Archives de Catégorie: DETENTE AMUSANTE (histoires drôles, bêtisiers, perles académiques, sourires et pensées…)

C’est pour rire !

Résultat de recherche d'images pour "images et photos de gens qui rient"
_______________________________________________

Le nouveau Petit Robert est arrivé

Dernière mise à jour du dico

Être au bout du rouleau : Situation très peu confortable, surtout quand on est aux toilettes.

Facebook : Le seul endroit où tu parles à un mur sans être ridicule.

Oui- Oui : Fils illégitime de Sissi.

GPS : Seule femme que les hommes écoutent pour trouver leur chemin.

Mozart : Célèbre compositeur que l’on écoute le plus souvent dans les pizzerias car on sent bien que mozzarella.

Sudoku : Qui a le nord en face.

Porte-clefs : Invention très pratique qui permet de perdre toutes ses clefs d’un coup au lieu de les perdre une par une.

Etat : Système mafieux le mieux organisé de tous les temps.

Cravate : Accessoire servant à indiquer la direction du cerveau de l’homme.

Voiture : Invention ingénieuse, permettant de contenir 110 chevaux dans le moteur et un âne au volant.

Orteil : Appendice servant à détecter les coins de portes.

Egalité des sexes : Nouveau concept créé par les hommes pour ne plus payer le restaurant.

Monter un meuble Ikea : Expression moderne signifiant « passer un week-end de merde ».

Suppositoire : Invention qui restera dans les annales.

« Oui chérie » : Gain de temps.

Soutien-gorge : Synonyme de flamby. Tu tires la languette et tout tombe.

Les ex : C’est comme la prison, si tu y retournes c’est que tu n’as pas compris la leçon

Où est donc mon Ricard : Conjonction de coordination

Aides internationales : Aides payées par les pauvres des pays riches pour aider les riches des pays pauvres.

Jardiland : Seul endroit ou si tu prends trois râteaux tu as une pelle

Sentiments partagés : Quand votre belle-mère est en train de reculer dans le ravin avec votre voiture toute neuve.

Cellulite : Couche graisseuse qui enveloppe souvent les femmes mais emballe rarement les hommes.

Les ciseaux à bois : Les chiens aussi.

Femme : C’est comme le café, au début ça excite mais rapidement ça énerve

Masochisme : Concept proche de la politesse : frapper avant d’entrer

Le Gospel : C’est quand ton gamin a pris un coup de soleil

Femme facile : Femme ayant les mêmes besoins sexuels qu’un homme; des adresses ?????

Homme riche : Celui qui gagne plus d’argent que ce que sa femme n’en dépense

Grand amour : Expression datant du 15ème siècle, lorsque l’espérance de vie était de 35 ans.

Publicités

Israël – 24 mai 2018

https://i0.wp.com/www.jforum.fr/wp-content/uploads/2018/05/FeaturedImage_2017-11-14_135451_YouTube_Jonathan_Conricus_488_325.jpg______________________________________________________

Le Hamas dicte son narratif aux dirigeants européens©

Un haut responsable de l’unité de porte-parole de Tsahal : le Hamas a réussi un coup de maître en matière de relations publiques.
On pourrait même suggérer qu’il est parvenu à dicter leur discours à certains dirigeants internationaux
Deux jours après les manifestations à la frontière de Gaza, provoquant le plus grand nombre de morts palestiniens depuis BORDURE PROTECTRICE, un officier supérieur de Tsahl admet l’échec d’Israël qui a laissé au Hamas le soin de dicter un narratif mondial des événements à l’intention des médias et des dirigeants comme Macron, Merkel ou May ; l’officier, chargé de travailler avec la presse étrangère, ajoute : « Le Hamas voulait que le plus grand nombre possible de Palestiniens soient tués, des photos d’hôpitaux croulant sous la pression ».

Alors que le Hamas a admis, que la plupart des Palestiniens tués lundi, lors des émeutes à la frontière de Gaza appartenaient à ses rangs , Tsahal a reconnu qu’il n’avait pas l’intention de tous les tuer, déclarant : “C’est en partie de notre faute, parce que nous ne sommes pas capables de communiquer sur (le sens de) ce que nous défendions”.

“L’image décisive a été obtenue par KO, par les Palestiniens, et c’était une image choquante” [pour l’opinion], a déclaré mercredi le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, un officier supérieur de l’unité du porte-parole de Tsahal.

Lt.-Col. Conricus, qui dirige la section des relations avec les médias internationaux à l’Unité du porte-parole, a parlé aux membres des communautés juives américaines aux États-Unis et a déclaré : «Le nombre de personnes touchées nous a causé un tort immense”.

Officier principal de l'Unité du porte-parole de Tsahal, Lt.-Col. Jonathan Conricus a reconnu les échecs d'Israël dans la campagne de relations publiques sur les manifestations à la frontière de Gaza (Photo: Twitter)

L’Officier principal de l’Unité du Porte-parole de Tsahal, Lt.-Col. Jonathan Conricus a reconnu les failles d’Israël dans la campagne de relations publiques sur les manifestations à la frontière de Gaza (Photo: Twitter)

La conversation de l’officier avec les Juifs américains est survenue à la suite d’émeutes intensives tout au long de la semaine près de la frontière de Gaza, au cours desquelles 61 Palestiniens ont été tués et quelque 1.200 blessés.

Alors que Tsahal a réussi de manière opérationnelle à empêcher une traversée de masse en Israël, elle a souffert d’un problème de relations publiques, en permettant au Hamas de dicter le récit dans les médias mondiaux – selon lequel Israël était coupable d’avoir commis un «bain de sang» et un «carnage».

“Le Hamas voulait que le plus grand nombre de personnes du côté palestinien soit tué”, a déclaré l’officier supérieur, “ainsi que d’avoir des photos d’hôpitaux croulant sous la pression, et ils n’hésitent pas à envoyer des boucliers humains sur le devant de la scène”.

“Quand le dilemme était : soit de défendre la frontière israélienne et nos communautés près de la frontière d’une part, soit de permettre aux émeutiers de traverser et d’avoir seulement un petit nombre de victimes palestiniennes, d’autre part, il n’y avait aucun dilemme du tout pour les soldats et les commandants”, a t-il déclaré.

Conricus a déclaré que Tsahal a essayé d’être aussi précis et judicieux que possible dans son recours à la force, n’utilisant que des fusils à lunette chargés de munitions reconnues par l’OTAN. Il a affirmé : «Nous avons essayé de minimiser les pertes palestiniennes, avons-nous réussi?, malheureusement pas, y a-t-il eu des erreurs, les balles ont-elles manqué leurs cibles et touché autres que ceux à qui elles étaient destinées?, Bien sûr, mais c’est incroyablement chaotique, près de la frontière.

Les émeutes à la frontière étaient «incroyablement chaotiques», a déclaré Conricus, conduisant à des conditions de brouillard de guerre (Photo: EPA)Les émeutes à la frontière étaient «incroyablement chaotiques», a déclaré Conricus, conduisant à des conditions de guerre dans le brouillard  (Photo: EPA)

«Il y a du gaz lacrymogène, de la fumée qui s’échappe des pneus, des cris, des haut-parleurs et des sirènes et surtout des milliers d’émeutiers qui tentent de démanteler la clôture et de lancer des grenades et des cocktails Molotov.

L’unité du porte-parole de Tsahal a produit une déclaration officielle en réponse à ces articles, disant qu’une partie seulement des paroles de Conricus avait été correctement citée et que les citations avaient ensuite été sorties de leur contexte, alors que le “contexte plus large de ses paroles avaient été déformé”.En outre, selon Tsahal, ses paroles ne reflètent pas l’esprit du discours ni les positions de l’armée. Il s’agissait d’une «conversation avec les chefs des communautés juives des États-Unis, dans le cadre d’une initiative de l’unité de porte-parole de Tsahal qui tente de lancer des appels à l’action dans le monde entier».

Néanmoins, Tsahal a diffusé des photos de terroristes armés arrivant à la frontière et attaquant les soldats dans un délai de 24 heures, et des images de femmes et d’enfants palestiniens placées devant les points de conflagration, qui sont parvenus avec un temps de décalage par rapport aux événements.

 (Photo: AFP)(Photo: AFP)

De plus, les équipes de presse israéliennes et étrangères couvrant les événements du côté israélien ont été éloignées de la barrière et ont fait leurs reportages depuis une position prédéterminée par Tsahal, qui se trouvait à plusieurs kilomètres de la clôture, ce qui signifie qu’elles n’ont jamais observrdé de près la conduite des forces ou les masses de civils envoyés par le Hamas pour entrer en conflit direct avec Tsahal.

Dirigeant du Hamas: 50 des 61 Palestiniens tués appartenaient au Hamas

Par ailleurs, un haut responsable du Hamas, Salah Bardawil, a déclaré mercredi aux médias palestiniens que 50 des Palestiniens tués dans les émeutes de la bande de Gaza, lundi, appartenaient aux rangs du groupe terroriste. Il s’est exprimé au cours d’une interview à Baladna TV, un média privé palestinien.

 (Photo: AP)(Photo: AP)

Compte tenu du calme qui règne dans le secteur, Tsahal a décidé de renvoyer certains des renforts qu’il avait amenés pour aider la division de Gaza, la semaine dernière.

Les évaluations israéliennes indiquent maintenant que les affrontements frontaliers vont diminuer au cours des prochains jours, mais des renforts de moindre importance resteront, néanmoins, près de la frontière tout au long du week-end.

Plus tôt mercredi, on a révélé que le Hamas a refusé d’autoriser deux camions de la Direction de la technologie et de la logistique de Tsahal, portant des centaines d’équipements médicaux de sauvetage, à entrer à Gaza par le passage de Kerem Shalom.

 (Photo: Getty Images)(Photo: Getty Images)

Les camions sont donc retournés en Israël, tandis que six autres camions équipés de matériel médical similaire, envoyés par l’UNICEF (le Fonds des Nations Unies pour l’enfance) et l’Autorité palestinienne ont été autorisés à entrer.

L’équipement médical israélien avait pour but d’aider les hôpitaux de la bande de Gaza qui n’étaient pas préparés à accueillir les foules de personnes amenées après les émeutes, à faire face à la situation.

Itay Blumenthal | Publié: 17.05.18, 13:06

Première publication le: 17.05.18, 13:06

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

Le Hamas dicte son narratif aux dirigeants européens©

(Source : JForum)

-==-

https://i1.wp.com/www.jforum.fr/wp-content/uploads/2018/05/HAMAS-ISRAEL-FRONTIERES_498_332.jpg
_______________________________________________

L’identité duelle des palestiniens, à l’origine d’un égarement intellectuel

Les 14 et 15 mai 2018, les terroristes palestiniens membres du Hamas ont essayé de ternir les festivités marquant le 70èmeanniversaire de l’Etat d’Israël. Résultat (selon un dirigeant de l’organisation terroriste) : 50 d’entre eux seraient tombés sous les coups israéliens, en tentant de pénétrer, armés, sur le territoire israélien. Pour autant, les palestiniens se désolent de ce que les manifestations (mises en scène) ne suscitent que peu d’intérêt de la part de la communauté internationale.

Renvoyant dos à dos israéliens et palestiniens, l’Union européenne et le Royaume-Uni ont « appelé les parties à la retenue ». De son côté, la France a appelé l’ensemble des « acteurs à faire preuve de responsabilité afin de prévenir un nouvel embrasement au Proche-Orient ». De même, les pays arabes se désintéressent des jérémiades palestiniennes : le dirigeant égyptien Al Sissi se méfie d’eux, déplorant leur comportement et ruses de terroristes. Pour leur part, les Saoudiens ne croient plus dans ce qui est couramment appelé la « cause palestinienne », et préfèrent se rapprocher des Etats-Unis et d’Israël : Mohamed Ben Salman est sur le point d’abandonner les hostilités à l’égard de la nation juive pour favoriser l’avènement d’un Moyen-Orient prospère. De même, les pays arabes sont essentiellement focalisés sur leur combat commun contre Daesh, les Frères musulmans, le salafisme…

En réalité, les palestiniens souffrent d’un grave problème identitaire tenant à leur cadre institutionnel, générateur d’une véritable schizophrénie sociétale, c’est ce qui résulte de leurs revendications à la frontière de la Bande de Gaza.

D’un côté, ils se présentent comme « le peuple palestinien » qui souffrirait d’un isolement organisé par l’Etat d’Israël (bien légitime). Or, cette qualité de peuple palestinien, les conduit à rêver de la destruction d’Israël et à tout mettre en œuvre pour y parvenir. A cet effet, ils ont, démocratiquement, placé l’organisation terroriste Hamas au pouvoir. Leur manque de cohérence est, sur ce point, patent : s’ils veulent détruire Israël, ils ne peuvent s’étonner de ce qu’Israël s’en défende. (Inversement s’ils renonçaient à la lutte armée et à leur projet d’éradiquer Israël, un Etat palestinien pourrait se créer sur la bande de Gaza qui s’accompagnerait d’une normalisation des relations judéo gazaouis, mais ils ne répondraient plus à la définition historique du peuple palestinien.)

De l’autre côté, ils rattachent leur histoire à celles des arabes de Palestine,  afin de contester le déplacement de  l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, et partant, la reconnaissance américaine de Jérusalem, comme capitale de l’Etat juif. Sur ce point, les palestiniens ne se positionnent plus en tant que membres du « peuple palestinien » mais comme descendants des populations arabes. Ils n’ont alors aucun droit sur la capitale d’Israël que le Roi hachémite Abdallah a annexée, le 24 avril 1950, pour former le Royaume Hachémite de Jordanie. A l’époque, cette annexion avait déplu aux arabes de Palestine, qui l’ont assassiné, le 20 juillet 1951. Son petit fils, Hussein a finalement renoncé à la souveraineté sur la Cis-jordanie et la ville Sainte, le 31 juillet 1988. Jérusalem n’a donc jamais été sous souveraineté palestinienne.

L’inconvénient résulte alors de ce que si les palestiniens se présentent comme les « arabes de Palestine » (membres de la grande nation arabe dont ils revendiquent l’histoire), ils ne peuvent plus revendiquer le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, faute de constituer un peuple autonome. Ils ne sont alors que les membres d’une nation disséminée dans de nombreux pays, Liban, Syrie, Iraq, Egypte, Jordanie, Péninsule arabique… sans spécificité aucune. C’est bien cette dualité de statuts, incompatibles, qui est à l’origine d’une forme de schizophrénie sociétale dont ils ne parviennent pas à se sortir.

Le fondateur de l’Olp avait bien compris cette nécessité d’instituer le « peuple palestinien » sur la terre de Palestine, pour invoquer un droit à l’auto détermination. C’était l’objet de la Charte Olp de 1968 qui a, néanmoins, associé le « peuple palestinien », au principe de l’éradication de l’entité sioniste (dans la première mouture de la Charte Olp de 1964, il était question « des arabes de Palestine »). Grâce à la version de la Charte de 1968, Il devenait possible pour les palestiniens de réclamer un Etat sur la Palestine mandataire (tout en rappelant, de façon contradictoire, que les palestiniens faisaient bien partie de la Grande Nation Arabe).

Cette dualité identitaire est restée déconcertante pour les palestiniens d’autant que les théoriciens palestiniens n’ont cessé de se contredire : Yasser Arafat a rédigé la Charte de l’Olp pour anéantir l’entité sioniste, mais accepté de serrer la main des représentants juifs en 1993, lors des accords d’Oslo. De même, Mahmoud Abbas, représentant de l’Olp (Fatah ou Conquête, en arabe), et donc du mouvement chargé de détruire Israël, a signé des accords sécuritaires avec Israël pour juguler le terrorisme palestinien en Cisjordanie.

Le Hamas se devait, quant à lui, d’être plus cohérent : il poursuit toujours l’objectif de la destruction d’Israël, sur le fondement d’injonctions coraniques, bien que sa politique isole la Bande de Gaza.

C’est le drame des palestiniens de Gaza : Ils se plaignent de vivre dans une prison à Ciel ouvert (puisque Israël se protège d’eux avec l’édification de la clôture), mais ne peuvent faire la paix avec Israël, compte tenu de leur obligation de détruire Israël. Autrement dit, s’ils font la paix avec Israël et normalisent leur relation avec lui, ils cessent d’être le « peuple palestinien ».

Inversement et s’agissant de Jérusalem, ils se présentent comme les membres de la grande Nation Arabe qui a déclaré la guerre à Israël le 15 mai 1948. Or, si tel est le cas, ils ne peuvent revendiquer le droit à l’autodétermination sur la totalité de la Palestine mandataire, (et partant sur Jérusalem sur laquelle la Nation Arabe n’a jamais été souveraine), mais juste rejoindre les Etats arabes ou créer des Etats où ils sont effectivement implantés : Gaza et la zone A et B de Cisjordanie.

Ainsi, le « peuple palestinien » est enfermé dans une logique absurde, ubuesque, insoluble, dont il est incapable de sortir. Or, cette revendication d’identités, duelles et incompatibles, génère chez eux des comportements surprenants et inadaptés, proche de certains sujets qui souffrent de schizophrénie : ils analysent la situation géopolitique en dehors de toute logique, craignant être la cible d’un complot international. Aussi, finissent-ils par souffrir d’une altération de leur fonctionnement cognitif.

Itzhak Rabin avait envisagé un règlement pacifique du conflit avec les Palestiniens et les pays arabes sur la base d’un partage territorial. Il avait alors lancé « La Bible n’est pas un cadastre ». Les tergiversations intellectuelles des palestiniens devraient régler le conflit « palestino-palestinien », par l’évaporation de ce peuple. 

©Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

L’identité duelle des palestiniens, cause de troubles cognitifs©

(Source : JForum)

-==-

https://www.lemondejuif.info/wp-content/uploads/2018/05/ABBAS-ANTISEMITISME.jpg_____________________________________________________

La haine du Juif, une maladie incurable : hospitalisé, Abbas partage une photo de lui avec une infâme caricature antisémite

Le “président” palestinien Mahmoud Abbas, atteint d’une pneumonie, est toujours hospitalisé à Ramallah, a indiqué la porte-parole de l’hôpital mardi, précisant que la date de sa sortie était inconnue.

Des photos du dirigeant palestinien de 83 ans se promenant dans les couloirs de l’hôpital et lisant un journal ont été publiées lundi soir, avec l’évidente intention de faire cesser les rumeurs selon lesquelles son état était plus grave qu’officiellement rapporté.

À y regarder d’un peu plus près, on remarque sur le journal une caricature dans laquelle un soldat israélien empoisonne un bébé palestinien sur une table, reprenant l’infâme accusation antisémite de crime rituel.

Ofir Gendelman

@ofirgendelman

Abbas’ office published these photos showing him in hospital, in order to show that he is well.

Zoom in on the racist cartoon on the backpage of the PA’s OFFICIAL paper, reminiscent of Nazi cartoons.

The « moderate » leader made sure that anti-Semitism is alive & well in the PA.

La haine duJuif, une maladie incurable : hospitalisé, Abbas partage une…

(Source : le monde juif.info)

-==-

Musique : Gioachino Rossini – Duo des chats, et plus encore…

https://i0.wp.com/www.lamusiqueclassique.com/wp-content/uploads/2012/04/chat.png___________________________________________________

Voici une vidéo qui devrait vous étonner.

Rossini s’est amusé à composer un duo (interprété ici par deux « Petits Chanteurs à la Croix de Bois ») où les deux personnages chantent en miaulant !

Derrière cette simplicité apparente, Rossini nous fait une démonstration de son talent, alternant cris de douleur et de joie , mêlant nuances et subtilité. Il réussit à donner de l’éloquence à un « Miaou » pour le moins basique et enfantin !

Duo des chats, de Rossini, (par les Petits chanteur à la croix de bois)

Enjoy ;)

(Source : lamusiqueclassique.com)

-==-

Découvrez Animusic, les instruments imaginaires !

Découvrez ici un instrument à cordes imaginaire, sans doute pas évident à accorder…

Découvrez Animusic, les instruments imaginaires!

(Source : lamusiqueclassique.com)

-==-

Max Bruch – Concerto pour violon n°1 en Sol mineur

https://i1.wp.com/www.lamusiqueclassique.com/wp-content/uploads/2012/07/Max-Bruch.jpg__________________________________________________

Par Julie T. Tran – Audituri Te Salutant!

Ceci est une traduction de mon cru, pardonnez les erreurs éventuelles… L’original en anglais se trouve sous la vidéo! This a translation that I did myself, so please forgive the possible mistakes… The original version can be found under the video.

Max Bruch (né Max Christian Friedrich Bruch, 1838-1920) fut un compositeur et chef d’orchestre romantique allemand. Il a laissé plus de 200 oeuvres, dont 3 concertos pour violon, parmi lesquels celui-ci, le premier, est sans doute le plus connu. On dit qu’il mit 3 ans à écrire ce morceau et qu’il le termina en 1866, avec l’aide d’un des plus célèbres violonistes de son temps: Joseph Joachim.

Ce concerto se compose de 3 mouvements:

1/ Prélude: Allegro Moderato

2/Adagio

3/ Finale: Allegro Energico

De maintes façons, Bruch a cassé la forme traditionnelle du concerto. Le premier mouvement est fluidement rattaché au second, d’une manière qui fait de ce second mouvement le plus important des trois. Cette technique a été aussi utilisée par Mendelssohn dans son concerto pour violon en mi mineur , ce qui permet à l’auditeur d’être directement captivé par le second mouvement, sans pause. Le 1er  mouvement possède deux cadences, là où la tradition est de proposer une seule cadence durant laquelle le soliste peut improviser et jouer plus librement.

Ecouter ce concerto, c’est faire un voyage onirique dans le monde des romances du XIX° siècle. Des chefs-d’oeuvre de Jane Austen « Raison et Sentiment » ou « Orgueil et préjugés », au fameux roman « Jane Eyre » de Charlotte Brontë. Une époque où être un gentleman relevait davantage de la norme que de la perle rare. Une époque où une femme, quelque soit ses désirs d’indépendance, finissait toujours par dévoiler sa féminité, sa nature profonde, et se rendait à l’amour d’un homme. Une époque où le « Prince » gagnait systématiquement sa « Princesse » à la fin, nonobstant les barrières sociales, les obstacles et autres douleurs à traverser. Mais bien entendu, le bonheur ne dure que jusqu’à la fin du livre ou du film, de même qu’il faut revenir à la réalité à la fin du concerto, en comprenant qu’il est temps de se réveiller grâce à l’accélération de l’orchestre qui joue toujours plus haut et fort à mesure qu’on s’approche de la in du 3° mouvement. Néanmoins, que le rêve était beau tant qu’il durait…

Un jour, j’ai assisté au concert d’un quatuor à cordes qui jouait les Quatre Saisons de Vivaldi dans un musée. Juste derrière les artistes, il y avait une baie vitrée qui plongeait le regard de l’auditoire sur un fjord baigné par les rayons d’un soleil couchant.  Ce moment fut mon expérience de « concert classique » la plus inoubliable… Je crois que je rêve de vivre la même expérience avec ce concerto. Parce que chaque note de cet adagio me donne une leçon de vie fondamentale. La vie peut être rapide, folle, elle peut être d’humeur « Allegro », « Moderato » ou encore « Energico ». Mais je la trouve la plus à son avantage lorsqu’elle est un Adagio où tout semble s’arrêter. Un instant, une note. De même qu’on ne peut prendre plusieurs inspirations en même temps. Et le vibrato sur chaque note accompagnerait à merveille les vagues subtiles des eaux du fjord. C’est une beauté simple. Simple mais profonde. Exactement comme cet Adagio.

Vidéo :

(Source : lamusiqueclassique.com)

-==-

Le « Vegetable Orchestra » : les légumes s’expriment !

______________________________________________

Le Vienna vegetable orchestra est un groupe de musique autrichien. Sa particularité est que ses instruments sont fabriqués à partir de légumes par les musiciens.

L’orchestre a été formé en 1998 et comprend onze musiciens. Ses instruments sont surtout des instruments à vent et à percussions, achetés au Naschmarkt, un marché viennois ; pour les représentations à l’étranger, ils achètent des légumes disponibles dans les marchés locaux. L’orchestre a inventé ses propres instruments à partir de légumes, comme le Paprikatröte (un instrument à vent fait d’une carotte évidée et trouée et d’un demi-poivron) ou le Lauchgeige (un violon en poireau). Les instruments cassent parfois pendant une représentation, d’où l’importance du choix de légumes adéquats. Les concerts se font uniquement avec sonorisation, effectivement sans processeur d’effet impossible d’obtenir un son audible à partir de simple légume. À la fin de leurs concerts, les musiciens préparent une soupe de légumes qu’ils partagent avec le public. Les instruments ne durent que le temps d’un concert. Ils sont parfois intégrés à la soupe.

The Vegetable Orchestra – Transplants, live @ TEDxVienna

(Sources : Youtube – Wikipedia)

Hilarant et consternant à la fois : nouvelles perles du bac…

Hilarant et consternant à la fois : les nouvelles perles du bac… ____________________________________________________

Bon on vient d’apprendre que la capitale de Taïwan, c’est Médine. Il ne s’agit pas de la ville de machin, c’est juste Medine Taïvan

L’atmosphère terrestre est composée de 50% d’azote, 75 % d’oxygène, 45% d’oxyde de carbone,… Il est temps que Nicolas Hulot remette de l’ordre la-dedans, ça devient irrespirable…

On est mal barrés je vous dis

Le Caveau des Patriarches filmé depuis 1913

 

Pour faire taire tous les menteurs et suiveurs ennemis d’Israel qui  veulent ignorer son histoire et celle du peuple juif, HEBRON EST UNE VILLE EN TOUS POINTS JUIVE ! LES MUSULMANS NE FONT QUE SQUATTER LA REGION COMME ILS LE FONT PARTOUT AILLEURS DANS LE MONDE. ‘HAI  ISRAEL ‘HAI !’ louyehi
_____________________________________________________________

Ce document, avec des images d’archive de 1913 à nos jours, met en relief les liens profonds qui unissent le peuple juif au caveau des Patriarches à Hébron. La joie de ‘Hanouka sur les lieux en témoigne encore aujourd’hui. Le 21 octobre 2015 l’Unesco votait une résolution déniant le lien des juifs avec le caveau des Patriarche (et le tombeau de Rachel).

Voir la video : Le Caveau des Patriarches filmé depuis 1913

(Source : Univers Torah)

 

La guerre se gagne en employant les moyens de l’adversaire, par en courbant l’échine devant lui !

https://i1.wp.com/static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2016/05/hollande_benet.jpg Une bonne partie de nos insouciants contemporains et surtout notre classe politique plus qu’inconsciente auraient bien besoin d’une sérieuse remise à niveau concernant la situation réelle de la France dans l’état actuel des choses ! louyehi _____________________________________________________

Déjeunant l’autre jour avec des personnalités, j’ai cru devoir affirmer que nous étions en guerre -et je ne suis pas le seul à affirmer la chose – mais que nous ne prenions aucune des mesures qui s’imposent en pareil cas.

Grosse surprise de mes amis, sourcils haut-levés et expression de leur étonnement d’entendre pareilles balivernes : « Mais ce n’est pas cela, la guerre ; une guerre ne peut exister que si elle est officiellement déclarée par un pays à un autre ; or nous n’avons ici aucun pays en face de nous et aucune déclaration enregistrée [1]… »

Stupéfiante méprise de ces gens qui retardent d’un siècle… On n’en est plus à la guerre de 14, ou à celle de 39. La guerre est partout, insidieuse, rampante ; ses formes n’ont plus rien à voir avec celles des conflits frontaux ou frontaliers. C’est maintenant une guerre totale qui ne connaît plus le droit, les lois, le respect des individus, les « règles de la guerre ».

Or, pensent ces amis, nous ne devons employer que les moyens traditionnels et respecter les sacro-saints « droits de l’homme » (c’est-à-dire sans doute aller écraser sous les bombes les populations civiles, comme nous l’avons fait à Dresde et ailleurs).

Non, on ne peut gagner une guerre qu’en employant les moyens qu’utilise l’adversaire. Faute de quoi, on la perd, cette guerre. Nous avons affaire à des gens sans foi – oui, sans foi, ni même en l’Islam – ni loi. Or, que faisons-nous ? Nous nous contentons d’en rester à nos textes de lois inadaptés; se souvenir qu’au début de la guerre d’Algérie (pardon, amis, aux « événements »), lorsqu’un fellagha était tué dans le djebel les armes à la main, le juge d’instruction se déplaçait sur le terrain et une enquête était ouverte pour homicide. Nous n’en avons pas tiré les leçons.

De pseudo-français vont combattre en Syrie; à leur retour, nous les accueillons de nouveau en France, plus ou moins (plutôt moins) surveillés. Est-ce admissible ? Non, ces gens doivent être à jamais bannis de France. Souvenons-nous du sort réservé au Docteur Schweitzer lors de la déclaration de guerre de 1914: remarquablement dévoué mais Alsacien, donc Allemand, il ne pouvait rester sur le territoire français.

On dit, est-ce vrai, je n’ai pu avoir ni confirmation ni infirmation, qu’un « combattant » ayant perdu un ou deux membres au jihad en Irak, percevrait en France à son retour diverses prestations compte tenu de ses handicaps.

On fait la part belle aux pauvres occupants de nos cités perdues dont les activités principales sont les trafics en tout genre et le racket; un guignol avait promis le « karcher à la racaille »: il n’a rien fait…

Non, amis, vous êtes dans l’erreur absolue; pire, vous êtes lourdement coupables – avec bien d’autres – de la situation qui nous enfonce dans la défaite face à un islamisme criminel dont le seul but est de régner sur le monde entier et d’anéantir nos civilisations, de nous réduire en esclavage. Car nous ne prenons pas les mesures qui s’imposent, nous retranchant derrière des lois qui ne valent qu’en temps de paix, derrière un ridicule respect des droits de l’homme. Quel respect peuvent nous inspirer ces criminels, ces « serial killers »?

À plus court terme, vous faites le jeu du Front National.

Mais votre position n’engage guère que vous et vos émules. Bien plus dangereuse sont les prises de position du Pape: ou il est débile, ou il est volontairement criminel, ce qui est difficilement pensable; mais, en toute hypothèse, il constitue un danger pour l’humanité entière. Les bons « cathos » de droite le disent, bien entendu, franc-maçon : les vieux démons ne sont pas morts…

En réalité, c’est un Jésuite, évidemment, mais je pense que les Jésuites d’antan connaissaient mieux le monde et leurs ennemis. Celui-ci rêve d’un rapprochement avec l’Islam, ce qui ne tient en rien la route. Discuter religion avec un Musulman convaincu équivaut à discuter politique avec un communiste. C’est sans espoir. Toute question est ramenée dans le sillon du raisonnement de l’interlocuteur : se souvenir des interviews de Georges Marchais…

À nos âges, nous ne verrons sans doute pas notre annexion esclavagiste, mais nos petits-enfants la subiront: à ce moment-là, du fond de nos tombes, nous devrons regretter d’avoir été les complices de ce crime total. Mais il sera trop tard pour rattraper notre faute. 

Jean-Luc Monneret (Auteur de Les grands thèmes du Coran, Editions Dervy, 2004)

[1] – Larousse nous dit que « la guerre est le recours à la force armée pour dénouer une situation conflictuelle entre deux ou plusieurs collectivités organisées, clans, factions ou États ; elle consiste pour chacun des adversaires à contraindre l’autre à se soumettre à sa volonté. »

J’ignore la définition donnée par le dictionnaire de l’Académie Française…

(Source : Riposte laïque)