondance et l’excellent livre de Laurent Greisalmer « La tragédie du Capitaine Dreyfus ».

Vidéo : Yves Duteil chante en l’honneur d’Alfred Dreyfus

(Source : JForum)

Courez voir « J’accuse », le nouveau chef-d’oeuvre de Polanski

Courez voir « J’accuse », le nouveau chef-d’oeuvre de Polanski____________________________________________________

A écouter et à réécouter cette magnifique chanson, écrite et interprétée par le neveu du condamné : Dreyfus – Yves Duteil – louyehi

____________________________________________________

2 h de beauté, de charme, de bonheur. C’est si rare au cinéma depuis quelques lustres que cela ne se refuse pas. Débrouillez-vous mais offrez-vous ce luxe, un saut dans un film travaillé, où chaque plan est un bonheur de beauté, d’équilibre, d’attrait, de douceur ici avec ses lumières tamisées, d’agression là avec la cruelle lumière du jour. Un saut dans une autre époque, où la fidélité à la France, à l’armée, à l’honnêteté, à la justice, à soi-même… méritent qu’on se batte et même qu’on perde tout, sauf l’honneur et le respect de soi.

.

Et en plus, c’est une magistrale leçon d’histoire. Une reconstitution de l’affaire Dreyfus dans tous ses infimes détails, avec des personnages hauts en couleur et magistralement campés par les acteurs choisis. Jean Dujardin est magnifique, attachant, c’est le personnage principal, auquel s’identifie le spectateur, mais aussi le héros de l’histoire puisque c’est bien le colonel Picquart historique qui, par ses découvertes, ses scrupules, son attachement à l’armée qu’il ne veut pas voir souillée par une erreur judiciaire, va mettre sa carrière et sa vie en danger, va se retrouver en prison, dans sa lutte effrénée de la vérité, l’innocence de Dreyfus.  Après avoir vu J’accuse, je gage que les spectateurs verront à jamais Picquart sous l’habit de Dujardin, comme Jean Gabin incarne à jamais Jean Valjean ou Depardieu Cyrano de Bergerac.

.

J’accuse est aussi beau -et moins terrible, toute proportion gardée- que Le Pianiste, du même Polanski, sorti en 2001. Un éblouissement, déjà. Cet homme sait raconter, sait faire vivre une histoire, qu’elle soit vraie ou inventée, sait faire battre le coeur… Il sait exactement comment faire pour que vous ayez l’impression, en sortant, d’avoir touché à une sorte de sacré, pour que vous ayez l’impression d’avoir grandi, d’avoir nagé dans la beauté… C’est ça l’art. Une forme de transcendance. Rien à voir avec les paillettes, les ricanements, les grossièretés… dont on vous abreuve et à la télé et au cinéma.

Et en plus, ce plaisir si particulier du cinéma, des lumières qui s’éteignent, du silence qui se fait devant l’histoire qui commence. Avec le cinéma on n’a jamais fini d’être un enfant et de retrouver le plaisir de s’émerveiller… devant un beau film qui élève l’âme.

.

Un seul regret, c’est que les grands, les Polanski, les Clint Eastwood… sont largement octogénaires et sont les derniers d’une race magnifique de seigneurs du cinéma. Depuis quelques lustres, avec le cinéma contemporain, on s’emmerde à mort, et la jeune génération qui réussit à faire des films c’est celle qui est politiquement correcte. Et l’autre, si elle existe, on ne la connaît pas et elle n’a pas les moyens de se faire connaître… Angoissant.

On est passés à un art d’Etat, un art stalinien. Ne passent la rampe que les oeuvres estampillées politiquement correctes.

Et puis, de temps en temps, un bijou passe au travers des filtres… c’est possible quand celui qui l’a forgé est un Polanski, un Eastwood.. parce qu’ils ont un nom, parce qu’ils ont des moyens, du culot, et un talent fou qui laisse espérer aux producteurs de s’en mettre plein les poches, malgré tout.  Et oui, c’est la même histoire que celle des publicitaires autour de Zemmour à CNews, il y a les frileux, les inquisiteurs, les Ferrero, les Maïf… qui menacent de couper les vivres, et puis les autres, tous les autres, qui se jettent sur CNews et le créneau avec Zemmour qui rapporte…

.

Naturellement, la presse ne descend pas en flèche Polanski parce que son film est une oeuvre d’art mais aussi et surtout parce qu’il est politiquement correct puisqu’il évoque l’antisémitisme, d’une violence folle, à la fin du XIXème siècle et la chasse au juif, vu comme l’étranger.

On sait que nombre de journaleux et  d’islamo-collabos se frottent les mains, imaginant qu’ils vont pouvoir faire prendre des vessies pour des lanternes  à leurs auditeurs-lecteurs en faisant le parallèle entre la situation des Juifs de l’époque de Dreyfus et celle  des musulmans…  

Juste quelques petites remarques ou questions en passant devraient les calmer. Combien de Juifs en prison en 1900,  à part le pauvre Dreyfus seul sur l’île du Diable ? Combien de musulmans en prison en 2019 ? 80% des détenus. On a tout dit. Non ? Combien d’attentats commis par les Juifs, en 1895  comme en 2019 ? On n’a pas encore tout dit ? Combien d’émeutes, de voitures brûlées, de Belphégor dans les quartiers habités par de nombreux Juifs ? Combien de manifestations de Juifs pour demander que la République renonce à ses valeurs, à ses rites, à ses fondamentaux ? 

Qu’ils se ridiculisent s’ils le souhaitent.

Quant aux connes qui voudraient nous interdire d’aller au cinéma regarder les films que nous choisissons sous prétexte que, peut-être,  un des cinéastes aurait -peut-être, mais peut-être pas- violé une ado il y a 40 ans… Qu’elles aillent se faire tâter chez les Papous. Je ne suis pas violente mais j’avoue que si, ce soir, une de ces hystériques avait voulu m’empêcher d’entrer voir J’accuse, je n’aurais pas hésité une seconde à lui casser la figure et lui aurais marché sur la tronche sans état d’âme.

Marre d’être trop bien élevés avec les gauchos staliniens. Dehors !

.

.
Addendum : bisque, bisque rage ! J’accuse en tête du box office malgré les attaques ! Ah ! je ris de voir Polanski si beau et les vieilles biques si laides !
.

Cinéma : « J’accuse », de Roman Polanski, en tête du box-office français malgré les appels au boycott

Le thriller historique « J’accuse » de Roman Polanski, qui a connu une sortie mouvementée sur fond de polémique, est arrivé en tête du box-office en France sur cinq jours dimanche soir, réalisant le septième meilleur démarrage de l’année pour un film français, selon des chiffres publiés lundi.

Depuis sa sortie mercredi, ce film sur l’affaire Dreyfus avec Jean Dujardina réalisé 386 720 entrées dans 545 salles, selon les chiffres de CBO Box-Office. Un très bon chiffre, mais attendu en raison d’un budget conséquent de 22 millions d’euros.

Il est en tête du box-office français sur cinq jours, devançant « Le Mans 66 », film d’action américain à gros budget avec Matt Damon et Christian Bale, qui réalise 336 657 entrées.

[.]

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cinema-j-accuse-de-roman-polanski-en-tete-du-box-office-francais-malgre-les-appels-au-bocott-18-11-2019-8196249.php

Christine Tasin

Courez voir « J’accuse », le nouveau chef-d’oeuvre de Polanski

(Source : Résistance Républicaine)

Dave, un enfant juif hollandais – Le judaïsme caché de mon père

Résultat de recherche d'images pour "photos de Dave"____________________________________________________

Dave : Le judaïsme caché de mon père

 Dave – chanteur – L. Haziza – journaliste

 

Le judaïsme caché de mon père

Dave: un enfant juif hollandais avec Laurence Haziza

(Source : Akadem)

« Ode aux enfants d’Abraham »

______________________________________________

Aaron Shust a composé une magnifique chanson composée de versets prophétiques de la Bible.

La vidéo montre les paysages d’Israël et des photos d’archives. Où qu’on regarde les monuments, où qu’on fouille la terre, quel que soit le texte historique, juridique, politique ou journalistique qu’on lise, le discours qu’on écoute, on ne trouve jamais aucune trace de Palestiniens, mais la présence constante des Juifs.

 

Gaia

« Ode aux enfants d’Abraham »

(Source : Dreuz.info)