Archives de Catégorie: MUSIQUE

Musique : Gustav Mahler – 1er septembre 2017

Résultat de recherche d'images pour "Photos de Claudio Abbado dirigeant la symphonie n° 4 de Mahler"
______________________________________________

Symphonie n° 4 en sol majeur de Gustav Mahler

Une musique très lyrique et classique, dans un style presque haydnien, en tout cas bien loin des compositions plus dramatiques et pessimistes qui lui sont postérieures.

Le premier mouvement fait entendre des clochettes et des thèmes à caractère de danses villageoises. Un thème plein de grâce et de gaieté ensoleillée, que Mahler concevait avec la légèreté d’une valse.

Le second mouvement introduit un violon solo désaccordé, donnant un côté rustique à la partition. L’adagio est d’une grande ampleur et joue avant tout sur les  cordes, contrairement aux deux premières parties. Il se termine par un tutti, introduisant le dernier mouvement vocal.

Le texte du lied, chanté par une voix de soprano, énonce les plaisirs bucoliques mais aussi gastronomiques du ciel. L’orchestre finit par s’effacer après avoir repris les thèmes villageois du premier mouvement.

Dans le troisième mouvement, la mélodie à l’écoulement paisible atteint en savantes variations de plus en plus de complexité et insistance. Peu avant la fin de ce Poco Adagio, son épilogue en sol majeur est brusquement interrompu par un cri de jubilation en mi majeur de l’orchestre au complet, comme si les portes du paradis s’ouvraient soudainement et que retentissaient ici-bas des voix venues de l’au-delà.

Après un bref prélude orchestral, le soprano solo entonne, avec des accents de félicité, son chant des « joies de la vie céleste », en quatre strophes, entrecoupées d’interludes, comme s’il nous conduisait au ciel… (Wikipiedia)

Voir la vidéo : Claudio Abbado Mahler symphony 4

Publicités

Musique ! 24 août 2017

Résultat de recherche d'images pour "photos de Jean Sablon"
______________________________________________
-==-
Image associée
______________________________________________

Barbara – Dis, quand reviendras-tu ?

-==-

Résultat de recherche d'images pour "photos d'André Claveau"
_______________________________________________
______________________________________________

le petit Mirsha « papa n’a pas voulu  »

-==-
Image associée
______________________________________________
-==-
Image associée
-==-
-==-
-==-
_______________________________________________
-==-
_______________________________________________
Résultat de recherche d'images pour "Photos d'Isaac Perlman"
_______________________________________________
-==-
______________________________________________
-==-

chants patriotiques français – 23 août 2017

______________________________________________

Paris en colère

Image associée
 ________________________________________________

Ce chant fut appelé le « frère de La Marseillaise » par les soldats républicains. Il est composé par Marie-Joseph Chénier (pour le texte) et Méhul (pour la musique) pour la fête de 14 juillet 1794, il est ensuite présenté par Méhul à Robespierre, sans mentionner Chénier, dont le frère André était déjà dans les prisons révolutionnaires. Robespierre le qualifie alors de « poésie grandiose et républicaine qui dépasse tout ce qu’a fait ce girondin de Chénier ». Le chant est tout d’abord exécuté par l’orchestre et les chœurs de l’Institut national de musique le 14 juillet 1794. Il est immédiatement imprimé à près de 18 000 exemplaires et distribué aux 14 armées de la République. Le titre original est Hymne à la liberté (le nom fut changé par Robespierre).

C’est un tableau musical : à chacune des sept strophes l’hymne est chanté par un individu ou des groupes d’individus différents.

Dans le premier couplet il s’agit par exemple d’un député qui parle à des soldats, il les encourage à se battre pour défendre la République.

Dans le second couplet il s’agit d’une mère de famille qui donne son fils à la patrie.

Dans le quatrième couplet il s’agit d’un enfant qui chante Joseph Bara et Joseph Agricol Viala, deux jeunes Français (12 ans et 13 ans) qui sont morts pour la République (Alors qu’il était entouré de Vendéens qui lui demandaient de crier « Vive le Roi », Joseph Bara aurait alors refusé et lancé : « Vive la République ! », cri pour lequel il fut exécuté sur le champ. Quant à Joseph Viala il mourut frappé par une balle en essayant de couper les cordes d’un ponton de l’ennemi. Ses derniers mots furent : « Je meurs, mais c’est pour la Liberté ! »).

Le chant a survécu à la Révolution et au Premier Empire. Après avoir été un symbole de la volonté de défendre la patrie durant les deux guerres mondiales, il est toujours chanté par l’armée française.

Voici les deux autres couplets non chantés ici :

Deux vieillards
Que le fer paternel arme la main des braves ;
Songez à nous au champ de Mars ;
Consacrez dans le sang des rois et des esclaves
Le fer béni par vos vieillards ;
Et, rapportant sous la chaumière
Des blessures et des vertus,
Venez fermer notre paupière
Quand les tyrans ne seront plus.

Refrain :
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.

Une épouse
Partez, vaillants époux ; les combats sont vos fêtes ;
Partez, modèles des guerriers ;
Nous cueillerons des fleurs pour en ceindre vos têtes :
Nos mains tresseront vos lauriers.
Et, si le temple de mémoire
S’ouvrait à vos mânes vainqueurs,
Nos voix chanteront votre gloire,
Nos flancs porteront vos vengeurs.

(Refrain)

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu´on enchaîne?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c´est l´alarme.
Ce soir l´ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.Montez de la mine, descendez des collines, camarades!
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle ou au couteau, tuez vite!
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite…

C´est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève…

Ici chacun sait ce qu´il veut, ce qu´il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l´ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la liberté nous écoute…

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaine ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

En savoir plus sur https://www.paroles.net/anna-marly/paroles-le-chant-des-partisans#tWcWsmvIVGHjep1B.99

Léo Ferré – Le Chant Des Partisans

Musique pour se distraire et se détendre

—————————————————————————

Résultat de recherche d'images pour "photos de laurent voulzy"

Laurent Voulzy

Belle Ile en Mer – Marie Galante

Laurent Voulzy – Belle Ile en Mer – Marie Galante

Le soleil donne

Laurent Voulzy- Le soleil donne (1988)

Le coeur grenadine

Laurent Voulzy – Le coeur grenadine (1979)

Résultat de recherche d'images pour "photos du ballet "casse noisette", la valse des fleurs"

_____________________________________________________

Ballet de Piotr Tchaikovski – Casse-noisette (Nutcracker) – Valse des fleurs

Tchaikovski – Casse-noisette (Nutcracker) – Valse des fleurs – YouTube

_____________________________________________________

Sarabande de George Frederic Handel

 

______________________________________________
Résultat de recherche d'images pour "peintures : portrait du compositeur Pachelbel"
_____________________________________________

Canon de Johan Pachelbel

Musique avec Nemanja Radulovic

Résultat de recherche d'images pour "photos de Nemanja Radulovic"

_____________________________________________________

Guimy, guimy, guimy…

NEMANJA RADULOVIĆ-ABBA-Gimy, gimy, gimy…

-==-

Brahms : danse hongroise

Nemanja Radulovic & Double Sens – J.Brahms; Madjarske igre/Hungarian Dances

-==-

Festival Paris Mezzo : Nemanja Radulovic & Double Sens « Niška banja »

Festival Paris Mezzo : Nemanja Radulovic & Double Sens « Niška banja »

-==-

 

Musique – 22 août 2017 – Mozart

______________________________________________

Mozart – Symphony No. 40 in G minor, K. 550 [complete]

Wolfgang Amadeus Mozart wrote his Symphony No. 40 in G minor, KV. 550, in 1788. It is sometimes referred to as the « Great G minor symphony, » to distinguish it from the « Little G minor symphony, » No. 25. The two are the only minor key symphonies Mozart wrote. The 40th Symphony was completed on 25 July 1788. The composition occupied an exceptionally productive period of just a few weeks in 1788, during which time he also completed the 39th and 41st symphonies (26 June and 10 August, respectively). The symphony is scored (in its revised version) for flute, 2 oboes, 2 clarinets, 2 bassoons, 2 horns, and strings. Notably missing are trumpets and timpani.
The work is in four movements, in the usual arrangement (fast movement, slow movement, minuet, fast movement) for a classical-style symphony:
1. Molto allegro, 2/2
2. Andante, 6/8
3. Menuetto. Allegretto — Trio, 3/4
4. Finale. Allegro assai, 2/2.
Every movement but the third is in sonata form; the minuet and trio are in the usual ternary form. This work has elicited varying interpretations from critics. Robert Schumann regarded it as possessing « Grecian lightness and grace ». Donald Francis Tovey saw in it the character of opera buffa. Almost certainly, however, the most common perception today is that the symphony is tragic in tone and intensely emotional; for example, Charles Rosen (in The Classical Style) has called the symphony « a work of passion, violence, and grief. »
Although interpretations differ, the symphony is unquestionably one of Mozart’s most greatly admired works, and it is frequently performed and recorded. Ludwig van Beethoven knew the symphony well, copying out 29 measures from the score in one of his sketchbooks. It is thought that the opening theme of the last movement may have inspired Beethoven in composing the third movement of his Fifth Symphony.

Vidéo : Mozart – Symphony No. 40 in G minor, K. 550 [complete]

Danses et musiques Juives ! 20 août 2017

 
Résultat de recherche d'images pour "photos : Troupe Adama en représentation : la danse de "Rabbi Jacob""

La troupe Adama chez Michel Drucker en 2009

Adama chez Michel Drucker en 2009 – Danse Rabbi Jacob

-==-

Image associée

Extrait du film « Rabbi Jacob »

Rabbi Jacob, y va danser !

Image associée

Danse juive

BALLETS MOISSEIEV : DANSE JUIVE

-==-

Musique klezmer

Klezmer meets Polka and Dance

-==-

Musique klezmer

Kaschauer Klezmer Band

-==-

Yerushalayim Shel Zahav – Ofra Haza (Live)

Yerushalayim Shel Zahav – Ofra Haza (Live)

-==-