Archives de Catégorie: CULTURE JUDAÏSME

Judaïsme – Comment voir ce qui est audible ? (Vidéo)

https://i1.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2016/01/map3.jpg___________________________________________________

La paracha de Ytro nous relate qu’au moment où Hachem a parlé aux Bnei Israël, ces derniers ont vu les voix. Quel est l’enseignement de cette vision extraordinaire ? Comment peut-on voir des voix ?

Voir la vidéo : Comment voir ce qui est audible ? (Vidéo)

(Source : Chiourim.com)

judaïsme – De l’origine de la séoudat Yitro

A côté des fêtes édictées par la Halakha , les Juifs de Tunisie ont coutume de célébrer chaque année deux fêtes particulières,

Rosh Hodesh el Bnat « la fête des filles » (le 8 ème jour de Hanouka )

et Se’oudat Yitro « la fête des garçons ».

https://i0.wp.com/www.chiourim.com/wp-content/uploads/2015/02/seoudat_yitro.jpg

La Séoudat Yitro est une coutume juive tunisienne : chaque année, le jeudi soir précédant le Shabbat Yitro, les Juifs originaires de Tunisie ont pris l’habitude d’organiser un repas familial appelé également « la fête des garçons » au cours duquel sont servis notamment des petits pigeons.

Quelle est l’origine de cette fête ? Selon la tradition historique des Juifs de Tunisie, une épidémie de diphtérie aurait causé la mort, au 19e siècle, de nombreux jeunes garçons et elle se serait arrêtée miraculeusement pendant la semaine précédant le Shabbat Yitro.

Mais cet usage se réfère également au texte de la Paracha : lorsque Moshé a offert un dîner en l’honneur de son beau-père Yitro, il en aurait réservé une partie à ses jeunes fils, dans des plats de petites dimensions. Ce serait pour cette raison que la nourriture est présentée ce soir là dans de la vaisselle miniature.

Au cours du repas, les convives ont l’habitude de chanter des Piyoutim et de faire des Divrei Tora. Quant aux enfants, on leur fait réciter les dix commandements qui seront lus le lendemain dans la Tora.

Ce Minhag est également respecté par un certain nombre de Juifs originaires d’Algérie.

De l’origine de la Séoudat Yitro

(Source : Chiourim;com)

Judaïsme : l’importance de répondre amen

______________________________________________________________

Quelle est la signification de ce petit mot ?
Quelle est l’importance de dire Amen ?

Ce mot est si répandu que vous le retrouvez dans d’autres religions et même dans le langage courant.

La racine de ce mot est la même que le mot « Emounah » qui veut dire « FOI », ainsi que les premières lettre du mot « Émeth » qui veut dire « vérité ». En effet, lorsque nous répondons Amen à la suite d’une bénédiction, – selon le type de bénédiction – il y a acceptation, il y a confirmation, attestation et parfois souhait de réalisation de ce qui est exprimé dans la bénédiction entendue. (selon que la bénédiction est une louange de D-ieu, l’affirmation d’un ordre divin ou une prière à D-ieu)

En somme, en disant Amen, je dis : « C’est vrai et j’y crois ».

Exprimer notre foi par la prononciation du mot Amen est extrêmement important. Car l’homme qui se distingue des autres créatures par la parole intelligente, instille en son cœur et renforce sa foi en D-ieu, le Maître de l’univers, et surtout le Maître des destinées de tout être, par ces Amen répétés.

La Torah nous enseigne que ce n’est pas tant la foi qui amène à l’action mais c’est beaucoup plus l’action qui développe la foi. Prononcer Amen est ici une forme d’action.

Le Kadisch, auquel l’assemblée répond à plusieurs reprises Amen, exprimant ainsi le souhait de voir D-ieu reconnu dans Sa grandeur par toute l’humanité, est aussi récité par les personnes en deuil qui par cette prière montrent leur foi en D-ieu et leur acceptation de la décision divine, même celle-ci est douloureuse.

Et, nous enseignent nos Sages, lorsque l’Eternel pénètre dans les synagogues et les maisons d’étude et qu’il entend les fidèles prononcer « Amen Yehé Schemé Raba… », Il hoche la tête et regrette d’avoir été obligé de détruire le Temple et d’exiler Son peuple !

Les lettres du mot Amen, – Aleph, Mème et Noune – sont les premières lettres des mots : « E-l, Mélech, Néémane », qui signifie : Dieu, Roi, Digne de confiance (ces trois mots remplacent parfois le mot Amen).

La valeur numérique du mot Amen est équivalente à la somme de deux noms de D-ieu :

Le Tétragramme (interdit de prononciation tel qu’écrit) et A-donaï (façon normale de prononcer le Tétragramme). Amen contient donc l’idée du Maître de l’univers, de Sa dimension infinie et de Son omnipotence.

A l’instar de la Guemara qui nous recommande de prononcer 100 bénédictions chaque jour, le Zohar recommande de prononcer chaque jour 90 Amen. (le mot Tsadik contient les lettres Tsadé, Daleth, Yod, Kof, dont les valeurs numériques sont : 90, 4, 10, 100. Chaque jour, il faut répondre 90 Amenim, 4 Kedouschoth, 10 Kadeschim et 100 Berachoth)

Prononcer Amen équivaut à la prononciation de la bénédiction entendue – cela est même considéré comme supérieur. (Gadol Haoné Yoter Méhamevarech)

La bonne prononciation de Amen prolonge la vie et ouvre les portes du Gan Eden. L’intensité de la ferveur dans la prononciation de « Amen Yehé Schemé Raba… » est susceptible de faire déchirer un décret néfaste.

Il suffit qu’un enfant ait répondu une fois Amen, pour avoir droit au monde futur.

Il faut être très attentif à ne pas prononcer Amen avant la fin totale de la bénédiction. Aussi, les officiants feront très attention à ne pas terminer la fin de la bénédiction par du chant prolongé.

Inversement, il ne faut pas prononcer Amen trop tard, ce serait un Amen orphelin.

Le Zohar Hakadoch explique qu’un seul Baroukh Hou Baroukh Chémo est une raison valable pour que le monde perdure pendant 6000 ans !
Un Amen équivaut à 1000 Baroukh Hou Baroukh Chémo.
Et un Amen Yéhé Chémé Rabba équivaut à 1000 Amen !

Un homme de grande piété a jeûné pour que lui soit dévoilé les raisons de la longueur de l’exil. Dans un rêve il lui fut dévoilé que l’on omettait par erreur de répondre Amen à deux bénédictions :

1) Celle de « Hama’hazir Schechinato Letsione », où l’on répond « Modime » en oubliant Amen qui lui précède.

2) Celle du vendredi soir « Haporess… Ve-al Yerouschalayim », où l’on dit « Veschamerou Beneï… » en oubliant Amen qui lui précède.

(Source : La Voix de la Torah)

CULTURE JUDAÏSME – Mois de Chevate 5777

https://i0.wp.com/www1.alliancefr.com/wp-content/uploads/2015/02/paracha-yitro.jpg

Cette semaine, nous lisons et étudions la paracha Yitro :

Texte français de la paracha Yitro

et

Etude de la paracha Yitro, par le Rav Yehoshua Ra’hamim Dufour

Modia – Commentaires de la Torah – Yitro

Modia – La fête de Yitro

(Source : Modia.org)

___________________________________________________

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSNGLvtmcdDLdjRM5UYU5ppNu8qi7bJaBS1JOX9IWGy1QfwYpt8___________________________________________________

Texte français de la paracha Bechala’h

et

Etude sur la paracha Bechalah, par le Rav Yehoshua Rahamim Dufour

Béchala’h – Modia.org

(Source : Modia)

-==-

Et Moché se mit à chanter…

https://i1.wp.com/i.f1g.fr/media/ext/805x453_crop/www.lefigaro.fr/medias/2010/09/22/89cb828c-c699-11df-99a9-5564a9b3f4c1.jpg

«The Waters Are Divided», gravure de James Tissot (réalisée vers 1896-1902) ____________________________________________________

Dans la Paracha de la semaine : « Az Yachir Moché » – Alors, Moché et les enfants d’Israël se mirent à chanter…

Magnifique chant tiré de la Paracha Béchala’h qui exprime la reconnaissance du peuple juif envers D-ieu qui les fit sortir d’Egypte et traverser la mer rouge à pieds sec.

Texte faisant partie de la prière du matin admirablement interprété, selon la mélodie marocaine, par les ‘Hazanim célèbres : Haim Louk, Malkiel Benamara, Albert Bouadana, Gad Benchabat, Salomon Nahmias et Élie Tordjman.

Voir la vidéo : Et Moché se mit à chanter…

(Source : Univers Torah)

______________________________________________________

CULTURE JUDAISME – Mois de Tevete 5777

 

Résultat de recherche d'images pour "image d'illustration mois juif de tevete"

Pour plus de lumière en ce début d’année civile chez les Juifs comme chez les nations, (le monde en a bien besoin), la ‘hanoukia ouvre le mois de Tevet.

____________________________________________________

*CETTE ANNEE exceptionnellement, contrairement aux années
précédentes, LE Premier janvier est aussi le PREMIER DU MOIS DE
Tévéte, idem pour la suite des jours à découvrir ici dans sa
richesse juive.Le mois de Tévète est sous le rayonnement du verset 4
du psaume 34 dont les lettres finales (raché tévotes) de certains
mots sont les lettres du Nom de Hachém: Exaltez Hachém avec moi,
ensemble célébrons Son Nom. Gaddélou Hachém iti, ounéroméma
chémo yaa’hdav. En conséquence, faisons effort tout au long du mois
pour que nous retrouvions l’enthousiasme, la confiance, l’unité et
tout cela centrés ensemble sur l’union à Hachém.**

**http://www.modia.org/infos/calendrier/tevete.html
<http://www.modia.org/infos/calendrier/tevete.html  CLIQUEZ ICI

**Hodech tov**

Rav Yehoshua Ra’hamim Dufour

(Source : Modia.org)

___________________________________________________

Résultat de recherche d'images pour "image illustration paracha Vayigache"

_________________________________________________

Cette semaine c’est la 11e Paracha: Vayigache –  » Au bout de… » Béréchite (La Genèse) 41,1 – 44, 17.

Sur la base de tous les conflits familiaux autour de Yossef, elle nous éclaire sur ces épreuves et sur la voie de leurs solutions, et un bénéfice immense peut en ressortir pour chacun (parents, enfants, frères et soeurs) et nous apporter des dimensions divines auxquelles nous n’aurions pas pensé pour la compréhension et l’amélioration du quotidien :

<http://www.modia.org/tora/berechite/vayigache.php>   CLIQUEZ ICI

*EXCEPTIONNELLEMENT, Nous revenons sur le contenu de la paracha par
ce second message:**

**c’est comme le fait la paracha pour résoudre les problèmes si
nombreux de la famille de Yossef avec son père et avec ses frères :

LA TORAH NOUS APPREND AINSI QU’IL FAUT DES ETAPES ET NOMBREUSES POUR
RÉSOUDRE EN BIEN LES PROBLEMES FAMILIAUX

ET ELLE NOUS APPREND DANS CETTE PARACHA COMMENT FRANCHIR CES ETAPES,

ELLE NOUS PRÉSENTE LES NOMBREUSES CLEFS A UTILISER AVEC PATIENCE ET
DÉLICATESSE**

**ET LES COMMENTATEURS CITÉS LONGUEMENT DANS CE TEXTE DE MODIA NOUS
APPRENNENT A UTILISER CES CLEFS. DONC C’EST ICI UN TEXTE RARE ET UTILE
A TOUS INÉVITABLEMENT DANS LEUR VIE, DANS NOTRE VIE.**

**C’EST POURQUOI NOUS SOUHAITONS UNE BONNE ÉTUDE FRUCTUEUSE ICI DE
CETTE PARACHA VAYIGACHE POUR CHACUN :**

**http://www.modia.org/tora/berechite/vayigache.php

Rav Yehoshua Ra’hamim Dufour

(Source : Modia.org)

Miracle de ‘Hanouka

744391932652458640360yes1130

Credit : Ministère de la Culture et des Sports

Il y a une feuille de raisin d’un côté de la médaille avec les mots « Liberté pour Sion »,

Au verso le dessein d’une coupe avec les mots « Deuxième année de la grande révolte ».

La pièce date de la deuxième année de la révolte juive contre les Romains, soit en 67 avant JC.

La pièce a été trouvée dans une zone connue sous le nom de « chemin des pèlerins », qui était la route que les pèlerins juifs utilisaient pour monter au Temple y faire des sacrifices rituels pendant les vacances du Jubilé.

La route des pèlerins, ainsi que d’autres routes à Jérusalem remontant à 2000 ans, sera ouverte au public ce Hanouka 5777.

Il y aura une grande manifestation organisée par le Ministère de la Culture avec l’Autorité des Antiquités d’Israël. Cet événement célébrera 50 années de libération de Jérusalem de la férule jordanienne.

Encore plus de preuves de la connexion juive à Jérusalem

La Ministre de la Culture, Miri Regev (Likoud), a présenté la pièce au début de la réunion du cabinet pour discuter des symboles et des cérémonies de la commémoration, la libération et de la réunification de Jérusalem.

« En 1967, exactement 1900 ans (après que cette pièce ait été frappée), les parachutistes de Tsahal ont pénétré dans la Vieille Ville de Jérusalem et l’ont libérée – ils ont rendu la souveraineté juive à Jérusalem », a déclaré Regev.

Elle a ajouté que la pièce de monnaie est une preuve supplémentaire de la connexion juive historique à Jérusalem, en particulier suite à la décision de l’UNESCO ignorant de façon arbitraire la judéité de la capitale éternelle d’Israël.

« Cela nous a aidé en 1967 à retourner à Beit El, Hébron, Shiloh et à Elon Moreh. 
Ce sont là des lieux de revendications juives clairement identifiés à travers l’histoire comme étant associés aux Juifs – Les ancêtres étaient, là où Josué et les juges ont régné, où les prophètes prophétisé … et bien sûr, où nous sommes retournés à notre Jérusalem unifiée. »

Juste là, en bas de la tour de David, afin que nous puissions passer cette lumière de Hanouka, nous attendait une petite pièce toute simple nous rappelant surtout à ne jamais se résigner.

Liberté pour Sion.
Deuxième année de la grande révolte.

Miracle ?]

miracle de hanouka

(Source : JSS News)

Pourquoi regarder la lumière de ‘Hanouca ? Par le Rav Yehoshua Ra’amim Dufour

Résultat de recherche d'images pour "images de 'Hanouka"

__________________________________________________

Cette question m’est posée en ces jours de façon répétée :

« Pourquoi il nous est demandé de regarder tellement et longtemps et
chaque jour la lumière de Hanouka ? »

Vous avez la réponse dans le verset 8 du psaume 16 (chiffre : tét
zaxine, en hébreu) et dans tout ce psaume:

Cette lumière de Hanouka est  » la présence rayonnante de Hachem et
qui nous apporte le bonheur ».

Tout ce psaume décrit ce bonheur, il nous apprend à le connaître,
à le ressentir, à le vivre, à le dire.

Et le verset 8 dit : « chiviti Hachem lé negdi tamid (Mon regard fixe
constamment toujours Hachem devant moi ».

Et le psaume décrit ces sentiments vécus alors comme les ressent
quelqu’un qui aime vraiment un autre ou une autre.

Bonne dé-couverte de cette dynamique de cette relation pendant toute
la fête de Hanouka et que cela réanime aussi vos amours. Et bon
enseignement de cela aux enfants.

Rav Yehoshua Rahamim Dufour

א מִכְתָּם לְדָוִד: שָׁמְרֵנִי אֵל,
כִּי-חָסִיתִי בָךְ. 1 Mikhtam de David. Protège-moi,
ô Dieu, car je m’abrite en toi;

ב אָמַרְתְּ לַיהוָה, אֲדֹנָי אָתָּה;
טוֹבָתִי, בַּל-עָלֶיךָ. 2 Je dis à l’Eternel: « Tu
es mon Maître! Mon bonheur n’est pas en dehors de toi. »

ג לִקְדוֹשִׁים, אֲשֶׁר-בָּאָרֶץ
הֵמָּה; וְאַדִּירֵי, כָּל-חֶפְצִי-בָם.
3 Aux saints qui sont sur la terre, aux nobles [cœurs] vont toutes
mes aspirations.

ד יִרְבּוּ עַצְּבוֹתָם, אַחֵר מָהָרוּ:

בַּל-אַסִּיךְ נִסְכֵּיהֶם מִדָּם;
וּבַל-אֶשָּׂא אֶת-שְׁמוֹתָם,
עַל-שְׂפָתָי. 4 Ceux qui multiplient leurs peines, courant
après d’autres [biens], je ne prendrai aucune part à leurs libations
mêlées de sang, leurs noms ne viendront pas sur mes lèvres.

ה יְהוָה, מְנָת-חֶלְקִי וְכוֹסִי–
אַתָּה, תּוֹמִיךְ גּוֹרָלִי. 5 L’Eternel est
la portion de mon sort, mon calice; c’est toi, Seigneur, qui
consolides mon lot,

ו חֲבָלִים נָפְלוּ-לִי, בַּנְּעִמִים;
אַף-נַחֲלָת, שָׁפְרָה עָלָי. 6 un héritage
m’est échu en des lieux de délices; oui, mon patrimoine me plaît
tout à fait.

ז אֲבָרֵךְ–אֶת-יְהוָה, אֲשֶׁר
יְעָצָנִי; אַף-לֵילוֹת, יִסְּרוּנִי
כִלְיוֹתָי. 7 Je bénis l’Eternel, qui a été mon guide:
même de nuit, mon cœur m’en avertit.

ח שִׁוִּיתִי יְהוָה לְנֶגְדִּי
תָמִיד: כִּי מִימִינִי, בַּל-אֶמּוֹט. 8
Je fixe constamment mes regards sur le Seigneur; s’il est à ma
droite, je ne chancellerai pas.

ט לָכֵן, שָׂמַח לִבִּי–וַיָּגֶל
כְּבוֹדִי; אַף-בְּשָׂרִי, יִשְׁכֹּן
לָבֶטַח. 9 C’est pourquoi mon cœur se réjouit, mon âme
jubile, mon corps même repose en sécurité.

י כִּי, לֹא-תַעֲזֹב נַפְשִׁי
לִשְׁאוֹל; לֹא-תִתֵּן חֲסִידְךָ,
לִרְאוֹת שָׁחַת. 10 Car tu n’abandonneras pas mon âme
au Cheol, tu ne laisseras pas tes fidèles voir l’abîme.

יא תּוֹדִיעֵנִי, אֹרַח חַיִּים:

שֹׂבַע שְׂמָחוֹת, אֶת-פָּנֶיךָ;
נְעִמוֹת בִּימִינְךָ נֶצַח. 11 Tu me feras
connaître le chemin de la vie, la plénitude des joies qu’on goûte
en ta présence, les délices éternelles [dont on se délecte] à ta
droite.

(Source : Modia.org)